Navigation – Plan du site

Histoire et mémoire : l’écriture sans fin des événements

Thomas Loué

Texte intégral

  • 1  Voir « La droite polonaise déclasse les héros », Le Monde, 14 avril 2007 et aussi le site de l’ass (...)
  • 2  Voir par exemple « La loi espagnole et les victimes du franquisme », Le Monde, 30 juillet 2006 et (...)

1En ce printemps 2007, le gouvernement conservateur polonais décrète toutes une série de mesure dont l’objectif est de rayer de la mémoire nationale, l’action des brigadistes polonais, qualifiés de « traîtres et criminels », pendant la guerre d’Espagne1 alors que dans la péninsule ibérique, quelques mois auparavant, en juillet 2006, le gouvernement socialiste espagnol faisait voter la loi dite du « souvenir historique » visant à accompagner la réappropriation, par les jeunes générations, d’un passé traumatique étouffé par la dictature franquiste puis par les impératifs proclamés de la transition démocratique dans les années 19802. De la Pologne à l’Espagne, aucune société nationale ne fait l’économie de la complexité de ses relations au passé. La France et son passé colonial, l’Allemagne et son passé nazi ne sont évidemment pas épargnées : l’importante polémique sur le fait colonial en France durant toute l’année 2005, entre « repentance » et « anti-repentance », la « querelle des historiens » en Allemagne dans les années 1980 et toutes les polémiques et incidents qui ont suivi, à propos de l’exposition sur le rôle de la Wehrmacht dans le processus d’extermination des juifs d’Europe et jusqu’à très récemment avec l’émotion suscitée par les propos du Ministre-Président de Bade-Würtemberg, sont là pour nous rappeler l’extrême acuité de ces processus de mise en regard d’une société et de son passé.

  • 3  Pour une perspective globale,Yves Déloye, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte (...)

2Ces « lieux de mémoires » qui ne participent pas exactement d’une geste nationaliste illustrent à quel point les processus de sédimentation mémorielle des sociétés nationales contemporaines recèlent d’événements conflictuels, violents ou traumatiques et que l’oubli, cher à Ernest Renan, ne peut à terme dissoudre dans les fastes officiels de la construction stato-nationale3.

  • 4  Frédéric Rousseau, « Le Chemin des Dames, lieu d’amnésie nationale…un parcours au sein de l’histor (...)

3Les articles rassemblés ici n’ont évidemment pas vocation à épuiser un sujet de cette nature mais plutôt à mettre en lumières quelques éléments centraux. Rappelons d’abord la diversité des temporalités événementielles en elles-mêmes. Temps court de la journée du 4 Septembre ou des mutineries de 1917, temporalités mi-longues de la Seconde Guerre mondiale et temporalités séculaires de la colonisation, ces « événements » historiques – au-delà des « faits » – sont déjà le produit d’une écriture princeps dans laquelle, comme le montre Philippe Olivera pour l’année 1923, les logiques de production du discours sont incontournables ; « temps du livre » et « temps des médias » sont redevables de logiques et de modalités de fixation de l’événement qui sans se recouper exactement ne sont pourtant pas très éloignées. Ceci impose de réfléchir à la nature d’un « événement », non plus dans l’effectuation nécessairement éphémère, irréversible et par essence déjà passée des « faits » mais dans la construction qui en est faite immédiatement ou à plus long terme, par les acteurs historiques eux-mêmes ou ceux qui les rapportent. À cet égard, plusieurs types de discours sur le passé sont à l’œuvre quicontribuent, dans des formes complexes et variées, à maintenir la présence du passé dans le présent. À commencer par les constructions savantes produites par une corporation historienne qui s’impose en France surtout après 1830 avant de se professionnaliser dans l’Université rénovée des années 1880-1900. En un temps donc où l’histoire – perçue désormais comme mouvement – devient justement, après le temps long de la tradition, la justification de l’état présent, c’est-à-dire dans sa traduction politico-institutionnelle, de la République. Olivier Le Trocquer montre bien ici, toujours à propos de la République, les tensions entre l’analyse savante et l’impératif politique, les régimes de temporalités qui s’en déduisent dans la construction de ce que l’on pourrait appeler avec Frédéric Rousseau un « lieu d’amnésie nationale »4. De même, Romain Bertrand souligne avec force combien les temporalités savantes et politiques sont en décalage à propos de la mémoire coloniale et comment s’articule un non événement historiographique avec l’émergence spectaculaire de la polémique dans l’espace public. Entre le discours savant des historiens, les usages publics qui réactivent sur des modes variés l’événement comme construction discursive, il faut aussi marquer la place de groupes sociaux spécifiques qui en sont souvent les vecteurs. C’est le cas de ces Anciens Combattants dont Nicolas Offenstadt retrace, à travers l’analyse de l’Almanach du Combattant paru de 1922 à 1993, l’évolution de la mémoire des mutineries de 1917. À l’impératif savant ou politique s’ajoute donc ici l’impératif social : si l’expérience des mutineries de 1917 appartient bien à l’univers de la mémoire sociale combattante, ce n’est qu’au prix d’une forte mise à distance.

4L’ordre dans lequel sont insérés les articles répond à une certaine logique. En premier lieu, l’entretien réalisé avec Romain Bertrand, Jean Chesneaux et Michel Giraud sur la mémoire coloniale en France ainsi que l’article de Muriel Rambour sur les rapports histoire, mémoire et identité nationale en Allemagne renvoient tous deux aux spécificités historiques lourdes de ses deux Etats : la singularité d’une république impériale dans un mouvement et un temps colonisateur essentiellement produit par des systèmes monarchiques d’une part et de l’autre, la singularité d’une histoire allemande marquée au sceau du Sonderweg ainsi que l’ont qualifié nombre d’historiens allemands. Ces logiques historiques lourdes expliquent l’impact des charges mémorielles aujourd’hui dans ces deux pays. En second lieu, il a paru intéressant de demander à Olivier Le Trocquer et Nicolas Offenstadt de suivre les processus de construction des discours mémoriels à partir d’études de cas très éclairantes dans lesquelles se donnent à lire la complexité des enjeux et surtout leurs reformulations au gré de permanentes recontextualisations. Enfin, l’article de Philippe Olivera, en s’attachant aux modalités de construction de l’actualité dans l’analyse de ses supports médiatiques imprimés, – livre et presse, – invite à ne jamais perdre de vue les procédures de production de l’événement qui demeurent redevables de supports eux-mêmes autonomes.

  • 5  Gérard Noiriel, « Les Usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy » consultabl (...)

5Un mot pour finir, une analyse du discours politique en temps de campagne électorale présidentielle montrerait aisément comment la construction d’un récit mémoriel résulte des impératifs de cette temporalité spécifique. Gérard Noiriel, a analysé ailleurs les usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy, et explique comment les références à Léon Blum, Jean Jaurès (que l’on retrouve jusque dans le discours de Jean-Marie Le Pen) ou bien encore Marc Bloch constituent une « captation d’héritage » se déduisant des finalités d’un discours englobant l’ensemble de la geste nationale et excluant du même coup l’adversaire politique de celle-ci5. Une illustration de ce que la redéfinition permanente des enjeux, des frontières, des positions – en fonction aussi d’un stock de discours disponible – construit autant qu’il les dévoile les décalages de temporalités discursives de l’histoire et de la mémoire ; en bref, une illustration de ce que le temps, dans ces déclinaisons mémorielles, apparaît bien comme le tissu résultant d’une écriture sans fin des événements.

Haut de page

Notes

1  Voir « La droite polonaise déclasse les héros », Le Monde, 14 avril 2007 et aussi le site de l’association Amis des Combattants en Espagne Républicaine (ACER), http://asso.acer.free.fr

2  Voir par exemple « La loi espagnole et les victimes du franquisme », Le Monde, 30 juillet 2006 et « Para Mañana, Espana sera republicana » in L’Humanité, 23 septembre 2006

3  Pour une perspective globale,Yves Déloye, Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 1996.

4  Frédéric Rousseau, « Le Chemin des Dames, lieu d’amnésie nationale…un parcours au sein de l’historiographie des trois semaines sanglantes depuis 1945 » in Nicolas Offenstadt (sd), Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire, Paris, Stock, 2004.

5  Gérard Noiriel, « Les Usages de l’histoire dans le discours public de Nicolas Sarkozy » consultable sur : http://cvuh.free.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Loué, « Histoire et mémoire : l’écriture sans fin des événements », Temporalités [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/262 ; DOI : 10.4000/temporalites.262

Haut de page

Auteur

Thomas Loué

IUFM de Strasbourg-Université Marc Bloch / CHCSC – UVSQ

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page