Navigation – Plan du site

Mémoire et interprétation du 4 Septembre 1870 : le sens de l’oubli

Memories and interpretations of the 4th of September 1870 : the meaning of forgetting
Olivier Le Trocquer

Résumés

Posant la question des interactions entre mémoire et historiographie, l’enquête analyse en trois plans successifs la façon dont l’historiographie du 4 Septembre 1870, journée révolutionnaire du renversement du Second Empire et de la proclamation de la IIIème République, est travaillée par des effets mémoriels. Rythmée par le procès interprétatif de l’événement, l’historiographie de l’événement suit les aléas des refoulements et résurgences successifs. Au cœur des enjeux politiques puis mémoriels de l’événement, la proclamation de la déchéance de l’Empire, prononcée par Gambetta, est effacée un temps par son auteur, puis attribuée aux blanquistes. L’effet interprétatif majeur est la relecture de l’événement comme « rite », au détriment de son caractère insurrectionnel. Deux idées concluent l’analyse : les hésitations de la mémoire narrative du 4 Septembre doivent être lues comme des traces d’un conflit politique et social refoulé. L’oubli de cet oubli est un des éléments de construction du « modèle républicain ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Enzo Traverso, Le passé, mode d’emploi, histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique, 2005.
  • 2  Nous n’entreprendrons pas ici d’entrer dans l’ensemble des débats au sujet de la mémoire. Il nous (...)
  • 3  Il faudrait nuancer, non qu’il y ait un « ressouvenir » important du 4 Septembre, mais on peut con (...)
  • 4  François Hartog, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

1À un moment où histoire et mémoire s’affrontent de façon publique – il serait peut-être plus juste de dire : au moment où des conceptions de l’écriture et de l’usage publics de l’histoire se confrontent – il est sans doute utile de s’interroger, non pas sur les différences cent fois rappelées entre histoire et mémoire, mais sur ce qui travaille l’une et l’autre, l’une à l’insu de l’autre. Plutôt que de les opposer terme à terme, prêter attention à des phénomènes d’influences réciproques. Cela ne veut pas dire que démarche mémorielle et démarche historienne seraient équivalentes voire semblables : les dissemblances ont été mille fois rappelées. Mais pour reprendre une idée développée par Enzo Traverso dans un ouvrage récent très stimulant1, il semble difficile de ne pas voir les interactions entre les deux notions et les deux pratiques2. Et plutôt que de poser la question de façon générale, il a paru intéressant d’analyser ces interactions sur la durée moyenne, au sujet d’un événement relativement oublié par la mémoire collective et sociale la plus large3, mais présent dans et par l’historiographie : le renversement du Second Empire et la proclamation de la IIIe République, le 4 Septembre 1870. C’est un chiasme temporel qui justifie tout d’abord le choix de cet événement : son oubli s’est produit dans le même temps que s’élaborait progressivement la discipline de l’histoire savante dite méthodique, et que celle-ci devenait une discipline universitaire. Le croisement de l’effacement mémoriel et de la progression du savoir savant, en ce qu’il paraît illustrer trop parfaitement l’opposition entre histoire et mémoire, et le passage d’un régime d’historicité à un autre, pour reprendre l’expression de François Hartog4, est alors le lieu d’enquête et de questionnement particulièrement indiqué. Y a-t-il donc substitution de l’une à l’autre, ou bien peut-on analyser des effets de mémoire dans l’historiographie et lesquels ?

  • 5  Maurice Agulhon évoque en 1989 le paradoxe de l’oubli de « la journée de naissance de la plus long (...)
  • 6  Comme dans le roman récent de Jean Rouaud, L’imitation du bonheur, Paris, Gallimard, 2005, qui est (...)
  • 7  Autre exemple récent , le flou narratif et chronologique qui caractérise le récit fictionné, attri (...)
  • 8  Terme pris ici comme métaphore, à la façon dont Henri Rousso l’emploie dans Le syndrome de Vichy d (...)
  • 9  Ces aspects seront traités ultérieurement, dans le cadre du travail en cours.

2Le deuxième motif de ce choix est la trompeuse évidence de la date : le 4 Septembre offre en apparence aux yeux des commentateurs historiens travaillant sur la période tous les éléments favorisant une commémoration officielle : son caractère consensuel, unanimiste et non sanglant. Son souvenir ne serait problématique que du fait de « souvenirs écrans » venus interposer entre l’événement et nous d’autres images plus tragiques que résume l’expression d’ « Année Terrible » : celles des défaites militaires et de la Commune.5 Or, on observe à propos du 4 Septembre la coexistence en parallèle d’un savoir clair, dans les livres des historiens, du constat récurrent de l’oubli de l’événement6 et d’un savoir vulgarisé parfois troublé, flou ou hésitant sur la date ou les acteurs7. Pour en rendre compte et en proposer une interprétation, il faut accepter de ne pas réduire le savoir trouble à de l’erreur simple. Cela demande de le considérer comme un indice d’une certaine forme d’ « inconscient»8 du savoir, dont il serait l’indice : dans quelle mesure l’historiographie en garde-t-elle trace ? En est-elle partie prenante ? Pour tenter de répondre à ce type d’interrogation, il faut tout d’abord établir comment s’est construite l’historiographie du 4 Septembre, et tout particulièrement dans ses rapports à la mémoire collective de l’événement. Il faut ensuite se demander ce qui a été éventuellement oublié dans ou par l’historiographie de l’événement étudié, mais aussi de sa mémoire, c’est-à-dire, ce qui, au revers du savoir « positif » élaboré », s’est retrouvé écarté, déplacé, ou euphémisé, « fait », questionnement ou dimension, afin d’analyser quels effets peuvent en être repérés dans l’interprétation. C’est l’articulation de ces différentes modalités de l’oubli, qui correspondent à des échelles différentes d’analyse, mais en interaction, qu’il s’agira d’étudier ici, autour de trois motifs événementiels principaux: lieux, gestes, et acteurs. Il faut ajouter que la présente analyse produit sa part d’élision : il ne sera pas question ici, sauf de façon marginale, de nombreux aspects pourtant fondamentaux de l’événement et de sa mémoire : manifestations annonçant l’événement, proclamation de la République à l’Hôtel de Ville, proclamations de la déchéance de l’Empire et de la République dans les grandes villes républicaines de province, manifestations iconoclastes et festives, etc. Le choix d’échelle est celui de focaliser progressivement l’analyse sur le moment central de la déchéance, point de bascule des récits et enjeu déterminant des interprétations de l’événement.9

Mémoire collective de l’événement et production historiographique

  • 10  Enzo Traverso, op.cit. p.43. Voir note 8.
  • 11  Selon plusieurs sources, Schneider, patron du Creusot, qui présidait le Corps Législatif, traité d (...)
  • 12  Il serait en cela, toutes proportions gardées, davantage comparable à certaines journées révolutio (...)

3La production historiographique concernant l’événement 4 Septembre s’est développée et transformée, sous forme de récit savant, en relation avec ce que nous appelons aujourd’hui la mémoire, les célébrations et commémorations, selon un rythme qui pourrait au premier abord ressembler à celui que résume Enzo Traverso, en l’empruntant à Henri Rousso : « d’abord un événement marquant, un tournant(…)puis une phase de refoulement qui sera tôt ou tard suivie par une véritable “anamnèse »(le retour du refoulé) et qui peut parfois virer à l’obsession mémorielle »10. Mais il faut souligner deux différences importantes, en dehors de l’énorme écart d’échelle . L’événement intitulé « 4 Septembre », s’il pose problème émotionnellement et politiquement, nous y reviendrons, n’est pas, à la différence des événements évoqués par Enzo Traverso, traumatique en lui-même: il n’y a pas eu de victime ayant perdu la vie, pas de barricades, et les violences, réelles, y ont été surtout symboliques, en dehors de quelques cas11. Ensuite, à la différence des événements traumatiques du XXème siècle, dont les souvenir personnels des protagonistes viennent étayer les commémorations officielles, le 4 Septembre, rappelé de loin en loin, et partiellement, n’est commémoré en tant que tel, à la date même, qu’au moment de son centenaire, c’est-à-dire à un moment où plus aucun contemporain vivant ne peut s’en réclamer directement.12

  • 13  Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, dans Annales de l’Ass (...)
  • 14  Voir à ce sujet Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1875, Paris, (...)
  • 15  Ces éléments relèvent du travail en cours et n’ont pas encore donné lieu à publication. Mais l’ouv (...)

4La mémoire, et l’écriture de l’histoire du 4 Septembre 1870, une fois les récits immédiats publiés dans la presse, traversent une relative période de « « latence » liée au Siège de Paris et à la poursuite de la guerre : elles suivent en cela le sort de l’enjeu politique du régime, suspendu dans l’attente de l’issue du conflit militaire. Mais dès février 1871, cette latence disparaît, levée par la reprise ouverte du conflit politique et social : l’événement est l’enjeu de conflits d’interprétation pendant et après la Commune: après que l’extrême-gauche a entrepris de stigmatiser les « hommes du 4 Septembre », c’est-à-dire les membres du Gouvernement de la Défense nationale, les autorités républicaines interdisent, dans les mois et les années qui suivent immédiatement l’ « Année Terrible », la célébration de l’événement, en même temps que paraissent les témoignages et récits des principaux protagonistes, dans le cadre de ce qu’on pourrait appeler le « procès du 4 Septembre » : l’acte de renversement de l’Empire est contesté et mis en cause par une enquête de l’Assemblée élue en février 1871, et dont le titre est Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale13. Il s’agit pour la majorité monarchiste de l’Assemblée, cherchant à délégitimer la République, de vérifier si les membres du Gouvernement de la Défense nationale, qui se sont retrouvés au pouvoir le soir du 4 Septembre, ont ou non participé à un complot contre le Corps législatif, et se sont ainsi rendus « complices » des futurs communards. Ce n’est ainsi pas un hasard si, en 1880, ce n’est pas le 4 Septembre, mais le 14 juillet qui est choisi comme fête nationale 14. Le 4 Septembre a pourtant été célébré abondamment en province, dans les régions républicaines au moins dans la décennie de 1870. La presse en a rappelé la date de façon régulière jusqu’au début des années 1880. Enfin, de nombreuses rues ont reçu ce nom à la suite de décisions municipales, jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale15. Malgré cette mémoire collective inégale mais indéniable, la Troisième République ne célèbre pas plus son événement « fondateur » que ne l’avait fait le Second Empire avec le 2 Décembre.

  • 16  Nous laissons de côté dans le cadre de cet article la question des récits de fiction, pourtant un (...)
  • 17  Cette notion semble émerger dans les années 1830. Michelet parle encore en 1827 d’ « histoire mode (...)
  • 18  Pierre de la Gorce, Histoire du Second Empire, tome septième, Paris, Plon, 1895.
  • 19  Adolphe Michel, La Troisième République française, Histoire contemporaine, Paris, Degorce-Cadot, 1 (...)
  • 20  Samuel Denis, Histoire contemporaine, Tomes I-II-III, Paris, Plon, 1897-1900.
  • 21 Gabriel Hanoteaux, Histoire de la France contemporaine, Paris, 1903-1908, réédité sous le titre His (...)
  • 22  Citons Samuel Denis : « A la vérité, les hommes du 4 Septembre se sont rendus coupables d’une usur (...)
  • 23  Ainsi en 1904, Emile Combes préside à Auxerre des « fêtes d’inauguration » le 4 Septembre. Son dis (...)
  • 24  Nous ne traiterons pas ici faute de place de la question des images du 4 septembre qui jouent cepe (...)
  • 25  Jean Jaurès La guerre franco-allemande ; Louis Dubreuilh, La Commune, dans Jean Jaurès(dir.), Hist (...)

5À la même période, les récits de l’historiographie politique16 de la France dans lesquels apparaît le 4 Septembre appartiennent à ce qu’on appelle dans le courant du XIXème siècle « l’histoire contemporaine »17, c’est-à-dire une histoire qui commence à la Révolution et dont les « contemporains » sont considérés comme tels tout au long du siècle. Histoire présente, ou dont l’issue engage encore le présent. Cela peut être des histoires du Second Empire, dont le 4 Septembre marque le terme, comme celle de Pierre de la Gorce18, des histoires de la Troisième République comme celles d’Adolphe Michel19, ou des histoires appelées explicitement « histoire contemporaine », comme celles de Samuel Denis20 ou Gabriel Hanoteaux21. Certains récits peuvent présenter des aspects qui ressemblent déjà à de l’histoire savante, avec des notes et des indications de sources, mais, même après la solution de compromis que représentent le vote des lois constitutionnelles et l’arrivée au pouvoir des républicains, à la fin des années 1870, le ton y reste souvent nettement polémique et engage le jugement de façon explicite : il s’agit de juger si les protagonistes ont fait une faute, s’ils sont coupables ou non au regard de la morale publique, ou si on doit leur être au contraire reconnaissant d’avoir renversé l’Empire et pris le pouvoir22. Et durant cette même période, si les noms de rues du 4 Septembre se répandent, les autorités républicaines continuent à ne pas célébrer l’événement, sauf très ponctuellement et de façon ambivalente ou latérale23. De même, il n’a été que marginalement intégré à la statuaire parisienne, sous la forme d’un haut-relief en bronze dû au sculpteur Morice, place de la République à partir de 188024. La parution de l’Histoire socialiste, sous la direction de Jean Jaurès, dont le volume consacré à 1870-1871 paraît en 1901, s’inscrit également dans cette perspective, mais depuis la gauche socialiste, d’une histoire engagée qui tente de tirer des leçons de ce passé proche.25

  • 26  Charles Seignobos, Du déclin du Second Empire à l’établissement de la IIIème république 1859-1875, (...)
  • 27  Ainsi, le livre de Raymond Recouly, Le Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1930, paraît dans une co (...)
  • 28  Jacques Bainville, de l’Académie française, La troisième République, Paris, Plon, 1936.
  • 29  Alexandre Zévaès, Histoire de la troisième République, Paris, Editions de la Nouvelle revue critiq (...)

6Il faut attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale pour voir paraître en 1921 le premier récit, non pas neutre, puisque implicitement en faveur de la République, mais nettement distancié, y compris vis-à-vis de ses sources : le VIIe tome de l’Histoire de la France contemporaine, rédigé par Charles Seignobos, intitulé Du déclin du Second Empire à l’établissement de la IIIe république26. La parution de ce volume est ainsi quasi contemporaine, au sens étroit, de la célébration du cinquantenaire de la République, en 1920, non le 4 Septembre, mais le 11 novembre, le jour où les autorités de la République font également placer le corps du soldat inconnu à l’Arc de triomphe et le cœur de Gambetta au Panthéon. Le volume de Seignobos s’inscrit de la sorte dans la suite d’une commémoration, non de l’événement comme révolution mais comme proclamation de la République. Nous dirons dans un premier temps que la mise à distance historiographique s’accompagne du déplacement mémoriel par lequel le régime, dans une contradiction insoluble, met à distance et escamote partiellement la révolution qu’il ne peut par ailleurs que célébrer. Les monographies postérieures de vulgarisation consacrées à l’événement qui paraissent vers 1930, indiquent elles-mêmes que du temps a passé, et laissent émerger le thème de la distance temporelle ou de l’oubli27. Des récits partisans et engagés continuent de paraître, comme celui de Jacques Bainville, le célèbre historien royaliste28, ou à l’opposé le récit louangeur d’Alexandre Zevaès29, mais dans un contexte de remotivation politique intense, celui de la fin des années 30.

  • 30  La phrase de Chateaubriand dans Les Mémoires d’outre-tombe, Paris Gallimard, Bibliothèque de la Pl (...)
  • 31  Charles de Gaulle, Discours et messages, Paris, Plon, 1970, p.529-531.
  • 32  Discours prononcé par le général de Gaulle, chef du Gouvernement de la République, le 4 septembre (...)
  • 33  Joseph Calmette, de l’Institut, Les révolutions, Trilogie de l’histoire de France, volume III, Par (...)
  • 34  Rémy Gossez, « le 4 Septembre, initiatives et spontanéité », in Actes du 77e congrès des sociétés (...)

7Après la Seconde Guerre mondiale, davantage qu’après la Première, l’événement a été recouvert à la façon d’un palimpseste30 par une série incommensurable d’autres événements. Il est cependant mentionné publiquement à titre de rappel à deux reprises par une autorité de l’Etat, dans un contexte de changement de régime ou de crise politique, par la même personne, le général de Gaulle. En 1945, à l’occasion du 75e anniversaire de la IIIe république, une fois décidé le choix d’une IVe République, De Gaulle réhabilite le rôle de la IIIe République dans le relèvement de la défaite de 1870-71 ; mais il légitime ses propres idées de réforme institutionnelle en s’appuyant sur l’exemple négatif de l’instabilité du régime disparu31. En 1958, à l’occasion de la présentation de la future constitution de la Ve République, le 4 Septembre 1958, place de la République, De Gaulle, sans citer aucun nom, se réclame implicitement de Gambetta, voire de Trochu pour justifier son action dans une situation d’exceptionet légitimer à nouveau a contrario sa conception de la République : « le 4 septembre 1870, au lendemain de Sedan, on la vit s’offrir au pays pour réparer le désastre »32. L’historiographie savante la plus modérée en la personne de Joseph Calmette avait précédemment fait de l’événement, légitimé comme date républicaine, une date étape dans une vision évolutive du progrès historique, sans plus s’interroger sur sa valeur supposée : « Le 4 Septembre s’inscrit comme l’un des plus remarquables de nos dates historiques. Il a sonné le glas de l’ordre monarchique et du pouvoir personnel. Ni royauté ni Empire ne reparaîtront plus dans l’alternance de nos régimes. Une période est bel et bien close. C’est sous la forme républicaine que la France sera dorénavant gouvernée. »33 C’est à cette période qu’un premier article important lui est consacré par Rémy Gossez, en 195234. Celui-ci reprend la question de la préparation du renversement de l’Empire en montrant la part active qu’y prend la garde nationale, en particulier la garde nationale populaire, mais il ménage ce qu’il appelle la part de la « spontanéité » face aux « initiatives » visant à projeter le renversement de l’Empire, et refuse de parler d’un « complot ». Inscription téléologique de la date dans le récit national, distanciation méthodique d’une histoire événementielle et sociale, et usage commémoratif instrumental de l’événement peuvent ainsi coexister. La commémoration gaullienne se résume à un usage ponctuel et circonstanciel, qui laisse apparaître cependant en filigrane un des enjeux politiques de l’événement lui-même : la légitimité du salut public, sous la figure de la république, doit-elle ou non l’emporter en cas de crise, sur la légalité existante ?

  • 35  Une cérémonie modeste et une exposition à l’Hôtel de Ville de Paris, à laquelle participe le prési (...)
  • 36  Alain Plessis, De la fête impériale au mur des fédérés, 1852-1871, Paris, Seuil, Nouvelle histoire (...)
  • 37  Il faut bien sûr en particulier citer Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1971, qui (...)
  • 38  Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, (préface 2ème édition datée1896), Pari (...)
  • 39  Henri Guillemin, Cette curieuse guerre de 70, Thiers-Trochu-Bazaine, Paris, Gallimard, coll. « La (...)
  • 40  Henri Lefèvre , La proclamation de la Commune, 26 mars 1871, Paris, Gallimard, collection Trente j (...)
  • 41  Ibid, p.112.
  • 42  Jean-Pierre Azéma, Michel Winock, La IIIème république(1870-1940) , Paris, Calmann-Lévy, 1970, p.4 (...)
  • 43  Voir supra, note 37.
  • 44  Jeanne Gaillard, Communes de province, commune de Paris, Paris, Flammarion, coll. Questions d’hist (...)

8Cependant, les divergences d’interprétation continuent de travailler l’historiographie. Une lecture plus sociale de l’histoire met en avant la Commune de Paris, qui oriente les récits, jette une lumière critique sur les arrières pensées supposées de la « bourgeoisie républicaine » au jour du 4 Septembre et donne parfois une valeur négative à la date. Le centenaire de la IIIe république, en 1970, témoigne ainsi d’une tension entre commémoration et historiographie. La commémoration, en elle-même réduite, ne donne lieu qu’à un colloque sur l’Esprit républicain en 1870, à Orléans, dans lequel l’événement lui-même est peu abordé35. Une série de livres paraissent sur la IIIe république, et une Nouvelle histoire de la France contemporaine, initiée peu après, aborde l’événement dans son volume 9, rédigé par Alain Plessis36, mais c’est 1871 qui devient date de rupture à la place de 1870. En effet, le centenaire de la Commune s’accompagne également d’une historiographie importante – sur laquelle nous reviendrons – dans laquelle l’événement 4 Septembre ressurgit de façon latérale, déplacée37. Le colloque consacré à celle-ci aborde le rapport de cet événement au 4 Septembre. Les nombreux ouvrages consacrés à la Commune traitent souvent de l’événement, y compris de façon détaillée. Et l’attitude des républicains modérés est ainsi stigmatisée comme « calcul » destiné à éviter la révolution sociale. Cette lecture n’est pas en soi nouvelle : dès 1876, Lissagaray l’avait esquissée38 . Mais elle était restée marginale. Elle devient beaucoup plus visible dans l’édition. En 1956, Henri Guillemin avait stigmatisé « La république des Jules »39. En 1965 Henri Lefèvre consacre un livre au 26 mars 1871, La proclamation de la Commune40. L’événement 4 Septembre y est lu à la lumière de Marx, de Lissagaray et des blanquistes qui y ont participé, comme un conflit entre bourgeois modérés et peuple ouvrier : « le 4 Septembre 1870, cette grande journée historique, se dévoile à nos yeux dans sa singularité. Elle porte le double signe de la spontanéité et de la manœuvre, de l’improvisation fébrile et de l’habileté mûrie, de l’ambiguïté et de la décision qui engage la suite des événements, de l’ampleur dramatique et de l’escroquerie pure et simple. Les masses qui font l’histoire politique sont frustrées du fruit de leurs actes par les spécialistes de la politique. »41 Il est à noter que la manœuvre se trouve ici située plutôt du côté des républicains bourgeois que du peuple. L’historiographie de la IIIe république écrite à ce moment-là s’imprègne elle aussi des interprétations sociales favorables à la Commune. Ainsi, le récit de Jean-Pierre Azéma et Michel Winock, critiquant « l’imagerie d’Epinal » selon laquelle, « le 4 Septembre 1870, la république comme le phénix renaissant de ses cendres s’impose à la France pour sauver la patrie », met en avant le conflit politique entre républicains modérés et révolutionnaires : « Deux sentiments animaient ces hommes [les républicains modérés] que la défaite de Sedan projetait au devant de la scène : l’horreur d’une république, née de l’insurrection, prisonnière de l’extrémisme parisien, condamnée à devenir un avatar du gouvernement révolutionnaire de l’an II, qu’ils exécraient tous, plus ou moins, et à donner, la guerre durant, chaque jour de nouveaux gages à la “démagogie” ; d’autre part, la crainte qu’une telle situation ne condamnât pour longtemps le régime libéral, la république modérée légalement établie, à laquelle ils aspiraient, soit que la première, la populaire, ne l’emportât pour longtemps, soit que la défaite définitive des armées républicaines ne discréditât de façon irréparable le régime républicain. »42Le volume de la Nouvelle histoire de la France contemporaine, rédigé par Alain Plessis43, relève d’un compromis : marqué par les recherches récentes sur la Commune, et par une histoire sociale d’influence marxisante, il fait de celle-ci la date de rupture et suggère le conflit social et politique dans l’événement ; mais celui-ci est euphémisé, ainsi que la dimension révolutionnaire du 4 Septembre comme nous le montrerons ultérieurement. Un livre fait le lien entre histoire de la république et histoire de la Commune : Communes de province, commune de Paris.44 Son auteure, Jeanne Gaillard, en s’intéressant aux « communes » de province dans leur relation à celle de Paris, est conduite à remonter au 4 Septembre, reprenant ainsi, depuis un questionnement savant, des éléments des récits d’histoire immédiate de 1870-1871 et des années suivantes, qui faisaient une histoire ensuite marginalisée de l’événement.

  • 45  Ainsi Fayard ne publie pas moins de trois histoires successives de la IIIème République entre 1989 (...)

9Le récit du 4 Septembre revient ensuite au moment de l’avènement de ce que François Hartog nomme le régime d’historicité du « présentisme » : l’ère des commémorations. Ce moment de la fin des années 1980 inaugure un retour éditorial de plusieurs histoires de France, et de la Troisième République45. Mais, revenu dans le contexte du bicentenaire de la Révolution, l’événement y revient présenté comme « oublié ». En 1989, Maurice Agulhon, dans un colloque consacré à « 1789 l’événement », rappelle l’événement au second degré : comme événement fondateur selon lui, comme événement commémoré et comme oublié – sauf la seule persistance d’une mémoire savante :

Soit la journée de naissance de la plus longue et de la plus efficacement fondatrice des Républiques françaises, la troisième, 4 Septembre 1870. Nous rappelions tout à l’heure que cette date figure dans la liste des douze étapes du monument parisien cité.
Le 4 Septembre 1870 était naguère honoré : beaucoup de villes possèdent une « rue du 4 Septembre », et il figurait en bonne place dans les manuels d’histoire eux-mêmes.

  • 46  Maurice Agulhon, « Réflexions sur l’événement exemplaire, « 1789 l’événement », (Convegno internaz (...)

10Or, le 4 Septembre 1970, ce centenaire-là est passé totalement inaperçu. Il aurait été totalement inexistant si la Faculté des Lettres de l’Université d’Orléans n’avait tenu à fixer à cette date un colloque, alors singulièrement novateur, sur l’Esprit républicain 46.

11C’est l’image d’un événement fondateur à la fois honoré et oublié qui ressort de cette évocation, sans que nulle trace de conflit d’interprétation n’émerge. La même année, un ouvrage rédigé par Stéphane Audoin-Rouzeau fait une synthèse approfondie des approches de l’événement, dans le cadre d’une Histoire de la France dans la guerre en 1870. L’oubli de 1870 est indiqué deux fois : il ouvre la préface de Jean-Jacques Becker, puis l’introduction de l’auteur : « La guerre de 1870 est une guerre oubliée de notre histoire, ou du moins de notre historiographie. (…)La guerre de 1870 est une guerre oubliée. La défaite française, le traité de Francfort et la perte de l’Alsace Lorraine sont tombés dans l’oubli, perdant leur place dans l’historiographie, dans la culture scolaire, et désormais, dans le souvenir historique des Français .» On retrouve là un type de discours proche de celui de Maurice Agulhon, mais avec un accent déplacé de la question de la république à celle du « sentiment national » et un oubli au deuxième degré par élision: le mouvement révolutionnaire du 4 Septembre, pourtant analysé en détails dans le cours de l’ouvrage, n’est pas mentionné dans la préface ni dans l’introduction. Enfin nous retrouvons cet « air » de l’oubli dans la préface de l’ouvrage d’Eric Anceau, La France de 1848 à 1870, entre ordre et mouvement, paru en 2002, mais un oubli étendu à l’ensemble du XIXe siècle :

Les journées de février 1848 et le 4 septembre 1870, bornes chronologiques de cet ouvrage, sont des dates-clés de notre histoire contemporaine puisque chacune d’elle correspond à une révolution et qu’elles marquent la renaissance puis l’ancrage dans notre pays de la république, régime qui n’a plus été remis en cause depuis, sauf de 1940 à 1944. Pourtant, elles ne représentent au mieux, pour l’immense majorité des Français, que de vagues souvenirs scolaires ou de manifestations de curiosité(pourquoi une rue parisienne s’appelle-t-elle “rue du 4-Septembre”). De façon beaucoup plus inquiétante, il en est de même des faits majeurs de la Deuxième république(1848-1852) et du Second Empire(1852-1870)), exceptions faites, il est vrai, de la mise en place du suffrage universel masculin et de l’abolition de l’esclavage. À cela, il n’y a rien d’étonnant. Il suffit de consulter les programmes de collèges et des lycées ainsi que le détail des enseignements dispensés dans les universités pour se rendre compte de la part négligeable qu’occupent ces vingt-trois années. Le passage récent au XXIème siècle, l’épaississement temporel et l’ “accélération de l’histoire” participent évidemment du phénomène et induisent un changement de regard sur le XIXème siècle. Celui-ci n’est plus le siècle dernier mais et rejeté dans un passé lointain. 

  • 47  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La plus longue des Républiques, Paris, Fayard, 1994, p.11-14 (...)

12L’entreprise de synthèse d’Eric Anceau est ainsi placée tout entière sous le signe de la réparation nécessaire d’une mémoire collective défaillante, le 4 Septembre étant un des indices de cette faiblesse. L’écart entre l’oubli constaté et la notion d’ « histoire contemporaine » appliquée à l’événement est remarquable. Il est cependant intéressant de noter que dans cette introduction, le 4 Septembre, révolution, est censé marquer l’ancrage de la république, alors que le corps du récit indique le conflit entre « rouges » et députés républicains. Contrepoint notable dans cet ensemble, l’ouvrage de Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La plus longue des Républiques, n’aborde pas la thématique de l’oubli. En revanche, outil de mémoire critique, il est le seul à associer sous la plume de Jean-Yves Mollier une relecture bibliographique incluant l’historiographie la plus ancienne de la IIIe République et une interprétation de l’événement discutée et nuancée, intégrant une analyse des 4 Septembre provinciaux47.

  • 48  Il faut bien sûr préciser que cet aspect d’oubli n’est qu’un parmi d’autres qui caractérisent l’hi (...)

13Ces éléments soulignent les interactions prévisibles entre historiographie du 4 Septembre et mémoire : les publications historiennes accompagnent le rythme des célébrations et commémorations de cet événement républicain, même et surtout lorsqu’il s’agit de demi-célébrations et de commémorations « malgré tout ». Le refoulement très partiellement levé en 1920 a consacré un récit officiel et modéré. À partir des années 50, l’anamnèse de la Commune donne une lumière négative qui produit un second refoulement du 4 Septembre. Avec le bicentenaire de 1789, la question de l’oubli devient un motif récurrent48. Ecrire l’histoire de l’événement est manifestement motivé par la lutte contre cet oubli. Mais il faut aller plus loin et donner à lire, au revers de cette préoccupation, les indices d’effets « mémoriels » possibles, volontaires ou non, qui travaillent l’historiographie.

Elisions, euphémismes et déplacements : effets de mémoire et construction du récit

14Si nous ne trouvons pas dans l’historiographie les formes de déplacement radical équivalentes à celui de la commémoration de 1920, nous pouvons y trouver des modalités plus discrètes de déplacement, d’élision et d’euphémisation de l’événement. Elles n’apparaissent pas immédiatement, et il faut y prêter une attention précise à ces indices, tout en veillant à ne pas surinterpréter. Elles peuvent dépendre d’un choix historiographique apparemment étranger à l’événement, être liées parfois aux contraintes éditoriales, mais elles n’en produisent pas moins des effets qui sont à la fois des effets de « mémoire », de lacune mémorielle et d’interprétation.

  • 49  Ces formes sont beaucoup plus prononcées dans les récits de fiction, comme dans celui de Zola, La (...)
  • 50  Gabriel Hanoteaux,op.cit.
  • 51  Ibid, p.14.
  • 52  Charles Seignobos, op.cit., p.248.
  • 53  Cf Histoire de la révolution du 4 septembre et de l’insurrection du 18 mars. Dépositions de M. Thi (...)

15L’événement peut subir une forme de déplacement49 dans l’ordonnancement du récit ou dans l’organisation en chapitres, qui produit une euphémisation de celui-ci. Dans plusieurs des ouvrages déjà cités, qui traitent à des degrés différents de l’histoire de la IIIe république, il est déplacé par rapport à la division en chapitres, voire presque éludé. Dans L’histoire de la France contemporaine, de Gabriel Hanoteaux, publié tout d’abord entre 1903 et 1908, rééditée en 1925 sous le titre de l’Histoire de la fondation de la IIIeme République, après le cinquantenaire et le volume de Seignobos, le premier volume s’intitule « Le gouvernement de M. Thiers », alors qu’il couvre la période de 1870 à 187350. Le pouvoir de Thiers est ainsi anticipé, au point d’absorber l’événement révolutionnaire. Dans le premier chapitre, qui s’intitule la guerre, si le 4 Septembre apparaît comme date en haut de page, il ne constitue pas un titre de sous-chapitre, au contraire de « Napoléon III.- La politique impériale » et du « gouvernement de la défense nationale ». Son récit, éludé, réduit à une courte allusion, absorbé dans l’argumentation tendant à démontrer que Sedan avait fait disparaître le « gouvernement », est indexé à la fin d’un paragraphe intitulé « Napoléon III prisonnier ». Il est impossible, à le lire, de savoir qui accomplit quel acte. En revanche, l’interprétation en est explicite : « Les hommes du 4 Septembre canalisèrent la révolution en contenant les violents. »51 De façon moins caricaturale et ouverte – mais son ouvrage est postérieur à la semi-légitimation de l’événement – Seignobos absorbe la rupture de l’événement dans un continuum par le titre même de son ouvrage, cité précédemment, Le déclin de l’Empire et l’établissement de la 3e république, qui couvre une période allant de 1859 à 1875 : comme l’indique le titre de son livre premier, « L’évolution de l’Empire vers le régime parlementaire », c’ est une évolution inéluctable qu’il dessine, dans laquelle le renversement de l’Empire passe inaperçu. Le chapitre II du livre III s’intitule « L’invasion de la France et la chute de l’Empire » et c’est seulement un sous-chapitre qui porte le nom de « la révolution du 4 Septembre ». On pourrait soutenir qu’il s’agit de la part de Seignobos d’une lecture en soi légitime de la période, qui ramène cet événement à sa juste place, un incident, un effet second, dans une évolution large vers le régime parlementaire. Mais le récit de l’événement, détaillé cette fois-ci, se conclut par la citation suivante : « Jamais, dit Thiers, je n’ai vu une révolution accomplie si aisément et à moins de frais…de violence, aucune. »52 Or, Thiers est un des protagonistes particulièrement engagés dans l’euphémisation de l’événement, qu’il veut rendre compatible avec son conservatisme53. L’architecture escamotant l’événement relève bien d’une « solution de compromis » qui permet de concilier l’acceptation nécessaire du récit d’une révolution, et l’interprétation euphémisante qui en est donnée. Seignobos élude dans son récit l’iconoclasme violent, les menaces à l’égard des forces de l’ordre, les coups portés à Eugène Schneider, patron du Creusot et président du Corps législatif, etc.

  • 54 Ibid, p.5-6.
  • 55  Alexandre Zevaès, Ibid, p.12-13.

16À titre de comparaison avec ces deux ouvrages, les récits de Bainville et de Zevaès, l’un hostile à la république, l’autre favorable à la république sociale ouvrent leur récit par celui du 4 Septembre. L’histoire de Bainville s’ouvre par un premier chapitre intitulé « Dans l’œuf du Quatre Septembre » qui insiste sur le caractère de rupture politique : « la journée du 4 Septembre, première de la troisième république, offre ainsi une vue générale de l’histoire du régime. On y trouve dans l’œuf les problèmes qu’il a eu à résoudre, les idées et les intérêts qu’il a dû ménager. Sans les républicains d’action qui avaient forcé les portes du Palais-Bourbon, crié et menacé tumultueusement sur la place de l’Hôtel de Ville, le Corps législatif de l’Empire restait mandataire de la France. »54 L’histoire d’Alexandre Zévaès, dont le premier chapitre s’intitule également « Le 4 Septembre 1870 », met au premier plan l’acteur social : « Mais tandis que l’Assemblée se débat dans l’incohérence, tandis que la gauche s’agite et s’enlise dans la procédure institutionnelle, c’est dans la rue que se joue le vrai drame ; car le véritable acteur, le peuple vient d’entrer en scène. Tous les faubourgs, les uns au signal de Blanqui et des Internationaux, les autres spontanément, en vertu de ce merveilleux instinct révolutionnaire de l’ouvrier parisien, ont accouru . »55 Pourtant publiés dans les années 30, récit antirépublicain et récit nettement favorable à la révolution sociale mettent l’événement au premier plan.

  • 56 Ibid, p.603.
  • 57  Dont Alain Plessis devait rédiger le récit pour la collection de Gallimard, « trente journées qui (...)
  • 58  Cf note 39. « Puis, le lendemain, c’était le 4 Septembre, l’effondrement d’un monde, le second Emp (...)
  • 59  Francis Démier, La France du XIXème siècle. 1814-1914, Paris, Seuil, 2000, p.286-292.

17À l’opposé, on retrouve dans l’interprétation de Joseph Calmette de 1952 ce qui était à l’œuvre chez Hanoteaux et Seignobos, une forme d’euphémisation combinée et croisée de l’événement : elle en élude le récit, comme chez Hanoteaux, elle insiste sur le caractère non violent, comme chez Seignobos, elle le déplace en intercalant entre la mention de Sedan et celle du 4 Septembre l’évocation du départ de l’Impératrice Eugénie pour l’Angleterre, sans qu’il soit fait mention du fait qu’elle fuit la foule pour éviter les risques de représailles, le jour du 4 Septembre : « La révolution du 4 Septembre, entre temps, s’était accomplie. Elle s’était déroulée sans violences. Il n’y eut aucune effusion de sang »56. Le même type de déplacement du récit dans la construction des chapitres, autrement dit la même solution de compromis se retrouve dans l’ouvrage d’Alain Plessis déjà mentionné, De la fête impériale au mur des fédérés 1852-1871. Le 4 Septembre ne constitue pas la date de fin du régime, remplacé en cela par la Commune. On peut et il faut tout à fait légitimement lire cela comme la marque d’une influence de l’historiographie alors récente de 1871, comme le livre de Jacques Rougerie déjà mentionné également. Mais il faut également voir cela comme une reprise de Seignobos si l’on prête attention au titre de chapitre « Du déclin à la débâcle », qui reprend cette idée que le Second Empire décline depuis 1858. Et l’événement de la révolution du 4 Septembre y disparaît presque, intégré dans le paragraphe intitulé « l’effondrement », comme un effet « naturel » de Sedan57. Si la Commune est placée, sous les auspices d’une citation de Marx, comme « l’antithèse de l’Empire », le caractère révolutionnaire du 4 Septembre est éludé, au contraire de ce qu’affirmait le même Marx, repris comme on l’a vu par Henri Lefèvre dans son histoire de la Commune : « Quand la nouvelle de ce désastre parvient à Paris où depuis les premières défaites le ministère Ollivier a été remplacé par un ministère d’autoritaires, c’est l’effondrement » ; on entend presque, appelé par le titre, le récit chronologiquement déplacé qu’en fait Zola dans La débâcle58. C’est encore le même type de solution qui est adopté par Francis Démier en 2000, avec un degré supplémentaire de contradiction : le 4 Septembre est inscrit dans « la tradition des révolutions parisiennes », les 4 Septembre de province sont repris de Jeanne Gaillard, l’ « année terrible » est prise comme une unité à part, mais l’interprétation d’ensemble, qui ouvre le chapitre 10 « Les républicains à la conquête de la république(1870-1879) », va à l’encontre des faits résumés : « le 4 Septembre 1870, la république s’est imposée d’abord comme l’acte de décès du Second Empire, victime d’une guerre perdue, et non pas d’une révolution. »59

  • 60  Antoine Prost, « les monuments aux morts », Pierre Nora(dir.), Les lieux de mémoire, I. La républi (...)
  • 61  On ne sera pas surpris de la trouver sous le nom de Maurice Agulhon, dans l’article « La mairie – (...)

18Oubli sous forme d’élision, réduction chronologique de la date, ces éléments se retrouvent dans les Lieux de mémoire qui se veulent pourtant une lecture critique de l’histoire devenue mémoire. Absent de presque tous les articles, le 4 Septembre n’est, pas plus que d’autres dates événementielles, analysé dans un article spécifique, ce qui n’est pas en soi nécessairement signifiant. Ce qui est plus significatif est son élision de l’article d’Antoine Prost, « Les monuments aux morts », qui devrait logiquement inclure l’analyse de la commémoration du cinquantenaire en 1920 – son auteur interprétant précisément les fêtes du 11-Novembre comme des fêtes d’abord républicaines: « En 1920, le 11-Novembre vit un même cortège déposer le cœur de Gambetta au Panthéon, puis la dépouille du soldat inconnu à l’Arc de triomphe ; il fut donc encore chômé. »60 Non-lieu de mémoire, au revers du sens critique dont se réclame l’ouvrage de Pierre Nora, l’événement s’y résume à une mention incidente de date repère61,

  • 62  Voir note 37.

19Que nous disent ces indices, comment les interpréter ? Peut-être est-il utile de repartir d’une phrase de Maurice Agulhon, dans sa présentation de la réédition de l’ouvrage de Georges Weil, Histoire du parti républicain , qui veut donner à comprendre au lecteur ce que pouvait être le point de vue de l’auteur de 1928 et dans le même temps « cette autre rationalité de l’histoire du siècle dernier qu’est l’avènement, réussi celui-là [par opposition au modèle socialiste], de la république » : « N’est-ce pas au fond, sur cette origine de 1789, 92 et 93 que nous vivons encore ? La France contemporaine est la république. » Sans entrer dans une discussion du propos en lui-même, il est intéressant d’indiquer qu’il est prolongé de la double affirmation déjà citée62 que le 4 Septembre est à la fois une date historique majeure, celle du triomphe de la république et une date oubliée. L’oubli de l’événement, pour nous, en recouvre un autre au second degré, celui de la conflictualité de l’événement et de son interprétation dont les déplacements, élisions et euphémismes déjà repérés sont pour nous les indices récurrents . Celle-ci a revêtu des formes multiples que nous ne développerons pas dans ce cadre. Une dimension du 4 Septembre sera plus particulièrement l’objet de notre analyse : la question de la déchéance de l’Empire.

Déchéance et « refoulement » de l’événement

20 Nous changeons d’échelle : non plus l’oubli de l’événement comme tel, mais l’oubli ou l’effacement d’un point de basculement de l’événement : la déchéance du Second Empire. Et le fait de focaliser l’analyse sur ce point fait porter aussi l’attention sur les acteurs en jeu. C’est à ce niveau d’échelle que se jouent alors les conflits d’interprétation de l’événement. La question de la déchéance est centrale dans l’événement puisque c’est sa proclamation qui fait disparaître l’Empire. Elle rend possible la proclamation de la République. Acte performatif politique en forme de jugement lu par Gambetta dans la salle des séances envahie du Palais-Bourbon, la déchéance autorise le changement de régime :

Il se fait un instant de silence.

M.GAMBETTA.- Citoyens…(Chut ! chut ! écoutez !)

Attendu que la patrie est en danger,

Attendu que tout le temps nécessaire a été donné à la représentation nationale pour prononcer la déchéance ;

Attendu que nous sommes et que nous constituons le pouvoir régulier issu du suffrage universel libre ;

Nous déclarons que Louis-Napoléon Bonaparte et sa dynastie ont à jamais cessé de régner sur la France

  • 63  « Séance extraparlementaire du 4 Septembre 1870 » , Le Siècle,12 janvier 1871, republié dans le vo (...)

(Explosion de bravos et salve générale d’applaudissements.)63

  • 64  On peut citer cette phrase venant d’ « un citoyen dans une des hautes tribunes » : « Nous voulons (...)

21C’est autour du déroulement même de cet événement que se nouent les tensions centrales oubliées ensuite. Avant que la salle des séances ne soit envahie et la déchéance prononcée, la situation politique peut basculer dans des directions différentes : une régence telle que l’impératrice tente d’en préserver la possibilité ; un gouvernement d’exception sans couleur politique ; une déchéance votée régulièrement ; un renversement révolutionnaire du régime, tel qu’il a commencé à Lyon et à Marseille. La tension monte à plusieurs reprises dans le Palais-Bourbon, pendant que les députés sont réunis en commission pour adopter une motion décidant de la situation légale : en particulier vers 14 heures, au moment de l’envahissement de celui-ci, qui occasionne celui des tribunes du Corps législatif ; vers 15 heures lors de l’envahissement de la salle des séances, qui précipite le moment du basculement de la situation : d’un vote des députés autorisant une transition légale à un renversement illégal du régime. Ce renversement réouvre la question de la nature du régime nouveau, et celle de la question sociale qui ressurgit dans les cris et revendications venues des tribunes, puis de la salle64. Au moment de l’envahissement, plusieurs personnes s’emparent de la tribune parlementaire, puis du fauteuil présidentiel et prononcent des discours. Parmi eux, des blanquistes non identifiés comme tels par le compte rendu officieux des événements rédigé par les secrétaires-rédacteurs. Les discours prononcés tendent vraisemblablement à exiger immédiatement la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République. Les conditions de la proclamation de la déchéance par Gambetta, en totale illégitimité, la foule, dans laquelle les blanquistes sont particulièrement actifs, exigeant et la déchéance et la république, constituent alors une des marques révolutionnaires de l’événement. Elles constituent en même temps son ambivalence : les personnes présentes réclament une déchéance illégale à des députés, de gauche, mais élus par l’Empire ; la pression collective contraint Gambetta, qui n’a cessé de réclamer le calme pour rétablir la légalité, à se faire l’auteur malgré lui d’un acte qu’il a tenté d’empêcher, et au nom d’un « pouvoir régulier » que son discours invalide et renverse dans le même temps : il s’agit, au cœur de l’événement politique révolutionnaire qui vient de se produire – la prise de possession par la foule de la salle des séances, lieu « sacré » du parlementarisme – d’en donner en acte une lecture « légaliste ».

  • 65  Le député bonapartiste Ernest Dréolle s’en indigne en 1871, dans son récit, La journée du 4 septem (...)
  • 66  Journal officiel, 4 mars 1871.
  • 67  Enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale, Rapport Daru, volume 20, chapitre I (...)
  • 68  Enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale, Rapport Daru, Ibid.
  • 69  Gambetta, « Discours sur la proposition de M. Thiers tendant à nommer une commission de gouverneme (...)
  • 70  C’est le cas des Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté sous le Second Empire, P (...)
  • 71  Samuel Denis, op.cit., p.167.
  • 72  Jean Jaurès, op.cit., p.10 ; Louis Dubreuilh, op.cit., p.252.
  • 73  voir à ce sujet de l’image la note 24.

22Or, le soir même, le texte n’en apparaît pas dans les proclamations officielles, non plus les jours suivants, ni dans le Journal officiel, ni dans les récits immédiats de la presse. La déchéance est parfois comprise et racontée comme un vote65 ; le nom de Gambetta n’est pas toujours cité, il est parfois même remplacé par celui de Jules Favre . Nul ne signe l’événement révolutionnaire de renversement du régime. Au point que l’Assemblée élue en février 1871, « confirme par la déchéance de Napoléon III et de sa dynastie, déjà prononcée par le suffrage universel »66, par un vote en mars 1871 : au nom de l’auteur de l’acte s’est substitué le « suffrage universel », reprenant par une élision remarquable une part de la formule paradoxale utilisée par Gambetta lui-même le 4 Septembre : « attendu que nous sommes et que nous constituons le pouvoir régulier issu du suffrage universel libre ». Au « cryptage » de l’acte révolutionnaire que Gambetta accomplit, plaçant la déchéance sous l’égide de la « régularité », au nom d’un pouvoir issu du suffrage universel, « libre » mais bien d’Empire, qu’il ne peut incarner à lui seul, s’ajoute le cryptage de l’acte par l’Assemblée. L’acte de Gambetta ne refait surface que dans l’Enquête parlementaire, mais d’une façon ambivalente et incomplète: si le rapport du comte Daru met explicitement en cause Gambetta, cite son discours de déchéance67, la déposition de Gambetta élude cette question, et, élément plus paradoxal, le texte lui-même du discours est absent des pièces justificatives qui n’incluent que le compte rendu tronqué du Journal Officiel du 5 septembre 187068 – même si des extraits sont publiés dans différents récits dans le contexte polémique du « procès », à partir de la publication du Siècle. Il faut attendre 1880 pour que Gambetta signe, mais indirectement, le texte de la déchéance, en acceptant son intégration, comme complément d’un « discours » légal, dans le premier volume de ses Discours et plaidoyers politiques, édités par Joseph Reinach.69 D’une certaine façon, la publication euphémisée, après coup, du discours de déchéance, devient la source qui en dissimule la véritable archive, les notes des secrétaires-rédacteurs du Corps Législatif. Au même moment, d’autres publications continuent d’attribuer la déchéance à Jules Favre, lui attribuant ainsi le mérite d’avoir empêché la prise de pouvoir des révolutionnaires70. L’acte lui-même, jamais explicitement ni publiquement assumé par Gambetta, acte « déplacé », constitue ainsi un « refoulé » politique de l’événement qui fait l’objet de critiques acerbes dans un certain nombre d’ouvrages postérieurs. En 1897, Samuel Denis, dans son Histoire contemporaine déjà mentionnée, qui utilise précisément comme source les notes d’un secrétaire-rédacteur reproduites dans les Souvenirs du 4 Septembre, de Jules Simon, adversaire politique de Gambetta dans le Gouvernement de la Défense nationale, ironise ainsi : « Ce fut à ce moment que M. Gambetta, n’étant plus gêné par la présence du président, eut l’étrange fantaisie de faire proclamer la déchéance par les émeutiers qui remplissaient la salle. »71On voit à l’œuvre ici un glissement inverse, la proclamation étant comme attribuée aux « émeutiers » dans le but évident d’impliquer Gambetta dans l’« émeute » ; mais la citation et le contexte d’énonciation sont globalement justes. En 1901, l’Histoire socialiste dirigée par Jaurès articule singulièrement deux courts récits de la déchéance. Le premier, sous la plume de Jaurès lui-même, l’attribue à Gambetta, dans le chapitre consacré à la guerre franco-allemande ; le second, dans le volume consacré à la Commune et rédigé par Louis Dubreuilh, l’attribue au peuple de Paris72. Cette solution de compromis est de notre point de vue la trace maintenue du trouble événementiel, archivé dans une sorte d’« antinomie » des interprétations incompatibles. Ajoutons, sans détailler davantage, que la scène de la proclamation de la déchéance est un des scènes manquantes parmi les représentations de l’événement : on lui substitue le plus souvent la sortie du Palais-Bourbon, ou la proclamation de la République à l’Hôtel de Ville.73

  • 74  Léon Gambetta, « A Mme Juliette Adam, 4 7bre 1874 », dans Lettres de Gambetta.1868-1882, Paris, Be (...)
  • 75  Jules Favre, Gouvernement de la Défense nationale, Paris, Plon, 1871.
  • 76  Ibid, p.77.

23Gambetta a manifestement été un des acteurs de l’effacement de la déchéance, qu’il ne mentionne pas dans sa correspondance, quand il évoque le 4 Septembre en 187474. Mais il n’est pas le seul : Jules Favre y a également nettement contribué. Il écrit un récit de la scène centrale, et ce dès 1871, dans un ouvrage, Le gouvernement de la Défense nationale75, qui tient du témoignage et du livre d’histoire engagé, plaidoyer pro domo parmi d’autres. Or, ayant été en conflit avec Gambetta depuis au moins l’armistice de janvier 1871, dont Gambetta ne voulait à aucun prix, il escamote dans son récit l’acte de Gambetta, et se présente comme l’acteur central du moment, voulant épargner à la France un nouveau « 15 mai[1848] »76 : la déchéance n’apparaît plus, et seules sont mentionnées les paroles qu’il prononce pour inciter la foule à se rendre à l’Hôtel de Ville pour y proclamer la République. L’intention de Jules Favre est facilement lisible : il est l’homme qui sauve la situation, effaçant Gambetta que l’attitude jusqu’au-boutiste à Bordeaux au moment de l’armistice a conduit à exclure du Gouvernement dont il était pourtant un des acteurs constituants.

  • 77  Pour Ernest Granger voir l’Avenir. Journal de l’Ariège, 14 Septembre 1894. Pour Gaston Da Costa, v (...)

24Mais il y a plus : ce n’est pas seulement l’acte de Gambetta qui a été tenu en retrait, c’est l’enjeu que constitue le choix de Gambetta de s’y résoudre malgré tout. J’ai évoqué précédemment la part qu’ont prise les blanquistes à l’envahissement du Palais-Bourbon puis de la salle des séances elle-même. Elle est déterminante, en ce qu’elle est probablement ce qui contraint dans l’instant Gambetta à prononcer la déchéance, plutôt que de la laisser proclamer par eux et de les laisser prendre le pouvoir. Or, cette part est longtemps oblitérée et ne refait surface que dans les années 1890, au moment où les blanquistes eux-mêmes la revendiquent. Il faut préciser qu’il s’agit des blanquistes devenus boulangistes puis antidreyfusards : plusieurs blanquistes, dont Ernest Granger, puis Gaston Da Costa racontent leur participation active au 4 Septembre77. Emerge alors un contre-récit : Granger s’identifie lui-même, avec deux autres Blanquistes, Levraud et Balsenq, comme un des jeunes gens qui se sont emparés un instant du fauteuil présidentiel abandonné par Eugène Schneider. Et le récit qu’en fait Da Costa, qui fait parler Balsenq – mort l’année précédente – à la façon d’une prosopopée, attribue à Ernest Granger un discours, non mentionné dans le compte rendu des secrétaires-rédacteurs du Corps législatif, dans lequel, en des termes proches de ceux de Gambetta, mais plus beaucoup plus radicaux, il exige au nom du peuple la double proclamation de la déchéance et de la république :

  • 78  Gaston Da Costa, Ibid.

Citoyens, en présence de nos désastres, en face des malheurs de la patrie, le peuple de Paris a envahi cette enceinte pour y venir proclamer la déchéance de l’Empire et de la République. Nous sommons les représentants de la décréter !78

  • 79  Jules Simon, Souvenirs du Quatre septembre, Origine et chute du Second Empire, Paris, Calmann Lévy (...)
  • 80  Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire.1885-1914, Les origines françaises du fascisme, Paris, S (...)

25Il est difficile de vérifier l’exactitude du discours rapporté. Si le compte rendu déjà mentionné n’indique précisément aucun discours des jeunes gens identifiés comme Granger et Balsenq, Jules Simon évoque brièvement dans ses Souvenirs du 4 Septembre « des discours que personne n’essaye d’entendre », tenus par « cinq ou six orateurs » s’étant emparés de la tribune, puis « deux jeunes gens [qui] se disputaient, s’arrachaient le fauteuil du président »79. On peut admettre que Granger ait parlé et réclamé aussi bien la déchéance et la république. Il est cependant net que les considérants du discours de Granger, désastres et malheurs de la patrie, rappellent en plus condensé ceux du discours de Gambetta. Réécriture postérieure, ou souvenir plausible, rien ne permet de trancher. En revanche, le récit ainsi constitué efface à son tour Gambetta, dont le discours et la présence disparaissent, et place en contrepoint du discours attribué à Granger les paroles de Jules Favre incitant à se rendre à l’Hôtel de Ville pour y proclamer la république. Le récit blanquiste efface presque l’ambivalence et dramatise l’opposition entre républicains résolus, parlant au nom du peuple, et républicains modérés, présentés comme lâches, en l’espèce de Jules Favre, « pâle et soucieux », donnant le signal d’un « sauve qui peut » des députés. Probablement instrumental, ayant pour but de redonner un brevet de républicanisme à un courant passé à une opposition nationaliste et antisémite assimilée à ce que Zeev Sternhell avait dénommé la « droite révolutionnaire »80, le récit blanquiste qui s’érige en contre-récit concurrent renversant la perspective, émerge ensuite progressivement dans l’historiographie avant d’en être pratiquement refoulé.

26Le cinquantenaire de 1920 et le texte de Seignobos constituent ensemble le moment d’oubli de l’enjeu et du conflit: non contentes d’être déplacées au 11 novembre, comme on l’a déjà indiqué, les cérémonies du cinquantenaire ne concernent absolument pas l’envahissement du Corps législatif, qui est éludé au profit de la proclamation de la république à l’Hôtel de Ville. Dans le texte de Seignobos, cette double question de l’interrogation sur l’auteur de la déchéance et de la lacune de la source dans les publications officielles ne fait plus l’objet d’une mention quelconque : il mentionne comme source principale pour le 4 Septembre, sans détailler, l’Enquête parlementaire dans laquelle, comme nous l’avons vu, le texte n’apparaît pas. Elle disparaît alors à peu près de l’historiographie, alors que le discours de déchéance est assez souvent cité. Seignobos ne mentionne pas du tout la participation des blanquistes, dont il ne mentionne pas les récits dans ses sources.

  • 81  Voir note 24.
  • 82  Wladimir Martel, Mes entretiens avec Granger, lieutenant de Blanqui, Paris, Messageries coopérativ (...)
  • 83  Maurice Barrès, L’appel au soldat, 3eme volume du Roman de l’énergie nationale, Paris, Fasquelle, (...)

27C’est en revanche après 1920 que le récit blanquiste est intégré dans l’historiographie. Logiquement absent du texte de Seignobos de 1921, récit républicain orthodoxe, mais également de celui de Raymond Récouly en 193081, exposé lénifiant vulgarisé d’une révolution unanime et sans heurts, c’est chez Alexandre Zévaès, qu’il apparaît en 1932, dans le contexte de la crise que l’on connaît. Le cas de cet historien avocat de profession est particulièrement intéressant : socialiste, puis tenté par le socialisme national, il fait deux récits différents du même épisode en six ans de décalage : en 1926, son récit ne mentionne pas les blanquistes, seulement la foule, et attribue à Gambetta les paroles de Jules Favre. En 1932, le récit qu’il publie dans un ouvrage collectif sous la direction de Jean Héritier montre un renversement total : il cite les paroles attribuées à Granger, ne mentionne pas celles de Gambetta, mais oppose en contrepoint les paroles de Jules Favre dont il souligne l’intelligence de la scène : c’est presque entièrement le point de vue du récit fait par Da Costa qui est repris. Le point de pivot du récit est bien constitué par l’alternative Gambetta/Granger. Le récit blanquiste apparaît bien comme un contre-récit au récit républicain modéré, contre-récit qui semble se rattacher à la geste dont Zeev Sternhell a fait l’histoire : celle d’un basculement d’un certain nombre de militants de gauche vers la droite qu’il appelle révolutionnaire. En 1939, c’est Wladimir Martel qui fait parler à nouveau Granger, en rapportant des entretiens situés vers 1912 ; mais cette fois-ci, Granger attribue lui-même le discours déjà cité à un autre protagoniste, Marchand, rédacteur au journal Candide82. On peut faire un rapprochement entre ce refus d’attribution et le fait que Granger nie absolument avoir été boulangiste, ne reconnaissant qu’un accord tactique avec les partisans du général : Boulanger a précisément été accusé de vouloir renverser la République – thème repris par Barrès dans L’appel au soldat, mais dont il attribue l’idée à Déroulède83.

  • 84  Maurice Dommanget, Blanqui, la Guerre de 1870-71 et la Commune, Paris, Domat, 1947, p.25.
  • 85  Cette idée subsistera sous forme allusive jusque dans les années 1990 chez une historienne comme A (...)
  • 86  Rémy Gossez, Ibid, p. 529.
  • 87  Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen (dir.), La Commune de 1871, Paris, Editions Sociales, 196 (...)
  • 88  Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Parler », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dict (...)
  • 89  Auguste Blanqui, Maintenant, il faut des armes, Textes choisis et présentés par Dominique Le Nuz, (...)

28Après la seconde guerre mondiale, c’est encore ce récit qui est le cœur du texte de Maurice Dommanget, Blanqui, la guerre de 1870-1871 et la Commune, de 1947. Mais le contexte d’inscription de la « fable » blanquiste a radicalement changé : Dommanget, qui publie son livre avec une préface d’Edouard Dolléans, le place sous les auspices de la résistance au nazisme. Et le blanquisme rebascule à gauche. L’hésitation sur l’identité du discoureur – Granger ou Marchand – est intégrée dans le récit. Maurice Dommanget n’hésite alors pas, malgré le flou persistant sur les protagonistes et leurs actes, à affirmer que « quoi qu’il en soit, un fait demeure : c’est le blanquisme qui a mis sa signature au bas de la décision la plus importante d’une journée préparée et conduite en grande partie par lui. »84Dommanget fait ainsi du blanquisme l’auteur du 4 Septembre85. Ensuite, son importance décroît. Le récit blanquiste est repris par Rémy Gossez, mais celui-ci en atténue la portée de contre-récit : il reprend le discours de Granger, en l’attribuant à Marchand, suivant en cela le texte de Martel, mais le place après un silence emprunté au contexte d’énonciation du discours de Gambetta, puis il mentionne la proclamation de la déchéance par ce dernier, mais sans en citer le texte86. Ce récit est enfin relativisé au profit des « masses » , dans l’ouvrage collectif consacré à la Commune en 1960 – republié en 1970 – sous la direction de Jean Bruhat87. Dans cet ouvrage, Emile Tersen inverse le rapport entre blanquistes et républicains modérés : Granger est mentionné, sans paroles, et c’est Gambetta qui prononce la déchéance. Le récit blanquiste disparaît ensuite presque entièrement de l’historiographie – de même que diminuent sans s’effacer complètement les hésitations d’attribution et l’auto-effacement entrepris par Gambetta. Il n’en reste que des traces non compréhensibles directement. Stéphane Rials, qui ne mentionne pas les blanquistes, condense le récit et attribue à Gambetta en 1985 le fait de hurler, alors que la vraisemblance et la source la plus fiable indiquent qu’il parle dans le silence ; c’est plus probablement le blanquiste Granger qui avait été contraint de le faire pour se faire entendre, comme l’indique le texte de Da Costa. Cela permet à Stéphane Rials de qualifier l’acte de Gambetta de « mascarade ». Stéphane Audoin-Rouzeau cite bien en 1989 le texte de la déchéance prononcé par Gambetta, mais sans mentionner non plus de source. Et s’il interprète l’acte de Gambetta comme un choix délibéré de « canaliser l’émeute en se plaçant délibérément à sa tête », il n’indique pas le problème de ce choix non reconnu par son auteur, ni la pression des co-auteurs présents qu’il subit, ni le cryptage de l’illégalité, ni l’effacement de l’archive. En 2002, dans le Dictionnaire critique de la République, Anne-Claude Ambroise-Rendu mentionne bien la présence des blanquistes dont elle fait un motif de l’acte de Gambetta, ce qui est très plausible, mais présente à nouveau le discours de celui-ci dans des termes qui correspondraient aux contraintes de parole auxquelles était confronté Ernest Granger : « Gambetta, qui a repéré quelques meneurs révolutionnaires, notamment blanquistes, essaie de ressaisir la situation. Il hurle plus qu’il ne prononce la déchéance de l’Empire, sitôt acclamée. »88 Le contre-récit blanquiste est réapparu très récemment, mais marginalement, dans l’introduction à l’édition d’une sélection de textes de Blanqui: à nouveau, selon Dominique Le Nuz, l’auteure de l’édition, c’est Ernest Granger – ou Etienne Balsenq – qui proclame la déchéance et la République dans la salle de séances envahie89. Mais cette mention ne fait pas explicitement sens : elle n’est pas présentée comme élément d’un conflit d’interprétations, mais comme une vérité factuelle évidente, qui n’aurait pas de contrepoint.

29Au revers d’une histoire « positive » qui établit et énonce les « faits » accomplis, mais efface les erreurs, l’oubli du refus de l’acte révolutionnaire et de l’effacement de l’archive conjuguent leurs effets : nous ne sommes plus « contemporains » de l’événement dont l’historicité disparaît au moins partiellement. Ces oublis de la conflictualité, ces effacements interprétatifs produisent une sorte de double refoulement : le 4 Septembre est une révolution que ses « auteurs » républicains refusent de « signer » – au contraire d’un Louis-Napoléon Bonaparte qui signe les proclamations du coup d’Etat du 2 décembre – et dont certains interprètes effacent le refoulé derrière une science « positive ». Les récits alternatifs, qui traduisaient les conflits traversant l’événement, et proposaient des interprétations autres, ont disparu. Il est alors utile de rechercher quels peuvent être les effets interprétatifs de ce refoulé, de ces euphémisations, élisions et déplacements.

Effets d’interprétation

30Notre hypothèse, à partir des éléments avancés, est que cet oubli partiel, ces micro-refoulements et déplacements activent des effets d’interprétation d’ensemble encore actuels : persistances d’interprétations conflictuelles, renversements interprétatifs, interprétations totalement contradictoires, ou incompatibles même chez un même auteur, nous semblent devoir être mis en relation avec les effets précédemment relevés.

  • 90  Pour la problématique d’ensemble de cette question, je me permets de renvoyer à Olivier Le Trocque (...)
  • 91  Proclamation du préfet Kératry, « Aux habitants de Paris, Journal officiel de la république frança (...)

31Le principal effet d’interprétation est la lecture de l’événement en termes de « tradition », puis de « rite »90 Plus précisément, c’est le déplacement de la foule du Palais-Bourbon envahi à l’Hôtel de Ville pour aller proclamer la république qui est qualifié ainsi. Pourtant, la « séance extra-parlementaire » ne garde trace d’aucun rite, mais d’un effet politique voulu par Jules Favre et Gambetta : à tous ceux qui réclament que la République soit proclamée dans la salle des séances envahie, Jules Favre oppose le refus de la « guerre civile », il propose l’idée de composer un gouvernement provisoire, et malgré l’intervention d’un « jeune homme » à la tribune qui crie « La république ! La république ici ! tout de suite ! », Gambetta incite à sa suite la foule à aller proclamer la république à l’Hôtel de Ville. Ce qui n’empêche pas plusieurs personnes restées présentes de continuer à exiger la proclamation immédiate et sur place de la République. Il s’agit bien d’un acte politique qui consiste à atténuer l’acte révolutionnaire qui vient d’être accompli, mais jamais assumé comme tel, ainsi que nous venons de le voir. On pourrait presque parler d’un « acte interprétatif » dans l’événement même : en déplaçant le moment et le lieu de la proclamation, Gambetta et Jules Favre séparent nettement proclamation révolutionnaire de la déchéance, prononcée en particulier sous la pression blanquiste, et proclamation de la République ; le lieu de l’Hôtel de Ville permet ainsi de détourner l’attention et de déplacer l’accent, de l’illégalité vers le souvenir de l’histoire qui fait « loi » – Jules Favre : « la République, ce n’est pas ici que nous devons la proclamer ». Le mot de tradition, qualifiant l’ensemble de l’événement, n’apparaît que le lendemain, utilisé par le nouveau préfet de Paris, Kératry, pour désigner la période correspondant à la Révolution et à la Seconde république : « Après 18 ans d’attente, sous le coup de nouvelles nécessités, les traditions interrompues au 18 Brumaire et au 2 Décembre sont enfin reprises. »91

32Une ligne interprétative émerge pourtant à partir du rapport Daru. Le comte Daru y utilise l’expression « tradition révolutionnaire », pour désigner non pas le déplacement opéré par Jules Favre, dont il cite le témoignage, mais la « nécessité » – tournée en dérision- pour les révolutions d’aboutir à cet endroit :

  • 92  Voir note 53.

 Telle est l’explication [crainte d’une lutte violente et souvenir allégué du 15 mai 1848 ] que M. Jules Favre a donné de son départ pour l’Hôtel de Ville. Au surplus, les révolutions s’achèvent toujours là. Maîtresse du pouvoir, l’insurrection devait y conduire le gouvernement qu’elle prétendait se donner, comme y ont été conduits plus tard Delescluze, Assy et F.Pyat ; la tradition révolutionnaire le veut ; le signe de la prise de possession du pouvoir par le peuple est l’installation du gouvernement qu’il proclame à l’Hôtel de Ville.92

  • 93  Charles Seignobos, op.cit., p.47.

33Elle est reprise par Seignobos, qui l’emprunte à l’Enquête sans le dire, condensant en une même expression l’explication de Favre et l’interprétation de Daru, mais qui indique cependant qu’il y a débat : « la foule criait “république !”. Les républicains tenaient à la tradition parisienne ; la révolution, en 1870, comme en 1830 et en 1848, devra être proclamée à l’Hôtel de Ville ». L’interprétation euphémise le geste, mais sans l’effacer complètement93. Après Seignobos, on peut ensuite repérer la reprise simplifiée, les variations et l’amplification de la notion à intervalles réguliers. En 1930, Raymond Récouly s’il cite la « séance extra-parlementaire » sans la nommer, discute ensuite la notion de tradition pour faire une lecture de l’acte de Jules Favre en des termes qui suggèrent l’ inconscient, ou l’instinct :

Qui a le premier crié À l’Hôtel de Ville, détournant ainsi, dérivant vers une autre destination le flot qui menaçait de tout emporter ?

Il semble, d’après tous les témoignages, que ce soit Jules Favre. Il s’est expliqué là-dessus plus tard. Il a expliqué dans sa déposition : “ Il y a des moments de la vie où on ne réfléchit pas, où l’on agit.“

  • 94  Raymond Recouly, Le Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1930, p.67.

Par une explosion soudaine, les vieux souvenirs, les traditions révolutionnaires remontent instantanément à son esprit. Ce cri déterminant un brusque départ, ouvre momentanément une issue : c’est la soupape de sûreté. 94

  • 95  « Séance extra-parlementaire », Gambetta, op.cit. p.412.
  • 96  Georges Duveau, de 1848 à nos jours, Histoire du peuple français, L-H Parias (dir.), volume 4, Par (...)
  • 97  Jean-Baptiste Duroselle, Le Monde, 5 septembre 1970, p.6.
  • 98  « La tradition, en 1871, je la vois clairement(…) la création, la novation en revanche, qu’elles m (...)
  • 99  Philippe Vigier, « Le parti républicain en 1870 », in L’esprit républicain, Colloque d’Orléans, 4 (...)
  • 100  Alain Plessis, op.cit., p.223.
  • 101  Sylvie Aprile, La IIème république et le Second Empire.1848-1870, du Prince Président à Napoléon I (...)

34On voit ici se mettre en place l’élision du conflit au profit de la naturalisation de l’événement : oubli des dialogues par lesquels Jules Favre et Gambetta tentent de convaincre de la nécessité de ne pas proclamer la République sur place, oubli de la technique qui consiste à écrire le mot « Hôtel de Ville » en « gros caractères » et sur de « grandes feuilles de papier » pour indiquer à la foule le mouvement à suivre.95 En 1953, Georges Duveau qualifie l’envahissement lui-même de « rite traditionnel », et le déplacement à l’Hôtel de Ville de « tradition », tout en effaçant le conflit : « À la capitulation de Sedan, Paris riposte, le dimanche 4 Septembre, par la proclamation de la république. Selon un rite traditionnel, le Palais-Bourbon est envahi par des hommes plutôt en liesse qu’en colère. (…) Cependant Gambetta et Jules Favre s’efforcent de protéger leurs collègues et de donner à l’émeute un caractère légal. Ils s’efforcent aussi de respecter la tradition insurrectionnelle. “Ce n’est pas ici, dit Jules Favre, mais à l’Hôtel de Ville, que nous devons proclamer la République.” Et le chœur populaire répète : “À l’Hôtel de Ville ! À l’hôtel de Ville !” ».96En 1970, au moment du centenaire, Jean-Baptiste Duroselle, dans Le Monde, qui qualifie le 4 Septembre de « coup d’Etat », reprend le thème du rite : « À partir de ce moment, il y a un rite que dix-neuf ans d'Empire n'ont pu faire oublier. Les députés républicains – ici Jules Favre – haranguent la foule dans l'hémicycle. Puis ils l'entraînent à l'Hôtel de Ville où se proclament les gouvernements. »97 Lors du colloque du centenaire de 1970, Philippe Vigier, sans oublier les tensions entre mouvement révolutionnaire et députés républicains, reprend l’expression de tradition – qui correspond à des interrogations contemporaines sur la « tradition révolutionnaire » telles que Jacques Rougerie les discute à propos de La Commune l’année suivante, lors du colloque de 197198 – lorsqu’il parle du « gouvernement de défense nationale ainsi constitué le 4 Septembre à l’Hôtel de Ville de Paris suivant la vieille tradition révolutionnaire »99. On retrouve ensuite l’association des termes de tradition et de rite dans La nouvelle histoire de la France contemporaine, sous la plume d’Alain Plessis qui élude lui le conflit: « Le lendemain, tandis que les députés délibèrent encore, des groupes d’ouvriers envahissent l’Assemblée en criant “Déchéance ! “ Puis selon un rite déjà traditionnel, les députés républicains, en l’occurrence Gambetta et J.Favre, haranguent la foule dans l’hémicycle, avant de gagner à sa tête l’Hôtel de Ville ; »100 On reconnaît l’expression de Duveau, mais déplacée de l’envahissement à au choix de l’Hôtel de Ville. Récemment, encore, il est utilisé par Sylvie Aprile, qui intitule son paragraphe « la révolution du 4 Septembre ? » et pour laquelle, « même si les termes seront ensuite employés, il n’y a ni révolution ni coup d’Etat du 4 Septembre » : « le 4 Septembre, place de la Concorde, la foule conduit Jules Favre et Gambetta jusqu’à l’Hôtel de Ville, selon le rite habituel. »101

  • 102  Stéphane Rials, De Trochu à Thiers, 1870-1873, Nouvelle Histoire de Paris, Paris, Association pour (...)
  • 103  Fabrice Bouthillon, La république illégitime, considérations sur l’histoire politique de la France (...)
  • 104  Stéphane Rials, Ibid.

35On peut observer à la fois une certaine forme de progression de la répétition et de la condensation des expressions, et des nuances entre l’utilisation du terme de tradition, associée au terme de révolutionnaire et celle de rite, la première renvoyant davantage à un usage conscient, revendiqué, à une mémoire positive, la seconde à une forme de réflexe, à un oubli. Mais sur le long terme, l’effet interprétatif condensé d’une interprétation politique de Daru, héritée du contexte du « procès » du 4 Septembre, est frappant. Il faut souligner ici qu’il ne s’agit pas d’interprétations marginales : les historiens cités sont universitaires, historiens de métier, et rigoureux. On ne peut donc que lire ces interprétations comme un effet d’oubli, ou de mémoire savante paradoxale, accentuée par l’effet d’échelle – il s’agit de travaux de synthèse – et résultant à notre sens de l’ensemble des déplacements, élisions et euphémismes déjà analysés. Il est en effet d’autres lignes interprétatives, déjà mentionnées, qui insistent sur la dimension spécifiquement révolutionnaire ou « émeutière » de l’événement. Parmi de nombreuses optiques, deux s’opposent nettement : l’une, en général favorable à la Commune, interprétant le 4 Septembre comme une révolution confisquée, ou détournée ; une autre serait plus conservatrice, lisant dans l’événement le désordre. Ni l’une ni l’autre n’interprétant l’événement comme rite réflexe. Du côté de l’interprétation en termes d’ « émeute », nous avons déjà mentionné Pierre de la Gorce, et Samuel Denis, à la fin des années 1890. Or, beaucoup plus récemment, ce point de vue subsiste, qui associe ironie à l’égard de Gambetta et refus de l’ « émeute ». Nous la rencontrons chez Stéphane Rials, en 1985, pour lequel, une fois l’envahissement opéré, « la salle [des séances] appartient désormais à l’émeute. »102 Nous la rencontrons encore, mais atténuée, chez Fabrice Bouthillon, dans La république illégitime, qui parle d’ « à peine une émeute »103. Cela ne signifie pas qu’un effet mémoriel ne puisse également s’y lire, qui ne se limite pas à l’effet de reprise d’un auteur à l’autre. Il nous semble en effet que la couche de sources et d’archives contemporaine du « procès du 4 Septembre » y joue un rôle essentiel : utilisé comme source primaire pour étudier l’événement, la position des témoins n’étant pas mise à distance, cet ensemble de témoignages et de souvenirs, de rapports et de libelles, joue ainsi un rôle de réactivation polémique du conflit chez Stéphane Rials, qui qualifie de « mascarade »104, comme nous l’avons mentionné plus haut, la déchéance prononcée par Gambetta.

  • 105  Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, (préface 2ème édition datée1896), Pari (...)
  • 106  Louise Michel, La Commune, histoire et souvenirs, (préface datée Londres, 1898), réédition Paris, (...)
  • 107  Maurice Dommanget, Blanqui, la Guerre de 1870-71 et la Commune, Paris, Domat, 1947, p.25.
  • 108  C. Talès, La Commune de 1871, Paris, Librairie du travail,1921, réédition 1971, p.14.
  • 109  Henri Guillemin, op.cit., p.123-124.
  • 110  Emile Tersen, dans Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen (dir.), La Commune de 1871, Paris, Edi (...)
  • 111  Henri Lefèvre, op.cit.,p.111.
  • 112  Maurice Choury, La Commune au cœur de Paris, Paris, Editions sociales, 1967, p.50.
  • 113  Georges Soria, Grande histoire de la Commune, Paris, Livre-club Diderot, Edition du centenaire 187 (...)
  • 114  Jacques Chastenet, Histoire de la Troisième République,Paris, Hachette, 1952,volume 1, 1952, p.18.

36Du côté de l’historiographie plus favorable à la Commune, deux lignes interprétatives apparaissent et se distinguent encore nettement : la décision de se rendre à l’Hôtel de Ville, lieu dont la symbolique peut renvoyer précisément à la Commune de 1792 , est attribuée soit à la volonté et à l’action du peuple, soit à la volonté de la gauche modérée, à Jules Favre précisément, de reprendre la situation en main, et de confisquer le pouvoir à son profit. Dans la première ligne interprétative, qui héroïse le peuple, Lissagaray résume ainsi le mouvement de l’action dans son Histoire de la Commune de 1871, parue en 1896105, sans mentionner les blanquistes: « Gambetta, jeté à la tribune, doit prononcer la déchéance. Le peuple veut plus : la République ! emporte les députés de la gauche pour l’aller proclamer à l’Hôtel de Ville. » C’est un récit interprétatif diamétralement opposé à celui de Da Costa et à l’analyse en termes de « sauve qui peut » avancée par celui-ci. À la même période, Louise Michel fait une évocation dans le même sens, située du point de vue de la foule, mais à l’énonciation distanciée, implicitement ironique : « Une nouvelle clameur s’élève : à l’Hôtel de Ville ! C’était déjà beau devant le Corps législatif, c’est bien plus beau dehors ! La foule roule vers l’Hôtel de Ville ; elle est dans ses jours de splendeur »106. Singulièrement, on trouve une interprétation allant presque dans le même sens chez Maurice Dommanget[1947]107, selon lequel Jules Favre « s’écria qu’il n’y avait plus qu’à se soumettre à la sentence du peuple et que la République devait être proclamée à l’Hôtel de Ville. » Dans la seconde perspective, on peut lire sous la plume de C. Talès dès 1921 une interprétation qui reprend le point de vue blanquiste de Da Costa sans le mentionner explicitement : « Pendant un instant, la République populaire est possible. Mais la race des parlementaires escamoteurs de révolutions vit encore. Jules Favre monte à la tribune, soucieux et pâle : « Ce n’est pas ici que la république doit être proclamée, dit-il en substance, c’est à l’Hôtel de Ville » ; on s’y rend dans un effroyable tumulte où les chefs révolutionnaires sont débordés ; il sort de ces habiletés un gouvernement composé de députés élus de Paris, renforcés par le gouverneur militaire de la Ville, le général Trochu. »108 On retrouve la même interprétation en termes de détournement calculé, avec des nuances, aussi bien chez Henri Guillemin[1956]109, chez Emile Tersen[1960], qui parle de « tour de passe-passe »110, que chez Henri Lefèvre[1965]111, Maurice Choury[1967]112, Georges Soria[1971]113. Paradoxalement en apparence, ces analyses rejoignent celle de Jacques Chastenet[1952]114, historien de l’Institut, qui se place du point de vue de Jules Favre. Elles mettent en avant la conflictualité politique et sociale, dans une perspective qui est déjà celle de l’affrontement de la Commune. Peu reprise récemment, l’interprétation dénonciatrice du choix de l’Hôtel de Ville semble ainsi avoir été recouverte par l’interprétation « ritualiste ».

  • 115  Georges Bourgin, La Commune, Paris, Puf, 1953, réédition de 1975, p.10. Du même auteur, La Troisiè (...)
  • 116  Rémy Gossez, Ibid, p.530.
  • 117  William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p.111.
  • 118  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op.cit., p.26.

37Il existe enfin une troisième interprétation de l’attitude de Jules Favre et de la décision de se rendre à l’Hôtel de Ville pour y proclamer la République, qui tend à associer l’idée de rite ou de tradition avec celle d’une intention calculée de Jules Favre et Gambetta. On peut la lire chez Georges Bourgin, [1953] et [1967]115, chez Rémy Gossez[1952]116, et plus récemment chez William Serman [1986]117Jean-Yves Mollier et Jocelyne George[1994]118. Interprétation plus conciliatrice, elle ne nie pas le conflit, qualifie sans hésitation l’événement de révolution, mais suggère davantage qu’il est propice à l’union et au rassemblement, du moins sur le moment.

  • 119  Fabrice Bouthillon, op.cit.
  • 120  Alain Badiou, Logiques des mondes, L’être et l’événement, 2, Paris, Seuil, 2006, p.395-397. Il s’a (...)
  • 121  Pierre de la Gorce, Op.cit.p.432.

38Il faut noter que ces analyses divergentes ne discutent pas entre elles : elles coexistent ou se superposent, constituent des couches interprétatives comme autant de traces mémorielles positives ou négatives, explicites ou implicites qui innervent les récits. L’ensemble peut alors aboutir à des interprétations paradoxales et incompatibles de l’événement. On peut tout d’abord relever la contradiction qui parcourt l’analyse pourtant approfondie de Stéphane Audoin-Rouzeau, lequel tente d’associer deux lectures antinomiques : il évoque « la vague révolutionnaire qui ébranle alors la province », avant de reprendre à la fin de son récit le jugement de René Rémond selon lequel « c’est à peine si l’on peut parler de journée révolutionnaire », car il y manquerait « l’exaltation de la foule, l’élan populaire ». Mais les contradictions qui opposent les textes extrêmement dissemblables de Fabrice Bouthillon119 et de Alain Badiou120, tous deux parus en 2006, inscrits chacun à sa façon dans le débat politique, chacun analysant l’histoire dans une visée propre, sont beaucoup plus fortes. On peut tout d’abord parler de renversement d’interprétation : l’un et l’autre font du 4 Septembre un événement faible, à l’encontre d’interprétations antérieures ressortissant d’une ligne interprétative proche. Fabrice Bouthillon, dont la vision conservatrice et négative de l’événement pourrait sembler proche de Pierre de la Gorce, en fait une « simple manif » : « ce même régime [le Second Empire] s’écroule en vingt-quatre heures, et pas devant une révolution, à peine devant une émeute : devant une simple manif ». Pierre de la Gorce, en 1895, parlait de « la violence qui le détruisit[le Second Empire] »121. Alain Badiou qui se réclame pourtant explicitement de Marx et de Lissagaray, comme Henri Lefèvre, fait du 4 Septembre une étape vers le régime parlementaire, à la façon de Seignobos, alors qu’Henri Lefèvre en faisait une étape vers la Commune. On peut lire chez ces deux auteurs la façon dont l’interprétation euphémisante des républicains modérés a exercé une forme de l’oubli, par l’effacement des autres interprétations, et, partant, du conflit traversant l’événement et du procès interprétatif qui a suivi. Plus encore, cet effacement conduit, non pas au conflit d’interprétations, mais à la juxtaposition d’interprétations incommensurables: pour Fabrice Bouthillon, le 4 Septembre est ainsi « une démonstration de la faiblesse de l’Etat », dont il rend la Révolution responsable – le Second Empire, manifestation pour lui d’un « centrisme » , en étant une des victimes de cette « illégitimité de la République ». Pour Alain Badiou, au contraire, le 4 Septembre, « singularité faible » politique – puisqu’il ne s’oppose pas aux courants dominants – « origine d’une interminable République », serait le signe d’une force de l’Etat: « D’un côté une insurrection qui ne fonde nulle durée, de l’autre une journée qui change l’Etat.(…)Posons que le 4 Septembre 1870, aligné sur le devenir général des Etats européens, qui les fait converger vers la forme parlementaire, est une singularité faible. Et que la Commune, proposant à la pensée une règle de l’émancipation relayée par octobre 1917, mais aussi par l’été 1967 en Chine, ou le mai 68 français, est une singularité forte. » Lectures paradoxales qui sont la trace, à notre sens, de l’oubli de la conflictualité spécifique de l’événement.

39Si nous revenons tout d’abord sur notre hypothèse première d’un rythme conjoint de la « mémoire » et de l’historiographie du 4 Septembre, se manifestant en phases successives, nous devons relativiser la succession empruntée à Henry Rousso et Enzo Traverso: la phase de refoulement officiel n’a jamais complètement cessé et ce qu’on pourrait appeler l’anamnèse ne s’est produit que marginalement, les rares commémorations ou rappels ayant eu lieu pour la plupart- à l’exception de 1920, commémoration déplacée – après la fin de toute mémoire sociale importante, une fois les enjeux politiques les plus directs disparus. La remotivation partielle de l’événement ou son éloignement sont, et jusqu’à aujourd’hui, dépendants de la façon dont se cristallise périodiquement la question politique et sociale autour de la définition de la République. Les interactions, constantes, entre mémoire et historiographie tracent ainsi des lignes plus complexes qui ne se résument pas à de grandes phases mémorielles, même si la mention récurrente de l’oubli du 4 Septembre à partir des années 80 pourrait être considérée comme une forme mineure et paradoxale d’anamnèse historienne. Un procès de l’événement a accompagné son refoulement volontaire dès 1871. Si le refoulement très partiellement levé au moment du Cinquantenaire de la République en 1920 consacre un récit officiel et modéré, il s’accompagne de l’émergence d’un contre-récit blanquiste favorable à l’événement « révolution », mais critique vis-à-vis de la prise du pouvoir par les Républicains modérés. Plus tard, l’avènement d’une historiographie favorable à la Commune, qui développe dans un but de lucidité un récit critique de l’événement, en brouille paradoxalement la lecture car elle ignore le refoulement sur lequel elle s’élabore. L’anamnèse de la Commune déplace à nouveau l’événement et en donne une lumière négative qui produit un second refoulement du 4 Septembre. Le motif historiographique récurrent de l’oubli à partir des années 1980 en est la trace paradoxale.

  • 122  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, réédition folio histoire 2002 (...)

40À une échelle plus grande, les hésitations sur les acteurs de la déchéance, Gambetta, Jules Favre ou Ernest Granger, ou le peuple lui même, les interprétations opposées voire totalement contradictoires, confirment ces interactions et en montrent la complexité. Comme l’indique leur caractère souvent antinomique, les hésitations ou variations du récit, y compris au sein d’un même texte, ne sont pas de simples erreurs du savoir, mais les traces du conflit qui travaillent la complexité des couches historiographiques. Comme l’écrivait si justement Michel de Certeau, si « l’historiographie sépare d’abord son présent d’un passé (…), des « résistances », des « survivances » ou des retards troublent discrètement la belle ordonnance d’un progrès»122. Ayant essayé de montrer à propos du 4 Septembre comment des effets de mémoire travaillaient l’historiographie de façon récurrente, en regard de la mémoire de l’événement, nous pouvons aller jusqu’à dire que la construction narrative de l’histoire contribue à la part savante de cette mémoire, y compris dans ses formes d’oubli : la mémoire à la fois publique et savante du 4 Septembre est devenue une mémoire seconde dans laquelle le refoulement joue un rôle constituant. En effet, ce sont les formes diverses de l’oubli, à des degrés divers, que nous pouvons voir travailler les récits historiens du 4 Septembre, au revers de leur dimension positive d’analyse des « faits » : déplacement de l’événement dans la construction des ouvrages, élision de certains éléments, euphémisation des interprétations, etc. Mais il est important à cet effet de préciser les liens qui s’établissent entre l’historiographie, l’événement et sa « mémoire ». En effet les effets de mémoire propres à l’historiographie sont à relier au conflit événementiel, et à la façon dont une certaine forme calculée de mémoire paradoxale a travaillé dans l’événement même. Ainsi, l’ « oubli » de l’événement 4 Septembre, rappelé par les historiens, à la fois désigne et cache indirectement, à notre sens, non seulement un simple éloignement temporel, mais un double refoulement: l’oblitération politique de l’événement lui-même, opérée par les républicains modérés, dont la commémoration déplacée de 1920 est la reprise accentuée, et qui a consisté en particulier à « esquiver » l’acte de la déchéance, a permis de faire oublier l’origine insurrectionnelle de la République. L’euphémisation historienne de la dimension révolutionnaire de l’événement et de ses liens avec les futurs acteurs de la Commune, qui s’est cristallisée tout particulièrement dans l’interprétation d’une partie ou de la totalité de l’événement en termes de « tradition » puis de « rite » en a reproduit les effets. L’enjeu de la situation au 4 Septembre comme le procès interprétatif qui a suivi le second siège de Paris – dont témoigne le rapport du comte Daru, présidant la Commission d’enquête parlementaire – au moment où le régime n’est pas stabilisé, ont été éludés ou ont perdu une partie de leur sens. L’émergence puis la quasi disparition du contre-récit blanquiste effaçant Gambetta et dénonçant Jules Favre en serait un contre-coup témoignant de l’ambivalence du compromis républicain et de sa contestation postérieure.

  • 123  À cet égard, l’existence d’une rue du 4-Septembre à Paris n’en constitue pas un démenti : l’inscri (...)

41Le choix des élites républicaines de la IIIe République de ne pas célébrer l’événement123, dont le souvenir les rapprochait par trop de l’illégalité du coup d’Etat du 2 décembre et de la violence sociale dont la Commune avait été le spectre, trouverait ainsi une forme de traduction involontaire dans une lecture historienne aujourd’hui dominante du 4 septembre, le sens initial de l’oubli, un geste politique délibéré, ayant été perdu, voire resté inaperçu. On pourrait aller jusqu’à voir dans cet effet mémoriel négatif une sorte d’« oubli de l’oubli » qui serait un des éléments historiographiques de la constitution du désormais célèbre « modèle républicain », élaboré par Serge Berstein dans les années 1980 comme une façon de répondre aux analyses de Zeev Sternhell. C’est alors à une relecture de la notion de « contemporanéité », catégorie englobante de cette histoire depuis le XIXème siècle, que peut nous conduire cette analyse : là où une partie de l’historiographie est tentée d’y lire des continuités, un continuum temporel qui perdure en s’affaiblissant, l’analyse des effets mémoriels qui traversent le récit de l’événement inciterait plutôt à rechercher, à travers les lignes interprétatives, le travail des reprises et des discontinuités.

Haut de page

Notes

1  Enzo Traverso, Le passé, mode d’emploi, histoire, mémoire, politique, Paris, La Fabrique, 2005.

2  Nous n’entreprendrons pas ici d’entrer dans l’ensemble des débats au sujet de la mémoire. Il nous semble cependant aujourd’hui difficile d’opposer, pour un tel type d’événement, mémoire collective et mémoire historique, comme le faisait Maurice Halbwachs, La mémoire collective, édition critique établie par Gérard Namer, Paris, Albin Michel, 1997. Il faut également remarquer que Paul Ricœur, dans son ouvrage récent, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, ne traite pas directement des interactions entre historiographie et mémoire.

3  Il faudrait nuancer, non qu’il y ait un « ressouvenir » important du 4 Septembre, mais on peut constater des indices d’un regain d’intérêt, pour des raisons politiques qui tiennent très certainement à la crise des institutions de la Vème République. En dehors de différents ouvrages récents en marge de la bibliographie historienne classique, on peut signaler le « Pique-nique républicain le 4 Septembre 2006, à 19h30 » du mouvement de droite gaulliste « Aujourd’hui autrement », du député Jean-Luc Romero, dont le site lance un appel à une 6e république présidentielle (www.aujourdhui-autrement.com). Ce site propose même un « sondage » avec vote sur l’importance du 4 Septembre :
« Quel est, parmi ces trois événements historiques, celui qui vous semble le plus important ?
Le 4 Septembre 1870 : rétablissement de la République
Le 14 janvier 1793 : Louis XVI est condamné à mort
Le 4 août 1789 : abolition des privilèges »…

4  François Hartog, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

5  Maurice Agulhon évoque en 1989 le paradoxe de l’oubli de « la journée de naissance de la plus longue et de la plus efficacement fondatrice des Républiques françaises »dans Maurice Agulhon, « réflexions sur l’événement exemplaire, « 1789 l’événement », (Convegno internazionale , Firenze, 5-8 giugno 1989), Mélanges de l’Ecole Française de Rome, Italie et Méditerranée, Tome 104-1-1992, p.189. Olivier Ihl considère que l’effet Sedan+Commune de Paris est un phénomène de surface qui cache une réelle ferveur commémorative pour le 4 Septembre dans les années 1870-1875, dans Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, p.88-98.

6  Comme dans le roman récent de Jean Rouaud, L’imitation du bonheur, Paris, Gallimard, 2005, qui est la mise en scène de la réminiscence des événements de la Commune, : « alors qu’officiellement, je le rappelle pour mes contemporains, elle [la République] a été proclamée le 4 Septembre dernier après Sedan » : on remarquera l’ambivalence volontaire du temps de l’énonciation du narrateur.

7  Autre exemple récent , le flou narratif et chronologique qui caractérise le récit fictionné, attribué à un crieur de journaux, dans l’ouvrage de Sophie Guichard, Paris 1871, La Commune, Paris, Berg International Editeurs,coll. « Histoire-histoires », pp.13-14: l’ « effondrement du régime », les événements qui concernent la déchéance de Napoléon III à Paris et en province, sont situés dans un temps improbable entre le 2 septembre et le 4 Septembre, date de proclamation de la République.

8  Terme pris ici comme métaphore, à la façon dont Henri Rousso l’emploie dans Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil 1990. Ce sera le cas pour les autres termes d’origine psychanalytique employés dans le texte.

9  Ces aspects seront traités ultérieurement, dans le cadre du travail en cours.

10  Enzo Traverso, op.cit. p.43. Voir note 8.

11  Selon plusieurs sources, Schneider, patron du Creusot, qui présidait le Corps Législatif, traité d’ « assassin », a été frappé après qu’il a quitté le fauteuil et levé ainsi la séance l’après-midi du 4 Septembre. Mais il faut mettre à part le cas de l’Algérie qui semble avoir été secouée de façon nettement plus violente.

12  Il serait en cela, toutes proportions gardées, davantage comparable à certaines journées révolutionnaires de la Révolution française comme le 17 juillet 1791, tentative d’insurrection contre la royauté, dont la mémoire est occultée. Voir à ce sujet les travaux en cours de Sophie Wahnich.

13  Enquête parlementaire sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, dans Annales de l’Assemblée nationale, séances et annexes, t.XX à XXVI. Paris, Librairie du Journal officiel, 1872.

14  Voir à ce sujet Rosemonde Sanson, Les 14 juillet, fête et conscience nationale, 1789-1875, Paris, Flammarion, coll. La tradition et le quotidien, 1976. ; Olivier Ihl, La fête républicaine, Paris Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1996.

15  Ces éléments relèvent du travail en cours et n’ont pas encore donné lieu à publication. Mais l’ouvrage d’Olivier Ihl(voir note 13) mentionne de nombreux exemples de ces célébrations populaires.

16  Nous laissons de côté dans le cadre de cet article la question des récits de fiction, pourtant un autre élément important de constitution d’une mémoire sociale. Ainsi, La débâcle, de Zola, roman faisant partie des Rougon-Macquart, Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, et qui traite de l’ « Année Terrible », paraît en 1893.

17  Cette notion semble émerger dans les années 1830. Michelet parle encore en 1827 d’ « histoire moderne » pour évoquer l’ « histoire des trois derniers siècles », et il ne désigne par aucun terme précis « la partie de l’histoire la plus rapprochée de l’époque à laquelle nous vivons ». Louis Blanc dans son Histoire de dix ans, 1830-1840, Nouvelle édition, Paris, Félix Alcan, sd[1899], emploie le terme à propos de l’ « histoire des dix dernières années », p.449-462. L’expression devient courante à partir du Second Empire.

18  Pierre de la Gorce, Histoire du Second Empire, tome septième, Paris, Plon, 1895.

19  Adolphe Michel, La Troisième République française, Histoire contemporaine, Paris, Degorce-Cadot, 1873.

20  Samuel Denis, Histoire contemporaine, Tomes I-II-III, Paris, Plon, 1897-1900.

21 Gabriel Hanoteaux, Histoire de la France contemporaine, Paris, 1903-1908, réédité sous le titre Histoire de la fondation de la troisième république, Le gouvernement de M.Thiers 1870-1873, […]Nouvelle édition, Paris, Plon, 1925.

22  Citons Samuel Denis : « A la vérité, les hommes du 4 Septembre se sont rendus coupables d’une usurpation manifeste, que les circonstances périlleuses où l’on était ne suffisent pas à légitimer, en s’emparant révolutionnairement du pouvoir, avec le concours des envahisseurs du Corps législatif et sans l’assentiment des représentants du pays, et ils ont fait de ce pouvoir usurpé un usage compromettant pour les intérêts de la patrie ! Ils ne sauraient, à ce double titre, échapper aux sévérités de l’histoire. », dans Histoire contemporaine, Tome 1, Paris, Plon, 1897, p.161-162.

23  Ainsi en 1904, Emile Combes préside à Auxerre des « fêtes d’inauguration » le 4 Septembre. Son discours se réfère à 1870, mais sans évoquer directement l’événement : « La république de 1870 a débarrassé la France de la dernière forme de la Monarchie. Le Ministère actuel entend que la République de nos jours l’affranchisse absolument de toute dépendance, quelle qu’elle soit, à l’égard du pouvoir religieux ».Ville d’Auxerre, fêtes d’inauguration du marché couvert et de divers autres établissements municipaux, sous la présidence de M.Emile Combes. 4 Septembre 1904. Archives municipales d’Auxerre.

24  Nous ne traiterons pas ici faute de place de la question des images du 4 septembre qui jouent cependant un rôle non négligeable dans notre optique. Nous nous permettons de renvoyer à Olivier Le Trocquer, « Le 4 Septembre 1870 ou l’image déplacée », dans Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’événement, Images, représentations, mémoire, Paris, Créaphis, 2003, p. 49-66.

25  Jean Jaurès La guerre franco-allemande ; Louis Dubreuilh, La Commune, dans Jean Jaurès(dir.), Histoire socialiste t.XI, Paris, J. Rouff, sd [1901].

26  Charles Seignobos, Du déclin du Second Empire à l’établissement de la IIIème république 1859-1875, Histoire de France contemporaine, tome VII, Paris, Hachette, 1921.

27  Ainsi, le livre de Raymond Recouly, Le Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1930, paraît dans une collection intitulée « récits d’autrefois ». Le livre de Léo Larguier, journaliste et écrivain, Le 4 Septembre, Paris, Les éditions de France, coll. Marianne, 1931, commence par une scène d’oubli.

28  Jacques Bainville, de l’Académie française, La troisième République, Paris, Plon, 1936.

29  Alexandre Zévaès, Histoire de la troisième République, Paris, Editions de la Nouvelle revue critique, 1938.

30  La phrase de Chateaubriand dans Les Mémoires d’outre-tombe, Paris Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, volume I, p.15 : « Les événements effacent les événements ; inscriptions gravées sur d'autres inscriptions, ils font des pages de l'histoire des palimpsestes», écrite dans l’après Révolution, pourrait être reprise, autrement, pour l’après 45.

31  Charles de Gaulle, Discours et messages, Paris, Plon, 1970, p.529-531.

32  Discours prononcé par le général de Gaulle, chef du Gouvernement de la République, le 4 septembre 1958, place de la République à Paris, Imprimerie nationale. Texte adressé aux électeurs à l’occasion du référendum du 28 septembre 1958 portant sur le projet de constitution présenté par De Gaulle le 4 septembre 1958.

33  Joseph Calmette, de l’Institut, Les révolutions, Trilogie de l’histoire de France, volume III, Paris, Fayard, 1952, p. 733.

34  Rémy Gossez, « le 4 Septembre, initiatives et spontanéité », in Actes du 77e congrès des sociétés savantes(section d’histoire), Grenoble, 1952, p.505-534.

35  Une cérémonie modeste et une exposition à l’Hôtel de Ville de Paris, à laquelle participe le président Georges Pompidou et des articles de journaux. La radio et la télévision en font également état. Voir à ce sujet les deux textes de Philippe Vigier, l’un de 1970, l’autre de 1989, chacun inscrit dans une commémoration : « Le parti républicain en 1870 », in L’esprit républicain, Colloque d’Orléans, 4 et 5 septembre 1970, p.13-26 ; « 1870-1970. le centenaire de la République », dans 1848. Révolutions et mutations au XIXème siècle, Histoires de centenaires ou le devenir des révolutions, n°5/1989, p. 89-94.

36  Alain Plessis, De la fête impériale au mur des fédérés, 1852-1871, Paris, Seuil, Nouvelle histoire de la France contemporaine, 1973.

37  Il faut bien sûr en particulier citer Jacques Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1971, qui remonte aux 4 et 5 septembre pour étudier la première affiche rouge comme une des proclamations à l’origine de la Commune. Précisons que nous ne traitons pas ici de façon approfondie de l’historiographie de la Commune, faute de place. Nous en aborderons cependant plus loin certains aspects ayant trait au 4 Septembre.

38  Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, (préface 2ème édition datée1896), Paris, réédition La Découverte-Syros, 2000, p. 59-60.

39  Henri Guillemin, Cette curieuse guerre de 70, Thiers-Trochu-Bazaine, Paris, Gallimard, coll. « La suite des temps », 1956. Le chapitre III s’intitule « Le 4 Septembre ou la République des Jules », pp.100-176. Il reprend ainsi la critique du Gouvernement de la Défense nationale qui émerge dès le siège de Paris.

40  Henri Lefèvre , La proclamation de la Commune, 26 mars 1871, Paris, Gallimard, collection Trente journées qui ont fait la France, 1965.

41  Ibid, p.112.

42  Jean-Pierre Azéma, Michel Winock, La IIIème république(1870-1940) , Paris, Calmann-Lévy, 1970, p.45.

43  Voir supra, note 37.

44  Jeanne Gaillard, Communes de province, commune de Paris, Paris, Flammarion, coll. Questions d’histoire, 1971.

45  Ainsi Fayard ne publie pas moins de trois histoires successives de la IIIème République entre 1989 et 2002 : Pierre Miquel La troisième République, Paris, Fayard, 1989 ; Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La plus longue des républiques.1870-1940 , Paris, Fayard, 1994 ; René Rémond, La République souveraine. La vie politique en France.1879-1939, Paris, Fayard, 2002.

46  Maurice Agulhon, « Réflexions sur l’événement exemplaire, « 1789 l’événement », (Convegno internazionale , Firenze, 5-8 giugno 1989), Mélanges de l’Ecole Française de Rome, Italie et Méditerranée, Tome 104-1-1992, p.189. Maurice Agulhon, pourtant très attaché à l’événement, paraissait ignorer qu’il y avait eu un cinquantenaire, ce qui atteste de l’oubli important de celui-ci(entretien avec l’auteur en 1992). Ce n’est pas la première occurrence d’une mention du 4 Septembre comme oublié chez Maurice Agulhon : on la rencontrait déjà en 1980, mais en marge , dans sa présentation de la réédition de l’ouvrage de Georges Weill, Histoire du parti républicain en France, Paris, 1928, Réimpression Genève, Slatkine: « C’est bien cela, au fond, que raconte le livre que nous présentons : espérance précaire d’abord, l’idée républicaine survit, puis s’affirme, lutte, et enfin triomphe, jusqu’à ce 4 Septembre 1870, date terminale, date historique majeure, que les écoliers aujourd’hui ignorent, bien qu’un grand nombre de communes la rappellent encore par des noms de rues ou de places publiques. » [ p.3].

47  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La plus longue des Républiques, Paris, Fayard, 1994, p.11-14 et p.23-28.

48  Il faut bien sûr préciser que cet aspect d’oubli n’est qu’un parmi d’autres qui caractérisent l’historiographie de l’événement à cette période. Il est ainsi relu par François Furet comme « scène classique du répertoire français » de la Révolution, dans La révolution,2, 1814-1880, Histoire de France, Paris, Hachette, 1988, réédition collection Pluriel, 1990, p.406. En 1991, un article d’Eric Bonhomme, « Les rouages d’une impuissance politique : le gouvernement de la Défense nationale à Paris », Revue de la Bibliothèque nationale, n°41, Automne 1991, p.9, résume l’événement de façon consensuelle.

49  Ces formes sont beaucoup plus prononcées dans les récits de fiction, comme dans celui de Zola, La débacle, déjà cité(voir note 14), dans lequel le 4 Septembre est raconté par une lettre, lue au début d’octobre 1870.

50  Gabriel Hanoteaux,op.cit.

51  Ibid, p.14.

52  Charles Seignobos, op.cit., p.248.

53  Cf Histoire de la révolution du 4 septembre et de l’insurrection du 18 mars. Dépositions de M. Thiers devant les commissions d’enquête parlementaire du 4 septembre et du 18 mars, Paris, Garnier frères, 1871. Voir en particulier les pages 60-63. Thiers y escamote la proclamation de la déchéance.

54 Ibid, p.5-6.

55  Alexandre Zevaès, Ibid, p.12-13.

56 Ibid, p.603.

57  Dont Alain Plessis devait rédiger le récit pour la collection de Gallimard, « trente journées qui ont fait la France », selon Pierre Nora.

58  Cf note 39. « Puis, le lendemain, c’était le 4 Septembre, l’effondrement d’un monde, le second Empire emporté dans la débâcle de ses vices et de ses fautes, etc. », p.393.

59  Francis Démier, La France du XIXème siècle. 1814-1914, Paris, Seuil, 2000, p.286-292.

60  Antoine Prost, « les monuments aux morts », Pierre Nora(dir.), Les lieux de mémoire, I. La république, Paris Gallimard, bibliothèque illustrée des histoires, p.208.

61  On ne sera pas surpris de la trouver sous le nom de Maurice Agulhon, dans l’article « La mairie – Liberté.Egalité. Fraternité »: « La mairie est républicaine par définition, puisque la France elle-même l’est depuis le 4 Septembre », [Ibid]in Pierre Nora(dir.), Les lieux de mémoire, I. La république, p.168.

62  Voir note 37.

63  « Séance extraparlementaire du 4 Septembre 1870 » , Le Siècle,12 janvier 1871, republié dans le volume I des Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, publiés par Joseph Reinach, Paris, 1880, p.398-416 . Pour plus de détails et ce qui suit, je me permets de renvoyer à Olivier Le Trocquer, « de la source à l’archive et de l’archive à l’écriture de l’histoire : Gambetta, la “ séance extra-parlementaire du 4 Septembre 1870 et les enjeux de la biographie politique“, dans Journée d’études Réflexions sur les sources écrites de la « biographie politique ». Le cas du XIXème siècle, organisée au centre Malher par Louis Hincker, chercheur CNRS –UPRESA 8058, Université de Paris I-CNRS. CRHMSS. UPRESA 8058, programme « prosopographie des militants », avec la collaboration du Centre de recherches sur l’histoire du XIXème siècle des Universités de Paris I-IV. samedi 13 novembre1999.

64  On peut citer cette phrase venant d’ « un citoyen dans une des hautes tribunes » : « Nous voulons la république démocratique. Voilà vingt ans que nous attendons. Dépêchez-vous ! » Discours et plaidoyers politiques de M. Gambetta, publiés par Joseph Reinach, Paris, 1880, vol.1, p.402.

65  Le député bonapartiste Ernest Dréolle s’en indigne en 1871, dans son récit, La journée du 4 septembre au Corps législatif, avec notes sur les journées du 3 et du 5 septembre. Souvenirs politiques, Paris Amyot, 1871, p.77.

66  Journal officiel, 4 mars 1871.

67  Enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale, Rapport Daru, volume 20, chapitre IV,« Ce qui se passe dans l’intérieur de la salle envahie. », dans Annales de l’Assemblée nationale, annexe à la séance du 13 novembre 1872, Paris, Germer-Baillière, 1872, p.15.

68  Enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale, Rapport Daru, Ibid.

69  Gambetta, « Discours sur la proposition de M. Thiers tendant à nommer une commission de gouvernement et de défense nationale prononcé le 4 Septembre 1870 au Corps législatif », dans Discours et plaidoyers politiques de M.Gambetta, publiés par M. Joseph Reinach, volume I, Paris, Charpentier, 1880, pp.395-416. En fait de discours, il s’agit pour la plus grande partie des tentatives de Gambetta, d’autres députés républicains et de Schneider de convaincre la foule de respecter l’ordre, et des réactions de cette foule. La « séance extra-parlementaire » qui contient le discours de la déchéance est jointe au « discours sur la proposition de M. Thiers ».

70  C’est le cas des Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté sous le Second Empire, Paris, Jules Rouff, 1881, réédition Arléa, 1999, p.363 : « Jules Favre, qui prononça la déchéance de l’Empire, etc. » « Monsieur Claude », ancien bonapartiste n’a sans doute pas rédigé lui-même ses « mémoires ». Mais le texte lui fait prendre postmortem une position en faveur de la République modérée.

71  Samuel Denis, op.cit., p.167.

72  Jean Jaurès, op.cit., p.10 ; Louis Dubreuilh, op.cit., p.252.

73  voir à ce sujet de l’image la note 24.

74  Léon Gambetta, « A Mme Juliette Adam, 4 7bre 1874 », dans Lettres de Gambetta.1868-1882, Paris, Bernard Grasset, 1938, lettre n°205.

75  Jules Favre, Gouvernement de la Défense nationale, Paris, Plon, 1871.

76  Ibid, p.77.

77  Pour Ernest Granger voir l’Avenir. Journal de l’Ariège, 14 Septembre 1894. Pour Gaston Da Costa, voir La Commune vécue, Paris, 1905, tome III, p.313-320.

78  Gaston Da Costa, Ibid.

79  Jules Simon, Souvenirs du Quatre septembre, Origine et chute du Second Empire, Paris, Calmann Lévy éditeurs, 4e édition, 1876, p.393.

80  Zeev Sternhell, La droite révolutionnaire.1885-1914, Les origines françaises du fascisme, Paris, Seuil, 1978. On sait que cette analyse a été très discutée et contestée. L’expression a ici l’intérêt de souligner ce basculement d’une partie des Blanquistes dans l’opposition nationaliste radicale à la République officielle, tout en continuant à se réclamer du 4 Septembre.

81  Voir note 24.

82  Wladimir Martel, Mes entretiens avec Granger, lieutenant de Blanqui, Paris, Messageries coopératives du Livre et de la Presse, 1939, p.58.

83  Maurice Barrès, L’appel au soldat, 3eme volume du Roman de l’énergie nationale, Paris, Fasquelle, 1900, réédition Robert Laffond, 1994, p.861-862.

84  Maurice Dommanget, Blanqui, la Guerre de 1870-71 et la Commune, Paris, Domat, 1947, p.25.

85  Cette idée subsistera sous forme allusive jusque dans les années 1990 chez une historienne comme Alice Gérard, qui qualifiait alors le 4 Septembre de « pustch léniniste »(discussion avec l’auteur).

86  Rémy Gossez, Ibid, p. 529.

87  Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen (dir.), La Commune de 1871, Paris, Editions Sociales, 1960, p. 68-71.

88  Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Parler », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2002, p.1100.

89  Auguste Blanqui, Maintenant, il faut des armes, Textes choisis et présentés par Dominique Le Nuz, p.39.

90  Pour la problématique d’ensemble de cette question, je me permets de renvoyer à Olivier Le Trocquer, « Des rites de l’événement à l’événement ritualisé », Hypothèses 1997, travaux de l’Ecole doctorale d’histoire de l’Université de Paris-I, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, pp.31-39.

91  Proclamation du préfet Kératry, « Aux habitants de Paris, Journal officiel de la république française, 5 septembre 1870.

92  Voir note 53.

93  Charles Seignobos, op.cit., p.47.

94  Raymond Recouly, Le Quatre Septembre, Paris, Hachette, 1930, p.67.

95  « Séance extra-parlementaire », Gambetta, op.cit. p.412.

96  Georges Duveau, de 1848 à nos jours, Histoire du peuple français, L-H Parias (dir.), volume 4, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1953, p.307-308.

97  Jean-Baptiste Duroselle, Le Monde, 5 septembre 1970, p.6.

98  « La tradition, en 1871, je la vois clairement(…) la création, la novation en revanche, qu’elles me semblent plus difficile à cerner !(…)Discontinuité : un mot qu’il est difficile de faire admettre à l’historien !(…) je suis (…) contraint (…) de chercher en propre, à Paris(…) quels sont les moyens, les intermédiaires, quelles sont les “courroies de transmission” précises qui ont assuré dans ce cas particulier permanences et perpétuation de la mémoire. » Jacques Rougerie « mil huit cent soixante et onze », la Commune de 1871, colloque de paris(mai 1971), Actes du colloque universitaire pour la commémoration du centenaire de la Commune de 1871, Paris, Les éditions ouvrières, 1972, pp.49-61.

99  Philippe Vigier, « Le parti républicain en 1870 », in L’esprit républicain, Colloque d’Orléans, 4 et 5 septembre 1970, p.15.

100  Alain Plessis, op.cit., p.223.

101  Sylvie Aprile, La IIème république et le Second Empire.1848-1870, du Prince Président à Napoléon III, Paris, Pygmalion, Histoire politique de la France, 2000, p.377.

102  Stéphane Rials, De Trochu à Thiers, 1870-1873, Nouvelle Histoire de Paris, Paris, Association pour la diffusion d’une histoire de Paris, diffusion Hachette, 1985, p.67.

103  Fabrice Bouthillon, La république illégitime, considérations sur l’histoire politique de la France au XIXème siècle,(1851-1914), Paris, Plon, Collection Commentaire, 2006, p.13.

104  Stéphane Rials, Ibid.

105  Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, (préface 2ème édition datée1896), Paris, réédition La Découverte-Syros, 2000, p.59.

106  Louise Michel, La Commune, histoire et souvenirs, (préface datée Londres, 1898), réédition Paris, La découverte, 1999, p.71.

107  Maurice Dommanget, Blanqui, la Guerre de 1870-71 et la Commune, Paris, Domat, 1947, p.25.

108  C. Talès, La Commune de 1871, Paris, Librairie du travail,1921, réédition 1971, p.14.

109  Henri Guillemin, op.cit., p.123-124.

110  Emile Tersen, dans Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen (dir.), La Commune de 1871, Paris, Editions Sociales, 1960, p.70 : « Mais ici, interviennent deux tours de passe-passe : les forces populaires se laissent égarer pas Jules Favre qui, évoquant 1848, les dérive vers l’Hôtel de Ville, puis tromper par Ferry qui, pour les empêcher d’intervenir dans la formation du nouveau gouvernement, annonce « les députés de paris au gouvernement ». Tous sont des républicains ; mais tous sont des républicains bourgeois qui s’assurent ainsi le bénéfice exclusif de la journée. »

111  Henri Lefèvre, op.cit.,p.111.

112  Maurice Choury, La Commune au cœur de Paris, Paris, Editions sociales, 1967, p.50.

113  Georges Soria, Grande histoire de la Commune, Paris, Livre-club Diderot, Edition du centenaire 1871-971, Volume 1, 1970, p.195.

114  Jacques Chastenet, Histoire de la Troisième République,Paris, Hachette, 1952,volume 1, 1952, p.18.

115  Georges Bourgin, La Commune, Paris, Puf, 1953, réédition de 1975, p.10. Du même auteur, La Troisième République, Paris, Armand Colin, 1967, réédition de 1972, p.16.

116  Rémy Gossez, Ibid, p.530.

117  William Serman, La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p.111.

118  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op.cit., p.26.

119  Fabrice Bouthillon, op.cit.

120  Alain Badiou, Logiques des mondes, L’être et l’événement, 2, Paris, Seuil, 2006, p.395-397. Il s’agit d’un texte philosophique extrêmement dense, difficile d’accès, en apparence très éloigné de l’historiographie, mais qui consacre des pages intéressantes à une réflexion sur l’événement historique.

121  Pierre de la Gorce, Op.cit.p.432.

122  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975, réédition folio histoire 2002, p.17.

123  À cet égard, l’existence d’une rue du 4-Septembre à Paris n’en constitue pas un démenti : l’inscription de la date a été imposée le jour même par la foule, en lieu et place de la rue du Dix-Décembre devenue un symbole insupportable, et ce changement de nom a été officialisé par Etienne Arago, maire de Paris depuis le 4 Septembre, à la date du 15 septembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Trocquer, « Mémoire et interprétation du 4 Septembre 1870 : le sens de l’oubli », Temporalités [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/283 ; DOI : 10.4000/temporalites.283

Haut de page

Auteur

Olivier Le Trocquer

CRH XIXe — Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page