Navigation – Plan du site

Introduction

Jacques Commaille, Vincent Simoulin et Jens Thoemmes

Texte intégral

1Ce dossier consacré à « temporalités et action publique » traite des relations anciennes et contemporaines entre ces deux champs de recherche. Celles-ci ont changé de sens et de perspective depuis trois décennies. L’action publique a été profondément réformée dans de multiples domaines et de façon relativement convergente, puisque deux des objectifs de ces réformes ont été d’atteindre une rationalisation des temps et une mobilisation des subjectivités. Le problème des temporalités est redevenu un élément central dans l’analyse des politiques publiques, des actions des citoyens et des gouvernants. Les six articles qui composent ce dossier s’inscrivent dans ces réflexions. Ils montrent d’une part les enjeux sociaux et politiques qui émergent à cette occasion et d’autre part l’intérêt d’un programme de recherche pluridisciplinaire qui explicite davantage les liens entre temporalités et action publique.

2Cécile Collinet, Pierre-Olaf Schut, Jérémy Pierre et Christine Caluzio saisissent dans cette perspective la question des temporalités dans l’action publique à travers l’étude des politiques de vieillissement, un enjeu social de plus en plus crucial dans des pays dont l’âge moyen de la population croît. L’intérêt de ces politiques est également de combiner une anticipation de l’avenir et une inscription dans le présent, l’objectif étant de modifier les pratiques de personnes encore relativement jeunes pour réduire les maux et handicaps dont elles souffriront plus tard. On est donc ici au cœur de la réflexion sur une difficulté majeure de l’action publique pour articuler temps court des réformes et temps longs des conduites et des générations, mais aussi temps vécu et temps collectif et social.

3L’article montre ainsi l’évolution entre un enjeu mis à l’agenda sous le registre de la dépendance dans les années 1960 et qui va peu à peu se transformer en problème de financement de dispositifs lourds et difficiles à remettre en cause. Ce changement est en phase avec des logiques de responsabilisation et de capacitation qui se mettent parallèlement en place dans le domaine des politiques sociales et qui enjoignent aux individus d’assumer une part croissante de la définition de leur vie tout en leur proposant des objectifs assez impératifs. Les auteurs nous proposent ainsi une réflexion d’une part sur les difficultés temporelles auxquelles se heurte l’action publique lorsqu’elle aspire réellement à gouverner des conduites mais aussi sur les stigmatisations et inégalités qu’elle engendre de ce fait.

4François Bafoil et Bernd Weber se penchent sur les temporalités de l’européanisation de façon originale puisqu’ils montrent combien le processus d’élargissement de la décennie 2000 et la tentative de créer une « politique européenne de voisinage » au début de la décennie suivante sont affectés par l’oubli de l’histoire et du temps long. En imposant aux pays candidats un ajustement strict aux règles de l’UE et en niant ainsi la portée de leur héritage historique, les pays déjà membres de l’UE ont suivi une pure « logique des conséquences » lors du processus d’élargissement. Cela leur a évité de négocier des compromis entre eux qui renouvelleraient le fonctionnement de l’UE et leur a permis de s’exonérer d’une réflexion sur leur part de responsabilité dans le traitement subi par les pays d’Europe centrale et orientale après la seconde guerre mondiale. Cet oubli de l’histoire s’est doublé d’une stratégie qui a consisté à s’appuyer sur la socialisation des élites des nouveaux pays membres pour les convertir aux objectifs et aux pratiques de l’UE et ainsi surmonter les difficultés concrètes que représentait l’intégration effective de « l’acquis communautaire » pour des institutions qui en étaient fort éloignées.

5Cette stratégie a connu un apparent succès lors du processus d’élargissement, mais a créé, à plus long terme, une certaine amertume lorsqu’aussi bien les anciens pays membres que les nouveaux ont découvert les difficultés réelles posées par l’intégration. L’impossibilité de nier la dimension historique a été confirmée lors de la tentative de créer une politique européenne de voisinage. Les pays concernés, notamment l’Arménie, l’Azerbaïdjan et l’Ukraine, ont finalement refusé à la fin de 2013 de poursuivre ce processus. Ils ont ainsi affirmé la nécessité d’une « logique de l’appropriation », qui prenne en compte leurs identités et capacités et implique un plus grand équilibre des négociations. Au-delà de son intérêt empirique et théorique pour le processus d’européanisation et ses limites, le cas traité par François Bafoil et Bernd Weber éclaire donc aussi combien la maîtrise de l’histoire et des temporalités est affaire de pouvoir et de domination.

6Jean-Marie Pillon et Olivier Quéré poursuivent cette réflexion sur le pouvoir lié à la maîtrise des temporalités en proposant une analyse des constructions des emplois du temps dans les administrations. Cette analyse s’inscrit dans la double approche que propose ce dossier. En ce qui concerne la façon dont l’action publique structure les temps, les auteurs analysent les plannings produits par l’encadrement intermédiaire dans leur rôle organisateur de l’activité au sein des Pôles emploi. Cette recherche montre notamment que la façon dont les temps d’un agent sont planifiés, est intimement liée à son statut, à son avenir professionnel et à ce que l’institution et ses collègues anticipent pour lui. La manière dont les futurs cadres sont formés à l’usage des plannings dans les Instituts régionaux d’administration est également riche d’enseignements. L’étude met en lumière l’importante sensibilisation des agents au rôle de la gestion du temps, des rythmes de travail et de la planification coordonnée dans le pilotage et le management des équipes.

7Mais les plannings sont aussi un objet de lutte entre les agents et dans l’élaboration des stratégies. Les luttes pour le contrôle du temps de travail pèsent ici sur les formes et les modalités de l’action publique. Le planning réellement mis en œuvre n’est pas celui que souhaiterait la hiérarchie, il est adapté ou parfois « négocié » par les agents en position de force. Le « sale boulot », comme la réception des chômeurs les plus en difficulté dans le cas de Pôle emploi, est alors délégué aux agents les moins « légitimes » et les moins formés à des tâches qui constituent pourtant le cœur de la mission de l’institution. À ce titre, l’étude des plannings montre que l’importance du contrôle du temps des agents est fonction des impératifs globaux de performance et de rationalisation budgétaire tout en relativisant la portée des entreprises de rationalisation relevant de la nouvelle gestion publique.

8Édouard Gardella porte son regard sur le processus d’accélération du temps que connaissent depuis plusieurs années la plupart des politiques publiques, et plus précisément celle de l’hébergement des sans-abri. C’est l’occasion pour lui de mettre à l’épreuve le concept de « chronopolitique », illustré par les usages de Hartmut Rosa (2010) en termes de lutte politique pour définir les temps auxquels est soumis autrui mais qui peut également caractériser la façon dont un individu articule le passé, le présent et l’avenir. Jusqu’à 2007, cette chronopolitique était « ponctualiste », les règles institutionnelles limitant et régulant l’accès à l’hébergement d’urgence sans permettre de la continuité. La mobilisation de l’année 2005 et la conjoncture favorable due à l’élection présidentielle permettent alors l’adoption d’une loi en 2007 qui garantit une continuité de l’hébergement d’urgence aux sans-abri.

9L’enquête montre pourtant la faible influence de cette loi et une persistance de la chronopolitique ponctualiste après 2007. Elle s’explique par la pénurie de places disponibles, la crainte de l’administration d’accroître la demande en augmentant le nombre de places et le désarroi des travailleurs sociaux face à une politique de continuité qui pourrait transformer le logement d’urgence en logement gratuit sans contrepartie. Cet article nourrit donc les pistes quant aux difficultés du changement et à sa mise en place progressive par des réformes successives. Par son illustration du concept de « chronopolitique », il alimente également la réflexion sur l’un des enjeux majeurs de la dimension temporelle en matière d’action publique : le pouvoir qu’elle recèle de contraindre autrui et d’agir sur lui.

10Benoît Bastard, David Delvaux, Christian Mouhanna et Frédéric Schonaers présentent dans ce dossier une analyse comparative des réformes visant à accélérer le temps judiciaire en matière de divorce en France et en Belgique. Alors que la justice prisait un temps long synonyme d’indépendance mais aussi de majesté, elle s’est heurtée d’une part à la montée du nombre de divorces et d’autre part à une exaspération croissante devant une majesté devenue lenteur. Dans ce domaine également, le nouveau management public a fait sentir sa marque, en imposant une accélération du temps, des réformes organisationnelles de grande ampleur et une exigence de plus grande écoute des justiciables.

11Grâce à l’étude de cinq juridictions en France et en Belgique, les auteurs montrent certes des différences importantes dues à la taille des organisations étudiées et aux politiques mises en œuvre dans les deux pays, mais aussi une même logique qui consiste à rationaliser le processus de divorce, à privilégier la recherche du consensus entre les parties et donc à faire reposer sur elles une part croissante du processus de résolution du conflit. S’impose ainsi, sur un fond affiché d’écoute attentive, un seul modèle qui est celui de la prise en charge par les parties du coût psychologique et relationnel de leur séparation. L’objectif de remédier à la lenteur inhumaine aboutit finalement à refuser toute singularité à chaque divorce et à repousser bien au-delà du temps de son traitement judiciaire le travail de deuil et de reconstruction des individus.

12Jacques Commaille, Vincent Simoulin et Jens Thoemmes achèvent ce dossier par une analyse à partir de différentes recherches. Le point de vue proposé est de situer les phénomènes de l’accélération dans le cadre d’une perspective de l’hétérogénéité persistante des temporalités. Les auteurs opposent au passage d'un temps long, linéaire, cumulatif, chronologique à un temps court et chaotique, une alternance entre les deux temps donc une temporalité duale, d’action publique de court et de long terme, précipitée et mûrie, émotionnelle et rationnelle.

13Cette alternance des temps courts et longs a été d’abord saisie par la littérature autour de deux types d’opposition : temps linéaire versus temps imprévisible et stabilité versus changement. Pour défendre la thèse d’une alternance sectorisée, les auteurs montrent la combinaison contemporaine des temporalités. Trois terrains de recherche mettent en lumière la diversité des temporalités au sein même de l’action publique : imposition « contre-nature » des temps courts aux temps longs du droit dans les réformes juridiques ; persistance des temps longs et fenêtres d’opportunité pour l’action publique sur le temps de travail ; recours aux appels à projet privilégiant des temps courts mais supposant une longue préparation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Commaille, Vincent Simoulin et Jens Thoemmes, « Introduction », Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2693 ; DOI : 10.4000/temporalites.2693

Haut de page

Auteurs

Jacques Commaille

ISP Cachan, UMR 7220
commail@isp.ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Vincent Simoulin

CERTOP, UMR 5044
simoulin@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Jens Thoemmes

CERTOP, UMR 5044
thoemmes@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page