Navigation – Plan du site
Lire

Catherine Spieser, L’emploi en temps de crise. Trajectoires individuelles, négociations collectives et action publique

CEE/Éditions Liaisons, 2013
Elisabeth Longuenesse
Référence(s) :

Catherine Spieser (dir.), L’emploi en temps de crise. Trajectoires individuelles, négociations collectives et action publique, CEE/Éditions Liaisons, 2013

Texte intégral

1Cet ouvrage est le produit d’un travail collectif, associant économistes, sociologues, juristes et statisticiens au sein d’une équipe pluridisciplinaire du Centre d’études de l’emploi. Certains des textes avaient fait l’objet d’une première présentation lors d’une journée d’études organisée en avril 2012. La cohérence de l’ouvrage et la solide introduction doivent beaucoup à la réflexion et aux échanges qu’elle avait permis. La rapidité de la parution, qui garantit l’ancrage dans l’actualité récente, est d’autant plus remarquable.

2Le « temps de crise » du titre est à prendre à la fois au singulier et au pluriel : il s’agissait de « rendre compte de la complexité des dynamiques de l’emploi en période de récession », d’« affiner la compréhension de la crise et de ses retentissements sur les individus », en inscrivant cette réflexion dans la longue durée et dans une perspective comparative européenne. Pour cela, dans la tradition des travaux du CEE, ont été associés et confrontés des travaux relevant d’une diversité de disciplines, d’approches et de méthodes.

3L’ouvrage est structuré en trois parties qui font varier l’angle et l’échelle de l’analyse.

4La première partie, « L’état de la crise », privilégie le point de vue des individus et des trajectoires, de leur situation par rapport au marché du travail, de leurs aspirations. Les trois premières contributions, à rebours des analyses macroéconomiques, choisissent d’interroger les effets différenciés de la crise de l’emploi sur différentes catégories de travailleurs ou de candidats à l’emploi. Ce choix de désagréger les catégories de l’analyse en distinguant les générations (jeunes v. seniors), le sexe (hommes v. femmes), mais aussi les secteurs d’emploi (industrie v. services), les métiers ou les filières de spécialisation, permet d’offrir une analyse très fine des processus en cours, et d’éclairer des évolutions au premier abord paradoxales : ainsi de l’inversion apparente de tendance quant à la vulnérabilité des femmes face au marché du travail, qui s’explique lorsque l’on remarque que les destructions d’emploi sont plus fréquentes dans l’industrie, où l’emploi est majoritairement masculin (ch. 2). L’analyse des trajectoires permet de même de mettre en lumière les conditions de retour à l’emploi, la montée du temps partiel, qui touche plutôt les femmes, ou le rôle des mises en pré retraite, qui concerne plutôt les hommes. Au sein d’une même filière, celle des études bancaires, le rapport des étudiants à l’avenir peut être très différent selon la spécialité choisie (ch. 3). Le paradoxe de l’amélioration de la qualité du travail en contexte de crise suscite en revanche plus de perplexité et pose une question de méthode sur laquelle je reviendrai plus loin (ch. 4).

5La seconde partie, « La bataille de l’emploi », déplace le regard vers les acteurs sociaux, en lutte pour la préservation de l’emploi, ou partenaires dans les négociations.

6Les deux récits de batailles syndicales, l’une perdue (Molex, ch. 5), l’autre gagnée (Bosch Vénissieux, ch. 6) sont particulièrement éclairants et instructifs. Chaque fois est mise en valeur, différemment, l’importance du collectif de travail et des sociabilités ouvrières, qui vient en contrepoint de la définition trop objectivante et quantitative de la « qualité du travail » proposée dans le chapitre précédent. Ces deux cas illustrent des configurations de négociations, des pratiques syndicales inscrites dans des contextes et héritiers d’histoires spécifiques. Dans les deux cas toutefois, apparaît en filigrane l’importance du contexte de la mondialisation et des délocalisations d’entreprises. Le chapitre suivant (ch. 7) change de registre et de niveau d’analyse et monte en généralité en proposant une analyse comparée des stratégies d’entreprise dans 3 pays européens (France, Italie, Allemagne) qui sont le produit de traditions de négociation propres à chaque pays, et dont les modalités tendent à évoluer, dans le sens d’un recul relatif du rôle de l’État.

7Dans la troisième partie, enfin, le point de vue est celui de l’État et des acteurs publics, des politiques publiques et des dispositifs réglementaires qu’elles mobilisent, qui sont analysées sur la longue durée, principalement dans le contexte français. Si le dispositif du chômage partiel est ancien, il apparaît qu’il n’avait pas le même sens à une époque où le ralentissement ou l’arrêt de la production avait une cause plus conjoncturelle que structurelle. Aujourd’hui, il tend de fait à se transformer en préparatif au licenciement plus qu’en protection contre le chômage (ch. 8 et 9). Le débat sur la relation entre flexibilité interne et externe, ici considérés comme des outils juridiques à la disposition des politiques de l’emploi (ch. 10 et 11) fait enfin écho à l’analyse de la stratégie des entreprises en la matière proposée dans la section précédente (ch. 7). Il en ressort en tout état de cause un glissement général vers une plus grande précarité de l’emploi, le soutien à la création d’entreprises étant sans grand effet.

8L’intérêt principal de l’ouvrage est ainsi de faire varier les points de vue et les échelles, les approches et les outils d’analyse, pour offrir une lecture de l’évolution du marché de l’emploi dans ses multiples facettes et enjeux, pour les travailleurs d’un côté, à travers les parcours d’emploi et l’expérience du travail, les acteurs sociaux et publics de l’autre, les stratégies mises en œuvre pour « préserver les emplois ». Les trois parties se complètent et les chapitres se font écho dans chaque partie, mais aussi de l’une à l’autre, par les divergences qui peuvent surgir, autant que par les convergences. La question de la « qualité » du travail, traitée de façon très technique au chapitre 4 par une économiste et un statisticien est révélatrice des problèmes de méthode que peut rencontrer ce type d’enquête : les auteurs eux-mêmes admettent à la fin de leur article que les données utilisées par l’enquête européenne qu’ils utilisent pourraient être réexaminées : non seulement elles omettent la question des rémunérations, mais surtout elles individualisent le rapport au travail et se fondent sur les réponses à des questions parfois ambiguës plutôt que sur des observations de terrain et des indicateurs matériels. Le contraste avec l’analyse du vécu des salariés licenciés et des succès du dialogue social dans les deux chapitres qui suivent est particulièrement saisissant. C’est bien tout l’intérêt d’une telle confrontation, qui permet de mettre à l’épreuve les méthodes d’enquête et de recueil des données et des informations. Sur un autre plan, certains résultats auraient mérité d’être mis en perspective d’évolutions non seulement nationales et européennes, mais mondiales. Le paradoxe est que ce sont les études de cas les plus localisées et les plus qualitatives qui, parce qu’elles traitent de luttes sociales, ouvrent sur la question des stratégies d’entreprises multinationales qui peuvent choisir de délocaliser leur production dans des pays où les salaires sont plus bas et les politiques sociales moins protectrices. Mais C. Spieser elle-même, coordinatrice de l’ouvrage et auteur d’un chapitre stimulant où elle compare les modes de négociation et de régulation de la flexibilité en France, Allemagne et Italie, met en garde contre le fait que celles-ci ne concernent que les emplois « standard », à l’exclusion des emplois précaires (CDD ou intérim). On aurait pu aussi évoquer le phénomène récent, mais probablement en train de se développer, de l’emploi de travailleurs étrangers délocalisés, avec des contrats suivant la législation de leur pays d’origine (permis par la fameuse directive Bolkenstein), et se demander dans quelle mesure on assiste à une diffusion rampante du « sud » vers le « nord » de formes d’emploi non encadré, non protégé.

9On l’a compris, le « temps de crise » est ici le contexte, non l’objet, d’une réflexion qui traite de la crise de l’emploi et de ses effets sociaux, des luttes et des négociations autour de l’emploi, et des politiques publiques en la matière. L’ouvrage intéressera donc avant tout les chercheurs spécialistes de ces questions. Une lecture au prisme de la question de ce que fait la « crise » au « temps » (Temporalités n° 13/2011) trouve toutefois largement matière à alimenter la réflexion. Mais de quelle crise parle-t-on ? C. Spieser, dans son introduction, évoque un défi méthodologique face à la difficulté à définir ce terme. Ce dont il est question au fil des chapitres est-il une crise, en principe conjoncturelle, temporaire, ou au contraire une évolution durable, une tendance lourde, liée à la désindustrialisation et à la mondialisation. Les effets des mutations en cours sur la vie des individus relèvent-ils d’une rupture dans des parcours, lorsqu’il y a licenciement, ou de tournants et de réorientation des trajectoires, lors de reconversions professionnelles ou de poursuite d’études pour faire face à l’incertitude ? Les deux premières parties de l’ouvrage s’inscrivent clairement dans cette problématique qu’un précédent numéro de Temporalités avait proposé d’explorer, qui articule ainsi le temps vécu par les individus et le temps social, temps de la négociation, et temps contraint par le marché, et travaillé par le politique et l’action publique. À rebours de la pression des marchés, le temps long de la négociation, dans cette entreprise atypique car non cotée en bourse qu’est Bosch, semble avoir été la condition d’une sortie de crise réussie, par une reconversion qui a permis la préservation de l’emploi (reconversion tournant et non rupture). La flexibilité interne ou externe, fil rouge qui relie la plupart des chapitres les uns aux autres, resserre la focale sur la relation entre le temps de travail et le temps du travail : entre chômage partiel et mise au chômage, que devient la place du travail dans quelle temporalité, selon les âges et les générations ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Catherine Spieser, L’emploi en temps de crise. Trajectoires individuelles, négociations collectives et action publique », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2649

Haut de page

Auteur

Elisabeth Longuenesse

Laboratoire Printemps, UMR 8085
elonguenesse@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page