Navigation – Plan du site
Lire

Paul Bouffartigue, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle

Paris, PUF, coll. Le travail humain, 2012
Mélanie Roussel
Référence(s) :

Paul Bouffartigue, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, PUF, coll. Le travail humain, 2012.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Paul Bouffartigue, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, offre un réel outil de réflexion pour penser les temporalités du travail aujourd’hui. Les auteurs reviennent, ici, sur les difficultés de la réduction du temps de travail, notamment au travers des « 35 heures ». Mais, contrairement aux débats de ces vingt dernières années, ils mettent en exergue les nouvelles formes de la disponibilité temporelle au travail, caractéristique de cette complexité qu’est la réduction du temps de travail, ainsi qu’un autre point peu mis en avant, le sens et par là le contenu du travail.

  • 1 Cf. Koselleck R., 1990, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (titre o (...)
  • 2 En l’occurrence les services en informatique, en conseil, l’industrie chimique, agro-alimentaire, l (...)

2La notion de disponibilité temporelle combine, ici, les travaux de Matéo Alaluf (2000) et de François-Xavier Devetter (2006). Ils reprennent au second les trois principes de cette disponibilité, à savoir la durée, la localisation et la prévisibilité des horaires, en l’incorporant dans la construction du marché du travail – puisque cette disponibilité ou plutôt cet « appariement de disponibilité temporelle » est une dimension essentielle du marché du travail pour le premier. En prime, ils ouvrent celle-ci aux différentes échelles de la vie humaine (journalière, hebdomadaire, annuelle, biographique) afin de saisir les « champs d’expériences » et les « horizons d’attentes » des salariés1 qui vont influer sur leur rapport au temps et leur trajectoire. C’est donc en partant de l’expérience des salariés, sur la base de 250 entretiens approfondis de cadres d’entreprises, professions intermédiaires, employés et ouvriers, dans différents secteurs2, que cet ouvrage montre l’importance de recherches menées sur des temps « longs », mettant ainsi en lumière une multiplicité de cas, sans pour autant mettre de côté un référentiel commun, ici trois idéaux-typiques : les normes, primo « fordienne », secundo « flexible autonome » et tertio « flexible hétéronome ». Les auteurs proposent donc une rupture avec toute vision globalisante qui laisserait entendre que « l’éclatement, la flexibilité, ou la désynchronisation des temporalités sociales » serait total et que la norme fordienne aurait disparu.

3Ce livre, comportant neuf chapitres, donne un ensemble de clés pour la compréhension du travail et du temps (la première partie), une présentation des trois normes temporelles (la deuxième) et de la matière afin de mieux les saisir (la troisième partie). Plus précisément, le premier chapitre expose aux lecteurs ce qu’on entend par « temporalités », notamment dans leur dimension plurielle et leur mise en tension autour et dans l’activité travail. Les auteurs, au contraire des théories sur l’accélération sociale et sur le présentisme induisant une dépossession des individus de leurs temporalités, défendent l’idée de pratiques diverses et variées pour se les réapproprier. Ils reviennent dans un deuxième chapitre sur la généralisation de la participation continue des femmes au marché du travail qui contribue à la crise de la norme fordienne à tendance masculine, ainsi que sur la continuité des inégalités dans la division du travail domestique, parental et professionnel (inégalités plus ou moins grandes selon le niveau de qualification). Le troisième chapitre, qui clôture cette première partie du livre, expose la mise en place des « 35 heures » jusqu’à leur détricotage progressif par une déréglementation néolibérale et finalement peu utilisée par les entreprises.

  • 3 Ce conflit, présenté p. 129-132, démarre en mars 2002 avec l’arrêt de travail des employées de ARCA (...)

4La deuxième partie définit ces trois normes temporelles qui se côtoient actuellement dans les mondes du travail. La norme fordienne, exposée dans le chapitre 4, dont l’apogée se situe entre les années 1930 et 1960, est une norme à dominante masculine, plutôt incarnée par des ouvriers de l’industrie, avec un employeur et un lieu de travail uniques, une séparation ainsi qu’une synchronisation des temps forts et une disponibilité temporelle reconnue par la majoration des heures supplémentaires et des horaires atypiques. Celle-ci s’amoindrit mais continue d’exister et d’être une référence voire une aspiration notamment pour les salariés de la norme flexible hétéronome définie dans le chapitre 6. Dans le chapitre 5, il s’agit de la norme flexible autonome, également à tendance masculine, mais cette fois-ci illustrée par des individus hautement qualifiés, avec un employeur et un lieu de travail qui peuvent être pluriels, une séparation faible avec les autres temps, mais une synchronisation forte et une reconnaissance sociale de la disponibilité avérée. Ces nouvelles formes de la disponibilité temporelle amènent les auteurs à se questionner sur la charge de travail (que l’on retrouve chez les cadres, sachant que la figure du cadre est hétérogène) qui, avec l’immersion de la productivité et de l’engagement subjectif des individus dans la nébuleuse des objectifs, tend à être de plus en plus exacerbée. Contrairement à cette dernière, la norme flexible hétéronome, formulée dans le chapitre 6, a une faible reconnaissance sociale et par là salariale, une synchronisation limitée avec les autres temps, une séparation variable et un employeur ainsi qu’un lieu de travail qui peuvent également être pluriels. Ici, on retrouve plutôt des femmes et des jeunes peu qualifiés qui sont aussi les plus exposés à la précarité et à la dépossession de leurs temporalités. Ces nouvelles disponibilités complexifient l’action collective mais ne l’empêchent pas. L’exemple d’un mouvement3 de contestation de femmes de ménage exprimant une résistance à la dérégulation du temps de travail en est la preuve. Ces salariées, à temps partiel, d’un sous-traitant d’une multinationale ont lutté et obtenu, en partie, gain de cause en voyant une augmentation du volume horaire de leur temps partiel, proche du temps plein des femmes de ménage employées en ligne directe par le donneur d’ordre, et une diminution des cadences de travail. Effectivement, ces catégories sont soumises à des contraintes temporelles au quotidien, que la durée formelle ne peut révéler, le temps de trajet, le temps capté c’est-à-dire un temps « libre » entre deux prestations au cœur d’une même journée, des contraintes redoublées par le fait que leurs employeurs sont également dominés dans le champ économique.

5Dans une troisième partie, les auteurs choisissent de donner encore plus de matière à leur propos en offrant une place prépondérante à la parole des acteurs, ainsi qu’aux données statistiques, éclairant ainsi davantage ces deux nouvelles normes. Par le biais d’extraits d’entretiens, d’encadrés et de tableaux, ils présentent un certain nombre d’éléments permettant de suivre les trajectoires de ces individus et leur rapport à cette disponibilité temporelle. C’est principalement sur les infirmières hospitalières qu’ils centrent cette dernière partie, sans qu’elle s’y réduise. Le chapitre 7 leur est consacré. Ils reviennent dans celui-ci sur les compétences temporelles, trop peu reconnues pour ne pas dire du tout, qu’elles vont développer au cours de leur carrière professionnelle, leur permettant de « jongler » avec diverses contraintes d’ordre temporel et aussi de mobiliser différentes ressources pour se réaliser au quotidien dans deux carrières distinctes, professionnelle et familiale, ce qu’ils montreront dans le chapitre 8. Le travail de nuit, étudié dans le chapitre 9, est d’ailleurs un moyen pour elles de parvenir à « arbitrer » ces deux vies. En effet, ce dernier chapitre va, quant à lui, se focaliser sur la maîtrise du travail de nuit, et par là interroger son contenu et le sens qu’il prend selon les secteurs. Les auteurs montrent ici en quoi le travail de nuit peut s’avérer être une ressource contre la précarisation pour les aides soignantes, et pour l’élargissement de l’horizon temporel chez les infirmières – et c’est en cela que les infirmières se rapprochent de la norme flexible autonome.

6Ce livre montre donc toute l’importance qu’il y a à prendre en considération les trois déterminations temporelles que sont le passé, le présent et le futur pour saisir les parcours professionnels. Il éclaircit ainsi également le bilan mitigé des « 35 heures » en présentant en filigrane une libération effective de temps relevant moins de cette réforme que de différentes stratégies au quotidien. Cet ouvrage intéressera en conséquence autant les chercheurs qui prennent pour objet les temporalités sociales elles-mêmes, que ceux qui les interrogent au travers du travail ou du genre.

Haut de page

Bibliographie

Alaluf M., 2000, « Le travail du temps », in G. de Terssac et D-G. Tremblay (dir.), Où va le temps de travail ?, Toulouse, Octarès, p. 203-213

Devetter F-X., 2006, « La disponibilité temporelle au travail des femmes : une disponibilité sans contrepartie ? », Temporalités, 4 | 2006, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 08 décembre 2013. URL : http://temporalites.revues.org/366

Haut de page

Notes

1 Cf. Koselleck R., 1990, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (titre original, Vergangene Zukunft, 1979), EHESS, Paris.

2 En l’occurrence les services en informatique, en conseil, l’industrie chimique, agro-alimentaire, les transports routiers, le ramassage des ordures ménagères, les ambulanciers, les sociétés de sécurité, l’hôpital, les cliniques privées, le commerce de détail.

3 Ce conflit, présenté p. 129-132, démarre en mars 2002 avec l’arrêt de travail des employées de ARCADE, sous-traitant du groupe hôtelier ACCOR.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Roussel, « Paul Bouffartigue, avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2650

Haut de page

Auteur

Mélanie Roussel

UMR 6054 CURAPP
melanieroussel@msn.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page