Navigation – Plan du site

L’articulation des temporalités dans les politiques de prévention du vieillissement

La prise en compte des activités physiques et sportives comme outil d’anticipation du bien vieillir
The interplay of temporalities in public health policies to prevent ageing. Taking physical activities and sports into account as tools to prepare a healthy old age.
Articulación de temporalidades en las políticas de prevención del envejecimiento. Las actividades físicas y deportivas como herramienta de anticipación del buen envejecer
Cécile Collinet, Pierre-Olaf Schut, Jérémy Pierre et Christine Caluzio

Résumés

La prévention du vieillissement est au cœur des politiques publiques de la santé. De nombreux dispositifs sont ainsi proposés aux différentes échelles de l’action publique afin de promouvoir le vieillissement réussi ou le vieillissement actif ou encore le bien vieillir. Dans les plans et programmes, trois piliers semblent se dégager au cœur des mesures préventives pour la santé des personnes âgées : la nutrition, l’activité sociale et la pratique des activités physiques et sportives (APS).
Notre intérêt se porte sur la politique de prévention de la vieillesse de manière générale ainsi que sur l’usage des APS comme outil privilégié de celle-ci et du maintien en bonne santé des personnes âgées. Ces deux axes permettent de questionner les temporalités de manière plurielle et de faire ressortir leurs articulations et leurs éventuels désajustements.
Poser la question de la temporalité invite à questionner le temps long des transformations économiques, sociales ou scientifiques et les temps moyens ou courts des incitations des organisations internationales et des plans et programmes nationaux. De surcroît, en tant que politique préventive, la prévention du vieillissement a un rapport singulier à la temporalité en termes d’anticipation des risques. L’action publique doit ainsi articuler urgence et anticipation, se déployer dans le court terme en intégrant une projection d’un futur plus ou moins lointain. Enfin, les temporalités jouent aussi au niveau du public cible et des effets escomptés. Les plans reposent sur des transformations des conduites qui ont une portée temporelle très différente de celle des réformes et se confrontent aux parcours de vie des acteurs concernés inscrits dans un temps plus long et dans un temps subjectif.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Pensée au service d’intérêts économiques et dotée à partir du XIXe siècle d’une dimension sociale, la prévention semble devenue après la Deuxième Guerre mondiale une prérogative de l’État puis un véritable référentiel d’action publique. Desrosières (2003) précise à ce sujet que l’État libéral, qu’il situe à partir des années 1990, se caractérise par l’extension des domaines relevant d’une responsabilité collective et l’élargissement du spectre de la prévention. La prévention sera étroitement associée à l’éducation pour la santé tout au long de la vie. La prise en compte de la dimension socio-économique de la santé – et non plus seulement privée et individuelle – va imprégner les institutions mobilisées autour de la prévention aux différentes échelles de la gouvernance mondiale et nationale1 et contribuera à la multiplication des dispositifs. Des populations seront plus spécifiquement définies comme cibles et compte tenu de l’évolution démographique des pays développés occidentaux, les personnes âgées vont être particulièrement concernées. L’objectif est de participer au recul du seuil de la vieillesse, de faire en sorte qu’elle se déroule dans de bonnes conditions de santé, de repousser et d’éviter, dans la mesure du possible, la perte d’autonomie débouchant sur la dépendance. La gestion de cette dernière par le pouvoir politique semble, en outre, être devenue un défi médical, social et financier particulièrement important.

2Ainsi n’est-il plus seulement important de proposer des politiques de la vieillesse pour encadrer cette période de la vie, il s’agit aussi de lutter contre le vieillissement (Trincaz, 2008) voire de mettre en place des mesures antivieillissement. Dans cette perspective, on peut relever de nombreux dispositifs veillant à promouvoir le vieillissement réussi, le vieillissement actif (Moulaert, Léonard, 2012) ou le bien vieillir (Aquino, 2008)2. Ceux-ci prennent la forme au niveau international de plans ou programmes. En effet les organisations internationales, reconnues comme des acteurs clés des politiques publiques (Petiteville, Smith, 2006) s’intéressent au vieillissement de la population mondiale depuis les années 1970 et intègrent une véritable politique de prévention du vieillissement à partir des années 2000.

3Dans ces plans et programmes, trois piliers semblent se dégager au cœur des mesures préventives pour la santé des personnes âgées : la nutrition, l’activité sociale et la pratique des activités physiques et sportives (APS) dont les nombreuses études (comme en témoigne le rapport de l’INSERM en 2008) ont montré l’impact sur le maintien et l’amélioration de la santé depuis une vingtaine d’années. Notre intérêt se portera sur ces plans internationaux et nationaux pensés de manière cohérente (Moulaert, Léonard, op. cit.) et sur la politique de prévention de la vieillesse de manière générale ainsi que sur l’usage des APS comme outil privilégié de celle-ci et du maintien en bonne santé des personnes âgées. Ces deux axes permettent de questionner les temporalités de manière plurielle et de faire ressortir leurs articulations et éventuels désajustements.

4La prévention du vieillissement devient un axe politique cadré au niveau international et national. Comme toute politique publique, celle-ci entretient un rapport étroit à la temporalité pensée en termes de mise sur l’agenda, de planification, d’effets escomptés dans un temps donné et d’évaluation selon un modèle séquentiel largement travaillé depuis les travaux séminaux de Jones (1970). De surcroît, en temps que politique préventive, la prévention du vieillissement a aussi un rapport singulier à la temporalité en termes, notamment, d’anticipation des risques. Pour impulser, construire et justifier une politique préventive, il faut s’appuyer sur une scénarisation du futur et être capable de l’anticiper dans une situation qui a une relative urgence (les frais de la dépendance ne pourront être supportés par une assurance maladie déjà mal en point ; les seniors devront travailler plus longtemps). L’action publique doit ainsi articuler urgence et anticipation, se déployer dans le court terme (mettre en place actions et dispositifs) en intégrant une projection du futur. En outre, l’analyse serait incomplète si nous en restions à l’analyse des textes sans interroger les impacts des mesures sur les publics cibles. Les plans reposent en effet sur des transformations des conduites, des processus d’apprentissage, de socialisation… qui ont une portée temporelle très différente de celle des réformes. Nous nous demanderons, ainsi, comment, dans les plans eux-mêmes, cet asynchronisme est pensé mais aussi comment se réalise la confrontation entre le temps court des réformes et le temps des acteurs concernés inscrit dans une temporalité plus longue.

5Notre étude sera présentée en trois temps. Nous questionnerons pour commencer les temporalités sur des échelles de temps diversifiées pour comprendre l’émergence3, la mise sur l’agenda politique (Cobb, Elder, 1983) ou l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité (Kingdon, 1984) de la politique de prévention du vieillissement. Nous nous attacherons ensuite à la nécessité d’anticipation du futur reposant sur des scénarisations de celui-ci (Chateauraynaud, 2013) caractéristiques des politiques préventives et de propositions d’actions dans des échelles temporelles variées. Enfin, la question de l’articulation des temporalités se posera aussi dans l’aporie classique soulignée par Dubar et Rolle (2008) entre le temps englobant, collectif, objectivé (celui des dispositifs et actions des politiques publiques) et celui individuel, vécu, subjectivé qui est celui des personnes, pensé en termes de parcours de vie.

6Pour étayer notre raisonnement, nous nous appuyons sur différentes données4. En premier lieu, nous avons constitué un corpus à partir des textes marquants spécifiques à la question du vieillissement depuis les années 1960, émanant des institutions internationales (ONU, OMS, OCDE, UE) et de l’État français. Ces textes ont été retenus car ils marquent des évolutions significatives dans les conceptions de la question du vieillissement et dans les modes d’actions envisagés. Sur une période plus récente, à partir des années 2000, notre focale sur l’usage des activités physiques dans la prévention du vieillissement nous a amenés à élargir le recueil des programmes à l’échelle nationale en incluant les programmes spécifiques aux APS ou ceux liés à la nutrition. Au total, le corpus se compose de près de 40 textes5. Enfin, une enquête par questionnaires auprès de la population des seniors (n = 286) des deux départements que nous avons investigués dans le cadre d’un projet financé sera mobilisée6.

2. La mise sur l’agenda des politiques de prévention du vieillissement et l’articulation des temps longs, moyens et courts

7Les politiques de prévention du vieillissement s’inscrivent dans des temps longs, moyens et courts et aboutissent à la mise sur l’agenda (Cobb, Elder, op. cit. ; Cobb, Ross, Ross, 1976) des politiques de prévention du vieillissement. Comme l’a fait Bossy (2010) à travers l’analyse des politiques de lutte contre l’obésité, nous adopterons l’approche de Kingdon (2010) par les « courants » pour appréhender les temporalités des facteurs responsables de la mise en œuvre de l’action publique face à la question du vieillissement.

8Selon Kingdon, trois conditions doivent être réunies pour comprendre l’ouverture d’une fenêtre d’opportunités pour l’action publique. La première est liée à la définition d’un problème. Il est souvent possible d’identifier les premiers signes d’un problème sur une longue durée. Suivant les cas, il finit par émerger aux yeux des décideurs politiques de manière brutale, à travers un événement symptomatique, ou à la suite d’une montée progressive en puissance. La seconde condition est l’existence de solutions susceptibles de résoudre le problème préalablement défini. Le courant des politiques publiques s’appuie sur l’idée d’une « soupe primitive » dans laquelle sont mélangés les ingrédients de l’action publique. Elle est donc nécessairement postérieure à l’émergence du problème mais reste à « mijoter » suivant une durée variable. Elle nourrit les réflexions jusqu’à ce que survienne la troisième condition : l’action du politique qui, elle, s’inscrit sur une temporalité plus courte. C’est seulement à travers la prise en charge par les acteurs du monde politique que peut s’ouvrir une « fenêtre d’opportunités » qui rend possible l’action publique.

2.1. Historiciser le problème : du baby-boom au papy-boom

9Le passage de la question au problème du vieillissement se construit progressivement tout au long de la seconde moitié du XXe siècle. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, le système social français est (re)construit et les caisses de la sécurité sociale se voient attribuer une mission importante : celle du financement des retraites pour les salariés. De cette manière, les travailleurs peuvent « finir dignement leurs jours »7. À une époque où l’espérance de vie à la naissance est inférieure à 60 ans pour les hommes, cet engagement représente une charge limitée pour le gouvernement. Le système de répartition mis en place, conjugué au phénomène démographique du baby-boom, maintient l’équilibre économique du dispositif pendant plusieurs décennies. Aussi, le problème du vieillissement émerge lentement.

10Le premier phénomène, s’inscrivant dans un temps long à l’échelle de plusieurs décennies, est lié à l’allongement de la durée de vie et ses conséquences, notamment pensées en termes de dépendance (Ennuyer, 1998), celle-ci organisant les politiques de prévention du vieillissement depuis les années 1990. L’espérance de vie croît pour atteindre aujourd’hui environ 80 ans. Il en résulte une double conséquence : les soins de santé sont de plus en plus importants (Albouy et al., 2009) et les pensions de retraite sont versées de plus en plus longtemps. Ces deux phénomènes pèsent lourdement sur l’équilibre financier du système de protection sociale qui est doublement mis à contribution. Il faut attendre les années 1980 pour que les économistes tirent la sonnette d’alarme et interpellent les politiques sur cette question. Vernière (1990a) met en évidence le problème du financement des retraites après l’an 2000 et milite pour une réforme du système social (Vernière, 1990b). Même à ce moment, le discours des économistes est fondé sur des perspectives à long terme. Les premiers baby-boomers atteindront l’âge de 60 ans à partir de 2005-2006, soit près de quinze ans plus tard.

11En outre, la vieillesse ne se pense plus seulement en termes de risques encourus (notamment ceux du financement des retraites et de la dépendance) mais aussi en termes de ressources et de richesses. En effet, la vieillesse a pris un nouveau visage (Bois, 1994) ; elle est devenue plurielle (Bourdelais, 1997). Une nouvelle période émerge dans la vie des hommes : le 3e âge, marqué par la fin des obligations professionnelles et la préservation du capital santé (Caradec, 2008). L’épanouissement personnel à l’âge de la retraite passe par le renforcement des relations sociales, le maintien de la santé et la consommation qui dynamise la silver economy.

12Ce contexte brossé à grands traits met en évidence que l’émergence du problème du vieillissement s’étend sur une longue durée où l’unité de temps s’exprime en décennies. En effet, la question du vieillissement progresse doucement pendant les années 1960-1970 avec l’allongement de la durée de la vie et la transformation de la représentation des personnes âgées8. Depuis lors, le problème monte en intensité jusque dans les années 2000 où l’évolution quantitative de la proportion des personnes âgées lui donne une tout autre intensité.

2.2. Conditions d’émergence et de diffusion des APS au service du vieillissement actif

13Différentes politiques publiques ont été pensées pour répondre aux problèmes du vieillissement (Gucher, 1998). Elles constituent la « soupe primitive » (Kingdon, op. cit.), dans laquelle l’acteur politique peut puiser des solutions aux problèmes qui se posent. En outre, l’une des caractéristiques des politiques sanitaires en France est le passage progressif, dans les années 1970, d’un mode d’action fondé sur le curatif à la définition de mesures préventives, comme a pu le montrer Bossy (2010). Cette bascule est fondamentale pour expliquer la place qu’occupent aujourd’hui les APS dans les politiques de prévention du vieillissement. En effet, si la pratique sportive ne soigne pas les personnes âgées, elle apparaît comme un outil de prévention. Cette idée ne peut émerger que si se constitue un corps de savoirs liés au rôle des APS dans le maintien et le développement de la santé.

14Ainsi, faudra-t-il attendre les années 1960 pour qu’une communauté épistémique spécifique portée par le corps médical voit le jour (Rieu, 2010). La synthèse réalisée par l’INSERM en 2008 rend compte de l’étendue des travaux sur le sujet. Plus récemment, les recherches se sont portées sur le rôle spécifique des APS dans la prévention de pathologies chroniques (Vogel, Brechat, Lepretre et al., 2009) ou dans le maintien des facultés cognitives des personnes âgées (Audiffren, André, Albinet, 2011) et notamment la mémoire. Les travaux sur le rôle des APS dans la prévention du vieillissement concernent également toutes les pathologies « normales » liées au vieillissement comme la sarcopénie ou l’ostéoporose par exemple mais aussi les risques de chutes et plus généralement le maintien d’une activité sociale et la lutte contre la dépression de la personne âgée… À partir de là, les APS apparaissent comme un moyen d’action pertinent pour les politiques publiques et trouvent un rôle grandissant dans les dispositifs de prévention du vieillissement.

15Cette fonction attribuée aux APS s’inscrit dans une temporalité nécessairement plus courte que celle évoquée précédemment pour l’émergence du problème. Dans les premières réflexions sur la prévention du vieillissement, les APS ne représentent qu’un ingrédient accessoire dans la soupe primitive qui s’élabore. Ce n’est qu’au tournant du siècle que les APS prennent une place à part entière autour de la notion de vieillissement actif défendue par l’OMS lors de la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement de Madrid en 2002. Progressivement, les APS deviennent, avec la nutrition, les piliers de la prévention du vieillissement (Collinet, Schut, Pierre, 2013). L’American Sports Medicine établit des prescriptions simples pour pouvoir bénéficier des bienfaits des APS sur la santé ; puis l’OMS les adopte. En 2007, Haskell et al. mettent à jour ces prescriptions en spécifiant certains aspects à destination des personnes âgées de plus de 65 ans et des personnes de plus de 50 ans atteintes de maladie(s) chronique(s). Dès lors, les APS représentent un moyen reconnu pour lutter contre les effets du vieillissement.

16Il est intéressant de noter que le courant des politiques publiques s’étend sur une temporalité plus réduite qui est nécessairement postérieure à la définition du problème et qui peut également être plus éphémère que le problème lui-même.

2.3. Le temps de l’action : la définition du Plan National Bien Vieillir (PNBV)

17Le temps de l’action politique proprement dite est encore plus court que les deux précédents. Le cycle électoral est le premier phénomène structurant qui cadre les limites de son action (Cautrès, Jadot, 2007). Durant son mandat, le gouvernement traite successivement les problèmes publics par ordre de priorité. C’est le fondement même de la notion de « mise sur l’agenda ». Différents travaux ont montré que le moment du politique est déclenché par des stimuli divers (Evrard, Matagne, 2009) et il nous faut identifier ceux qui mobilisent l’action publique orientée vers les politiques « vieillesse ».

18Pour cette partie de l’analyse, l’attention se focalise sur la mise en place du PNBV en 2003 en France. Ce programme est le premier dispositif français en matière de politique de prévention orientée vers les seniors qui place les APS au cœur de l’action publique. En effet, il rappelle l’importance d’avoir une activité physique régulière pour préserver son capital santé le plus longtemps possible. De plus, ce programme a été consolidé en 2005 et renouvelé en 2007. Ainsi, la ligne de conduite établie en 2003 s’est avérée suffisamment pertinente pour disposer de la confiance renouvelée des élus.

19En mai 2002, le président Jacques Chirac est réélu à la présidence de la République Française. Au mois de juin, l’élection des députés confère à son parti la majorité absolue à l’Assemblée Nationale. 2002 est également une année marquée par une succession d’incitations des instances internationales, notamment l’OMS avec Active Ageing. Puis, au mois de septembre, le secrétaire d’État chargé des personnes âgées affirme sa volonté d’engager des mesures importantes dans le domaine de la prévention. En effet, il propose aux gouvernements la création d’un Comité Européen de Prévention afin de développer la comparaison et la valorisation des stratégies de promotion de la santé. Ainsi, il y a une conjoncture favorable au niveau national et international pour dynamiser l’action publique. Une fenêtre d’opportunité est ouverte et permet aux élus d’agir rapidement. Dès le mois de mars 2003, le Premier ministre, le secrétaire d’État et le ministre chargé des sports annoncent ensemble la mise en place du PNBV. Le temps du politique s’inscrit ici nettement dans le cadre d’une conjoncture rythmée par le cycle électoral et stimulée par les instances internationales. La durée considérée s’étend également sur une période beaucoup plus courte. De la nomination du gouvernement au lancement du Programme, il ne s’est écoulé que quelques mois.

20La mobilisation du modèle des courants de Kingdon (op. cit.) autour de la question des politiques de prévention du vieillissement met clairement en évidence que trois temporalités coexistent. Aussi, pour comprendre la mise en place du PNBV, il est important d’appréhender sa genèse dans sa profondeur historique (Évrard, Matagne, op. cit.). De plus, il est également nécessaire d’établir les relations entre les événements. L’ouverture d’une fenêtre d’opportunité n’est pas une simple addition d’événements passés ; il s’agit davantage d’un moment particulier pendant lequel les différents phénomènes à l’œuvre sont en phase pour déclencher l’action publique. Ainsi, si les temporalités sont différentes parce qu’elles sont induites par des processus de nature différente, il existe bien une interdépendance entre elles ; et c’est bien la configuration de cette relation qui aboutit à la mise sur l’agenda.

3. Les futurs des politiques de prévention du vieillissement

3.1. La mise en scène d’un futur problématique

21Les politiques publiques centrées sur la prévention contiennent plus que d’autres une inscription de la temporalité au cœur même de leur objectif et invitent à penser les relations entre passé, présent et futur. Le terme prévention signifie en effet « devancer, aller au-devant de » et « avertir de ». Il s’agit bien de construire des prises sur le futur comme le précise Chateauraynaud (2013) pour intervenir sur celui-ci de façon efficace. Prévenir implique une série d’opérations dont la première est la mise au jour de risques à venir. L’idée de prévention implique donc qu’il existe des risques avérés et établis dont l’importance est socialement reconnue. Le vieillissement de la population et ses conséquences sont ainsi souvent présentés comme des risques majeurs dans les différents travaux sur le vieillissement comme ceux de Forette :

« La pyramide des âges de la population française évolue vers une augmentation de la proportion des plus de 80 ans qui va tripler entre les années 2000 et les années 2050 (United Nations, 2009). Il y a donc bien un risque de voir s’accroître le nombre des personnes dépendantes. » (Forette, 2012, p. 28).

22Les programmes internationaux usent des mêmes mises en garde :

« Le vieillissement de la population va devenir un problème majeur dans les pays en développement, où l’on prévoit une croissance rapide du phénomène au cours de la première moitié́ du XXIe siècle (…). Cette modification de la pyramide des âges pose un important problème en matière de ressources » (Assemblée mondiale du vieillissement, 2002, Introduction, p. 6).

23C’est sur la prévision des conséquences de certaines transformations, en l’occurrence ici le vieillissement de la population et ses implications sociales et économiques (notamment son financement), que s’appuient les programmes de prévention aux différentes échelles. La construction de « prises » sur le futur implique de modéliser des visions de celui-ci remplissant une fonction prédictive, ressort décisif pour l’action politique. Pour le cas qui nous intéresse, les mesures proposées s’appuient sur une série de constats prévisionnels, dont on peut dater le commencement dans les années 19709, et qui donnent à voir un futur problématique. Nous pouvons ainsi trouver de manière très fréquente une scénarisation (Chateauraynaud, Delbaz, 2013) chiffrée de celui-ci ayant une fonction d’alerte. On retrouve, par exemple, ce panorama chiffré dans les différentes campagnes internationales sur la prévention du vieillissement :

« Le XXe siècle a été marqué par un accroissement spectaculaire de la longévité. L’espérance de vie moyenne à̀ la naissance est aujourd’hui de 66 ans, soit une progression de 20 ans depuis 1950 et devrait encore augmenter de 10 ans d’ici à̀ 2050. Du fait de cette progression remarquable et de la très forte croissance attendue de la population au cours de la première moitié du XXIe siècle, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans passera d’environ 600 millions en 2000 à près de 2 milliards en 2050 et la proportion de personnes dites âgées devrait passer de 10 % en 1998 à 15 % en 2025. » (Assemblée mondiale du vieillissement, 2002, Introduction, p. 5).

24Ces projections, s’inscrivant dans un continuum liant le passé et le futur dans l’extrait qui précède, peuvent aussi être plus alarmistes comme en témoigne le titre de l’article d’A. Parant, Le vieillissement démographique. Chronique d’un tsunami annoncé, et dans lequel on peut lire :

« L’avancée en âge des générations du baby-boom et l’inéluctable vieillissement qu’elle va induire vont, en effet, très fortement altérer l’ordre sociétal actuel. Le refus collectif des anticipations alarmistes, les tergiversations et les crispations diverses ont joué contre la mise en œuvre précoce des mesures et des moyens qui auraient permis de lisser au mieux les effets du choc démographique à venir. Et lorsque, tardivement, des réformes ont été entreprises – dans le champ de la retraite, plus particulièrement –, elles ont été sous-calibrées, de sorte que l’ouvrage doit être très rapidement remis sur le métier pour tenter de sauvegarder ce qui peut encore l’être. » (Parant, 2007, p. 136).

25Le passé est ici présenté comme responsable de la situation présente et future par son incapacité à avoir pu anticiper l’évolution du processus de vieillissement et ses conséquences et, pire encore, par son refus d’agir.

26Ainsi ce futur critique est-il souvent représenté en insistant sur les problèmes de gestion de la dépendance des personnes âgées ; dépendance qui ne peut qu’augmenter et qui représente l’horizon individuel et collectif à prévenir et à éviter (Ennuyer, op. cit.).

3.2. Anticipation du futur et déphasage des temporalités

27Les divers travaux sur le vieillissement mettent en avant la possibilité d’une intervention positive sur un futur problématique par une action d’anticipation qui permettrait de changer le scénario d’un vieillissement pathologique de la population entraînant l’augmentation des dépenses de santé déjà trop importantes dans le présent. Comme le précise D. Argoud (2012), les pouvoirs publics ont bien vu l’intérêt qu’ils avaient à promouvoir une politique préventive : elle est un moyen clairement identifié pour réaliser des économies en évitant par exemple une aggravation de la perte d’autonomie ou des séjours d’hospitalisation indus.

28La notion de « vieillissement réussi » présente dans de nombreux textes dont le PNBV, incarne cette volonté d’action et de prévention du vieillissement en établissant un objectif positif. Il s’agit alors de construire des outils pour endiguer les effets négatifs potentiels du processus de vieillissement :

« Il faut pleinement penser ces dix à quinze années de vie gagnées pour réorganiser notre société grâce à une nouvelle gestion des âges de la vie » (Bourdelais, 1997, p. 19)

29La lutte contre le vieillissement (pathologique) devient une préoccupation importante des organisations internationales qui intègrent l’activité physique comme outil fondamental des mesures préventives qu’elles préconisent. L’ensemble des mesures se heurte cependant à une tension entre le désir d’anticipation et le caractère d’urgence souvent évoqué de la situation (les textes précisent souvent que l’on a déjà trop tardé) nécessitant de gérer des décalages temporels renforcés par les écarts entre le temps de l’action publique (cadré souvent pour le cas de la prévention de la santé et du vieillissement par des plans à durée limitée) et les modifications escomptées chez les individus en termes physiologiques ou de comportements et styles de vie. La nécessité de gérer cette situation d’urgence et le déphasage entre ces temporalités entraînent une série de mesures s’inscrivant différemment dans celles-ci.

30Il s’agit d’abord dans un temps relativement court, celui du présent ou du futur proche des programmes nationaux (qui sont de trois années en général10), de favoriser la création d’un environnement favorable à la pratique puis de faire connaître et d’encourager les bonnes pratiques pour les personnes entrant dans le processus de vieillissement afin de leur permettre de rester le plus longtemps possible en bonne santé11. Ce sont surtout les structures pérennes et pouvant s’inscrire dans une temporalité longue que les plans visent. L’axe 3 du PNBV, par exemple, est consacré à la promotion des APS et présente des mesures en faveur de la pratique et d’une meilleure efficacité et lisibilité de l’environnement sportif : création d’un annuaire des associations sportives proposant des activités pour les seniors, renforcement du soutien des fédérations sportives s’adressant aux seniors… Par ailleurs d’autres programmes proposent des aménagements urbains (pistes cyclables, parcs accueillants, etc.) propices à l’activité physique12.

31L’action dans le présent ou le futur proche (celui du plan puis de son évaluation) reste limitée pour deux raisons majeures : changer les comportements se révèle difficile13 d’une part et les effets de l’activité physique sur la santé sont longs à porter leurs fruits (et donc à évaluer) d’autre part14. En effet, la pratique physique nécessite d’être commencée tôt et d’être poursuivie dans la durée alors que les plans et les mesures incitatives ne sont pas forcément pérennes. Dès lors, deux stratégies sont mobilisées pour inscrire la pratique physique dans une temporalité longue.

32La première est l’anticipation de la pratique sur l’âge du vieillissement. C’est le principe même du Plan National de Prévention par l’Activité Physique et Sportive (PNAPS, 2008) qui propose d’encourager la pratique physique à tous les âges de la vie dans un continuum de l’enfance à la vieillesse.

33C’est aussi en responsabilisant les personnes concernées sur leur rôle dans le maintien de leur propre santé afin qu’elles puissent la gérer de manière autonome sur le long terme, que les mesures pourront durer sur une temporalité qui dépasse celle de l’action publique ciblée et intégrer un futur plus lointain. Il s’agit alors d’inciter les personnes à prendre en charge leur santé et à s’inscrire dans un processus actif et conscient pour la garder ou la recouvrer. Les conceptions du vieillissement « actif » ou « réussi » présentes dans la plupart des projets internationaux et notamment européens impliquent une gestion par l’individu de sa propre santé. Cette façon de concevoir le vieillissement rejoint l’idée de « promotion de la santé », présentée pour la première fois dans le cadre de la Charte d’Ottawa (1986) et repose sur deux idées fortes : la collectivité doit créer des environnements supportifs pour les individus, et réciproquement les individus doivent acquérir des aptitudes et comportements garantissant leur propre santé. Autrement dit, la santé relève désormais de la responsabilité individuelle autant que des facteurs extérieurs. On peut ainsi lire dans un document de l’OMS :

« Chaque personne, chaque famille doit prévoir et se préparer pour la vieillesse, et faire des efforts personnels pour adopter de bonnes pratiques favorables à la santé tout au long de la vie. » (OMS, Vieillir en restant actif, cadre d’orientation, 2002, p. 17).

34Les rapports et textes de cadrage des politiques françaises de prévention du vieillissement font écho aux textes de l’OMS. Dans le cadre du PNBV, la responsabilité est centrale « l’individu devenant alors autogestionnaire de sa propre santé » (Aquino, op. cit.). Le travail de responsabilisation s’ancre par ailleurs dans des savoirs sur les liens entre styles de vie et conséquences prévisibles (comme les excès de tabac ou alcool, la sédentarité) et sur un corpus de savoirs à la fois scientifiques et vulgarisés au moyen de campagnes médiatiques de prévention ou par la presse spécialisée. Ces savoirs se rapportent d’une part au lien construit entre activité physique et santé et d’autre part à des prescriptions pratiques simples.15

35L’individu construit ainsi son activité en connaissance du risque et de l’anticipation des conséquences de ses comportements (Genard, 2007). Cette façon de concevoir le vieillissement s’inscrit dans le cadre plus large des politiques de prévention qui s’accordent, en effet, à insister sur le développement de la responsabilisation ou de la capacitation, et peuvent être considérées comme de véritables politiques de subjectivation (Cantelli, Genard, 2007), dans la mesure où il est demandé aux usagers de se gouverner, d’être sujets de leur propre vie.

4. La délicate articulation entre politiques publiques et parcours de vie individuels

36Si dans les politiques de prévention du vieillissement, les temporalités se posent en termes d’articulation des temps longs-moyens-courts et des passé-présent-futur en travaillant sur les projections de ce dernier, elles se heurtent aussi aux temporalités propres des individus auxquelles elles s’adressent. Émerge, dès lors, la question de l’articulation entre le temps collectif objectivé (celui des politiques publiques et de leurs recommandations) et le temps individuel subjectivé (celui des récepteurs des politiques publiques) traduit en termes de parcours de vie et s’inscrivant dans une double dimension temporelle : le « temps long » et le « temps subjectif ».

4.1. Le temps long du parcours de vie

37Le temps long est au cœur du concept de parcours de vie. En effet, ce dernier s’inscrit dans un continuum propre à chacun, engendrant des modes de vie et donc des modes de pratiques physiques spécifiques à chaque individu. De nombreux auteurs ont ainsi montré que les conditions de vie antérieures à la retraite sont déterminantes (Ulysse, Lesemann, 1997). Concernant la pratique des APS, les résultats de notre enquête révèlent qu’environ la moitié des répondants « aime(nt) l’activité physique depuis toujours et continue(nt) de la pratiquer ». A contrario, seuls 9,4 % l’ont « découverte tardivement et l’apprécient et la pratiquent ». Le parcours de vie (sportif notamment) pèse ainsi énormément sur l’engagement dans des APS (23,4 % n’ont jamais aimé l’activité physique et ne la pratiquent pas) comme le montre P.-C. Henaff-Pineau (2008). Le sexe est, en outre, une variable importante, puisque 59,4 % des hommes « aiment l’activité physique depuis toujours et continuent de la pratiquer » contre 43,1 % des femmes, ce qui corrobore nombre d’études sur la question (Ulysse et Lesemann, op. cit.) Il en est de même pour la catégorie socioprofessionnelle à laquelle appartenait l’individu (dans notre enquête 66,7 % des cadres « aiment l’activité physique depuis toujours et continuent de la pratiquer » ; contre 23,5 % pour les ouvriers). Ce sont aussi les cadres et les employés qui pratiquent une activité physique à des fins de santé même quand ils ne l’apprécient pas (15 % d’entre eux pour chaque groupe) alors que seuls 5 % des ouvriers le font. Ces corrélations entre pratique physique et milieu social font écho aux travaux quantitatifs portant sur la population sportive en général et la population des seniors en particulier (Burlot, Lefevre, 2009 ; Truchot, 2002).

38Ces données sur les APS rejoignent les travaux sur le vieillissement qui s’interrogent sur les découpages temporels des périodes de la vie. Les recherches sur les classes d’âges placent, en effet, au cœur de leurs analyses la dimension temporelle, en tentant de décrire, comprendre et analyser l’évolution des existences. Caradec (1998) appréhende ainsi le vieillissement comme la continuation du processus de construction de l’identité sociale qui court tout au long de l’existence. Cette construction s’articule selon deux transitions. La première est biographique et vise à établir la continuité et la cohérence avec soi-même. La seconde est d’ordre relationnel : c’est une réaction à l’image de soi que renvoie autrui (Dubar, 1991). Le concept de parcours de vie, intrinsèquement porteur d’une dimension temporelle, est défini dans une approche multidisciplinaire (Lalive d’Epinay et al., 2005) afin d’appréhender l’évolution de la vie humaine dans sa totalité. Une des caractéristiques majeures de ce concept est de ne pas se limiter à une tranche d’âge particulière : « Le souci de temporalisation, c’est-à-dire d’inscription d’une situation donnée dans un processus dynamique, avec une histoire passée et des implications futures, est fondamentalement au cœur de cette approche » (Bessin, 2009, p. 13). En conséquence, le concept de parcours de vie questionne à la fois l’articulation des différentes générations et la prise en compte des trajectoires individuelles, inscrites dans un continuum, forcément très hétérogène d’une personne à une autre. Il convient alors de « mieux appréhender la trajectoire des individus dans un cycle de vie de moins en moins linéaire et prévisible » (Argoud, op. cit., p. 94), ce qui implique de saisir les trajectoires des personnes à la fois dans un « temps long » (l’avancée de l’âge) et un « temps subjectif » (propre à chacun). Dès lors, au-delà de l’âge, qui influe indéniablement sur le rôle que peuvent avoir les APS dans la vie des individus, c’est tout un ensemble de caractéristiques sociographiques et de multiples variables (Lalive d’Epinay, Spini, 2008) qui entrent en ligne de compte. « En particulier, les inégalités économiques et sociales sont largement imbriquées dans les trajectoires de vie au-delà de l’appartenance à un groupe d’âge spécifique. Et d’autre part, au sein de ce qui fut longtemps considéré comme une catégorie opératoire – les personnes âgées –, il existe une grande diversité de profils » (Argoud, op. cit., p. 95).

39On comprend que cette perspective du temps long individuel puisse se heurter aux temporalités des plans et programmes ciblés sur un temps plus court d’une part et sur une prise en compte globalisante des personnes âgées, indépendante de leurs parcours d’autre part.

4.2. Catégorisations temporelles et temps subjectif

40Une tension émerge entre les trajectoires individuelles (les parcours de vie) et les actions politiques totalisantes, telles que les recommandations pour le « bien vieillir » présentes dans le PNBV ou le rapport INSERM. Ces recommandations (en termes de durée et d’intensité de pratique physique par unité de temps) sont globalisantes, s’adressent au senior lambda et offrent une idée de ce qui est bon pour un vieillissement réussi. Outre le décalage entre des mesures globalisantes et l’hétérogénéité des seniors se pose aussi la question de la construction d’une catégorie d’acteurs fondée sur un découpage temporel pensé en termes de cycles de vie (celui de la vieillesse). Il existe ainsi un risque réel d’inadéquation entre les discours des politiques du vieillissement qui se veulent universels et la diversité des réalités vécues (Kaeser, Roch, 2013).

41La temporalité objective globalisante, qui généralise des pratiques particulières, mise en place au sein des actions de prévention du vieillissement favorise l’établissement de catégories (Cantelli, Genard, op. cit.) et renvoie au danger de l’homogénéisation et de la décontextualisation (Caradec, op. cit.). Les catégories telles que « personne âgée » ou « senior », ont des « structures spécifiques et des propriétés de régularité et de prévisibilité dont sont dénués les individus eux-mêmes car ils sont volatils et imprévisibles » (Desrosières, 2001, p. 114). En ce point précis réside toute la difficulté de la catégorisation temporelle que reprennent les politiques publiques.

42Ainsi, certains seniors ne se sentent pas « vieux » et ne veulent pas être qualifiés comme tels (Perrig-Chiello, 2001). Les clubs du 3e âge, par exemple, ne sont plus prisés par les retraités eux-mêmes et encore moins par les cadres moyens et supérieurs (Feillet, 1996, p. 84). Pour beaucoup ce club cristallise l’immobilité et la solitude engendrées par la vieillesse (Feillet, op. cit., p. 174), synonyme d’un lieu pour des personnes à qui on ne veut pas ressembler. Certains retraités ne veulent pas être catalogués en tant que « personnes âgées » ; 11 % des seniors interrogés dans le cadre de notre enquête s’estiment « en amont »16 du processus de vieillissement et plus de la moitié n’aime pas se retrouver dans des groupes de personnes âgées pour leurs activités de loisir. De plus, la grande majorité de la population enquêtée se déclare en bonne ou très bonne santé (55,5 % de la population totale et 59,5 % pour les plus de 80 ans17) et avec un bon ou un très bon moral (pour 83,5 % des personnes interrogées). Les individus en pleine santé ne se sentent d’ailleurs pas concernés par les recommandations concernant le vieillissement réussi : 63 % des personnes se situant « en amont » du processus de vieillissement ne reçoivent pas de conseils sur le « bien vieillir »18. Ils refusent en outre toute forme de pratique physique qui les stigmatiserait dans cette catégorie. De plus, concernant la pratique des APS, l’âge n’est pas toujours une catégorie pertinente selon notre enquête. Les individus qui pratiquent ont un âge moyen de 70,7 ans ; les non pratiquants de 71,9 ans. L’écart est faible, d’autant plus que les fourchettes d’âges sont très importantes (les répondants ont entre 60 et 92 ans, l’écart type est de 7,63). L’engagement dans la pratique des APS dépend étroitement d’un critère subjectif, de la manière dont on se situe dans le processus du vieillissement et de son passé sportif comme le montre Henaff-Pineau (op. cit.) au travers de ses parcours de sportifs seniors notamment celui qu’elle qualifie de « continu et engagé depuis la jeunesse »19.

43La question de l’efficacité des politiques publiques sur les populations cibles est une question récurrente de leur évaluation. Il semble que la question des désarticulations des temporalités puisse en partie expliquer les décalages entre les mesures proposées et leur mauvaise réception dans la population concernée. Inscrire les bonnes pratiques dans les parcours de vie implique, comme nous l’avons explicité, une véritable anticipation en les y intégrant le plus tôt possible d’une part et un décloisonnement des segmentations des cycles de vie d’autre part.

5. Conclusion

44Les travaux sur les politiques publiques de prévention ont souvent abordé les temporalités de manière incidente, si l’on excepte les travaux de Bossy (2010) sur l’obésité. C’est au travers des temps classiquement travaillés de l’action publique et notamment celui de la mise sur l’agenda et de l’évaluation ou encore plus généralement celui du changement (Palier, Surel, 2010) que la dimension temporelle est présente sans que celle-ci soit toujours problématisée pour elle-même.

45Pourtant l’étude des temporalités nous donne à voir des dimensions particulièrement intéressantes de l’action publique. Elle nous permet déjà de mettre au jour, de manière assez classique, le temps propre d’une action politique en invitant à son historisation20. Ainsi la prévention du vieillissement émerge-t-elle assez tardivement et subit une accélération à partir des années 1990, bien que le vieillissement de la population soit une question ancienne qui inquiète les pouvoirs publics de manière récurrente. Cette historisation invite à relier le temps propre de l’objet aux différents temps sociaux : celui des changements économiques, sociaux, scientifiques et plus diffus des mentalités aux différentes échelles, nationales ou internationales. C’est à l’issue d’une série de transformations que la question de la mise sur l’agenda d’un problème peut se comprendre et que la forme que prennent les différents programmes et les moyens qu’ils proposent se modifient. Ainsi par exemple, comme nous l’avons montré, il faut attendre que les APS émergent au sein de la société comme pratiques de loisir de masse et que des travaux démontrent leurs atouts dans le développement et le maintien de la santé, pour que les programmes les proposent comme outil central des politiques de prévention du vieillissement. Par ailleurs, ces programmes ne sont pas uniquement des conséquences de modifications sociales générales inscrites dans une évolution passée. Ils se basent également sur des anticipations du futur, qui sont au cœur des politiques de gestion des risques comme l’a montré Chateauraynaud (op. cit.). Ils fondent leur action sur un passé qui a engendré une situation critique et souvent présenté comme fautif, car n’ayant pas suffisamment anticipé les problèmes, sur un présent pensé comme une situation d’urgence et un futur à éviter, projeté comme critique, notamment du fait des dépenses de santé croissantes et d’une prise en charge économiquement insurmontable.

46En outre, la question des temporalités dans l’action publique ne se résume pas à la prise en compte de l’émergence et de l’apparition des différents facteurs nécessaires à sa structuration. Elle se complexifie et pose le problème de l’articulation des temporalités plurielles et de la synchronisation des différentes échelles temporelles d’une part et des déphasages entre celles-ci d’autre part. Il faut ainsi être capable d’agir dans le temps court d’un plan d’action et provoquer en même temps des modifications durables. Les mesures se centrent donc sur des structures pérennes : le PNBV s’intéresse, par exemple, aux fédérations et clubs sportifs afin de les inciter à prendre en charge le public senior en oubliant parfois les publics cibles qui restent éloignés des différentes actions. La prévention pose, de surcroît, le double problème de l’anticipation nécessaire des conduites et de la mise en place d’actions dont la mesure et l’efficacité ne peuvent être pensées que sur un temps long qui dépasse celui de l’action elle-même.

47Le premier point suggérerait que lorsque l’on construit une politique de prévention du vieillissement en s’adressant aux personnes âgées, il est déjà trop tard. Ainsi, de nombreux programmes s’inscrivent dans une temporalité individuelle plus large, à l’échelle d’une vie (comme le PNAPS par exemple). Du deuxième point découle souvent un regard négatif sur l’efficacité des plans et leur évaluation mais influence aussi les mesures qui s’orientent vers une gestion active par la personne de son propre vieillissement à partir des informations données sur les bonnes pratiques à privilégier. Cette imposition d’un mode de vie nécessaire à la collectivité tend à valoriser un modèle de vieillissement (qui se doit d’être « réussi ») et à stigmatiser une certaine catégorie de personnes âgées pour lesquelles une vieillesse active n’est guère envisageable.

48Ce double constat révèle une certaine inadéquation entre l’usage des politiques de prévention et l’action publique. Si la prévention est admise comme un moyen économique efficace pour agir, la temporalité qu’elle impose est en décalage avec le fonctionnement du système politique. Celui-ci réagit à un problème davantage qu’il n’anticipe son apparition. La hiérarchisation des priorités et l’influence des médias par rapport à des événements présents tendent à compromettre l’anticipation nécessaire aux politiques de prévention. De plus, la systématisation de l’évaluation de l’action publique à l’issue d’un programme, rendue nécessaire pour s’assurer de l’efficience des dispositifs, pourrait inciter à renoncer aux actions de prévention dont les effets ne peuvent être significativement visibles qu’à long terme.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Albouy V., Bretin E., Carnot N., Deprez M., 2009. « Les dépenses de santé en France : déterminants et impact du vieillissement à l’horizon 2050 », Les Cahiers de la DGTPE 11 p. 1-31.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aquino J.-P., 2008. « Le Plan national “Bien vieillir” », Gérontologie et société 125, p. 39-52.
DOI : 10.3917/gs.125.0039

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Argoud D., 2012. « La prévention : un nouveau référentiel pour une politique du vieillissement ? », Gérontologie et société 5/2012, HS n° 1, p. 93-100.
DOI : 10.3917/gs.hs01.0093

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Audiffren M., André N., Albinet C., 2011. « Effets positifs de l’exercice physique chronique sur les fonctions cognitives des seniors : bilan et perspectives. » Revue de neuropsychologie 3 (4), p. 207-225.
DOI : 10.3917/rne.034.0207

Balard F., 2013. « “Bien vieillir” et “faire bonne vieillesse”. Perspective anthropologique et paroles de centenaires ». Recherches sociologiques et anthropologiques 44 (1), mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 05 mars 2014. URL : http://rsa.revues.org/925.

Bessin M., 2009. « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales 156, p. 12-21.

Bois J.-P., 1994. Histoire de la vieillesse, Paris, PUF.

Bossy T., 2010. « Les différentes temporalités du changement : la mise sur l’agenda de l’obésité en France et au Royaume-Uni. » in Palier B., Surel Y. (dir.), Quand les politiques changent. Temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, L’Harmattan, p. 145-182.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdelais P., 1997. « Les nouveaux visages du vieillissement de la population française » Lien social et Politiques 38, p. 11-20.
DOI : 10.7202/005062ar

Burlot F., Lefevre B., 2009. « Le sport et les séniors : des pratiques spécifiques ? », Retraite et société 58, p. 133-158.

Cantelli F., Genard J.-L. (dir.), 2009. Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ.

Caradec V., 1998. « Les transitions biographiques, étapes du vieillissement », Revue Prévenir 35, p. 131-137.

Caradec V., 2008. Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Armand Colin.

Cautrès B., Jadot A., 2007. « L’ (in) décision électorale et la temporalité du vote. Le moment du choix pour le premier tour de l’élection présidentielle 2007 », Revue française de science politique 57 (3), p. 293-314.

Chateauraynaud F., 2013. « Regard analytique sur l’activité visionnaire » in Bourg D., Joly P.-B., Kaufmann A. (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, PUF, p. 309-389.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chateauraynaud F., Debaz J., 2013. « Scénariser les possibles énergétiques. Les gaz de schiste dans la matrice des futurs », Mouvements 75, p. 53-69.
DOI : 10.3917/mouv.075.0053

Cobb R.-W., Elder C.-D., [1972] 1983. Participation in American Politis: The Dynamics of Agenda Building, 2e éd., Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Cobb R.-W., Ross J.-K., Ross M.-H., 1976. « Agenda Building as a Comparative Political Process », American Political Science Review 70 (1), p. 126-138.

Collinet C., Schut P.-O., Pierre J., 2013. « The Prevention of Ageing in the French Political Agenda: The Role of Sports and Physical Activities », Athens: ATINER’S Conference Paper Series, N° : SPO2013-0523.

Desrosières A., 2003. « Historiciser l’action publique. L’État, le marché et les statistiques » in Laborier P., Trom D. (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF, p. 207-221.

Desrosières A., 2001. « Entre réalisme métrologique et conventions d’équivalence : les ambiguïtés de la sociologie quantitative », Genèses 43, p. 112-127.

Dubar C., Rolle C., 2008. « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités, [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 21 novembre 2013. URL : http://temporalites.revues.org/57

Dubar C., 1991. La socialisation, Paris, Colin.

Ennuyer B., 1998. « La construction du champ de la vieillesse dépendante 1973-1887 : le retour en force du modèle de vieillesse biomédicale », Revue Prévenir 35, p. 63-70.

Évrard E., Matagne G., 2009. « “The Times They Are A-Changin’” Analyser le changement dans l’action publique au prisme de ses temporalités », 10e Congrès de l’AFSP, Section thématique : L’analyse des politiques publiques existe-t-elle encore ? Grenoble, 7-9 septembre 2009.

Feillet R., 1996. Représentations du vieillissement et attitudes des retraités et des jeunes en situation de confrontation sur le terrain sportif, thèse de doctorat non publiée, Université Paris V.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Forette F., 2012. « Les enjeux de la prévention », Gérontologie et société 5/2012 (HS n° 1), p. 27-40.
DOI : 10.3917/gs.hs01.0027

Gucher C., 1998. L’action gérontologique municipale. Une entreprise de la vieillesse et de ses pratiques, Paris, L’Harmattan.

Henaff-Pineau P.-C., 2008. Pratique physique des seniors et vieillissement : entre raison et passion. Analyse sociologique de la transformation des pratiques avec l’avancée en âge, Thèse pour le doctorat de 3e cycle, Université Paris XI Orsay.

Inserm., 2008. Activité physique. Contextes et effets sur la santé́, Paris, Éditions Inserm.

Jones C., 1970. An Introduction to the Study of Public Policies, Belmont, Duxbury Press.

Kaeser L., Roch P.-A., 2013. « Interroger la notion de vieillissement actif : émergence, diffusion et application d’une politique du vieillissement aux conditions nécessaires », Working paper du RT6 de l’AFS : Protection sociale, politiques sociales et solidarités, 2/2013.

Kingdon J., 1984. Agendas, Alternatives and Public Policies, New York, Harper Collins Publishers.

Laborier P., Trom D. (dir.), 2003. Historicités de l’action publique, Paris, PUF.

Lalive d’Épinay C. et al., 2005. « Le parcours de vie : émergence d’un paradigme interdisciplinaire » in Guillaume J.-F. (dir.), Parcours de vie. Regards croisés sur la construction des biographies contemporaines, Liège, Éditions de l’ULG, p. 187-210.

Ministère de la Santé et des Sports, Haut Conseil de la santé publique, 2010. Évaluation du Plan national Bien vieillir 2007-2009, Ministère de la Santé et des Sports, Haut Conseil de la santé publique. Collection Évaluation.

Moulaert T., Léonard D., 2012. « Le vieillissement actif sur la scène internationale : perspectives méthodologiques pour l’étude d’un référentiel polymorphe ». Les politiques sociales 1-2, p. 10-21.

Moulaert T., Viriot Durandal J.-P. 2013. « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 13 mars 2014. URL : http://rsa.revues.org/899.

Oms, 2002. « Rapport de la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement, Madrid 8-12 avril 2002 ».

Oms, 2002. « « Active ageing, Vieillir en restant actif : Cadre d’orientation ».

Palier B., Surel Y. et al., 2010. Quand les politiques changent. Temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Parant A., 2007. « Le vieillissement démographique », Gérontologie et société 123, p. 135-152.
DOI : 10.3917/gs.123.0135

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Payre E., Pollet G., 2005. « Analyse des politiques publiques et sciences historiques : quel(s) tournant(s) socio-historique(s) », Revue française de science politique 55 (1), p. 133-154.
DOI : 10.3917/rfsp.551.0133

Perrig-Chiello P., 2001. « Images sexuées de la vieillesse : entre stéréotypes sociaux et auto-définition », Retraite et société 34, p. 69-87.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Petiteville F., Smith A., 2006. « Analyser les politiques publiques internationales », Revue française de science politique 56 (3), p. 357-366.
DOI : 10.3917/rfsp.563.0357

Pinnel P. (dir.), 2002. Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France 1981-1996, Paris, PUF.

Plan solidarité grand âge 2007-2012, 2007. Ministère délégué à la Sécurité Sociale, des sports et de la vie associative aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille.

Pnaps, « Plan National de prévention par l’Activité Physique et Sportive : Retrouver sa liberté de mouvement. », 2008. Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

Pnbv, « Plan National Bien Vieillir 2007-2009 », 2007. Ministère de la santé et des solidarités, Ministère de la jeunesse, Ministère délégué à la Sécurité Sociale, des sports et de la vie associative aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille.

Ramos S., 2012. « Après le travail : quel sens les individus donnent-ils à leurs activités ? » in Le vieillissement actif. Regards pluriels. Les politiques sociales 1 & 2, p. 126-137.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rieu M., 2010. « La santé par le sport : une longue histoire médicale », La revue pour l’histoire du CNRS p. 30-35.
DOI : 10.4000/histoire-cnrs.9271

Sabatier P., Jenkins-Smith H. (dir.), 1993. Policy Change and Learning : An Advocacy Coalition Approach (Theoretical Lenses on Public Policy), Boulder, Westview Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Trillard A., 2012. « Penser les mesures de prévention en faveur du “bien vieillir” », Gérontologie et société 5/2012 (HS n° 1), p. 19-25.
DOI : 10.3917/gs.hs01.0019

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Trincaz J. et al., 2008. « La lutte contre le vieillissement », Gérontologie et société 125, p. 23-37.
DOI : 10.3917/gs.125.0023

Truchot G., 2002. « Les seniors » in Mignon P. (dir.), Les pratiques sportives en France : enquête 2000, Paris, INSEP, p. 41-46.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ulysse P-.J., Lesemann F., 1997. « On ne vieillit plus aujourd’hui de la même façon », Lien social et politique 38, p. 31-49.
DOI : 10.7202/005243ar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vernière L., 1990a. « Les retraites pourront-elles être financées après l’an 2000 ? », Économie et statistique 233, p. 19-27.
DOI : 10.3406/estat.1990.5461

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vernière L., 1990b. « Retraites : l’urgence d’une réforme », Économie et statistique 233, p. 29-38.
DOI : 10.3406/estat.1990.5462

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vogel T., Brechat P.-H., Lepretre P.-M. et coll., 2009. « Health benefits of physical activity in older patients : a review », International Journal of Clinical Practice 63, p. 303-320.
DOI : 10.1111/j.1742-1241.2008.01957.x

Walker A., 1999, « The principles and potential of active ageing, Keynote introductory report », Communication orale, European commission conference on Active ageing, Brussels, 15-16 November.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Collinet, Pierre-Olaf Schut, Jérémy Pierre et Christine Caluzio, « L’articulation des temporalités dans les politiques de prévention du vieillissement », Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 11 décembre 2016. URL : http://temporalites.revues.org/2696

Haut de page

Auteurs

Cécile Collinet

Laboratoire ACP
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Bâtiment Copernic
Cité Descartes
5, bd. Descartes
77454 Marne-la-Vallée Cedex 2
collinet@u-pem.fr

Pierre-Olaf Schut

Laboratoire ACP
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Bâtiment Copernic
Cité Descartes
5, bd. Descartes
77454 Marne-la-Vallée Cedex 2
po.schut@u-pem.fr

Jérémy Pierre

Laboratoire ACP
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Bâtiment Copernic
Cité Descartes
5, bd. Descartes
77454 Marne-la-Vallée Cedex 2
jeremy.pierre@u-pem.fr

Christine Caluzio

Laboratoire ACP
Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Bâtiment Copernic
Cité Descartes
5, bd. Descartes
77454 Marne-la-Vallée Cedex 2
christine.caluzio@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page