Navigation – Plan du site
Lire

Marc Lachièze-Rey, Voyager dans le temps. La physique moderne et la temporalité

Éditions du Seuil, 2013
Claude Dubar
Référence(s) :

Marc Lachièze-Rey, Voyager dans le temps. La physique moderne et la temporalité, Éditions du Seuil, 2013

Texte intégral

  • 1 Notamment après la lecture des ouvrages d’Etienne Klein qui écrit notamment : « il n’y a qu’un seul (...)

1Je pensais, sans doute naïvement, que tous les physiciens contemporains croyaient en l’existence1 du temps. Après avoir lu cet ouvrage, je commence à en douter. Non seulement parce qu’à plusieurs reprises (p. 11, 65, 75, 116, 155, 165, 252) l’auteur affirme, d’une façon ou d’une autre, que « le message de l’impossibilité relativiste du temps n’est pas encore passé, même chez certains physiciens », (cf. p 252), mais aussi parce que la manière très rigoureuse, tout en étant compréhensible pour un non-physicien, qu’il a de présenter la relativité généralisée d’Einstein permet de comprendre la portée et les limites de ces affirmations récurrentes sur « l’absence de sens et de pertinence de la notion de temps dans les théories relativistes » (cf. p. 65).

2L’ouvrage oppose en effet radicalement la physique d’Einstein, celle de la relativité généralisée, à la physique de Newton, celle du temps universel et absolu. Alors que dans la seconde, structures causale et chronologique sont équivalentes, dans la première, la structure causale n’a plus aucun lien avec la chronologie. En effet, dans la relativité généralisée, chaque objet (observateur, système, particule…) est associé à sa ligne d’univers dans l’espace-temps, courbe du fait de la gravitation, et chaque ligne a un temps propre, exclusif des autres, sans mesure commune : il n’y a plus de temps universel. La structure causale devient une propriété de l’espace-temps (ET) et non du temps qui devient une simple dimension de cet ET : c’est lui et non un temps universel qui désigne l’ensemble des événements reliés par la même ligne d’univers (LU) dotée certes d’un temps propre spécifique, sans comparaison possible avec un autre temps.

3Les notions d’espace-temps, de ligne d’univers et de temps propre sont donc au cœur de la représentation einsteinienne de l’univers. Sa description spatio-temporelle relève d’une chrono-géométrie généralisée dont les nombreuses figurations de l’auteur, très suggestives, permettent de comprendre le fonctionnement de ce nouveau système issu de cette nouvelle théorie. L’ouvrage éclaire également la genèse de cette théorie c’est-à-dire la crise du temps newtonien dès lors qu’il fut démontré que la lumière n’obéissait pas aux lois de Newton (notamment la composition par addition) et que sa vitesse (300 000 km/s) était constante et indépassable. Le postulat d’un monde formant un continuum à 4 dimensions isotopes (ET), formé de lignes d’univers (LU), complété par celui de la courbure de cet (ET) due à la gravitation et à la possibilité d’une métrique des (LU) à trois types de courbes (de genre espace, de genre temps et de genre lumière) permet de donner cohérence à cette théorie et de la relier à de nombreuses validations et applications empiriques (le GPS par exemple).

4Quant au voyage dans le temps, l’auteur, s’appuyant sur les écrits de Gödel, considère que s’ils sont théoriquement possibles, en relativité générale (un événement pouvant appartenir au passé et au futur causal d’un autre avec des LU qui se rapprochent les unes des autres dans leurs trajectoires, en tenant compte de la « gravité quantique »), mais qu’ils deviennent impossibles dès lors que l’on introduit un principe de cohérence selon lequel on ne peut modifier le passé (à la rigueur l’observer ?) sous peine de tomber dans le paradoxe du meurtre du grand-père rendant impossible l’existence même de l’observateur. Non seulement impossibles en pratique, ces voyages sont donc aussi incompatibles avec la logique quelle qu’elle soit. Les échelles cosmiques et humaines ne peuvent ainsi coïncider. Mais, en tant qu’exercice intellectuel, ces voyages imaginaires constituent une expérience intéressante.

  • 2 On voit bien ici à quel point un usage incontrôlé du terme « accélération » peut conduire à des inc (...)

5Reste que cet univers cosmique, chrono-géométrique, et les lois qui le régissent sont d’autant plus pertinents et opératoires que l’on s’intéresse à de très grandes distances et de très grandes vitesses. Le célèbre paradoxe des jumeaux de Langevin dans lequel les jumeaux A et B partageant jusqu’à 18 ans la même LU quand, alors que A reste inertiel sur la même géodésique pendant 20 ans, B part en fusée sur une autre et, grâce à une énorme accélération, parcourt en cinq ans une autre LU rejoignant la première : A et B ont respectivement 38 et 23 ans lorsqu’ils se retrouvent… Sauf que notre organisme ne supporte pas de telles accélérations2 qu’aucun dispositif ne peut générer… Les seules mesures de décalage entre deux « temps propre » ont été faites sur des avions volant en sens contraire est sont de l’ordre du cent milliardième de secondes… Quant aux vitesses atteintes par nos fusées elle ne dépasse pas le millionième de celle de la lumière… C’est pourquoi on peut considérer, avec une très faible marge d’erreur, que tous les terriens partagent la même LU et le même « temps propre » qui n’est autre que ce temps newtonien, universel considéré, à tort, comme absolu.

  • 3 On voit que le terme « existence » demande une définition précise qui englobe l’expérience au sens (...)

6En quoi, cependant, le point de vue relativiste einsteinien peut-il concerner les sciences humaines et sociales ? De plusieurs manières : d’abord en prenant acte du fait que le temps est bien, pour la physique comme pour l’histoire ou les autres sciences sociales, « une façon que nous avons de mettre de l’ordre dans les événements » (p. 211), façon qui n’est jamais absolue, définitive ou unique. De ce point de vue, passer du terme « temps » à celui de « temporalités » multiples (la newtonienne n’est pas l’einsteinienne) est une avancée cognitive : le temps chronologique de l’horloge n’est pas la seule temporalité existante3 : le temps propre d’Einstein ou le temps biographique de Proust (ou le temps de l’après coup de Freud ou encore le temps social de Durkheim) renvoient à d’autres temporalités en tant que « mises en ordre des événements ».

  • 4 Dans un sens un peu différent de celui défendu par Hartog dans son ouvrage Régimes d’historicité, F (...)

7Ensuite, en prenant conscience que le « présentisme »4 n’est pas une position épistémologique tenable : nous ne pouvons nous détacher de notre passé car comme l’écrit justement Lachièze-Rey, « nous n’avons pas un passé, nous sommes notre passé » (p. 212) Qu’il s’agisse de notre ligne d’univers ou de notre parcours de vie, nous ne pouvons nous définir uniquement par un présent qui s’évanouit sans cesse et n’a de consistance que par la totalité dans lequel il s’inscrit. Que celle-ci soit « réelle » ou « virtuelle » ne change rien au fait qu’elle ne se réduit pas au présent. En ce sens l’assertion de l’auteur n’est pas anodine et a des résonances kantiennes : « le temps pourrait bien n’exister que dans notre esprit » c’est-à-dire ne pas exister dans la nature, comme un objet, contrairement à ce que d’autres physiciens prétendent… Mais cela ne l’empêche pas de se traduire par des dispositifs sociaux : calendriers, horloges ou autres.

  • 5 Ce terme est tiré de l’ouvrage d’Etienne Klein dans Les Tactiques de Chronos, op. cit., p. 214
  • 6 Cf., la thèse de Durkheim de l’origine religieuse des temps sociaux (ou du temps en général) dans L (...)

8Enfin, allant dans ce sens, l’auteur introduit une réflexion qui fait se rejoindre physique relativiste et philosophie existentialiste : « ma chronologie personnelle fait que je vieillis, mon âge s’accroît, l’écoulement de mon temps propre est continu et orienté » (p. 170). C’est l’expérience de ce vieillissement qui fait dans l’esprit humain l’évidence du temps – le mien et celui des autres plus ou moins coordonnés socialement. On peut dès lors se poser la question : et si le temps dans notre esprit, celui d’un être vivant et pensant pourvu d’une « équation temporelle personnelle » (terme utilisé par Grossin et repris par Lachièze-Rey) n’était que la marque d’un « être-pour-la-mort » (Heidegger), le temps vécu n’étant autre que « le masque de la mort »5 envahissant l’esprit humain. Ainsi l’inexistence ontologique du temps physique laisserait place à une omniprésence existentielle du temps vécu, impliquant une prise en compte collective – et d’abord religieuse6 – des temps sociaux…

Haut de page

Notes

1 Notamment après la lecture des ouvrages d’Etienne Klein qui écrit notamment : « il n’y a qu’un seul temps, relatif, couplé à la matière, unique (Les tactiques de Chronos, Flammarion, 2004, p 163), « le temps est un petit moteur qui tire le fil et renouvelle le présent, cœur du temps » (idem, p. 68), « la physique moderne et le temps ont partie liée » (idem, p. 13), « le temps semble bien pouvoir exister sans le changement » (Le facteur temps ne sonne jamais deux fois, Flammarion 2007, p. 11) etc. Le terme existence est ici défini comme empiriquement constatable et pas seulement variable mathématique.

2 On voit bien ici à quel point un usage incontrôlé du terme « accélération » peut conduire à des incohérences selon que l’on se situe dans l’univers physique de la relativité ou dans l’univers humain – et notamment social de l’analyse des changements. Non seulement l’expression accélération du temps n’a aucun sens, ni physique ni social, mais les accélérations dans le monde physique sont sans commune mesure avec celles du monde social. Cf le débat dans Temporalités sur l’ouvrage d’Helmut Rosa Accélération, une critique sociale du temps.

3 On voit que le terme « existence » demande une définition précise qui englobe l’expérience au sens physique et « objectif » et l’expérience au sens philosophique et « subjectif », ce qui constitue bien un pont entre la physique et les sciences sociales...

4 Dans un sens un peu différent de celui défendu par Hartog dans son ouvrage Régimes d’historicité, Fayard, 2006. Pour l’historien, le présentisme, en tant que régime d’historicité, implique une déconnexion du présent d’avec le passé devenu simple occasion de célébrations et du futur associé à la notion de risque et non plus à celle de progrès. Pour Lachièze-Rey le présentisme est incompatible avec la structuration des lignes d’univers, de l’espace-temps et de la multiplicité des temps propres : il n’y a plus de présent absolu puisqu’il y a toujours décalage entre le temps propre de l’observateur et celui du système observé. Mais si différentes soient-elles, ces deux significations ont une partie commune : l’interaction constante entre présent et passé interdisant d’isoler l’un de l’autre.

5 Ce terme est tiré de l’ouvrage d’Etienne Klein dans Les Tactiques de Chronos, op. cit., p. 214

6 Cf., la thèse de Durkheim de l’origine religieuse des temps sociaux (ou du temps en général) dans Les formes élémentaire de la vie religieuse (1ère ed. 1912)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Marc Lachièze-Rey, Voyager dans le temps. La physique moderne et la temporalité », Temporalités [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2855

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Printemps, UMR 8085

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page