Navigation – Plan du site

Sociologie du loisir, sociologie du temps

Sociology of leisure, sociology of time
Sociología del ocio, sociología del tiempo
Gilles Pronovost

Résumés

Ce texte fait ressortir l’intérêt des études d’emploi du temps pour une analyse empirique du temps réellement consacré au loisir. Il s’appuie sur une analyse comparative des données originales d’enquêtes menées aux États-Unis, en France et au Canada. Par-delà la variabilité de la nomenclature utilisée, les grandes tendances sont bien étayées : mouvement d’accroissement du temps consacré au loisir jusqu’au milieu des années quatre-vingt aux États-Unis, jusqu’à une décennie plus tard au Canada et en France, puis stabilisation, voire déclin parmi la population active, par la suite. Au sein du temps consacré au loisir, on constate une part relativement constante du temps sportif, un déclin du temps consacré à la lecture, signe du déclin du temps culturel et une remontée récente de la part consacrée au petit écran. Une analyse de variance permet d’avancer que c’est le rapport entre la population active et la population inactive, aux divers âges de la vie, qui explique la plus importante partie des variations observées dans les trois cas étudiés.

Haut de page

Texte intégral

« Les enquêtes quantitatives sont en fin de compte à la sociologie un peu ce que le scanner est à la médecine » (Boudon, 2012, p. 150)

1L’une des approches les plus classiques qu’ait empruntée la sociologie du loisir pour traiter de la spécificité de son champ d’étude l’a été par la notion de « temps », mais surtout de « temps libre ». Sommairement, on peut distinguer deux grandes approches : une perspective sociohistorique de longue durée ; une approche mettant l’accent sur les caractéristiques propres du temps présent consacré au loisir.

2La première perspective s’appuie sur une approche sociohistorique de plus ou moins longue durée qui veut expliquer la formation du loisir moderne par un processus de différenciation structurelle des temps sociaux. L’hypothèse centrale est en effet que le temps de loisir a été l’objet d’une différenciation progressive depuis la révolution industrielle. Le temps de loisir, le « temps libre » serait ainsi une catégorie de temps social résultant du réaménagement progressif des temps hors travail en fonction de la centralité croissante du temps industriel. On reconnaît ici l’importance des thèses de E. P. Thompson (1979, 1988). L’introduction progressive du temps industriel (avec ses corollaires : régularisation du temps de travail, division du travail, « discipline du temps de travail ») a fait en sorte que des conceptions marchandes du temps ont mené à restructurer autour du temps pivot du travail l’ensemble du rythme de la vie en société, à tel point que la vie religieuse et familiale, le sommeil même en seront profondément affectés. La mesure du temps de travail a eu comme contrepartie de départager plus formellement le temps pour l’employeur et le reste du temps quotidien affecté aux soins personnels ou aux activités familiales par exemple. Le « temps libre » est progressivement devenu un temps résiduel, à la marge du temps de travail, résultant d’une simple opération de soustraction. Une telle catégorie de temps a été indistinctement associée au début de l’industrialisation au repos, à la récupération physique, au divertissement et à l’éducation. Cela est très clair dans les premières revendications ouvrières autour de la réduction du temps de travail. Le « droit à la paresse » a même été invoqué par Lafargue dès la fin du XIXe siècle. Mais, aux dires de Georges Friedman (1971), jusque dans la décennie de 1960, le « travail en miettes » ne produisait que du loisir de compensation, voire de récupération. Sa dépendance par rapport au temps de travail était davantage synonyme d’aliénation que de liberté.

3Une deuxième perspective s’est progressivement développée : surtout à partir de la deuxième moitié du vingtième siècle, ce « temps libre » a fait l’objet de valorisations disons positives. Plutôt que d’en faire un simple dérivé du travail, on a cherché à en étudier la nature, le contenu et la signification. Il faut citer ici les travaux pionniers de Joffre Dumazedier. Prenant appui précisément sur les études d’emploi du temps qui illustraient la diminution régulière du temps consacré au travail, rendant disponible du temps se reportant presque exclusivement sur des activités sociales, personnelles, familiales, Dumazedier a tenté de décrire les caractéristiques et les fonctions du temps de loisir (caractère libératoire, désintéressé, hédonistique et personnel, 1966). Plus encore il a affirmé que la production de nouvelles « valeurs » tenait davantage de nos jours à l’importance accordée au loisir qu’à la place du travail dans nos vies (1998).

4Naturellement, les situations historiques sont plus complexes et elles varient grandement selon les contextes nationaux. Mais il n’est pas exagéré d’avancer qu’une partie de la sociologie du loisir s’est appuyée sur la sociologie des temps sociaux et que ses fondements empiriques étaient trouvés précisément dans les études d’emploi du temps. C’est la discussion autour des rapports disons empiriques et théoriques entre le temps de travail et le temps libre qui a cependant suscité les plus importants débats, d’autant plus que l’on a eu tendance à utiliser indistinctement termes de « loisir » et de « temps libre ». De même, quand la sociologie du loisir s’est portée sur les fonctions, finalités, valeurs, significations du « loisir », le recours aux données empiriques des études d’emploi du temps a vite été délaissé. Peut-être un peu trop rapidement d’ailleurs, car les références aux études d’emploi du temps ont été de plus en plus clairsemées en sociologie du loisir (sauf quand la « tendance » à l’accroissement du temps de loisir se poursuivait), alors que de profondes inégalités perduraient entre les générations et les âges de la vie, que la demande de temps personnel et familial s’affirmait de plus en plus clairement et qu’avec la révolution numérique la porosité des temps sociaux devenait presque la norme.

  • 1 Cette recherche a reçu le soutien financier de la Direction du sport, du loisir et de l’activité ph (...)

5On peut donc se demander : en rétrospective, quel a été le véritable apport des études d’emploi du temps à la sociologie du loisir ? En quoi ont-elles contribué au débat sur les rapports entre le travail et le loisir, par exemple ? Comment offrent-elles une connaissance empirique de longue durée sur le temps consacré au loisir ?1

La mesure du temps de loisir dans les études d’emploi du temps

  • 2 J’ai décrit en détails cette structure de la pensée américaine sur le loisir, à ses origines, dans (...)

6Le temps consacré au loisir n’a pas toujours fait l’objet d’une mesure uniforme dans les études d’emploi du temps. De nombreuses ambiguïtés s’y sont manifestées dès le départ. Reprenant à son compte des distinctions en usage depuis longtemps, John Robinson (Robinson et Godbey, 1999) écrit qu’il « est important de distinguer entre le temps libre (free time) et le « loisir » (« leisure ») ; car de nos jours le terme loisir renvoie à une période de temps consacrée à des activités de nature volontaire et agréable ; alors que le « temps libre » (« free time ») consiste en des activités considérées comme moins essentielles à la survie quotidienne » (p. 123-124). En fait, ajoute-t-on, l’industrialisation a fait du travail une activité structurée et contrainte, le reste a été considéré comme « libre ». Les auteurs reprennent ici une distinction typique des « recreation studies » américaines. En référence à une longue tradition de recherche remontant jusqu’au début du vingtième siècle, on identifie d’abord une catégorie de temps résiduel le « free time », dont la consonance avec l’évolution de la société américaine était très forte (progrès technologique, créations de parcs naturels, etc.). Puis on ajoute, comme le fait Robinson, que l’ensemble du « free time » n’est pas réductible au loisir : seul le temps consacré à des activités expressives, culturelles ou autres, permettant l’épanouissement individuel et le développement des collectivités est ici associé au « loisir » dont le terme premier a été celui de « recreation ». D’où cette notion importante de « recreation movement », renvoyant au mouvement historique de création de parcs urbains ou nationaux, de centres communautaires, de centres pour jeunes, etc.2

7Ce genre de distinctions, fortement inspiré de la tradition américaine des études du loisir, parcourt les études d’emploi du temps mais sans vraiment faire l’objet de considérations approfondies, ni de véritables retours critiques.

8L’ouvrage classique de Szalai (1972) en constitue une illustration. Dans cette aventure internationale, il fallait bien en arriver à un certain consensus pratique sur le libellé des activités quotidiennes et leur regroupement en grandes catégories. On y voit à l’œuvre déjà un regroupement des vingt-quatre heures de la journée en dix grandes catégories (travail, tâches domestiques, etc.). De ces dix catégories, le « free time » regroupe la moitié des rubriques ! Celles portant respectivement sur l’éducation, la vie associative, l’assistance à des spectacles (spectacles, entertainment, social life), le sport (sport and active leisure, qui est dénommé recreation dans les publications de John Robinson), les communications (qualifiées de passive leisure chez Szalai). Robinson rappelle que Szalai a aussi parfois fait appel à une définition encore plus large incluant quelques codes d’activités renvoyant tout particulièrement à certaines activités avec les enfants (lecture, jeux) ainsi qu’aux repos durant la journée (Robinson et al., 1988, p. 60).

9Quel que soit leur label, ce regroupement en grands groupes d’activités quotidiennes fait partie de la « culture scientifique » des études d’emploi du temps. Le « free time » se décline en une multitude de sous-catégories, parfois relativement neutres, parfois renvoyant nettement à des jugements de valeur (notamment sur la nature « active » ou « passive » de l’activité), parfois ne se souciant pas des distinctions à faire entre « loisir », « temps libre » et « recreation ». Dans la tradition anglo-saxonne peu de travaux y échappent.

10On prendra encore l’exemple des travaux bien connus de Jonathan Gershuny (2000). Compte tenu de la diversité des enquêtes regroupées dans la base de données de la Multinational Time Use Study, et en raison du fait que cette base de données inclut des enquêtes aux codes moins sophistiqués remontant jusqu’aux années 1960, on s’est employé à regrouper les activités quotidiennes de loisir sous de grandes rubriques du genre Out-of-home leisure, TV and radio, Other home leisure3. Pour mémoire on mentionnera également les propositions d’Eurostat et des Nations Unies4, quoiqu’elles reprennent souvent de manière à peine différente des labels que l’on retrouve ailleurs (hobbies, social life, entertainment, etc.) et se soucient bien entendu d’y ajouter des codes renvoyant à des activités nouvelles (comme les jeux vidéo).

11On constate ainsi que la codification de ce qu’il faut entendre par « loisir », « recreation », « free time » a fait l’objet de nombreuses propositions dans les différentes enquêtes. Par-delà certaines dénominations faisant nettement appel à des jugements de valeur (du genre « passif », « actif »), on constate de nombreux va-et-vient, même si, on en conviendra, « les mots pour le dire » sont parfois très diversifiés : aux États-Unis les activités culturelles sont regroupées dans la catégorie Socialializing, Relaxing and Leisure et l’activité sportive est située dans la catégorie Recreation ; la lecture est régulièrement associée à une activité purement passive. Les enquêtes françaises, pour leur part, distinguent entre « temps de loisirs », « temps de sociabilité » et « temps libre (loisirs et sociabilité) » (Ricroch et Roumier, 2011). Plus récemment, les enquêtes américaines distinguent « Socializing Relaxing and Leisure » et « Sport, Exercise and Recreation » (Horrigan et Herz, 2004) ; le grand soin apporté à rendre opérationnelles ces enquêtes (il aura fallu douze ans) a conduit les responsables à reconnaître « that international comparability at detailed levels dit not exist » (ibid., p. 14). On devra donc s’en tenir à quelques rubriques plus générales suscitant le moins de difficultés possible.

12Sans trop forcer la note on peut conclure de ce très bref survol que les études d’emploi du temps se sont attachées à bien mesurer les vingt-quatre heures de la journée, y compris le temps consacré au loisir, en diversifiant ou raffinant de plus en plus leur nomenclature, mais sans véritable cadre sociologique du loisir, sinon une opposition binaire entre travail (contraint) et activités libres ; la distinction entre le « free time » et le « loisir » n’est pas toujours très nette, les deux étant facilement assimilés, la première renvoyant au cadre temporel des activités de loisir. Même si on les retrouve encore de nos jours, les nomenclatures faisant appel à divers qualificatifs ne résistent pas à une analyse sociologique élémentaire. Ce n’est donc pas du côté de ce qui est défini ou non comme « loisir » qu’il faut reconnaître l’apport décisif des études d’emploi du temps à la sociologie du loisir (on se serait bien passé des qualificatifs associés), les taxonomies utilisées ne pouvant prétendre au statut de catégories sociologiques. On doit plutôt mettre l’accent sur les qualités méthodologiques de la mesure du temps quotidien : on a ici affaire à une très longue et très forte tradition internationale de recherche, alimentée de travaux empiriques et critiques de grande qualité, que plusieurs pays ont intégrée dans leurs sondages nationaux (Chenu et Lesnard, 2006), le plus récent en date étant leur prise en charge par le Bureau of Labor Statistics aux États-Unis.

13Si donc il faut être prudent dans l’analyse des données tirées des études d’emploi du temps en ce qui concerne la nature et la signification des activités quotidiennes, leur libellé plus ou moins crédible, la place réelle de ce qui est « libre » ou pas, « contraint » ou « personnel », « actif » ou « passif », simple « divertissement » ou non, on dispose toutefois avec les enquêtes de mesures relativement objectives de l’évolution de la structure des temps sociaux, à l’échelle de la journée et de la semaine. Dans certains cas près d’un demi-siècle sépare des enquêtes relativement comparables, permettant de mesurer par exemple la part changeante ou non du temps consacré au sport, à la culture, à la consommation des médias dans l’ensemble des activités quotidiennes, de même que la part relative accordée à des activités de loisir en fonction de l’évolution du temps de travail. Gagnants, perdants, rapports hommes-femmes, peuvent aussi être assez facilement mesurés. Rappelons à nouveau que l’expérience internationale démontre que si les comparaisons trop fines entre diverses sous-catégories d’activités s’avèrent difficiles, sinon impossibles, l’appel à de grandes rubriques plus syncrétiques, sans qualificatifs, peut être d’une grande pertinence.

L’évolution du temps consacré au loisir : essai de comparaison internationale

Aspects méthodologiques

14C’est en ayant ces remarques critiques à l’esprit que sera entreprise une comparaison sommaire de l’évolution du temps consacré au loisir dans trois cas nationaux : les États-Unis, la France et le Canada (Québec et Canada hors Québec). Ces cas ont été choisis pour des raisons pratiques : les données américaines sont facilement accessibles, je dispose des données originales des enquêtes canadiennes et françaises que j’ai eu l’occasion d’analyser à quelques reprises.

15Les trois dernières enquêtes réalisées en France comportent approximativement 15 000 répondants chacune ; le responsable institutionnel est L’INSEE (« Institut national de la statistique et des études économiques »), équivalent de Statistique Canada qui a réalisé les enquêtes canadiennes. Les activités sont codées selon une nomenclature qui utilise 144 activités quotidiennes différentes. Au lieu d’un sondage portant sur les vingt-quatre heures de la journée précédant l’enquête (comme dans le cas des enquêtes canadiennes et américaines) on a procédé par la méthode des carnets quotidiens ; en 2009-2010 on y a ajouté un deuxième carnet, l’un à compléter un jour fixé à l’avance et l’autre pendant le week-end ; dans le cas des enquêtes réalisées en 1998-1999 et en 2009-2010 chacune des activités déclarées s’est vue accorder une durée minimum de dix minutes, ce qui pose quelques problèmes de comparabilité avec l’enquête de 1986 pour laquelle le « pas » était de 15 minutes. Les résultats sommaires de ces trois enquêtes françaises sont cités en bibliographie.

16Les enquêtes américaines pour leur part sont menées annuellement depuis 2003 par le « Bureau of Labor Statistics » du gouvernement fédéral américain ; l’échantillon varie entre 13 000 et 17 000 répondants selon les années. La codification fait appel à un peu plus de 400 codes différents d’activités (Horrigan et Herz, 2004). Les données sont facilement accessibles sur le site du BLS avec toutes les informations d’usage concernant la codification.

17Quant aux enquêtes canadiennes, elles sont toutes sous la responsabilité de Statistique Canada. La dernière enquête réalisée en 2010, avec un échantillon d’un peu plus de 15 000 répondants, faisait appel à au-delà de 250 catégories différentes. La référence de tous les rapports techniques publiés, avec parfois un sommaire des résultats, est donnée en bibliographie.

18À l’exception de la première enquête canadienne, réalisée sur environ quatre mois en 1986, toutes les autres enquêtes ont été réalisées sur une année de façon à éviter les variabilités saisonnières.

19En dépit des limites inhérentes au fait de disposer d’enquêtes aux dispositifs méthodologiques différents, il est possible d’obtenir des grandes classes d’activités qui portent sensiblement sur le même champ dans les trois enquêtes. Les travaux de Jonathan Gershuny (2000), menés à partir de la banque de données Multinational Time Use Study, et utilisant des données agrégées d’un nombre beaucoup plus grand d’enquêtes nationales, illustrent l’intérêt (et les limites) d’une telle démarche comparative. Les remarques précédentes n’autorisent, par exemple, pas des comparaisons internationales entre activités « passives » ou « actives », entre ce qui relève ou non du divertissement. Le terme de « recreation » ne fait pas consensus. Les distinctions entre « activités culturelles » ou « activités de sociabilité » posent également problème, puisqu’elles ne font pas toujours l’objet d’un code spécifique ou renvoient parfois à un certain syncrétisme.

20Pour l’étude du loisir dans son ensemble, on passera sous silence les termes spécifiques utilisés dans chacune des enquêtes pour retenir de manière purement empirique deux rubriques générales :

  • le temps consacré à des associations et au bénévolat (incluant le temps de déplacement), faisant régulièrement l’objet de catégories comparables ;

  • l’ensemble du temps consacré au loisir, hors associations, regroupant toutes les rubriques renvoyant aux sorties de toutes sortes, aux activités sociales, sportives et culturelles, de même qu’à la consommation des médias ; un tel regroupement est suffisamment large pour étayer quelques grandes tendances générales.

21De plus, certaines catégories sont assez nettement précises pour permettre de mener des comparaisons significatives. Par exemple, la pratique de l’activité physique peut être l’objet d’un plus ou moins grand nombre de codes selon les enquêtes, les sports pratiqués peuvent différer selon les pays, mais au total la référence à l’ensemble du temps quotidien qui leur est consacré ne fait pas de doute et lui est spécifique. Il en est de même pour la consommation des médias, tout particulièrement le temps consacré au petit écran. Si les enquêtes ne permettent pas une analyse globale du temps consacré aux activités culturelles, les habitudes de lecture sont raisonnablement bien identifiées et peuvent faire l’objet d’une comparaison significative. C’est ainsi que trois sous-rubriques, prêtant moins le flanc à des difficultés méthodologiques pour leur comparaison, seront utilisées comme significatives des tendances dans leurs champs respectifs :

  • la pratique directe d’activités physiques ou sportives (hors assistance à des spectacles) ;

  • le temps consacré à la télévision comme activité principale (en direct ou en différé), l’écoute en ligne est également prise en considération dans les dernières enquêtes ;

  • les habitudes de lecture (tous supports confondus et incluant la lecture en ligne dans les dernières enquêtes) renvoyant à des éléments du champ culturel.

22Dans tous ces cas, la comptabilisation porte uniquement sur les activités principales déclarées.

23Comme je l’ai indiqué, il est possible d’effectuer une comparaison France-Québec pour les années 1986, 1998 et 2010, puisque des enquêtes ont été réalisées en France et au Canada pour ces mêmes années. En ce qui concerne les États-Unis, le Bureau of Labor Statistics a débuté sa série d’enquêtes seulement en 2003 (auparavant les enquêtes étaient menées dans des universités américaines, principalement sous l’égide de John Robinson, mais la récupération et l’analyse des données originales auraient entraîné trop de délais pour leur utilisation ; la comparaison aurait soulevé également des questions techniques délicates) ; c’est pourquoi j’ai choisi les années 2005 et 2010, années pour lesquelles des enquêtes ont été menées en même temps au Canada et aux États-Unis ; mais je retiendrai aussi l’année 2003, date de la première enquête du BLS, afin de bien illustrer les tendances générales.

  • 5 Je suis redevable aux travaux de John Robinson pour ce choix méthodologique. Les chômeurs et les pe (...)

24Précisons encore que l’analyse des résultats retiendra principalement la situation de la population âgée entre 18 et 64 ans, occupant un emploi sur le marché du travail, de manière à éviter la trop grande variabilité induite par la présence de jeunes et de retraités dans les échantillons5.

Vie associative : une partition Anglophones-Francophones, une mesure sans doute imprécise

  • 6 Rubriques « dur6000 à dur6920 » dans l’enquête canadienne ; catégories et sous-catégories 14 et 15  (...)

25Rappelons que le temps consacré à la vie associative et au bénévolat fait l’objet d’une codification détaillée et relativement précise dans les enquêtes canadiennes et américaines, mais est un peu moins détaillé dans les enquêtes françaises6 ; on notera que dans tous les cas cette rubrique regroupe la participation à des activités religieuses. Le Québec, partage avec la France un mouvement de déclin continu de la vie associative, alors que dans les deux autres cas on constate une certaine remontée. En fait on peut souligner que les populations francophones (France et Québec) connaissent un réel déclin du temps associatif alors que le mouvement inverse s’observe dans les populations anglophones (Canada et États-Unis) tant dans le budget temps général que pour la seule population âgée de 18 à 64 ans sur le marché du travail. On retrouve ici un trait de la culture anglo-saxonne : la participation communautaire est généralement plus prononcée que dans les pays francophones, elle met un fort accent sur des activités caritatives associées aux mouvements religieux.

26Mais on entrevoit déjà une limite à la mesure ainsi obtenue. En premier lieu, comme la participation religieuse est beaucoup plus détaillée aux États-Unis (dans ce dernier cas on en fait même une rubrique distincte), il est possible que l’on soit en présence d’un biais méthodologique dans la mesure de la vie associative. Par exemple aux États-Unis, en 2010, le temps religieux représentait 50 % de l’ensemble du temps associatif, mais à peine 15 % au Canada anglais et 12 % au Québec (environ 32 % en France). En second lieu, si le temps associatif total décline, stagne voire connaît une légère remontée, ce n’est en aucun cas une mesure des modalités changeantes de la participation ; comme l’a rappelé récemment Jacques Ion (2012), la moindre emprise de la sphère politique sur l’engagement associatif, le bouleversement des priorités (vers la santé, l’écologie, par exemple), « l’idéalisme pragmatique » font en sorte que l’on s’engage encore tout autant mais de manière plus ponctuelle et autonome.

Tableau 1 Temps hebdomadaire consacré à la vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Tableau 1 Temps hebdomadaire consacré à la vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Le déclin du temps de loisir hebdomadaire chez les actifs

  • 7 Je n’ai retenu que les codes « dur7000 » à « dur9000 », au Canada, les sous-groupes 12 et 13 aux Ét (...)

27Je m’en suis tenu à une mesure relativement classique du temps consacré à des activités de loisir, en le distinguant par exemple du temps associatif et du sommeil7. Des analyses faisant état d’un plus grand nombre de catégories ont démontré que les tendances demeuraient les mêmes que celles qui seront ici présentées (Aguiar et Hurst, 2009). En d’autres termes, par-delà les résultats auxquels on en arrive selon les regroupements utilisés, l’important est de retenir plutôt les mouvements du temps qui en résultent sur plusieurs décennies. L’ajout ou non d’une activité modifie peu les grandes tendances générales. Rappelons à nouveau que l’analyse porte exclusivement sur la population âgée entre 18 et 64 ans et déclarant occuper un emploi le jour de l’enquête (hors chômeurs et personnes au foyer).

28Le Québec et le Canada affichent les scores les plus élevés, il s’agit d’une tendance assez lourde qui dure depuis une vingtaine d’années. Un écart pratiquement constant de deux heures, et même parfois de trois heures, distingue la population canadienne et québécoise des populations française et américaine. Ces données cachent cependant des disparités importantes. Dans le cas de la France, on doit noter d’abord que c’est le pays où le temps libre total était le plus faible au milieu de la décennie de 1980 ; il n’a donc pu que croître durant la décennie suivante, pour atteindre le sommet auquel on a accédé une décennie plus tôt en Amérique. Mais sans doute sous l’effet de la diminution du temps consacré à la plupart des composantes du loisir (notamment le sport et les activités culturelles), le temps total de loisir a commencé à décliner dès la fin du siècle dernier. L’importance accordée au sommeil, aux tâches domestiques et aux repas explique cette différence de deux heures de moins consacrées au loisir en France. Dans le cas de la population américaine, malgré presque quatre heures de plus par semaine consacrées à regarder la télévision (cf. plus bas), il semble que le temps passé au travail, aux activités personnelles et familiales soit plutôt en cause.

29De plus, le déclin très net du temps de loisir parmi la population active amorcé en France et au Canada depuis la fin du siècle dernier, dont le mouvement semble s’être ralenti depuis lors, est observé plus tôt aux États-Unis. Les études américaines s’appuyant sur les enquêtes menées depuis 1965 ont clairement démontré que l’essentiel de la croissance du temps consacré au loisir est le fait des années antérieures à 1985 (Aguiar et Hurst, 2009) et que, depuis lors, cette stabilité au regard des enquêtes récentes menées dans les années 2000 masque en fait un déclin qui s’est dessiné plus rapidement qu’ailleurs. En d’autres termes, si le temps consacré au loisir a régulièrement progressé parmi la population américaine sur le marché du travail dans les années 1970 et 1980, son déclin s’est dessiné dès la décennie de 1980 notamment en raison de la progression du travail féminin, ce qui est bien documenté. Un tel mouvement s’est amorcé environ une décennie plus tard au Canada et en France.

Tableau 2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Tableau 2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

30Cependant, comme Gershuny (2000) l’a déjà souligné, on observe une relative convergence entre les pays occidentaux, autour de plus ou moins 35 heures de temps de loisir par semaine pour l’ensemble de la population, et autour de 27-28 heures pour la seule population sur le marché du travail. Mais la progression du travail féminin n’est pas seule en cause. Comme l’avaient déjà noté Chenu et Herpin (2002) dès l’analyse de l’enquête française menée en 1998-1999, et tel que cela a bien été confirmé par les enquêtes américaines, ce sont les populations les plus scolarisées qui « ont fait les frais » de la réduction de leur temps de loisir, puisque l’accroissement du temps de travail s’est surtout porté vers elles. Il s’agit là d’une des principales tendances de nature socio-économique observable dans comparaisons internationales (Gershuny, 2011, p. 209).

31En d’autres termes, il semble bien que « l’âge d’or » du loisir ait été la deuxième moitié du vingtième siècle, avec une croissance soutenue. Depuis lors, la tendance de fond semble être un léger déclin qui s’apparente plutôt à une certaine stabilité de la plupart des pays occidentaux autour de 27-28 heures par semaine parmi la population active, le Québec et le Canada hors Québec se situant légèrement au-delà de la moyenne, les autres pays légèrement en deçà. Mais s’agit-il d’une tendance de long terme ou simplement de nature conjoncturelle ? Jonathan Gershuny dans le texte cité rappelle que pour répondre à cette question il faudrait mieux comprendre les processus sous-jacents aux changements dans les usages du temps. L’accroissement du niveau général d’éducation signifie également des journées de travail plus longues ; de plus, une présence accrue des femmes sur le marché du travail ne peut que forcer à la baisse du temps qu’elles consacrent au loisir et influence la moyenne qui en résulte pour l’ensemble de la population active ; on serait donc en présence d’un phénomène plus ou moins durable : des sociétés de plus en plus polarisées entre une catégorie de population « idle subordonate », dépendante, et une autre de plus en plus « occupée » par son travail.

32On a bien étayé une certaine « convergence » hommes-femmes dans le temps consacré au travail. Ce que l’on a appelé le « gender gap » n’a cessé de se rétrécir au point où John Robinson parle de la montée d’une société « androgyne » (1999, chap. 13). Qu’en est-il réellement ? Au vu des données ici analysées, un différentiel relativement constant d’environ 3,5 heures par semaine sépare la durée du temps de loisir des femmes sur le marché du travail par rapport à celui des hommes ; le temps de loisir des femmes représentait approximativement 85 % du temps masculin en 2010 dans les trois enquêtes étudiées, ce ratio n’a pratiquement pas bougé depuis deux décennies ; au jeu du loisir, les femmes ont toujours été perdantes. Si l’on prend l’exemple du Québec, le temps consacré au travail s’est bien accru de 4 à 5 heures chez les hommes, comme chez les femmes, avec comme contrepartie une réduction quasi équivalente du temps consacré au loisir. Les gains en « temps libre » obtenus depuis la décennie de 1980 ont pratiquement été effacés au passage du vingt-et-unième siècle, de manière encore plus marquée chez les femmes sur le marché du travail. Autrement dit, le travail féminin représente approximativement 80-85 % du travail masculin, mais il en est de même du temps de loisir et cela a peu bougé depuis quelques décennies ! Cette durée moindre du temps consacré au loisir, chez les femmes, malgré un temps de travail moindre, s’explique en grande partie du fait d’une structure différente de leurs temps sociaux, fondée sur les rapports de genre : plus de temps consacré aux tâches domestiques, aux soins aux enfants et aux soins personnels. Certes on assiste à quelques avancées : au Québec en 2010, les hommes consacraient un peu plus de temps aux tâches domestiques, le ratio est de 75 % du temps domestique féminin comparativement à moins de 69 % il y a une dizaine d’années ; la parité est presque atteinte en ce qui concerne les soins aux enfants. Mais dans l’ensemble il y a bien de profondes différences « de genre » qui persistent dans la plupart des pays occidentaux.

La part relative du temps consacré à la participation sportive

33La mesure qui a été retenue pour la pratique sportive porte sur la participation à un sport ou une activité physique : en est exclue l’assistance à des matchs sportifs. Un tel temps s’est accru jusqu’à la fin du vingtième siècle pour se stabiliser par la suite. Par exemple, pour la population sur le marché du travail, on constate que l’accroissement du temps sportif a épousé l’accroissement du temps de loisir jusque vers la fin des années 2000 (période où le temps de loisir atteint son sommet) pour se stabiliser à ce niveau par la suite. À l’exception des États-Unis, le temps total que l’on consacre au sport s’est accru dans l’ensemble du temps libre disponible, pour atteindre environ 10 % de celui-ci, ce qui signifie que le déclin du temps consacré au loisir au vingt-et-unième siècle n’a pas nécessairement induit une diminution équivalente du temps sportif. En d’autres termes le temps sportif a été peu affecté par des déplacements de temps sociaux ; quelle que soit la durée de son temps de loisir disponible, la population active a réussi à maintenir une part relativement constante de ce temps affectée aux activités physiques ; l’importance accordée au corps, aux valeurs de santé, en est sans doute l’un des facteurs explicatifs.

Tableau 3 Temps hebdomadaire consacré à l’activité physique, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Tableau 3 Temps hebdomadaire consacré à l’activité physique, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Déclin du temps consacré à la lecture, déclin du temps culturel ?

34On dispose de nombreuses enquêtes dites de participation culturelle. Des sondages réguliers ont été effectués mesurant les taux déclarés de participation à telle ou telle activité (mentionnons pour mémoire l’enquête récente réalisée en France, Donnat 2009 ; aux États-Unis, l’enquête réalisée en 2008 par la National Endowment for the Arts). On peut s’étonner que l’on n’ait pas vraiment fait appel aux études d’emploi du temps pour une mesure plus objective du temps réellement consacré aux activités culturelles. Car les études de participation font appel à la mémoire des répondants et soulèvent une difficulté manifeste qui est celle de l’écart entre les déclarations des répondants et les pratiques effectives. Sans compter que certaines activités, plus valorisées que d’autres, peuvent manifestement être surestimées. Si on peut considérer comme une information valable le fait de répondre que l’on est allé au moins une fois au musée au cours des derniers mois, le nombre total déclaré de visites reste fort aléatoire. La période de référence peut être fixe pour le sondage (généralement les douze derniers mois) mais pas nécessairement pour l’informateur dont la mémoire peut fléchir ou se reporter inconsciemment sur une période plus courte ou plus longue. Il n’est pas indifférent d’ailleurs que l’enquête s’étende sur une année entière (c’est rarement le cas des enquêtes de participation culturelle mais pratiquement la règle dans les études d’emploi du temps), ou se déroule sur une courte période de temps, généralement deux à trois semaines ; il n’est pas indifférent non plus que la période de sondage soit située au printemps, à l’été ou à l’automne.

  • 8 En France on distingue la lecture de livres, de journaux (y compris sur internet) ou « lecture sans (...)

35Dans les études d’emploi du temps, a priori plus objectives et portant généralement sur une année entière, les diverses nomenclatures nationales sont cependant difficiles à comparer, tout particulièrement en ce qui concerne les pratiques en amateur ; les « sorties culturelles » ne sont pas toujours très détaillées et ne permettent pas toujours de distinguer entre la visite d’un musée et l’assistance à un spectacle. Il s’agit d’un chantier sur lequel tôt ou tard il faudra revenir. Mais quelques activités relativement bien identifiées permettent une mesure approchée de l’ensemble du temps culturel ; c’est tout particulièrement le cas de la lecture8.

  • 9 En répartissant les seuls lecteurs en trois groupes approximativement égaux et en ne retenant que l (...)

36Or au vu des données disponibles un constat s’impose : l’inexorable déclin du temps total consacré à la lecture, pour l’ensemble de la population et pour la population active en particulier. Pire encore, la part du temps de lecture dans le temps total de loisir, qui était équivalent au ratio activité physique/loisir dans la décennie de 1980 (soit près de 10 %) a chuté de moitié depuis lors ; la lecture ne représente plus qu’à peine 5 % du temps total consacré au loisir (incluant la radio et la télévision). Ajoutons qu’en 2010 au Canada, la lecture en ligne ne représentait que 3 % du temps total de lecture. Si les données des enquêtes d’emploi du temps permettent d’étayer l’hypothèse du déclin des forts lecteurs (hypothèse relayée par Donnat, 2009), elles permettent aussi d’en nuancer le mouvement : en effet, si chaque jour environ le quart de la population déclare lire et ce, autant en France, qu’aux États-Unis et au Canada, le temps que les seuls participants à cette activité y consacrent quotidiennement n’a pas véritablement fléchi depuis une dizaine d’années. Par ailleurs si on ne s’intéresse qu’aux forts lecteurs9, le pourcentage de ceux-ci a chuté d’à peine 2 % en France entre 1986 en 2010, mais on lit deux heures de moins par semaine. Autrement dit, la lecture est l’affaire d’habitués, dont le temps de lecture est remarquablement constant, les forts lecteurs lisent moins longtemps, le public lecteur n’a pas tendance à se renouveler et tient toujours aux mêmes catégories de population.

37On peut estimer que la lecture représente la part la plus importante du temps culturel quotidien ; hors radio et télévision, il s’agit du poste culturel le plus « populaire » : en 2010, il représentait approximativement la moitié du temps total consacré à la culture aux États-Unis et même un peu plus en France (toujours hors radio et télévision). L’assistance à des spectacles, les visites dans des institutions culturelles demandent certes plus de temps quand un participant s’y adonne, mais elles sont le fait d’un petit pourcentage quotidien de la population, de sorte que le « budget temps musée » par exemple, rapporté à l’ensemble de la population, fait à peine quelques minutes par jour. On peut en déduire que la chute du temps consacré à la lecture ne peut que renvoyer à une chute du temps culturel dans l’ensemble du temps de loisir.

Figure 1 Temps hebdomadaire consacré à la lecture, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

Figure 1 Temps hebdomadaire consacré à la lecture, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans

La télévision toujours omniprésente

38Précisons qu’il s’agit de la mesure du temps consacré au petit écran à titre d’activité principale.

39On peut discuter du fait d’inclure ou non la télévision (et la radio) dans le champ culturel, mais non d’y voir une activité de loisir dominante ! Dans la décennie 1980, de manière générale la télévision accaparait environ la moitié de chaque heure additionnelle de temps libre dont bénéficiait la population. Au fil des ans, ce ratio s’est abaissé pour atteindre à peine le tiers du temps libre vers la fin du vingtième siècle, essentiellement au profit d’activités de socialisation (rencontres, repas entre amis ou parents, etc.). Mais depuis lors, on assiste à une remontée de la place de la télévision dans le temps libre : le temps total télévisuel s’est accru de 2 heures par semaine entre 2005 et 2010 alors que le temps consacré à d’autres modes d’écoute (enregistrements, location de films) demeurait stable pour n’occuper que moins de 10 % de l’ensemble du temps passé devant le petit écran, il tend à se stabiliser.

40Dans l’ensemble, les Français sont les moins télévores. Mais c’est bien la population américaine qui consacre le plus de temps à regarder la télévision, à savoir quatre heures de plus par semaine que les autres cas étudiés. On note encore ici une convergence autour de 14-15 heures par semaine consacrées au petit écran dans la plupart des pays occidentaux, avec l’exception notable de la population américaine, nettement plus attirée par la télévision.

41Pour la seule population sur le marché du travail, le mouvement est différent : on n’observe pas vraiment de hausse du temps télévisuel, la tendance est même à une relative stabilité depuis une décennie. La conclusion à tirer est relativement claire : le temps télévisuel suit de très près la courbe ascendante ou descendante du temps de loisir, chez les inactifs, mais résiste à ce mouvement du temps parmi la population sur le marché du travail. Il représente environ 40 % du temps libre total, 15 % de plus aux États-Unis.

Tableau 4 Temps hebdomadaire consacré à la télévision, à titre d’activité principale, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans

Tableau 4 Temps hebdomadaire consacré à la télévision, à titre d’activité principale, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans

Figure 2 Part de la télévision dans le temps de loisir, hors vie associative. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans

Figure 2 Part de la télévision dans le temps de loisir, hors vie associative. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans

42Au vu des données sur l’importance du petit écran, on peut sans doute nuancer le déclin annoncé du temps culturel tel qu’on peut l’entrevoir par la diminution du temps consacré à la lecture, puisqu’une partie du contenu télévisuel est de nature culturelle, de l’ordre du documentaire et de l’information. C’est là une autre limite des études sur l’emploi du temps.

Loisir et travail : une équation constante

43Les paragraphes qui précèdent indiquent qu’au sein du temps libre, des mouvements se dessinent qui peuvent varier selon les situations nationales :

  • stabilité de la place occupée par l’activité physique (même si la proportion historique varie d’un cas à l’autre) ;

  • attrait constant du petit écran, dominance dans le cas de la population américaine ;

  • déclin du temps consacré à la lecture, signe d’une chute marquée du temps culturel.

44Mais comment expliquer les différences marquées du temps total de loisir entre la France, le Canada et les États-Unis, soit pour l’ensemble de la population, soit dans le cas de la seule population active ? Une analyse multivariée sommaire permet de constater que c’est d’abord le rapport entre la population active et la population inactive qui explique la plus importante partie de ces variations. Par exemple, au Canada tout comme Québec en 2010, si l’on tient compte des variations induites par l’effet de l’âge, de l’éducation, du sexe et du statut d’emploi, c’est ce dernier facteur qui explique la plus grande variance (environ 20 %), suivi du groupe d’âge du répondant (environ 16 %). La même hiérarchie s’observe au États-Unis et en France dans l’enquête de 2010, mais les effets sont encore plus prononcés en ce qui concerne la variance induite par le statut (elle est de l’ordre de 27 % aux États-Unis et de 30 % en France). L’écart ajusté pour tenir compte de ces variables est de plus de 10 heures de plus de temps total de loisir chez les inactifs par rapport aux actifs aux États-Unis, entre 6 et 8 heures de plus en France, au Québec et au Canada. La variabilité avant l’entrée sur le marché du travail est plus prononcée au Canada, celle à la sortie du marché du travail l’est davantage aux États-Unis et en France. Une fois sur le marché du travail, les Américains et les Français voient leur écart demeurer relativement stable entre 25 et 64 ans, alors que les fluctuations sont plus prononcées au Canada et encore davantage au Québec. Autrement dit au Canada et au Québec, les jeunes jouissent déjà de plus de temps de loisir que leurs homologues américains et français, une fois sur le marché du travail le temps de loisir des Américains et des Français a tendance à demeurer relativement stable, contrairement aux variations plus grandes observées au Canada. Les personnes âgées de 65 ans ou plus ont une situation relativement identique dans les cas considérés.

45Or, comme je l’ai montré dans un article récent (Pronovost, 2013), même si la durée hebdomadaire du temps de travail est moins élevée aux États-Unis, par rapport au Canada, et plus élevée par rapport à la France, elle est relativement stable en sol américain depuis une dizaine d’années, alors qu’on observe d’importantes variations à la baisse et à la hausse ailleurs. De plus, le taux d’activité (pourcentage de la population sur le marché du travail) est de 10 % plus élevé aux États-Unis. En d’autres termes, dans la structure des temps sociaux aux États-Unis, la constance de la durée du travail, temps pivot des activités quotidiennes, de même que l’importance du taux d’accès au marché du travail, induisent une plus grande stabilité du budget temps de loisir, puisque la moyenne obtenue reflète le fait que les deux-tiers de la population américaine sont sur le marché du travail ; mais une fois sortie du marché du travail, c’est comme si la population américaine cherchait à profiter davantage d’un temps de loisir dont elle a été privée. Alors qu’ailleurs les importantes variations du taux d’emploi, tout autant à l’entrée et à la sortie qu’une fois sur le marché du travail, donnent un poids nettement plus grand à la population inactive, ce qui entraîne une plus grande variabilité générale de la structure des temps sociaux, ce qui n’est pas le cas aux États-Unis où on observe une plus grande stabilité du temps de travail entre 18 et 64 ans.

  • 10 J’ai utilisé l’analyse de variance avec les statistiques « multiple classification analysis » (MCA) (...)

46C’est bien le total du temps de loisir qui est en jeu. Le statut d’emploi n’explique que peu la variance du temps consacré à la vie associative, au sport, à la lecture puisque cette fois les variables reliées à l’âge, à l’éducation ou genre, prennent plus d’importance ; une nuance doit être apportée dans le cas du temps télévisuel puisque, en ce cas, ce sont l’âge et le statut qui prennent à peu près la même importance, dans des directions opposées comme on peut s’en douter. Notons au passage que cette analyse de variance10 confirme que ce sont les plus scolarisés qui bénéficient le moins de temps total de loisir et que les différences de genre sont les moins prononcées en France et au Canada. En revanche, elles le sont davantage aux États-Unis.

Conclusion

47Les analyses qui précèdent laissent entrevoir l’intérêt des études d’emploi du temps pour la sociologie du loisir. La variabilité observée dans les cas étudiés ne doit pas occulter le fait que des mouvements significatifs du temps se sont produits autour du temps de loisir. Des données relativement objectives, sur une longue période, confirment une tendance à long terme de l’augmentation du temps total consacré aux activités de loisir. Par-delà des variations induites par l’inclusion ou non de telle ou telle activité, le mouvement général est bien étayé. Il semble bien que l’on assiste depuis au moins une décennie, soit à une relative stabilisation du temps de loisir, soit à une certaine diminution chez les actifs, dont le temps culturel fait les frais, mais non le temps consacré au petit écran. De toutes les variables explicatives, c’est le statut d’emploi qui a la plus forte influence causale sur la durée du temps de loisir disponible, confirmant, si besoin en est, l’importance du temps de travail comme temps pivot des temps sociaux. Les études d’emploi du temps confirment sans l’ombre d’un doute que les différences perdurent dans l’accès au temps de loisir entre les hommes et les femmes ; la remontée du temps de travail parmi les plus scolarisés est également bien étayée.

Haut de page

Bibliographie

Canada

Canada, Statistique Canada (1986), Enquête sociale générale, 1986 - cycle 2. Emploi du temps, mobilité sociale et langue, Ottawa, Statistique Canada, pag. div.

Canada, Statistique Canada, (1992), Enquête sociale générale, 1992 - cycle 7. L’emploi du temps, Ottawa, Statistique Canada, pag. div.

Canada, Statistique Canada (1999), Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens en 1998, Ottawa, Statistique Canada, 21 p. (catalogue 12F0080X1F) (http://www.statcan.ca/)

Canada, Statistique Canada (2006), Enquête sociale générale sur l’emploi du temps. Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens en 2005, Ottawa, Statistique Canada, 70 p. (catalogue 12F0080X1F) (http://www.statcan.ca/)

Canada, Statistique Canada (2011), Enquête sociale générale. Cycle 24 : Bien-être et stress lié au manque de temps – Fichier de microdonnées à grande diffusion, document et guide de l’utilisateur, Ottawa, Statistique Canada, 817 p. (catalogue 12M0024) (http://www.statcan.ca/)

Canada, Statistique Canada, 2011, Enquête sociale générale. Enquête sociale générale. Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens, Ottawa, Statistique Canada, 817 p. (catalogue 89-647-X) (http://www.statcan.ca/)

France

Dumontier Françoise et Pan Ké Shon Jean-Louis, 1999. « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de loisirs », Insee première, Paris, INSEE, 675.

Dumontier Françoise et Pan Ké Shon Jean-Louis, 2000. Enquête emploi du temps 1998-1999. Description des activités quotidiennes, Paris, (Consommation Modes de vie), 324 p.

Enquête emploi du temps 2009-2010

(http://www.cmh.ens.fr/greco/enquetes/XML/lil-0695.xml)

Ricroch Layla et Roumier Benoit, 2011. « Depuis 11 ans, moins de tâches ménagères, plus d’Internet », Insee première, Paris, INSEE, No. 1377, novembre (www.insee.fr)

États-Unis

American Time Use Survey (http://www.bls.gov/tus/home.htm)

Horrigan Michael and Herz Diane, 2004. « Planning, designing and executing the BLS American Time-Use Survey », Whashington DC, Monthly Labor Review, october, p. 3-19.

Références bibliographiques

2008 Survey of Public Participation in the Arts, 2009. Washington, D.C., National Endowment for the Arts, Research Report #49, 93 p. (http://arts.endow.gov)

Aguiar Mark and Hurst Erik, 2009, “A Summary of Trends in American Time Allocation : 1965-2005”, Social Indicators Reseach, No. 93, p. 57-64.

Boudon Raymond, 2012. Croire et savoir. Penser le politique, le moral et le religieux, Paris, PUF, 319 p.

Chenu Alain et Herpin Nicolas, 2002. « Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs ? », Économie et Statistique, No. 352-353, p. 15-37.

Chenu Alain et Lesnard Laurent, 2006. “Time Use Surveys: a Review of their Aims, Methods and Results”, European Journal of Sociology, 2006, 47, 3, p. 335-359.

Donnat Olivier, 2009. Les pratiques culturelles des Français à l’heure numérique, Paris, La Découverte, 282 p.

Dumazedier Joffre, 1962. Vers une civilisation du loisir ?, Paris, PUF, 318 p.

Dumazedier Joffre, 1988. La révolution culturelle du temps libre, Paris, Méridiens Klincksieck, 312 p., annexe, index.

Friedmann Georges, 1957. Le travail en miettes, Paris, Gallimard, 374 p.

Lafargue Paul, éd. 1977. Le droit à la paresse, Paris, Maspéro, 153 p.

Gershuny Jonathan, 2011. “Increasing Paid Work Time ? A New Puzzle for Multinational Time-diary Research”, Social Indicators Research, No. 101, p. 207-213.

Gershuny Jonathan, 2000. Changing Times. Work and Leisure in Postindustrial Society, Oxford, Oxford University Press, 304 p., index.

Ion Jacques, 2012. S’engager dans une société d’individus, Paris, Armand Colin, 220 p.

Pronovost Gilles, 2013. « La mesure du temps de travail », SociologieS, revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, automne 2013.

Pronovost Gilles, 1983. Temps, culture et société, Québec, Presses de l’Université du Québec, 333 p.

Robinson John, Andreyenkov Vladimir G. and Patrushev Vasily D., 1988, The Rhythm of Everyday Life. How Soviet and American Citizens Use Time. Boulder, San Francico, Westview Press, 148 p.

Robinson John and Godbey Geoffrey, 2e éd., 1999. Time for Life : The Surprising Ways Americans Use their Time, University Park, Pennsylvania State University Press, 402 p., appendices, index.

Szalai Alexander, (ed), 1972. The use of time. Daily activities of urban and suburban populations in twelve countries. Paris, La Hague, Mouton, 868 p.

Thompson E. P., 1988. La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 791 p.

Thompson, E.P, 1979. « Temps, travail et capitalisme industriel », Libre, Paris, Payot, 5, p. 533-546.

Haut de page

Annexe

Tableaux complémentaires

Tableau A1 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Femmes sur le marché du travail, âgées de 18 à 64 ans

Tableau A1 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Femmes sur le marché du travail, âgées de 18 à 64 ans

Tableau A2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Hommes sur le marché du travail, âgés de 18 à 64 ans

Tableau A2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Hommes sur le marché du travail, âgés de 18 à 64 ans
Haut de page

Notes

1 Cette recherche a reçu le soutien financier de la Direction du sport, du loisir et de l’activité physique, du ministère québécois de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

2 J’ai décrit en détails cette structure de la pensée américaine sur le loisir, à ses origines, dans Pronovost, 1983, p. 107-116.

3 Le site de la MTUS propose un regroupement en 69 activités, dont encore la moitié renvoie à des activités de loisir.

4 Site de l’Eurostat : https://www.h2.scb.se/tus/tus/. Site des Nations Unies : http://unstats.un.org/unsd/cr/registry/regcst.asp?Cl=231&Lg=1.

5 Je suis redevable aux travaux de John Robinson pour ce choix méthodologique. Les chômeurs et les personnes au foyer ne sont pas comptabilisés.

6 Rubriques « dur6000 à dur6920 » dans l’enquête canadienne ; catégories et sous-catégories 14 et 15 : religious and spiritual activities ; volunteer activities dans l’enquête américaine ; codes 531 à 542 dans l’enquête française.

7 Je n’ai retenu que les codes « dur7000 » à « dur9000 », au Canada, les sous-groupes 12 et 13 aux États-Unis, et les codes 510 à 678 en France ainsi que les codes 381, 382, « création artistique » et « jardinage »  ; les travaux d’entretien ménager ou de la maison en sont exclus.

8 En France on distingue la lecture de livres, de journaux (y compris sur internet) ou « lecture sans autre indication » ; aux États-Unis on a retenu une catégorie « reading for personal interest », ainsi que la lecture faite aux enfants, le type de support n’est pas précisé ; c’est au Canada que les catégories sont les plus détaillées et permettent de distinguer le type de support (livre, magazines, journaux) ainsi que la lecture en ligne.

9 En répartissant les seuls lecteurs en trois groupes approximativement égaux et en ne retenant que le groupe à la plus forte moyenne.

10 J’ai utilisé l’analyse de variance avec les statistiques « multiple classification analysis » (MCA) qui donnent les moyennes non ajustées et les moyennes ajustées pour tenir compte des variables de contrôle retenues (ici : âge, sexe, niveau d’éducation et statut d’emploi ou non).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Temps hebdomadaire consacré à la vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-2.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tableau 3 Temps hebdomadaire consacré à l’activité physique, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 1 Temps hebdomadaire consacré à la lecture, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-4.png
Fichier image/png, 108k
Titre Tableau 4 Temps hebdomadaire consacré à la télévision, à titre d’activité principale, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-5.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 2 Part de la télévision dans le temps de loisir, hors vie associative. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Population sur le marché du travail, âgée de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-6.png
Fichier image/png, 124k
Titre Tableau A1 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Femmes sur le marché du travail, âgées de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-7.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau A2 Temps hebdomadaire consacré au loisir, hors vie associative, en heures et fractions d’heure. Canada, Québec, France, États-Unis, diverses années. Hommes sur le marché du travail, âgés de 18 à 64 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2863/img-8.png
Fichier image/png, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pronovost, « Sociologie du loisir, sociologie du temps », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2863 ; DOI : 10.4000/temporalites.2863

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Département d’études en loisir, culture et tourisme
Université du Québec à Trois-Rivières
C.P. 500, Trois-Rivières (Québec)
Canada
G9A 5H7
gilles.pronovost@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page