Navigation – Plan du site
Lire

Gilles Pronovost, Comprendre les jeunes aujourd’hui. Trajectoires, temporalités

Presses de l’Université du Québec, 2013
Mélanie Roussel
Référence(s) :

Gilles Pronovost, Comprendre les jeunes aujourd’hui. Trajectoires, temporalités, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2013.

Texte intégral

  • 1 À savoir primo, une étude longitudinale sur le développement des enfants au Québec (ELDEQ) réalisée (...)
  • 2 Le Cégep (Collège d’enseignement général et professionnel) n’a pas d’équivalent dans le système fra (...)

1Ce livre ambitionne de synthétiser les connaissances sur les jeunes d’aujourd’hui, à l’ère du numérique et des problématiques environnementales, de la société québécoise. Pour cela, l’auteur s’appuie sur des travaux qu’il a menés ces dernières années et sur plusieurs enquêtes institutionnelles1. Il se focalise ainsi sur les jeunes du secondaire c’est-à-dire de 11 à 16 ans ; mais afin de saisir toute la complexité de la construction de leurs intérêts culturels et sociaux et par la même occasion leur trajectoire, il se penche également sur le cycle primaire de 6 à 11 ans et sur l’enseignement supérieur notamment le Cégep, l’enseignement collégial qui précède l’entrée à l’université ou celle sur le marché du travail2.

  • 3 Comme pour certains instituts de sondage à propos du vote.

2L’ouvrage est accompagné d’un complément édité sur le site de l’université du Québec à Trois-Rivières, offrant un retour sur les faits saillants, des précisions méthodologiques, des compléments d’informations par le biais de fiches de lecture, etc., le tout produisant un effet convivial. Bien que l’auteur ait porté une grande attention à la présentation de ce livre (ainsi qu’à l’interface du site) et qu’il ait la volonté de faire de celui-ci une synthèse, il est difficile pour le lecteur de se contenter de la simple lecture du livre ; celui-ci nécessite des va-et-vient entre les différents supports mis à disposition, particulièrement les sites de statistiques publiques comme l’ISQ. Assurément on s’interrogera à la lecture de certains pourcentages, peut-être en raison d’une méconnaissance de la société québécoise et de la manière dont nous percevons les choses infléchies au travers du prisme de notre pays d’origine. Pour exemple, cette phrase, « Les trois quarts vérifient leurs devoirs à raison de près de 90 % lorsque l’enfant a atteint l’âge de 11 ans, et ce, même lorsque l’enfant a 15 ans. » (p. 14), interpelle et demande une petite fouille sur le site Web quant au mode de passation des questions qui peut influer sur les réponses3.

  • 4 Expression qu’il reprend à Sylvie Octobre, dans L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et par (...)

3Le texte de Gilles Pronovost se décline en six chapitres, suivant en cela la succession des différents âges de la vie. Le premier chapitre s’intéresse aux diverses composantes de l’environnement social, notamment la famille, qui peuvent agir sur les intérêts (influences qui diffèrent selon les âges) qu’ils soient culturels, sportifs ou sociaux. Il en ressort que le taux d’activités des jeunes est fortement à mettre en rapport avec la participation des parents et des grands-parents, ce qui revient à dire qu’« à parents lecteurs, enfants lecteurs. À parents sportifs, enfants sportifs. À parents télévores, enfants télévores » (p. 133). La différenciation fille et garçon intervient très tôt : les filles se tourneront vers les activités culturelles enseignées principalement par les mères et les garçons vers le sport sous la direction des pères. La famille est donc l’acteur principal dans la construction des intérêts culturels et sportifs mais celle-ci déteint davantage sur un univers d’intérêts que sur une activité particulière. Ces univers des jeunes du primaire et du secondaire sont décrits dans le chapitre deux. Il fait état de quatre univers très liés : celui de la pratique sportive et du plein air, du numérique, mais encore des pratiques culturelles et enfin des « sorties », qui évoluent selon l’âge. On peut alors parler de définition culturelle des âges de la vie4.

  • 5 Doctorante en sociologie à l'Université Laval.
  • 6 Dès 13 ans, le quart des adolescents indique avoir un emploi. Un employeur peut faire travailler un (...)

4Le troisième chapitre, en collaboration avec Caroline Legault5, s’évertue à comprendre les dynamiques temporelles à l’adolescence par l’intermédiaire de six idéaux typiques de trajectoires, de processus de structuration, d’itinéraires sociaux, tout en précisant que la réalité est bien plus complexe. Le premier, « du cercle vertueux de la famille à l’école relais », se définit par une trajectoire où les passions des jeunes sont infléchies par la famille et poursuivies par le biais de l’école. Le deuxième, « des trajectoires sexuées au sein d’univers parallèles », en revanche, ne fait plus de l’école un relais des passions premières mais un accès à un autre univers. Le troisième, « une passion intense démultipliée en une constellation d’activités apparentées », se constitue par le besoin de satisfaire une passion très forte dans la pratique de multiples activités complémentaires ou apparentées, incitée par la famille comme par l’école. Le quatrième, « l’éclectisme sur fond d’autonomie », se caractérise par le fait de saisir toutes les opportunités en termes d’activités au fur et à mesure qu’elles se présentent avec un rôle moindre de la famille. Le cinquième nommé « des stratégies de repli » représente des trajectoires où les activités sportives, culturelles sont peu présentes. Le dernier, « des trajectoires de la sociabilité », incarne des parcours où les amis sont omniprésents mais ne pèsent pas toujours de la même manière. Ces trajectoires balancent entre présent et futur, alors que le passé ne paraît pas encore avoir de poids dans leurs discours ; elles tanguent également entre la construction de leur identité et la décentration de soi. Ces itinéraires ne sont donc pas linéaires ; les allers et retours y semblent constants. Le chapitre quatre porte, quant à lui, sur les « choses importantes » pour les jeunes : la famille, l’école, le travail (nombre de jeunes exercent de petits boulots pendant leurs études6), les amours, les amitiés, l’hédonisme, et l’engagement social et donc par là sur le système de valeurs. Le tiercé gagnant chez ces jeunes du primaire et du secondaire : le travail, l’amour et les amis, sans mettre de côté la jouissance du présent ; et à nouveau la famille, ainsi que les amis, constituent les acteurs primordiaux de cette construction.

5Les deux derniers chapitres, le cinquième et le sixième, se centrent sur leurs relations aux problématiques contemporaines : le numérique et la question environnementale. Dans le chapitre consacré au numérique, l’auteur exprime qu’il est une ressource pour les jeunes en termes d’expression, de création, etc. et que le véritable enjeu consiste à ajuster les méthodes éducatives à cet univers. Il fait également état de la polychronie chez les jeunes aujourd’hui ; le « multitâches » devient d’ailleurs une quasi-norme chez eux. La « nouvelle fracture numérique » se situe désormais dans l’usage de ces nouvelles technologies et non plus dans leur accès, usage qui varie selon la catégorie socio-économique du milieu familial (variable qu’on aurait aimé voir apparaître dans les statistiques et graphiques).

  • 7 Diplômée d’une maîtrise en Loisir, culture et tourisme de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

6Concernant les questions environnementales (ce sixième chapitre est réalisé en collaboration avec Marie-Pierre Bernard7), l’auteur constate un pessimisme conséquent à propos de l’avenir de la planète (pessimisme qui ne cesse d’augmenter en vieillissant, notamment au cours de deux périodes du cycle de vie correspondant l’une à l’entrée dans le secondaire et l’autre à l’âge de 14-15 ans), malgré une reconnaissance du rôle des groupes environnementaux, des parents et de l’école dans la protection de l’environnement (contrairement au gouvernement et aux industries). Si ces jeunes ont un regard négatif sur eux-mêmes quant à la prise en considération de ces questions, ils pensent qu’en changeant les habitudes et les attitudes des gens, tout n’est pas irréversible. Ici aussi, la sensibilisation des enfants à ces problématiques est corrélée à celle des parents, ainsi qu’à des rapports positifs avec l’école (réussite scolaire ou participation à des activités parascolaires) spécialement dans les écoles ayant un programme environnemental.

7Cet ouvrage apporte donc, comme l’auteur le promet dès le début, une connaissance pointue des traits qui caractérisent les pratiques et représentations des jeunes québécois contemporains. Mais, celui-ci ne saura rassasier, à défaut ou à profit, le lecteur qui tente de comprendre les jeunes ; au contraire, il invite à regarder ailleurs pour mieux saisir la multiplicité des trajectoires, particulièrement celles des minorités.

Haut de page

Notes

1 À savoir primo, une étude longitudinale sur le développement des enfants au Québec (ELDEQ) réalisée par l’Institut de la statistique du Québec (l’ISQ) à partir d’une cohorte de 2 120 enfants ; secundo, une enquête menée en 2005 auprès de 1 847 enfants âgés de 11 à 15 ans (synthèse de Pronovost publiée en 2007) ; tertio, une enquête réalisée en 2008, en collaboration avec la Fondation Monique-Fitz-Back pour l’éducation au développement durable, auprès de 1 890 jeunes âgés de 10 à 17 ans (publiée en 2009 par Pronovost, Payeur et Robitaille), suivie par une autre en 2010 auprès cette fois-ci de 1 297 jeunes âgés de 10 à 17 ans (publiée en 2010 par Pronovost, Payeur et Robitaille) ; enfin, un rapport sur les pratiques culturelles des jeunes dans l’univers technologique actuel remis au ministère québécois de la Culture et des Communications (Pronovost, 2011).

2 Le Cégep (Collège d’enseignement général et professionnel) n’a pas d’équivalent dans le système français. Il propose la poursuite d’un programme préuniversitaire de deux ans préparant donc à l’enseignement universitaire et d’un programme d’étude technique de trois ans conduisant au marché du travail. Il s’agit ainsi d’une forme de propédeutique.

3 Comme pour certains instituts de sondage à propos du vote.

4 Expression qu’il reprend à Sylvie Octobre, dans L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence, Paris, La Documentation française, 2010, p. 57.

5 Doctorante en sociologie à l'Université Laval.

6 Dès 13 ans, le quart des adolescents indique avoir un emploi. Un employeur peut faire travailler un enfant de moins de 14 ans mais pour cela il doit obtenir l’autorisation écrite d’un de ses parents ou de son tuteur et doit s’assurer que ses heures de travail ne l’empêchent pas d’être à l’école pendant les heures de classe (et ce jusqu’à la fin de l’année scolaire de ses 16 ans), entre autres. À 15-16 ans, une majorité d’entre eux concilierait travail rémunéré et études.

7 Diplômée d’une maîtrise en Loisir, culture et tourisme de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Roussel, « Gilles Pronovost, Comprendre les jeunes aujourd’hui. Trajectoires, temporalités  », Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2854

Haut de page

Auteur

Mélanie Roussel

Centre universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique, Épistémologie et Sciences Sociales - UMR 7319
melanieroussel@msn.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page