Navigation – Plan du site

Histoire et parcours de vie : la perception des changements sociohistoriques

History and life course : the perception of socio-historical changes
Historia y trascurso de vida : la percepción de los cambios socio-históricos
Aude Martenot et Stefano Cavalli

Résumés

Dans cet article, nous nous intéressons à la mémoire de l'histoire rapportée par des adultes appartenant à cinq groupes d'âge allant de 20-24 à 80-84 ans. En particulier, nous nous focalisons sur les événements et changements sociohistoriques, survenus au cours de leur vie, que ces personnes ont retenus comme particulièrement saillants. Sur la base de deux enquêtes menées à Genève en 2004 et 2009, nous avons procédé à une double comparaison : entre les groupes d'âge (ou cohortes) d'une part, entre les réponses données à cinq ans d'intervalle d'autre part. Certains événements (Deuxième Guerre mondiale, chute du mur de Berlin, attentats du 11 septembre par exemple) sont particulièrement rappelés par le groupe d'âge qui entre dans la vie adulte au moment de leur apparition. Ainsi, la perception d'un épisode historique varie selon l'âge des individus au moment de son déroulement et les changements qui se produisent entre dix et trente ans ont un grand impact sur la mémoire. Toutefois, ceci ne constitue pas un mécanisme universel, mais reste soumis à plusieurs conditions, notamment que l'histoire soit porteuse d'un ou de plusieurs changements à cette période.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

history, cohorts, age, life course, changes, perception

Indice de palabras clave :

trascurso de vida, historia, cambios, percepción, cohortes, edad
Haut de page

Texte intégral

1Selon C. Wright Mills, les parcours des individus et l'histoire de la société ne se comprennent qu'ensemble, l'imagination sociologique devant permettre de « saisir histoire et biographie, et les rapports qu'elles entretiennent à l'intérieur de la société » (1997 [1959], p. 8). On retrouve là un des objectifs principaux de la sociologie du parcours de vie (Bessin, 2009 ; Elder, 1998 ; Lalive d'Epinay, Bickel, Cavalli et Spini, 2005 ; Sapin, Spini et Widmer, 2007).

2Dans cet article, nous nous intéressons à la mémoire de l'histoire rapportée par des adultes appartenant à cinq groupes d'âge allant de 20-24 ans à 80-84 ans : quels sont les événements et changements sociohistoriques, survenus au cours de leur vie, que ces personnes retiennent comme spécialement saillants ? Sur la base de deux études réalisées à Genève en 2004 et 2009, nous avons procédé à une double comparaison : entre les groupes d'âge (ou cohortes) d'une part, entre les enquêtes menées à cinq ans d'intervalle d'autre part. Au-delà du type d'épisodes évoqués, nous avons prêté une attention particulière à l'âge qu'avaient les individus lorsque les changements se sont produits.

Mémoire des événements et changements sociohistoriques

3Parmi les recherches sur la mémoire des événements et changements sociohistoriques, mentionnons deux ensembles de travaux. Un premier ensemble est dû à des psychologues sociaux (Deschamps, Paez et Pennebaker, 2001 ; Liu et al., 2009 ; Liu et al., 2012 ; Pennebaker, Paez et Deschamps, 2006) et porte essentiellement sur le contenu historique de la mémoire collective, notion saisie dans la lignée de Maurice Halbwachs (1997 [1950]). La stratégie consiste à demander à des individus de différents pays d'imaginer d'écrire un livre – ou de donner un cours – d'histoire générale et d'indiquer les trois (ou sept) événements et changements les plus importants des 10, 100 et 1 000 dernières années. Les résultats font état de l'existence d'une mémoire collective à propos de l'histoire du monde, une vision essentiellement euro-centrique ; cela étant, l'importance des événements nationaux ou régionaux tend à être surestimée par les individus de tous les pays (Liu et al., 2005 ; Liu et al., 2012). Fait exception la Suisse, petit pays où l'on se rapporte essentiellement à l'Europe et à l'Occident, et où la confrontation des souvenirs d'étudiants avec ceux de leurs parents conduit à relever des différences dans l'appréhension de l'histoire selon l'âge, la tonalité des réponses des jeunes adultes étant plus négative (Deschamps et al., 2001 ; Pennebaker et al., 2006).

4Un deuxième ensemble de travaux est constitué de recherches d'ordre sociologique, qui articulent explicitement la perception des événements et des changements aux notions de parcours de vie et de génération (Schuman, Corning, 2012 ; Schuman, Rodgers, 2004 ; Schuman, Scott, 1989 ; Scott, Zac, 1993). La question est formulée ici de manière plus subjective : il est demandé à des personnes âgées de dix-huit ans et plus de considérer le dernier demi-siècle et de mentionner les événements ou changements, nationaux ou mondiaux, qui ont été particulièrement importants à leurs yeux. Une première enquête a été menée en 1985 aux États-Unis (Schuman, Scott, 1989) ; elle a ensuite connu plusieurs prolongements, permettant des comparaisons internationales (Schuman, Akiyama et Knaüper, 1998 ; Scott, Zac, 1993) et dans le temps (Schuman, Corning, 2012 ; Schuman, Rodgers, 2004). Ces recherches mettent en évidence des différences dans la perception de l'histoire selon l'âge : les événements et les changements qui ont un plus fort impact sur la mémoire sont ceux qui se sont produits pendant l'adolescence et au cours de l'entrée dans la vie adulte – à l'« âge critique » ou la « période critique », pour reprendre les termes des auteurs. Associer cette période de la vie à un processus d'ouverture au monde et au début de la construction d'une mémoire historique générationnelle en appelle à la théorie classique des générations que Karl Mannheim a élaborée à la fin des années vingt. Selon le sociologue allemand, les expériences vécues entre dix-sept et vingt-cinq ans ont un impact durable dans la vie des individus, elles inspirent leur vision ultérieure du monde social et sont déterminantes pour la formation d'une conscience historique (Mannheim, 1990 [1928]).

5L'idée selon laquelle l'adolescence et le début de la vie adulte constitueraient un âge névralgique de la construction mémorielle est aussi présente dans les travaux sur la formation des générations politiques (Jennings, 1996 ; Sears, Valentino, 1997) ainsi que dans la littérature psychologique sur la distribution des souvenirs au cours du développement (Berntsen, Rubin, 2004 ; Birren, Schroots, 2006 ; Rubin, 1995). Les psychologues distinguent trois composantes de la mémoire autobiographique : la plupart des individus ne conservent pas de souvenirs précis de ce qui s'est passé dans les premières années de leur vie (childhood amnesia) ; on retient davantage les informations encodées entre dix et trente ans environ, c'est-à-dire pendant l'adolescence et le début de la vie adulte (reminiscence bump) ; les souvenirs deviennent moins accessibles avec le passage du temps (forgetting) ou, pour le dire simplement, on se souvient davantage des événements récents (Conway, Pleydell-Pearce, 2000 ; Rubin, Wetzler et Nebes, 1986 ; Rubin, 1982).

6L'effet de réminiscence (reminiscence bump) est un phénomène robuste qui a été supporté par des travaux portant tant sur les souvenirs d'événements publics que personnels (Grob, Krings et Bangerter, 2001 ; Glück, Bluck, 2007 ; Holmes, Conway, 1999 ; Janssen, Murre et Meeter, 2008). Il a été observé dans des études réalisées dans plusieurs pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie (Conway, Wang, Hanyu et Haque, 2005 ; Demiray, Gülgoz et Bluck, 2009), quelle que soit la technique de récolte des informations : d'une simple remémoration de faits, à des associations de mots visant à réveiller des souvenirs, jusqu'à l'étude des préférences littéraires ou musicales (Janssen, Chessa et Murre, 2007).

7Plusieurs explications ont été avancées pour rendre compte de ce phénomène (Draaisma, 2008 [2001] ; Jansari, Parkin, 1996). Selon certains auteurs, la propension à citer des événements survenus au moment de l'entrée dans la vie adulte serait due à une plus grande aptitude sur le plan neurophysiologique à emmagasiner des souvenirs vers l'âge de vingt ans, lorsque le développement du cerveau atteint son optimum (Janssen et al., 2008 ; Rubin, Schulkind et Rahhal, 1999). Une autre explication met en avant la primauté de beaucoup des changements vécus pendant l'âge critique, les individus étant davantage marqués par les événements rencontrés pour la première fois : le premier partenaire, le premier travail, un voyage initiatique, mais aussi les premières confrontations à l'histoire, tout comme les engagements civiques et politiques (Berntsen, Rubin, 2002 ; Conway, Haque, 1999 ; Schrauf, Rubin, 1998). Dans une ultérieure interprétation, l'accent est mis sur la rétention préférentielle des événements dans la période de formation et de consolidation d'une identité adulte (Conway et al., 2005). Et le début de la vie adulte représente la période critique pour la formation de la personnalité et de l'identité. Un individu d'âge mur se souviendra alors surtout de ces événements-ci, qui ont fait de lui ce qu'il est devenu (Draaisma, 2008 [2001]).

8Aucune de ces explications ne fait l'objet d'un consensus dans la littérature. Arrêtons-nous plutôt sur une différence de fond entre psychologues et sociologues. Les premiers considèrent l'effet de réminiscence comme un mécanisme universel (Conway et al., 2005 ; Holmes, Conway, 1999) : il y aurait une période de la vie pendant laquelle l'individu serait plus réceptif aux événements, ceci indépendamment de la nature des changements vécus et du contexte social. Par conséquent, ces travaux accordent beaucoup d'importance à la position des personnes au cours de leur développement mais tendent à négliger l'histoire. Du point de vue de la sociologie des parcours de vie, cette explication est peu satisfaisante et un certain nombre de travaux sur la perception des changements sociohistoriques a montré que dans certaines circonstances l'effet de réminiscence ne s'observe pas, notamment lorsqu'un événement tragique ou traumatique – telle une dictature ou une grave catastrophe naturelle – affecte la mémoire de tous les individus l'ayant vécu, quel que soit leur âge à ce moment-là (Guichard, Henríquez, 2011 ; Lalive d'Epinay, Cavalli, 2009 ; Lalive d'Epinay et al., 2008 ; Oddone, Lynch, 2008).

9La position occupée par les individus dans leur parcours vie, à elle seule, ne suffit pas à expliquer le choix des changements marquants. Par ailleurs, des sociologues nord-américains ont montré que la survenue d'un nouveau fait historique peut condamner à l'oubli (au moins temporairement) des événements plus anciens ou au contraire en renforcer le souvenir (Schuman, Rodgers, 2004 ; Schuman, Corning, 2012). Ayant interviewé près de 600 personnes à deux reprises – d'abord à la fin de l'an 2000, puis début 2002 – Howard Schuman et Willard Rodgers (2004) ont pu constater que des conflits tels que la Seconde Guerre mondiale ou la guerre du Vietnam sont plus cités après les attentats du 11 septembre 2001, tandis que la fin du communisme ou les progrès liés à l'informatique le sont beaucoup moins.

10Le présent article se propose de vérifier l'existence généralisée d'un effet de réminiscence en comparant les souvenirs de changements sociohistoriques mentionnés lors de deux enquêtes transversales menées à Genève en 2004 et 2009 auprès des membres de cinq groupes d'âges. Quels sont les événements sociohistoriques considérés comme les plus marquants ? Les personnes interviewées choisissent-elles des épisodes surtout en fonction de leur position dans le parcours de vie (de leur âge) au moment des faits ? Dans quelle mesure tiennent-elles compte de la nature des changements, de leur importance dans le cours de l'histoire ?

L'étude CEVI

  • 1 La recherche internationale CEVI a été conçue en 2003 par Christian Lalive d'Epinay et Stefano Cava (...)

11Les résultats présentés ici sont basés sur les données du programme de recherche international CEVI – Changements et événements au cours de la vie – qui étudie la perception qu'ont des adultes de divers pays des changements survenus dans leur propre vie ainsi que dans leur environnement sociétal depuis leur naissance.1 L'étude CEVI comprend trois volets principaux : le premier porte sur les changements récents dans la vie de la personne, le second sur les tournants majeurs de sa vie et le troisième s'intéresse, toujours dans le cadre temporel de sa vie, aux changements sociohistoriques marquants. Dans cet article, nous considérons le troisième volet et nous analysons les données des enquêtes réalisées à Genève en 2004 et 2009. La question posée était la suivante :

« Considérons maintenant les grands événements et changements qui se sont produits dans votre pays et dans le monde au cours de votre vie. Quels sont ceux qui vous ont le plus frappés ? »

12L'enquêté pouvait mentionner jusqu'à quatre épisodes. Il lui était demandé de décrire chacun d'entre eux en le situant dans le temps et dans l'espace, d'indiquer son âge lors de sa survenue et enfin d'expliciter les raisons de son choix.

13Le dessin des échantillons, non-aléatoires, était le même dans les deux enquêtes. Il prévoyait une stratification selon le sexe et cinq classes d'âge quinquennales : 20-24, 35-39, 50-54, 65-69 et 80-84 ans. Ces groupes couvrent l'ensemble de la vie adulte et l'écart de dix ans entre chacun d'eux a pour but stratégique de les typifier par jeu de contraste. En même temps, ce découpage circonscrit des cohortes de naissance distinctes, la plus ancienne (personnes de 80-84 ans en 2004) s'étant formée dans la première moitié des années vingt, la plus récente (personnes de 20-24 ans en 2009) dans la seconde moitié des années quatre-vingt.

14La passation des questionnaires a été réalisée par des étudiants en sciences sociales et en psychologie ayant reçu au préalable une formation spécifique. Sauf handicap de la personne enquêtée, le questionnaire était auto-administré. Les collectes des données ont eu lieu dans le canton de Genève en novembre 2004 (N = 668), puis entre octobre et décembre 2009 (N = 633). L'objectif de réunir au moins une centaine de questionnaires dans chaque groupe d'âge, avec un nombre relativement égal d'hommes et de femmes, a été atteint (cf. Tableau 1). Les étudiants-enquêteurs ont cependant eu de la peine à trouver des hommes âgés de 80 à 84 ans prêts à participer à l'étude, ce qui explique le déficit de personnes appartenant à ce groupe. Par ailleurs, le surplus de jeunes adultes interrogés en 2004 vient du fait que les étudiants (essentiellement des étudiantes) qui ont récolté les données avaient commencé par remplir eux-mêmes le questionnaire et qu'il a été décidé de conserver ce matériel pour l'analyse.

Tableau 1 : Personnes interviewées en 2004 et 2009, par classe d'âge et genre (n)

2004

2009

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

20-24 ans

70

96

166

61

66

127

35-39 ans

66

61

127

69

68

137

50-54 ans

56

68

124

57

70

127

65-69 ans

50

59

109

55

61

116

80-84 ans

35

67

102

46

57

103

Total

277

351

628

288

332

610

15Afin d'assurer une certaine hétérogénéité à l'intérieur des groupes, il a été demandé aux enquêteurs de sélectionner des personnes de milieux sociaux différents. Cela dit, les échantillons ne sont pas stricto sensu représentatifs de la population et des contrôles ont révélé certains biais : le plus marqué concerne le groupe le plus jeune dans lequel les étudiants sont surreprésentés ; en outre, le niveau d'éducation est un peu plus élevé parmi les répondants que dans la population.

16Les participants aux enquêtes n'ont pas eu de problèmes à sélectionner des événements ou changements majeurs selon eux. Les personnes ne mentionnant pas d'événements sont rares : 5 % en 2004, 3 % cinq ans plus tard. Le nombre moyen d'épisodes, parmi ceux qui en signalent au moins un, se situe autour de deux et demi (2.41 en 2004, 2.60 en 2009). Signalons enfin que la plupart des participants n'ont pas utilisé les quatre plages de réponses qu'ils avaient à disposition ; il s'ensuit que, sauf exception, la non-mention d'un événement résulte d'un choix et non du manque de place dans le questionnaire.

Cohortes et mémoire de l'histoire

Les changements mentionnés en 2004

17Dans le Tableau 2, nous indiquons les cinq changements sociohistoriques cités, en 2004, par la plus grande proportion de personnes dans chaque groupe d'âge ou cohorte (pour une discussion plus approfondie de ces résultats, voir : Lalive d'Epinay, Cavalli, 2009 ; Lalive d'Epinay et al., 2008). Commençons par souligner que les changements les plus mentionnés ne sont pas toujours les mêmes. Notre démarche explique en partie cela, dans la mesure où il n'était pas possible de signaler des événements survenus avant sa propre naissance, cependant les écarts sont importants aussi pour des changements récents, vécus par tous les répondants.

Tableau 2 : Les cinq changements cités par le plus grand nombre d'individus en 2004, par classe d'âge (%)

20-24 (1980-84)

35-39 (1965-69)

50-54 (1950-54)

65-69 (1935-39)

80-84 (1920-24)

Attentats 11/09

58

Attentats 11/09

39

Conquête espace

26

Seconde G.M.

50

Seconde G.M.

72

Guerre Irak

15

Mur Berlin

38

Mur Berlin

22

Progrès

17

Progrès

8

Mur Berlin

15

Guerre Irak

12

Mai 68

19

Conquête espace

16

Conquête espace

7

Guerre Golfe

10

Guerre Golfe

11

Attentats 11/09

19

Mai 68

13

Crise économique

6

Progrès

8

Conflit Israélo/Palestinien

10

Assassinat JFK

17

Attentats 11/09

12

Émancipation femme

6

18Parmi les membres de la cohorte qui s'est formée en 1980-84, la majorité (58 %) mentionne les attentats du 11 septembre 2001 perpétrés aux États-Unis et 15 % la guerre d'Irak, qui en est une conséquence directe. Au total, près de trois jeunes adultes sur quatre retiennent l'un et/ou l'autre épisode. Deux événements plus anciens sont évoqués au sein de cette cohorte, mais par une minorité seulement : la chute du mur de Berlin en 1989 (15 %) ainsi que la guerre du Golfe de 1991 (10 %). Les membres de la cohorte 1965-69, âgés de 35 à 39 ans en 2004, citent avant tout et en égale mesure les attaques du 11 septembre 2001 (39 %) et l'effondrement du système soviétique avec la transformation géopolitique de l'Europe (38 %), dont la chute du mur de Berlin est l'emblème. Les réponses données par la cohorte 1950-54 ans se partagent entre ces mêmes événements – 22 % pour la chute du mur de Berlin, 19 % pour les attentats du 11 septembre 2001 – et des changements des années soixante : l'aventure spatiale, symbolisée par le premier homme à marcher sur la Lune en 1969 (26 %), les mouvements sociaux de Mai 68 (19 %), l'assassinat de J.F. Kennedy en 1963 (17 %), mais aussi l'émancipation féminine (10 %) ou la guerre du Vietnam (9 %). Enfin, les membres des deux cohortes les plus anciennes se retrouvent pour élire la Seconde Guerre mondiale comme l'événement qui les a le plus frappés : la moitié des sexagénaires et trois octogénaires sur quatre se remémorent cette période dramatique. En même temps, la cohorte 1935-39 et, dans une moindre mesure, celle de 1920-24 évoquent l'importance des transformations de l'après-guerre tels que l'amélioration des conditions de vie et les innovations technologiques (regroupés dans la catégorie « progrès ») ou la conquête de l'espace.

19Dans l'ensemble, chaque changement sociohistorique est davantage mentionné par la cohorte dont les membres avaient environ vingt ans lors de la survenue des faits. Par exemple, les attentats du 11 septembre sont évoqués par une majorité (58 %) de personnes nées entre 1980 et 1984, âgés de dix-sept à vingt et un ans en 2001, mais cette proportion baisse d'une cohorte à l'autre, et ce ne sont plus que 4 % des personnes nées entre 1920 et 1924 qui en font la mention. De la même manière, la chute du mur de Berlin est surtout citée par celles et ceux qui sortaient de l'adolescence pour entrer dans l'âge adulte à cette époque, à savoir la cohorte de 1965-69 ; par contre, elle est moins remémorée par les plus jeunes et les quinquagénaires, et quasiment absente des réponses données par les deux groupes les plus âgés.

Les changements mentionnés en 2009

20Voyons à présent si les réponses fournies par les personnes interrogées en 2009 sont les mêmes ou non (cf. Tableau 3). Commençons par signaler qu'un seul événement survenu après l'enquête de 2004 apparaît dans le tableau, à savoir le séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien et le tsunami meurtrier qu'il a provoqué, mentionné par une personne sur dix dans les deux cohortes les plus récentes (8 % des membres de ces cohortes ont également cité l'élection d'Obama à la présidence des États-Unis en 2008). Ensuite, dans tous les groupes d'âge, les attentats du 11 septembre 2001 sont davantage évoqués en 2009 qu'en 2004, une augmentation en partie contrebalancée par la diminution des souvenirs liés à la guerre d'Irak.

Tableau 3 : Les cinq changements par le plus grand nombre d'individus en 2009, par classe d'âge (%)

20-24 (1985-89)

35-39 (1970-74)

50-54 (1955-59)

65-69 (1940-44)

80-84 (1925-29)

Attentats 11/09

67

Attentats 11/09

51

Mur Berlin

44

Mur Berlin

27

Seconde G.M.

67

Progrès

13

Mur Berlin

45

Attentats 11/09

34

Attentats 11/09

18

Mur Berlin

9

Guerre Irak

12

Guerre Golfe

12

Conquête espace

23

Conquête espace

16

Progrès

9

Mur Berlin

9

Tsunami 2004

10

Assassinat JFK

10

Seconde G.M.

13

Attentats 11/09

7

Tsunami 2004

9

Unification Europe

9

Mai 68

9

Mai 68

11

Crise économique

7

21La chute du mur de Berlin est aussi davantage mentionnée lors de la seconde enquête, à l'exception cependant du groupe des 20-24 ans dont les membres les plus âgés n'avaient que quatre ans en 1989. Comme l'ont montré des analyses ad hoc (Guignet, 2010), l'explication de ce renforcement de souvenirs dans les quatre groupes les plus âgés vient de la coïncidence entre la période de passation des questionnaires en 2009 et la commémoration du vingtième anniversaire de la chute du mur. Émissions télévisées, articles de presse, conférences et autres expositions ont contribué à renforcer de manière significative la mémoire de cet événement, apparemment sans que les individus aient conscience de l'effet de rappel, puisqu’aucun d'entre eux n'a évoqué l'anniversaire au moment de la justification de son choix.

22Contrairement à ce qui a été observé en 2004, seule une petite minorité (13 %) de sexagénaires interrogés en 2009 indique la Seconde Guerre mondiale, la plupart d'entre eux étant trop jeune durant les années de guerre – ils sont nés entre 1940 et 1944 – pour s'en souvenir. Parmi les 50-54 ans, moins de personnes interviewées en 2009 mentionnent les événements des années soixante : par exemple, ils n'avaient qu'entre neuf et treize ans en 1968, alors que nombre de quinquagénaires interrogés cinq ans plus tôt étaient en âge de participer aux mouvements et manifestations de révolte. Ajoutons enfin que les changements « progrès » cités par 13 % des jeunes adultes en 2009 (contre 8 % en 2004) concernent les avancées dans l'informatique et la communication.

23En général, comme en 2004, chaque événement est davantage mentionné au sein de la cohorte qui faisait son entrée dans l'âge adulte au moment de sa survenue. Faisons maintenant un pas de plus dans l'analyse pour voir s'il y a vraiment un âge critique au cours du développement pendant lequel se concentrent les souvenirs des adultes.

Un âge privilégié de réminiscence ?

24Observe-t-on, chez les participants à nos enquêtes, des pics de réminiscence en correspondance de l'adolescence et du début de la vie adulte ? Les Tableaux 4 et 5 fournissent – pour 2004, respectivement 2009 – la distribution des changements selon l'âge qu'avaient les individus au moment de leur déroulement.

Tableau 4 : Proportion (%) de changements survenus à un âge donné, par classe d'âge (2004)

Classes d'âge

Âge au moment du changement

20-24 ans

35-39 ans

50-54 ans

65-69 ans

80-84 ans

0-9 ans

17

5

6

23

5

10-19 ans

48

11

35

7

29

20-29 ans

35

39

9

19

31

30-39 ans

45

20

16

5

40-49 ans

20

5

12

50-59 ans

10

13

3

60-69 ans

17

3

70-79 ans

6

80-84 ans

6

Total

100

100

100

100

100

Tableau 5 : Proportion (%) de changements survenus à un âge donné, par classe d'âge (2009)

Classes d'âge

Âge au moment du changement

20-24 ans

35-39 ans

50-54 ans

65-69 ans

80-84 ans

0-9 ans

12

7

6

6

2

10-19 ans

69

38

26

14

47

20-29 ans

19

30

11

25

12

30-39 ans

25

29

7

12

40-49 ans

21

23

8

50-59 ans

7

13

4

60-69 ans

12

7

70-79 ans

7

80-84 ans

1

Total

100

100

100

100

100

25Dans trois des cinq groupes d'âge considérés, au moins la moitié des changements ont eu lieu alors que les personnes qui en ont fait la mention avaient entre dix et vingt-neuf ans – ce que l'on définit comme âge critique, et ceci que ce soit en 2004 ou en 2009. Si cela est peu surprenant pour les jeunes de 20-24 ans, qui ne pouvaient évidemment pas citer des épisodes survenus dans la trentaine ou après, entre 50 et 68 % des changements relatés par les trentenaires et les octogénaires se sont produits pendant leur période d'ouverture au monde et à l'histoire. En revanche, les réponses de quinquagénaires et sexagénaires ne confirment pas l'hypothèse d'un pic de réminiscence entre l'adolescence et le début de la vie adulte : seulement entre 26 et 44 % des changements mentionnés se rapportent à cette période, la plupart étant survenus alors que ces personnes étaient déjà bien engagées dans la vie adulte. Notons en passant que, parmi les événements reportés, rares sont ceux survenus avant dix ans, ce qui confirme l'idée de l'oubli pendant l'enfance.

26À la lumière de ces résultats, faut-il remettre en cause la thèse d'un âge névralgique de la formation de la mémoire historique ? Comment expliquer que nous retrouvons ce modèle pour certains groupes d'âge mais pas pour d'autres ? La question posée durant les enquêtes, rappelons-le, portait sur les changements sociohistoriques considérés par les participants comme les plus marquants. Or, la portée des changements, leur impact dans la vie quotidienne, ou encore leur médiatisation, sont tous des facteurs qui peuvent influencer le choix des individus. Par ailleurs, ces épisodes ne se distribuent pas uniformément au cours de l'histoire, certaines périodes étant plus riches que d'autres en événements.

La distribution des souvenirs au cours de l'histoire

27Voyons justement comment se répartissent au cours du temps les souvenirs. La Figure 1 compare la distribution des changements selon l'année de leur survenue pour les deux enquêtes (mais sans distinction par classe d'âge).

Figure 1 : Distribution des changements selon l'année de leur survenue, par enquête (n)

Figure 1 : Distribution des changements selon l'année de leur survenue, par enquête (n)

28Remarquons tout d'abord que les deux courbes se superposent presque parfaitement. Le premier pic sur la gauche correspond à la mention de la Seconde Guerre mondiale (lorsqu'un individu répondait, sans plus de précision, « Seconde Guerre mondiale », la date médiane de 1942 était attribuée d'office). Les rebonds au cours des années soixante coïncident avec l'assassinat du président J.F. Kennedy (1963), les mouvements de mai 1968 et le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune (1969). Enfin, les deux pics sur la droite du graphique sont constitués par le souvenir de la chute du mur de Berlin (1989) et celui des attentats du 11 septembre aux États-Unis (2001).

29Ainsi, et cela mérite d'être souligné, bien que les participants aux deux enquêtes n'appartiennent pas aux mêmes cohortes – ce sont donc des individus nés en des époques distinctes et qui ont atteint l'âge critique à différents moments historiques – la distribution des souvenirs est pratiquement la même. Les seules divergences concernent la hauteur de certains pics (confirmant les résultats des Tableaux 2 et 3) : en particulier, la Seconde Guerre mondiale a été davantage citée en 2004, la chute du Mur de Berlin en 2009.

30L'histoire est faite de temps turbulents mais aussi de moments en apparence plus calmes. Si jusqu'ici nous avons insisté sur les années les plus agitées, relevons également que les courbes de la Figure 1 dessinent deux périodes creuses : la première s'étend de 1945 à la fin des années cinquante, la seconde couvre les années soixante-dix et quatre-vingt (même si ici et là ressortent quelques changements, à l'image de la fin du régime franquiste en 1975 ou à l'élection de Mitterrand à la présidence française en 1981). Plus en général, cela ne signifie pas que pendant ces intervalles l'histoire se soit déroulée comme un fleuve tranquille. Il suffit de penser au début de la guerre froide et à la décolonisation en Afrique ou, pour les années soixante-dix, aux coups d'États qui ont instauré des dictatures militaires sanguinaires dans plusieurs pays d'Amérique latine, aux chocs pétroliers ou, à l'échelle suisse, à la création du nouveau Canton du Jura.

31Des événements il y en a donc eu, mais les personnes interrogées ne les ont pas jugés assez importants pour les mentionner ; sans doute en ont-ils oublié certains, ou tout simplement ont-ils tourné leur regard vers d'autres épisodes estimés plus marquants. Mais si la position dans le parcours de vie, à elle seule, suffisait à expliquer les processus d'enregistrement puis de remémoration des souvenirs, le schéma devrait être bien différent, avec des pics tous les quinze ans (l'écart entre les groupes d'âge) et les deux courbes décalées d'un lustre (l'intervalle entre les deux enquêtes). À la lecture de la Figure 1, ne serait-ce pas plutôt l'histoire – i.e. la nature des changements sociohistoriques évoqués – qui détermine le choix des individus, quel que soit leur âge ?

La distribution des changements selon l'âge des individus au moment des faits

32La Figure 2 nous permet de comparer, séparément pour chaque classe d'âge, la proportion d'individus mentionnant des changements en fonction de l'âge qu'avaient les individus qui les ont mentionnés au moment de leur survenue. Pour une confirmation absolue de la théorie du pic de réminiscence, les deux courbes devraient à chaque fois se superposer. Si, par contre, les individus appartenant à un groupe d'âge donné mentionnent les mêmes événements indépendamment de leur année de naissance, les courbes devraient suivre la même trace, mais avec un décalage de cinq ans.

Figure 2 : Les changements mentionnés par le plus d'individus selon leur âge au moment de la survenue des événements, par enquête et classe d'âge (%)

Figure 2 : Les changements mentionnés par le plus d'individus selon leur âge au moment de la survenue des événements, par enquête et classe d'âge (%)

33Passons en revue les différentes classes d'âge. Chez les plus jeunes, les pics principaux sont surtout le fait des mentions des attentats du 11 septembre 2001, quand les 20-24 ans de 2004 étaient âgés de 17 à 21 ans et ceux rencontrés en 2009 de 12 à 16 ans. Dans les deux cas, nous nous situons donc bien à l'intérieur de l'âge critique. En 2004, un nombre non négligeable de jeunes a cité la chute du mur de Berlin, qui les a surpris alors qu'ils avaient entre 5 et 9 ans.

34Les trentenaires présentent deux pics et les courbes sont décalées de cinq ans. Le premier des pics s'est produit à 20-24 ans pour ceux interrogés en 2004 et à 15-19 ans pour les participants à l'enquête de 2009 : c'est l'âge qu'ils avaient en 1989. Le second, qui coïncide avec les attaques terroristes aux États-Unis de 2001, apparaît vers la fin, voire même au-delà, de l'âge critique.

35Les quinquagénaires de 2004 ont un premier pic important entre 15 et 19 ans, correspondant à la période qui va de 1965 à 1973 et qui englobe des événements tels les mouvements de Mai 68, la conquête de l'espace (premier alunissage en 1969), ou encore l'introduction du suffrage féminin en Suisse (1971). Un second pic, plus faible, s'enregistre entre 35-39 ans et renvoie à l'effondrement de l'URSS. Les personnes âgées de 50-54 ans en 2009 affichent ces deux mêmes pics, en avance de cinq ans (10-14 et 30-34 ans), auxquels s'ajoute un troisième entre 45-49 ans, où l'on retrouve les mentions du 11 septembre 2001, mais aussi du Tsunami de 2004 et d'autres événements plus récents.

36C'est chez les jeunes retraités que l'on trouve le plus de différences entre les deux enquêtes. La courbe pour 2004 connaît un premier pic notable au cours de l'enfance (5-9 ans) qui s'explique par les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale (qui n'apparaît plus en 2009), un deuxième entre 25 et 34 ans qui couvre les années soixante et enfin un troisième entre 50 et 54 ans, qui contient les mentions de la chute du mur de Berlin. La courbe de 2009 croit en correspondance des années soixante et de la fin des années quatre-vingt, mais aussi, bien que dans une moindre mesure, durant la période à cheval entre le XXe et le XXIe siècle.

37Les distributions des octogénaires, quant à elles, présentent un seul pic de réminiscence qui trouve son origine dans la Seconde Guerre mondiale. Les personnes interrogées en 2004 avaient alors environ vingt ans, leurs homologues interviewés en 2009 étaient adolescents.

38Une lecture d'ensemble de la Figure 2 met en lumière deux phénomènes intéressants. D'une part, les courbes correspondant à l'enquête de 2009 sont quasi systématiquement décalées sur la gauche par rapport à celles de 2004. Le décalage découle du fait que souvent les participants aux deux études d'une même classe d'âge ont fourni des réponses analogues, mais comme ils sont nés à cinq ans d'écart ils ont aussi vécu ces changements à des moments différents de leur parcours de vie. En même temps, les pics collent à un ensemble limité d'épisodes : 11 septembre 2001, chute du mur de Berlin, événements des années soixante et Seconde Guerre mondiale. D'autre part, nous constatons que lorsque les changements se situent dans l'âge critique (entre dix et trente ans) les pics de réminiscence sont particulièrement intenses. En revanche, plus on s'éloigne de cette période (et de son centre), plus les pics s'atténuent. Les distributions pour les quinquagénaires illustrent parfaitement ceci.

Conclusion

39Dans cet article, nous nous sommes intéressés à la mémoire de l'histoire portée par des personnes de différents âges. Lors de deux enquêtes transversales, réalisées à Genève en 2004 et en 2009, nous avons analysé les changements sociohistoriques considérés comme marquants par des adultes âgés de 20 à 84 ans. En particulier, nous voulions examiner une hypothèse forte selon laquelle les individus se remémorent davantage les événements apparus pendant l'adolescence et le début de la vie adulte (schématiquement entre dix et trente ans). Cette idée est présente tant dans des travaux sociologiques sur la perception des changements sociohistoriques (e.g., Schuman, Rodgers, 2004 ; Schuman, Scott, 1989) que dans la littérature psychologique sur la distribution des souvenirs au cours du développement (e.g., Conway, Pleydell-Pearce, 2000 ; Rubin, 1995). Les premiers intègrent dans leurs travaux les notions de parcours de vie (Elder, 1998) et de génération sociohistorique (Mannheim, 1990 [1928]), tandis que les psychologues considèrent qu'il y a un moment au cours du développement pendant lequel se forme la mémoire autobiographique, et ce indépendamment de la nature des changements vécus ainsi que du contexte sociohistorique. Sans contredire la théorie, nos résultats permettent néanmoins de la nuancer et de la compléter.

40La perception d'un épisode historique varie selon l'âge des individus au moment de son déroulement. Mais si les changements qui se produisent aux alentours de vingt ans ont un grand impact sur la mémoire, ceci ne constitue pas un mécanisme universel. Adolescence et entrée dans la vie adulte sont des âges propices à la constitution d'une conscience générationnelle et plus de changements survenus pendant ces années critiques sont mentionnés, mais cela n'est pas automatique (cf. aussi : Lalive d'Epinay, Cavalli, 2009). La formation d'un pic de réminiscence dans cette période dépend du jeu d'interaction entre les trajectoires individuelles et la dynamique des contextes, des rapports entre biographie et histoire.

41Pour que cela se produise, au moins deux conditions doivent être réunies. Tout d'abord, il faut qu'il y ait eu un ou des changements significatifs pendant l'âge critique. Mais, nous l'avons vu, l'histoire procède par à-coups, à des moments riches en événements se succèdent des périodes creuses. Dans notre étude, menée en Suisse, nous en avons repérées deux : la première s'étale de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années soixante, la seconde englobe une grande partie des années soixante-dix et quatre-vingt. Pour certaines cohortes, l'âge critique coïncide avec l'une de ces périodes creuses. Dès lors, leurs membres s'orientent vers d'autres changements importants, survenus avant ou après l'époque en question. C'est le cas des sexagénaires, qui ont traversé les années cinquante et la première moitié des années soixante alors qu'ils étaient à l'âge critique, ainsi que des quinquagénaires interrogés en 2009, qui ont accédé à l'âge adulte aux alentours des années 1970-85.

42Ensuite, et c'est la deuxième condition, idéalement il faudrait que chaque changement soit perçu comme important surtout, voire uniquement, par les membres d'une cohorte spécifique. Mais certains épisodes marquent toutes les générations vivantes au moment de leur occurrence, donc aussi les personnes déjà installées dans la vie adulte, donnant origine à des mémoires collectives transgénérationnelles. Parmi ces changements on retrouve des faits politiques tragiques comme les dictatures militaires en Argentine et au Chili (Guichard, Henríquez, 2011 ; Lalive d'Epinay et al., 2008 ; Oddone, Lynch, 2008) ; des crises économiques majeures ; ou encore des catastrophes naturelles, notamment si elles ont frappé la région ou le pays où se déroule l'enquête.

43Questionnés sur les événements et changements sociohistoriques survenus au cours de leur vie qu'ils retiennent comme particulièrement saillants, les participants à notre étude ont répondu, d'une part, en fonction de leur âge (de leur position dans le parcours de vie) en sélectionnant notamment des épisodes qui témoignent d'une prise de conscience du monde dans lequel ils vivent, d'autre part, compte tenu de la nature du changement, de sa force, de son impact dans leur vie quotidienne et dans le cours de l'histoire. Le poids de l'histoire dans le processus de construction mémorielle est important et incite à élargir l'analyse à d'autres contextes et d'autres passés, et à inclure des nouvelles cohortes dont le parcours se déploie au temps de la globalisation.

Haut de page

Bibliographie

Berntsen D., Rubin D. C., 2002. “Emotionally charged autobiographical memories across the life span : The recall of happy, sad, traumatic and involuntary memories”, Psychology and Aging 17 (4), p. 636-652.

Berntsen D., Rubin D. C., 2004. “Cultural life scripts structure recall from autobiographical memory”, Memory & Cognition 32 (3), p. 427-442.

Bessin M., 2009. « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales 6, p. 12-21.

Birren J. E., Schroots J. J. F., 2006. “Autobiographical memory and the narrative self over the life span” in Birren J. E., Schaie K. W. (dir.), Handbook of the psychology of aging, San Diego, Academic Press, p. 477-498.

Conway M. A., Haque S., 1999. “Overshadowing the reminiscence bump : Memories of a struggle for independence”, Journal of Adult Development 6 (1), p. 35-44.

Conway M. A., Pleydell-Pearce C. W., 2000. “The construction of autobiographical memories in the self-memory system”, Psychological Review 107 (2), p. 261-288.

Conway M. A., Wang Q., Hanyu K., Haque S., 2005. “A cross-cultural investigation of autobiographical memory. On the universality and cultural variation of the reminiscence bump”, Journal of Cross-Cultural Psychology 36 (6), p. 739-749.

Demiray B., Gülgoz S., Bluck S., 2009. “Examining the life story account of the reminiscence bump : Why we remember more from young adulthood”, Memory 17 (7), p. 708-723.

Deschamps J.-C., Paez D., Pennebaker J., 2001. « Mémoire collective des événements sociopolitiques et culturels : représentation sociale du passé à la fin du millenium », Psychologie et société 2, p. 53-74.

Draaisma D., [2001] 2008. Pourquoi la vie passe plus vite à mesure qu'on vieillit, Paris, Flammarion.

Elder G. H., 1998. “The life course and human development” in Lerner R. M. (dir.), Handbook of child psychology. Volume 1 : Theoretical models of human development, New York, Wiley & Sons, p. 939-991.

Grob A., Krings F., Bangerter A., 2001. “Life markers in biographical narratives of people from three cohorts : A life span perspective in its historical context”, Human Development 44, p. 171-190.

Glück J., Bluck S., 2007. “Looking back across the life span : A life story account of the reminiscence bump”, Memory & Cognition 35 (8), p. 1928-1939.

Guichard E., Henríquez G., 2011. « Memoria histórica en Chile : Una perspectiva intergeneracional para el caso del Concepción metropolitano », Revista Española de Investigaciones Sociológicas 135 (3), p. 3-26.

Guignet C., 2010. L'impact de la commémoration d'un événement sur la mémoire sociohistorique. Le cas de la chute du mur de Berlin, Mémoire de maîtrise en socioéconomie, Genève, Université de Genève.

Halbwachs M., [1950] 1997. La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Holmes A., Conway M. A., 1999. “Generation identity and the reminiscence bump : Memory for public and private events”, Journal of Adult Development 6 (1), p. 21-34.

Jansari A., Parkin A. J., 1996. “Things that go bump in your life : explaining the reminiscence bump in autobiographical memory”, Psychology and Aging 11 (1), p. 85-91.

Janssen S., Chessa A., Murre J., 2007. “Temporal distribution of favourite books, movies, and records : Differential encoding and re-sampling”, Memory 15 (7), p. 755-767.

Janssen S., Murre J., Meeter M., 2008. “Reminiscence bump in memory for public events”, European Journal of Cognitive Psychology 20 (4), p. 738-764.

Jennings M. K., 1996. “Political knowledge over time and across generations”, Public Opinion Quarterly 60 (2), p. 228-252.

Lalive d'Epinay C., Bickel J.-F., Cavalli S., Spini D., 2005. « Le parcours de vie : émergence d'un paradigme interdisciplinaire » in Guillaume J.-F. (dir.), Parcours de vie. Regards croisés sur la construction des biographies contemporaines, Liège, Université de Liège, p. 187-210.

Lalive d'Epinay C., Cavalli S., Aeby G., Gastrón L., Oddone J., Lynch G., Lacasa D., 2008. « Générations et mémoire historique : une comparaison internationale » in Vrancken D. et Thomsen L. (dir), Le social à l'épreuve des parcours de vie, Louvain-la-Neuve, Academia Bruyant, p. 245-259.

Lalive d'Epinay C., Cavalli S., 2009. « Mémoire de l'histoire et appartenance générationnelle des personnes âgées », Gérontologie et Société 130, p. 127-144.

Liu J., Goldstein-Hawes R., Hilton D., Huang L.-L., Gastardo-Conaco C., Dresler-Hawke E., Pittolo F., Hong Y.-Y., Ward C., Abraham S., Kashima Y., Kashima E., Ohashi M. M., Yuki M., Hidaka Y., 2005. “Social representations of events and people in world history across 12 cultures”, Journal of Cross-Cultural Psychology 36 (2), p. 71-191.

Liu J., Paez D., Hanke K., Rosa A., Hilton D. J., Sibley C. G., Cabecinhas R., Zaromb F., Garber I. E., Leong C.-H., Moloney G., Valchev V., Gastardo-Conaco C., Huang L.-L., Quek A.-H., Techio E., Sen R., van Osch Y., Muluk H., Wagner W., Wang F., Khan S.S., Licata L., Klein O., László J., Fülöp M., Cheung J.C.-k., Yue X., Ben Youssef S., Kim U., Park Y., Puch-Bouwman J., Hassall K., Adair J., Unik L., Spini D., Henchoz K., Böhm G., Selart M., Erb H.-P., Thoben D.F., Leone G., Mastrovito T., Atsumi T., Suwa K., 2012. “Cross-cultural dimensions of meaning in the evaluation of events in world history ?”, Journal of Cross-Cultural Psychology 43 (2), p. 251-272.

Liu, J., Paez D., Slawuta P., Cabecinhas R., Techio E., Kokdemir D., Sen R., Vincze O., Muluk H., Wang F., Zlobina A., 2009. “Representing world history in the 21st Century : The impact of 9/11, the Iraq War, and the nation-state on dynamics of collective remembering”, Journal of Cross-Cultural Psychology 40 (4), p. 667-692.

Mannheim K., [1928] 1990. Le problème des générations, Paris, Nathan.

Mills C. W., [1959] 1997. L'imagination sociologique, Paris, La Découverte.

Oddone M. J., Lynch G., 2008. « Las memorias de los hechos socio-históricos en el curso de la vida », Revista Argentina de Sociologia 6 (10), p. 121-142.

Pennebaker J., Paez D., Deschamps J.-C., 2006. “The social psychology of history. Defining the most important events of the last 10, 100, and 1000 years”, Psicología Política 32, p. 15-32.

Rubin D. C., 1982. “On the retention function for autobiographical memory”, Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior 21, p. 21-38.

Rubin D. C., 1995. Remembering your past. Studies in autobiographical memory, Cambridge, Cambridge University Press.

Rubin D. C., Schulkind M., Rahhal T., 1999. “A study of gender differences in autobiographical memory : Broken down by age and sex”, Journal of Adult Development 6 (1), p. 61-71.

Rubin D. C., Wetzler S. E., Nebes R. D., 1986. “Autobiographical memory across the lifespan” in Rubin D. C. (dir.), Autobiographical memory, Cambridge, Cambridge University Press, p. 202-221.

Sapin M., Spini D., Widmer E., 2007. Les parcours de vie : de l'adolescence au grand âge, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Schrauf R. W., Rubin D. C., 1998. “Bilingual autobiographical memory in older adult immigrants : A test of cognitive explanations of the reminiscence bump and the linguistic encoding of memories”, Journal of Memory and Language 39 (3), p. 437-457.

Schuman H., Akiyama H., Knaüper B., 1998. “Collective memories of Germans and Japanese about the past half-century”, Memory 6 (4), p. 427-454.

Schuman H., Rodgers W. L., 2004. « Cohorts, chronology, and collective memories », Public Opinion Quarterly 68 (2), p. 217-254.

Schuman H., Scott J., 1989. “Generations and collective memories”, American Sociological Review 54 (3), p. 359-381.

Schuman H., Corning A., 2012. “Generational memory and the critical period evidence for national and world events”, Public Opinion Quarterly 76 (1), p. 1-31.

Scott J., Zac L., 1993. “Collective memories in Britain and the United States”, Public Opinion Quarterly 57 (3), p. 315-331.

Sears D. O., Valentino N. A., 1997. “Politics matters : Political events as catalysts for preadult socialization”, American Political Science Review 91 (1), p. 45-65.Image 20000013000003A40000006B0AB31164.wmf

Haut de page

Notes

1 La recherche internationale CEVI a été conçue en 2003 par Christian Lalive d'Epinay et Stefano Cavalli. Ce dernier en assure la coordination internationale depuis le Centre of Competence on Aging de la SUPSI (Suisse).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Distribution des changements selon l'année de leur survenue, par enquête (n)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2882/img-1.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 2 : Les changements mentionnés par le plus d'individus selon leur âge au moment de la survenue des événements, par enquête et classe d'âge (%)
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/2882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Martenot et Stefano Cavalli, « Histoire et parcours de vie : la perception des changements sociohistoriques », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2882 ; DOI : 10.4000/temporalites.2882

Haut de page

Auteurs

Aude Martenot

Centre interdisciplinaire de gérontologie et d'études des vulnérabilités, Université de Genève
Global Studies Institute, Université de Genève
Aude. Martenot@unige.ch

Stefano Cavalli

Centre of Competence on Aging, University of Applied Sciences and Arts of Southern Switzerland (SUPSI)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page