Navigation – Plan du site

Temporalités et autobiographie

Homo Bifurcans : se raconter autrement ?
Temporalities and Autobiography. Homo Bifurcans: talking about oneself differently?
Temporalidades y autobiografía. Homo Bifurcans: contarse de otro modo? 
Jean-Michel Baudouin et Natalia Leclerc

Texte intégral

1On peut se demander si les grands développements de l’autobiographie auxquels nous avons assisté depuis les années soixante-dix ne correspondaient pas finalement au genre littéraire d’une époque, c’est-à-dire à l’avènement d’un sujet capable d’auto-détermination en des contextes changeants, mais suffisamment stables pour anticiper un devenir, une trajectoire, une mobilité. L’autobiographie est le genre de texte par excellence dans le cadre duquel s’effectue une dévolution à l’individu d’une construction de sa trajectoire. Toutefois, elle se produit en des repères encore normés par la carrière monovalente et les grandes transitions de la vie active et de la retraite.

2Bien entendu, ces processus ne sont pas systématiques, mais ils peuvent fortement travailler les biographies actuelles : on peut se demander si la transformation des parcours de vie contemporains n’affecte pas les manières de se raconter et les genres de l’autobiographie. L’hypothèse de travail serait la suivante : à une (supposée) temporalité standard de production des parcours de vie correspond un genre par excellence d’expression de soi : l’autobiographie, telle qu’analysée et conceptualisée par les travaux de Lejeune (1975) ; à des temporalités pluralisées, stochastiques, déchronologisées correspondraient des adaptations des genres de l’expression de soi à définir et à apprécier.

3Formulée de manière directe, la question serait alors de se demander si à une supposée transformation des parcours de vie contemporains correspondrait une transformation des manières de se raconter : telle est la problématique de l’Homo Bifurcans que nous souhaitons examiner dans ce numéro. Sans doute peut-on regretter une formulation aussi générale, qui présente le risque de rendre difficilement praticable une réponse qui, elle, doit s’exempter d’une trop grande généralité. Mais elle présente dans la perspective ouverte par cette livraison de Temporalités la possibilité de mettre en discussion des travaux provenant aussi bien de la littérature que des sciences humaines et sociales. On se souvient du mot de Thomas et Znaniecki affirmant au début du siècle dernier dans le Paysan Polonais que :

C’est en toute sécurité que nous pouvons affirmer que les histoires de vie personnelles, aussi complètes que possible, constituent le type parfait de matériau sociologique (Thomas, [1920] in Bertaux (1976), p. 24).

4Quelque quarante ans plus tard, l’édition des Enfants de Sanchez par Oscar Lewis (1963) et l’étonnant succès de librairie qui allait marquer sa publication parachevait le processus : des écritures ou des paroles ordinaires à dominante narrative, rédigées ou proférées par des gens non moins ordinaires, devenaient des instruments précieux de connaissance du social. Le récit prend dès lors une valeur épistémique qui suscitera pour lui-même de nombreux travaux de type narratologiques (Gérard Genette), et qui finiront par concerner aussi bien l’historiographie que le récit de fiction, dans la monumentale étude de Paul Ricœur portant sur Temps et Récit (1983, 1984, 1985). Si l’on assiste aujourd’hui à une sorte de réhabilitation épistémique du roman (Bidou-Zachariasen, 1997 ; Lassave, 2002), on peut considérer que l’autobiographie en constitue le prémisse pionnier. Notre travail consistera alors à circuler des œuvres littéraires signées aux paroles ordinaires de sujets anonymes. Elles témoignent d’une expérience, en expérimentant des manières de dire qui sont aussi des manières de (se) vivre, mais aussi des impossibilités et des impasses.

Fragmentation et dispersion

  • 1 Le terme de « fragmentation » sera ici systématiquement utilisé pour désigner cette caractéristique (...)

5Dans le corpus d’articles ici réunis, aux côtés de l’étude de Claude Dubar sur quatre autobiographies qui permet de fixer les formes narratives classiques de l’autobiographie (Rousseau, Sartre, de Beauvoir, Hoggart) et de prendre la mesure de notre paysage de départ, on observe dans la production contemporaine une fragmentation1 des récits de vie, lesquels ne sont plus dévolus à la restitution de l’entièreté d’un parcours de vie, mais à la mise en mot d’une expérience particulière et spécifique, qui va polariser l’effort d’écriture, définir son originalité et prendre divers traits selon la nature de cette expérience : Benoîte Groult témoigne de son vieillissement et de sa condition de femme, Michel Rostain relate la mort de son fils, emporté par une méningite, Isaure, Louise Rafkin, Fatima Elayoubi et Maria Arondo, révèlent le dessous de leur activité de femmes de ménage. On peut observer une fragmentation du même ordre dans les deux articles « non littéraires » de ce numéro et dédiés à l’analyse de périodes particulières du parcours de vie : une analyse psychanalytique de récits de vie de jeunes gens en situation de relégation scolaire et une enquête sociologique sur le passage à la retraite. Orée de la vie adulte et orée de la vieillesse qui définissent deux transitions habituelles et socialement structurées, mais qui sont étudiées ici pour elles-mêmes. Cette fragmentation est particulièrement évidente quand elle réduit le plan diachronique à une période particulière, liée à un âge de la vie (la jeunesse ou la vieillesse), à une transition biographique socialement construite (la retraite), ou à une expérience douloureuse comme la perte d’un être cher. Cette fragmentation peut également consister non pas à privilégier une phase particulière, mais une dimension longitudinale et unique concernant l’ensemble du parcours de vie, comme dans le Journal d’un corps de Daniel Pennac (où les événements racontés au plan de l’ensemble du parcours de vie concernent exclusivement l’organisme), ou pour Annie Ernaux dans Les Années évoquer ce qui dans son parcours de vie propre restitue l’histoire d’une époque.

6En réalité, derrière les particularités, on retrouve des questions universelles ou du moins générales : celle de la condition féminine, qu’interrogent Benoîte Groult mais aussi les femmes de ménage, ainsi qu’Annie Ernaux ; celle de la confrontation avec la mort, la vieillesse et la maladie, chez Rostain, Pennac, Groult, de Vigan. Il semble en aller de même pour la dimension temporelle de ces récits. Les temporalités contemporaines apparaissent comme déchronologisées, pluralisées, ce dont rendent compte les autobiographies présentées. Mais ce fractionnement, dont l’individu estime qu’il est la marque de sa spécificité, est à nouveau une donnée quasi-universelle. Fragmentation des récits et des expériences, fractionnement des individus : la préoccupation ne serait plus de rendre compte des évolutions affectant la personne dans l’ensemble d’un parcours de vie, mais de rendre compte d’une expérience particulière. À la rétrospection exhaustive inaugurée par Rousseau, et étudiée ici-même par Dubar, répondrait une perspective délibérément partielle et assumée comme telle. Le geste de la recollection intégrale ou de la somme totalisante d’une vie serait définitivement affaire de biographes professionnels, mais ne correspondrait plus à une disposition autobiographique partagée par nos contemporains. La fragmentation des textes et le fractionnement des sujets seraient la marque narrative de la déstandardisation des parcours de vie. Dans une telle hypothèse, la clôture du genre autobiographique ne serait plus un récit portant sur l’entièreté d’un parcours de vie (Baudouin, 2010), mais la restitution authentique par un sujet dispersé de la traversée d’une épreuve particulière : l’expérience d’un deuil, d’une maladie, du vieillissement.

7Ce faisant, les autobiographies qui s’écrivent actuellement proposent une nouvelle dialectique de l’universalité et de la singularité. Ce qui est censé faire la singularité d’un individu – cette déstructuration temporelle qui fait que sa vie ne ressemble à aucune autre et ne se calque sur aucun patron – se retrouve finalement chez de nombreux individus et pourrait constituer une nouvelle norme. La question de savoir ce que l’on apporte de particulier à la connaissance du monde lorsque l’on témoigne de son expérience propre se formule d’une nouvelle manière. Cette expérience propre semble ressentie comme ne ressemblant à nulle autre, comme située hors du cadre, alors que cette déstandardisation constitue en elle-même un nouveau standard.

Spécificité de l’écriture féminine de soi ?

8Ainsi, plusieurs articles de ce numéro posent une nouvelle fois la question de la spécificité de l’écriture féminine, et en particulier de l’écriture féminine de soi. La doxa dans ce domaine consiste à dire que les femmes, par leur statut social et par l’éducation qu’elles subissent, intériorisent, voire refoulent leurs aspirations, leur être même, leurs désirs. L’écriture leur permettrait d’exprimer – au sens étymologique du terme – ou au moins de formuler, d’extérioriser ce qu’elles ne peuvent dire en temps normal. À son tour, le geste d’écriture participerait de la constitution d’une individualité libre et cohérente, et conduirait à la création d’une autre langue, d’un « dire autrement », face à la parole masculine dominante. Certes, l’écriture féminine fonctionne probablement de cette manière, mais on ne peut la réduire à cela.

9L’écriture féminine a été étudiée en particulier par Béatrice Didier ([1981], 1991) qui s’oppose à l’idée d’une spécificité radicale, puisqu’elle réintroduit la marginalisation. Or l’écriture féminine est face à une alternative indécidable, celle de gommer ou d’accentuer la différence. Peut-être la solution est-elle justement de ne pas se cantonner dans sa féminité. Mais se pose également la question de la stratégie éditoriale : « au box-office, la femme se vend bien » (Slama, 1981, p. 67). On ne peut exclure cette dimension des textes étudiés dans les articles.

10L’étude ici-même par Dubar des Mémoires d’une jeune fille rangée apporte un éclairage sur l’archéologie de l’adoption du genre autobiographique par Simone de Beauvoir, qui passe simultanément par le refus d’une identité féminine soumise et normée selon les usages de l’époque et la revendication d’une insertion sociale en rapport à une excellence intellectuelle assumée comme telle. Benoîte Groult, grande figure du féminisme pionnier des années 1970, évoque quant à elle l’expérience commune du vieillissement des corps. Ce n’est plus la posture d’exception qui fonctionne alors dans l’ensemble de ces écritures, mais la posture du témoignage authentique et sans fard.

11Plus spécifiquement, la question est celle de savoir si les femmes font état dans leur autobiographie d’une temporalité qui leur est propre. Le cas le plus flagrant dans le numéro est celui des autobiographies de femmes de ménage présentées par Lorena Poblete. Leur temporalité est marquée par un éclatement dû à la nature de leur activité professionnelle, mais aussi, pour Fatima Elayoubi en particulier, par une situation familiale qui la conduit à redoubler sa profession par la même activité dans le cadre domestique. L’article d’Edit Bors envisage lui la temporalité féminine vieillissante et son impact sur le corps, impact censé être plus sensible pour une femme que pour un homme.

Exclusion et exception

  • 2 Cité par Lejeune, 1980 : « La paysannerie, une classe objet », Actes de la recherche en sciences so (...)

12Ainsi, les articles du numéro s’intéressent à des autobiographies travaillant l’exception, y compris quand celle-ci est négative et correspond à une exclusion. Se dessine dans ce corpus une tendance au développement de l’écriture de ceux qui, jadis, n’écrivaient pas (voir sur ce point Le Grand & Pineau, 2013 ; Jeannelle, 2008). Il s’agit à nouveau des femmes de ménage, et il est d’ailleurs intéressant de noter que ces textes peuvent être à la fois des témoignages, des appels à la lutte (dans le cas de Maria Arondo), des thérapies (dans celui de Fatima Elayoubi), et revêtir une dimension ludique (et ce sont alors les autobiographies de femmes qui n’exercent cette profession qu’occasionnellement, comme Isaure et Louise Rafkin). Dans le cas de Maria Arondo et de Fatima Elayoubi, nous pourrions dire qu’au-delà de l’exclusion, elles sont des femmes d’exception, dans le sens où elles ont choisi d’écrire ou réussi à écrire alors que la temporalité même de leur vie éclatée aurait pu ou aurait dû empêcher ce geste. En outre, si l’on postule l’hypothèse de travail selon laquelle « l’autobiographie ne fait pas partie de la culture des pauvres » (Lejeune, 1980, p. 229), on relève un troisième niveau d’exception : il ne s’agit pas seulement de prendre la parole alors qu’on a l’habitude de se taire, ni seulement d’écrire alors qu’on n’en a pas le temps, mais aussi de s’approprier une culture traditionnellement réservée à d’autres. L’article de Poblete interroge ainsi la validité de l’idée de Bourdieu selon laquelle « les classes dominées ne parlent pas, elles sont parlées »2. Ces autobiographies montrent qu’il existe désormais un geste d’écrire sa vie pour créer une conscience de classe, et viennent enrichir le fond des autobiographies au travail d’ouvriers, de cheminots ou de migrants.

13Mais l’exception ou l’exclusion n’est pas seulement sociale. Les articles montrent la tendance à la publication d’autobiographies de personnes lambda ou non, qui deviennent intéressantes par une expérience exceptionnelle. Et cette expérience est souvent celle de la maladie ou de la mort.

La double temporalité de l’épreuve

14Avec ces autobiographies, nous sommes au cœur d’une problématique temporelle aigue, celle de la rencontre avec la finitude, que celle-ci prenne la forme de la mort d’un proche (Michel Rostain, Delphine de Vigan), de l’approche de la sienne propre (Benoîte Groult et Daniel Pennac) ou de la maladie (Fatima Elayoubi et à nouveau Delphine de Vigan). Le paradoxe des textes qui font de la confrontation aux limites de la condition humaine l’épicentre de leur récit est qu’ils abordent à la fois une caractéristique fondamentale de l’humanité – la finitude – et une expérience qui ne peut être vécue qu’individuellement. Se pose ici, avec une intensité particulière, la question du sujet écrivant son autobiographie comme modèle, comme vecteur possible d’une exemplarité. Face à la possibilité pour le sujet de représenter un modèle existe celle, inverse, de la singularité, voire de la solitude absolue – qui pose alors la question de la portée de l’acte d’écriture. Si le sujet écrivant est singulier, quel écho peut recevoir son texte – qui en l’occurrence dit l’angoisse métaphysique ? Comment se tisse la relation avec le lecteur, qui est à la fois le tout autre, le n’importe quel autre, et le prochain, soumis à la même angoisse ?

  • 3 on ne peut que songer ici au propos de Chiantaretto (2004, p. 18) concernant « l’aménagement nécess (...)

15Le travail d’écriture peut être thématisé comme le produit d’une épreuve à deux niveaux : en premier lieu l’épreuve existentielle à la source du projet autobiographique, qui sera configurée par l’élaboration narrative et qui fournit la clé interprétative principielle du texte produit ; mais en second lieu, le travail d’écriture est posé en lui-même comme une sorte d’épreuve initiatique supplémentaire, dont l’issue est radicalement incertaine, et qui va d’une certaine manière embarquer le lecteur en le prenant à témoin3. L’épreuve première institue le sujet comme patient, en tant qu’il subit l’événement à la source de l’entreprise autobiographique, laquelle entreprise ne peut plus se satisfaire du seul geste mémoriel, mais veut y répondre comme auteur en en faisant quelque chose, épreuve seconde, qui ne sera plus une transformation subie, mais une transformation agie et assumée. Le récit n’est plus uniquement une re-présentation du passé, pour reprendre le vocabulaire d’Aristote et Ricœur, car l’effectuation de la narration est en elle-même le lieu d’une épreuve nouvelle, c’est-à-dire une mobilisation de l’ensemble des ressources narratives pour reconstruire vaille que vaille un présent démâté.

Invention d’un futur et capital narratif

16L’hypothèse concernant une spécificité des formes contemporaines du texte autobiographique serait donc à rechercher dans une configuration nouvelle des temporalités : non pas seulement interroger le passé en fonction des préoccupations du présent, mais mettre radicalement au travail le présent pour que le passé puisse « passer », si l’on peut dire, et trouver une place tenable à défaut d’être véritablement apaisé ou pacifié. C’est à cet endroit d’un jeu complexe entre temporalités qu’un écho étrange semble circuler entre les contributions littéraires de ce numéro et les articles inscrits dans le champ des sciences humaines et sociales. Ces derniers en particulier insistent sur deux dimensions du travail autobiographique, l’importance d’une sorte de compétence narrative d’une part et son lien d’autre part avec la possibilité de construire du futur. Adela Abella ainsi s’interroge sur la validité des interprétations qu’elle peut proposer comme psychanalyste des récits de vie des élèves en situation de relégation scolaire qu’une enseignante suscite et publie à l’occasion de son départ à la retraite. Plus largement, elle questionne les risques permanents de la séduction narcissique qui peut se glisser dans toute interprétation : conduire l’autre subrepticement à adhérer à ses positions propres. Il semble que l’une des régulations de cette aporie (car il n’y a pas d’issue théorique ou rationnelle à ce doute salvateur) soit à rechercher dans la posture temporelle adoptée par le travail interprétatif : « En racontant leur vie, ces élèves ne seraient-ils pas en train de tenter de se réconcilier avec leur parcours afin de préparer leur avenir, tous tendus vers le futur, en essayant d’intégrer passé, présent et futur ». Non pas que la problématique d’une vérité passée à exhumer et restituer ne soit plus valide, mais le travail du passé par le présent, le travail du présent tout court pourrait-on dire, est orienté vers la ré-invention d’un futur, et dans tous les cas la tentative de réunir les matériaux d’un développement psychologique, dont les travaux de Bion proposent une thématisation intéressante (1965 ; 2002).

17Hélène Eraly, dans une toute autre perspective, puisqu’il s’agit de rendre compte de l’expérience contemporaine du passage à la retraite, est conduite à conceptualiser la problématique du projet qui est simultanément présente dans le discours ordinaire des personnes rencontrées et dans le discours savant des sociologues, qui en font une catégorie typique de notre modernité (Boutinet, 1990 ; Courtois & Josso, 1997). Est-il possible qu’une même formule, celle du projet, saute les frontières de cercles disjoints (des milieux de la recherche à ceux de personnes ordinaires se préparant à la retraite) dont on regrette souvent la trop grande étanchéité ? Les témoignages biographiques recueillis par Eraly font ainsi écho aux préoccupations énoncées par Abella concernant le sens du travail psychanalytique : rendre possible un avenir significatif et vivable pour le sujet. Dans les deux cas, des remarques pointent l’enjeu des compétences narratives, c’est-à-dire la capacité d’écrire (« Les faire écrire, bon sang » note l’enseignante dans la préface de son ouvrage) qui définit le fondement de la proposition autobiographique. Eraly de son côté observe une sorte de court-circuit entre récit et capacité d’action : « la capacité de se raconter et d’intégrer les épreuves de la vie dans un projet personnel favorise le dépassement de l’épreuve ». Les individus qui savent manier la « rhétorique du projet » sont en capacité de réinventer un futur praticable et dans tous les cas construisent un « capital réflexif ».

18Pourrait-on oser franchir le pas et évoquer une sorte de « capital narratif », inégalement distribué, et générant des fictions de soi que le sujet pourrait tester dans les formes de vie qui sont les siennes ? La problématique narrative ainsi identifiée dans ses perspectives de construction de la personne circule aussi bien dans le champ de la recherche sociale et psychologique, que dans le champ de l’exploration littéraire et de l’appareil critique qu’elle suscite ou provoque. Les ressources du récit sont alors au service de l’invention de soi. De cette manière, une orientation commune peut être indiquée entre les expériences littéraires analysées ici même par Edit Bors et Anne Strasser et les travaux d’Abella et Eraly : les ressources de la mise en mot référentielle, aux côtés des enjeux d’une restitution testimoniale fondatrice de soi (ce que l’individu a vécu, subi, traversé, initié) ou d’une époque (dans une perspective alors mémorialiste), permettent par les spécificités de la dimension strictement narrative un renouvellement potentiel, une issue à venir, un horizon émergeant, une sorte d’autopoièse refigurante. La fragmentation contemporaine de l’expérience biographique vue plus haut serait ainsi à relier à des sortes d’explorations expérimentales de soi.

19Dans Je est un autre, Philippe Lejeune rappelle que la spécificité de l’autobiographie est de rendre compte du vécu. Le texte autobiographique, référentiel par essence, entretient avec le réel un rapport de ressemblance, et non de production. Ce dont il parle appartient au monde du lecteur, et dans le cas de la mort, de tout lecteur. Mais par essence également, ce vécu est écrit et Philippe Lejeune souligne que l’autobiographie emprunte au roman ses techniques narratives, ses artifices. Le récit autobiographique, même aux prises avec le réel, est l’objet d’une nécessaire mise en forme. En fait, il conviendrait de dire que l’autobiographie et le roman empruntent aux mêmes ressources narratives de figuration. Dans l’alternative entre singularité et exemplarité, la singularité, pourtant revendiquée par les auteurs, qui écrivent parce qu’ils ont à partager une expérience dotée d’un caractère unique, semble reculer. L’objet de leur souffrance ou de leur angoisse, qui présente le risque de se révéler indicible, passe par le langage – commun à tous – et par la formalisation selon certains standards – communs au plus grand nombre – et échappe ainsi à ce danger, en sacrifiant toutefois son extrême singularité.

20Nous retrouvons ainsi le paradoxe de départ, entre le standard et le non-standard. L’intention des autobiographies étudiées semble tournée vers le non-standard, même si le standard tend à les rattraper, ne serait-ce que par le biais des contraintes formelles. Néanmoins, la revendication affichée reste celle du refus d’un modèle.

Homo Bifurcans et mort du « je »

21En effet, cette revendication coïncide avec le nouveau tournant dans la réflexion sur l’individu. Le « je » de ces autobiographies se trouve pris dans un mélange de « tout un chacun » (l’expérience que je rapporte pourrait être vécue par tout autre que moi) et de « moi dans mes particularités » (mais la manière dont je l’ai vécue et dont je la raconte fait ma singularité). En tout cas, il ne représente plus l’humaine condition à la Montaigne, ni le modèle, ni le « je » exemplaire, il n’est plus le moule dans lequel tout autre « je » pourrait se fondre.

…visible dans l’énonciation

22Ce nouveau statut du « je » est visible dans les choix énonciatifs des auteurs présentés. Bors analyse la variété des pronoms utilisés par Benoîte Groult, tandis que Strasser s’intéresse au refus du « je » chez Annie Ernaux, dont Les Années sont rédigées à la première personne du pluriel, chez Michel Rostain, qui fait parler son fils d’outre-tombe et le fait s’adresser à son père à la deuxième personne. Elle montre aussi l’originalité de la situation d’énonciation dans Lacrimosa, avec une correspondance fictive entre l’auteur et son amie, qui s’est suicidée, et que l’auteur fait aussi parler d’outre-tombe. Ces textes illustrent la fin de la stricte équivalence entre auteur, narrateur et personnage et la fin de l’usage de la première personne dans l’autobiographie. Avec ces dispositifs, on va au-delà de ce que Philippe Lejeune appelle l’« inéluctable dualité de la ‘personne’grammaticale » (Lejeune, 1980, p. 34), selon laquelle l’auteur parle de lui-même comme si c’était un autre qui parlait. Ces textes conduisent à s’interroger non seulement sur la notion de sujet, d’individu, mais aussi de celle de personne, au sens grammatical, certes, mais également moral et juridique.

23Cette interrogation ne limite d’ailleurs pas son application aux pronoms personnels, mais porte également sur les noms propres, ainsi que Bors le souligne dans son analyse de Mon Évasion où elle montre le travail de Benoîte Groult sur les noms et les surnoms qui ont marqué sa propre désignation tout au long de son histoire, et ainsi une autre approche de la question « qui suis-je ? ».

24Ainsi, si l’on admet que le « je » est un des piliers de l’auto-biographie, sa disparition ou son effacement devrait logiquement sceller une étape fondamentale dans la mutation de l’écriture autobiographique. Qu’est-ce qu’une autobiographie si l’ « auto – » est ainsi diffracté ? Notons que cette polyphonie des voix ne semble pas épuiser ou fragiliser la problématique du pacte autobiographique (Lejeune, 1975) et l’engagement référentiel qu’il institue. Bors signale par exemple que la page de couverture du livre de Benoîte Groult comporte une photo de l’auteur ne cachant rien de son propre vieillissement, en cohérence étroite avec le parti pris de l’ouvrage d’affronter sans fard la question du vieillir. Les formes concrètes du pacte peuvent faire l’objet d’un travail particulier dans le paratexte comme dans Le Journal d’un Corps de Pennac, où les feintises4 fonctionnent comme des clins d’œil sans pour autant détruire le pacte autobiographique. Ces jeux avec les « lois du pacte » soulignent par contraste l’enjeu du contrat de lecture qu’il institue, et dont la bonne réception définit une sorte d’impératif : ceci n’est pas une fiction.

…visible dans des écritures protéiformes et multi-genres

25Dès lors que le contrat fonctionne, l’expérimentation peut dialectiquement donner sa pleine amplitude. La diffraction ne touche d’ailleurs pas seulement l’énonciation. Les articles étudient des textes qui présentent des écritures protéiformes, font appel à plusieurs genres. Le modèle n’est plus seulement le roman, dont Lejeune disait qu’il prêtait ses codes à l’autobiographie. Ainsi, les textes prennent l’allure de collage ou de mosaïque. Ils constituent une unité mais celle-ci travaille dialectiquement avec l’éclatement. D’ailleurs l’éclatement est parfois thématisé et répond à la diffraction générique. Comment écrire plus efficacement la mort ou la souffrance qu’à l’aide d’une technique de patchwork, qui rapièce les morceaux éparpillés du « je » ?

26Si Fatima Elayoubi cache les sutures de ses plaies derrière un texte finalement assez linéaire, Benoîte Groult, elle, les exhibe. Bors rappelle qu’elle a sollicité différents genres, parfois avec humour, comme la bande dessinée et l’interview. De manière moins douloureuse peut-être, et plus nettement ludique, Isaure tient un blog qui fait écho à son texte publié, étudié par Poblete. Le registre de son écriture, qui tient plus de la satire que du pathétique – représenté par Fatima Elayoubi et Maria Arondo – n’évoque pas tant la suture d’une identité éclatée que le pot-pourri, qui serait l’origine étymologique de la satire. Toujours est-il que dans les deux cas, le « je » n’est plus le support d’une identité fixe, immuable dans le temps. Lorsqu’Isaure revêt son tablier de femme de ménage, elle devient « Super Isaure », ce qui n’évoque certes pas le déchirement des « je » étudiés par Strasser. Il n’en reste pas moins que le « je » de ces autobiographies est bien multiple.

Fractionnement, éclatement du « je »

27Cet éclatement du « je », s’il représente une tendance croissante dans l’écriture autobiographique actuelle ou du moins dans les articles étudiés dans ce dossier, ne semble pourtant pas nouveau, et pourrait être constitutif du genre. Dans Je est un autre (1980), Philippe Lejeune montre que le genre autobiographie encourage l’illusion d’une unité du « je », alors que par définition, le « je » « passe son temps à être autre ». Il rappelle la phrase de Paul Valéry, selon laquelle « l’individu est un dialogue », qui induit donc que la communication avec autrui, en l’espèce le lecteur, est un dialogue redoublé. Pour Lejeune, cette tension entre une « impossible unité » et une « intolérable division » est le propre de la personne, et il qualifie le sujet parlant d’ « être de fuite » (Lejeune, 1980, p. 38). Dès lors, ce qui semble être une tendance de l’autobiographie contemporaine apparaît comme une caractéristique intrinsèque du genre. Quand bien même l’autobiographie est fondée sur un pacte, elle n’exclut pas et au contraire, elle est aussi fondée sur la théâtralisation. Dubar confirme ici même les contradictions identitaires auxquelles peut conduire le texte autobiographique « classique » quand il tente de ressaisir dans une permanente cohérence l’entièreté d’un parcours de vie. Sans doute touchons-nous ici une évolution possible du genre autobiographique actuel, qui, prenant la mesure d’une permanence identitaire dans le temps, construite sur une logique de l’entéléchie (devenir ce que l’on est dès le commencement), deviendrait un habit trop étroit dans un contexte contemporain marqué par la labilité biographique. On se souvient que Ricœur, dans Soi-même comme un autre, montrait que l’identité narrative permettait de « faire tenir ensemble » dans le temps (Ricœur, 1990, p. 196) deux figures opposées de l’identité : celle de la mêmeté et du caractère (en quoi on est identique à soi-même), et celle de l’ipséité et du maintien de soi (sur le modèle de la promesse et du rapport à soi) : cette deuxième figure permet une forme de permanence qui n’est pas réductible au caractère, et intègre de manière plénière la problématique du développement et du changement. La fragmentation contemporaine par rapport aux sommes autobiographiques passées signalerait un déplacement du balancier de l’identité des caractères (rendre compte de ce que je suis depuis toujours : la rhétorique classique de l’autobiographie identifiée par Lejeune) à une « identité ipséité » : l’exploration de ce qui m’altère et me désunit, de ce qui m’affecte et me transforme. À la dimension attestative du récit de vie rétrospectif répliquerait l’exploration prospective des expérimentations autobiographiques contemporaines. La littérature porterait jusqu’à nous l’écho de ce qui travaille les épreuves ordinaires de la vie tétanisées par le futur (l’adieu à l’enfance chez Abella, la fin du travail chez Eraly, le vieillissement inéluctable pour tout le monde) ou au contraire les épreuves radicales, comme le deuil ou la maladie, dans la perspective de sauvegarder une parcelle d’avenir. Le propos tenu ici ne méconnaît pas ce qui travaille toute autobiographie depuis Rousseau, et qui tient aux évolutions, changements et transformations qui peuvent affecter l’histoire de la personne et partant sa personnalité, et que l’autobiographie permet précisément d’appréhender. Mais ces mutations étaient traversées et contenues par l’accomplissement d’un destin où une cohérence pouvait s’appréhender par la reprise rétrospective définie par l’autobiographie. Il est évident qu’une telle conception est tout à fait actuelle et convient à l’appropriation subjective de maints parcours. Mais le pôle mêmeté qui la définit en profondeur ne serait pas (ou plus) adapté à l’Homo bifurcans, lequel est plus circonspect quant à toute prédestination biographique ou assignation identitaire (Bessin, Bidart & Grossetti, 2010), comme l’émancipation jamais complètement acquise des identités féminines peut en témoigner. La fragmentation du genre, appropriée au pôle de l’ipséité, s’accompagne d’un surinvestissement narratif, où l’on s’efforce d’exploiter toutes les ressources figuratives du récit et finalement de l’ensemble des genres que celui-ci peut irriguer. La cohérence identitaire devient une option possible de l’identité narrative, et non plus son principe.

Être quelqu’un ?

Qui suis- « je » pour écrire mon autobiographie ?

28Les expériences mises en valeur dans ces autobiographies créent une dynamique d’égalisation : tout le monde à quelque chose à raconter, tout le monde peut être une vedette (c’est d’ailleurs le sens du phénomène né au début des années 2000 des télés réalités), on assiste à une démocratisation de l’accès à la posture de centre d’intérêt (pour une mise au point approfondie sur la problématique du témoignage, voir les travaux de Lacoste, 2010 et 2011). À moins que, dans une optique plus optimiste, on dise que cette dynamique témoigne du fait que tout le monde peut être quelqu’un. Ainsi, les articles étudient des cas où les invisibles deviennent visibles : les femmes de ménage (Poblete), les retraités (Eraly), les « balafrés de la vie » (Abella) et/ou les personnes âgées (Bors), les femmes (Bors, Poblete, Strasser). Nous ne sommes plus seulement dans des cas où des personnalités, des auteurs déjà reconnus (comme ceux étudiés par Dubar) rédigent leur autobiographie à un moment clé de leur parcours ou de leur carrière, mais dans des situations où des « gens » se tournent vers l’écriture autobiographique à un moment de leur existence où ils en ressentent le besoin. Les auteurs contemporains étudiés ici n’ont parfois rien écrit d’autre que leur autobiographie, ou entrent dans l’écriture de cette manière (comme c’est le cas de. Rostain par exemple). On pourrait encore distinguer les modalités d’écriture : Isaure et Fatima Elayoubi sont aidées par un écrivain professionnel, les jeunes dont les textes sont étudiés par Abella sont guidés et étayés par un enseignant, les retraités sont sollicités par un sociologue en situation d’enquête et qui retranscrit les entretiens réalisés, tandis que d’autres auteurs sont autonomes dans l’écriture.

29Restent les cas intermédiaires, comme Annie Ernaux, Daniel Pennac, Régis Jauffret ou Delphine de Vigan qui sont déjà relativement « quelqu’un » lorsqu’ils écrivent respectivement Les Années, Journal d’un corps, Lacrimosa et Rien ne s’oppose à la nuit. Le cas d’Annie Ernaux est d’ailleurs lui-même particulier, puisqu’elle s’illustre dans l’écriture autobiographique et non dans l’écriture fictionnelle, par contraste avec les autres auteurs.

30Mais cet objectif consistant à « être quelqu’un » ne conduit-il pas inévitablement à la mise en scène de soi, avec ce qu’elle comporte de construction artificielle ? Cette mise en scène de soi est mise en œuvre le temps de son existence, et peut-être dans la postérité, même si les témoignages présentés dans les articles de ce dossier semblent plutôt ancrés dans le présent. Avec les autobiographies contemporaines, nous sommes loin du Jugement dernier visé par Rousseau, et il semble que le lecteur visé soit plutôt le lecteur contemporain, capable de comprendre les expériences racontées.

« Je » et « nous »

31En effet, dans plusieurs cas, l’écrivain se place dans une perspective générationnelle : le « je » apparaît comme le représentant d’un « nous », voire du « nous ». Le texte étudié le plus net à cet égard est celui d’Annie Ernaux, Les Années, analysé par Strasser, puisqu’il est écrit à la première personne du pluriel. Dans Mon Évasion, Benoîte Groult adopte une posture qui n’est pas très éloignée de celle d’Annie Ernaux, même si le système énonciatif est plus complexe, et partant, porteur d’un processus moins explicite. Le « nous » implicite des autobiographies analysées par Poblete est moins celui d’une génération que d’une catégorie socio-professionnelle, mais l’effet de solidarité fonctionne également. Il ne s’agit pas, en effet, d’exister à travers un « nous », même si la notion de conscience de classe est présente dans les autobiographies de femmes de ménage, notamment dans le texte de Maria Arondo. Il s’agit plutôt pour le « je » d’apparaître comme un échantillon type de ce nous, comme si le « je » pouvait prendre une amplitude dépassant les strictes limites de l’individuel et aller vers un « je » paradoxalement collectif. Cette dialectique entre l’individuel et le collectif n’est pas nouvelle dans la construction de l’identité, mais elle est ici mise en lumière au regard de la question temporelle : le « je » n’est plus circonscrit dans la finitude de son existence mais s’inscrit dans une temporalité plus longue, qui peut excéder les bornes de son existence, comme le montrent les instances parlant d’outre-tombe dans les textes analysés par Strasser.

32Cette inscription dans un « nous » pourrait être une des raisons de la popularité de l’autobiographie aujourd’hui. L’autobiographie comme genre des classes dominantes n’est plus de mise et les articles montrent que le capital culturel n’est pas déterminant pour motiver l’acte d’écriture. La popularisation de l’autobiographie fonctionne d’ailleurs à la fois dans le sens de l’écriture, comme nous l’avons vu avec la possibilités pour ceux qui étaient jadis invisibles de raconter leur vie et se mettre en scène ; mais aussi dans le sens de la lecture, avec un succès croissant du genre en librairie.

Éléments de conclusion : le futur ne va plus de soi

33Dans Ontogenèses (2013, p. 19), Lejeune confie :

Je crois que l’autobiographie est un genre en train de naître. On en est aux balbutiements, dans l’état où en était le roman il y a trois siècles. Il y a plein de choses à inventer.

34Les articles rassemblés dans ce numéro ne contredisent pas l’enthousiasme de la formule : comme chacun sait, les prédictions ne se vérifient pas au présent de leur énonciation ! Mais nous partageons pour notre part cette intuition. L’hypothèse d’un Homo Bifurcans émergeant, à l’origine de ce numéro de Temporalités, vaut sans doute la peine d’être tenue et discutée : au positionnement rétrospectif et à la perspective cavalière que l’autobiographie classique nous a rendu familière se substituent le témoignage et le renouvellement radical des formes d’expression, travaillant en particulier la posture énonciative et bousculant délibérément les frontières entre genres. Les ressources de la figuration narrative sont explorées et sollicitées pour actualiser au présent une sorte de « performance biographique » : l’écriture, voire la parole, sont le lieu d’une mise au travail de l’expérience vécue.

35La préoccupation centrale de l’entreprise autobiographique ne semble plus tenir en la construction d’une cohérence identitaire, mais plutôt dans l’engagement authentique d’un sujet dispersé, un moment rassemblé sur une expérience particulière. Les dispositions actuelles soulignent la robustesse du pacte autobiographique, qui permet d’ancrer l’expression du sujet dans une référentialité au fondement même de la mise en mot.

36Le renoncement a une perspective cavalière conduit à une fragmentation du récit, qui se focalise sur un événement ou une réalité spécifique : l’épreuve restaurée mobilise le présent dans la préoccupation d’un futur, qui ne va plus de soi, et qui se construit au risque des ressources narratives. L’Homo Bifurcans est un être hanté par le futur.

Haut de page

Bibliographie

Baudouin J.-M., 2010. De l’épreuve autobiographique, Genève, Peter Lang.

Bertaux D., 1976. Histoires de vies ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, Paris, Rapport Cordes.

Bessin, M., Bidart, M. & Grossetti, M. (2010). (éd.). Bifurcations, Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bidou-Zachariasen C., 1997. Proust sociologue, Paris, Descartes & Cie.

Bion W. R., [1965] 2002. Transformations. Change from Learning to growth. London, Karnac Books, trad franç : Transformations. Passage de l’apprentissage à la croissance, Paris, Puf.

Boutinet J.-P., 1990. Anthropologie du projet, Paris, Puf.

Chiantaretto J.-F. (Éd.), 2004. Témoignage et trauma, Paris, Dunod.

Courtois B. & Josso M.-C., 1997. Le projet : nébuleuse ou galaxie ?, Lausanne, Delachaux & Niestlé.

Didier B., [1981] 1991. L’Écriture-femme, Paris, Puf.

Jeannelle J.-L. 2008. Écrire ses mémoires au XXe siècle, Paris, Gallimard.

Lacoste C., 2010. Séductions du bourreau, Paris, Puf.

Lacoste C., 2011. Le témoignage comme genre littéraire en France de 1914 à nos jours, thèse de doctorat réalisée sous la direction de Tiphaine Samoyault et François Rastier, soutenue à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Lassave P., 2002. Sciences sociales et littérature, Paris, Puf.

Lejeune Ph., 1975. Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil.

Lejeune Ph., 1980. Je est un autre, Paris, Seuil.

Lejeune Ph., 2013. Ontogenèses, Paris, Seuil.

Lewis O., 1963. Les enfants de Sanchez, Paris, Gallimard.

Pineau G. & Le Grand J.-L., 2013. Les histoires de vie, Paris, Puf.

Ricœur P., 1983. Temps et récit. 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, Coll. Points.

Ricœur P., 1984. Temps et récit. 2. La configuration dans le récit de fiction, Paris, Seuil, Coll. Points.

Ricœur P., 1985. Temps et récit. 3. Le temps raconté, Paris, Seuil, Coll. Points.

Ricœur P., 1990. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

Slama B., 1981. « De la “littérature féminine” à “l’écrire-femme” : différence et institution », in Littérature, n° 44, 1981, L’Institution littéraire II, p. 51-71.

Thomas W. I. & Znaniecki F. W., 1974. The Polish Peasant in Europe and America (1918-1920). Boston : Richard G. Badger

Haut de page

Notes

1 Le terme de « fragmentation » sera ici systématiquement utilisé pour désigner cette caractéristique des autobiographies à se focaliser sur une épreuve donnée, par opposition à celles qui retracent l’intégralité d’une existence.

2 Cité par Lejeune, 1980 : « La paysannerie, une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17/18, novembre 1977, p. 4. 

3 on ne peut que songer ici au propos de Chiantaretto (2004, p. 18) concernant « l’aménagement nécessaire d’un espace testimonial pour l’analysant » à certains moments du travail de la cure

4 Voir l’article de Strasser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Baudouin et Natalia Leclerc, « Temporalités et autobiographie », Temporalités [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2499 ; DOI : 10.4000/temporalites.2499

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Baudouin

Université de Genève
Jean-Michel.Baudouin@unige.ch

Natalia Leclerc

Université de Bretagne Occidentale
Natalia.Leclerc@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page