Navigation – Plan du site

Les temporalités de la recherche, introduction

Research Temporalities, introduction
Temporalidades de la investigación, introducción
Paul Bouffartigue et Caroline Lanciano-Morandat

Texte intégral

1La recherche a connu au cours du XXe siècle un processus d’autonomisation vis-à-vis des deux activités auxquels elle a été longtemps intégrée : l’enseignement supérieur, d’une part, la conception et la fabrication de nouveaux produits ou services d’autre part. Mais, dans le même temps, les activités de recherche tendent à se diffuser dans toutes les sphères des activités humaines, à commencer par les activités productives. L’autonomisation d’un secteur de la recherche s’est ainsi produite dans le même mouvement par lequel cette activité prenait une part accrue au développement économique.

2Depuis une vingtaine d'années, la recherche est, en effet, présentée par nombre d’économistes et de responsables politiques comme un atout essentiel pour la compétitivité d’une nation. Mais cet avantage ne serait effectif qu’en fonction de la capacité qu’auraient les chercheurs à multiplier et à valoriser leurs résultats, à l’aptitude des entreprises à innover sur les marchés, et à la qualité des relations instaurées entre les académiques et les industriels. Au-delà de la rhétorique omniprésente valorisant la durabilité et la compétitivité de l’« économie de la connaissance » (Lisbonne 2000), des transformations importantes interviennent dans le (ou les) monde(s) de la recherche. L’appel au développement des savoirs se manifeste aujourd’hui dans de nombreux secteurs d’activité et doit répondre et s’ajuster à de multiples fonctions. Ainsi, la majorité des auteurs ayant répondu à l’appel à articles de la revue Temporalités a choisi de traiter des processus liés à l’accélération des transformations de la recherche, aux nouvelles contraintes temporelles qui lui sont associées (Dubar 2004), telles qu’elles semblent liées à cette conception renouvelée du rôle de la recherche et des relations entre temps de la programmation scientifique et temps des pratiques de recherche.

3La recherche n’a souvent été saisie par les chercheurs en sciences sociales qu’indirectement, à partir de l’ensemble « science », par ses évolutions ou par certains processus temporels qu’elle met en œuvre pour faire progresser les connaissances. Ainsi les historiens et les sociologues des sciences retracent-ils les différents champs disciplinaires à partir de figures singulières de savants, de leurs histoires, du processus ayant conduit à leurs découvertes. Ils suivent et expliquent aussi bien le mouvement des relations qui se développe entre la production des connaissances et la société, que l’émergence des nouvelles disciplines ou que celle de nouveaux domaines technico-scientifiques. Les spécialistes de science politique et certains sociologues de l’action publique s’intéressent quant à eux aux évolutions des institutions universitaires, à leurs modes de gouvernement, aux relations qu’elles entretiennent. Pendant longtemps, les sociologues du travail, centrés sur l’atelier puis sur l’entreprise, n’ont pas envisagé cette activité, ni les travailleurs qui s’y attellent, à partir d’une réflexion sur les temps sociaux, à l’instar de ce qu’ils ont pu entreprendre pour les activités « productives ».

4La visibilité prise par la recherche au sein du système productif, le lien direct et accru entre les avancées scientifiques et techniques comme la situation économique et sociale impliquent donc, plus que jamais, que les chercheurs en sciences sociales ouvrent « la boîte noire » que l’activité de recherche continue d’être (Brunet 2012). Il s’agit d’étudier la recherche à partir, à la fois, des dispositifs temporels imposés par les commanditaires, les hiérarchies etc., de leurs imbrications avec les temporalités propres à la profession et d’analyser les disponibilités et les contraintes temporelles que ces gestions par le temps imposent aux travailleurs. Ce numéro de Temporalités a pour ambition de donner à voir quelques aspects de ces premières investigations, dans ce nouveau champ de la recherche académique ou dans la R & D des entreprises, et d’encourager leur poursuite.

5Des logiques temporelles ont toujours présidé aux activités de découverte et d’innovations scientifiques et techniques, ne serait-ce que par le jeu de la compétition, implicite ou explicite, entre chercheurs. Mais ces limitations des temps étaient, auparavant, internes aux collectifs de travail. Elles pouvaient être opérées par le chercheur lui-même ou être effectués par les « pairs » et/ou par la hiérarchie spécifique. À ce titre, ces limitations ne semblaient pas remettre en cause, dans la plupart des cas, l’indépendance professionnelle des chercheurs ; au contraire, elles participaient de l’indépendance de la communauté. Elles étaient compatibles avec l’utopie professionnelle de l’autonomie, légitimée par Merton (1949), dont se revendiquent les chercheurs qui souhaitent que leurs normes professionnelles ne relèvent que de leurs pairs, tout en admettant que l’avancement de la science ne doit pas être freinée par la manque de moyens. Aujourd’hui, les financeurs qu’ils soient publics ou privés, sont directement « intéressés » (Akrich et alii, 1988) à obtenir rapidement des résultats correspondants aux demandes qu’ils ont préalablement formulées, et ce jusqu’à devenir les commanditaires mêmes des travaux des laboratoires et les maîtres des temps des chercheurs.

6L’ensemble des articles présentés traite donc ici des nouvelles temporalités de la recherche compte tenu de ce contexte économique et social. Ils ne s’intéressent qu’au cas français. Les articles se partagent entre deux types de contributions : 1- ceux qui réfléchissent sur les conséquences des financements et de la mise en forme de la recherche en projet sur les temporalités de la recherche, et traitent de façon privilégiée des changements en termes d’organisation et de pratiques collectives ; 2- ceux qui montrent comment la multiplicité et l’intensité des travaux imposés aux enseignants-chercheurs et aux chercheurs brouillent leurs temporalités professionnelles et domestiques, lesquelles sont centrées sur les modalités de la « disponibilité temporelle » au travail de ces professionnels (Bouffartigue, Bouteiller 2012) et sur le fort engagement qui leur est imposé dans ce métier. La plupart des terrains relève d’une seule discipline, ou d’un ensemble de domaines scientifiques au sein des sciences exactes, un seul article traitant des sciences humaines et sociales, l’histoire. Ils concernent quasi exclusivement les sciences expérimentales. Malheureusement, aucune contribution ne met en comparaison les contraintes temporelles des différents types de recherche (théorique/expérimentale ; fondamentale/appliquée etc.). Les enquêtes portent principalement sur la recherche académique, la recherche industrielle n’étant envisagée que dans deux cas. Si les auteurs de ces contributions, pour la plupart chercheurs en sociologie ou en science politique, se sont facilement saisis du thème des évolutions des temporalités liées aux nouveaux modes de gestion, c’est à n’en pas douter, en raison de leurs expériences en cours, liées aux effets, sur leurs emplois du temps, des réformes des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche en France comme en Europe. Nous pouvons regretter que l’appel à articles n’ait pas mobilisé les historiens de la science, ni même les spécialistes de la diffusion et de l’appropriation des savoirs et des savoir-faire par d’autres groupes sociaux. Il n’a pas non plus été l’occasion de s’interroger sur les évolutions du marché du travail des scientifiques, sur le mouvement de précarisation qui se poursuit d’années en années dans ce secteur. Peut-être, notre texte de sollicitation était-il trop focalisé, trop lié à des préoccupations « chaudes », quotidiennes, pour intéresser ces chercheurs ? Le choix de traiter dans un même numéro à la fois de la recherche académique et de la recherche industrielle en a aussi peut-être déconcerté certains ? Mais cette concentration des contributions sur une thématique particulière, alors que d’autres ont été négligées, dénote la segmentation des réflexions sur la recherche, et peut-être la crainte qu’il y a à s’affronter à des objets en relation avec nos propres pratiques. Il convient donc que nous poursuivions et élargissions les réflexions dans ce domaine.

Les temporalités des collectifs de travail et des chercheurs face aux nouvelles formes d’organisation « en projet »

7Qu’ils traitent de disciplines différentes, des recherches académiques ou industrielles, nombreux sont les auteurs qui s’attachent à étudier l’influence des nouveaux modes de gestion en projet et de leur financement sur les temporalités des collectifs de travail. Le projet est présenté ainsi comme une action de recherche limitée dans ses objectifs, son budget et sa durée ; il est le plus souvent décrit comme étant financé par l’extérieur de la communauté scientifique, par une institution de recherche, la direction d’une entreprise ou celle d’un département produit. Laquelle en escompte rapidement des résultats qui ont été préalablement définis : le projet donne lieu à une contractualisation entre le financeur/commanditaire et le collectif de recherche qui programme le déroulement de la recherche, ainsi que ses différentes phases ; il est assorti de mécanismes d’évaluation et de contrôles extérieurs à la communauté scientifique (Midler 1994, Barrier 2011, Jouvenet 2011). Trois auteurs insistent sur les tensions que cette nouvelle organisation engendre entre les temporalités qui seraient propres à la profession de chercheur et celles qui seraient imposées par les gestionnaires (Brunet, Dubois 2012) ; deux autres se focalisent sur le processus de transformation des temporalités mais sans le rapporter exclusivement aux nouvelles formes de gestion. Par ailleurs, certaines contributions tendent à démontrer que l’appropriation de la gestion par projets s’effectue différemment selon les disciplines.

Les tensions entre temporalités professionnelles et temporalités gestionnaires provoquées par l’organisation en projet

8Les trois contributions qui traitent de ces tensions offrent des exemples significatifs des dynamiques qui affectent aujourd’hui la recherche. Deux d’entre elles traitent de la recherche académique – l’une en histoire, l’autre en biophysique – et la troisième de la recherche industrielle. L’effet des « financements sur projet » (FSP) sur les pratiques de recherche académique est à l’origine d’un débat entre chercheurs en sciences sociales (Barrier 2011 ; Jouvenet 2011 ; Hubert, Louvel, 2012). Si tous conviennent que cette nouvelle « logique gestionnaire » entre en tension avec l’ancienne « logique professionnelle », certains d’entre eux considèrent que ces tensions produisent de nouvelles configurations de travail et une recomposition de la profession alors que d’autres font le constat d’un risque de dé-professionnalisation et d’une perte d’autonomie des chercheurs. Nos auteurs s’inscrivent dans ce débat de façon différente, afin d’analyser les hybridations qui se créent entre temporalités gestionnaires et professionnelles (Brunet 2012).

9Lionel Cauchard et Immaculada Vilardell, dans leur article « L’histoire face aux financements sur projet : autonomie professionnelle, temporalités et organisation de la recherche » montrent ainsi qu’il n’y a pas de modèle unique d’adaptation des équipes et des chercheurs face à la montée en puissance des financements sur projet. À partir d’une enquête qui compare trois laboratoires de recherche académique en histoire, ils mettent l’accent sur la profonde hétérogénéité de la profession académique ; les tensions plus ou moins fortes entre « logique de projet » et « logique propre aux laboratoires de recherche », le FSP étant vu comme un révélateur de cette diversité.

10Dans « Le temps d'un projet. Les temporalités du financement sur projet dans un laboratoire de biophysique », Émilien Schultz produit une typologie des différentes temporalités de recherche pour comprendre comment s’est structuré et se développe un centre de recherche réunissant différentes disciplines autour de la biophysique. Il oppose la temporalité gestionnaire courte des projets à la temporalité professionnelle plus longue à laquelle les chercheurs étaient habitués. L’examen de plusieurs projets au sein de ce centre lui permet de montrer comment les chercheurs s’approprient différemment les contraintes temporelles du projet en les hybridant avec leurs pratiques antérieures. Il définit, « trois régimes d’usage » de ces FSP qui traduisent les différentes formes d’hybridation possibles entre temporalités : le régime connexionniste et autonome (le projet comme « opportunité »), le régime simultané, le régime séquentiel.

11L’article de Lucie Goussard et de Guillaume Tiffon, « Travailler en projets dans la R & D. La temporalité contrariée du travail de recherche » expose comment la direction d’une grande entreprise industrielle utilise l’organisation en projet pour accroître la productivité des chercheurs et diriger les activités de ces derniers en fonction de ses priorités technologiques. Les auteurs analysent ce qu’ils estiment être une recomposition des temps de la recherche provoquée par la nouvelle logique gestionnaire, recomposition par rapport aux temporalités antérieures, valorisées – voire idéalisées par les professionnels étudiés ? – des activités de ce secteur. En mettant la R & D « au service des directions clientes », cette logique gestionnaire « contrarierait » la production scientifique par l’aspect « chronophage et artificiel des outils de recherche », et contribuerait ainsi à faire éclater le travail de recherche et à empêcher la concentration mentale des chercheurs, les obligeant à travailler « à contretemps ».

12Ces contributions opposent ainsi deux modèles : celui des temporalités antérieures longues, commandées et contrôlées par les pairs, et celui des nouvelles temporalités courtes, que les financeurs/commanditaires extérieurs à la communauté professionnelle tentent d’imposer. Il est paradoxal de constater que ce sont les auteurs de l’étude sur la R & D industrielle qui diagnostiquent comme principal effet de la gestion par projet une dé-professionnalisation et une perte d’autonomie des chercheurs, alors que ceux qui analysent la recherche académique constatent, plutôt qu’une telle dynamique unilatérale, une variété des hybridations entre ces pratiques.

Les adaptations et ajustements des collectifs de travail aux organisations en projet

13Deux autres articles traitent aussi de la montée en puissance de la gestion en projet, mais sans opposer véritablement un avant et un après, une logique professionnelle et une logique gestionnaire. Ils sont centrés sur les adaptations et les ajustements rendus nécessaires par la gestion par projet, les différents types d’appropriation qu’elle permet, mais ils relativisent aussi ses effets sur les pratiques de recherche, d’autres facteurs jouant aussi un rôle dans les changements constatés.

14Effectuer une recherche en écologie à partir d’un projet commandité et financé de l’extérieur de l’unité de recherche suppose, pour Clémence Emprin dans son article, « La communication de projet : productions discursives et ajustements autour de différentes temporalités de la recherche en écologie », une intense activité communicationnelle. La communication assure, en effet une double fonction, d’une part de légitimation – en direction du financeur – de la temporalité effective par rapport à la temporalité programmée, d’autre part de « prise » sur cette temporalité effective, c’est-à-dire d’ajustement de l’activité scientifique à ses aléas. L’auteure de l’article montre que les ajustements nécessaires pour assurer ces fonctions supposent l’ancrage des participants dans des sociabilités professionnelles qui ne se construisent que dans une temporalité nettement plus longue que celle des projets. Elle conclut également sur les effets de « renforcement d’un modèle de scientificité hypothético-déductif » qui sont associés à la généralisation du FSP.

15L’article de Caroline Lanciano-Morandat « Temps officiels et disponibilités temporelles des travailleurs de la recherche académique et industrielle » s’intéresse aux évolutions des modes de gestion de la recherche, tant académique qu’industrielle, dans les secteurs de la chimie et de la pharmacie, telles qu’elle a pu les observer au cours des 20 dernières années. Elle montre que la gestion et le contrôle de la recherche ont toujours posé problème aux hiérarchies et aux gouvernants. Cette activité était organisée en « opérations » dont les durées étaient déjà prescrites et délimitées, l’adoption de plus en plus fréquente de la forme d’organisation « en projet » – corrélative de la rationalisation du travail scientifique imposée par la mise sur les marchés et la volonté de diminuer le coût des produits de la recherche tant académique qu’industriels – accélère aujourd’hui cette tendance. Ces deux modes de gestion sont actuellement pratiqués, le choix de l’un ou de l’autre dépendant de la capacité qu’ont les managers et les chercheurs à s’approprier les contraintes temporelles de chacun dans des contextes institutionnels, scientifiques et financiers différents.

16Ces deux articles mettent ainsi en évidence à la fois les changements et les appropriations diverses de nouvelles contraintes de gestion mais aussi les continuums existants dans l’activité de recherche.

L’influence des disciplines sur ces tensions et adaptations

17Parmi les auteurs des articles ci-dessus, certains insistent sur l’influence du champ disciplinaire sur le mode d’appropriation de la gestion par projet. Ainsi, Cauchard et Vilardell relèvent avoir peu observé, dans le domaine de l’histoire, ces mécanismes par lesquels les chercheurs s’efforcent de se protéger des injonctions temporelles : les historiens arriveraient aisément à composer avec elles. Au contraire des disciplines nécessitant des dispositifs expérimentaux coûteux ils pourraient, en effet, exercer leur activité sans devoir obligatoirement en appeler à l’apport de financements supplémentaires extérieurs. Les contributions d’Emprin et de Schultz traitent de domaines, l’écologie et la biophysique, où interviennent plusieurs disciplines. La première insiste sur la difficulté, dans une recherche en écologie, de concilier la temporalité des phénomènes naturels, qui sont l’objet de l’expérimentation et qui sont difficilement maîtrisables, avec le planning d’une gestion par projet. Le second voit dans ce type de gestion un outil efficace utilisé par le management pour faire travailler ensemble des chercheurs de disciplines différentes sur un objet défini en dehors d’eux.

18Ces contributions analysent la recherche comme une activité sociale comme les autres, en tant que telle analysable à partir des outils de la sociologie des temporalités ; elles suivent le travail concret effectué dans les laboratoires dans ses pratiques quotidiennes comme dans ces évolutions ; mais surtout, elles replacent les situations des collectifs de travail et des individus dans le contexte économique et social actuel.

Disponibilité temporelle des chercheurs et des enseignants-chercheurs et conditions d’emploi et de travail

19L’article de Maria Rio Carral et de Bernard Fuselier sur « Les agencements spatio-temporels vie professionnelle/vie privée chez les chercheurs post-doctorants : une réalité négligée par l’institution universitaire » traite de la manière dont, en Belgique, des jeunes chercheurs post-doctorants font face aux injonctions de productivité accrue que décrète une institution « gourmande » en temps, et ce dans un contexte où la compétition pour l’accès aux postes stables s’est intensifiée et où les critères de recrutement s’appuient de plus en plus sur les mobilités internationales… Après avoir rappelé l’environnement institutionnel belge, les auteurs dégagent les trois types d’agencements spatio-temporels utilisés par les jeunes chercheurs pour concilier les nouvelles exigences de leur carrière et leur vie privée : « l’intégration spatio-temporelle », où vie professionnelle et vie privée s’interpénètrent mais où l’engagement professionnel très fort déborde sur la vie domestique ; celui de la « conciliation spatio-temporelle », où les deux espaces-temps sont nettement différenciés, délimités et contrôlés ; celui du « conflit spatio-temporel » enfin, où les deux espaces-temps étant vécus comme en concurrence permanente, les tensions font l’objet de perpétuelles négociations. Ces types idéaux ne se distribuent pas au hasard, ils sont très nettement liés au genre, au mode d’engagement dans une vie familiale, et, le cas échéant, aux dynamiques des débuts de carrière professionnels des deux conjoints. Le premier profil correspond par exemple plus souvent à des hommes ou à des femmes n’ayant pas d’engagements familiaux, alors que les deux autres correspondent à des chercheurs engagés dans une vie domestique. La conclusion des auteurs est que l’institution universitaire impose à ces jeunes chercheurs mobilisés pour l’accès à un emploi scientifique stable un engagement très important dans la carrière impliquant une subordination étroite de la vie extraprofessionnelle aux contraintes temporelles de la vie de travail.

20Nawel Aït Ali et Jean-Pierre Rouch, dans « Le “je suis débordé” de l’enseignant-chercheur. Petite mécanique des pressions et ajustements temporels », analysent les ressorts de la méta activité que doivent réaliser les enseignants-chercheurs pour articuler, composer et recomposer en permanence leur emploi du temps. Selon le « parti pris » qu’ils ont adopté, le lecteur découvre l’ « exercice concret de la profession » en suivant les différents ajustements opérés par chaque individu ». Les agendas des enseignants-chercheurs seraient particulièrement bousculés par « la faiblesse des temps cadres, la multiplicité des ordres de tâches et la nature de l’engagement exigé » ainsi que par « l’imprécision des objectifs fixés à l’activité ». Les calendriers analysés sont ceux du quotidien, mais ils sont mis en relation avec les événements des vies professionnelles et domestiques de chaque individu, événements qui modifient les routines journalières (maternités, contrat ANR etc.). Trois types de temps sont définis et pris en compte dans l’analyse des auteurs : les temps contraints objectifs, les temps contraints « auto-prescrits », les temps « ressentis »  et « exprimés ». Ils mettent à jour plusieurs « foyers de tensions » entre ces différents temps : le brouillage des sphères sociales, c’est-à-dire l’absence de frontière nette entre activités professionnelles et domestiques ; la discontinuité de pratiques professionnelles ; l’imbrication d’échelles de temporalités multiples et parfois concurrentes ; le décalage entre les représentations personnelles du métier et les injonctions institutionnelles (productivités, accélération des rythmes d’activité etc.). Face à ces tensions, les tactiques et les astuces de chaque enseignant-chercheur sont multiples : délimiter le contour des activités, construire les cadres temporels du quotidien fonctionnant comme des microrituels, requalifier des activités selon leur type, réhabiliter des temps contraints. L’appareillage conceptuel permet de mettre en évidence les pressions temporelles imposées à l’enseignant-chercheur et sa capacité individuelle à les atténuer à court terme par différents arrangements, tactiques et astuces.

21Caroline Lanciano-Morandat, après avoir décrit les changements de mode de gestion de la recherche et l’empreinte des temps officiels, détaille leurs effets inégaux sur les temporalités des différentes catégories de travailleurs de la recherche. Elle note que les difficultés rencontrées par les tentatives actuelles d’encadrement du travail de recherche ont une signification qui déborde largement le quotidien des laboratoires et pointent plus généralement les évolutions globales des conditions d’emploi et de travail salarié.

22Ces réflexions sont significatives de l’engagement professionnel de plus en plus fort imposé aux chercheurs ou enseignants-chercheurs s’ils veulent rester ou entrer dans la carrière. Leur environnement économique et institutionnel les contraint à jouer de plus en plus avec leurs « disponibilités temporelles » et les subordonne aux diverses injonctions temporelles distillées par les institutions universitaires. De ce fait, les chercheurs, différenciés par leur statut, leur genre, leur mode de vie, etc. sont placés dans des situations de plus en plus inégales au sein de la profession. Même s’ils ont le sentiment d’être autonomes dans le choix de leurs arrangements temporels, ils sont obligés d’ajuster de manière plus serrée leur vie domestique à leur activité professionnelle. Alors que les chercheurs et les enseignants-chercheurs pouvaient se représenter auparavant comme des professionnels indépendants, ces trois articles montrent qu’ils sont aujourd’hui amenés à se voir de plus en plus comme des salariés comme les autres.

***

23Ce dossier traite en définitive des effets de l’évolution des modes de gestion de la recherche sur les temporalités du travail scientifique. Cette organisation du travail accentuerait encore la force des temps contraints imposés depuis longtemps par les hiérarchies, les gouvernants, les financeurs, et conduirait à une gestion par le temps de cette activité (Ward et alii 2001 ; Salge 2012) ; elle agirait sur les disponibilités temporelles, sur les possibilités qu’auraient les chercheurs à gérer de façon autonome leurs temps.

24Au-delà de l’utopie véhiculée par le milieu universitaire de l’indépendance de la recherche académique et de la subordination de la recherche industrielle à l’économique, il est incontestable que les temps qui semblaient il y a quelques années n’être contraints, contrôlés et évalués que globalement et par le gouvernement des « pairs », le sont maintenant de façon détaillée par une autorité extérieure au collectif de travail. Ces autorités apparaissent de ce fait comme ayant des objectifs contraires aux normes professionnelles anciennes des chercheurs. Elles planifient et programment la recherche en décomposant les travaux en autant de séquences courtes et hachurées de façon à obtenir les résultats, jugés les meilleurs, dans le délai de réalisation le plus court. Elles traitent ainsi les temps de la recherche comme du « temps industriel dominant » (Thoemmes 2008). Les gestionnaires auraient pour fonction de mieux définir et suivre des temps qui jusqu’à présent étaient considérés comme peu prévisibles, peu contrôlables, aléatoires, car liés à des activités de « création ».

25Ces mécanismes de prescription et de contrôle du travail scientifique obligent les chercheurs à s’inscrire dans des médiations entre objets/individus inédites, dans des séquences temporelles inhabituelles, à s’adapter à de nouvelles normes etc. Nous avons vu que ceux-ci ont des capacités diverses à s’ajuster à ces contraintes.

26Il reste néanmoins à s’interroger sur l’efficacité de ce dispositif par rapport à son objectif proclamé : une productivité et une compétitivité accrue des chercheurs et une augmentation en quantité et en qualité des différents produits de la recherche, une meilleure endogénéisation de ces derniers dans l’économie. L’organisation et la programmation de la recherche et leurs contraintes temporelles se traduisent-elles par une croissance du nombre de brevets et de publications, conduisent-elles les chercheurs à produire des innovations plus rentables qu’auparavant ? Peuvent-elles être à l’origine d’un « nouveau radical » ? Permettent-elles de maintenir l’originalité et la diversité des travaux ? Quels sont les institutions et les indicateurs pouvant mesurer l’efficacité de ce type de management ?

27Cette gestion rapproche les conditions de travail des chercheurs et des techniciens de la recherche de celles d’autres groupes professionnelles. La division des temps de travail entre chercheurs/ingénieurs de recherche et techniciens se retrouvent dans l’académique comme dans l’industriel. Sur les marchés du travail scientifique, comme dans les autres secteurs, on observe un processus de segmentations sociales par la disponibilité temporelle (en particulier rôle du genre, de la composition du ménage etc.). Les salariés de la recherche sont de plus en plus traités à partir d’une gestion par le temps, comme ceux des autres secteurs productifs. Quelle place cela laisse-t-il à leur inventivité, à leur créativité ?

28Les chercheurs apparaissent dans ces contributions comme de plus en plus contraints d’augmenter leur productivité sous la subordination d’une autorité extérieure à leur profession, autorité différée, non immédiate et agissant en imposant des prescriptions de plus en plus précises, détaillées. Dans le même temps, il leur est demandé un fort engagement personnel et une autonomie relative dans la conduite de leurs activités alors même que les normes et les catégorisations professionnelles antérieures ne peuvent plus, à elles seules, assurer leur contrôle. Cette position intermédiaire et éventuellement contradictoire entre assujettissement et engagement n’est-elle pas celle que l’on retrouve dans certaines des nouvelles figures du salariat ?

Haut de page

Bibliographie

Akrich, M., Callon, M. Latour, B., 1988. « À quoi tient le succès des innovations ? 1 L’art de l’intéressement », Gérer et comprendre, Annales des Mines, 11, pp. 4-17

Barrier J., 2011. « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformation du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, n° 53, pp. 515-536.

Bouffartigue P., Bouteiller J. (dir.), 2012. Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Coll. « Le travail humain », Paris, Presses Universitaires de France.

Brunet P., 2012. « Temporalités dans la recherche biomédicale : la science au travail saisie par le temps », La Nouvelle Revue du Travail 1.

Brunet P., Dubois M., 2012. « Cellules souches et technoscience : sociologie de l'émergence et de la régulation d'un domaine de recherche biomédicale en France », Revue française de sociologie 533, p. 391-428.

Dubar C., 2004. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités, n° 1, janvier 2004, p 118-129.

Hubert M., Louvel S., 2012. « Le financement sur projet : quelles conséquences sur le travail des chercheurs ? » Mouvements, n° 71, p 13-24.

Jouvenet M., 2011. « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement sur « projet » dans les laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, n° 53, pp. 234-252.

Merton R. K., 1949. Social Theory and Social Structure. New York : The Free Press.

Midler C., 1994. « Temps du produit, temps du projet, temps des métiers », Informations sur les sciences sociales 33 (1), p. 25-39.

Salge T. O., 2012. “The Temporal Trajectories of Innovative Search : Insights from Public Hospital Services”, Research Policy, 41 (4), p. 720-733

Thoemmes J., 2008. « Sociologie du travail et critique du temps industriel », Temporalités n° 8.

Ward K., Grimshaw D., Rubery J., Beynon H., 2001. “Dilemmas in the management of temporary work agency staff”, Human Resource Management Journal, vol. 11, issue 4, p. 3 – 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue et Caroline Lanciano-Morandat, « Les temporalités de la recherche, introduction », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2540

Haut de page

Auteurs

Paul Bouffartigue

Aix-Marseille Université-CNRS
Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (UMR 7317)
35, avenue Jules Ferry ; 13 626 Aix-en-Provence Cedex 01
paul.bouffartigue@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Caroline Lanciano-Morandat

Aix-Marseille Université-CNRS
Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (UMR 7317)
35, avenue Jules Ferry ; 13 626 Aix-en-Provence Cedex 01
caroline.lanciano@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page