Navigation – Plan du site

Le temps d'un projet

Les temporalités du financement sur projet dans un laboratoire de biophysique
The time of a project. The temporalities of project funding in a biophysics lab
El tiempo de un proyecto. Las temporalidades de la financiación por proyecto en un laboratorio de biofísica
Émilien Schultz

Résumés

Cet article étudie les effets des politiques de financements sur projets sur la recherche académique. À partir du cas d'un laboratoire de biophysique, il rend compte de l'influence de la temporalité gestionnaire courte des projets sur la trajectoire des collectifs scientifiques en considérant la dimension de politique scientifique propre à cet instrument de financement. Destiné à renforcer la collaboration entre physiciens et biologistes, le programme de financement sur projets associé au laboratoire étudié a permis de faire évoluer durablement ses orientations thématiques : des recherches initiées localement se prolongent ensuite sur des financements externes plus importants. L'article montre alors, en comparant les différentes équipes du laboratoire, que l'influence de cette temporalité gestionnaire des projets sur leurs trajectoires dépend largement de la situation des chercheurs et propose alors d'identifier différents régimes d’usage des financements sur projets en lien avec un couplage plus ou moins fort du « temps du projet » sur le déroulement des recherches.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les politiques scientifiques récentes ont contribué à donner une plus grande visibilité au financement sur projets (désigné par la suite FSP) comme instrument de gouvernance de la recherche publique française (Hubert et Louvel, 2012 ; Barrier, 2011 ; Jouvenet, 2011 ; Bruno, 2008 ; Thèves, Larédo et Lepori, 2007 ; Larédo et Mustar, 2001). Malgré des moyens récurrents toujours importants si on considère la masse salariale (Larédo, 2010), l’activité de recherche en France prend de plus en plus place dans le cadre de projets financés par différents guichets locaux, nationaux ou internationaux (Cour des comptes, 2013). La création de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) en 2005, mais aussi le développement des programmes de financements européens, ont été perçus par beaucoup de chercheurs comme un moment important de ces réorganisations qui contribuent à généraliser une pratique gestionnaire ex ante de formalisation et de cadrage des recherches sous forme de projets soumis à une sélection compétitive (Hubert et Louvel, 2012 ; Jouvenet, 2011 ; Cour des comptes, 2011).

2Ce déplacement, d'un financement majoritairement récurrent, inscrit dans une durée relativement longue et géré au niveau de l'organisation à celui sur projets, portés par des chercheurs et limités à quelques années, contribue à une transformation des pratiques de recherche qu'explorent plusieurs travaux récents (Barrier, 2011a ; 2011b ; Jouvenet, 2011 ; Louvel 2011). Toutefois il apparaît que ces travaux s'intéressent peu à la dimension temporelle du FSP et à leurs effets agrégés sur les trajectoires des collectifs. En particulier, et c'est un point aveugle récurrent en raison de sa complexité, ils n'abordent que rarement les conséquences de ces transformations sur la production de connaissances (Gläser et Laudel, 2002). Il est ainsi révélateur que les travaux méthodologiques récents sur l'évaluation d'impact des FSP viennent à favoriser des approches par études de cas pour rendre compte de l'effet des financements sur projets (Colinet, 2013 ; Kearnes et Wienroth, 2013 ; Gläser et al., 2010).

3Ainsi, dans un travail récent sur l'émergence d'un institut de recherche biomédicale, Brunet et Dubois distinguent différentes temporalités – entendues comme l'inscription dans le temps de différentes séquences d'action – pour rendre compte de l'évolution des collectifs de recherche (Brunet et Dubois, 2012 ; Brunet, 2012). Ils en identifient en particulier trois : une temporalité professionnelle caractérisée par « des pas de temps longs et surtout peu prévisibles » et qui renvoie tant à l'élaboration des concepts et théories qu'au travail de laboratoire ou à la vie de la communauté scientifique ; une temporalité normative ou sociétale, par exemple les délais imposés par la législation (la loi de bioéthique et ses révisions quinquennales) ; et enfin une temporalité gestionnaire courte qui « formalise le déroulement temporel du projet scientifique » (Brunet, 2012). Ces temporalités participent en commun à produire les trajectoires des collectifs de recherche, elles « se chevauchent et parfois se conditionnent l'une l'autre » (ibid.).

  • 1 Qui correspondrait pour certains à une « dé-professionnalisation » de l'activité de recherche (Jouv (...)

4Dans la continuité de cette distinction, cet article étudie l’influence de la temporalité courte des projets obtenus dans le cas d’un laboratoire de biophysique. Loin de se contenter du constat d’un déplacement du mode de financement et d’un divorce de principe entre une temporalité gestionnaire et une temporalité professionnelle qui affecteraient également tous les acteurs de la recherche publique1 et conduirait à regretter un âge d'or perdu, il s'agit de se donner les moyens d'identifier les relations entre ces deux temporalités. À partir d'une approche centrée sur l'étude des trajectoires (Abbott, 2001), cet article s'organise autour de deux questions principales : (1) de quelle manière la temporalité du FSP interagit-elle avec la temporalité professionnelle dans la production des trajectoires du collectif de recherche ? Et (2) influe-t-elle de la même façon tous les collectifs ? On montrera que si l'instrument FSP promeut effectivement une temporalité gestionnaire au sens proposé par Brunet et Dubois, son influence sur les trajectoires n'est pas mécanique. Elle dépend à la fois de l'autonomie financière de la thématique, de la configuration du collectif en terme d’interdépendance et de l’avancée de la thématique. Les différents régimes de financement dont dépendent les trajectoires de recherche observées permettent alors de rendre compte des expériences différenciées qu'ont les chercheurs du FSP.

  • 2 En particulier la biologie végétale, les mathématiques appliquées et l'électronique

5Cet article exploite un matériau issu pour l'essentiel de l'étude d'un laboratoire de biophysique (à la croisée de la biologie et de la physico-chimie) situé en région parisienne. La première section de l'article développe la notion de « temporalité gestionnaire » et est l’occasion d’un bref bilan des travaux sociologiques récents consacrés à la dimension temporelle de la « science en projet ». La seconde section présente le laboratoire observé et s'intéresse à la manière dont le « temps court gestionnaire » d'un FSP, mis au service d'une politique scientifique locale du centre de recherche, transforme durablement les thématiques traitées. Le constat de situations différenciées aux FSP entre les chercheurs du laboratoire conduit dans la troisième section à identifier des régimes distincts qui permettent de caractériser le couplage entre les contraintes temporelles des FSP et celles de la recherche, offrant ainsi un élément de réflexion sur les conditions de réussite des politiques scientifiques. On remarquera que si cet article se concentre sur la biophysique, des mécanismes similaires ont été observés lors d’entretiens prolongeant cette étude dans d'autres domaines des sciences exactes et naturelles et que les résultats apportés ici peuvent s'y étendre2.

Le matériau d'étude

Cet article exploite le matériau empirique recueilli au sein d'un laboratoire de biophysique public intégré dans un centre de recherche, lui-même adossé à une fondation privée, à partir d'observations in situ, l’étude des supports institutionnels, la constitution de bases bibliométriques et la réalisation d'entretiens (25) avec les fondateurs du laboratoire, le personnel administratif, les directeurs successifs, les chefs d'équipes, les chercheurs ainsi que différents responsables de la politique scientifique. Ce laboratoire bénéficie d'une forte reconnaissance scientifique autant que financière et ses ressources sont très majoritairement assurées par le FSP issu de différents guichets. Son organisation en équipes clairement identifiées donne l’occasion de comparer au sein d’un même environnement organisationnel diverses configurations de collectifs et d’orientations de recherche (expérimentation et application ; biologie et physique).

Outre le laboratoire étudié, l'article s'appuie sur des entretiens (35) centrés sur la question de l'usage des FSP réalisés auprès de chercheurs de profils disciplinaires et socioprofessionnels diversifiés (dans plus d'une dizaine de laboratoires) mais aussi auprès du personnel de l’ANR (11) et du personnel administratif d’opérateurs de recherche (9).

La temporalité gestionnaire du financement sur projet

6L'argent est le « nerf de la guerre » et la recherche de financements est de plus en plus un passage obligé pour y accéder (Hubert et Louvel, 2012 ; Cour des comptes, 2013). Bien que le financement sur projet ne représente en France qu'une fraction du budget total consacré à la recherche académique (Larédo, 2010), il occupe une place importante dans le quotidien de la majorité des chercheurs. Au-delà de l'impératif de justifier les dépenses de recherche, et du temps passé à remplir des demandes, les FSP organisent un découpage temporel de l’accès aux financements et donc du déroulement des recherches. Si les contrats quadriennaux des laboratoires sont eux aussi porteurs d’un calendrier, celui-ci est à la fois moins détaillé et concerne surtout un niveau organisationnel et stratégique. Plus proches du quotidien des chercheurs et plus nombreuses, les échéances de début et fin de projet se surimposent aux temporalités professionnelles de l'activité scientifique, comme le rythme des publications ou le temps des expériences. « Ainsi, les divergences de temporalités peuvent-elles poser des problèmes organisationnels et stratégiques, lorsqu'il s'agit d'aligner les délais et les objectifs de chaque chercheur, équipe et agence de financement concernés » (Hubert et Louvel, 2012). Distinguer ces deux temporalités pose à la fois la question de la spécificité d'une temporalité gestionnaire des FSP et celle de sa relation avec la temporalité professionnelle.

La temporalité gestionnaire des projets : le cas de l'ANR

  • 3 L'agence se présente comme « une structure de financement sur projets au service de la recherche » (...)

7Le FSP est un instrument de gouvernance (Lascoumes et Le Galès, 2004) destiné à influer sur l'orientation des recherches (Braun, 1998). Il est défini comme l'attribution à l'issu d'une sélection compétitive d'un financement pour la réalisation d'un projet défini a priori et délimité dans le temps (Lepori, 2011). Si ce mode de financement et les contraintes gestionnaires ont toujours existé, que ce soit en interne aux communautés scientifiques ou dans les relations avec les décideurs politiques (Masson, 2006 ; Kahane, 2000 ; Whitley, 2011 ; Rip, 1994), le développement d'une recherche à l'échelle européenne d'une part, et le choix de l’ANR d’en faire son principe d'action privilégié3 d’autre part, avec l'objectif revendiqué d'une « augmentation de la dynamique et de la souplesse du système français de recherche et d’innovation » (Cour des comptes, 2011 ; 2013), ont systématisé en France la pratique du FSP et augmenté sa visibilité. Son traitement systématique du format des projets a conduit à une certaine formalisation de la temporalité gestionnaire, qu'elle partage par ailleurs à des degrés divers avec les autres FSP. Ainsi, summums du raffinement mais cependant moins fréquents, les financements européens mettent en œuvre un suivi méticuleux des recherches à travers l’usage de « feuilles de temps ».

  • 4 Entretien avec un ancien membre de la direction.
  • 5 Brunet caractérise le calendrier de la temporalité gestionnaire comme le résultat d'une "hybridatio (...)
  • 6 « Il comprend les renseignements scientifiques relatifs à l’opération et notamment son objet, les o (...)

8Le cas de l’ANR est lui aussi illustratif : on trouve au cœur des effets recherchés la volonté d'induire « la notion de valeur du temps »4 dans l'organisation de la recherche, au service de la « flexibilité » et de la « réactivité ». Se surimposant à la temporalité propre des collectifs de recherche, l'intervalle délimité par le projet vise à encadrer les recherches vers des objectifs identifiés par l'attribution de moyens pour une durée limitée et encadrée par un calendrier d'étapes intermédiaires5. Cette temporalité gestionnaire du projet qui « formalise le déroulement temporel du projet scientifique » et en compose la chronologie anticipatrice6 (Brunet, 2012) va conditionner l’attribution d’un montant sur une période délimitée relativement normée (autour de trois ans pour l'ANR) contribuant ainsi à fixer ex ante les étapes des recherches entreprises. La prescription de cet agenda se réalise à travers l'exigence de reporting obtenu lors du suivi régulier du projet par l'agence et les rapports intermédiaires. Comme Karin Knorr Cetina le soulignait dans son analyse de l’organisation sociale en physique des hautes énergies, les calendriers sont un mode de coordination puissants :

that substitutes ‘neutral’, object-oriented mechanisms for social authority mechanisms […] My point is that schedules, which are also publicly displayed and discussed in meetings, are a strong coordinating force. (Knorr Cetina, 1999, p. 191)

9Cette planification qui joue usuellement un rôle fort dans la régulation des consortiums de recherche public/privé (Barrier, 2011b) dont de nombreux instruments de gestion proviennent du management des entreprises, se retrouve ainsi intégrée dans la coordination des collectifs de recherche (Brunel, Dubois, 2013).

10Dans le cas de l'ANR, cette formalisation d'une temporalité gestionnaire est explicite et mise en place par l'agence dès ses débuts à travers une description en « livrables » et l'organisation de colloques de restitution intermédiaire. Sa direction a très tôt mis en place une réflexion pour définir ses processus internes et les faire certifier par une norme ISO de management de la qualité. Ce faisant, elle a fixé un cadre commun à tous ses appels à projets avec pour but de « faire fonctionner tous les appels à projets de la même manière, ce n'était pas évident au vu de la diversité des disciplines avec leur culture spécifique » [Un ancien membre de la direction de l'ANR]. Cela contribue à stabiliser parmi les chercheurs une définition partagée de ce à quoi doit ressembler un projet déposé à l'ANR :

Ce qu'a introduit l'ANR, c'est qu'il y a un début de contrat, il y a une fin de contrat et tout ce que tu dépenses, service fait comme on dit, ça devait tenir là-dedans. Tu ne peux pas payer sur un contrat ANR une thèse qui va se finir six mois après la fin officielle du contrat, du projet. De même, que si tu vas un congrès, même pour présenter les résultats de ton ANR, six mois après, tu ne peux pas payer ton déplacement avec l'argent de l'ANR. [Un responsable de programme ANR]

11En plus de définir des critères qui participent à l'établissement d'une pratique relativement normée du déroulement d'un projet, la mission de programmation que l'agence a assurée depuis sa création conduit chaque année au lancement d'appels d’offres pour ses différents programmes, dont la durée de vie elle aussi est limitée dans le temps. Elle participe ainsi à établir un rythme annuel dans les laboratoires :

dans les périodes ANR, on le sent dans l'air, tout le monde est en train de le faire, quoi. On ne peut pas rater la date limite. [CR, biophysique]

12La temporalité du projet est ainsi intégrée dans la gestion plus globale du temps des processus administratifs au niveau de l'agence, contribuant à établir des délimitations tranchées :

À un moment donné, les gens ont dit : pour une minute, quand même, ce n'est pas important. Non ! On a mis une horloge, avec deux secondes de décalage, parce qu'il peut y avoir une seconde sur le serveur qui envoie, et une seconde sur le serveur qui reçoit. [...] Et 3 secondes après, c'est foutu. [Un ancien responsable de programme]

13S'il est alors clair que ces procédures contribuent à constituer en soi une temporalité gestionnaire du FSP plus ou moins détaillée, qui encadre la formalisation des projets et prescrit les échéances de sa réalisation, elle n'engage toutefois pas mécaniquement celle des pratiques. Les financements ministériels qui existaient avant l'ANR étaient considérés comme plus flexibles, sans véritable suivi, à l'inverse des projets européens vus comme très contraignants. Néanmoins, cette temporalité vient influencer à des degrés divers les pratiques de recherche.

Plus généralement, les effets temporels de « la science en projet »

14Si de nombreux travaux existent sur les transformations à l'échelle internationale des politiques scientifiques (Whitley, 2011 ; Lepori, 2011 ; Bruno, 2008) et la part croissante que le FSP y joue, les conséquences de ces transformations ont donné lieu à une littérature spécifique. Par-delà les limites méthodologiques de ces études qui se concentrent souvent plus sur les inputs et outputs de la recherche que sur son déroulement réel (Gläser et Laudel, 2002), la spécificité des systèmes nationaux, comme par exemple l’organisation du marché de l’emploi scientifique, limite leur généralisation. Dans le cas français, confronté lui aussi à l'évolution du régime de financement, des travaux récents ont éclairé les conséquences de l'augmentation du FSP.

15Tout d'abord, ces études convergent pour constater une croissance des tâches administratives et managériales qui permettent de garantir l'activité professionnelle, parmi lesquelles on trouve la recherche de financement, la gestion des collectifs de recherche et le reporting périodique (Hubert, Chateauraynaud, Fourniau, 2012 ; Hubert et Louvel, 2012 ; Jouvenet, 2011 ; Barrier, 2011). Par ailleurs, le fléchage de l'argent, qui associe le financement d'un projet à certaines dépenses planifiées, a contribué à diminuer sa flexibilité d'usage. Cela conduit à comprimer « les espaces de tâtonnement dont dépend la capacité des chercheurs à construire des problèmes de recherche nouveaux » (Barrier, 2011). Au niveau des collectifs, cela affecte la mutualisation de l'argent pour les investissements communs. Louvel montre ainsi pour deux laboratoires le déclin des solidarités organisationnelles qui privent l'organisation d'une possibilité d'action collective (Louvel, 2011 ; 2007). Cet affaiblissement des opérateurs traditionnels de la recherche est mis en rapport avec le risque d'une dispersion des thématiques. La régulation collective qui permettait de constituer une temporalité commune en lien avec une centralisation des moyens est plus facilement remplacée par une diversité de trajectoires de recherche construites au niveau de chaque chercheur (Hubert et Louvel, 2012 ; Whitley, 2011 ; Whitley, 2000).

16Plus généralement, l'ajustement de la temporalité professionnelle à la temporalité gestionnaire des projets est assuré par les contraintes formelles que les chercheurs doivent satisfaire pour accéder aux ressources. L'injonction à prévoir sur quelques années ses recherches et résultats a été critiquée, arguant de l'imprévisibilité de la recherche. Si les stratégies d'adaptation ou de contournement des procédures gestionnaires sont variées (Hubert, Chateauraynaud, Fourniau, 2012 ; Laudel, 2006), le temps fini du projet et l'incertitude de son obtention favorisent la constitution de portefeuilles hybrides qui demandent un « travail d'articulation » permanent (Barrier, 2011). Pour un même chercheur, cela peut conduire à multiplier les lignes de recherche, où s'associent autant de contraintes temporelles différentes, ou encore à favoriser une gestion du court terme au détriment de travaux plus prospectifs.

17On peut donc suivre Hubert et Louvel en affirmant que la dimension temporelle est cruciale pour comprendre les effets du FSP sur les activités scientifiques. Plus généralement, on constate que les résultats des travaux existants se répartissent en deux types : ceux qui documentent les mutations du métier de chercheur sous l'effet des nouvelles formes de gouvernance, et ceux qui constatent la « redistribution du pilotage stratégique de la recherche » (Jouvenet, 2011) par le dessaisissement des organisations traditionnelles. Dans les deux cas, ils soulignent surtout les effets des FSP en creux par rapport à un financement pérenne, notamment celui de dissolution des collectifs inscrits dans la durée : « le FSP et la programmation semblent favoriser les ajustements de court terme, au détriment d'une stratégie scientifique soutenue et prolongée » (Hubert et Louvel, 2012).

18Privilégiant les effets désintégrateurs, ils n'interrogent que peu les conséquences inscrites dans la durée des politiques scientifiques menées à l'aide de ces instruments, au premier rang desquelles il faut envisager l'apparition et la recomposition des collectifs. On voudrait par la suite, à partir du cas d'une politique scientifique visant la collaboration entre biologistes et physiciens, éclairer les mécanismes d'action de la temporalité gestionnaire d'un FSP. Sans remettre en cause la réalité des transformations rapportées par les travaux présentés précédemment, on s'interrogera sur la manière dont une temporalité gestionnaire qui encadre les pratiques de recherche peut favoriser la constitution de collectifs durables et l'orientation des thématiques.

L'action du FSP sur la temporalité longue d'un laboratoire

  • 7 Ici, contrairement au cas de l'ANR par exemple, le FSP considéré est utilisé pour mener une politiq (...)

19Pour rendre compte de l'influence du FSP sur l'activité scientifique, cet article se concentre sur le cas d'un laboratoire de biophysique, à l'interface entre deux disciplines. Il est destiné à valoriser l’interface physique-biologie ; deux cultures épistémiques de recherche distinctes (Knorr Cetina, 1999) y cohabitent, la première relevant de la biologie moléculaire et cellulaire, la seconde de la physico-chimie de la matière molle. Une distinction plus fine des sous-cultures serait envisageable (biochimie, instrumentation, etc.) mais cela sortirait du cadre de l’analyse. On montre dans cette partie dans quelle mesure un FSP peut conduire à modifier en profondeur et dans la durée la culture du laboratoire. Ce faisant, on replacera la question du FSP dans sa dimension d’instrument de politique scientifique7 en mettant en perspective les modalités d’appariement de la temporalité gestionnaire par rapport à la temporalité professionnelle, centrée ici sur les thématiques de recherche du laboratoire.

20L'unité de recherche observée est sous la triple tutelle du CNRS, d'une université et d'une fondation de statut privé. Elle est intégrée dans un centre de recherche orienté principalement sur des thématiques biomédicales et réunissant une dizaine de laboratoires dont une partie est située sur un campus parisien. Son histoire la distingue cependant, non seulement en raison de ses thématiques, un peu en retrait par rapport à la vocation du centre, mais aussi parce qu’elle a fait partie des laboratoires fondateurs. De même que les ressources humaines du centre de recherche sont passées d'environ 300 personnes en 1995 à plus de 1 100 actuellement, accompagnant une reconnaissance internationale croissante, le laboratoire a vu son effectif doubler sur une dizaine d'années jusqu'à atteindre une trentaine de permanents, et autant de post-doctorants, ainsi qu’une réputation importante dans le domaine de la physique de la cellule, comme en témoigne par exemple l’obtention de plusieurs financements de l'European Research Council (ERC) advanced grants. Le centre de recherche a exercé une politique scientifique cohérente depuis ses débuts, qui s'est en particulier appuyée sur un programme local de FSP. Dans le cas du laboratoire de biophysique, celui-ci était destiné à faire converger la physique avec les thématiques biomédicales. Il a favorisé les collaborations avec le laboratoire voisin de biologie, la stabilisation d'une culture pluridisciplinaire, l'initiation de thématiques de recherches et par la suite l'obtention de financements nationaux et internationaux importants. Après avoir présenté le contexte de la création de ce laboratoire, on considérera le rôle du temps court des FSP dans la construction des trajectoires thématiques des équipes.

Des physiciens qui s’initient à la biologie : le cas d’un laboratoire de biophysique

21Dans la continuité de l'élucidation de la structure de la molécule d'ADN, le développement de la biologie moléculaire a durablement installé une certaine conception réductionniste du biologique centrée sur les transcriptions et les traductions de l'ADN en protéines ou l'étude des voies de signalisation. Stimulées par la complexité de l'organisation de la cellule, des approches plus systémiques de la biologie ont commencé à se développer vers la fin des années 80. Mais en France, l'école de biologie moléculaire était puissante et tenait les grands laboratoires.

Ce que l'on appelait « le club du ribosome » était partout et disait en gros : la biologie cellulaire, tout le monde en fait. [Fondateur du laboratoire de biologie cellulaire].

22Regroupant autour d'eux de jeunes post-doctorants revenant de l'étranger, un groupe de chercheurs français a constitué un programme disciplinaire (Dubois, 2013) pour donner de la visibilité institutionnelle à une approche centrée sur la cellule. Ainsi, en 1993 paraît un manifeste dans une revue française sur la recherche médicale et un rapport est commandité par le CNRS sur le développement de la biologie cellulaire. Appuyé par le directeur des sciences de la vie du CNRS et porté par des chercheurs parisiens bien installés, ce collectif a profité au milieu des années 1990 d'un appel d’offres lancé par le nouveau centre de recherche d'une fondation parisienne pour proposer l'installation d'une unité dédiée à la biologie cellulaire.

23La création de ce laboratoire de biologie cellulaire a accompagné la refonte de l'organisation du centre de recherche en 1995, dont la direction a été confiée à un des biologistes à l'origine du projet. Possédant une double formation de physicien et de biochimiste, celui-ci défendait une conception de la recherche inspirée de son passage à l'European Molecular Biology Laboratory (EMBL) qui n'en était alors qu'à ses débuts. Sur un modèle similaire, il contribue à organiser les laboratoires du centre de recherche sous la forme de petites équipes menées par de jeunes chercheurs et destinées à collaborer ensemble, avec l'idée d'éviter l’organisation sociale et disciplinaire trop rigide. Par ailleurs, il se trouvait que Pierre Gilles de Gennes, prix Nobel de physique 1991 et pionnier dans la physique de la matière molle, était dans l'entourage de la présidence de la fondation, contribuant avec d'autres chercheurs à former le projet d'un laboratoire de physico-chimie tourné vers l'investigation du vivant.

Pierre-Gilles avait énormément influencé la réflexion [du directeur de la fondation] vers la physique de la matière molle. Il y avait sous-jacent une sorte de réflexion qu'il fallait rapprocher les physiciens et les physico-chimistes des biologistes. [Le directeur du centre de recherche]

24Intégrant progressivement de nouvelles équipes aux chercheurs déjà présents sous la direction d'un physicien théoricien ouvert au dialogue avec l'expérimentation, qui aura un rôle fédérateur dans les thématiques explorées, la politique du centre de recherche a contribué à donner naissance à un laboratoire pionnier à l’interface de la physique-chimie et de la biologie cellulaire. Celui-ci a alors joué un rôle moteur dans la production des premiers résultats de l'interface physique/biologie : « ici, c'est un des lieux où on a montré que ça pouvait marcher » [Le premier directeur du laboratoire]. Ce développement d'un laboratoire pluridisciplinaire faisant communiquer biologistes et physiciens s'est confirmé au fil des années :

L'orientation des activités scientifiques du laboratoire vers l'interface entre la physique ou la chimie et la biologie s'est encore accentuée au cours du dernier contrat et maintenant toutes les équipes travaillent dans ce domaine. [Lettre du directeur, 2006]

25Les techniques de biologie ont trouvé leur place dans les expériences des physiciens, des articles en collaboration ont été publiés, et les témoignages concordent pour parler d'un accroissement global de l'utilisation du matériel biologique dans les pratiques de recherche, ce que l'analyse bibliométrique confirme en révélant la part croissante de publications tournées vers la biologie cellulaire. Celles-ci vont jusqu'à concerner la moitié des publications totales du laboratoire [Figure 1].

Financer des projets pour initier des recherches [Figure 1]

26Cette interface pluridisciplinaire entre biologistes et physiciens repose bien entendu sur une affinité d'intérêt et de l'ouverture aux phénomènes expérimentaux complexes de l'école de physique de la matière molle développée par Pierre-Gilles de Gennes. Cependant, elle est aussi la conséquence de la politique scientifique du centre de recherche mise en place dès 1996 à partir, entre autres, d'un programme local de FSP concernant l'interface physique-biologie qui avait pour objectif affiché de « créer une communauté capable d’aborder les problèmes du Vivant avec une culture double, voire triple, physique-chimie-biologie » [Un ancien directeur du laboratoire]. L'appel à projets est défini par les responsables de laboratoires concernés en commun accord avec les objectifs du centre de recherche et finance des collaborations entre biologistes et physiciens sur un projet conjoint pour une période de trois ans. Ainsi, le premier programme initié en 1996 qui concernait la physique de la cellule et a réuni 57 participants sur 6 projets « a contribué puissamment à l’enracinement de la double culture Physique-Biologie [dans le centre de recherche] » [Rapport final du programme].

27Ce programme d'interface a contribué à modifier la structure d'opportunités et de contraintes à partir de laquelle les chercheurs raisonnent. Il définit un potentiel de recherches accessible « sous conditions » : obligation de travailler avec un chercheur de l'autre laboratoire, de suivre un certain nombre de réunions communes à l'ensemble du programme (séminaires, écoles d'été…) qui conduit à régulièrement rapporter les avancées des recherches. Ces contraintes, regroupées au sein de la temporalité gestionnaire du FSP, sont au service d'une politique scientifique afin de favoriser les collaborations :

Lorsque je dis aux chercheurs : “Participez au programme, c'est-à-dire soyez pluridisciplinaires”, je ne leur dis pas sur quel sujet. Je leur dis : “trouvez autour de vous des gens dont vous allez vous rapprocher”. [Le directeur du centre de recherche].

28À la différence de programmes nationaux comme ceux de l'ANR, cette temporalité gestionnaire, tout en restant bien identifiée, est cependant négociée au niveau local en raison de la proximité entre les responsables du programme et les chercheurs financés.

29Ce programme a eu deux effets principaux : amener les responsables des deux laboratoires à avoir des échanges sur leurs thèmes de recherche lors de la rédaction des appels à projets et surtout de mettre en place un dispositif d'incitation pour monter des collaborations entre physiciens et biologistes. Ainsi, certains parcours de chercheurs du laboratoire témoignent d'une transformation de thématiques éloignées du vivant, comme la matière condensée et le silicium, vers une intégration progressive d'expériences et de projets sur des matériaux biologiques.

Une grande partie de la vie de ce laboratoire a été basée sur un programme, interface physique-biologie, où les sommes données étaient faibles mais l'argent n'était donné que s'il y avait des collaborations entre des gens de disciplines différentes : physique-biologie, et maintenant on inclut la médecine là-dedans [Un ancien directeur du laboratoire]

30Sur le plan du centre de recherche, la mise en place des appels à projets a constitué un point de rencontre entre les directeurs des différents laboratoires qui a renforcé une culture locale et un sentiment d'appartenance au même ensemble. Pour les chercheurs, il a constitué l'arrière-plan durable de la collaboration entre des équipes de biologistes et de physiciens en imposant un certain nombre de rencontres.

Si tu as l'argent du programme, il faut quand même que tu ailles aux réunions. Tu te retrouves dans un programme où il y a des gens, sur des aspects un peu différents, mais avec des problèmes proches, donc non seulement tu vas collaborer avec la personne avec qui tu fais le projet, mais tu vas aussi aller à des réunions. [DR, biophysique]

31Du point de vue des moyens, il a apporté le financement suffisant, bien que modeste par rapport à des financements nationaux comme l’ANR, pour initier des travaux exploratoires. Ces effets apparaissent dans les nombreux témoignages et anecdotes de tel ou tel sujet ou de relations personnelles fécondes, débutées dans le cadre du programme. Comme le souligne d'ailleurs un chercheur, « chaque physicien a son biologiste préféré ». Ce programme a d'une part concerné un grand nombre de chercheurs du laboratoire, mais a aussi permis la diffusion de sujets nouveaux rendus disponibles par le savoir-faire ainsi constitué. Ce mécanisme d’accumulation progressive de compétences, par « petites touches » de projet, inscrit les objectifs de la politique scientifique dans le temps long. Un exemple représentatif est celui d'une des équipes déjà présentes avant la réorganisation du centre de recherche pour qui les objets biologiques se sont petit à petit intégrés dans les thématiques de recherche :

L'équipe de X maintenant étudie les propriétés d'adhésion et de mouillage d'amas cellulaires. Ça s'est fait sur dix ans. Et pourquoi ça a pu se faire ? C'est parce qu'elle était ici au départ, elle a continué en partie ce qu'elle faisait, c'était une transition très douce. Quand j'étais en thèse, on faisait des films de liquide. D'abord simple. Ensuite c'était des films de pâte visqueuse. Et après, on a commencé à mettre des vésicules. Ça commençait à ressembler à une cellule. Une membrane avec une pâte dedans. Puis après, X a commencé à se sentir assez à l'aise avec les cellules parce qu'il y avait des gens autour qui commençaient à travailler sur les cellules, avec qui on pouvait parler pour voir comment on faisait pour garder les cellules, comment on les obtient, comment on peut les modifier, des choses comme ça. [MC, biophysique]

32Mais initier des thématiques ne signifie pas encore pouvoir produire des résultats ni les publier. L'effet de la politique menée à l'aide du FSP ne peut être perçu qu'en la replaçant dans la trajectoire thématique de recherches, considéré dans une temporalité plus longue, dont les financements nécessaires proviennent en fait majoritairement de sources externes.

L'ouverture aux financements extérieurs des trajectoires de recherche

33Ce programme de FSP était destiné, en favorisant l'émergence de sujets de recherche entre physique et biologie, à rapprocher les deux cultures. Le financement attribué sur quelques années et le rapprochement occasionné par les contraintes formelles des réunions et des compositions des collectifs contribuent à la formation de lignes de recherche plus durables par la production de premiers résultats. Ceux-ci sont de fait par la suite valorisés auprès d'autres sources de FSP :

Ce programme a permis qu'on monte des trucs, qu'on montre qu'on était capable de faire des choses ensemble, et puis après ça a été au niveau national, puis à l'international, qu'il y a eu des financements qui nous ont aidés [PU, biophysique].

34Le couplage entre la temporalité gestionnaire du FSP et de la temporalité professionnelle des équipes rend compte de ce guidage durant le temps encadré du projet sur les trajectoires de recherche à plus long terme.

35Si l'action du FSP est souvent assimilée à un « levier » permettant d'agir à partir du temps court du projet vers l'inscription durable de thématiques de recherche, elle doit donc tout d'abord être replacée dans l'écologie de l'offre de financement disponible (Masson, 2006). Le programme à l'interface physico-chimie/biologie portait une volonté, défendue par le directeur du centre de recherche, de création et de stabilisation de collaborations entre biologistes et physiciens. Il est intervenu dans le cadre d'une politique locale au moment où la culture du laboratoire n'était pas encore complètement stabilisée et a contribué à orienter les collaborations débutées au niveau local vers des thématiques sur lesquelles des financements externes commençaient à exister à l'échelle nationale et internationale.

Le programme du centre de recherche, ce n'est pas un projet qu'on demande à l'ANR. C'est une étape préliminaire, à haut risque, pour établir la preuve de concept. Et puis apprendre à travailler ensemble, à faire des choses ensemble, pour que finalement, on puisse se préparer, pour ensuite pourvoir créer une demande de contrats à l'ANR, ou à la communauté européenne, parce qu'on a pu explorer, faire des expériences, qui donnent une indication sur la faisabilité. [Le directeur du centre de recherche]

36Cette recherche de financements extérieurs est favorisée par l'existence d'un support local au montage de projets et un fort investissement du directeur du centre de recherche dans les différents comités de financement nationaux et internationaux. Le développement de la biophysique et l'apparition de programmes dédiés ont permis aux chercheurs de passer dans la continuité des travaux initiés localement à un financement plus important obtenu auprès d'agences extérieures. Favorisés en cela par la nécessité (tacite) de présenter des résultats préliminaires pour rendre plus probable l'obtention d'un financement (Laudel, 2006), les financements locaux ont alors eu un rôle ponctuel déterminant dans les premiers pas des recherches. Leur position dans le développement d'une thématique n'est pas anodine, ce qui incite à s'intéresser à la profondeur temporelle des trajectoires de recherche pour donner leur sens à l'obtention de tel ou tel financement prestigieux, comme une demande à l'ERC qui bénéficie d'un accompagnement personnalisé par le directeur du centre de recherche :

Quand les jeunes veulent déposer un dossier ERC, c'est plus difficile que de déposer un ANR, donc je les coache, je les reçois, je leur explique ce que l'ERC attend d'eux, que je connais parce que je siège dans les panels.

37Une narration typique se dégage alors d'une partie des entretiens qui prend comme point de départ un financement du centre de recherche, suivi par une des fondations locales puis par une, ou des, ANR pour enfin déboucher sur des financements internationaux.

Une expérience différenciée du FSP

  • 8 Principalement des ANR, mais aussi des financements nationaux spécifiques (ARC, Ligue contre le Can (...)

38Dans l'ensemble, si le centre de recherche fournit aux équipes un certain nombre de ressources (instrumentales, administratives, humaines, …) d'ailleurs enviées par les chercheurs d'autres laboratoires parisiens, la majorité des recherches est finalement menée sur des financements externes : « la plupart des crédits de laboratoires sont des crédits sous contrats, ça varie entre un million cinq et trois millions » rapporte un ancien directeur8. La multiplication des projets pose la question de l'existence d'une temporalité collective ou au contraire la coexistence de trajectoires distinctes, chacune soumise à sa propre temporalité. Il apparaît ainsi qu'au niveau de la direction du laboratoire, il n'existe pas de vision d'ensemble des projets déposés et obtenus par les chercheurs, qui ne donnent pas non plus lieu à une discussion collective lors du conseil scientifique. Cette culture de la « science en projet » dans laquelle les recherches se constituent au fil des projets obtenus passe dans une grande mesure par l'importance donnée à l'équipe comme unité d'identité et conduit à renvoyer chacune d'entre elle à ses propres questions de trésorerie. Cette situation peut aller à l'encontre d'une destinée commune du laboratoire qui pouvait prévaloir dans les premiers temps :

il y a une espèce de clash des cultures… [avant], on avait la sensation que le laboratoire dans son ensemble était une identité qui n'avait pas cette subdivision stricte entre équipes bien identifiées. [CR, physicien]

39Ayant accès à des offres de financement multiples, les chercheurs développent des expériences extrêmement diversifiées que ce soit en fonction de leur parcours personnel, des contraintes matérielles ou de leur reconnaissance internationale. Bien que tous soulignent les contraintes administratives de ce mode de financement, ils ne lui accordent pas la même signification ni les mêmes conséquences sur leur recherche. Si la temporalité gestionnaire est souvent critiquée pour les rigidités qu'elle engendre au niveau du déroulement des recherches et les contraintes imposées, elle peut aussi être perçue positivement pour l'encadrement qu'elle permet (« écrire un projet, avec une logique, des préliminaires, des trucs qui vont vraiment marcher et s'engager à faire quelque chose sur trois ans, c'est complètement différent que d'arriver le matin au labo, et de continuer le même truc que l'on fait depuis cinq ans » [DR, physicien]), ou au contraire être considérée comme entièrement hors champ de l'activité de recherche.

Relier le temps du projet au temps de la recherche

40L'histoire du laboratoire présentée dans la section précédente donne à voir le rôle d’un FSP à une échelle locale pour guider le choix des thématiques en encadrant la genèse des recherches mais aussi souligne la grande diversité des situations observées. Plus généralement, les schémas d’évolution de la « science en projets » formés par les successions de financements obtenus vont ainsi être en lien avec l'offre existante, la situation des chercheurs et les spécificités thématiques de leurs travaux. Au sein d'un même laboratoire, les expériences faites par les chercheurs des contraintes que la temporalité gestionnaire des FSP fait peser sur leur quotidien sont très diverses. Afin de dépasser l'aspect singulier des cas et la multiplicité des variables impliquées, il est fructueux de suivre Abbott (2001) pour s'intéresser aux trajectoires de recherche afin d'y distinguer différents régimes de FSP. Ceux-ci correspondent à une variété de couplages entre la temporalité gestionnaire, souvent exogène et au service d'une politique scientifique, et la temporalité professionnelle des chercheurs impliqués dans une recherche. Se doter de la possibilité d'identifier ces régimes permet de rendre compte de la diversité des expériences, exprimées par les chercheurs, relatives aux transformations de l'offre de financement.

Une typologie de régime d'usage du FSP

41Les équipes du laboratoire, largement indépendantes, se répartissent sur un large spectre entre la biologie et la physique en passant par la chimie, avec un traitement plus ou moins fondamental et plus ou moins tourné vers l'expérimentation. Cela permet de comparer, au sein d'un même environnement, les régimes de couplage entre la temporalité gestionnaire et la temporalité professionnelle, dont on peut rendre compte en termes d'interdépendance des acteurs à l’égard des moyens financiers et du collectif de recherche.

42La situation des chercheurs peut être reliée à trois régimes d'usage du FSP, qui correspondent à trois degrés de couplage entre la temporalité gestionnaire des projets et la temporalité professionnelle de recherche. Si on y ajoute une quatrième forme, rare en sciences expérimentales mais plus fréquente sur des approches plus théoriques ou en SHS, d'un chercheur peu dépendant des ressources pour mener ses travaux, il est possible de rendre compte des relations plus ou moins fortes entretenues avec la temporalité gestionnaire du FSP par le diagramme [Figure 2] qui met en rapport la situation du collectif dans lequel se situe le chercheur – l'équipe, principalement, dans le cas du laboratoire de notre étude – et la dépendance vis-à-vis des financements de sa recherche.

  • 9 Il est entendu qu'à partir du moment où l'offre de financement est différente interviennent d'autre (...)

43En effet, deux dimensions interviennent principalement dans le rapport au « temps du projet » dans un environnement de financement similaire9. La première est évidemment la dépendance à l’égard des ressources pour réaliser les recherches (Whitley, 2000). Ainsi, un théoricien ou un informaticien apparaîtra moins dépendant qu'un expérimentateur, et un biologiste travaillant sur la drosophile aura moins besoin de financements que celui qui utilise des souris. La deuxième dimension pertinente est le degré d'encastrement (Grossetti, 2004, p. 127) du chercheur dans un collectif, soit sous la forme de solidarités horizontales, soit dans le cadre d'une dépendance fonctionnelle relevant de la division du travail, qui déterminera la capacité à prendre en charge collectivement les échéances. Il apparaît alors que la dépendance aux financements et l'isolement des chercheurs conduisent à renforcer l'effet de la temporalité gestionnaire sur les pratiques de recherche. Au contraire, le renforcement de l'interdépendance entre chercheurs permet de la neutraliser à travers la mise en œuvre de différentes stratégies.

44Cette typologie permet de rassembler les observations des différents travaux sur la « science en projets » qui identifient l'importance du collectif (Louvel, 2011) et des contraintes financières spécifiques à certaines pratiques (Barrier, 2011a), comme d'éclairer la diversité des situations vécues par les chercheurs. Ainsi, la section précédente décrivait l'effet d'une politique scientifique où la temporalité du FSP a influé sur les trajectoires. En effet, les chercheurs étaient majoritairement dans un « régime séquentiel » – tournés vers l'expérimentation mais pas encore intégrés dans des collectifs plus importants. Actuellement les différents cas se rencontrent parmi les équipes du laboratoire, et par la suite on discutera de chacun de ces régimes.

45Une image souvent mobilisée – soit comme repoussoir par les promoteurs d'une recherche sur projet conçue comme un rempart contre le laisser-aller, soit revendiquée au nom de l'autonomie de la recherche – est celle d'un support matériel et financier non limitant dans l'activité quotidienne, aux financements externes d'abonder les recherches plus exceptionnelles ou ambitieuses. Une telle situation, qui allie à la fois l'indépendance des ressources à celle du collectif local, correspond à un régime d'autonomie. Aucun chercheur du laboratoire discuté dans cet article n'est actuellement concerné, mais une telle situation est régulièrement évoquée pour décrire la manière dont se déroulait « autrefois » la recherche, autour de petites expériences menées individuellement et prises en charge par le financement récurrent. Elle peut aussi se rencontrer par exemple en mathématiques ou en SHS.

  • 10 Le laboratoire dont il est question ici bénéficie d'un financement récurrent sensiblement plus impo (...)

46Cependant, si l’existence d’un financement récurrent, dans certains laboratoires, permet une relative autonomie pour certains chercheurs10, et que certaines traditions de recherche privilégient les démarches individuelles, dans les faits, rares sont ceux qui mènent une recherche en dehors d'une inscription dans un collectif et n’ont besoin d’aucun financement extérieur. Le régime d'autonomie correspond donc à une variété de situations allant de l'absence de besoins pour mener les recherches à l'existence de sources spécifiques de financements (contrat à long terme avec une entreprise, financement récurrent du centre de recherche) ne passant pas par la constitution de projets spécifiques.

Le projet comme opportunité : le régime connexionniste

47Les physiciens théoriciens du laboratoire sont généralement dans un régime que l’on peut qualifier de connexionniste en référence à l'individu mobile et connecté de la « cité en projet » (Boltanski et Chiapello, 1999). Ayant besoin de peu de financement pour leurs recherches et pouvant si besoin se satisfaire du récurrent, ils participent cependant aux projets d’autrui auxquels ils apportent leurs modèles et la formalisation des résultats d'expérience tout en retirant pour eux-mêmes des questions de recherche et des données à interpréter. Pour cette raison, ils sont peu dépendants de l'agenda des projets et se conservent toujours la possibilité de revenir « au papier et au crayon » quand le financement vient à manquer. Ce faisant, surtout quand leur réputation est bien établie, ils peuvent se permettre d'exprimer une certaine distance à l'égard des questions des financements, voire un certain détachement.

Je suis très atypique, parce qu'en gros je ne fais des ANR qu'avec d'autres gens. Des gens viennent me proposer de faire des ANR avec eux, je dis oui ou je dis non. [PU, physicien statisticien]

48Rarement porteurs eux-mêmes des projets, ils sont souvent recherchés pour leur compétence spécifique. Dans une situation un peu différente, certains chercheurs ne sollicitent que très ponctuellement des financements, par exemple pour l'achat d'un instrument, et pour lequel ils vont collaborer dans tel ou tel projet. Ils partagent cependant avec les théoriciens le fait de considérer les projets auxquels ils participent comme une opportunité plus que comme une nécessité et de fait ressentent très peu la temporalité gestionnaire des projets.

49Ces deux régimes, le régime connexionniste et celui d'autonomie, ont en commun de présenter un faible couplage entre la temporalité gestionnaire des projets et la temporalité professionnelle, car leur dépendance aux moyens est relativement faible. Au contraire, les deux autres régimes identifiés correspondent à des besoins plus importants et par conséquent nécessitent une obtention régulière de moyens. Ils peuvent être associés à deux modes de gestion des flux (Bernard, 2012) : le régime séquentiel et le régime simultané.

Entrelacer les projets : le régime simultané

50Le régime simultané est celui dans lequel un grand nombre de projets s'enchevêtrent. Ce faisant, malgré une dépendance forte aux financements, il permet paradoxalement d'obtenir un certain recul vis-à-vis des rythmes de la temporalité gestionnaire, favorisé à la fois par la juxtaposition des projets qui tend à diluer les effets de bords – le début et la fin du projet – mais aussi par l'accumulation d’une expérience relative à la réponse aux appels à projets, à la production de rapports ainsi qu’une plus grande aisance à établir des priorités dans les échéances. Si ce n’est pas une nécessité, ce régime est souvent associé à une division du travail au sein du collectif. Dans ce cas, même s'il n'existe pas nécessairement une stratégie formalisée de gestion de portefeuille de projets visant à une sauvegarde d'une autonomie de recherche exploratoire en construisant des « espaces d'autonomie scientifique » (Barrier, 2011b), une des formes classiques est celle du principal investigator (PI) qui coordonne son équipe de chercheurs permanents, de post-doctorants et de doctorants. Ce régime peut se traduire à l'échelle d'un laboratoire sous la forme d'une mutualisation solidaire importante des financements (Louvel, 2007 ; Louvel, 2011). Ce régime met l'accent sur le rôle du collectif comme garant de l'autonomie des thématiques de recherche par rapport au morcellement du FSP.

51Ainsi, une des équipes sur des thématiques assez appliquées et technologiques a développé une expérience dans la réponse aux différents appels d’offres nationaux et internationaux, mais aussi dans la valorisation de brevets. Le responsable de l'équipe mène principalement un travail de veille, de réseau et de valorisation des résultats tandis que les autres permanents aident à assurer, au quotidien, le déroulement des recherches et la supervision des non-permanents en sus de leurs propres activités. La taille de l'équipe et le nombre de projets permettent une division du travail et des stratégies de transfert des montants et de recyclage de projets entre les différentes sources de financement (Laudel, 2006).

Nous, on recycle les projets européens pour demander de l'argent à l'ANR. Le job, c'est de demander de l'argent. Et ici, dans l'équipe de X, ça va. Il est vraiment très fort pour aller chercher de l’argent, parce qu'il a beaucoup d'expérience, et aussi parce qu'il va beaucoup chercher de l'argent de l'Europe, et que ce ne sont pas les mêmes sommes que celles de l'ANR. Même si c'est administrativement beaucoup plus lourd. [CR, biophysique]

52Cela ne signifie pas nécessairement que le taux de succès auprès des financeurs soit plus important, mais qu'une forme de neutralisation de la temporalité gestionnaire peut être aménagée. Cette configuration ne nécessite pas non plus une organisation hiérarchisée avec l'installation d'une division du travail. Une autre équipe, organisée plus « horizontalement » que la précédente, sur des thématiques plus fondamentales, exhibe le même type de neutralisation de la temporalité gestionnaire :

Quand X est arrivé, il avait des idées, moi j'avais de l'argent justement, j'avais pas mal d'argent. J'ai financé beaucoup ses projets avec cet argent que j'avais un peu en trop. Ça m'a permis d'utiliser mon argent et de garder le sien pour plus tard. Là, elle a besoin de moyens supplémentaires pour payer une postdoc afin de faire le lien entre deux périodes, donc elle a pris sur mes contrats. Et je le justifie sans problème […] C'est nous qui l'assouplissons entre nous. [PU, biophysique]

53Les deux situations évoquées diffèrent quant à l'organisation du collectif. En effet, la première permet, par le jeu de la division du travail, de faire apparaître un travail qui autrement resterait invisible (et lui allouer les ressources nécessaires, secrétaire dédiée, etc.), tandis que la seconde favorise une délocalisation des contraintes gestionnaires sur l’ensemble du collectif, favorisant une résilience. Néanmoins, le régime simultané qui correspond à « l'accumulation enchevêtrée » de différents projets sur une thématique de recherche permet l'aménagement d'un découplage entre temporalité gestionnaire et temporalité professionnelle, qui se traduit par un plus grand détachement de la part de ces chercheurs vis-à-vis du rythme des FSP. La trajectoire scientifique du collectif est alors première par rapport à l'effet d'orientation et de « l'incitation à l'opportunisme » (Hubert et Louvel, 2012) des FSP. Afin de se prémunir d'une interruption de financement mais aussi pour se dégager des marges d'autonomie dans un contexte d'incertitude élevée, ce régime est souvent visé mais son maintien se trouve conditionné non seulement par l'existence d'un collectif mais aussi par le temps disponible pour remplir des demandes de financements et pour le « travail d'articulation » nécessaire pour les réunir en un ensemble cohérent (Barrier, 2011a ; 2011b).

Vivre le « temps d’un projet » : le régime séquentiel

54Le quatrième régime, qualifié de séquentiel, correspond à une recherche financée projet après projet : la trajectoire de recherche se construit dans la succession des projets. Dans cette situation, la temporalité gestionnaire peut influer de manière importante sur la temporalité professionnelle : la thématique est dépendante d'un financement régulier pour avancer sans que les chercheurs bénéficient d’une intégration suffisante au collectif pour assurer une stabilité dynamique des ressources. Ces équipes sont alors dépendantes du succès de telle ou telle demande, et « vivent » vraiment dans le temps du projet. Le cas limite serait celui d'une stricte séquentialité entre projets, même si souvent plusieurs financements cohabitaient, soit parce qu'ils ont été demandés en même temps pour pallier l'incertitude de la sélection, soit parce qu'il s'agit de petits financements annexes qui ne peuvent suffire à eux-mêmes. Il ne s'agit pas d'une situation de paupérisation, mais d'un découpage temporel très marqué dans l'obtention des financements :

J'ai largement suffisamment d'argent. Là récemment, j'en ai eu beaucoup, parce que j'ai fait beaucoup d'appels d'offres en me disant qu'il n'y aura que la moitié qui va marcher. Mais en fait ils ont tous marché. Donc du coup, j'ai temporisé pour en faire d'autre. Et puis l'année dernière, pour la première fois, je n'en ai pas eu. Donc j'ai fini mes queues de contrats. On se débrouille. Là j'en ai deux qui redémarrent. C'est vrai qu'avec les contrats de recherche, c'est toujours un petit peu difficile de gérer le temps parce qu'un contrat sur trois ans, c'est quand même court… [PU, biophysique]

55L'échec des demandes de financement conduit alors à des ruptures de trajectoires, plus ou moins dommageables aux activités, pouvant aller jusqu'à l'abandon du métier de chercheur (Chubin, Hackett, 1990), ce qui en France concerne surtout les non-permanents. Par exemple, dans le cas des expériences qui exigent que soient présents en permanence des techniciens ou des expérimentateurs, la rupture des financements peut conduire au départ de la personne et la perte de son expérience pour le collectif. Bien que l'obtention de financement soit souvent considérée comme corrélée à la visibilité du chercheur dans sa communauté et à la disponibilité de l'offre, le FSP introduit alors une incertitude sur les trajectoires quand les chercheurs ne s'inscrivent pas dans un collectif. Ce régime prévaut surtout pour les jeunes chercheurs et les chercheurs isolés, mais peut aussi correspondre à une certaine conception de la recherche et de son rapport aux financements.

Si ça devient un job à plein-temps, ce n'est pas le job que je veux faire, c'est tout. [PU, physique]

56C'est sur ce régime que se focalisent généralement les critiques du FSP (Hubert et Louvel, 2012) car il fragilise la pérennité des collectifs quand l'accès à la source de financement n'est pas garantie par une institutionnalisation des relations avec le financeur (Rip, 1994 ; Kahan, 2000) et peut conduire à des changements de thématiques (Gläser et al., 2010).

Relations entre les régimes

57Ces différents régimes, qui peuvent se succéder durant la carrière professionnelle d'un chercheur, permettent de donner un sens à l'expérience qu'ont les chercheurs des contraintes temporelles liées à l'accès aux financements, et de rendre compte des choix qui s'y rapportent.

Quand j'étais toute seule, j'avais plus une vision de court terme : j'ai de l'argent, mon projet est sur ce que je voulais faire, donc je fais mon projet une fois financé. Quand tu es dans un collectif, l'état d'esprit est différent : j'ai plein de projets, je finance mon labo et je fais évoluer ma recherche en même temps. Tu as toujours un ou deux projets d'avance pour financer des trucs que tu as déjà faits avec un autre financement, c'est imbriqué, et ce n'est pas non plus les mêmes échelles. [CR, biophysique]

58Ainsi, cette typologie permet de rendre compte de l’évolution d’une carrière de chercheur, par exemple commençant avec un unique projet financé (régime séquentiel) et finissant responsable d’équipe dans le rôle de PI (régime simultané), donnant un sens au détachement que peut avoir un chef d'équipe bien organisée par rapport au jeune maître de conférence, qui bien que reconnu, n'a que l'horizon de son ANR jeune chercheur. Elle permet aussi de caractériser les positions différenciées sur le développement du FSP entre le physicien théoricien qui met en avant les opportunités de collaboration et le biologiste qui s'inquiète de la pérennité de son expérience. Par ailleurs, il faut noter que si un équilibre dynamique peut être ainsi obtenu, il peut aussi être remis en cause quand le contexte du collectif ou les thématiques changent.

Avant l'équipe était beaucoup plus importante, c’est-à-dire, on s'est retrouvé, on était entre 10 et 12 dont plusieurs permanents et donc il y avait une masse critique qui faisait qu'on a beaucoup fonctionné sur des contrats européens […] Aujourd'hui, je n'ai plus cette masse critique [DR, biophysique].

59Une des situations critiques peut alors être un échec répété des demandes de financements qui conduit à choisir des thématiques moins coûteuses ou de devoir fonctionner dans un régime connexionniste subi et vécu sur le monde du « parasite » allant occuper des « strapontins » dans les projets des autres. Bien entendu, ces régimes sont soumis à l'offre de financement effectivement disponible : le laboratoire étudié bénéficiant d'un support important de la part du centre de recherche, il favorise l'existence du régime connexionniste pour les recherches les moins coûteuses. La principale limite de ce régime est le besoin de recruter des collaborateurs non-permanents (doctorants et post-doctorants) ce qui incite à candidater aux FSP.

60Le passage entre les régimes ne peut cependant se résumer à une lecture en termes de succès ou d'échec auprès des financeurs et de dépendance financière. En effet, le choix de tel ou tel régime peut dépendre de choix personnels, de valeurs professionnelles ou des contraintes organisationnelles propres à telle ou telle discipline ou laboratoire. Si le point de vue privilégié ici correspond essentiellement à une forme descriptive des régimes, il prolonge cependant l'interrogation de Terry Shinn concernant l'organisation des laboratoires à l'échelle des pratiques individuelles car ils : « soulignent qu'il serait important, par exemple, de s'accorder sur une typologie de la recherche scientifique et de son organisation, et de déterminer quels facteurs intrinsèques et extrinsèques se trouvent – et jusqu'à quel point – à l'origine d'une différenciation organisationnelle. » (Shinn, 1980).

Conclusion

61Le découpage de la recherche en projets contribue à produire une temporalité gestionnaire analytiquement distincte de la temporalité professionnelle. Cette étude de cas permet de constater que, sur les deux niveaux considérés, le couplage entre la temporalité des FSP et celle des pratiques de recherche est fortement contextualisé. L'effet d'incitation du programme de FSP du centre de recherche a contribué à aligner la culture du laboratoire sur la politique scientifique locale en accompagnant la genèse des lignes de recherche, alors peu stabilisées. Inversement, le mode de fonctionnement des équipes ou l'indépendance relative aux financements d'un chercheur peut conduire à dissocier l'influence de la temporalité des FSP de celle des trajectoire de recherche.

  • 11 On se rapproche en cela du programme de recherche ouvert par Andrew Abbott sous l’appelation de « p (...)

62Nos observations permettent d'apporter deux contributions pour caractériser les transformations des pratiques de recherche d’une « science en projet ». La première est de rappeler la contextualisation d’une politique scientifique mobilisant un FSP : l’influence d’un projet dans le développement d’une thématique de recherche n'est pas en lien direct avec la quantité d'argent mais avec son articulation aux autres instruments de financement en présence et à la situation du collectif. Dans le cas du programme du centre de recherche étudié, la négociation à une échelle locale de l’instrument permet de faciliter son couplage avec la temporalité professionnelle. La seconde est l'existence de différents régimes de couplage entre la temporalité gestionnaire et la temporalité professionnelle. Cette constatation invite à nuancer les analyses uniformisantes sur les conséquences du développement du FSP. Plus généralement, ce travail met en avant la pertinence d'une approche centrée sur les trajectoires des chercheurs pour réfléchir aux effets du FSP. Ainsi, complétant les considérations statistiques sur les inputs ou les outputs, par exemple l’influence des financements ANR obtenus sur le nombre de publications (Carayol et Lanoe, 2013), l’étude des régularités sur les trajectoires reliant recherche et financement constitue une approche féconde pour identifier et généraliser les processus sociaux à l’œuvre11.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abbott A., 2001. Time matters : On theory and method, University of Chicago Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barrier J., 2011. « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, 54 (3), p. 515-536.
DOI : 10.1016/j.soctra.2011.08.011

Barrier J., 2011. « Financer la recherche, organiser les relations science-industrie. Les politiques de financement sur projets en France (1982 - 2006) », in Bezes P., Siné A. (dir), Gouverner (par) les finances publiques, Les presses de SciencesPo, p. 355-39.

Bernard S., 2012. « Conflits de temporalités dans les services : le cas des caisses automatiques », Temporalités, 16.

Boltanski L., Chiapello E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Braun D., 2004. « The role of funding agencies in the cognitive development of science », Research policy, 27, p. 807 – 821.
DOI : 10.1016/S0048-7333(98)00092-4

Brunet P. et Dubois M., 2012. « Cellules souches et technoscience : sociologie de l’émergence et de la régulation d’un domaine de recherche biomédicale en France », Revue française de sociologie, 53 (3), p. 391-428.

Brunet P., 2012. « Temporalités dans la recherche biomédicale : la science au travail saisie par le temps », La nouvelle revue du travail, 1.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bruno I., 2008. À vos marques, prêts... cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche. Éditions du Croquant.
DOI : 10.3917/mouv.071.0036

Carayol N, Lanoe M., 2013. « The Impact of Blue Skye Project Based Funding of Academic Research », workingpaper.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chubin D. E., Hackett, E. J., 1990. Peerless science : Peer review and US science policy, Suny Press.
DOI : 10.1063/1.2810292

Colinet L., Gaunand A., Hocdé A., Joly P.-B., Lemarié S., Matt M., Larédo P., 2013. « Une approche multidimensionnelle de la mesure des effets de la recherche publique agronomique : le cas de l'INRA » in Glassey O., Leresche J.-P., Moeschler O. (dir.), Penser la valeur d'usage des sciences, Éditions des archives contemporaines, p. 49-76

Cour des comptes, 2013. « Le financement public de la recherche, un enjeu national », Rapport public thématique.

Cour des comptes, 2011. « L'agence nationale de la recherche : premiers constats et perspectives ».

Dubois M., 2013. « “Private knowledge” et “programme disciplinaire” en sciences sociales : étude de cas à partir de la corresponance de Robert K. Merton », L’Année sociologique, à paraître.

Gläser J., Laudel G., Hinze, S., Butler, L., 2002. “Impact of evaluation-based funding on the production of scientific knowledge : What to worry about, and how to find out.”, Rapport pour le Fraunhofer ISI.

Gläser J., Lange S., Laudel G., Schimank U., 2010. “The Limits of Universality : How Field-Specific Epistemic Conditions Affect Authority Relations and their Consequence” in Whitley R., Gläser J., Engwall L. (eds.), Reconfiguring knowledge production : Changing authority relationships in the sciences and their consequences for intellectual innovation, Oxford University Press, p. 291-324.

Grossetti M., 2004. Sociologie de l'imprévisible, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hubert M., Louvel S., 2012. « Le financement sur projet : quelles conséquences sur le travail des chercheurs ? », Mouvements, 71 (3), p. 13-24.
DOI : 10.3917/mouv.071.0013

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hubert M., Chateauraynaud F., Fourniau, J.-M., 2012. « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens. », Quaderni, 77 (1), p. 85-96.
DOI : 10.4000/quaderni.556

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kearnes M., Wienroth M., 2011. “Tools of the trade : UK research intermediaries and the politics of impacts”, Minerva, 49 (2), p. 153-174.
DOI : 10.1007/s11024-011-9172-4

Knorr Cetin K., 1999. Epistemic cultures. How the sciences make knowledge, Harvard University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jouvenet M., 2011. « Profession scientifique et instruments politiques : l’impact du financement “sur projet” dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, 53 (2), p. 234-252.
DOI : 10.1016/j.soctra.2011.03.005

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kahane B., 2000. « Charity business et politiques de recherche sur la santé : comment l’AFM mobilise la recherche publique », Sociologie du travail, 42 (1), p. 113-131.
DOI : 10.1016/S0038-0296(00)00103-5

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thèves J., Lepori B., Larédo P., 2007. “Changing patterns of public research funding in France”, Science and Public Policy, 34 (6), p. 389-399.
DOI : 10.3152/030234207X229501

Larédo P., Mustar P. (Eds.). 2001, Research and innovation policies in the new global economy : An international comparative analysis, Edward Elgar Pub.

Larédo P., 2010. « Le financement de la recherche sur projets en France : positionner pour mieux questionner » in Hoillard M., Saez G. (dir), Politique, science et action publique, PUG, p. 177-196.

Lascoumes P., Le Galès P., 2004. Gouverner par les instruments, Presses de Sciences Po.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Laudel G., 2006. “The art of getting funded : how scientists adapt to their funding conditions”, Science and Public Policy, 33 (7), p. 489-504.
DOI : 10.3152/147154306781778777

Louvel S, 2011. Des patrons aux managers : les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970, Rennes, PUR.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Louvel S., 2007. « Le nerf de la guerre », Revue d'anthropologie des connaissances, 1 (2), p. 297-322.
DOI : 10.3917/rac.002.0297

Masson P., 2006. « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », Genèses, 62 (1), p. 110-128.

Musselin C, 2007. Les universitaires, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rip A., 1994. “The republic of science in the 1990s”, Higher Education, 28 (1), p. 3-23.
DOI : 10.1007/BF01383569

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Shinn T., 1980. « Division du savoir et spécificité organisationnelle : Les laboratoires de recherche industrielle en France », Revue française de sociologie, 21 (1), p. 3-35.
DOI : 10.2307/3320898

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thèves J., Lepori B., Larédo P., 2007. “Changing patterns of public research funding in France”, Science and Public Policy, 34 (6), p. 389-399.
DOI : 10.3152/030234207X229501

Whitley R., 2000. The Intellectual And Social Organisation Of The Sciences, Oxford University Press.

Whitley R., 2011. “Changing governance and authority relations in the public sciences” Minerva, 49 (4), p 359-385.

Haut de page

Notes

1 Qui correspondrait pour certains à une « dé-professionnalisation » de l'activité de recherche (Jouvenet, 2011)

2 En particulier la biologie végétale, les mathématiques appliquées et l'électronique

3 L'agence se présente comme « une structure de financement sur projets au service de la recherche » (site de l’ANR) et environ 80 % de son budget y est consacré (hors Investissements d'Avenir).

4 Entretien avec un ancien membre de la direction.

5 Brunet caractérise le calendrier de la temporalité gestionnaire comme le résultat d'une "hybridation" avec la temporalité professionnelle (Brunet, 2012)

6 « Il comprend les renseignements scientifiques relatifs à l’opération et notamment son objet, les objectifs recherchés, le programme détaillé des travaux, la répartition des tâches entre les partenaires éventuels, les conséquences attendues aux plans scientifique et économique [...] le calendrier d’exécution ainsi que la durée prévisionnelle des travaux. » Règlement 2005 de l'ANR.

7 Ici, contrairement au cas de l'ANR par exemple, le FSP considéré est utilisé pour mener une politique de site

8 Principalement des ANR, mais aussi des financements nationaux spécifiques (ARC, Ligue contre le Cancer) et internationaux (ERC, HFSP, PCRD...).

9 Il est entendu qu'à partir du moment où l'offre de financement est différente interviennent d'autres effets. Dans la mesure où on s'intéresse ici à un laboratoire, les équipes partagent dans une assez grande mesure la possibilité d’accéder aux mêmes financeurs.

10 Le laboratoire dont il est question ici bénéficie d'un financement récurrent sensiblement plus important que la moyenne, et d'une aide du centre de recherche pour certaines dépenses (matériel, contrats d'entretien …).

11 On se rapproche en cela du programme de recherche ouvert par Andrew Abbott sous l’appelation de « positivisme narratif » : « regular narrative patterns are in fact a reasonable way to generalize about the social process » (Abbott, 2001, p. 241).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Le temps d'un projet », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://temporalites.revues.org/2563

Haut de page

Auteur

Émilien Schultz

GEMASS Paris Sorbonne - CNRS, 190 avenue de France, 71345 Paris cedex 13
emilien.schultz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page