Navigation – Plan du site

Le « je suis débordé » de l’enseignant-chercheur

Petite mécanique des pressions et ajustements temporels
The University researcher’s “I’m over my head”. The ins and outs of temporal pressures and adjustments
El "estoy saturado de trabajo” del académico. Esbozo de la mecánica de presiones y ajustes temporales
Nawel Aït Ali et Jean-Pierre Rouch

Résumés

Chez les enseignants-chercheurs (EC), la faible proportion des temps-cadres institutionnels, la grande diversité des types d’activités et la porosité des frontières entre travail et hors travail imprègnent leurs pratiques professionnelles d’une grande labilité, d’une forte individualisation et de formes d’autonomie dans la construction de leur emploi du temps. Cette fluidité des temps dans l’organisation de leur travail s’accompagne pourtant chez les EC de toute une rhétorique du débordement et de la pression temporelle. Ce « je suis débordé » est mis ici en relation avec le nécessaire travail de co-construction de leurs articulations temporelles. Dans ce travail invisible de configuration et d’arbitrage entre activités, l’article repère quatre foyers de tensions potentielles.
Le premier réside dans l’intrication d'activités professionnelles et/ou non professionnelles de natures et de temporalités multiples. Le deuxième se situe dans la discontinuité d’activités, en contradiction avec des projections personnelles harmonisatrices. Le troisième concerne l’imbrication d’échelles de temporalités multiples et parfois concurrentes. Un dernier foyer de tensions est ouvert par les évolutions des logiques institutionnelles qui génèrent un décalage entre des représentations personnelles du métier d'EC et la progression d'injonctions de productivité, de rentabilité et d'immédiateté.
L’article s’attarde ensuite sur les tactiques mobilisées par les EC pour tenter d’au moins prévenir l’actualisation de ces tensions en pressions temporelles : redécoupage des frontières entre activités, mise en place de divers micro-rituels de stabilisation du flux temporel, travail de recatégorisation des activités, temporisation, détournement ou cantonnement des temps contraints.
Enfin l'article revient sur quelques enjeux ou prolongements possibles de l'idée que le rapport aux temps des EC peut être considéré moins comme un temps-cadre que comme un temps-activité

Haut de page

Texte intégral

Introduction. L’agenda de l’enseignant-chercheur :

  • 1 Abrégé en EC dans la suite du texte.

1L’agenda professionnel des enseignants-chercheurs1 est traditionnellement empreint d’une double imprécision : une quantification peu claire des heures de travail d’une part, une grande diversité et variabilité dans la nature de tâches faiblement définies, d’autre part.

  • 2 Décret n° 84-431 du 6 juin 1984.

2Jusqu’en 2009, en effet, seul le service d’enseignement est quantifié. Il est soumis à une exigence annuelle de « 128 heures de cours ou 192 heures de travaux dirigés ou 288 heures de travaux pratiques ou toute combinaison équivalente en formation initiale, continue ou à distance »2. Et ce calcul est d’ailleurs immédiatement pondéré par la possibilité de décharges ou d’heures complémentaires.

3L’activité de recherche, de son côté, est supposée constituer « l’autre moitié » de l’activité des EC, mais elle n’est ni expressément quantifiée, ni officiellement formalisée quant à ses contenus ou ses objectifs précis.

4Un troisième volet s’impose enfin, de manière officieuse puisqu’absent des textes et à plus faible degré de définition encore que les deux précédents. Il s’agit d’un ensemble de tâches qui relèvent de la gestion pédagogique ou administrative touchant à l’enseignement et/ou la recherche. Musselin (2008) énonce une série d’exemples de ces activités qui se développent et s’installent dans les emplois du temps des EC sans visibilité institutionnelle, donc sans valorisation et sans reconnaissance : activités de négociation de stages et de contact avec de futurs employeurs d’étudiants, activités de conception et de gestion de cursus en ligne, préparation de conférences, négociation de contrats de recherche avec des acteurs publics et privés, etc. Nowotny, Scott et Gibbons (2001), entre autres, suggèrent qu’« il est attendu » que les enseignants-chercheurs effectuent de telles tâches, insistant ainsi sur le caractère implicite et flou de telles prescriptions.

5Un décret, puis un arrêté parus en 2009 tentent bien d’expliciter et de rendre visible ce que les textes antérieurs laissaient dans l’ombre. Tout d’abord, ces deux textes poussent plus loin le calcul des services d’enseignement en convertissant pour la première fois une heure équivalent TD en heure de « travail effectif » selon un rapport de 4,2. L’unité de temps locale et spécifique de l’activité des EC se trouve ainsi reliée à la fois symboliquement et mathématiquement à celle de l’ensemble des fonctionnaires d’État. Mais le texte introduit également la notion de « modulation de service » qui implique un assouplissement et une individualisation de l’exigence des 192 heures tout en venant se rajouter aux variations déjà possibles.

6L’arrêté prend également la peine d’établir un référentiel de tâches, les reconnaissant ainsi officiellement, mais s’empresse aussitôt de lui attribuer une portée indicative, en rappelant la latitude dont dispose chaque université à ce sujet.

  • 3 Dont le remplacement est prévu par la loi du 22 juillet 2013.
  • 4 En témoignent notre terrain et les publications récentes sur les débats qui agitent l’université, p (...)

7Quant à la recherche, ce sont (outre les différents moments de la carrière qui sont autant de moments d’évaluation) d’autres instances qui évaluent ce qui est attendu de chaque EC : le CNRS mais aussi l’AERES3 ont construit ces dernières années des normes qui inspirent aux intéressés des appréciations et résistances diverses4.

8Cet ensemble de constats, tant sur la faible proportion de temps-cadres et d’une large autodétermination de l’activité, que sur la nature si particulière et diverse du travail universitaire, va dans le sens d’une grande hétérogénéité et, partant, d’une forte individualisation des pratiques professionnelles des EC, avant même d’envisager la mise en œuvre concrète, le contenu réel, de leur travail. Et du même coup, ils renforcent à notre sens la nécessité d’investir un espace de recherche essentiel et relativement inédit et d’appréhender les soubassements temporels du « travail invisible » (Losego, 2004) des enseignants-chercheurs.

  • 5 Il faut renvoyer ici aux multiples discours de nos enquêtés sur leur difficulté à expliquer moins l (...)

9Nous sommes dès lors conduits à l’examen d’un paradoxe ébauché par Fave-Bonnet (2002) : celui d’un temps des EC qui serait « à la fois non contraint et surchargé ». D’une manière qui semble de prime abord paradoxale, et parfois perçue comme telle par des non-universitaires5ou même souvent par les intéressés eux-mêmes, la fluidité de la géométrie des horaires s’accompagne, de la part des EC, de propos sur l’inflation du volume des tâches à accomplir, et de toute une rhétorique du débordement et de la pression temporelle.

  • 6 Contrairement à de nombreuses études se spécialisant sur tel ou tel segment de l'activité universit (...)

10Le présent article se propose de ne pas rabattre trop rapidement ces déclarations ni sur les effets d’une posture ou d’une présentation d’un soi professionnel, ni sur un simple déficit de temps disponible, tout en prenant malgré tout au sérieux les EC quand ils disent être débordés. C’est que le « je suis débordé » de l’EC nous paraît devoir être mis d’abord en relation avec les modalités, la charge mentale et les différentes tensions qu’implique pour lui le nécessaire travail de co-construction de ses propres temporalités quotidiennes. Il s’agira ici d’aborder l’autre activité invisible - une méta-activité cette fois -, de ses arbitrages nécessaires, de ses hiérarchisations et articulations, du jeu de (re) qualification de ses activités, de ses négociations avec ses autrui significatifs : autrement dit de la co-construction de son emploi du temps qui imbrique des temporalités qui ne sont pas toutes professionnelles. En effet, cerner l’EC dans son rapport aux temps sera pour nous faire la sociologie de cet individu temporalisé, équipé et assisté, ou contrarié, dans son travail d’articulation, par les dispositifs temporels qu’il sollicite et par les autres acteurs qui y interviennent : les pairs et les autres acteurs universitaires avec lesquels il est en interaction professionnelle, mais aussi les proches, nécessairement parties prenantes de son emploi du temps qui, potentiellement, imbrique si étroitement temps de travail et temps hors travail, activité publique et vie personnelle. Il s’agit d’ailleurs de ne pas restreindre à un domaine particulier, mais au contraire d’appréhender l’activité universitaire dans sa globalité pratique6 y compris hors de ses espaces-temps officiels, puisque qu’il est dans sa « nature » de les transgresser.

11Plus spécifiquement ici, pour tenter de résoudre le paradoxe apparent du débordement de l’EC - c’est-à-dire contribuer à éclairer en amont le travail universitaire à travers ses ressorts et ses agencements -, nous nous centrerons sur son activité de co-construction de son emploi du temps en revisitant d’abord le concept « de temps contraint ». Puis nous explorerons les foyers de tensions qui, chez les EC, la sous-tendent. Enfin, nous verrons quelles configurations tactiques ils mettent en place pour éviter leur embrasement.

Débordements et temps contraints

  • 7 Nous assumerons donc ce terme dans les deux première parties de l’article, malgré quelques inconvén (...)
  • 8 Le cœur de la méthode est détaillé dans (Rouch, 2006). Voir également l’encadré méthodologique.

12Les particularités de l’agenda des EC telles que nous les avons explicitées : la faiblesse des temps-cadres, la multiplicité des ordres de tâches et la nature de l’engagement exigé, plaident effectivement pour une sociologie qui entre par l’individu7, tant celui-ci paraît ici agir comme un opérateur de cohérence (plus ou moins efficient, certes) de son emploi du temps. Pour autant, cette sociologie ne peut être celle d’une subjectivité radicale, purement déclarative, « insularisée » et sans contrainte. La méthode double employée8 - c’est-à-dire à la fois les cahiers ou fichiers-temps et les entretiens d’explicitation - permet d’éclairer les opérations effectuées par les EC pour organiser le cours de leurs activités : arbitrages internes décidant d’accorder une priorité à telle tâche par rapport à telle autre, adoption plus ou moins durable et contextuelle de principes d’organisation (selon l’urgence, les routines, la nature ou les valeurs attribuées aux activités…) mais aussi négociations avec les autrui significatifs professionnels et non professionnels, recours à des technologies du temps plus ou moins sophistiquées : de la simple liste sur un post-it à l’agenda électronique. L’EC paraît en somme, comme d’autres travailleurs, certes, mais avec une labilité toute particulière, en négociation quasi-permanente avec soi-même, autrui et les objets plus ou moins techniques et composites qui équipent des situations de travail multilocalisées. On retrouve là le paradoxe signalé plus haut et amplifié ici : le rapport aux temps de l’EC paraît à la fois peu contraint par des cadres et pourtant cristallisé en multiples temporalités contraintes.

Les matériaux mobilisés pour cet article ont été recueillis au cours de diverses recherches étalées dans le temps : thèse (Rouch, 1996), étude sur le passage à temps partiel (Rouch, Luc, Robin, 2005), ANR sur les déconnexions volontaires chez les EC (Chaulet, Datchary, Luc, Rouch, ANR en cours), mémoire de M1 et M2 (Aït Ali, 2012). Même si les problématiques pouvaient varier, les rapports aux temps y étaient centraux, et les universitaires figuraient, au moins partiellement, dans les échantillons. Et si les méthodes de recueil de données ont évolué au fil du temps et des terrains, elles visaient toutes à saisir la construction d’emplois du temps, et consistaient systématiquement en un recueil des traces, préexistantes et/ou produites pour l’occasion par l’enquêté : agendas, cahiers-temps (Rouch, 2006) ou fichiers-temps (Aït Ali, 2012), remplis par les enquêtés eux-mêmes, plus occasionnellement des captures automatiques d’écran (Chaulet, Rouch, 2013). Ces données recueillies étaient, après analyse, obligatoirement suivies d’entretiens d’explicitation proches des entretiens d’auto-confrontation (Theureau, 2010), au plus près d’une remise en situation.

Les temps contraints et leurs présupposés

  • 9 La manière dont s’est dégagée une sociologie des loisirs est assez caractéristique de ce paradigme. (...)

13Un examen critique de la notion de « temps contraint » peut nous permettre de commencer à dénouer ce paradoxe apparent. La sociologie des temps sociaux mobilise traditionnellement la formule comme un concept à faible définition, essentiellement un allant de soi. Pourtant, le caractère « contraint » de certains temps, imposés par la nécessité, repose implicitement sur au moins deux présupposés (Luc, thèse en cours). Pour le premier : nos activités s’inscriraient dans des cadres assez bien délimités que l’on appellerait « temps de l’activité X ». Pour le second : certains de ces cadres, de par leur nature ou leur organisation, seraient simplement subis par des individus n’ayant que peu de prises - voire aucune dans la tradition durkheimienne - sur le rapport que leur activité peut entretenir avec son cadre. En d’autres termes, les nécessités liées à de telles activités pourraient être considérées comme étant extérieures aux individus parce que hors du champ de leur emprise. Ce serait en principe vrai, a priori, pour les temps « naturels » et biologiques, ces temps consacrés à « entretenir la machine humaine » (Dumontier, Shon, 1999), même si ce ne sont pas ceux qui sont le plus habituellement visés par une sociologie des temps sociaux. Mais c’est surtout énoncé pour des temps qui sont imposés extérieurement, comme sont supposés l’être le temps professionnel ou le temps scolaire et le temps consacré aux tâches ménagères. En cela, la plupart des études en font l’exact contraire du « temps de loisir »9. De fait, les deux notions, « temps contraint » et « temps de loisir », sont d’un emploi plus aisé et d’une définition moins exigeante lorsque le temps est représenté comme un cadre, lui-même contraignant, à l’intérieur duquel vont pouvoir ou devoir se positionner des activités clairement repérables.

14Mais que se passe-t-il lorsque la multiplication des activités et surtout le fait que les temps sociaux débordent les uns sur les autres amènent à revoir cette distinction radicale entre travail et loisir, ou plus généralement entre temps contraint et « temps libre » ? La notion traditionnelle de temps contraint devient d’un emploi plus difficile, notamment lorsque la porosité des sphères d’activités incluant l’activité professionnelle crée des zones d’indistinction, soit par la faiblesse des cadres temporels, soit par la qualité, cognitive et affectuelle, de l’engagement dans l’activité. Comme c’est le cas pour les EC.

15A., MCF en Géographie :

Bien sûr, il y a des moments dont je peux te dire : c’est des moments de travail. Quand je saisis des notes de partiel… ou quand j’en surveille un, tiens… ou une démarche administrative bien plombante, je peux pas dire que je m’éclate. Mais dans l’ensemble… Tu vois, je reviens à la fac après un week end et je discute avec une secrétaire (du département). J’ai bien cette conversation, parce qu’il faut bien, hein (rires) : « c’est comme un lundi », ou « j’ai pris des vacances ». Pour le coup, ce sont vraiment des « sociabilités » (rires). Mais pour moi, ça ne veut pas dire grand-chose « vacances », « loisirs ». Mon métier, très souvent, c’est aussi du loisir.

16En l’occurrence, nous comprendrons que si son activité professionnelle apparaît à A. comme un loisir, c’est surtout à mettre en relation avec la nature et l’intensité de son engagement affectif et cognitif.

Une écologie des temps contraints

17Pourtant, s’il est problématique de signaler des temps comme uniformément contraints, abandonner totalement la notion ou conserver sa définition implicite courante serait tout autant s’éloigner trop de la réalité observable. Car les temporalités des emplois du temps de nos enquêtés sont effectivement contraintes à des degrés divers et de différentes manières. Luc (thèse en cours) est amené à distinguer trois types de temps contraints, selon le statut de la contrainte engagée.

  1. Les temps contraints objectifs recouvrent ce que l’on appelle traditionnellement des temps contraints. Ils se caractérisent par une double extériorité : ici, la contrainte est originellement et essentiellement extérieure à l’individu lui-même qui n’en est pas l’initiateur. Le temps contraint dès son origine relève d’une extériorité objective.

  2. La notion de temps contraints auto-prescrits permet de rompre avec l’idée qu’une contrainte temporelle est nécessairement exogène, de mesurer le degré de coproduction par l’individu de son rapport aux temps, de mettre en évidence des contraintes qui pour émaner de l’individu à qui elles s’appliquent ensuite n’en sont pas moins actives et fortes. Une fois mis en œuvre, ces temps acquièrent eux aussi une forme d’extériorité objective et peuvent avoir une force d’imposition au moins proche de celle d’un temps contraint objectif.

    • 10 Sur la dimension émique des matériaux discursifs recueillis : De Sardan (1998) importe le terme de (...)

    À ces formes objectives ou objectivées de temps contraints, l’auteure ajoute les « temps contraints émiques » qui rendent compte des temps cette fois-ci ressentis et exprimés comme contraints par les individus10. La distinction a notamment le mérite de signaler que le degré de contrainte -objective ou auto-prescrite- d’un temps ne préjuge pas de la manière dont il va être vécu par l’individu.

  • 11 Il va de soi que ce « rien » n’est ici qu’une approximation. L’auto-prescription d’une activité peu (...)

18Appliquée aux EC, la distinction permet d’éclairer un peu plus leurs temporalités paradoxales. Si « rien »11 n’oblige un EC à surcharger son emploi du temps compte tenu des attentes explicites liées à son statut, il arrive malgré tout qu’il multiplie les temps contraints auto-prescrits. « Je ne sais pas ce qui fait que je fais ça », nous dit D., (MCF, SIC) « en peu de temps, j’ai dit oui à la coordination d’une revue, à la responsabilité d’un ouvrage collectif, alors que j’ai deux ANR en cours, mes nouveaux cours à écrire et que je viens de contribuer à la création d’une équipe de recherche. J’oubliais diverses communications que j’ai acceptées, loin d’ici, bien sûr (rires) ».

  • 12 Service d’enseignement à distance

19Tout n’est évidemment pas auto-prescrit dans l’emploi du temps d’un EC, et il arrive que des temps contraints objectifs eux-mêmes voient leur densité et leur niveau de contrainte se renforcer : « Avant, on écrivait les cours du SED12, point. Maintenant, on écrit les cours, on remplit des formulaires de droit de copie, on doit mettre des documents en ligne, des vidéos dont il faut s’assurer qu’elles respectent le droit à l’image, animer des forums, organiser des tchats ou des classes virtuelles… »

20C’est d’ailleurs également ainsi qu’est souvent perçue l’évolution de la profession sur le versant de la recherche : celle d’une intensification des exigences de production scientifique, par la multiplication des réformes et des instances d’évaluation, l’apparition de la distinction entre EC publiants et non-publiants et de ses normes sous-jacentes (Melchior 2013).

21Mais chez nos enquêtés, lorsque l’on se donne pour objectif d’observer la construction de leurs emplois du temps, de nombreux moments peuvent emprunter toute une terminologie du débordement, de la surcharge, du dépassement, de la non-maîtrise, mais ce ne sont pas uniquement ou même principalement ceux qui paraissent immédiatement sous-tendus par un renforcement des exigences institutionnelles. Ce sont plutôt de nombreux moments où les trois types de temps contraints coexistent, entrent dans un équilibre particulier qui est d’abord à relier à tout un ensemble de foyers de tensions.

Foyers de tensions

  • 13 Si l’on insiste sur les contradictions internes de l’individu envisagé comme un « système » de temp (...)
  • 14 Si l’on insiste sur la souffrance (petite ou grande) potentiellement vécue par l’individu dans son (...)

22Chez les EC, la dimension problématique de leurs rapports aux temps vécus que l’on pourrait qualifier de dyschroniques13 (Alter, 2003), ou parfois de chronopathiques14 (Terssac, Tremblay, 2000), nous suggère l’identification de quatre foyers de tensions temporelles qui contribuent à l’éclairer. Nous parlerons de « tensions » lorsque le travail de construction des emplois du temps fait apparaître des difficultés sous-jacentes liées à l’ébauche de contradictions potentielles, observables dans les entretiens ou les cahiers/fichiers-temps. Ces tensions sont extrêmement diversifiées mais on peut les regrouper en foyers, dont le nombre est plus limité. Ces foyers de tensions ne s’actualisent pas nécessairement en réelles pressions temporelles et peuvent même se révéler ambivalents car parfois mobilisés comme ressources par les EC, mais ils sous tendent en tout cas leur travail de configuration des activités et constituent pour eux de petits îlots de complexité à délier ou de simples précautions à prendre dans la recherche d’une cohérence d’ensemble.

Brouillage des sphères sociales

23Un premier foyer de tension naît dans l’absence de séparation intrinsèque entre les différentes sphères d’activités professionnelles et hors professionnelles. Celle-ci est parfois valorisée ou même cultivée par les EC, à l’instar de ceux qui mobilisent des supports techniques nomades pour leur permettre de s’investir n’importe où dans des activités professionnelles. Les exemples de réorientation d’éléments publics vers le privé, ou l’inverse, sont multiples chez les EC. Parfois même, une telle fluidité est « naturalisée » dans les discours comme V., MCF en sciences physiques, qui utilise par exemple le terme de « fusionnel » pour dépeindre une façon d’investir ses temps de travail et d’intimité familiale et personnelle. Ainsi, déléguée de parents d’élèves, elle mobilise ses spécialités et compétences de chercheure dans un projet d’éco-établissement du collège de sa fille. Elle se demande « est-ce que c’est du temps de travail, est-ce que c’est du temps personnel ? La barrière est excessivement poreuse ». Aussitôt après, à propos de « ses » étudiants, elle précise aussi que « régulièrement, ils m’appellent “maman” quoi », et indique que pour elle, « c’est très valorisant ». Tout en ajoutant que son travail est intense et « dévorant » et qu’il l’atteint, elle, en tant qu’individu ».

  • 15 Au sens strict aussi : elle compose un fichier-temps très chiffré (pourcentages de temps investis d (...)

24Si, on le verra, les EC peuvent activer (ou non) une capacité individuelle à jouer avec les limites entre ordres d’activités, ce jeu, le plus souvent invisible aux yeux d’autrui, peut également engager ce dernier. Dans la « petite équipe » de recherche à laquelle elle appartient, V. explique qu’elle doit rendre des comptes15 à ses collègues qui, lorsqu’elle décide de prendre un mercredi après-midi avec ses enfants, lui signifient qu’elle est « censée travailler à plein-temps ». Elle décrit ainsi une situation vécue comme l’irruption des collègues dans une décision qui relève aussi du privé, et que nous pourrions décrire comme l’amorce d’un conflit d’égales légitimités, dans le contexte d’une absence de prescription institutionnelle ou normative claire.

  • 16 Nous retiendrons ici l'exemple significatif d'un enquêté qui entame sa journée de travail par une s (...)

25L’usage multipolarisé du mail, qui constitue simultanément une bonne métaphore, un observatoire et une part devenue substantielle du travail de l’EC16, tend à la fois à exacerber le décloisonnement de l’espace-temps des activités professionnelles et à matérialiser les sollicitations d’autrui dont il est, chez les EC, le vecteur privilégié. Dans cette indifférenciation potentiellement généralisée des activités d’ordres multiples, les sollicitations d’autrui renvoient d’autant plus à des projets « aux horizons temporels à la fois instables et variés ». Elles génèrent un état de « préoccupation » que Datchary et Licoppe (2007) définissent comme une forme particulière de rapport au monde caractérisant un individu engagé (sur un plan mental, cognitif, émotionnel, social, voire physique) à des degrés divers dans plusieurs activités, pouvant à tout moment prendre le pas les unes sur les autres.

  • 17 Au-delà du cas de V., de nombreux enquêtés insistent sur la nécessité d'en produire une trace à « f (...)

26Ce brouillage des sphères sociales est potentiellement générateur de tensions individuelles. Plusieurs enquêtés constatent ainsi le volume considérable de temps disparates et flous investi dans leurs activités professionnelles. Certains jugent même nécessaire d’en produire des traces écrites, voire d’informer l’institution de ces activités peu visibles jugées chronophages et stressantes17. Ce phénomène de brouillage intensifie encore la charge mentale de l’univers professionnel et envahit l’individu. Linhart (2004) analyse ainsi la reconfiguration moderne de cette pression temporelle : « [elle] se focalise sur [l’individu] non plus tant dans la régularité coercitive de la chaîne ou des cadences imposées que dans les tensions de l’urgence, les exigences de l’aléa à gérer tout en respectant les délais et les impératifs de qualité. L’individu devient la cible de toutes les exigences modernes sans que s’interpose, comme dans le cas du taylorisme, entre lui et les objectifs assignés, une organisation du travail qui intègre et institutionnalise ces contraintes à travers des modalités d’exécution bien spécifiques ».

Discontinuités et dispersion

27Un second foyer de tension s’établit dans la discontinuité de pratiques professionnelles saccadées, en contradiction avec des projections personnelles « harmonisatrices » des temps de travail, ainsi que dans leur problématique articulation avec d’autres temporalités. Des séquences d’activités tirées des cahiers-temps attirent l’attention par les nombreux décrochements qui les scandent. Dans le lexique de leurs commentaires, les rythmes quotidiens sont décrits comme « hachés », « enchevêtrés », « saccadés », « entrelacés » ou encore « dispersés ».

28L’usage du mail en constitue ici aussi l’exemple-type. En effet, cette pratique, qui pourrait se concevoir comme un espace d’accumulation de demandes sociales exigeant un niveau de résolution très rapide, se fait le vecteur d’un ensemble de sollicitations qui peuvent a minima créer un phénomène d’attraction (Lalou, 2000) et de parasitage cognitifs, et dont le contenu peut soudain conduire à reconfigurer un ordre de tâches établi.

29V. (MCF, sciences physiques) commente ainsi le rythme de ses activités professionnelles quotidiennes, dont la cohésion est mise à mal par une perpétuelle redéfinition des priorités :

Il y a des parasitages complètement permanents. Un coup de fil, on me dit : T’as pas répondu à mon mail ce matin. À treize heures tout doit être fait dans l’urgence. Même en essayant de mettre des barrières aux étudiants, qui ont le droit de passer de telle heure à telle heure, il y en a toujours un qui finit par débouler parce que c’est urgent […]. C’est très dispersé et c’est une des difficultés de mon métier.

30Rosa (2010) rappelle que « chacun peut mesurer combien les performances accrues des outils de communication ont pu élever les attentes sociales en la matière : un délai de réponse de plusieurs jours à un e-mail devient difficile à admettre ». Il postule que « ce sont les activités considérées comme importantes et dignes d’efforts qui semblent disparaître ou être sans cesse remises à plus tard. Il semble qu’il n’y ait jamais le temps pour les choses importantes à long terme ».

31« Parfois », dit N. (Pr, Sociologie)

je me sens comme un marathonien, un coureur de fond que l’on arrête sous des prétextes divers. Et après, il faut repartir. On a l’impression qu’on n’a pas de temps pour réfléchir. Simplement, le fait de passer d’un truc à un autre.

32Datchary (2011), en analysant des situations de dispersion qui ne sont pas propres aux EC, souligne que « [les] échéances se superposent et la rencontre de ces temps serrés produit une effervescence physique et mentale ressentie à la fois comme agréable, stimulante et efficace mais fatigante à la longue », induisant une charge mentale, à la fois cognitive et psychique, supportée par l’individu, et ignorée par l’organisation.

Jeux d’échelles

33Le troisième foyer de pression temporelle potentielle réside dans l’imbrication d’échelles de temporalités multiples, et parfois concurrentes. Ce jeu d’échelles articulerait des cycles intra-universitaires en superposition complexe, qui impliquent des rythmes et une intensité d’investissement multiples dictés par exemple par des activités pédagogiques à court ou moyen terme, l’engagement dans des projets de recherche à moyen ou long terme, des périodes de rédaction qui imposent souvent une focalisation plus spécialisée, au moins partiellement, dans des périodes de « charrette », et enfin, des activités de gestion qui viennent hacher les temporalités précédentes.

34La parole des acteurs représente probablement l’illustration la plus ajustée et la plus fréquente de cette situation. P., Pr de philosophie, explique :

Tu dois organiser tes trucs par rapport aux cycles de la fac. Parce que c’est une superposition de cycles, ce sont ces cycles-là : de semestres par exemple, mais aussi d’autres types de cycles, des colloques, ou des [demandes de] bourses pour aller ailleurs, etc.

35Sa description d’un voyage de recherche programmé l’année suivante rend visible, dans ses préparatifs, les manières dont différentes échéances s’imbriquent (choisir les cours à abandonner, avertir les doctorants, « briefer » les remplaçants, trouver d’autres responsables pédagogiques, au moins momentanément, et reprogrammer ses terrains).

  • 18 Voir l’étude de cas développée en encadré.

36Ces cycles professionnels doivent encore se voir conciliés avec des temporalités extraprofessionnelles au quotidien - comme en témoignent de nombreuses négociations familiales autour des moments de travail à domicile - mais également des événements biographiques particuliers qui impliquent des forces de projection et d’anticipation à plusieurs vitesses et là encore, un travail de recomposition permanent pour maintenir une cohérence18.

37Les enseignants-chercheurs négocient donc leurs emplois du temps en présence d’un opérateur supplémentaire de complexité dans le temps. Les agendas (papier ou sous forme de logiciels ou d’applications, type iCal) matérialisent ces enchevêtrements d’échelles. K., MCF en Sociologie, mobilise trois supports de construction de son emploi du temps : applications synchronisées iPhone/iCal, notes papier, et ses logiciels de messagerie qu’elle n’utilise pas comme simple outil de communication, mais également comme instrument de rappel de tâches à accomplir. Elle matérialise (dans iCal et ses messageries) par des codes couleur des temporalités de « traitement » de la tâche classées « en cours », « urgences », « exceptionnel », « délai négociable », et même un « aïe » !

38Ces jeux d’échelles participent à façonner les horizons temporels et conduisent à formuler les équations temporelles individuelles (Grossin, 1984) en adéquation avec cet ensemble de données implicites mais potentiellement disqualifiantes si elles ne sont pas intégrées. Car c’est aussi sur cette capacité à dominer les sollicitations et à maîtriser les temporalités qu’elles impliquent, que les enseignants-chercheurs sont jaugés, même si c’est très indirectement et très implicitement (Gosselain, 2011). On découvre ici un accès à l’ancrage temporel des processus d’autonomisation contrôlée (Appay, 2005) qui induisent « un rapport à la norme [qui] devient plus intériorisé, plus responsabilisé, c’est-à-dire à la fois plus autonome et plus sanctionnable » (Dubar, 2004). Et d’autant plus problématique, lorsque la norme n’est pas clairement établie.

Évolutions des logiques institutionnelles : accélération, accumulation et incertitude

39Le quatrième foyer de tension temporelle est généré par un décalage entre des représentations personnelles du métier d’enseignant-chercheur et l’évolution d’injonctions institutionnelles de productivité, de rentabilité et d’instantanéité relative, couplé à un rythme d’activité en accélération. Pour illustrer ces tendances, il serait opportun de citer l’exemple (dont la récurrence fait sens) de l’augmentation des tâches de gestion administrative endossées, qui développent le sentiment d’une pratique professionnelle mal définie et envahie par des tâches secondaires, dans des temporalités court-circuitées. Ces charges administratives quotidiennes imposent des ordres de priorisation des tâches et des temps de réactivité aux exigences de gestion jugés disproportionnés. Elles menaceraient la cohérence et le développement des activités principales, l’enseignement et la recherche. V. (MCF, Sciences Physiques) indique :

Avant ça me prenait un quart d’heure de remplir la feuille papier, après c’était le secrétariat qui gérait tout. Maintenant c’est moi qui gère tout. […] Vendredi midi on a reçu un mail de l’UFR, nous demandant de préparer le budget pour les cinq ans à venir, réponse attendue avant dimanche soir. [...]

  • 19 « Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Threats ». Cette formule est par ailleurs une base d'élabor (...)

40Cette injonction institutionnelle à intégrer une dimension « gestionnaire » dans le métier ne constitue que l’aspect le plus visible de ce que Gosselain (2011) analyse comme une mutation politique plus large des rapports à la recherche et à la formation scientifique. Incarnés dans des dispositifs de management académique qui diffusent une « injonction d’excellence », ils mobilisent régulièrement dans les parcours de recherche des leviers d’évaluation économétrique importés des milieux d’affaires (analyse S.W.O.T19) et de normalisation temporelle (développement de projets de financement à court terme, par exemple).

41Les EC peuvent ainsi se sentir contraints de combiner deux systèmes de valeurs antagonistes (l’un managérial, l’autre académique), qui se traduisent de façon très pragmatique par des tâches indexées sur l’un ou l’autre. F. (MCF, linguistique) consigne ainsi dans son fichier-temps la tenue d’une réunion dont l’objet serait de débattre de « stratégies pour le calcul d’heures », dans le cadre de financement de cours à distance, et signale que tous les EC « baignent dans les aspects budgétaires ». Elle dénonce

cette mode de l’excellence, donc les laboratoires d’excellence, les équipements d’excellence. […] On est tenu sans arrêt de répondre à ces exigences-là tout en estimant que ce n’est pas notre modèle, mais qu’on ne peut pas non plus ne pas y participer, que c’est une façon de se suicider […]. Il y a des périodes entières où on a l’impression qu’on ne pense pas […], on réagit à des sollicitations diverses et typiquement sur des projets de recherche, on rédige des projets de recherche, selon les opportunités, et on ne se pose même plus la question de est-ce que c’est vraiment intéressant ?

  • 20 Cette accélération du rythme de l'innovation technique (incarnée par les TIC), du rythme de vie et (...)

42Ces injonctions institutionnelles, stimulées par un rythme accéléré20, entreraient en outre en contradiction avec des aspirations personnelles à une convivialité, à une intelligibilité et à un rythme de vie et de travail de qualité (Gosselain, 2011) régulièrement revendiqués par les acteurs, et produiraient des tensions potentiellement déstabilisatrices de l’identité professionnelle. En témoigne I., MCF en Mathématiques :

Du point de vue professionnel, j’ai l’impression de plus du tout faire le métier pour lequel j’avais signé [...]. J’arrive plus à être enseignant-chercheur, j’ai l’impression que je peux même plus prendre le temps pour faire des cours qui tiennent la route, pour faire de la recherche, etc.

Je ne sais pas ce que devient l’université, ça m’inquiète un peu. On avait une DPE (Division du personnel enseignant). Maintenant, c’est devenu une DRH. C’est parlant, non ? Si j’avais voulu bosser dans le privé, je serais allé bosser dans le privé.

Tactiques et « astuces »

  • 21 Le mot « tactique » sera ici préféré, se rapprochant ainsi par certains aspects de la notion envisa (...)

43Les EC mobilisent divers moyens pour tenter de, sinon résoudre, du moins gérer, rendre supportable ou prévenir un « embrasement » des foyers de tensions temporelles qui se trouveraient alors activés en conflits symboliques et pragmatiques. La construction de leur emploi du temps suppose des ajustements fréquents (même si l’un des objectifs peut être d’en stabiliser certains en routines) entre contingences locales et équation personnelle des temps contraints. Ces arrangements sont plus souples et peuvent être plus ponctuels que ne le permettrait l’idée de « stratégie » par exemple21.

44Le mot « astuce », lui, a souvent été préféré par les enquêtés pour décrire leurs petites tentatives de résistances et leurs accommodements aux pressions temporelles qui sous-tendent - « constamment » disent-ils - l’exercice de leur métier.

  • 22 Dans cette partie qui fait davantage référence à des constructions concrètes, c’est le terme « acte (...)

45Ces tactiques sont très diversifiées selon les acteurs22 et pour un même acteur. Le plus souvent, ils sont d’autant plus personnels qu’ils restent invisibles et informulés pour les collègues (la grande variété des activités des EC constitue d’ailleurs un bon paravent). Une bonne partie de ces arrangements reste donc informelle, c’est lorsqu’ils se sédimentent et surtout s’institutionnalisent via des interactions plus étroites ou simplement via des dispositifs collectifs d’inscription (les agendas collectifs, le mail…) qu’ils peuvent devenir l’objet de débats normatifs, d’autant plus âpres parfois que la norme n’y préexiste pas de manière indiscutable. La configuration de ces bricolages se révèle d’ailleurs le plus souvent complexe, en ce sens qu’elle peut inclure des tactiques servant des objectifs directs contradictoires. Ceci rend hasardeux la mise en œuvre d’une typologie des EC selon les tactiques mobilisées. On peut toutefois regrouper ces dernières en quatre « focales » selon que l’on porte notre attention sur les contours pragmatiques que les EC dessinent de leurs activités, sur les micro-rituels mis en place, sur les opérations de qualification et de catégorisation (et donc de hiérarchisation) réalisées sur leurs activités, sur les rééquilibrages fréquents de leurs temps contraints. Également, sans faire entrer chaque EC dans un « type », on pourrait plutôt le positionner sur un gradient entre deux pôles : l’un qui relèverait du cloisonnement, de la régularité et de l’adhésion à une définition « classique » des activités des EC, l’autre qui pratiquerait plutôt une multi-activité maîtrisée, une fluidité des séquences temporelles et une définition révisée mais opératoire des dimensions de l’activité.

Jeux avec les contours d’activités

46Il s’agit ici d’évoquer différentes modalités qui convergent vers une volonté commune de canaliser ou de délimiter l’univers professionnel, en insufflant de la régularité ou des spécialisations des temps et/ou des espaces dans des activités qui ne les exigent pas a priori, ce qui implique un (re) travail nécessaire sur la délimitation des activités. À ce titre, la spécialisation des lieux et des plages de temps, les catégories inscrites dans les agendas, entre autres, se révèlent parlantes.

47Un exemple type de ces tactiques consiste à se construire des cadres temporels et spatiaux aux frontières bien délimitées. Ces cadres peuvent se calquer sur la projection idéalisée d’un « métier normal », avec des « horaires de bureau » et une localisation spécialisée. C’est le cas de F. (MCF, linguistique), qui assigne une dimension spatiale à chaque domaine d’activité : le bureau du département pédagogique et les salles de cours, le laboratoire. Autant que possible, elle « sanctuarise » ses espaces-temps privés. Elle s’essaie également à une assignation horaire de son univers professionnel : arriver tous les matins vers 9 heures, quitter les lieux avant 20 heures Elle précise qu’en agissant ainsi elle désamorce son « angoisse du débordement du travail », et que l’adoption de ce mode de fonctionnement, qu’elle dit assez marginal parmi ses collègues (en réalité, nous avons eu l’occasion d’observer souvent des arrangements analogues), influe sur le « contenant » de l’emploi du temps, mais pas sur son « contenu » : « c’est juste en terme d’horaires. Après, ce que je fais dans la semaine varie énormément ». Mais cette distinction entre « contenant » et « contenu » temporels reste en elle-même un indicateur.

48De la même façon, elle essaie de circonscrire l’usage du mail à ces horaires supposés de bureau, mais elle reconnaît que c’est pratiquement chose impossible. Son fichier-temps nous apprendra qu’effectivement, la pratique du mail chez elle, en dehors de ses horaires de bureau, est chose courante. Cela dit, c’est sans doute une des enquêtées qui s’impose le plus de règles sur le cadrage temporel de cette pratique : pas plus de 30 minutes par jour hors de l’enceinte de l’université, et moins d’une heure cumulée sur le week-end. F. fait partie des acteurs qui « mentalisent » leur emploi du temps et ne ressentent que peu la nécessité d’une matérialisation et d’une inscription : ses aménagements ne mobilisent aucun support, à l’exception des événements et d’activités exceptionnelles qui sont consignés dans son agenda papier.

49Mais également, il peut s’agir au contraire de fluidifier et de déspécialiser des plages de temps : nombreux sont nos enquêtés qui, comme ils travaillent éventuellement le week-end, s’accordent en semaine des occupations d’un autre ordre.

50Ces redécoupages temporels ne sont évidemment pas uniquement individuels. En l’absence de norme explicite commune à l’ensemble de la profession, ou d’une discipline, les petits collectifs peuvent redessiner à leur manière des cloisonnements. Ainsi, E., Professeur, responsable de laboratoire en informatique, conscient des potentialités d’ouverture et de dispersion inhérentes aux mobiles et ordinateurs portables, obtiendra de son équipe leur interdiction en réunion, tout comme il obtiendra, après discussion avec sa compagne, des week-ends nettement sanctuarisés.

51Les dispositifs de délégation temporelle sont eux-mêmes mobilisés pour assister ces redécoupages collectifs : le partage d’un agenda en ligne est imposé par le collectif des chercheurs d’une équipe de sciences physiques. Ces dispositifs fournissent généralement par leur format la possibilité de « stocker » l’information temporelle dans son intégralité, en proposant des séquences que l’on peut masquer ou rendre publiques, et différentes « couches » à exploiter. La plupart de leurs usagers n’entrent que les informations « publiques », participation à des réunions, à des travaux en groupes, à des séminaires. L’information privée n’y est diffusée que dans la mesure où l’acteur estime d’une part qu’elle est légitime, d’autre part qu’elle a un impact sur l’organisation collective (« rendez-vous médical »). À ce titre, dans nos échantillons, ces modes très locaux de synchronisation de petits collectifs nous sont apparus plus fréquemment dans les disciplines de sciences dites « dures », que dans les sciences humaines. La mise en commun permise par ce dispositif déclenche d’ailleurs de petits braconnages : on peut par exemple se protéger de la tendance de certains collègues à surcharger l’emploi du temps collectif (« ce sont eux qui imposent le rythme ») par l’ajout de quelques rendez-vous fictifs qui permettent de retrouver un rythme plus personnel.

52Le cas détaillé de C., MCF en Sciences vétérinaires, peut aussi être éclairant. Une partie de ses pratiques professionnelles est soumise à un découpage temporel a priori non négociable : lorsqu’il exerce ses activités cliniques (soin des animaux, il travaille dans un établissement vétérinaire universitaire), son emploi du temps lui est imposé, il est également soumis à un principe d’astreinte, à tour de rôle, avec ses collègues. Il articule ses heures d’enseignement avec ce temps d’activités cliniques, les deux ordres d’activités se fondant parfois car les activités cliniques font partie de la formation des étudiants. Lorsqu’il s’investit plutôt dans les activités de recherche, de sa valorisation (son univers de référence réside dans les pratiques universitaires américaines, après un séjour de quelques années là-bas) ou de gestion pédagogique, il fait davantage usage de son autonomie. Il projette alors son temps quotidien en « tranches de vie » d’intensités et de rythmes variables selon qu’il est « on » clinique, c’est-à-dire en période d’activités cliniques (qui varie de deux jours à une semaine, en fonction de la présence de ses collègues, de l’intensité conjoncturelle de l’activité-nombre d’animaux admis-), ou « off » clinique. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il peut envisager des « tranches de vie familiales ». Le rythme est alors moins soutenu, mais il insiste sur le caractère surchargé de ces moments-là, car il doit concilier moments familiaux, activités de recherche, de gestion pédagogique, d’enseignements, de sociabilités scientifiques (colloques, comités de lecture de revues, etc.). C’est d’ailleurs son agenda électronique synchronisé avec sa tablette numérique, support « extraordinaire » pour lui (« un cerveau bis ») qui lui permet de fluidifier l’information temporelle et la transition d’une « tranche de vie » à une autre.

53Cet exemple rend par ailleurs manifeste que les dispositifs utilisés (comme les agendas, collectifs ou non, matérialisés ou simplement « incorporés ») et les assignations de frontières à telle ou telle activité, tendent à stabiliser certaines tactiques qui peuvent alors prendre la forme de micro-rituels.

Micro-ritualisations

54Une façon de retrouver un peu de maîtrise dans l’univers professionnel et ses temporalités chronophages et, plus généralement, d’investir le temps vécu, consiste à développer une approche très ritualisée du quotidien. Ce ne sont plus seulement des activités, leur niveau générique ou leurs cadres, qui sont ainsi rigidifiés, mais des tâches. Dans le contexte de temporalités académiques cycliques qui l’obligent à remanier son emploi du temps d’un semestre à l’autre (projets de recherche, assignation de cours, etc.), P. (PR, philosophie) redéploie invariablement un ensemble de pratiques aux coordonnées temporelles très précises : passages à la bibliothèque deux fois par semaine, passage à la poste tous les trois jours pour recevoir des colis de livres par correspondance, toujours à la même heure, par exemple.

55À une échelle encore plus micro-temporelle, ses journées à la faculté sont entamées par un parcours de tâches d’ordres divers mais si possible immuable, un processus ritualisé de « mise en marche » du cadre de travail, un intervalle temporel qui fonctionne comme un sas de transition et impulse un rythme progressif à ses activités. Sa journée retrouve quelques autres repères fixes tels que des pauses ritualisées. Par ailleurs, il essaie de concentrer ses activités d’enseignement et de gestion sur les mêmes jours (au maximum deux), de façon à dégager le reste de la semaine pour ses travaux de recherche et ses lectures. Et il mobilise ses lectures scientifiques comme une activité pivot dans son emploi du temps, une transition entre les différents groupes de temps qu’il a institués.

Une requalification/recatégorisation des activités

56L’exemple de P., amorcé plus haut, est assez emblématique des opérations sur le sens que les acteurs pratiquent à propos de leurs activités. Il fait partie des EC qui ne projettent pas leur emploi du temps en termes de distinction entre activités professionnelles contraintes et activités extraprofessionnelles choisies. Il considère que dans le cadre d’un métier qui le mobilise dans son « intimité d’individu » (EC en philosophie), certaines activités sont contraignantes (la gestion pédagogique et administrative, la préparation de certains cours) tandis que d’autres cristallisent des engagements et des intérêts personnels (les activités de recherche et l’enseignement, dans une certaine mesure). Sa recatégorisation de ses activités est d’ailleurs toute personnelle, mais opératoire : il ne raisonne pas tant en termes de cadres d’activités qu’en « niveaux de concentration », et il essaie d’aménager son emploi du temps de façon à compenser les tendances arythmiques impulsées par les temporalités académiques et à homogénéiser les groupes d’activités requérant un même niveau de concentration. Le niveau de contrainte émique et de concentration sont donc les deux principes de classifications de ses activités. Au-delà d’une tactique, la démarche de P. s’apparente d’ailleurs à une forme de résistance aux injonctions temporelles, le plus souvent informulées, de l’institution.

57Pour d’autres EC, tels que K (MCF, Sciences Sociales), dont les classifications – parlantes - de son agenda ont été énoncées plus haut, ce sera plutôt l’urgence qui prévaudra comme principe opératoire de hiérarchisation des activités.

Ré-élaborations autour des temps contraints

58Le rapport de l’EC à ses temps contraints et le rapport de ses différents temps contraints entre eux sont un des ressorts majeurs du travail d’articulation de ses temps. Le degré de contrainte, qu’elle soit objective ou auto prescrite, et sa relation avec la manière dont elle est vécue par l’acteur (temps contraint émique), amènent celui-ci à prendre en compte ce rapport dans la manière dont il va construire son emploi du temps. Face à leurs temps contraints, les enquêtés mettent en place des manières de faire très diverses, relevant d’une réflexivité et d’un « savoir faire » temporel plus ou moins grand. Elles sont, du coup, plus ou moins réactionnelles, plus ou moins récurrentes, plus ou moins élaborées et, surtout, elles vont s’avérer plus ou moins efficientes pour prévenir ou éloigner les pressions temporelles.

59Cela dit, si ces tactiques sont nombreuses, il serait cependant possible d’en dresser une liste exhaustive qui envisagerait en ce qui concerne spécifiquement les temps contraints et leur rapport à l’activité : l’évitement, le confinement, la temporisation, le détournement, le dédoublement et le renforcement.

60En premier lieu, une des plus simples (à qualifier, mais beaucoup moins à mettre en place), outre l’évitement pur et simple qui peut peut-être se passer de commentaire, est une tactique de confinement qui tend à restreindre une activité jugée contraignante et à la cantonner à des durées et des plages de temps acceptables. La temporisation elle, met en scène au minimum des différés, ou de la procrastination et l’ensemble des justifications et négociations (avec soi-même ou autrui) autour de délais grappillés sur des échéances. Un exemple souvent décrit concerne le retard dans la remise de rapports ou d’articles et l’ensemble des petites ruses associées. Le détournement consiste à investir une activité objectivement contrainte d’un sens qui lui permet de ne pas être ressentie comme telle, le dédoublement associe deux activités, très inégalement contraintes. Mais pour approcher le rapport plus complexe que les différentes catégories de temps contraints entretiennent entre elles, on peut remarquer par exemple que les EC peuvent introduire dans l’écologie de leurs temps contraints des contraintes auto-prescrites comme outils de stabilisation de l’activité et de ses planifications. Si, à court terme, l’ajout ou le renforcement d’une contrainte peut paraître augmenter la pression temporelle, à plus long terme, elle prévient les accélérations brutales liées à une urgence. Il en est ainsi de la programmation de multiples rappels, du paramétrage, jugé parfois fastidieux par leurs usagers mais plus sûr, des instruments de délégation temporelle, tels que les applications agenda. Il arrive aussi que les collègues ou les étudiants soient instrumentalisés dans cette fonction de rappel. H. (MCF, sociologue), parce qu’il sait que dans sa « hiérarchie des réponses aux sollicitations, les étudiants ne sont pas très bien placés », leur demande de le relancer s’ils n’ont pas reçu de réponse de sa part depuis trois jours. On touche là à de petites ruses envers soi-même (Bajoit, 2004) que les EC multiplient, et qui contribuent à la consistance de leur emploi du temps.

61Nous ne développerons ci-dessous que quelques unes de ces catégories de tactiques, soit parce qu’elles sont très répandues, soit parce qu’elles nous paraissent nécessiter des éclaircissements.

La temporisation

62Une des tactiques les plus répandues, face aux pressions temporelles, consiste à s’autoriser, voire à s’imposer, un différé dans un flux d’activités qui peut se révéler tendu. L’exemple type concerne le mail dont le volume d’échange s’est accru de manière exponentielle depuis son apparition et qui a vu les normes en matière de temps de réponse, même implicites, tendre de plus en plus vers l’instantanéité (Rosa, 2010). Les discours des EC autour de cette pratique ont évolué : d’aide à l’activité, le mail est devenu une activité en soi qui a développé ses propres débordements et charges mentales. Se mettent alors en place des formes de microrésistances, qui s’apparentent à des formes modulées de déconnexion volontaires (Chaulet, Datchary, Luc, Rouch, 2013).

63Le statut ambigu du mail (activité en soi ou assistant d’activité, ressource ou contrainte temporelle) peut d’ailleurs être instrumentalisé dans les séquences d’activités. Pendant longtemps, F. s’est servi du courriel comme d’un moment transitionnel lui permettant d’ « accélérer » le matin ou de « décélérer » le soir, et ainsi progressivement entrer dans (Datchary, Licoppe, 2007), ou sortir de, ses activités d’EC. Depuis, le mail est devenu une telle charge à la fois pratique et mentale, qu’il l’a remplacée par des lectures diverses sur des sites d’informations qui remplissent ces mêmes fonctions.

64Mais cette manière de réintroduire des différés n’a pas attendu le mail pour s’installer et ne concerne pas que lui. Les témoignages se multiplient sur ces moments de délais, de retard, de pauses, voire de procrastination qui restent très ambivalents chez nos enquêtés. Ils les décrivent comme indispensables à l’équilibre de leur emploi du temps, et formulent pourtant à leur égards quelques culpabilités.

65D’autres « pauses », en revanche, plus longues et plus biographiques, nécessitent davantage de négociations, et pas seulement avec soi-même, comme l’étude de cas présentée en encadré, transversale à plusieurs dimensions du présent article, peut en témoigner. Les événements biographiques importants (séparation, naissance, deuil, maladie…) sont d’ailleurs souvent l’occasion d’un bouleversement des manières de faire, en même temps qu’elles peuvent induire une reformulation du métier.

R. a 52 ans. Il est MCF en sociologie. Depuis 3 ans, Il est notamment engagé dans une recherche ANR dont il partage la responsabilité initiale avec B. un chercheur CNRS, dont le recrutement a coïncidé avec le début de la recherche. L’équipe se compose en fait de 4 personnes, R., B., L., une doctorante salariée sur le contrat, et G., une MCF qui a obtenu sa mutation lors de la 2e année de l’ANR. Lors de la 3e année de la recherche, la compagne de R. tombe enceinte. Comme ils souhaitent s’investir à parts égales dans leur présence auprès du bébé, R. décide d’utiliser les ressources de fluidité de son emploi du temps professionnel. « C’est un des privilèges de ce métier », dit-il. En prévision, il a très peu de marge sur les horaires de ses temps contraints objectifs (les cours), incompressibles. Simplement, il prendra le soin d’éviter les heures complémentaires. La division du personnel de l’université peine à fixer un équivalent horaire de 14 jours de congé de paternité. « Personne n’en prend jamais, en tout cas, jamais formellement » lui dit-on. En réalité, quelques mois plus tard, une circulaire viendra enfin fixer des équivalents horaires pour les congés légaux. Pour le reste, R. est attentif à ne pas renouveler quelques responsabilités administratives et à ne pas se lancer dans d’autres projets de recherches. Au bout de dix mois environ, il se réjouit (et s’inquiète un peu aussi) de voir son volume de mails échangés diminuer. Il se demande si cette décélération réussie est acceptable et légitime. Ses pratiques du mail ont d’ailleurs évolué. Lui qui avait toujours refusé la mobilité des smartphones et cantonné le courriel à un lieu et un seul, se convertit à la multilocalisation suite à l’effet combiné de son « paternage chronophage » et de l’effacement accidentel des données de son ordinateur central.

Durant les premiers mois de la naissance de son enfant, R. ne sollicite pas de réunion sur l’avancée de l’ANR. Les dernières, avant la naissance, avaient réuni des matériaux d’analyse satisfaisants, mais dont « l’architecture d’ensemble » peinait à se dévoiler. Aussi ses collègues suivent-ils d’autres rythmes. Le contrat de la doctorante s’est achevé. F. en tant que chercheur (R. nous dit que les boutades mi-figue mi-raisin sur le temps de travail sont monnaie courante entre chercheurs et EC) se sent contraint à un rythme de publication. Ainsi F. et G. mettent-ils en route un article cosigné, basé sur des données recueillies collectivement. « Ça aurait pu être un moment délicat », dit R., « la règle implicite était que des matériaux recueillis collectivement donnent lieu à des publications cosignées. Mais j’avais été clair sur mon intention de me mettre en retrait pour quelques mois, avec l’idée de rattraper ensuite le temps perdu. Je ne pouvais pas leur en vouloir et nous en avions discuté. Dans d’autres équipes, les choses n’auraient peut-être pas été ainsi désamorcées ».

Détournements, dédoublements et multi-activité assumée

66Il arrive assez souvent chez les EC que le niveau de contrainte émique soit paradoxalement abaissé par l’empilement des activités. La multi-activité caractérise habituellement le travail dans des environnements informationnels complexes, soumis à de fortes exigences de réactivité et de flexibilité (Datchary et Licoppe, 2007). Mais si Datchary (2011) insiste sur le fait que cette dispersion peut être valorisée socialement, elle signale aussi qu’elle peut être, ce qui nous intéresse ici, simplement bien vécue parce qu’assumée et maîtrisée par l’individu. C’est que la multi-activité elle-même peut servir de ressource contre la pression temporelle. Ainsi, il arrive à nos EC de choisir de doubler leurs activités les plus créatives d’autres, décrites habituellement comme très contraignantes. « En fait, de temps en temps, j’aime surveiller des examens » écrit cet enquêté, « « j’ai l’impression de travailler et le coût cognitif est moindre qu’un article que je peine à boucler ». Ainsi, les temps objectivement contraints peuvent être détournés et c’est leur place dans la séquence des activités qui les transfigure en temporalités autres. Ces opérations et décrochements du sens sont fréquents chez les EC. En réalité, la nature de leur activité professionnelle leur permet également des dédoublements d’activités. Ainsi J. (MCF, anthropologie) réinvestit son temps de toilette (temps traditionnellement qualifiés de contraints dans les études budgets-temps de l’INSEE), utilisant comme ressource la potentielle délocalisation de ses activités :

Il faut que je vous parle de ma douche ! (rires). C’est un moment stratégique (rires). Si j’y vais au bon moment, c’est-à-dire après avoir déblayé le terrain de ce que j’ai à faire (préparer), que ce soit un cours ou une com… une planche quelconque. Et bien, sous la douche, ça se met – en place presque tout seul […] Ma douche comme temps de travail !

Conclusion

67Finalement, le parti pris adopté était ici double. D’une part, il s’agissait d’envisager que les ressorts de l’emploi du temps des EC, considéré lui-même moins comme un résultat que comme un processus, puissent contribuer à éclairer son aval : l’exercice concret de la profession. Nous avons privilégié, par-delà des différences qu’il faudrait par la suite mettre en évidence, ce qui sous tend cette méta-activité commune et indispensable d’articulation, soit la composition et recomposition des activités. De ce point de vue, l’entrelacement des temporalités, que nous avons momentanément délié en écologie des contraintes, en foyers de tensions et en focales tactiques, nous paraît contribuer à élucider l’apparent paradoxe du « je suis débordé » d’un EC pourtant – « encore » faudrait-il ajouter prudemment- largement autonome dans ses activités. Être « débordé », pour un EC, ce peut évidemment être simplement dépassé par un ensemble de tâches objectivement chronophages et imposées. Mais, le plus souvent et plus fondamentalement, c’est peiner à résoudre l’énigme, qui plus est reformulée en permanence, de la complexité de leur articulation, de la contingence et de la maîtrise, de la flexibilité horaire, des injonctions paradoxales, institutionnelles ou/et personnelles, à l’autonomie et à la productivité…

68Cette méta-activité, véritable sur-travail qui comprend ses charges cognitives (la résolution des énigmes temporelles) et psychiques (le fréquent sentiment de culpabilité à ne pas faire correctement son travail…) est d’autant plus difficile à maîtriser qu’elle reste le plus souvent invisible aux regards institutionnels, considérée comme marginale ou subsidiaire, alors que c’est elle qui permet à l’EC d’accomplir le travail visible et reconnu. Mais les intéressés eux-mêmes peinent à la reconnaître. Nous avons été frappés, chez nos enquêtés, par le décalage entre les descriptions minutieuses de l’élaboration complexe de leurs emplois du temps, et la conclusion, simple, qui en était le plus souvent tirée : « je suis débordé parce que j’ai trop de choses à faire ». Frappés également par cette même simplification, sans doute stratégiquement utile à court terme, dans les débats actuels en cours sur l’université, et leurs discours « sur » et « pour » les EC qui nous paraissent passer à côté de cette dimension essentielle.

69L’autre versant de notre parti pris était de choisir l’individu EC comme point d’entrée et de cohérence pour décrire ses ajustements, élaborations et résistances, dans des activités évidemment collectives. C’est que, en première observation et en dernière analyse, c’est sur lui que repose finalement la résolution de tensions pragmatiques et manifestement identitaires, au moins partiellement imputables aux injonctions paradoxales institutionnelles. L’individu EC apporte nécessairement au quotidien des réponses concrètes aux questions soulevées à la fois par les réformes successives et les différentes résistances et mouvements collectifs qu’elles soulèvent.

70Il faudrait cependant aller plus loin et ce au moins d’une triple manière.

  • 23 À la suite notamment des travaux inauguraux de D. Mercure (1988), ou de Haicault (1984), plus récem (...)

71Tout d’abord, après avoir insisté sur le caractère générique de cette méta-activité temporelle, il faudrait en comprendre les variations, voire les variables. Quelques pistes pourraient être tracées, à titre d’exemples, pour dégager des profils de régulation temporelle. Toutes les disciplines, notamment, n’engagent pas les mêmes dispositifs de recherche et la notion de « laboratoire » ne suppose pas toujours les mêmes outils et disponibilités temporelles de leurs usages, ni les mêmes modalités de travail collectif. La matérialité d’un laboratoire de physique, par exemple, n’implique pas les mêmes modalités de partage des espaces-temps qu’un laboratoire de sciences humaines. On peut également supposer que les différents statuts d’EC n’engagent pas les mêmes équations des contraintes, que l’âge et le moment de la trajectoire professionnelle pèsent sur les objectifs fixés, et il serait intéressant de voir comment les genres, inégalement représentés à l’université et si traditionnellement interrogés par la sociologie des temps sociaux23, pèsent sur l’équation temporelle des EC.

72Ensuite, il faudrait insister sur la manière dont la méta-activité que nous avons décrite pèse sur les modalités collectives de l’activité. Cela a été plusieurs fois esquissé dans les pages qui précèdent, et en particulier dans l’étude de cas en encadré, la complexité des rapports aux temps franchit un degré supplémentaire lorsqu’il s’agit de se coordonner à autrui, ce qui a lieu en permanence. Il est évidemment attendu que les interactions professionnelles impliquent des négociations et des ajustements, il est moins évident, et nous espérons l’avoir rendu visible, que ces négociations et ces ajustements doivent faire avec, et participer à, la complexité de temporalités individuelles qui convoquent l’intégralité du rapport aux temps de la personne, professionnel et non-professionnel. Il faudrait donc être attentif aux conditions préalables et à la chaîne des réajustements tactiques qui permettent à un collectif d’EC de dégager à la fois la durée nécessaire et les configurations temporelles adéquates pour mener à bien un projet (article, création d’équipe, d’un collectif pédagogique etc.).

73Enfin, si l’on prend un peu de champ, les débats actuels sur l’université font de la succession et de l’intensification des réformes un processus qui conduirait à une intensification du travail. Sans sous-estimer les effets de telles réformes et même s’il peut être opportun d’insister en terme de causalité sur leurs risques actuels ou potentiels, la question ne peut se réduire à des rapports de cause à effet, et ce pour plusieurs raisons.

74D’une part, les différentes réformes du statut et des attributions des EC ne se sont pas (encore ?) diffusées complètement dans le corps universitaire. Vis à vis d’elles, les prises de position ou parfois l’attitude ambivalente des différentes strates décisionnelles des universités, ou même des labos, en font des relais non mécaniques.

75D’autre part, mêmes lorsqu’elles sont parvenues, via les collectifs, jusqu’aux EC eux-mêmes, elles n’ont été pour l’instant intégrées qu’inégalement par ceux-ci. Nous avons vu que la transformation des pratiques professionnelles et les réelles pressions qu’elle comporte passent sur le terrain par un certain nombre de médiations, notamment temporelles, telles que la modalisation de tensions, une équation individuelle des contraintes, et un ensemble de tactiques « braconnantes ». Nous avons également vu par quels mécanismes l’EC peut amortir ou absorber, et c’est précisément cette capacité d’absorption qui peut être trompeuse, ambivalente, et différer les effets réels de pressions potentiellement délétères. Envisager le temps universitaire, non comme un cadre (ce qu’il n’est pas fondamentalement, précisément en raison de la faiblesse de ses temporalités-cadres) mais davantage comme une activité (invisible et labile : celle qui consiste à « fabriquer » des temporalités), nous paraît constituer à la fois un changement de paradigme dans l’étude des temps sociaux et un observatoire indispensable pour nous prémunir de certains raccourcis et malentendus sur les effets supposés directs des transformations professionnelles.

76L’autonomie universitaire, dans sa complexité, peut alors rejoindre, à ce titre, un ensemble de problématiques tout à fait en résonance avec les transformations du travail et leurs incidences sur l’individu contemporain. Au-delà de cette profession spécifique, elle renvoie à d’autres terrains professionnels où la notion de temps contraint, notamment, et son rapport à la flexibilité, demande à être repensée. Césard et Vincke (1996) constatent notamment que les salariés, dans les entreprises contemporaines, à l’ère d’une émancipation supposée, sont « à la fois plus autonomes et plus contraints ». Linart (2004), sur le terrain de l’entreprise, insiste également sur la reconfiguration des formes de pression temporelle. Datchary (2011) met en scène des managers chez lesquels la norme d’autonomie doit être conciliée avec la nécessité d’articulation des temporalités. Sur d’autres domaines, Bouffartigue et Bouteiller (2006) décrivent comment les infirmières travaillent en permanence, dès leurs études, à combiner et à concilier des temps sociaux concurrents et engageants. Laloy (2013), montre que, en dépit d’une géométrie horaire assez claire et « classique », la nature et l’intensité de l’engagement subjectif des assistants sociaux rend nécessaire et informe un travail d’articulation de leurs différents temps sociaux. Tous ces points d’observation font apparaître l’activité d’EC, en dépit de ses spécificités, comme un bon laboratoire de formes contemporaines de rapport au temps de travail.

Haut de page

Bibliographie

Aït Ali N., 2012. « Le rapport aux temps des enseignants-chercheurs », Mémoire M2, Toulouse, UTM.

Alter N., 2003. « Mouvement et dyschronies dans les organisations », L’année sociologique, 53, n° 2, p. 489-514.

Appay B., 2005. La dictature du succès, Le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation, L’Harmattan, Paris.

Bajoit, G., 2004. « Ruser avec soi-même. La place de la ruse dans la gestion relationnelle de soi » in Latouche S., Singleton M., Les raisons de la ruse, Paris, La Découverte-Mauss, coll. Recherches.

Becquet V., Musselin C., 2004. « Variations autour du travail des universitaires », Paris. Rapport d’enquête CSO.

Bouffartigue P., Bouteiller J., « Jongleuses en blouse blanche », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 18 novembre 2013. URL : http://temporalites.revues.org/334

Certeau (de) M., 1990. L’invention du quotidien. 1. arts de faire, Paris, Gallimard.

Cézard M., Vincke L., 1996. « Contraintes et marges d’initiative des salariés dans leur travail », in Données sociales : la société française. Statistique publique, Paris, Insee.

Chaulet J., Rouch J-P, 2013. « Le détail fait écran : capturer l’activité sur ordinateur », in Datchary C. (dir.), Le sens du détail, petit traité de méthode en sciences sociales ? Éditions du Bord de l’Eau, Paris.

Coulangeon P., Menger P-M., Roharik I., 2002. « Les loisirs des actifs : un reflet de la stratification sociale ». in Économie et statistique, n° 352-353, Temps sociaux et temps professionnels au travers des enquêtes Emploi du temps. pp. 39-55.

Datchary C., 2011. La dispersion au travail, Toulouse, Octares.

Datchary C., Licoppe P., 2007. « La multi-activité et ses appuis : l’exemple de la « présence obstinée » des messages dans l’environnement de travail », @ctivités, vol. 4, numéro 1.

Dubar C., 2009. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités, 1, 2004.

Dumazedier J., 1972. Vers une civilisation du loisir, Paris, Seuil.

Dumontier, F., Shon, J. P. K., 1999. « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de loisirs ». INSEE première, 675.

Fave-Bonnet M.-F., 2004. « Conflits de missions et conflits de valeurs. La profession universitaire sous tension », Connexions, 2002, 2, n° 78.

Faure S., Soulié C., Millet M., 2008. « Visions et divisions à l’université. Vers la fin du métier d’enseignant-chercheur ? », Recherche et formation 2008, 1, n° 57.

Gosselain O., 2011. « La désexcellence », article en ligne.

Grossin W., 1974. Le temps de la vie quotidienne. Paris. La Haye, Mouton.

Gumport P. J., 2002. « Universities and knowledge: restructuring the city of intellect » in Brint S., The Future of the City of Intellect. The Changing American University, Stanford, Stanford University Press.

Haicault M., 1984. « La gestion ordinaire de la vie en deux ». Sociologie du travail, n° 3.

Lalou S., 2000. « Attracteurs cognitifs et travail de bureau », Intellectica, n° 30

Laloy D., 2013. L’articulation des temps sociaux dans la profession d’assistant social, Enfances, Familles, Générations, no 18, p. 35-51

Linart D., 2004. La modernisation des entreprises, Paris, La Découverte.

Losego P., 2004. « Le travail invisible à l’université : le cas des antennes universitaires », Sociologie du travail, vol. 46, n° 2.

Luc A., thèse en cours. « Les temps interstitiels individuels, Transitions, articulations et cohérence des temps sociaux », Thèse de doctorat en sociologie, U.T.M., Toulouse

Melchior J-P., 2013. « Accélération des réformes et nouvelles contraintes temporelles dans l’enseignement supérieur et la recherche », Temporalités [En ligne], 17

Menger P.M., 2002. Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil.

Mercure D., 1988. « L’étude des temporalités sociales chez les femmes », in Les temps sociaux, (dir.) Mercure D., De Boeck Université, p. 217-227.

Musselin C., 2008. Les universitaires, Paris, La Découverte.

Nowotny H., Scott P., Gibbons M., 2001. Re-Thinking Science: Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty, Londres, Polity Press.

Rosa H., 2010. Accélération. Critique sociale du temps, La Découverte, coll. Théorie critique.

Rege Colet N., Romainville M. (dir.), 2006. La pratique enseignante en mutation à l’université, Bruxelles, De Boek.

Rouch J-P., Luc A., Robin E., 2005. Le temps libéré par le temps partiel, Rapport de recherche, volet du programme : « Les usages du temps libéré », dir. programme Jens Thoemmes, ACI « Travail » du Ministère de la recherche.

Rouch J-P., 2006. « Cahiers-temps et chronostyles, une approche compréhensive des emplois du temps » in Thoemmes J., de Terssac G., Les temporalités dans les sciences sociales, Octarès.

Sardan (Olivier de) J-P, 1998. « Émique ». in : L’Homme, tome 38 n° 147. Alliance, rites et mythes. pp. 151-166.

Terssac (de) G., Tremblay D.-G. (2000). Où va le temps de travail. Toulouse, L’Harmattan.

Theureau J., 2010. « Les entretiens d’autoconfrontation et de remise en situation par les traces matérielles et le programme de recherche cours d’action », Revue d’anthropologie des connaissances, 2010/2 (Vol 4, n° 2)

Winter, R. P., O’Donohue, W. 2012. « Academic identity tensions in the public university: Which values really matter? » Journal of Higher Education Policy and Management, 34(6), 565-573

Haut de page

Annexe

Enquêtés mentionnés (par ordre d’apparition dans le texte)

Age, discipline, statut, sexe, situation de famille (en couple ou célibataire, éventuellement enfant en bas âge ou âge scolaire)

A.

37 ans, Géographie, maître de conférences (MCF), H, en couple, 1 enfant

D.

41 ans, Sciences de l’information et de la communication (SIC), F., MCF, en couple, 2 enfants

V.

48 ans, Sciences physiques, MCF en CRCT, F. en couple, 2 enfants

N.

59 ans, Sociologie, professeur (PR), H., en couple

P.

38 ans, Philosophie, PR associé, H., célibataire

K.

37 ans, Sociologie, MCF, F., en couple

F.

42 ans, Linguistique, PR, F., en couple, 2 enfants

I.

46 ans, Mathématiques, MCF, H., en couple, 2 enfants

E.

38 ans, Informatique, PR, H., en couple, 2 enfants

C.

43 ans, Sciences vétérinaires, MCF, H., en couple, 2 enfants

H.

39 ans, Sociologie, MCF, H., célibataire

R.

52 ans, Sociologie, MCF, en couple, 1 enfant

B.

30 ans, Sociologie, chercheur, M., célibataire

L.

35 ans, Sociologie, doctorante, F., en couple, 1 enfant.

G.

33 ans, Sociologie, MCF, F., en couple, 3 enfants

J.

50 ans, Anthropologie, MCF, M., en couple.

Haut de page

Notes

1 Abrégé en EC dans la suite du texte.

2 Décret n° 84-431 du 6 juin 1984.

3 Dont le remplacement est prévu par la loi du 22 juillet 2013.

4 En témoignent notre terrain et les publications récentes sur les débats qui agitent l’université, pas seulement en France (Melchior, 2013 ; Winter et O’Donohu, 2012).

5 Il faut renvoyer ici aux multiples discours de nos enquêtés sur leur difficulté à expliquer moins la nature de leur activité que ses rythmes et ses exigences.

6 Contrairement à de nombreuses études se spécialisant sur tel ou tel segment de l'activité universitaire : par exemple, les modalités d’évaluation, de transmission et d’amélioration des pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur (Rege Collet et Romainville, 2006), ou l’analyse de cette activité universitaire par « matrice » disciplinaire (Faure, Soulié et Millet, 2008)

7 Nous assumerons donc ce terme dans les deux première parties de l’article, malgré quelques inconvénients dont son étymologie n’est pas le moindre. L’in-dividu EC ne se conduit pas toujours comme un tout cohérent, et nous avons d’ailleurs été très attentifs aux tensions et contradictions qui l’animent. Mais la construction de son emploi du temps peut être néanmoins envisagée au minimum comme une tentative pragmatique d’articulation des projets et des événements, et de réduction des incohérences.

8 Le cœur de la méthode est détaillé dans (Rouch, 2006). Voir également l’encadré méthodologique.

9 La manière dont s’est dégagée une sociologie des loisirs est assez caractéristique de ce paradigme. Même si J. Dumazedier (1972) déplore la radicalisation de l’écart entre un temps contraint moderne et un temps libre qui s’est conquis peu à peu, il la présuppose, et c'est là un acquis qui lui permettra de poser l’autonomie d’une sphère des loisirs nécessitant une sociologie spécifique.

10 Sur la dimension émique des matériaux discursifs recueillis : De Sardan (1998) importe le terme de l’anthropologie anglo-saxonne et ne retient comme noyau dur du concept que deux dimensions, celles du discours et des représentations, qui « définissent ensemble le registre des interprétations locales, exprimées ou exprimables ».

11 Il va de soi que ce « rien » n’est ici qu’une approximation. L’auto-prescription d’une activité peut trouver son origine dans de nombreux mécanismes potentiels : la « passion » vocationnelle, un ethos du travail, l’habitude, la socialisation, des stratégies de carrières, des négociations entre collègues ou des raisons psychologiques diverses, etc. Mais notre article ne s’est pas fixé pour objectif l’élucidation de ces rationalités souvent composites, voire inextricables.

12 Service d’enseignement à distance

13 Si l’on insiste sur les contradictions internes de l’individu envisagé comme un « système » de temporalités plus ou moins dissonantes.

14 Si l’on insiste sur la souffrance (petite ou grande) potentiellement vécue par l’individu dans son rapport aux temps (ce qui ne relève pas d’une distinction entre le « normal » et le « pathologique »).

15 Au sens strict aussi : elle compose un fichier-temps très chiffré (pourcentages de temps investis dans divers cadres d’activité : « recherche », « pédagogie », « admin_ens » et « divers »). Elle fournit en complément des tableaux réalisés sur plusieurs semestres, qui restituent le plus précisément possible ses temps de travail (« c’est compliqué à quantifier ! »). Elle « objective » ainsi suffisamment son activité pour monter et se montrer qu’elle travaille réellement à plein temps.

16 Nous retiendrons ici l'exemple significatif d'un enquêté qui entame sa journée de travail par une session matinale de 45 minutes de « synchronisation mails maison-fac ». Au cours de cette matinée, il quitte une réunion après consultation de ses mails, pour tenter de résoudre un « pb urgent étudiant stage Canada ». Il consacrera à 13h une trentaine de minutes à cette même activité de lecture de ses mails. A 18h30, les « mails de fin de journée » représentent l'une des quatre activités dans lesquelles il s'investit en parallèle jusqu'à 20h15. Une dernière salve de « mail perso » sera traitée pendant 45 minutes à 22h15, après « ado couché ». Il aura donc investi au moins deux heures de sa journée à la gestion des mails, dont 45 minutes à une méta-activité d'organisation de son activité de mailing (synchronisation des mails).

17 Au-delà du cas de V., de nombreux enquêtés insistent sur la nécessité d'en produire une trace à « faire remonter ».

18 Voir l’étude de cas développée en encadré.

19 « Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Threats ». Cette formule est par ailleurs une base d'élaboration de plans stratégiques utilisés dans les milieux d'affaires, pratiqués maintenant dans les universités.

20 Cette accélération du rythme de l'innovation technique (incarnée par les TIC), du rythme de vie et de changement social analysée par Rosa (2010) pourrait faire l'objet d'un développement que nous ne jugeons pas indispensable dans le cadre de cet article. Précisons simplement pour rejoindre notre propos que cette accélération pluridimensionnée provoque pour l'auteur une « compression du présent » qui dépouille les individus de leurs ressources temporelles et les contraint à un surinvestissement « du nombre d'épisodes d'action par unité de temps ». Cette accélération se traduirait subjectivement par une recrudescence du sentiment d’urgence, de pression temporelle, d’une accélération contrainte engendrant du « stress », ainsi que la peur de « ne pas pouvoir suivre ».

21 Le mot « tactique » sera ici préféré, se rapprochant ainsi par certains aspects de la notion envisagée par Michel de Certeau. Nous nous situons à la même échelle d’observation. Alors que la stratégie est un plan d’ensemble, la tactique est un mode d’exécution plus local qui doit s’adapter aux circonstances. La tactique peut être une action (plus au moins simple ou composite, plus ou moins réflexive), une opération isolée. Par ailleurs si elle renvoie, comme la stratégie, à un « art », un savoir faire plus ou moins compétent, son étymologie (et une racine commune : Tassein, Taxai : placer) la situe du côté de la tâche concrète.

22 Dans cette partie qui fait davantage référence à des constructions concrètes, c’est le terme « acteur » qui sera préféré, mais il faudra l’entendre dans son appréhension minimum « d’être agissant » et ne pas trop le charger d’arrière-fonds théoriques plus précis, mais plus encombrants.

23 À la suite notamment des travaux inauguraux de D. Mercure (1988), ou de Haicault (1984), plus récemment de Bouffartigue, Bouteiller (2006) sur la question de l’articulation des temps sociaux féminins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nawel Aït Ali et Jean-Pierre Rouch, « Le « je suis débordé » de l’enseignant-chercheur  », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2632 ; DOI : 10.4000/temporalites.2632

Haut de page

Auteurs

Nawel Aït Ali

Nawel Aït Ali
CEMS/IMM, EHESS
190-198 avenue de France
75013 Paris
aitali.nawel@gmail.com

Jean-Pierre Rouch

LISST-Cers. Université de Toulouse Le Mirail
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 9
jprouch@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page