Navigation – Plan du site
10 ans de Temporalités : Passé, Présent, Avenir

Introduction

Jens Thoemmes

Texte intégral

1La revue Temporalités a 10 ans. Cette simple phrase est juste, mais elle dissimule néanmoins tout un processus qui a mené de la parution d’un premier bulletin, en 1984, à sa reconnaissance largement établie dans le monde académique (et au-delà) en 2014. À cet anniversaire de 10 ans se rajoute donc l’anniversaire des 30 ans de l’idée même énoncée par le fondateur du bulletin, William Grossin, de créer un instrument de liaison entre chercheurs attachés aux études temporelles en sciences humaines et de faire connaître les travaux de recherche sur ces questions. Comme l’a dit Jean-Marc Ramos son principal collaborateur dans l’édition du bulletin Temporalistes entre 1994 et 1999, l’objectif était de produire une lettre avec un format défini de présentation, de contenu et de diffusion. Le caractère sobre de la lettre en termes de présentation graphique a privilégié volontairement le contenu des contributions provenant de champs et disciplines diverses. Ces contributions ont évolué rapidement vers des articles scientifiques originaux. Durant cette période, de 1984 à 2004, cette activité a permis d’éditer 44 numéros du bulletin Temporalistes. Cette histoire de 30 ans mérite d’être rappelée pour comprendre à la fois la naissance de la revue, en 2004, et surtout la contribution décisive qui aura été celle de Claude Dubar à la direction de celle-ci pendant 10 ans. En effet, la fin du bulletin coïncidait avec une volonté de ses animateurs – dont William Grossin, Jean-Marc Ramos et d’autres – de prolonger l’expérience et le questionnement. C’est à ce moment que Claude Dubar a permis d’amener ce nouveau souffle et de proposer un véritable renouvellement. L’objectif était d’établir une revue académique qui serait reconnue par la communauté scientifique comme principal support francophone des recherches sur les temps. Sociologue lui-même, spécialiste des professions, de l’éducation, des identités, du travail et des socialisations, il s’est tout d’abord inscrit dans la lignée d’une sociologie des temps sociaux, une tradition francophone qui remonte à Émile Durkheim. Cette filiation ne l’a pas empêché d’opérer plusieurs ruptures, non pas avec le fondateur du bulletin qui partageait ses convictions, mais davantage en lien avec l’échec de l’école durkheimienne de fonder une sociologie du temps (Michel Lallement, 2009). Fidèle au principe de la multiplicité des temps sociaux dont Georges Gurvitch, dans une autre perspective, mais pas seulement, a été l’un des représentants, Claude Dubar a suggéré de faire un pas de plus. L’objectif peut s’énoncer ainsi : passer des temps sociaux aux temporalités. Dans la pratique ces termes peuvent paraître synonymes – et sont souvent utilisés comme tels –, mais dans la vision de Claude Dubar ce passage est significatif. Il s’agit de passer des temps comme objet d’étude à une recherche sur des rapports aux temps. Inclure dans les recherches le rapport du sujet individuel et collectif aux temps et s’écarter d’une vision objectiviste et non médiatisée dans laquelle les temps sociaux existeraient en tant que tels pour envisager au contraires des temporalités… Lesquelles donneront leur nom à la revue en 2004.

2Plusieurs orientations peuvent être relevées au fil des 20 numéros qui auront donc été publiés depuis 2004. La première consiste à s’inscrire dans l’action concrète des deux personnes qui ont permis la fondation de Temporalités et qui ont contribué à l’action de Claude Dubar à sa direction. Il s’agit tout d’abord de William Grossin (décédé en 2005) qui a consacré sa vie entière à la recherche sur les temps. Au-delà de ses multiples recherches et de sa connaissance approfondie de la pensée pluridisciplinaire sur les temps, c’était peut-être aussi le projet de long terme d’établir une science des temps (Grossin 1995) qui a pu inspirer l’orientation pluridisciplinaire de plus en plus affirmée de la revue. Consécutif à son ancrage fondamental dans la sociologie du travail a succédé un engagement de recherches de long terme sur les temps. Le deuxième père fondateur dont la revue porte l’héritage est Jean Chesneaux (décédé en 2007). Historien et spécialiste de l’Asie (Chine et Vietnam, notamment) son intérêt pour les temporalités l’a conduit à rejoindre le comité de rédaction. Son ouvrage Habiter le temps (1996) critique les effets néfastes de la mondialisation sur les temporalités en y opposant un principe-responsabilité et une temporalisation démocratique dont Claude Dubar a fait l’analyse1. En effet, selon les termes suggérés par Jean Chesneaux pour l’analyse des temporalités, la soumission d’un « temps compagnon » au « temps paramètre » renvoie à une hégémonie des marchés sur les temporalités qui mène à un éclatement et à une perte de sens. Claude Dubar a toujours veillé à la direction de la revue à ce que ce projet s’inscrive dans une forme de continuité avec les réflexions, toujours actuelles, de ces deux compagnons de route des temporalités. Après le souci d’inscrire l’action de la revue dans ce cadre de référence plusieurs autres points méritent d’être mentionnés. Au-delà du principe de la multiplicité temporelle, la revue a tenu à promouvoir une vision historique qui permet de retracer les processus et l’évolution des normes temporelles dans l’analyse. Deux types de démarcation ont été néanmoins observés. La première concerne les études temporelles dans les sciences naturelles et la physique notamment. La revue avait en effet estimé que le dialogue entre sciences naturelles et sciences sociales nécessitait d’être approfondi avant de pouvoir traiter simultanément des conceptions du temps que ces disciplines présuposent. Elle a également observé une démarcation avec la philosophie des temps, pourtant fondamentale dans la compréhension des manières de penser les temps, surtout dans les sciences sociales. Cette distanciation voulue résulte d’un souci d’inscrire la revue dans une posture résolument empirique, dont l’objectif est avant tout de publier les résultats de recherche de terrain, lesquels peuvent être extrêmement variés en fonction des disciplines concernées. Comme dernier élément on peut aussi noter le projet implicite de la revue, déjà rappelé par William Grossin, de faire un travail de particularisation des temps selon les milieux, les champs, disciplines et approches.

3Les 10 ans de la revue Temporalités ont donné lieu à une journée d'étude au laboratoire Printemps à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Cette journée s'est notamment organisée autour de trois contributions que nous avons voulu regrouper ici sous la forme d'un petit dossier. Il s'agissait de retracer l'évolution de la pensée de la revue en abordant le passé, le présent et l'avenir. Ayant donné carte blanche aux auteurs, nous sommes en présence de trois textes bien différents. Le premier texte, de Jean-Marc Ramos, nous ramène aux textes fondateurs pluridisciplinaires d'une pensée sur les temps qui s'est élaborée vers la fin du XIXe siècle. Cette anthologie du temps, minutieuse et éclectique, permet de jeter les bases d'une réflexion sur les temporalités qui s'est alors développée tout au cours du XXe siècle. La seconde contribution, de Claude Dubar, s'attaque à une question épineuse du présent : pourquoi est-il si difficile de passer de la notion de temps au singulier et sans spécification aux concepts de temporalités au pluriel, forgés par les grandes disciplines scientifiques ? La réponse mobilise les rapports entre les sciences et la philosophie, une typologie des temporalités et la trilogie passé, présent, futur permettant de lire les rapports entre temps physiques, les temps vécus et les temps sociaux. Enfin la troisième contribution de Marc Bessin nous renvoie à l’avenir. Elle plaide pour la mise en œuvre d’une sociologie des présences sociales autour du care notamment. Cette perspective se fonde sur une analyse des liens entre temporalités et genre. Elle intègre les enjeux temporels et sexués du care en proposant leur reformulation à l’intérieur des présences sociales et permettant ainsi de politiser des activités qui s’y déroulent.

4Ces contributions tout aussi différentes que stimulantes permettent de montrer le projet éditorial de la revue : œuvrer en sciences humaines et sociales pour une analyse pluridisciplinaire des temps dans le respect de leur pluralité et de leurs traditions de pensée.

Haut de page

Notes

1 On se reportera ici à son article « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités n° 8, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jens Thoemmes, « Introduction », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2941

Haut de page

Auteur

Jens Thoemmes

CERTOP UMR5044, CNRS - Université Toulouse - Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page