Navigation – Plan du site

La communication de projet : productions discursives et ajustements autour de différentes temporalités de la recherche en écologie

Project communication : discursive production and adjustment of various temporalities in the field of ecology
La comunicación de proyecto: producciones discursivas y adaptaciones en torno a diferentes temporalidades de la investigación en ecología
Clémence Emprin

Résumés

Un projet de recherche scientifique cristallise plusieurs tensions temporelles. Étudié en tant que dispositif, il transforme les pratiques de recherche et particulièrement les pratiques de communication. Dans le cas de la recherche en écologie, l’expérimentation en milieu naturel, emblème de la modernisation de la discipline, introduit la temporalité de phénomènes naturels difficilement maîtrisables. L’étude du projet Inbioprocess permet de suivre les pratiques communicationnelles de gestion du temps afin de concilier le travail expérimental en milieu naturel et le suivi d’un planning de projet. Pour cela, matériaux ethnographiques et discursifs sont complétés par des entretiens. L’action B du projet est centrée sur le détournement d’un bras de rivière dont la réalisation se confronte à certaines difficultés. Cette contribution met en évidence le rôle des productions discursives comme trace du rapport au temps et comme prise sur les événements naturels. Si les chercheurs naturalisent des critères temporels pour l’évaluation, l’écriture permet de faire récit de l’imprévisibilité. De même, la circulation de documents est à l’origine d’une nécessaire complémentarité des temps. Nous montrons également l’importance des pratiques d’ajustement et les risques liés à une hiérarchisation du temps court du projet sur le temps long de l’équipe. La gestion communicationnelle des temporalités apparaît comme un élément central de la réalisation d’un projet scientifique.

Haut de page

Texte intégral

1Le projet de recherche scientifique cristallise plusieurs tensions en terme de gestion du temps. L’étude du projet Inbioprocess permet d’analyser les pratiques mises en œuvre par les chercheurs en écologie afin de concilier le travail expérimental en milieu naturel et le suivi d’un planning de projet.

2Les pratiques de gestion des temporalités et de communication sont particulièrement intriquées ; l’approche communicationnelle du dispositif projet vise à les saisir conjointement. Cette contribution met en évidence le rôle des productions discursives comme trace du rapport au temps et comme prise sur les événements naturels. Elle pointe également les pratiques d’ajustement pour une maîtrise des temporalités et les risques liés à une domination du temps court du projet sur le temps long de l’équipe. La gestion des temporalités apparaît finalement comme une activité fondamentale pour la réalisation d’un projet scientifique.

Pratiques de communication et temporalités

3La prise en compte des temporalités est, pour les sciences sociales, une source stimulante d’intelligibilité des phénomènes sociaux (Dubar et Rolle, 2009). Cette entrée est propice à saisir certaines transformations récentes de la recherche scientifique, et notamment la généralisation de l’organisation par projet. Dans un premier temps, nous interrogerons le projet de recherche dans sa capacité à transformer les pratiques scientifiques. Dans un deuxième temps, nous décrirons la manière dont notre approche permet de saisir l’intrication entre gestion des temporalités et les pratiques de communication. Enfin, les spécificités temporelles de la recherche en écologie seront discutées, avec comme focale, l’apparition d’expérimentation en milieu naturel.

Le projet de recherche, une nouvelle temporalité ?

4Le projet propose une représentation de l'action dans le temps, Boutinet (2005) le définit comme une « anticipation opératoire, individuelle ou collective d'un futur désiré » (p. 65) tout en précisant son caractère partiellement déterminé. Le projet est, en effet, organisé en un ensemble de tâches élaborées pour répondre à des objectifs et réalisées en fonction de leur faisabilité. Cette planification de l’activité est liée à un ensemble de contraintes administratives et temporelles ; ainsi, l’organisation par projet dans la recherche scientifique transforme les pratiques de diverses disciplines scientifiques. Fidèle à la Stratégie de Lisbonne visant à construire la compétitivité de la communauté européenne sur le savoir, l’État crée en 2005 l’Agence Nationale de la Recherche et lui délègue la gestion d’une politique de financement concurrentiel par projet. Dans son travail sur les laboratoires de recherche publique en sciences de la vie, Louvel (2011) décrit la montée tardive mais significative des financements sur projet en France. Elle analyse les stratégies développées par les laboratoires pour faire face à ces changements et l’évolution des rapports professionnels entre les chercheurs. De même, les travaux de Barrier (2011) sur la recherche en électronique ou de Jouvenet (2011) dans le domaine des nanosciences mettent en évidence le temps passé à sécuriser le financement et la démultiplication des activités de management. Les chercheurs mènent de front une multitude de projets en collaboration, avec, pour chacun, une articulation singulière de dimensions cognitives, relationnelles et institutionnelles (Tricoire, 2011).

5Cependant, la temporalité reste assez peu questionnée en elle-même, ou selon des termes qui la naturalisent quelque peu. Ainsi, Brunet (2012) part de l’idée que le rythme intrinsèque à l’activité scientifique biomédicale serait sous l’influence d’autres sphères sociales, notamment gestionnaire. Si la prégnance des outils managériaux est évidente, et ceci particulièrement dans le cas de l’organisation par projets (Boltanski et Chiapello, 1999), il nous semble que l’hypothèse d’une homogénéité temporelle de l’activité scientifique ne permet pas de comprendre la manière dont se construisent, se renforcent ou se maîtrisent les différentes temporalités. Comme le montrent les études de sciences (Latour, 1989 ; Callon, 1988), l’activité scientifique est particulièrement hétérogène, elle s’élabore par de nombreuses pratiques de représentation, d’interaction et d’inscription qui participent à la gestion du temps. Selon cette perspective, l’analyse des temporalités de la recherche scientifique passe par l’étude des dispositifs. Le dispositif, en tant qu’ « ensemble hétérogène de discours, d’institutions, de pratiques et de procédures » (Foucault 1976, p. 139), contraint le rapport aux temps tout en constituant une ressource pour l’action. Quelles sont les temporalités à l’œuvre dans le projet ? Quels outils, procédures et pratiques sont mobilisés par les chercheurs ?

Approche communicationnelle du dispositif projet

6Le projet de recherche peut être considéré comme un objet communicationnel qui génère des situations lors desquelles la communication scientifique va être mise à l’épreuve (Piponnier, 2011). En tant que dispositif, le projet contraint la communication dans ses formats, ses modalités d’écriture et ses temporalités. L’approche communicationnelle des organisations a pointé le rôle productif de la communication au sein des dispositifs et notamment l’intérêt d’une telle analyse pour la compréhension des formes de rationalisation (Bouillon, 2008). Il a notamment été proposé de considérer les pratiques de communication comme des pratiques de temporalisation ayant un rôle dans le contrôle social institutionnel (Carayol, 2005). En effet, l’évaluation du projet se fonde sur des productions médiatiques dont l’envoi, selon un planning, est un critère central. Le processus de médiatisation des connaissances est alors intégré au travail en mode projet selon un processus continu (Piponnier, 2009). À cet égard, on peut s’intéresser à la montée conjointe de la recherche sur projet et de l’injonction à la communication des sciences.

7Le projet de recherche est un dispositif sociosémiotique qui génère une diversité de documents, du brouillon permettant une coordination des équipes au rapport semestriel en passant par les délivrables, et de situations d’interaction (d’expérimentation, de réunion ou d’écriture collective). Une analyse ethno-sémiotique des pratiques d’écritures scientifiques (Hert, 2006) permet d’appréhender les pratiques, les inscriptions matérielles ainsi que les dimensions symboliques d’une telle activité (Le Marec et Babou, 2003). Il s’agit de décrire les pratiques de communication constitutives de la gestion du temps, leurs significations ainsi que les ajustements des acteurs par rapport à ces contraintes temporelles. 

Recherche en écologie : vers des expérimentations de terrain

8Dans le cas de la recherche en écologie, le développement de projet autour de la biodiversité constitue une opportunité scientifique, médiatique et financière importante (Emprin, 2012) dont les implications sur la temporalité de la recherche sont multiples. Les pratiques de gestion du temps liées à une expérimentation en milieu naturel, particulièrement sensible aux imprévus saisonniers, doivent donc être interrogées. Comment les chercheurs du projet Inbioprocess font-ils coïncider les temporalités empiriques et celles du projet ?

9Depuis la mise en œuvre de la directive cadre sur l’eau, les recherches en écologie mobilisent des expérimentations en milieu naturel afin d’estimer la qualité des eaux (Geffard et al., 2010). Néanmoins, les dynamiques (migratoires, biologiques et chimiques) des rivières et le rôle de la biodiversité dans les sédiments, central dans le projet étudié, sont assez mal connus. Leur compréhension par le biais de l’expérimentation en milieu naturel est un enjeu scientifique et technique ambitieux. Constitutive de l’histoire et de l’identité de la discipline (Kohler, 2002), la volonté de modernisation de l’écologie en une science expérimentale est portée par l’Institut Français de la Biodiversité. Ce dernier constitue le projet de recherche comme le dispositif par excellence d’une science moderne et explicative. Créé en 2000, cet Institut standardise sa politique de financement de projet de recherche lors de l’apparition de l’Agence Nationale de la Recherche en 2005. Qu’en est-il des tensions produites par le financement à court terme d’une recherche expérimentale en milieu naturel ?

L’action B d’Inbioprocess

10Inbioprocess est un projet de recherche financé sur quatre ans par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) ; il réunit six équipes sur quatre sites (Lyon, Toulouse, Rennes et Marseille). La trentaine de chercheurs impliqués travaille sur le rôle de la biodiversité dans les processus écologiques aux interfaces eaux souterraines/eaux de surface dans la perspective de développer une politique de gestion durable. Le projet est lancé par Janine Gibert en 2007 et Pierre Marmonier reprend le rôle de coordinateur en 2009.

11Le projet est organisé en cinq actions thématiques dont trois (B « migration », C « décomposition » et D « détoxication ») portent sur des processus spécifiques ; l’action A et E concernent des dimensions transversales aux trois actions thématiques. L’action A désigne les activités de management : l’organisation bisannuelle de réunions où se discutent les questions scientifiques et administratives, la production de rapports mais aussi l’organisation du « transfert » aux gestionnaires ou le colloque final. L’action E, plébiscitée par les tutelles institutionnelles, consiste à modéliser l’activité de la biodiversité dans les sédiments de rivière. Elle vise à intégrer des éléments de compréhension des actions B, C et D sur les activités de migration, de décomposition et de détoxication au sein d’un modèle théorique. Ces trois actions englobent des collaborations et des montages expérimentaux articulant des expérimentations en laboratoire et en milieu naturel.

Un cadre compétitif

12L’appel à projets 2006 a reçu 92 réponses et a permis de financer 14 projets c’est-à-dire 15,2 % des propositions, ce qui correspond à un des appels à projets les plus sélectifs sur la thématique « biodiversité » (Tableau 1).

Appel à projet

Projets reçus

Projets financés

Pourcentage de projets financés

Montant moyen par projet, euros

Financé à % des demandes

Montant accordé euros

2000

121

38

31,4

42 158

60

1 602 000

2002 dynamique et modalités d'accès aux milieux et aux ressources

38

13

34,2

65 615

60

853 000

2003 changements globaux

38

13

34,2

65 615

60

853 000

2005 ANR

136

15

11

580 000

85

8 689 948

2006 ANR

92

14

15,2

723 000

90

10 126 350

2007 ANR

78

16

20,5

742 000

92

11 880 039

2007 îles de l'océan indien

58

17

29,3

99 600

58

1 693 688

Tableau 1. Pourcentage de projets financés (source, IFB 2008)

  • 1 L’appel Biodiversité de l’ANR est le troisième mieux doté dans la section Ecosystèmes et développem (...)

13La proportion des projets financés par l’Institut Français de la Biodiversité lors des appels à projets successifs s’échelonne de 11 % en 2005 (avec le premier appel à proposition de l’ANR qui suscite des attentes puisque 136 seront déposés cette année) à 34,2 % en 2002-2003. Par ailleurs, la sélection des projets (15,2 %) est forte si on la compare avec celle de tous les projets ANR pour l’année 2006 qui est à 25,3 %. Les projets sélectionnés par cet appel sont relativement bien dotés financièrement, avec une moyenne de 723 000 euros, ils sont financés à la hauteur de 90 % des demandes. Si cet appel à projets témoigne d’une augmentation des capacités de financement des projets sur la biodiversité, ce domaine reste faiblement doté par rapport à d’autres1 et la démarche de financement répond à une « logique d’excellence » avec une très forte sélection et un petit nombre de projets. Ce contexte de forte sélection est important pour comprendre le caractère ambitieux du projet Inbioprocess et notamment de l’expérimentation en milieu naturel de l’action B.

Une expérimentation ambitieuse

14L’action B concerne la migration des organismes au sein des sédiments de rivière. Elle consiste principalement en une simulation en milieu naturel d’un assèchement et d’une crue. Le protocole expérimental (figure 1) consiste à barrer un bras d’une rivière (assèchement) en tresse redirigeant ainsi le flux d’eau dans le bras voisin (crue) afin de suivre les migrations par un échantillonnage des espèces à différents moments et à différentes profondeurs.

Figure 1. Schéma du plan expérimental. Diapositif de présentation du projet élaboré par le coordinateur pour la présentation mi-parcours, Paris, mars 2009.

  • 2 Si d’autres personnes sont mentionnées dans les documents et qu’un nombre plus important d’individu (...)

15La question que se posent les chercheurs est de savoir si la zone hyporhéique, c’est-à-dire l’« ensemble des sédiments saturés en eau, situés au dessous et à côté d’une rivière » (Datry et al., 2008), est une zone refuge pour les organismes de surface. Il s’agit de décrire un phénomène assez mal connu concernant les conséquences des assèchements de surface. Cette action implique deux équipes, de Lyon 1 et de Marseille et principalement sept personnes2 :

Pseudo

Equipe

Statut

Entretien

Pierre Marmonier

Rennes puis Lyon

Professeur des universités, coordinateur

40 minutes, bureau Lyon, 07/02/2009 puis 43 minutes, bureau Lyon, 26-02-2009

Emma

Lyon (coordination action)

Chargé de recherche CNRS

1 h 35, bureau Lyon, 21-06-2009

Géraldine

Lyon

Maître de conférences

Jean-Marc

Lyon

Maître de conférences

 

Suzanne

Lyon

Assistant ingénieur CNRS

58 minutes, bureau Lyon, 26-05-2010

Eléa

Marseille

Maître de conférences

 

Valentin

Marseille (Lyon)

Post-doctorant (28 mois, prolongé)

41 minutes, bureau Lyon, 18 -06-2009

Tableau 2. Personnes impliquées.

16Les chercheurs organisent le travail en trois temps : celui de la prospective afin de déterminer le lieu propice à l’expérimentation, l’expérimentation de terrain en elle-même et enfin l’échantillonnage visant à caractériser et quantifier les organismes migrants lors de cette perturbation. C’est la deuxième étape, impliquant la temporalité difficilement maîtrisable des phénomènes météorologiques, qui va particulièrement poser problème aux chercheurs et entrer en tension avec la temporalité du projet.

17Cette expérimentation, prévue à l’été 2008, ne sera effectuée qu’en juin 2009 ; les ambitions seront revues à la baisse et compensées par de nouvelles démarches en laboratoire. En effet, le débit de l’eau est un élément incertain qui, du fait de plusieurs « crues catastrophiques », ne permettra pas à l’expérimentation de se dérouler telle que prévue dans la planification des tâches. Ce retard devient un événement que le coordinateur commente avec emphase :

C’est complètement aléatoire ! C'est terrible, c'est terrible ! Donc en labo ou sur des manips de terrain, on peut calibrer des manips de terrain pour qu'elles soient faisables partout, par tous les temps, mais celle-là, il s'agit de détourner un bras d'une rivière ! C'est vachement ambitieux, c'est vachement innovant mais c'est très risqué. La preuve c'est qu'on s'est pris la fin de l'été 2008 comme une claque !

18Un an plus tard que prévu, en juin 2009, l’expérimentation en milieu naturel est de nouveau perturbée par le débit du courant : lors de la réalisation du barrage mobile, ce dernier n’a pas résisté à la force de l’eau et l’expérimentation a dû être repensée sur place. L’expérimentation a été revue à la baisse du fait de l’inadéquation du matériel aux ambitions de simulation d’une crue et d’un à sec : seul l’assèchement a été réalisé en barrant le plus petit des deux bras. Ceci témoigne d’un rapport singulier au terrain où l’activité de recherche nécessite une certaine adaptabilité aux modalités expérimentales. Comment les chercheurs négocient-ils les contraintes du projet pour pallier ces défaillances ? Si la temporalité de l’expérimentation dépend du caractère aléatoire d’éléments naturels tels que le débit de la rivière, sur quelles autres ressources repose la recherche ?

Entre observation participante et recueil de documents

  • 3 J’ai participé à celle de juin 2009 Toulouse, janvier 2010 Lyon et juin 2010 Visioconférence ainsi (...)

19Notre approche communicationnelle mobilise une diversité de données : observation participante, entretien et collecte de documents. Les réunions bisannuelles3 regroupent environ quinze personnes c’est-à-dire la moitié des membres actifs du projet, alternativement sur les deux sites principaux. Ces réunions se font en deux temps : d’abord le comité de pilotage regroupe les responsables des actions afin de discuter des dimensions administratives, managériales et logistiques du projet ; ensuite, le débat scientifique se déroule lors du comité technique où l’état d’avancement de chaque action est présenté et discuté. Néanmoins, la séparation est symbolique et l’observation met en évidence l’intrication des dimensions managériales et scientifiques dans les réunions ; par exemple l’échange scientifique est soumis à la temporalité managériale du projet puisque les dates de ces réunions sont fixées de manière à produire le rapport semestriel selon les échéances de l’Agence Nationale de la Recherche.

20Des entretiens ont été effectués auprès des membres du projet et notamment de quatre personnes impliquées dans cette expérimentation (tableau 2). Outre le parcours des chercheurs, leurs activités et leurs pratiques de communication au sein du projet, les entretiens se sont consacrés à la description des modalités de classement et d’usage des documents. Cette consigne a permis de faire apparaître la prégnance des documents textuels, qui ont fait l’objet d’un corpus (tableau 3), et l’importance des pratiques d’écriture au sein du projet. Le corpus n’est pas exhaustif mais il comprend tous les documents en circulation ou présents sur le site internet du projet. De même, des photographies des bureaux et des lieux de travail ont accompagné chaque entretien.

  • 4 Beaucoup d’autres deviennent accessibles au fil du projet puisqu’un total d’environ 22 publications (...)

Type document

Nombre

Fréquence

Circulation

Rapport

8

Bisannuel

Circule par e-mail au sein du projet, destiné à l’ANR

Délivrable

7

Ponctuel, réparti selon le planning

Circule par e-mail au sein de chaque action, accès public site internet et envoi ANR

Compte rendu de réunion, présentation et ordre du jour

57

Pluriannuel, pendant la présence de l'assistante de coordination (2007-2008)

Circule par e-mail au sein de chaque action, accès restreint du site

Publication

84

Ponctuel, commence en 2008 et se poursuit jusqu’à 2012

Circulent entre signataires

Autre :

Charte de publication,

Document relatif au congrès final, Rapport final

11

Ponctuel 

Documents en coécriture échangés par e-mail

ou

récupérés auprès du coordinateur

Tableau 3. Corpus de documents d’Inbioprocess

21Pour faire avec les différentes temporalités engagées dans l’expérimentation en milieu naturel du projet Inbioprocess, les chercheurs mobilisent simultanément des ressources discursives, cognitives et relationnelles. Dans un premier temps, les stratégies discursives sont décrites comme des moyens de rendre réalisable l’expérimentation de l’action B. Dans un second temps, la nécessité de réallouer partiellement les efforts au sein de l’action B constitue ce qu’on nous appelons des pratiques d’ajustement spécifique au collectif Inbioprocess. Dans un troisième temps, nous insisterons sur l’importance de la gestion communicationnelle des temporalités pour la réalisation d’un projet scientifique.

Stratégies discursives de maîtrise des temps 

22La temporalité de l’activité scientifique n’étant pas homogène, les documents de travail constituent aussi bien des témoins que des actants de la mise en cohérence des différents temps. Les rapports, ainsi que l’inscription de l’expérimentation par le biais de schémas en circulation auprès des participants, sont des traces d’un temps sous contrainte tout en œuvrant à sa maîtrise. Dans cette partie, les processus décris sont ordonnés des plus généraux (emprise de la temporalité managériale dans la science par projet) aux plus spécifiques : celle de l’écologie et de son rapport aux événements météorologiques, puis celle d’Inbioprocess avec la continuité documentaire propre à une expérimentation singulière.

Les rapports : emprise de la temporalité managériale…

  • 5 Mis à part les doctorants et post-doctorants, aucun des professionnels n’est mobilisé à plein temps (...)

23Les membres du projet ont des pratiques assez hétérogènes, aussi l’unité du projet passe fondamentalement par la production discursive. Si les publications et délivrables sont des objets textuels produits par un sous-groupe au sein du projet, ce sont les rapports semestriels qui constituent le lieu par excellence de l’énonciation collective. La production de rapports rythme le travail parfois fragmenté des chercheurs5, en particulier celui du coordinateur d’Inbioprocess, qui, tous les six mois, rend compte de l’activité du projet. Les échanges d’e-mail collectif sont groupés autour de la période de rendu du rapport et le modèle du rapport est régulièrement joint. Il s’agit pour le coordinateur de rappeler aux chercheurs la date butoir tout en donnant des consignes (en rouge dans la figure 2). Ce « modèle aujourd’hui célèbre » comme le qualifie le coordinateur, est construit de la sorte :

A - Description des travaux effectués et conformité de l’avancement aux prévisions, principaux faits marquants, difficultés rencontrées et solutions de remplacement envisagées

Pour chaque item ci-dessous, me donner :

– un texte détaillé avec quelques figures si nécessaire (III Principaux résultats)

– à la fin de chaque item, un résumé en 5 ou 6 lignes qui seront intégrées au rapport court, celui envoyé à l'ANR.

I - Objectif(s) prévu(s)/objectif(s) réalisé(s) :

II - Ecart éventuel prévu-réalisé :

III - Principaux faits marquants et difficultés/actions :

IV - Actions de coordination :

V - Perspectives semestre suivant :

B – DÉLIVRABLES ET RÉSULTATS OBTENUS

C – Autres commentaires : ASPECTS NON SCIENTIFIQUES

Figure 2. Extrait du modèle du rapport

24Le rapport met particulièrement en évidence la différence entre objectifs prévus et réalisés, c’est-à-dire qu’il insiste sur l’accomplissement d’un ensemble de tâches inscrites dans le temps. Ainsi, le respect des échéances et l’adéquation du projet à son planning sont des dimensions structurantes de ces documents. D’ailleurs chaque rapport commence par le planning sous forme du diagramme de Gantt (figure 3). L’emprise de la temporalité managériale sur l’activité de recherche est également appréhendable par le fait que les chercheurs reprennent spontanément ce type de critère pour présenter leur travail à l’Institut Français de la Biodiversité lors de la présentation mi-parcours (figure 3).

Figure 3. Diagramme de Gantt. Diapositif de présentation du projet élaboré par le coordinateur pour la présentation mi-parcours, Paris, mars 2009.

25Le choix des couleurs permet une visualisation du retard, de l’avance ou de la conformité vis-à-vis du planning prévu, il témoigne de la centralité et de la naturalisation des critères temporels dans la communication de projet. Si la production discursive est une trace d’un rapport contraint au temps, elle est aussi le lieu d’une gestion des temporalités.

… et prise sur la temporalité des événements naturels

26L’écriture de rapport semestriel peut être comprise comme un travail actif de production d’une linéarité et continuité au sein du projet mais aussi comme une prise sur les phénomènes météorologiques et leurs imprévisibilités (Hert, 2006 ; Bessy et Chateauraynaud, 1993). L’unité du projet ne va pas toujours de soi et le coordinateur évoque parfois son travail comme un effort pour mettre en cohérence les différents éléments du projet. Les rapports contribuent à ce travail : ils produisent de l’homogénéité par l’inscription de toutes les activités scientifiques sur un même support intégrateur. De même, une linéarité est générée par un lien discursif entre le rappel des objectifs, de ce qui a été réalisé et les perspectives. Cette articulation du « prévu », du « réalisé » et du planifié constitue une mise en récit de l’activité et conforte la faisabilité de l’expérience :

I - Objectif(s) prévu(s) /objectif(s) réalisé(s) : les objectifs prévus ont été réalisés : mise au point de la technique d’échantillonnage de la faune visant à comparer les compartiments benthiques et hyporhéiques (…)

II - Ecart éventuel prévu-réalisé : L’essai de barrage n’a pas été réalisé à cause du choix tardif du site expérimental.

III - Perspectives semestre suivant : réalisation de l’essai de barrage avec éventuellement plusieurs essais ; (rapport semestre 2)

27En liant trois moments du projet, les chercheurs inscrivent chaque événement dans la temporalité générale du projet et participent à construire ce dernier en tant qu’unité de sens. Les imprévus saisonniers de juin 2008 sont narrés comme une rupture dans le déroulement du projet :

Des essais de barrage avaient été réalisés au printemps (semestre 3) qui laissaient penser que l’expérimentation serait aisée à l’étiage. Mais cette expérience n’a pas pu être réalisée pour cause de crues catastrophiques au cours de cet été et de l’automne 2008 : quatre crues de débits pluriannuels, voir décennales, au cours d’une période où l’étiage est généralement très prononcé. Ces crues ayant profondément modifié la géomorphologie locale et fait disparaître plus de 90 % de la faune benthique, objet de l’étude, cette expérimentation est donc reportée au printemps 2009. (Rapport semestre 4)

28Si la rupture que constitue l’événement n’est pas atténuée, les crues étant qualifiées de catastrophiques, sa mise en récit au sein du rapport participe à la mise en cohérence des temporalités. L’échec d’une maîtrise des débits et de la temporalité des phénomènes météorologiques est compensé par une production discursive qui inscrit cette défaillance dans la temporalité managériale et planifie une nouvelle opportunité de leur articulation. Cette prise sur les événements n’est pas que symbolique : nous allons voir qu’au-delà de la planification, la production discursive contribue à une complémentarité entre différents moments de l’expérimentation.

Temps de l’expérimentation et continuité documentaire

29Les simulations d’une crue et d’un assèchement en milieu naturel sont des événements qui, pour en mesurer les effets sur la migration des organismes, demandent à être finement orchestrés. La phase d’élaboration, très longue, est une condition de possibilité de la phase de réalisation dont le temps est compté. Aussi, la mobilisation lors de l’expérimentation de documents produits au cours de la phase d’élaboration est essentielle à l’articulation de ces deux moments du travail.

  • 6 Ce moment comprend également des phases de négociation avec des professionnels de différents mondes (...)

30Les critères de choix du site sont très nombreux (morphologie en tresse de la rivière, absence de colmatage des sédiments, absence de pollution, possibilité d’expérimentation sans conflit avec des activités touristiques etc.) et nécessitent un investissement très important en termes de recherche de site lors de la phase d’élaboration6. Interrogée sur les pratiques de classement des documents du projet, Emma évoque le travail fait autour de chaque tronçon de rivière visité :

  • 7 La zone benthique désigne la zone à la surface des sédiments de rivières.

Là il y a tous les documents de prospection de la Drôme. Donc à chaque fois qu'on a fait des prospections, on n'a pas fait que regarder, on a fait des mesures de température, de conductivité. On a fait quelques prélèvements benthiques7 et hyporhéiques. On a rassemblé récemment des documents photographiques, des documents Excel dans lesquels on a fait des petits comptes rendus.

31La prospection consiste alors à produire un ensemble de signes par lesquels le site en question devient « transportable » et comparable à d’autres. Après un travail prospectif gourmand en temps passé dans différents cours d’eau (une dizaine de sortie à la journée en deux ans) en tresse (des affluents du Rhône et de la Durance), un tronçon de la Drôme est choisi. Ainsi, sur l’ensemble des documents produits, seuls quelques-uns vont être amenés à circuler. Ces comptes rendus sont indispensables pour calibrer correctement la phase d’expérimentation.

32Lors de l’expérimentation, les chercheurs veulent prélever 360 échantillons à différentes profondeurs et à différents moments (avant et après la simulation). Valentin est un des acteurs principaux de la tâche B à laquelle est dédié son post-doctorat ; comme les autres participants (une dizaine de personnes, étudiants et chercheurs), et d’autant plus qu’il est coresponsable du bon déroulement, il doit prendre connaissance des différents documents envoyés par Emma :

Ça, c'est un PowerPoint qu’Emma nous a envoyé. Donc tu vois il y a tous les fichiers : les fichiers terrain, (…) elle m'envoie un inventaire pour que je sois au courant déjà de ce qu'il faut, ce qu'il ne faut pas, ce qu'il reste (…) l'organisation des tâches, qu'est-ce qu'on va faire, comment, on va faire un descriptif en général. Là, le timing, à quelle heure on commence le premier jour, cette année tout est bien structuré. (…) en fait ce PowerPoint, il va passer chez tout le monde pour que tout le monde s'imprègne bien de comment il faut faire les choses parce que le temps est compté.

33La coordination autour de cette expérimentation de terrain nécessite la circulation de documents concernant le déroulement des événements ainsi que la répartition en binôme de chercheurs habitués à travailler dans des conditions similaires avec des étudiants volontaires. Parmi ces documents se trouvent le schéma du plan expérimental (figure 1), un schéma concernant la mise en place du barrage mobile, un autre représentant les modalités d’échantillonnage et enfin le plan de positionnement des échantillonnages et mesures. Ils visent à partager les connaissances entre les quelques personnes impliquées dans l’élaboration de l’expérimentation et les personnes seulement présentes lors de sa réalisation. Ces quatre schémas, en plus de photographie du site ou de l’expérimentation, vont alors apparaître sur la quasi-totalité des documents (compte rendu, délivrable, fiche synthèse, publication) consacrés à l’action B. Prise sur les éléments naturels qu’ils représentent, ces documents sont également des signes qui symbolisent l’expérimentation et contribuent à sa réalisation.

34Le temps de l’expérimentation en milieu naturel n’est pas homogène : le moment, très court, de la réalisation repose sur un temps d’élaboration long par le biais de productions discursives qui assurent la continuité de l’action. Les outils managériaux de gestion du temps font l’objet de pratiques ambivalentes : renforçant la naturalité des critères temporels et leurs homogénéités, ils contribuent à mettre en récit l’activité, participant ainsi à la maîtrise de certains événements météorologiques. Malgré les stratégies discursives pour rendre réalisable l’expérimentation, cette dernière est retardée d’une année et diminuée de moitié. Comment les chercheurs valorisent-ils néanmoins leurs efforts auprès des financeurs ?

La réallocation des efforts comme ajustement

  • 8 Et dans une moindre mesure des ressources discursives que nous ne développerons pas ici.

35Cette partie traite de la marge de manœuvre des chercheurs vis-à-vis d’un dispositif temporellement contraignant ; le terme d’ajustement renvoie ici aux manières de faire avec ces contraintes et les imprévus liés à la recherche. Deux types d’ajustement, mobilisant des ressources cognitives et relationnelles8, sont mis en œuvre pour valoriser l’action B. Le premier consiste à mobiliser le post-doctorant pour analyser et publier les résultats d’expérimentations préliminaires faites plusieurs années auparavant. Le second consiste à compléter l’expérimentation en milieu naturel avec des protocoles en laboratoire sur les colonnes de sédiments dont fait usage une autre action du projet. Cette réallocation des efforts s’effectue alors grâce aux temporalités et ressources propre à l’équipe de recherche.

Des questions de longue haleine

36Valentin, embauché comme post-doctorant dès novembre 2008, doit trier les échantillons et analyser les résultats de l’expérimentation en milieu naturel. Du fait du retard, son temps de travail est réalloué au traitement d’expérimentations préliminaires :

Face à la difficulté de réaliser l’expérimentation de crue et d’assèchement sur la rivière Drôme au cours de l’été 2008, il a été décidé de proposer au post-doctorant recruté pour ce travail de commencer le traitement d’expérimentations préliminaires (consistant en l’étude de 4 crues) réalisées sur un autre cours d’eau. (Rapport semestre 4)

37Ces expériences préliminaires menées par Pierre, Emma et Eléa en Australie dans le cadre d’un autre programme, permettent à Valentin de produire deux publications sur l’effet des crues sur la chimie et l’activité microbiologique dans les sédiments d’une rivière subtropicale. Ceci est rendu possible par une longue histoire de l’équipe lyonnaise autour des effets des perturbations hydrologiques au niveau des cours d’eau. Dans un premier temps, dans les années 80-90, l’équipe s’intéresse et publie sur l’effet des crues naturelles :

On a fait un travail avec Pierre Marmonier il y a une dizaine d'années, on a publié en 97 (…) On avait donc implanté des sondes à différentes profondeurs pour voir les mouvements verticaux de la faune. On a fait ce suivi pendant une année, chaque fois qu'il y avait une montée des eaux. On a suivi neuf variations de débit et la difficulté qu'on a eue à publier les résultats était liée au fait qu'on nous a reproché de ne pas avoir d'échantillonnage juste avant la crue.

38La difficulté de suivi de perturbation naturelle, exprimée ici par Emma, pousse les chercheurs à avoir une approche expérimentale par simulation, dont le programme en Australie de 1999 à 2002 est une première concrétisation. Cette problématique reste en suspens jusqu’au projet Inbioprocess à l’occasion duquel la simulation en milieu réel est remise sur le tapis avec une double ambition d’analyser les conséquences d’une crue et d’un assèchement. En effet, la question des perturbations hydrologiques, et en particulier les assèchements, trouve une nouvelle pertinence avec la montée des problématiques de réchauffement climatique dans les années 2000. Le coordinateur du programme, Pierre Marmonier qualifie cette activité de recherche « Loch Ness » :

On a un problème en tête et ça se matérialise sous forme de manipulations tous les trois ou quatre ans.

39L’expérimentation de terrain de la tâche B d’Inbioprocess est une émanation de ce long serpent de questionnements qui peut disparaître du paysage scientifique pendant quelques années. Le cadrage ambitieux de l’appel à projet de l’Institut Français de la Biodiversité de 2006 est alors une opportunité pour tester expérimentalement des questions jusque-là en sommeil. En cas de défaillance d’un moment du projet, ses membres ont alors la possibilité de mobiliser cette temporalité longue dont l’équipe est la mémoire. En l’occurrence, il s’agit de reprendre un jeu de données conservé pendant plus de dix ans.

40La question des temporalités de la recherche rencontre ici celle des unités de production et de collaborations. Si le projet est un consortium singulier mis en place pour quatre années, son efficacité et la possibilité de produire et de publier des données provient de sociabilités professionnelles historiquement ancrées, telles les relations d’un directeur à ses doctorants ou de collègues ayant soutenu leur thèse dans le même laboratoire. Ainsi, les sociabilités liées à l’équipe sont elles aussi des ressources dans la réallocation des efforts de la tâche B.

Sociabilité de l’équipe et flexibilité

41Le projet Inbioprocess est structuré autour de collaborations ponctuelles entre des équipes de différents sites, en l’occurrence les équipes de Lyon et de Marseille pour l’action B. Cependant, Eléas à Marseille est confrontée à des problèmes de santé et Valentin, le post-doctorant, est en fait situé à Lyon plutôt qu’à Marseille. De ce fait, l’action B est quasiment superposable avec l’équipe lyonnaise (ce qui n’est pas le cas pour les autres actions du projet) et inclut un travail quotidien au sein d’un même espace. Cette situation favorise les échanges scientifiques entre Valentin et le reste de l’équipe dont les activités s’inscrivent davantage dans l’action concernant la dégradation de la matière organique (action C). Valentin explique que, naturellement, l’action B est complétée par la mise en œuvre d’un nouveau protocole expérimental en laboratoire :

Avec Robert par exemple, on commence une expérience sur des colonnes, pour voir si ce qu'on a trouvé dans le milieu naturel, et l'hypothèse qu'on a émise, est valable ou pas. Et pour cela, je fais appel à Robert, pour faire une simulation en laboratoire. Il y a toujours des liens de collaboration avec tout le monde.

42Inspiré du dispositif expérimental de l’action C, dont Robert est responsable, les expériences de laboratoire permettent d’étudier les activités microbiennes avec une maîtrise bien plus importante des différents paramètres. Alors que l’expérimentation en milieu naturel dépend très fortement de la saison, du débit d’eau, des températures etc., tous ces paramètres peuvent être contrôlés au sein du laboratoire. À ce titre, les protocoles expérimentaux en laboratoire sont davantage adéquats pour s’ajuster au temps du projet. Les écologues rencontrés ne sont jamais à l’abri d’une saison de terrain « perdue » du fait d’intempéries météorologiques ; aussi qu’il s’agisse de thèse ou de projet de recherche, il est courant d’assurer ses arrières avec des protocoles expérimentaux en laboratoire. L’intégration temporaire de Valentin au sein de l’équipe lyonnaise est une opportunité d’enrichir l’action B par de nouveaux protocoles en laboratoire, c’est-à-dire dans un espace-temps confiné qui sécurise une partie de l’action B.

43Les pratiques d’ajustement ne peuvent être comprises qu’à l’articulation entre trajectoire personnelle et trajectoire collective du projet c’est-à-dire l’écriture générale du projet. En l’occurrence, l’activité de Valentin, post-doctorant impliqué dans l’action B, est particulièrement changeante et son contrat sera prolongé de quatre mois. Ce post-doctorant est d’abord embauché au laboratoire sur un contrat par la Zone Atelier Bassin du Rhône (ZABR) avant d’être sélectionné pour le poste sur le projet Inbioprocess ; mais l’inadéquation entre les contrats et les possibilités empiriques sont compensées par la flexibilité et la motivation du post-doctorant :

Actuellement mon objectif principal c'est Inbioprocess, donc essentiellement cette expérience c'est-à-dire manager et mener cette expérience. Mais le fait que les conditions climatiques ne le permettent pas, alors qu'on n'a pas traîné, je suis sur autre chose. Donc entre-temps je fais le terrain de la ZABR, même si je ne suis pas dans le cadre de la ZABR, mais puisque je suis là je peux aider, je peux donner un coup de main.

44Valentin veut poursuivre sa carrière de chercheur, il est particulièrement actif dans son intégration au sein des problématiques des membres de l’équipe lyonnaise et mobilise spécifiquement les logiques scientifiques et collaboratives pour expliquer ces activités.

45Le projet repose sur des sociabilités professionnelles traditionnelles, propre à l’équipe, c’est-à-dire que les membres du projet sont parvenus à remplir les exigences du projet en faisant appel à des ressources cognitives et relationnelles préexistantes sans lesquelles le collectif risquait l’échec. Ceci constitue une limite majeure de l’organisation par projet : elle dépend fondamentalement d’autres temporalités et ressources que sa généralisation contribue à disqualifier. En effet, les discours d’accompagnement des politiques de financement par projet valorisent les sociabilités entre équipes, entre institutions ou entre professions sous-estimant systématiquement les ressources et le temps que nécessite ce travail. La variable d’ajustement du collectif repose également sur la flexibilité des personnes en contrat à durée déterminé, doctorants et post-doctorants, qui se voient, par la même occasion, attribuer de nouvelles responsabilités (Barrier, 2011).

Gestion communicationnelle de la temporalité

46Notre travail montre la nature communicationnelle de la gestion des temporalités et sa centralité pour la réalisation d’un projet scientifique. La difficulté de construire un espace-temps singulier distingue les chercheurs en écologie des sciences de laboratoire (Latour, 1989). Ces derniers dépendent de phénomènes météorologiques et sont dans l’obligation de sécuriser la réalisation du projet à travers deux processus : coordonner les différentes temporalités en présence et produire des objets supports d’une complémentarité temporelle.

La coordination des temporalités comme processus d’alignement

47La coordination temporelle participe à ce que Fujimura (1987) conceptualise comme la « faisabilité » (doability) d'un problème scientifique, c’est-à-dire « l'alignement de plusieurs niveaux d'organisation du travail » (p. 258). Cet alignement entre le site expérimental, l’équipe, l’action B et le projet Inbioprocess s’élabore à travers la mise en place de repères temporels communs, notamment le planning. Cependant, l’instabilité de l’expérimentation en milieu naturel implique un effort de coordination des temporalités. Cet effort s’exprime par la révision de la division du travail et l’accent mis sur certaines activités discursives. La mise en récit de l’activité scientifique s’avère être une modalité de coordination des temps : le rapport participe à l’homogénéisation par des référents managériaux.

48Le processus d’alignement rencontre les contraintes de différents professionnels et donne lieu à des phases de négociation sur la longueur de contrat, la date de l’expérimentation ou l’échéance de la fabrication d’un outil etc. La question de la coordination entre acteurs de différents mondes sociaux, particulièrement travaillée à partir de l’analyse des objets-frontières (Trompette et Vinck, 2009), gagnerait à être articulée avec une perspective temporelle qui éclaire singulièrement l’élaboration conjointe (ou l’échec de cette élaboration) de tels objets.

Du rôle des objets dans la complémentarité des temps

49Dans la recherche sur projet, la planification de l’activité intervient parfois plusieurs années avant sa réalisation. Les chercheurs se dotent d’outils tels que le diagramme de Gantt afin de visualiser l’adéquation du projet avec le planning. L’expérimentation en milieu naturel est elle-même découpée en plusieurs phases lors desquelles de nombreux documents sont produits. La manière dont cette production rend manipulable les données a été décrite depuis longtemps (Latour, 1989), cependant, les objets discursifs produits semblent avoir un rôle fondamental dans la complémentarité des moments de la science de terrain. L’expérimentation de terrain est très courte et, au vu de sa lourdeur logistique (une dizaine de personnes et 360 échantillons), difficilement reconductible ; de plus, elle est soumise à de multiples contraintes telles que sa coordination avec la temporalité météorologique. La production discursive sécurise ce moment de la recherche : les documents servent à corriger l’asymétrie en ressources temporelles entre la phase d’élaboration et la phase de réalisation. Cette même asymétrie entre les phases d’élaboration et de réalisation peut également s’analyser au niveau du projet où l’ensemble des documents produits lors du montage (dossier de soumission, planning, etc.) constitue un fort investissement pour la suite mais aussi un moment crucial en termes de stratégie de gestion des temporalités.

Conclusion

50Avec la question de la biodiversité s’effectue une transformation des types de données produites et des modes d’organisation des chercheurs de différentes disciplines, ce qui déploie différents rapports aux temporalités, spatialités et matérialités (Bowker, 2000). Mettre en évidence la manière dont la gestion des temporalités influence les pratiques scientifiques s’avère important pour l’échange interdisciplinaire autour de cette question. Avec l’expérimentation en milieu naturel, l’écologie transforme ses pratiques de terrain qui deviennent particulièrement perméables aux intempéries. Le projet Inbioprocess est un dispositif pour lequel la gestion des temporalités est centrale : elle participe à la « faisabilité » du projet par la coordination des temporalités et la complémentarité des moments de la recherche. Le projet est aussi, et fondamentalement, un dispositif de médiatisation des activités. À ce titre, il renforce un modèle de scientificité hypothético-déductif et tend à masquer les pratiques d’ajustement des chercheurs d’Inbioprocess mobilisant d’autres temporalités et ressources. Ceci génère un risque, celui de naturaliser les temporalités du projet oubliant au passage les efforts itératifs des chercheurs pour s’y conformer.

Haut de page

Bibliographie

Barrier J., 2011. « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformation du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail (53), p. 515-536.

Bessy, C., Chateauraynaud, F., 1993. « Les ressorts de l'expertise », in Conein B., Dodier, N., Thévenot, L. (dir.), Les objets dans l'action, Raisons Pratiques (4), EHESS, p. 115-164

Boltanski L., Chiapello E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouillon J-L., 2008. « L’impensé communicationnel dans la coordination des activités socio-économiques. Les enjeux des approches communicationnelles », Sciences de la société (74), p. 65-83.

Boutinet J.-P., 2005. Anthropologie du projet, Paris, Presses universitaires de France.

Bowker G.C., 2000. « Biodiversity Datadiversity », Social Studies of Science (30 : 5), p 643-683.

Brunet P., 2012. « Temporalités dans la recherche biomédicale : la science au travail saisie par le temps », La nouvelle revue du travail (1).

Callon M. (dir.), 1988. La science et ses réseaux : genèse et circulation des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Carayol V., 2005. « Principe de contrôle, communication et temporalités organisationnelles », Études de communication (28), p. 77-89.

Datry T., Dole-Olivier M. J., Marmonier P., Claret C., Perrin J. F., Lafont M. et

Breil P., 2008. « La zone hyporheique, une composante à ne pas négliger dans l'état des lieux et la restauration des cours d'eau », Ingénieries Eau Agriculture Territoires (54), p. 2-18.

Dubar C. et Rolle C., 2008. « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités 8.

Emprin C., 2012. Les dynamiques communicationnelles dans la recherche en écologie : projet et programme de recherche sur la biodiversité, Thèse de doctorat en science de l’information et de la communication, École Normale Supérieure de Lyon.

Foucault M., 1976. Histoire de la sexualité, vol 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Fujimura J.H., 1987. « Constructing “Do-able” Problems in Cancer Research: Articulating Alignment », Social Studies of Science (17), p. 257-293.

Geffard O., Ferrari B., Chaumot A. et Montuelle B., 2010. « Les expérimentations in situ : principes et perspectives », Sciences Eaux & Territoires (1), p. 20-25.

Granjou C., Peerbaye A., 2011. « Sciences et collectifs », Terrains & Travaux (18), p. 5-18.

Hert P., 2006. « L’écriture en sciences comme prise sur le monde. Une approche ethnosémiotique. », Sciences de la société (67), p. 112-129.

Institut Français de la biodiversité, 2008. Sept ans de coordination et de promotion de la recherche, Paris, IFB.

Jouvenet M., 2011. « Profession scientifique et instruments politiques. L’impact du financement “sur projet” dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du Travail (53), vol. 2, p. 234-252.

Kohler R. C., 2002. Landscapes and Labscapes. Exploring the lab-field border in biology, Chicago / London, The University of Chicago Press.

Latour B., 1989. La science en action, Paris, La Découverte.

Le Marec J. et Babou I., 2003. « De l’étude des usages à une théorie des « composites » : objets, relations et normes en bibliothèque », in Souchier E., Jeanneret Y. et Le Marec J., (dir.), Lire, écrire, récrire – objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque Public d’Information du Centre Georges Pompidou, p. 233-299.

Louvel S., 2011. Des patrons aux managers : les laboratoires de la recherche publique depuis les années 1970, Rennes, Presses Universitaire de Rennes.

Piponnier A., 2009. « L’individu est-il soluble dans le projet ? Trace(s) de soi et effacement de soi dans la communication de projet », Communication et organisation (36), p. 122-134.

Piponnier A., 2011. « L’apport de la sociologie pragmatique à une approche critique du projet », Communications-organisation et pensées critiques, Lilles, 5-6 juillet, p. 3-12.

Tricoire A., 2011. « La structuration d’un projet européen. Du réseau scientifique au collectif de recherche », Terrains & Travaux (18), pp. 81-101.

Trompette P. et Vinck D., 2009. « Retour sur la notion d’objet-frontière », Anthropologie des connaissances (1), p. 5-27.

Haut de page

Notes

1 L’appel Biodiversité de l’ANR est le troisième mieux doté dans la section Ecosystèmes et développement durable de l’ANR mais un des plus faiblement doté si l’on compare avec les appels à projets de la section Biologie et Santé.

2 Si d’autres personnes sont mentionnées dans les documents et qu’un nombre plus important d’individu participe à l’expérimentation de terrain, ce sont ces sept personnes qui signent les articles, délivrables et les fiches de synthèses.

3 J’ai participé à celle de juin 2009 Toulouse, janvier 2010 Lyon et juin 2010 Visioconférence ainsi qu’au colloque final de janvier 2011.

4 Beaucoup d’autres deviennent accessibles au fil du projet puisqu’un total d’environ 22 publications sera produit par les chercheurs du projet.

5 Mis à part les doctorants et post-doctorants, aucun des professionnels n’est mobilisé à plein temps sur le projet.

6 Ce moment comprend également des phases de négociation avec des professionnels de différents mondes sociaux (artisans, gestionnaires) dont nous ne rendrons pas compte ici.

7 La zone benthique désigne la zone à la surface des sédiments de rivières.

8 Et dans une moindre mesure des ressources discursives que nous ne développerons pas ici.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 3. Diagramme de Gantt. Diapositif de présentation du projet élaboré par le coordinateur pour la présentation mi-parcours, Paris, mars 2009.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Emprin, « La communication de projet : productions discursives et ajustements autour de différentes temporalités de la recherche en écologie », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 06 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2595 ; DOI : 10.4000/temporalites.2595

Haut de page

Auteur

Clémence Emprin

Centre Norbert Elias
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse
74 rue Louis Pasteur
84029 Avignon cedex 1
clemenvol@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page