Navigation – Plan du site
10 ans de Temporalités : Passé, Présent, Avenir

L’idée de temps dans les archives des sciences humaines et sociales à l’aube du nouveau siècle (1876-1909)

Pour une anthologie temporaliste
Jean-Marc Ramos

Dédicace

« À la mémoire de notre ami Adolfo Fernandez-Zoïla (1924-2011) »

Texte intégral

  • 1 La genèse de l’idée de temps est un essai de Guyau qui aura une postérité remarquable. Il va ouvrir (...)
  • 2 Parmi ces articles, on trouvera le texte de Guyau dans sa version originale avant qu’il ne soit rem (...)
  • 3 Le passage au scanner et l’éclaircissement des pages jaunies par le temps a parfois très atténué le (...)
  • 4 Claude Dubar, Florence Lacoma Iborra, Michel Lallement, Serge Nicolas et Alexia Baudouin, Thierry P (...)
  • 5 Ce terme forgé sur le modèle lexical de landscape, a été introduit par Barbara Adam pour désigner u (...)
  • 6 Il s’agit d’un poème extrait des Illuminations (Archive n°5 – 1886) dont le titre, Barbare, évoque (...)
  • 7 Voir l’essai de Jean-Bertrand Pontalis intitulé précisément Ce temps qui ne passe pas (1997).
  • 8 Nous faisons ici référence à l’encyclopédie libre Wikipédia, et plus particulièrement à l’article i (...)

1Le texte qui suit est extrait d’un livre à paraître, une anthologie dont le titre (La construction de l’idée de temps) rappellera celui d’un livre publié en 1890 (La genèse de l’idée de temps). Dans la littérature de la fin du XIXe siècle, ce livre posthume de Jean-Marie Guyau fait figure de production originale tant par la forme que par le contenu. Il rassemble plusieurs textes tirés de l’œuvre du philosophe-poète auxquels l’éditeur (Alfred Fouillée) avait voulu donner une unité en faisant de l’idée de temps le point commun aux différents aspects d’une pensée aussi contributive en psychologie qu’en sociologie1. Par-delà sa valeur scientifique, cet essai présente aussi un intérêt documentaire et historique. Il montre en effet que la recherche sur le temps est intiment liée au développement de la théorie de la connaissance. Les onze textes que nous avons sélectionnés pour cette anthologie y ont contribué également. Ils nous éclairent sur un débat dont les arguments ont été apportés par de nouvelles voies de recherches sur lesquelles repose désormais l’architecture des sciences humaines et sociales. Il s’agit de textes relativement courts, le plus souvent des articles tirés des plus célèbres revues philosophiques de l’époque, qui ont rarement été réédités depuis leur première parution2. Pour tous ces textes, nous avons choisi de respecter les caractéristiques de l’édition originale en les reproduisant dans leur intégralité sous forme de fac-similés au risque de voir apparaître, sur ces documents venus du passé, les outrages du temps, des marques d’usage, et parfois même les effets fâcheux d’une numérisation malaisée3.Chaque texte est précédé d’une notice rédigée par un spécialiste, soit de la question traitée, soit de l’auteur ou encore de la discipline représentée4. L’ensemble offre un petit panorama des temps représentés, le timescape5 d’une période riche en créativité scientifique (1876-1909) pendant laquelle se sont affirmées diverses conceptions de l’idée de temps dans des domaines que nous repérons mieux aujourd’hui (philosophie sociale, archéologie, psychologie évolutionniste, linguistique, sciences politique et économique, philosophie, histoire, psychologie expérimentale, psychopathologie, sociologie). Au milieu de ces vignettes de la pensée savante, on trouvera un hapax littéraire, une composition audacieuse d’Arthur Rimbaud où se dessine l’image d’un autre temps qui semble superposé au temps qui passe et cristallisé dans des représentations flottantes6. Bien que cette vision uchronique soit très différente des standards épistémologiques de l’époque, elle ne doit pas être rejetée pour autant car en nous projetant dans un monde où le temps ne s’écoule plus, ce poème Barbare – tel est son nom – semble nous inviter à une exploration psychique qui évoque magistralement la cinquième saison dont nous parle désormais la psychanalyse7. C’est pourquoi cette œuvre de l’imagination avait sa place dans ce recueil de textes dont le but est de sonder les représentations du temps dans les archives françaises de la pensée en sciences humaines et sociales ; ces disciplines explorant de nos jours, beaucoup plus diversement et fondamentalement qu’on ne le lit parfois dans certaines encyclopédies contemporaines, les formes de la temporalité plutôt que « la ligne du temps ».8.

Liste des textes archivés dans l’anthologie avec les auteurs des notices

Archive n° 1 – 1876 : Grégoire Wyrouboff (1843 – 1913). « Remarques sur le calendrier de M. Comte », La philosophie positive (deuxième série - 9e année), n° 1, juillet-août 1876, 49-65 – Notice : Michel Lallement. Archive n° 2 - 1881 : Edmond Baron de Rivières (1835 – 1909). « Inscriptions et devises horaires », Extraits du Bulletin monumental, 1877 et 1878 - Notice : Gabriel Ramos.

Archive n° 3 – 1885 : Paul Regnaud (1838 – 1910). « L’idée de temps. Origine des principales expressions qui s’y rapportent dans les langues indo-européennes », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome XIX (10e année), 1885, 280-287 - Notice : Gabrielle Varro.

Archive n° 4 – 1885 : Jean-Marie Guyau (1854 – 1888). « L’évolution de l’idée de temps dans la conscience », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome XIX (10e année), 1885, 353-368 - Notice : Thierry Paquot.

Archive n° 5 – 1886 : Arthur Rimbaud (1854-1891). Les Illuminations « Barbare ». Paris, Publications de La Vogue, 11-12 - Notice : Jean-Marc Ramos.

Archive n° 6 – 1902 : Paul de Rousiers (1857 – 1934). « Les mines et les huit heures », La revue de Paris, tome Ier (9e année), Janvier-Février 1902, 527-554 - Notice : Jens Thoemmes.

Archive n° 7 – 1902 : [Henri Bergson (1859 – 1941)]. « Cours de M. Bergson - Collège de France : L’idée de temps », Revue de philosophie, tome II, 828-832 - Notice : Florence Lacoma Iborra.

Archive n° 8 – 1905 : Henri Hubert (1872 – 1927). « Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie », École Pratique des Hautes Études, Imprimerie Nationale, 1905, 1-39 - Notice : Michel Lallement.

Archive n° 9 – 1907 : Benjamin Bourdon (1860 – 1943). « La perception du temps », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome LXIII (32e année), 1907, 449-491 - Auteurs de la notice : Serge Nicolas et Alexia Baudouin.

Archive n° 10 – 1907 : Gabriel Revault d’Allonnes (1872 – 1949). « Dissociation du sentiment du temps. Psychologie du temps » in Les inclinations. Leur rôle dans la psychologie des sentiments (Extrait, pp. 159-171). Paris : Alcan - Notice : Jean-Marc Ramos.

Archive n° 11 – 1909 : Émile Durkheim (1858 – 1917). « Sociologie religieuse et théorie de la connaissance », Revue de métaphysique et de morale, tome XVII (17e année), n° 6, Nov. 1909, 733-758 - Notice : Claude Dubar.

2Dans cette présentation, nous reviendrons d’abord sur la théorie sociologique de la cognition pour mettre en évidence le rôle de la métaphore qui constitue un opérateur certes particulier à l’idée de temps mais qui fonctionne avec la même efficacité dans les deux registres de la représentation que cette théorie nous a appris à distinguer, à savoir les conceptions savantes et la connaissance ordinaire. En effet, qu’elle vise à instruire ou simplement à transmettre, la communication sur l’idée de temps implique toujours un détour par l’image dont les standards semblent être principalement la musique pour l’explication savante et l’écoulement lorsqu’il s’agit du sens commun. Nous verrons par ailleurs, en examinant de près chaque archive, que la connaissance scientifique centrée sur l’idée de temps a su tirer profit de l’apport de trois groupes de disciplines qui forment ensemble le socle sur lequel se sont développées tant de recherches par la suite.

  • 9 Ce premier groupe rassemble les textes de Grégoire Wyrouboff (Archive n°1 – 1876), Henri Hubert (Ar (...)

3La sociologie naissante à la fin du siècle est à l’origine du premier groupe où domine une conception totalisante du temps, héritage du positivisme remanié par durkheimiens (incluant juristes et historiens). Ces derniers ainsi que leurs contemporains pionniers dans les études socio-économiques se sont souvent arrêtés aux aspects institutionnels et normatifs, voire idéologiques, en considérant les calendriers et les horloges comme des instruments de mesure, d’organisation et de synchronisation des activités socialement partagées ou culturellement valorisées9.

  • 10 Les archives figurant dans ce deuxième groupe sont les suivantes : l’article de Jean-Marie Guyau (A (...)

4Le deuxième groupe correspond aux différentes psychologies qui, malgré la partition originelle appelée à devenir structurelle (psychologie évolutionniste, expérimentale, psychopathologique et intuitive), s’accordent d’emblée pour ne reconnaître qu’un seul cadre à l’idée de temps. C’est la boîte crânienne. Cette position va orienter les études psychologiques dans une voie internaliste conduisant à minimiser ou à rejeter, pour le temps, le rôle formateur des cadres sociaux. La variété des paradigmes et des méthodes utilisés permettront toutefois à cette discipline d’évoluer vers le pluralisme temporel beaucoup plus rapidement que ne le feront les sociologues. Car, contrairement aux durkheimiens qui se sont focalisés sur les propriétés du temps total, l’attention des psychologues ne porte pas véritablement sur le temps. Ce qu’ils étudient plutôt, c’est le rapport au temps, un rapport toujours particulier qui peut être notionnel ou intuitif, perçu ou vécu, agi ou représenté, et qu’ils examinent du point de vue normal ou pathologique10.

  • 11 C’est volontairement que nous détournons la célèbre formule du futurisme russe qui recherchait dans (...)
  • 12 D’après le titre d’une section du livre que Rimbaud a publié en 1873 à compte d’auteur (Une saison (...)
  • 13 Cf la citation tirée de la lettre dite du voyant, en note 78.
  • 14 Sont rassemblées dans ce troisième groupe, les auteurs suivants : Edmond Baron de Rivières (Archive (...)

5Quant au troisième groupe, il rassemble toutes les disciplines linguistiques qui rendent compte de l’évolution du sens dans l’ordre diachronique comme dans l’ordre synchronique. Le mot temps est ici plus large que l’idée11. C’est en effet grâce au mot et en utilisant les ressources de la philologie et de l’étymologie que l’on peut retrouver le sens primitif de l’idée. De son côté l’archéologie des signes, en étudiant les écritures sur les vestiges de la gnomonique (cadrans solaires), nous a donné de remarquables corpus permettant d’étudier les représentations du passé. Enfin pour savoir comment une culture s’enrichit de représentations nouvelles, il n’est pas inutile de se pencher sur les œuvres littéraires. Le travail créateur ne produit pas seulement des machines à remonter le temps, il cherche aussi à nous en donner de nouvelles perceptions. C’est le cas en particulier du poète fin de siècle, l’alchimiste du verbe12 qui veut exploiter toutes les potentialités de la langue, au risque de dérégler le sens commun, pour exprimer l’ineffable et accéder à l’inconnu13. Tel était le projet d’Arthur Rimbaud à l’aube du XXe siècle. De nos jours, ce projet peut nous paraître moins uchronique et moins troublant car il entre en résonance avec la conception du temps que la psychanalyse nous a fait découvrir. Mais pris en charge par la poésie, le mot n’est plus seulement l’emblème de significations enfouies ou disparues. Il est porteur d’idées nouvelles susceptibles d’élargir le champ de nos représentations temporelles14.

Remarques sur le sens commun et la particularisation du sens

  • 15 Qu’on la qualifie de « collective » chez les durkheimiens ou de « sociale » dans les travaux de l’é (...)
  • 16 Le processus d’objectivation consiste à « résorber un excès de significations en les matérialisant  (...)
  • 17 « Le problème que les dictionnaires ordinaires se chargent de résoudre est celui-ci : - Un mot étan (...)

6Pour les sciences humaines et sociales, le temps est un objet de connaissance dont la signification est plus ou moins implicite. La représentation du temps dépend de deux registres qui correspondent à des ordres différents de connaissance : une connaissance immédiate nourrie par le sens commun sur laquelle peut se construire un savoir plus original débouchant sur une particularisation du sens. La représentation du temps, sous sa forme la plus ordinaire (connaissance naïve), n’est l’œuvre d’aucune pensée ou formation particulière. Elle correspond à une habitude de pensée forgée par le travail des générations qui est solidement ancrée dans l’esprit de chacun. On la reconnaît à son impersonnalité, sa stabilité et son étendue. Comme elle est largement partagée et culturellement marquée, on la désigne généralement en se référant à son principal critère, la sociabilité. C’est pourquoi on l’a d’abord définie comme une représentation collective (Durkheim, 1898), puis comme une représentation sociale (Moscovici, 1961)15. Son support le plus familier étant le langage, la représentation du temps pourra donc s’objectiver dans le discours et s’exprimer par des mots16. La façon la plus simple de l’objectiver consiste à résumer ces multiples significations dans un champ lexical dont l’un des meilleurs inventaires, probablement le plus complet pour le XIXe siècle, figure dans le Dictionnaire idéologique de Robertson17. Mais ce livre est aussi le résultat d’une représentation savante car son auteur propose une mise en ordre des données lexicales qu’il a recueillies. La catégorisation sémantique procède en effet d’une intellectualisation du sens, une expertise qui suppose l’intervention d’un savoir déjà constitué. De ce fait, l’idée de temps change de statut, elle ne renvoie plus tout à fait au sens commun. En devenant objet de conception, elle s’expose plus facilement à la discussion puisqu’elle porte la marque d’un raisonnement ou d’un événement particulier. Un tel traitement peut soulever des difficultés et poser des problèmes de compréhension qui ne sont pas tolérables pour la pensée ordinaire car celle-ci vise au consensus. Il faut donc du temps, un temps de maturation, pour assister à la naturalisation d’une nouvelle idée, c’est-à-dire à la migration du sens construit par la pensée savante ou créatrice vers l’idéation collective.

  • 18 Sur cette question on pourra lire l’article de Christophe Corbier (2012).
  • 19 C’est précisément sur l’utilité de la métaphore musicale que Piaget rejoint celui qu’il désigne com (...)
  • 20 « La musique étant l’art d’organiser les sons dans le temps, elle nous fournira notre second exempl (...)
  • 21 Voici précisément comment Guyau résume le point de vue d’une époque sur ce mode de raisonnement : « (...)

7Un bel exemple de naturalisation d’un concept scientifique nous est donné par la théorie physique la plus célèbre du XXe siècle. Par une sorte d’ancrage qui ne garantit pas la conservation du sens originel, la vulgarisation de cette théorie a fait évoluer la représentation collective du temps en rattachant des éléments nouveaux au sens commun. Parmi ceux-ci figurent des notions comme « espace-temps » et « vitesse de la lumière », le terme « relativité » ou encore le nom de son illustre créateur, « Einstein ». Désormais, il n’est pas rare de retrouver ces mêmes éléments transformés en schèmes sociocognitifs structurants lorsque nous sondons les représentations temporelles de nos contemporains (Ramos, 1992). Un autre exemple mérite l’attention. Il concerne les métaphores langagières du « temps qui passe », celles que nous utilisons le plus souvent dans la conversation et les échanges quotidiens. Quand nous disons que « le temps s’écoule », que « les heures tournent », que « les secondes s’égrènent », ou encore que « la vie se consume », nous empruntons, sans même y penser, à l’histoire du génie technologique et aux divers instruments conçus pour la mesure du temps, les images qui permettent de rendre compte du mouvement du temps et de son irréversibilité. La métaphore du fluide renvoie aux horloges à eau et à la clepsydre, la ronde des heures nous vient du cadran solaire, la référence minérale aurait pour origine le sablier, et l’image de la combustion nous rappelle que des horloges à chandelles étaient jadis utilisées dans les monastères (Ramos, 2011). La pensée savante n’est pas en reste car elle utilise aussi la métaphore pour faciliter la compréhension de son propos. La musique est probablement l’évocation plus fréquente quand il s’agit d’illustrer les propriétés du temps. C’est elle qui a nourri la réflexion de Bergson sur la durée mais aussi les arguments de sa critique chez Bachelard (1936, pp. 129-146)18. On la retrouve également chez les piagétiens mais pour servir une autre conception du temps psychologique, radicalement différente du point de vue bergsonien19. Pour Piaget, fondateur de l’épistémologie génétique, la maîtrise de la notion de temps par l’enfant dépendrait, à un âge donné (vers 10 ans), de sa capacité à discriminer les événements selon leur durée, à évaluer ces durées avec exactitude, pour finalement les regrouper dans le bon ordre de succession (Piaget, 1946). Ce qui musicalement consisterait à exécuter une partition correctement en respectant la valeur des notes (de durées inégales) et en les jouant dans le bon ordre, celui prescrit par le compositeur (Montangero, 1988)20. La place accordée à la métaphore dans l’explication scientifique est peut-être un héritage de la fin du XIXe siècle. Le raisonnement analogique était en effet très en vogue à cette époque. Il a même été élevé au rang de méthode par Guyau qui s’en est servi de manière très originale pour décrire le fonctionnement de la mémoire21. Dans La genèse de l’idée de temps, il rapproche l’activité du cerveau et le fonctionnement du phonographe, la machine récemment inventée par Thomas Edison. Comme le style de la machine creuse sur une plaque de cuivre des sillons plus ou moins profonds correspondant aux vibrations de la voix, les stimulations sensorielles « tracent sans cesse dans les cellules du cerveau d’invisibles lignes, qui forment les lits des courants nerveux » (1890, p. 51). À travers ce raisonnement analogique qui emprunte à la technologie de l’époque pour illustrer un mécanisme psychologique encore mystérieux, il est tentant de voir une préfiguration de la modélisation cybernétique (théorie des automates) annonçant les développements de l’intelligence artificielle.

  • 22 Les noms donnés à ces trois modes de représentation dépendent des publications :
    « Time as a concep (...)

8En somme, l’idée de temps peut difficilement se passer de la métaphore même quand elle mobilise les processus réflexifs. La métaphore serait donc un procédé nécessaire à la représentation du temps, agissant comme un médiateur déclaratif et fonctionnant dans les deux sens, conceptuel comme consensuel, pour faciliter la diffusion d’informations temporelles, qu’elles soient destinées à une communauté savante ou à un public non expert. D’autres auteurs vont beaucoup loin en faisant de la métaphore non plus un moyen de se représenter le temps en l’objectivant par une image, mais une véritable composante de sa représentation. C’est le cas de John Michon, traducteur de Guyau (Michon et al., 1988) et grand admirateur de Fraisse qu’il a surnommé Father Time (Michon, 1993). Ce psychologue hollandais, à qui l’on doit d’importantes avancées en psychologie du temps (Michon, 1990 ; 1994b), distingue trois variantes dans la représentation explicite du temps. Il s’agit des représentations épisodique, analogique et formelle qui renvoient à des contenus, des significations et des niveaux d’abstraction différents22. La représentation épisodique (literal ou verisimilar) est la plus concrète car elle se réfère aux événements marquants du temps vécu, ceux que la mémoire a stockés sous la forme de souvenirs et de scénarios (séquences comportementales servant de modèles d’action). De son côté, la représentation analogique (metaphorical ou figurative) se sert de la langue en faisant appel au vocabulaire pour rendre communicable l’idée de temps. Elle se compose des mots ou expressions imagées que peut offrir un sociolecte pour exprimer cette idée. Par extension, elle recouvre l’ensemble des signes (lexèmes, symboles, figures graphiques) qui permettent d’objectiver la notion de temps. Quant à la représentation formelle du temps (formal), elle n’apparaît qu’au stade le plus avancé du développement de l’intelligence. C’est à la fois une capacité opératoire qui permet de résoudre des problèmes concrets impliquant une variable temporelle (durée ou succession) mais aussi une aptitude à raisonner de manière abstraite sur l’idée de temps.

  • 23 « Toutes les métaphores particulières n’ont pas la même valeur, mais toutes concourent à la puissan (...)

9Les leçons que nous pouvons tirer de cette modélisation tiennent en deux points. On retiendra en premier lieu que la représentation du temps est une production des fonctions symboliques (mémoire, langage, raisonnement) et de leur interaction ; et secondairement que les métaphores langagières participent à la socialisation de la représentation. En effet, qu’il s’agisse du sens commun ou des représentations savantes, ces métaphores donnent à la communication sur l’idée de temps une puissance particulière, celle de pouvoir se faire entendre du plus grand nombre en se diffusant très largement 23.

Les cadres sociaux de l’idée de temps

  • 24 « … la réglementation sociale du temps se fait, au fil des décennies, plus rigoureuse […] Il faut a (...)
  • 25 Cette Conférence qui réunissait 16 États était présentée de la manière suivante dans le document of (...)
  • 26 Voici ce qu’écrivait en 1936 Charles Boursier dans l’un des meilleurs livres jamais écrits sur les (...)

10Les années qui marquent le passage du XIXe au XXe siècle ont vu s’installer progressivement un nouvel ordre du temps qui ne fut pas sans conséquences pour les habitudes de pensée et les comportements quotidiens.C’est précisément pendant la période qui tient lieu de cadre pour la sélection de nos archives (1876–1909) que se sont produits des changements importants dans la réglementation sociale du temps24 ; d’abord du fait de la réforme centralisatrice de 1891 qui imposait l’heure unique sur tout le territoire français, puis à l’issue de la Conférence internationale de 1912 qui devait déboucher sur l’instauration de l’heure universelle déterminée par le méridien de Greenwich mais contrôlée par Bureau international de l’Heure dont le siège fut fixé à Paris25. Ces nouveaux repères socio-temporels vont accélérer le déclin des cadrans solaires que le développement du chemin de fer avait déjà bien amorcé. Malgré une certaine fidélité à l’ancienne mesure du temps, principalement dans les montagnes et les campagnes où les réseaux ferroviaires ne pouvaient guère accéder, la marche du progrès aura finalement raison de l’horloge solaire. À l’heure locale, variable selon les saisons, qu’indiquait le cadran, va progressivement se substituer une heure mécanisée et abstraite, la même qu’afficheront désormais les horloges de gares dans tout le pays26.

  • 27 Archive n°1 – 1876 : Grégoire Wyrouboff (1843 – 1913). « Remarques sur le calendrier de M. Comte », (...)

11Néanmoins, il est curieux de voir cohabiter, pendant tout le XIXe siècle, plusieurs modèles instrumentaux destinés à la mesure du temps. On y retrouve les méthodes les plus traditionnelles — le cadran solaire pour les heures du jour et le calendrier grégorien pour les durées longues — qui restent toujours opérants ; et ce malgré de nouvelles réalisations ou projets visant à réorganiser le temps et à en redéfinir le sens, telles les horloges mécaniques et surtout les utopies calendaires. Comme le montre le premier texte de cette anthologie, la philosophie positiviste a tenté de déchristianiser l’idée de temps en créant, après l’échec du calendrier révolutionnaire de 1792, un nouveau calendrier républicain voué au « culte de l’humanité ». C’est à ce calendrier, imaginé par Auguste Comte, que Grégoire Wyrouboff a consacré un article, plutôt favorable mais non sans critique, dans la revue du célèbre encyclopédiste et éditeur comtien, Émile Littré27. Devant un tel document, produit d’une entreprise idéologique qui voulait réinventer le temps, on devine la toute-puissance du génie créateur, parfois autoproclamé, qui nourrit ce genre d’utopie (Lallement et Ramos, 2010). L’utopie calendaire est généralement une œuvre de la pensée individuelle qui procède d’une représentation particulière du temps. Or, si l’on en juge par l’accueil que lui a réservé la postérité, la tentative comtienne pour réorganiser le temps et lui donner une nouvelle signification n’aura pas exercé une grande influence sur l’idéation collective. On remarquera d’ailleurs la lucidité de Wyrouboff, notamment dans la remarque suivante qui semble pouvoir s’appliquer au calendrier positiviste pour expliquer son échec : « Sans doute, chacun de nous, suivant ses connaissances et ses sympathies personnelles, peut faire un calendrier à son propre usage ; mais ces tentatives isolées, si ingénieuses soient-elles, n’auraient aucune valeur sociale, car elles ne rallieraient pas tous les esprits au nom de quelque chose qui soit supérieur à toutes les opinions particulières » (Archive n° 1, p. 57).

  • 28 Voir la note n°1 du Archive n°11, p. 744.
  • 29 Archive n°8 – 1905 : Henri Hubert (1872 – 1927). « Étude sommaire de la représentation du temps dan (...)
  • 30 C’est probablement en raison d’une confusion entre la signature de l’ouvrage et celle de l’étude pr (...)

12On relèvera, dans ces quelques lignes, la présence d’arguments qui seront développés beaucoup plus tard à propos du temps social. En effet, avec le XXe siècle, s’ouvre l’ère de la sociologie durkheimienne au cours de laquelle cette jeune discipline va acquérir une reconnaissance institutionnelle en développant des théories et méthodes qui lui permettront de se libérer de l’emprise de la philosophie sociale et des préjugés idéologiques des positivistes. La religion demeure toutefois, chez Durkheim comme chez ses devanciers, au centre de l’explication des phénomènes sociaux. Mais quand ce dernier traite de la religion et de son rôle formateur sur le calendrier et la notion de temps, c’est désormais à des travaux de son époque qu’il fait référence, ceux de son ami Henri Hubert28. Nous proposons dans ce recueil l’édition originale du texte29 qui a fait de cet historien des religions, assez paradoxalement, le fondateur de la sociologie du temps pour la postérité (Isambert, 1979). Précisons que la version du texte que nous proposons est identique au mémoire qui paraîtra quelques années plus tard dans les Mélanges d’histoire des religions édités par Hubert et Mauss (1909)30. Dans cette étude où se côtoient les références aux premiers travaux de Bergson et aux très anciennes pratiques folkloriques et magiques, Hubert considère d’emblée le calendrier comme le produit de la conception religieuse du temps : « Je supposerai acquis que cette notion religieuse de temps est celle qui a présidé à l’élaboration des calendriers. Il n’est pas à démontrer en effet que ceux-ci se sont formés dans les religions » (Archive n° 8, p. 2). Plus précisément, il veut voir dans le calendrier la règle de la vie religieuse et de ses pratiques, autrement dit un instrument permettant de fixer la date des fêtes, le jour des saints et l’heure des prières ; ce qui donne à la représentation du temps « une sorte de rigidité législative » (Archive n° 8, p. 2). Par ailleurs, il retient de sa lecture de Bergson que l’idée de temps produit des « images d’inégales tensions » dans la conscience ; ce qui lui donne une qualité rythmique (d’où l’analogie avec la musique) que l’on retrouve dans le calendrier (Archive n° 8, pp. 21-24). En effet, le calendrier introduit de la périodicité mais surtout une variable d’intensité – « une échelle de tensions » entre le sacré et le profane – qui fait dire à Hubert que « la représentation du temps est essentiellement rythmique » (Archive n° 8, p. 29). Sa conclusion nous ramène à l’idée de temps et à sa dimension sociale : « Ainsi l’institution des calendriers n’a pas pour objet unique, ni sans doute pour objet premier de mesurer l’écoulement du temps considéré comme quantité. Elle procède non pas de l’idée d’un temps purement quantitatif, mais de l’idée du temps qualitatif, composé de parties discontinues, hétérogènes et tournant sans cesse sur lui-même… » (Archive n° 8, p. 39).

  • 31 Archive n°11 – 1909 : Émile Durkheim (1858 – 1917). « Sociologie religieuse et théorie de la connai (...)
  • 32 Le texte de 1909 porte le même titre que celui de l’ouvrage de 1912 et suit le même plan. Le passag (...)
  • 33 En effet, le calendrier serait un assez bon choix s’il était besoin de définir par l’exemple le mod (...)
  • 34 C’est principalement chez Durkheim qu’on trouve le concept de totalité appliqué à l’idée de temps, (...)

13Ces thèses seront reprises par Durkheim dans le livre qui viendra couronner sa pensée, Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912). Trois ans plus tôt, il avait fait paraître en pré-originale, dans la Revue de métaphysique et de morale, le texte qui deviendra l’Introduction de cet ouvrage. C’est cette publication que nous avons retenue pour figurer dans le recueil31. Bien qu’elle soit antérieure à celle du livre de 1912, cette première version n’en est pas moins intéressante puisqu’elle comporte un paragraphe supplémentaire, le troisième dont la présence semble pouvoir s’expliquer par la vocation philosophique de la revue choisie pour publication32. Quoi qu’il en soit, on trouve déjà dans cet article l’essentiel de l’argumentation sur la notion de temps, avec la référence à Hubert quand il s’agit de souligner la fonction rythmique du calendrier : « Un calendrier exprime le rythme de l’activité collective en même temps qu’il a pour fonction d’en assurer la régularité » (Archive n° 11, p. 744). Mais ce n’est pas la seule propriété que Durkheim reconnaît dans cet objet destiné à mesurer les longues durées. Il y voit également un instrument doté d’une puissance fédératrice qui provient de son action sur les représentations. Cette action se traduit par une influence sociocognitive dont l’un des effets les plus remarquables concerne l’empreinte figurative du temps. En effet, le calendrier que nous affichons sur nos murs et regardons comme un tableau produit une image publique de la durée : « C’est comme un tableau illimité où toute la durée est étalée sous le regard de l’esprit… » (Archive n° 11, pp. 743-744). Sur un plan formel, l’analyse de Durkheim qui associe les dimensions rythmique, figurative et abstraite de la notion de temps à travers l’exemple du calendrier, semble s’accorder parfaitement avec un modèle plus contemporain, celui de la représentation explicite du temps proposé par John Michon33 : « Qu’on essaie, par exemple, de se représenter ce que serait la notion de temps, abstraction faite des procédés par lesquels nous le divisons, le mesurons, l’exprimons au moyen de signes objectifs, un temps qui ne serait pas une succession d’années, de mois, de semaines, de jours, d’heures ! Ce serait quelque chose d’à peu près impensable » (Archive n° 11, p. 743). En somme, les travaux des premiers sociologues qui désignaient la religion comme la matrice de l’idée de temps, ont fait du calendrier le meilleur représentant du temps total34.

  • 35 Archive n°6 – 1902 : Paul de Rousiers (1857 – 1934). « Les mines et les huit heures », La revue de (...)
  • 36 Sur l’origine du Premier Mai et la fusillade de Fourmies, on pourra lire le livre d’André Pierrard (...)
  • 37 Voici le texte de cette motion, adoptée en octobre 1884 par l’American Federation of Labor lors du (...)

14Mais ce timescape centré sur l’argumentation sociologique serait incomplet sans un examen de l’organisation productive du temps, à commencer par le temps de travail qui fait partie des temps sociaux les plus étudiés dans les archives du début du XXe siècle. C’est à Paul de Rousiers, disciple de Frédéric Le Play, que nous devons l’une des études les plus intéressantes de l’époque sur le sujet. Ce socio-économiste que l’on considère par ailleurs comme l’un des pionniers de la science politique, fut d’abord un chercheur de terrain. Son enquête sur La vie américaine parue 400 ans après la découverte de l’Amérique qui est un modèle du genre, l’avait déjà familiarisé avec les organisations syndicales et leur action en faveur de la réduction du temps de travail. À ce titre, il peut être considéré comme « l’un des fondateurs de la sociologie du syndicalisme » ainsi que le propose Jens Thoemmes dans la notice qu’il lui consacre dans cette anthologie35. Quant à son article, il mériterait sans doute d’être référencé parmi les premières études ergonomiques car il repose sur une analyse détaillée des conditions du travail ouvrier, dans le contexte juridique (la législation sur le temps de travail) et industriel dominant (son application dans les mines) de l’époque. Mais c’est aussi un document sociohistorique qui doit être rattaché au mouvement des Huit heures, qui est né aux États-Unis en 1886 et qui fera du Premier Mai la date de référence pour les manifestations ouvrières, parfois réprimées tragiquement comme à Fourmies en 1891, avant de devenir beaucoup plus tard un jour férié dans le calendrier36. Près de vingt ans après le vote de la motion historique de l’AFL37, De Rousiers veut donc faire le point sur un projet de réforme favorable à la limitation de la durée du travail dans les mines françaises, tout en soulignant les particularités de ce temps de travail : « La journée, telle qu’elle est définie dans le projet, est comptée « de l’entrée à la sortie de la mine », du jour au jour, suivant une expression à la fois technique et pittoresque, c’est-à-dire qu’aucun ouvrier ne devrait rester plus de huit heures dans la mine. Ce qui est réglé [par la loi proposant « la réduction de la journée au maximum de huit heures » qui ne sera adoptée qu’en 1905], ce n’est pas la durée du travail effectif, mais la durée de la présence de l’ouvrier au fond de la mine, soit qu’il travaille, soit qu’il se rende du puits à son chantier ou qu’il revienne du chantier au puits, soit qu’il se repose, soit qu’il attende au bas du puits son tour de remontée » (Archive n° 6, p. 540). Comme on le voit dans ce passage, l’idée de temps n’est plus représentée par le calendrier mais par les horaires, le rythme et la durée d’une activité journalière qui occupe une place centrale dans le mode de vie ouvrier. Il ne s’agit donc pas du temps total dont parle Durkheim mais d’un temps social, et même sociographique celui que partagent tous les travailleurs soumis aux mêmes conditions à la même époque. Ainsi contextualisé, ce temps particulier n’est plus le produit de la religion mais une forme juridique, le résultat d’une décision qui lui donne, certes comme le calendrier mais de manière plus négociable, « une perfection normative ».

15En résumé, on peut dire que ces quatre textes, malgré leur caractère particulier d’analyse, d’époque ou d’école, ont contribué à la reconnaissance tardive de la sociologie du temps. En effet, d’après nos recherches, cette qualification de la sociologie, entendue comme un champ, une spécialité ou une branche de la discipline ayant pour objet l’étude d’un temps spécifique, apparaît pour la première fois en 1941 dans le livre d’un logicien suisse très proche de Jean Piaget. Après avoir sévèrement critiqué les arguments bergsoniens du psychiatre Eugène Minkowski sur le temps vécu, Jean De la Harpe aborde la conception sociologique du temps. Il la présente comme un véritable programme de recherche centré sur la problématique du temps total cher aux premiers durkheimiens, et que le chef de file de cette école définissait lui-même comme une « véritable institution sociale » (Archive n° 11, p. 744). Voici précisément ce qu’écrivait De la Harpe en 1941, à propos de la sociologie du temps.

16« Considérons maintenant non l’action des membres d’une société les uns sur les autres, mais l’influence de ses structures proprement dites sur les conceptions que se font les hommes. Ainsi l’école de Dürkheim [sic] a insisté sur l’idée de la correspondance entre les divisions de la tribu et celles de l’espace ; il en irait de même pour celle entre les divisions du temps et le rythme soit des cérémonies, soit des activités sociales. On pourrait également mettre au compte de la sociologie du temps [c’est nous qui soulignons] l’étude des grandes institutions visant à contrôler l’organisation du calendrier (corporations de prêtres chez les peuples anciens fixant les « époques » du calendrier, la durée de l’année, etc. ; institutions savantes modernes comme le « Bureau des longitudes » ou les grands observatoires comme « Greenwich », servant à harmoniser le temps civil avec le temps sidéral, etc…). On ne sous-estimera pas l’étude de certains aspects de l’histoire des religions, en ce qui concerne spécialement « les cultes astrobiologiques » dont l’influence a été décisive pour l’introduction du temps sidéral dans le comput du temps.

  • 38 Ce livre dont l’auteur est un peu oublié aujourd’hui présente tous les aspects d’un livre intéressa (...)

17Ainsi l’instauration des horloges relève de la sociologie dans la mesure où celle-ci dépend soit des structures sociales, soit de mécanismes économiques servant à fabriquer et diffuser des instruments à la métrique temporelle. Elle intéresse par contre la psychologie collective dans la mesure où elle réagit sur la mentalité commune et la transforme : l’introduction de l’horloge et de la montre comme la généralisation de leur emploi ont contribué à modifier la structure du sens commun antérieur à ces usages (l’heure du bureau, de l’école, de l’usine, du train ou du bateau, etc.). Ici il s’agit de l’action de ces institutions sur la psychologie interindividuelle » (p. 32)38.

Les formes psychologiques de l’idée de temps

  • 39 Archive n°4 - 1885 : Jean-Marie Guyau (1854 – 1888). « L’évolution de l’idée de temps dans la consc (...)
  • 40 Il existe une deuxième édition de ce livre parue chez le même éditeur en 1902 qui a fait l’objet d’ (...)
  • 41 Le livre rassemble deux articles de Guyau, publiés préalablement dans la Revue philosophique, dont (...)
  • 42 Alfred Fouillée (1838-1912) était en effet le beau-père de Jean-Marie Guyau. On pourra se reporter (...)
  • 43 L’hypothèse d’une intervention probable de Fouillée (avant ou après la disparition de beau-fils ?), (...)
  • 44 « This essay is one of the most fundamental and interesting texts in psychology of time. It bears c (...)
  • 45 Il est dommage que cette édition soit si peu référencée en France. Il s’agit en fait d’une édition (...)
  • 46 Mais contrairement à Piaget, Guyau fait appel à la « psychologie comparée », opposant l’homme à l’a (...)
  • 47 Pour Piaget, le temps est une notion, c’est-à-dire une découverte qui ne se fait que par la pensée. (...)

18Les premiers travaux de Durkheim sont contemporains des derniers textes de Jean-Marie Guyau. Parmi ceux-ci figure un article qui aura une reconnaissance posthume grâce à l’édition d’un livre majeur pour les études temporalistes, dont il constitue la pièce maîtresse39. C’est pourquoi il devait être présent dans notre anthologie. On le retrouve dans La genèse de l’idée de temps (1890), un essai paru deux ans après la mort du jeune philosophe et qui connaîtra plusieurs rééditions40. L’ouvrage est peu volumineux puisqu’il compte moins de cent cinquante pages. Sa composition est toutefois assez déconcertante41. Le responsable de ce montage qui n’était autre qu’Alfred Fouillée, très soucieux de promouvoir l’œuvre de son beau-fils42, a manifestement ajouté du sien dans ce livre. C’était déjà le point de vue de Vladimir Jankélévitch qui remarquait au passage, et assez curieusement, « le ton très bergsonien non seulement de la Genèse, mais de la Préface à la Genèse (signée par Fouillée) » (1924, p. 423)43. Cet essai, et à plus forte raison l’article de cette anthologie qui en est l’argument principal, est considéré par Michon comme l’un des textes les plus fondamentaux et intéressants de la psychologie du temps. Pour lui, il serait même à la hauteur des travaux de ses célèbres contemporains, Henri Bergson et William James44. Preuve de l’intérêt qu’il présente aujourd’hui pour les spécialistes de la psychologie du temps, ce livre a fait l’objet d’une réédition en langue anglaise à l’occasion du centenaire de la disparition de son auteur (Michon et al., 1988)45. L’attachement de Guyau à l’évolutionnisme anglais, plus particulièrement à la pensée de Spencer qu’il discute pourtant dans son livre comme dans son article, l’amène à considérer l’idée de temps comme le résultat d’un processus évolutif dont les formes primitives se rencontrent chez l’animal avant de trouver chez l’homme, l’enfant puis l’adulte, sa forme la plus aboutie. Cette conception du développement fait de Guyau l’un des pionniers de la théorie des stades que Jean Piaget proposera beaucoup plus tard sur la base d’observations empiriques et limitées à la psychogenèse humaine (1946)46. Il existe par ailleurs d’autres points de convergence entre le philosophe et le psychologue genevois. L’un des plus remarquables concerne la définition du temps psychologique que tous les deux ramènent à deux composantes, les durées et les successions. Pour Guyau, c’est « le sentiment exact de la durée » et la précision dans « l’ordre des souvenirs » qui constituent « le trait distinctif de la mémoire humaine » (Archive n° 4, p. 355) ; alors que dans la théorie piagétienne, la maîtrise des chronométries et des chronologies, coordonnées en un système de compétence appelée « groupement », marque la phase terminale du développement de la notion de temps47. En revanche, ce qui est propre à Guyau, c’est, comme nous l’avons vu plus haut, l’intérêt qu’il porte à l’analogie et dont il se fait le promoteur. Il en fait un mode de raisonnement scientifique, et surtout « une nécessité absolue » pour penser le temps. Ainsi se plaît-il à utiliser la métaphore du fluide pour distinguer le cours du temps (son aspect proprement dynamique et changeant), de son lit (le cadre dans lequel s’effectue ce mouvement). Finalement, c’est Fouillée qui nous donne la clé de cette étude radicalement psychologique en déclarant, plus prosaïquement dans son introduction à La genèse, que « le cadre a priori du temps est notre crâne » (1890, p. XIII).

  • 48 Archive n°9 - 1907 : Benjamin Bourdon (1860 – 1943). « La perception du temps », Revue philosophiqu (...)
  • 49 Cf. la notice de Serge Nicolas et Alexia Baudouin qui précise que Bourdon a fréquenté le laboratoir (...)
  • 50 Hier comme aujourd’hui, le credo de la psychologie expérimentale se réfère toujours aux principes d (...)
  • 51 On sait que Maurice Halbwachs, fidèle à l’enseignement qu’il avait reçu de Bergson, opposait le tem (...)
  • 52 Nous faisons ici référence à Michon dont le modèle cognitiviste ne supporte pas l’expression percep (...)

19Il existe d’autres pionniers de la psychologie du temps sur lesquels Paul Fraisse a attiré notre attention dans son livre sur la question (1967). Parmi ceux-ci figure Benjamin Bourdon qui a reçu, de la part de Father Time pour son article sur la perception du temps, pratiquement autant de citations que Jean-Marie Guyau pour La genèse. Par conséquent, il importait de faire figurer son article sur la perception du temps dans l’anthologie48. Contrairement à Guyau dont la problématique est encore très marquée par la philosophie, avec Bourdon nous entrons dans un domaine scientifique nouveau pour l’époque. Il s’agit de la psychologie expérimentale française qui tire son origine principalement des travaux et instrumentations de l’école allemande de psychophysique et de psychologie physiologique49. Cette filiation n’était pas pour déplaire à Paul Fraisse qui, comme son devancier, devait opter pour le raisonnement expérimental contre toutes les approches intuitives et le recours systématique à l’introspection50. Nous retrouvons d’ailleurs dans Psychologie du temps, la totalité des sujets que Bourdon, en précurseur, avaient choisi de traiter dans son article. C’est dire que ses arguments ont toujours de quoi alimenter la discussion sur la conception psychologique du temps. Le texte de Bourdon dont la lecture est parfois difficile, traite en effet des durées brèves, de l’estimation de ces durées, de la formation de l’horizon temporel (passé, présent, avenir), de la représentation du temps, autant de problèmes qui sont toujours d’actualité pour les chercheurs contemporains. Finalement les réponses qu’il nous apporte concernent trois questions fondamentales. La première porte sur la perception du temps, la deuxième a trait à sa représentation. Quant à la dernière, elle vise à saisir le lien entre ces deux processus. Existe-t-il un centre, une formation, un organe particulier qui serait à l’origine de la perception de la durée ? Bourdon pense que non. Il estime que « tous nos sens perçoivent primitivement la durée » (Archive n° 9, p. 476) tout en admettant qu’un sens peut jouer un rôle prépondérant en fonction du type de stimulation (par exemple l’ouïe dans la comparaison des durées musicales). D’autre part, le temps n’est envisagé que sous l’angle d’une durée mesurable comme si sa représentation se limitait à une métrique ; Bourdon remarquant qu’au-delà d’un certain seuil, qu’il fixe à 10 secondes, l’évaluation exacte des durées ne serait plus possible. Qu’advient-il alors du temps et de ses estimations ? Pour Bourdon, il se confond avec l’événement qui l’a produit ; d’où une certaine subjectivité dans la mesure de la durée. En reprenant le vocabulaire de Maurice Halbwachs, nous pourrions dire que le temps n’est plus reconnu par sa géométrie mais par sa substance (1950)51. Se pose enfin le problème des traitements cognitifs impliqués dans l’idée de temps et de la distinction formelle entre perception et représentation. Sur ce point, l’avis de Fraisse mérite d’être rappelé : « La perception ne nous permet de saisir que les changements contemporains. L’homme échappe à cette limite parce qu’il est capable de se représenter ces changements ; il peut ainsi se situer par rapport à eux, les mettre en relation et les utiliser, dans une certaine mesure, à son avantage […] Cette relation se réalise à un niveau supérieur au moyen d’opérations intellectuelles qui sont à l’origine de notre notion de temps, trame abstraite de tous les changements » (1967, p. 13). La perception comme connaissance immédiate et la représentation comme connaissance réflexive, voilà peut-être la différence qu’il convient de faire entre ces deux processus. Mais certains auteurs vont plus loin en rejetant l’idée que le temps puisse être une donnée de la perception. Leur principal argument est le suivant : « Ce qui est perçu, c’est le mouvement (un déplacement dans l’espace) ou le changement (une transformation de l’état initial) mais jamais le temps lui-même » (Ramos, 2011, p. 4). En somme, la reconnaissance du mode de traitement (perceptif ou réflexif) serait une façon d’éviter la confusion entre les notions d’espace et de temps, et conséquemment de libérer la discussion des artifices du raisonnement analogique52.

  • 53 Archive n°10 - 1907 : Gabriel Revault d’Allonnes (1872 – 1949). « Dissociation du sentiment du temp (...)
  • 54 En effet, dans sa notice sur Bourdon, Serge Nicolas signale une référence antérieure de quelques an (...)
  • 55 L’extrait que nous reproduisons correspond au premier chapitre de la troisième partie intitulée « L (...)
  • 56 Bien plus tard, à la fin de son chapitre sur les névroses et les psychoses, Éliane Amado Lévy-Valen (...)
  • 57 L’expression pluralisme temporel était une façon pour Bachelard de montrer l’influence de la théori (...)

20Cette anthologie temporaliste nous permet également de redécouvrir des auteurs oubliés. C’est le cas de Gabriel Revault d’Allonnes dont le nom, comme d’ailleurs celui de Bourdon, n’est pas référencé dans la très docte Encyclopedia of Time de Samuel L. Macey (1994). En revanche, il est bien cité dans le livre de Paul Fraisse (1967). Et ce n’est que justice, car l’expression qui lui donne son titre (Psychologie du temps) et qui désigne un champ de recherche promis à un bel avenir, apparaissait déjà en 1907 sous la plume de Revault d’Allonnes, précisément dans l’extrait de l’ouvrage que nous présentons53. C’est, semble-t-il, la première occurrence dans les publications françaises54. L’approche psychologique est toutefois très éloignée de la psychophysique et de la méthode expérimentale qui caractérisait le texte de Bourdon. Elle relèverait plutôt de l’observation clinique, particulièrement dans les pages qu’on pourra lire. Il y est question de certains aspects psychopathologiques de la vie affective que l’auteur qualifie, en utilisant le vocabulaire psychologique de l’époque, de « dissociation pathologique des sentiments »55. En fait Revault d’Allonnes décrit ici un symptôme de désorientation temporelle qu’il a rencontré chez une malade hospitalisée à Sainte-Anne probablement pour des troubles dépressifs. Sa patiente se plaint en effet « de ne plus ressentir l’écoulement du temps » (Archive n° 10, p. 164) tout en montrant une bonne coordination des mouvements et toujours les mêmes facultés intellectuelles. Un trouble que le clinicien résumera de la manière suivante : « Or ces malades [principalement « les mélancoliques, les hystériques, les psychasthéniques »] privés du temps affectif peuvent très bien avoir conservé d’autre part le temps sensoriel et le temps intellectuel » (Archive n° 10, p. 165). Un peu plus loin, il décrit, un autre aspect de la dissociation qui se présente différemment ; ici c’est la représentation formelle du temps qui est altérée plutôt que le sentiment du temps qui passe : « L’ivresse, la confusion mentale dans la démence peuvent produire la désorientation intellectuelle dans le temps sans désorientation sentimentale » (Archive n° 10, p. 170). Ce texte nous propose finalement un tableau des troubles mentaux dans lequel la temporalité, c’est-à-dire le rapport au temps, constitue un critère nosographique déterminant car discriminant56. Ce faisant, il nous invite à aborder le rapport au temps différemment, selon qu’il est vécu, agi ou mentalement représenté. L’intérêt de cette étude de cas est donc de déboucher sur un paradigme en rupture avec la conception dominante de l’époque, celle d’un temps unique, homogène et souverain. Certes l’argumentation de l’auteur est encore très intuitive. Néanmoins elle constitue une originalité en ce début de XXe siècle car elle met les sciences humaines sur la voie du pluralisme temporel, une épistémè qui, comparativement à la sociologie, semblait plus prompte à conquérir la pensée psychologique57.

  • 58 L’influence de Bergson sur Proust est une question controversée (on lui préfère parfois celle de Gu (...)
  • 59 Nous retrouvons le même argument dans toute l’œuvre de Bergson, comme ici dans La pensée et le mouv (...)
  • 60 Archive n°7 - 1902 : [Henri Bergson (1859 – 1941)]. « Cours de M. Bergson - Collège de France : L’i (...)
  • 61 C’est en parcourant le premier tome des Annales bergsoniennes que nous avons découvert l’existence (...)
  • 62 Dans le résumé du cours, ce point de vue est qualifié « métaphysique » en raison de son caractère s (...)
  • 63 Cf. notre note 19.
  • 64 Voici ce que Paul Fraisse écrivait à propos de Bergson dont il connaissait parfaitement l’œuvre : « (...)

21L’autorité intellectuelle qu’a exercée Henri Bergson pendant cette période nous imposait de le faire figurer dans cette anthologie. En effet, sa conception subjectiviste de la durée fut une source d’influence à laquelle peu de recherches sur le temps, propres ou dérivées de la philosophie, ont pu se soustraire durant la première moitié du XXe siècle. La référence au bergsonisme apparaît très tôt, dès la publication de sa thèse sur Les données immédiates de la conscience en 1889, comme un dénominateur commun à la plupart des publications sur le sujet. Ainsi n’est-il pas étonnant de voir le nom de Bergson cité de manière récurrente dans les textes de cette anthologie, toujours comme une référence majeure et parfois même exclusive. Cette influence s’est exercée jusqu’en littérature, si l’on en juge par certains passages du roman proustien58, dont celui-ci : « Les romanciers sont des sots, qui comptent par jours et par années. Les jours sont peut-être égaux pour une horloge, mais pas pour un homme. Il y a des jours montueux et malaisés qu’on met un temps infini à gravir et des jours en pente qui se laissent descendre à fond de train, en chantant. Pour parcourir les jours, les natures un peu nerveuses surtout disposent, comme les voitures automobiles, de "vitesses" différentes » (Proust, cité par Megay, 1973, p. 53). On perçoit dans ces quelques lignes la filiation intellectuelle avec Bergson qui défend l’idée d’un temps plutôt hétérogène et se rapportant au vécu. C’est la pure durée, une notion qu’il oppose au temps mathématisé et qui donne lieu chez le romancier, à propos de son affichage calendaire, à une critique affligeante. Qu’il soit mesuré par le calendrier ou par l’horloge, il s’agit toujours du même temps, un temps métrisé plutôt que maîtrisé car il s’écoule indépendamment de la vie et des expériences temporelles personnelles. Pour Bergson, ce temps sans relief, privé d’épaisseur humaine, en quelque sorte désincarné, est un temps qui ne dure pas59. Le texte que nous avons choisi pour figurer dans cette anthologie est le résumé d’un cours sur l’idée de temps que Bergson donna au Collège de France en 1901-190260. Comme beaucoup d’autres archives de ce livre, ce texte n’a jamais été réédité depuis sa première parution61. Et bien que l’auteur soit resté anonyme, on peut supposer que son compte rendu, rédigé pour paraître dans une revue principalement destinée à l’enseignement de la philosophie, reflète assez fidèlement le contenu du cours auquel il avait dû assister. Le point de vue de Bergson y est très clairement rapporté. Le philosophe distingue le temps du moi qui est « en perpétuel écoulement » et celui que l’homme cherche à « saisir par la pensée » (Archive n° 7, p. 828). L’effet de représentation et de rationalisation résultant d’un traitement cognitif, il a pour conséquence de rompre le mouvement du temps, de le fragmenter et finalement de transformer le temps en espace. D’où la conclusion à laquelle nous amène ce résumé : « il faut s’affranchir des concepts, "écarter les catégories", au moins provisoirement, pour arriver à se placer dans la pure durée, et de là, redescendre aux concepts ; l’effort que l’on doit faire est un effort, non de construction mais d’intuition » (Archive n° 7, p. 832). Si l’on suit ce raisonnement, la discussion sur l’idée de temps conduirait à tracer une ligne de clivage dans la représentation savante en distinguant deux orientations majeures : la version de la pure durée centrée sur le vécu du temps qui est saisi dans sa forme subjective, comparée au point de vue plus abstrait des cognitivistes qui s’attachent aux propriétés épistémiques de l’objet de conception62. Nous retrouvons dans ce clivage les termes du débat entre Bergson et Piaget que les psychologues ont souvent rapportés. Ce débat pourrait se résumer ainsi, en utilisant la métaphore musicale familière aux deux auteurs63. Nous avons d’un côté la durée bergsonienne évoquant une petite musique intérieure, continuité mélodique qui anime et éveille la conscience, et de l’autre le temps notionnel illustré par l’écriture musicale qui combine des notes de durées différentes placées selon un certain ordre de succession. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas sa version qualitative de la durée qui aura suffi pour faire d’un philosophe comme Bergson, aussi éminent soit-il, l’un des maîtres de l’école française de psychologie64.

Les médiations linguistiques de l’idée de temps

  • 65 Voici ce qu’écrit Durkheim à propos des proverbes et de leur « décadence » dans les sociétés modern (...)
  • 66 La vraie date de l’édition est celle qui figure au bas de la préface (« Château de Rivières, juin 1 (...)
  • 67 Archive n°2 - 1881 : Edmond Baron de Rivières (1835 – 1909). « Inscriptions et devises horaires », (...)
  • 68 Nous avons effectué, avec la méthode Alceste, plusieurs traitements de données sur des corpus de de (...)
  • 69 En latin, pour la version qu’en donne Boursier dans son livre 800 devises de cadrans solaires où il (...)
  • 70 Voir particulièrement les Inscriptions françaises (Archive n°2, pp. 50-56), dont voici quelques exe (...)
  • 71 Par exemple, comme celles-ci : « Enfant souviens-toi que je sers à marquer le temps que tu perds », (...)
  • 72 Cf. les Inscriptions bachiques : « Hora bibendi », « Hic : nec plus ultra », «  C’est l’heure de bo (...)

22On trouve, dans les premiers travaux sociologiques, des indications sur la formation des représentations ainsi que sur leur évolution. C’est le cas avec Durkheim lorsqu’il recommande d’aborder les représentations collectives par l’étude des proverbes65. Dans ces conditions, on est surpris de ne trouver aucune référence aux devises solaires dans ses publications comme dans celles de ses collaborateurs et successeurs. En effet, les petits textes gravés ou peints que l’on trouvait sur les cadrans, faisaient genre à l’époque. Morphologiquement, ils s’apparentaient à des proverbes mais des proverbes temporalisés exprimant, le plus souvent et sous la forme d’un adage, un rapport au temps qui passe. À la fin du XIXe siècle, ces inscriptions étaient menacées de disparition car les cadrans solaires qui les affichaient n’avaient plus d’utilité depuis l’installation des horloges mécaniques sur les bâtiments publics. De ce fait, ces « tableaux d’escriptures » porteurs de pensées d’un autre temps ont fait l’objet de mesures conservatoires mises en œuvre, souvent de manière spontanée, par des érudits et des amateurs passionnés de gnomonique et d’épigraphie. Ainsi se sont constitués des listes de devises, voire des thésaurus dont le plus complet nous a été légué par le Baron de Rivières. Nous reproduisons dans cette anthologie une partie de son précieux catalogue, la seule qui ait fait l’objet d’une publication de synthèse sous la forme d’un tiré à part. Cette plaquette, éditée en 1881 à un petit nombre d’exemplaires66, rassemble les premières listes du Baron, celles qui avaient paru dans des numéros du Bulletin monumental, la plus célèbre revue consacrée au patrimoine français67. À la lecture de cet inventaire, on mesure le poids de la croyance religieuse dans la représentation du temps68. Mais, contrairement aux positivistes qui voulaient faire de leur calendrier une œuvre du génie humain destinée à célébrer la religion de l’humanité, le cadran solaire est porteur d’un tout autre message qui invite à méditer, à réfléchir sur la puissance divine et la destinée humaine, à deviser en somme. C’est par la devise qu’il se transmet. La plupart des messages empruntent aux sources bibliques de la religion chrétienne. Ils témoignent alors de la marque du théocentrisme sur la représentation du temps, comme le montre la devise suivante tirée des Psaumes : « C’est par lui que Dieu donne ses ordres à la terre »69. Voilà peut-être l’inscription emblématique du cadran solaire, la devise qui résume le mieux l’idée du temps, telle qu’elle nous est donnée dans ces proverbes temporalisés. Avec l’épigraphie gnomonique, nous quittons le registre instrumental de la représentation pour aborder celui du texte et du discours. L’idée de temps s’objective cette fois dans des figures de style qui appartiennent au sens commun ou qui sont le fruit d’une intention plus originale. Comme nous l’avons vu, la métaphore est le moyen par lequel nous communiquons le plus aisément sur une notion aussi abstraite que le temps. Les devises qui nous parlent du défilé des heures et du passage de l’ombre sur le cadran sont autant de mottoes évoquant la fuite du temps et l’approche de la mort, autant de rappels sur la fragilité de la condition humaine70 et sur le prix du temps qui passe71, mais aussi d’appels à l’urgente nécessité de profiter de l’instant72.

  • 73 Dans l’ouvrage de Fraisse (Psychologie du temps, 1967) comme dans celui de Sivadjian (Le temps, 193 (...)
  • 74 Archive n°3 - 1885 : Paul Regnaud (1838 – 1910). « L’idée de temps. Origine des principales express (...)
  • 75 Pour Michel Serres (1988), le tempus latin renverrait plus largement à l’idée de mélange. Il serait (...)
  • 76 Pour une petite revue des « figures imagées du mouvement du temps », on pourra se reporter à l’arti (...)

23La linguistique fondamentale n’est pas en reste. Elle nous apporte de précieux renseignements sur la formation du vocabulaire temporel, à commencer par les origines du mot temps. Les ressources de la philologie et de l’étymologie paraissent sur ce point, inépuisables. Mais pour l’époque qui nous intéresse, il n’y a guère qu’un article qui est régulièrement cité. Il s’agit de l’étude de Paul Regnaud à laquelle Paul Sivadjian et Paul Fraisse font exclusivement référence pour la question linguiste du temps73. C’est pourquoi nous avons choisi de le faire figurer dans cette anthologie74. Pour Fraisse notamment, l’étude de cet indianiste, spécialiste du sanskrit, montre que, dès l’origine, « le sens concret a été lié au sens abstrait » (1967, p. 1). Il relève, en effet, mais après Sivadjian dont il reprend les grandes lignes du commentaire (1938, p. 5), que le sens du tempus latin, se rapportant à la fois au temps qu’il fait et au temps qui s’écoule, viendrait de la racine sanscrite tap qui signifiait pour les anciens « éclairer, brûler ». Intéressante combinaison de la lumière vitalisante et de la combustion mortelle pour exprimer l’idée de temps. Pour d’autres auteurs, tout aussi fervents de marqueurs linguistiques, le mot temps serait lié à la notion de mélange75. Il désignerait à la fois le régime de l’alternance qui caractérise les phénomènes naturels comme le rythme nycthéméral ou le cycle des saisons, et le temps sagittal auquel sont soumis les choses et les êtres qui vieillissent. D’où la spirale, figure combinée du cercle et de la flèche, souvent présentée comme le logo le plus emblématique de l’idée de temps76.

  • 77 Archive n°5 - 1886 : Arthur Rimbaud (1854 -1891). Les Illuminations « Barbare ». Paris, Publication (...)
  • 78 Voici le passage de lettre à Paul Demeny (15 mai 1871) dans laquelle Rimbaud formule sa théorie du (...)
  • 79 Pour une revue d’arguments sur l’hypothèse de la « simulation de la folie » chez Rimbaud, on pourra (...)
  • 80 Sur l’origine du concept, son utilisation en psychanalyse et sa résonnance dans le poème de Rimbaud (...)
  • 81 Article d’Élisabeth Roudinesco sur le livre de Jean-Bertrand Pontalis (1997) paru dans Le Monde des (...)

24Enfin, pour compléter ce tour d’horizon dans les archives de l’entre-deux siècles, il nous reste à interroger la pensée créatrice — cette autre faculté représentative qui fait intervenir l’imagination dans le travail de la mémoire, du langage et du raisonnement — pour savoir quel autre aspect du temps peut nous être révélé. C’est pourquoi nous avons retenu dans ce timescape une pièce de littérature, un poème d’Arthur Rimbaud qui offre une version stylisée de la temporalité, bien différente des conceptions savantes ou ordinaires. Il s’agit de Barbare, poème écrit probablement vers 1874, mais révélé au public en 1886 lors d’une publication en revue et suivie la même année par l’édition d’une plaquette intitulée Les Illuminations77. Le poète qui s’était déclaré voyant quelque temps plus tôt78, revisite ici l’idée de temps en nous faisant entendre un double discours, celui de la mise en ordre des souvenirs troublé par le retour d’images flottantes et le rythme obsédant d’une musique répétitive et dissonante dont le titre nous donne déjà le ton (« BAR/BAR »). On a parfois qualifié ce poème de « texte limite », tant Rimbaud semblait fasciné par le discours de la folie et ses curiosités linguistiques (délire, hallucination) au point de s’en inspirer et de les simuler dans certaines compositions79. Cette esthétique du dérèglement qui fera de lui le chef de file de l’école décadente, finira par attirer l’attention des premiers sociologues de l’art. Parmi ceux-ci, Jean-Marie Guyau, (1889 et 1890) qui se présentait comme le défenseur d’une poésie du temps — mais plutôt commémorative —, et Max Nordau (1894) très soucieux de retrouver des signes de dégénérescence dans les œuvres des écrivains et artistes de son époque. La temporalité rimbaldienne avait de quoi les déconcerter car, comme on le voit avec ce poème, elle a perdu son synchronisme avec le temps du monde. Pour autant, elle ne se confond pas avec la pure durée bergsonienne. La temporalité « barbare » n’est ni un temps qui passe, ni un temps qui dure. Devant ce temps libéré du contrôle des institutions et de la conscience, comment ne pas penser à ce « temps autre » que les psychanalystes désignent sous le nom de « cinquième saison »80. Cette formule métaphorique, empruntée à la fiction, sert à qualifier « le temps de l’analyse » qu’il ne faut pas confondre avec les horaires de la cure qui constituent un temps social (Pontalis, 1997, p. 29). Voici la définition que nous en donne Élisabeth Roudinesco : « C’est un temps figé où le patient, confronté au déroulement de la cure et au déploiement d’une relation transférentielle, est visité par ses rêves et ses réminiscences » (1997)81. Certes, l’inspiration du poète n’est pas parfaitement superposable à cette conception psychanalytique du temps ; sa vision est encore moins réductible à une simple définition de l’idée de temps. Gageons toutefois que son poème où s’entremêlent deux voix — l’une temporalisée, l’autre pas —, troublées par une bien étrange musique composée de bruits venus des profondeurs — « virement des gouffres et choc des glaçons aux astres » —, pourrait en être une magistrale évocation. Dans ce cas, comme la composition de Barbare est antérieure à la diffusion en France de la théorie freudienne, il faudrait alors conclure que la pensée créatrice peut parfois être en avance sur la connaissance savante.

L’idée de temps et la science des temps

  • 82 La création de la première revue canonique dans ces deux disciplines s’inspire de L’Année philosoph (...)

25Au terme de cette présentation, il convient de tirer quelques conclusions. Nous devons d’abord nous rendre à l’évidence suivante : dans la pensée fin de siècle, il n’existe pas de théorie générale ou unifiée de l’idée de temps. À chaque auteur sa propre conception, sinon un point de vue d’école. L’idée de temps reste toutefois une expression générique qui apparaît dans la quasi-totalité des textes présentés, et souvent dès le titre. Les auteurs ne nous parlent que d’un temps au singulier, explicitement comme implicitement, sauf peut-être chez Gabriel Revault D’Allonnes (Archive n° 10). En revanche, la construction intellectuelle dont elle fait l’objet donne lieu à une particularisation du sens. Cette diversité de points de vue, qui conduit parfois à des divergences sur les propriétés du temps, aura probablement facilité la reconnaissance disciplinaire au sein des sciences humaines et sociales, particulièrement pour la sociologie et la psychologie qui venaient à peine de se libérer de la tutelle philosophique82. Seul le paradigme bergsonien de la durée, mais après 1890, permettrait de les relier sans pour autant les unifier. En opposant le temps vécu au temps pensé, le philosophe a offert aux durkheimiens l’argument de l’hétérogénéité temporelle et ouvert le débat sur la vraie nature du temps psychologique.

  • 83 Le concept de temporalité n’est toujours pas présent dans la dixième édition du Vocabulaire techniq (...)

26En confrontant ces onze textes à nos connaissances actuelles sur les temps et les temporalités, il existait un risque que nous avons voulu éviter, celui de la lecture anachronique. On vient de le voir pour le concept de multiplicité ; nos auteurs ne posent jamais la question de la pluralité des temps sur un plan formel. Tout au plus peut-on remarquer une sensibilité au pluralisme temporel chez certains psychologues de l’époque, comme nous l’avons vu chez Gabriel Revault D’Allonnes où apparaît une catégorisation du temps psychologique, certes originale mais encore très sommaire, qui s’inscrit dans trois dimensions. Un autre écueil consisterait à détemporaliser ces textes en leur attribuant des concepts et un vocabulaire inconcevable au moment de leur rédaction. La critique génétique nous a appris à étudier les archives littéraires dans le contexte et les conditions de leur création. Ainsi les textes de cette anthologie, pas plus que leurs paratextes (les dictionnaires spécialisés de l’époque), n’utilisent le terme temporalité à la place ou en contrepoint du mot temps. Ce terme pourtant très usité de nos jours, qui est devenu le titre de la présente revue, n’apparaît jamais dans notre corpus d’archives. Et pour cause puisqu’il s’agit d’un néologisme apparu dans le vocabulaire scientifique bien après 1909, l’année qui marque la fin de notre période83.

27Nous avons par ailleurs étudié le rôle de la pensée analogique dans la représentation du temps, à la fois pour le sens commun et la connaissance savante. On aurait pu s’attendre à ce que la métaphore ne concerne que la communication ordinaire car la traduction d’une idée par une image est une forme de vulgarisation qui ne fait pas toujours bon ménage avec le raisonnement scientifique. Or nos archives montrent que le raisonnement analogique est très présent dans la pensée scientifique à la fin du siècle, surtout quand l’idée de temps se définit par des propriétés psychologiques. L’univers musical est alors particulièrement inspirant même s’il faut parfois aller au-delà de nos archives pour la retrouver. Le phonographe devient le modèle du fonctionnement de la mémoire chez Guyau, la chanson de Barbare et sa musique dissonante évoque le temps du mauvais rêve rimbaldien. Quant à la version mélodique du temps, elle est associée au « moi qui dure » dans toute l’œuvre de Bergson. Et si la pensée sociologique est moins exposée au raisonnement analogique, c’est sans doute parce que sa conception de l’idée de temps est déjà matérialisée par un instrument et une image publique ; c’est le calendrier de la philosophie sociale à partir duquel les durkheimiens ont conçu la notion de temps total.

  • 84 William Grossin (1914-2005) a consacré toute sa carrière à promouvoir la recherche sur les temps en (...)

28Dans son dernier livre consacré aux études temporalistes (1996), William Grossin formait le vœu de voir un jour une science des temps se constituer en France84, par exemple sur les bases d’un programme de recherche transdisciplinaire comme en Allemagne (Adam, 1997). Un tel programme devrait commencer par un « travail de particularisation » des temps et des temporalités dans les disciplines qui composent aujourd’hui les sciences humaines et sociales. Le repérage à la source des positions théoriques et méthodologiques est l’un des objectifs de cette anthologie. Il conviendrait de poursuivre ce travail de particularisation dans des textes plus récents afin de voir comment s’est effectué le passage des premières conceptions monistes — certes déjà agitée par le débat sur l’hétérogénéité du temps à l’intérieur de certaines disciples — à une véritable modélisation de la multiplicité temporelle.

Haut de page

Bibliographie

Adam B. et al., 1997. “Time for the Environment : the Tutzing Time Ecology Project”, Time & Society, 6 (1), 73-84.

Amado Lévy-Valensi É., 1965. Le temps dans la vie psychologique, Paris, Flammarion.

Bachelard G., 1936. La dialectique de la durée, Paris, Boivin.

Bergson H., 1934. La pensée et le mouvant, Paris, P.U.F.

Boursier C., 1936. 800 devises de Cadrans solaires, Paris, Berger-Levrault.

Boyer P-X., 2005. « Aux origines de l’élitisme républicain : Les aristocraties d’Alfred Fouillée », Revue française d’histoire des idées politique, n° 22, 37-49.

Bureau des Longitudes, 1912. Conférence internationale de l’Heure (Paris, 1912). Paris, Gauthier-Villars.

Chesneaux J., 2004. « Cinq propositions pour appréhender le temps. Avec une note conjointe sur la figuration graphique », Temporalités, 1, 92-99.

Corbier C., 2012. « Bachelard, Bergson, Emmanuel. Mélodie : rythme et durée », Archives de philosophie, Tome 75, n° 2, 291-310.

Corbin A., 1991. Le temps, le désir et l’horreur. Essais sur le dix-neuvième siècle, Paris, Flammarion.

De la Harpe J., 1941. Genèse et mesure du temps. Essai d’analyse génétique du temps et d’axiomatisation du temps métrique, Neuchâtel, Delachaux et Nieslé.

De Rousiers P., 1892. La vie américaine. Paris, Firmin-Didot.

Durkheim É., 1893. De la division du travail social, Paris, Alcan.

Durkheim É., 1898. « Représentations individuelles et représentations collectives », in É. Durkheim É., 1924. Sociologie et philosophie, Paris, Alcan, 1-48.

Durkheim É., 1912. Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Alcan.

Fraisse P., 1967. Psychologie du temps (deuxième édition revue et corrigée), Paris, PUF.

Fraisse P., 1988. Pour la psychologie scientifique. Histoire, théorie et pratique, Liège-Bruxelles, Mardaga.

Grossin W., 1974. Les temps de la vie quotidienne. Paris-La Haye, Mouton.

Grossin W., 1996. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarès.

Gurvitch G., 1958. La multiplicité des temps sociaux, Paris, Cours de Sorbonne.

Guyau J-M., 1889. L’art au point de vue sociologique, Paris, Alcan.

Guyau J-M., 1890. La genèse de l’idée de temps, Paris, Alcan.

Guyau J-M., [1902] 1998. La genèse de l’idée de temps, (Préface de Thierry Paquot), Paris, L’Harmattan.

Halbwachs M., 1950. La mémoire collective, Paris, PUF.

Hubert H., 1909. « Étude sommaire de la représentation du temps dans la magie et la religion », in H. Hubert et M. Mauss (Eds), Mélanges d’histoire des religions, Paris, Alcan, 189-229.

Isambert F. A., 1979. « Henri Hubert et la sociologie du temps », Revue française de sociologie, vol. XX, n° 1, 183-204.

Jankélévitch V., 1924. « Deux philosophies de la vie : Bergson et Guyau », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 49, nos 5-6, 402-449.

Lallement M., Ramos J-M., 2010. « Réinventer le temps », Temporalités, n° 12 (Utopies/Uchronie), 2-9.

Macey S. L., 1994. Encyclopedia of Time, New York & London, Garland.

Megay J. M., 1973. « La question de l’influence de Bergson sur Proust ». The Bulletin of the Rocky Mountain Modern Language Association, vol. 27, n° 2, 53-58.

Michon J. A., Pouthas V., Jackson J. L., 1988. Guyau and the Idea of Time. Amsterdam, North-Holland/Elsevier.

Michon J. A., 1990. “Implicit and explicit representations of time”, in R. A. Block (Ed.), Cognitive models of psychological time, Hillsdale, Erlbaum, 37-58.

Michon J. A., 1993. “Father Time”, Time & Society, Vol. 2 (1), 75-86.

Michon J. A., 1994a. “Guyau, Jean-Marie (1854-1888)”, in S. L. Macey (Ed.), Encyclopedia of Time. New York & London: Garland, 257-258.

Michon J. A., 1994b. “Psychology: Representations of Time”, in S. L. Macey (Ed.), Encyclopedia of Time. New York & London: Garland, 511-512.

Michon J. A., 1998. “On the Modularity of Time”, Teorie e Modelli, New series 3, 7-32.

Montangero J., 1988. « Le développement de la connaissance du temps : quelques aspects fondamentaux », in A. Touati (Ed.), Les temps de la vie, Marseille, Éditions Psychologie et Avenir, pp. 35-46.

Nichols H., 1891. The Psychology of Time Historically and Philosophically Considered, with Extended Experiments, New York: Hold & Company.

Nordau M., 1894. Dégénérescence (Tome I et II), Paris, Alcan.

Painter G. D., 1967. Marcel Proust. Les années de jeunesses (1871-1903). Paris, Mercure de France.

Patiño-Lakatos G., 2013. La métaphore comme opération charnière entre pensée, langage et monde, Thèse soutenue à Paris 8.

Piaget J., 1946. Le développement de la notion de temps chez l’enfant, Paris, PUF.

Pierrard A., Chappat J-L., 1991. La fusillade de Fourmies, Lille, Miroirs Éditions.

Pontalis J-B., 1997. Ce temps qui ne passe pas, Paris, Gallimard.

Moscovici S., 1961. La psychanalyse, son image et son public. Étude sur la représentation de la psychanalyse, Paris, PUF.

Moscovici S., 1976. La psychanalyse, son image et son public (2e édition revue et corrigée). Paris, PUF.

Ramos J-M., 1991. Lecture de Barbare. Arguments pour interpréter et dater un poème obscur d’Arthur Rimbaud, Berenice (Litteratura Francese Contemporanea : Le correnti d’avanguardia), n° 32, 96-111.

Ramos J-M., 1992. « Représentations et temporalités sociales », Temporalistes, n° 22 (Temps et représentation. Approche socio-cognitive), 20-26.

Ramos J-M., 1993. « Esthétique du dérèglement et psychopathologie. Les folies de Rimbaud », Revue internationale de psychopathologie, n° 11, 409-423.

Ramos J-M., 1995. « Répétition structurale et temporalités dans un poème des Illuminations », Psychologie médicale, numéro spécial (Répétition, Art et Symptôme), 58-62.

Ramos J-M., 1997. « La version temporaliste du philosophe-poète Jean-Marie Guyau : du temps de l’ordre à la poésie du temps », Sociétés, n° 58 (J-M Guyau), 57-68.

Ramos J-M., 2000. « Les années temporalistes : vers une science des temps », in G. de Terssac et D-G. Tremblay (Eds), Où va le temps de travail ? Toulouse, Octarès, 259-269.

Ramos, J-M., Reinert, M., 2004. « Les inscriptions du temps sur les cadrans solaires. Analyse d’un corpus de devises anciennes par la méthode Alceste », Temporalités, n° 1, 19-36.

Ramos J-M., 2005. « In Memoriam : William Grossin (1914-2005) », Temporalités, n° 3 (Socialité de la mémoire), 1-6.

Ramos J-M., 2008. « Représentation du temps et archives de la pensée », in E. Araujo, A. M. Duarte & R. Ribeiro (Eds), O tempo, as culturas e as instituições. Para uma abordagem sociológica do tempo. Lisboa: Edições Colibri, 75-87.

Ramos J-M., 2011. « Temps et œuvres. À la recherche de la cinquième saison », Temporalités, n° 14 (Temps des arts et des artistes), 2-18.

Rimbaud A., 2009. Œuvres complètes (Édition établie par André Guyaux avec la collaboration d’Aurélia Cervoni), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade).

Robertson T., 1859. Dictionnaire idéologique. Recueil des mots, des phrases, des idiotismes et des proverbes de la langue française callés selon l’ordre des idées, Paris, A. Derache.

Serres M., 1988. « Le temps », Revue de l’université de Bruxelles, nos 1-2 (Redécouvrir le temps), 301-312.

Sivadjian P., 1938. Le temps. Étude philosophique, physiologique et psychologique. Paris, Hermann.

Worms F., 2002. Annales bergsoniennes : I - Bergson dans son siècle, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 La genèse de l’idée de temps est un essai de Guyau qui aura une postérité remarquable. Il va ouvrir la voie à la psychologie du temps et faire de la temporalité esthétique l’un des concepts fondateurs de la sociologie de l’art (Ramos, 1997).

2 Parmi ces articles, on trouvera le texte de Guyau dans sa version originale avant qu’il ne soit remanié par Alfred Fouillée pour paraître dans La genèse (cf. Archive n°4 - 1885).

3 Le passage au scanner et l’éclaircissement des pages jaunies par le temps a parfois très atténué les contrastes du texte imprimé. D’autre part, malgré un nettoyage systématique des originaux avant la numérisation, il peut subsister des traces d’usage commis par des lecteurs peu scrupuleux (principalement des annotations et des soulignements).

4 Claude Dubar, Florence Lacoma Iborra, Michel Lallement, Serge Nicolas et Alexia Baudouin, Thierry Paquot, Gabriel Ramos, Jens Thoemmes, Gabrielle Varro.

5 Ce terme forgé sur le modèle lexical de landscape, a été introduit par Barbara Adam pour désigner un champ de représentation rendu perceptible par la présence de repères, d’images ou de références matérialisant un rapport au temps (1997, p. 81).

6 Il s’agit d’un poème extrait des Illuminations (Archive n°5 – 1886) dont le titre, Barbare, évoque déjà le caractère peu ordinaire de la représentation du temps.

7 Voir l’essai de Jean-Bertrand Pontalis intitulé précisément Ce temps qui ne passe pas (1997).

8 Nous faisons ici référence à l’encyclopédie libre Wikipédia, et plus particulièrement à l’article intitulé « Sciences humaines et sociales » où l’on peut lire au 1er septembre 2014 qu’avec l’apport de disciplines nouvelles tournées vers le passé ou vers l’avenir « les sciences humaines explorent plus largement la ligne du temps ».

9 Ce premier groupe rassemble les textes de Grégoire Wyrouboff (Archive n°1 – 1876), Henri Hubert (Archive n°8 – 1905), Émile Durkheim (Archive n°11 – 1909) et Paul de Rousiers (Archive n°6 – 1902).

10 Les archives figurant dans ce deuxième groupe sont les suivantes : l’article de Jean-Marie Guyau (Archive n°4 - 1885), celui de Benjamin Bourdon (Archive n°9 – 1907), l’extrait du livre de Gabriel Revault d’Allonnes (Archive n°10 - 1907) et le résumé du cours d’Henri Bergson (Archive n°7 - 1902).

11 C’est volontairement que nous détournons la célèbre formule du futurisme russe qui recherchait dans le mot la puissance sonore. Elle s’énonce comme suit : le mot est plus large que sens.

12 D’après le titre d’une section du livre que Rimbaud a publié en 1873 à compte d’auteur (Une saison en enfer).

13 Cf la citation tirée de la lettre dite du voyant, en note 78.

14 Sont rassemblées dans ce troisième groupe, les auteurs suivants : Edmond Baron de Rivières (Archive n°2 - 1881), Paul Regnaud (Archive n°3 - 1885) et Arthur Rimbaud (Archive n°5 - 1886).

15 Qu’on la qualifie de « collective » chez les durkheimiens ou de « sociale » dans les travaux de l’école moscovicienne, cette forme de représentation témoigne de l’autorité d’une conscience collective sur les consciences individuelles. Elle s’exprime par des formules ou plus fondamentalement dans des figures ou des croyances dont la compréhension ou la reconnaissance implique une adhésion spontanée. Tous les domaines de la connaissance ordinaire sont concernés par ce phénomène. On peut opposer ces représentations au savoir scientifique dont l’accès requiert une formation particulière (Ramos, 2008).

16 Le processus d’objectivation consiste à « résorber un excès de significations en les matérialisant » (Moscovici, 1976, p. 108) ; ce qui rend les idées plus facilement communicables.

17 « Le problème que les dictionnaires ordinaires se chargent de résoudre est celui-ci : - Un mot étant donné, trouver sa signification, ou l’idée qu’il représente. Le problème dont le Dictionnaire idéologique doit fournir la solution est exactement l’inverse de ce qui précède : - Une idée étant donnée, trouver le mot qui l’exprime le plus convenablement » (Robertson, 1859, p.III).

18 Sur cette question on pourra lire l’article de Christophe Corbier (2012).

19 C’est précisément sur l’utilité de la métaphore musicale que Piaget rejoint celui qu’il désigne comme le maître de l’introspection : « Les plus belles des images dont abonde l’œuvre de M. Bergson sont empruntées à la musique » (1946, p. 295).

20 « La musique étant l’art d’organiser les sons dans le temps, elle nous fournira notre second exemple sous la forme d’un bref fragment musical […] La notation musicale nous montre clairement que les sons s’organisent selon un ordre (la succession et les simultanéités des notes) et des durées (valeurs des blanches, des noires, etc…) […] Si l’irréversibilité de cet ordre et de ces durées n’était pas respectée, le fragment musical ne serait plus reconnaissable » (Montangero, 1988, p. 38).

21 Voici précisément comment Guyau résume le point de vue d’une époque sur ce mode de raisonnement : « Le raisonnement par analogie a une importance considérable dans la science ; peut-être même, si l’analogie est le principe de l’induction, fait-elle le fond de toutes les sciences physiques et psycho-physiques. Bien souvent une découverte a commencé par une métaphore » (1890, p. 49). On notera toutefois le jugement plus réservé de Durkheim qui présente le raisonnement analogique comme « un procédé d’illustration et de vérification qui peut avoir son utilité » (1924, p. 1).

22 Les noms donnés à ces trois modes de représentation dépendent des publications :
« Time as a conceptual structure can take three forms – literal or verisimilar, metaphorical and formal – that are functionally more or less equivalent (...) The difference seems to reside mostly in the level of abstraction...» (Michon, 1990, p.43).
« Representations of time come in three varieties, which I have called literal, figurative and formal, respectively » (Michon, 1998, p. 3).

23 « Toutes les métaphores particulières n’ont pas la même valeur, mais toutes concourent à la puissance constituante de la métaphore ; de ce fait, elles peuvent, en principe, exercer un pouvoir fédérateur. Certaines métaphores, de par leur pouvoir de fascination, dirigent nos vies, nous donnent des lignes de conduite. Et les métaphores les plus puissantes, ne sont pas celles que nous créons mais celles qui nous sont léguées » (Patiño-Lakatos, 2013).

24 « … la réglementation sociale du temps se fait, au fil des décennies, plus rigoureuse […] Il faut attendre 1891 pour qu’une loi impose à l’ensemble du territoire l’heure de la capitale. Celle du méridien de Greenwich n’est officiellement adoptée qu’en 1911. C’est toutefois à Paris que se tient, en 1912, la conférence internationale qui aboutit à l’instauration d’un temps mondial » (Corbin, 1991, p. 13).

25 Cette Conférence qui réunissait 16 États était présentée de la manière suivante dans le document officiel : « Sur l’initiative du Bureau des Longitudes, une Conférence internationale a été réunie à Paris, le 15 octobre 1912, pour étudier les moyens de réaliser l’unification pratique de l’heure, et pour préparer un projet d’organisation d’un service international de l’heure permettant de donner satisfaction à tous les besoins » (Bureau des Longitudes, 1912, p. 1).

26 Voici ce qu’écrivait en 1936 Charles Boursier dans l’un des meilleurs livres jamais écrits sur les cadrans solaires à propos des évolutions dans la construction sociale du temps : « Cette évolution ne s’est pas faite en un jour. Pour le bon fonctionnement des chemins de fer, l’heure de « la capitale » a d’abord été juxtaposée à l’heure locale. Le cadran solaire n’avait qu’une aiguille, les horloges deux, on en ajouta une troisième : joli sujet de fable ! Puis l’heure de la capitale remplaça définitivement l’heure locale : tous les Français se mettaient à table au même instant, s’ils n’étaient pas en retard. Ensuite ce furent les fuseaux horaires, puis la numérisation par vingt-quatre heures, mais pas partout ; puis l’heure d’hiver et l’heure d’été. Actuellement nous vivons en France sur l’heure de Greenwich : l’heure n’est plus nationale » (pp. 4-5).

27 Archive n°1 – 1876 : Grégoire Wyrouboff (1843 – 1913). « Remarques sur le calendrier de M. Comte », La philosophie positive (deuxième série - 9e année), n°1, juillet-août 1876, 49-65 – Notice : Michel Lallement.

28 Voir la note n°1 du Archive n°11, p. 744.

29 Archive n°8 – 1905 : Henri Hubert (1872 – 1927). « Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie », École Pratique des Hautes Études, Imprimerie Nationale, 1905, 1-39 - Notice : Michel Lallement.

30 C’est probablement en raison d’une confusion entre la signature de l’ouvrage et celle de l’étude proprement dite qu’a été prise l’habitude, trompeuse mais souvent constatée, d’attribuer l’étude aux deux compères, Hubert et Mauss.

31 Archive n°11 – 1909 : Émile Durkheim (1858 – 1917). « Sociologie religieuse et théorie de la connaissance », Revue de métaphysique et de morale, tome XVII (17e année), n°6, Nov. 1909, 733-758 - Notice : Claude Dubar.

32 Le texte de 1909 porte le même titre que celui de l’ouvrage de 1912 et suit le même plan. Le passage concernant la notion de temps est identique, à quelques mots près, dans les deux versions. On le trouve au début du chapitre II (Archive n°11, pp. 741-744). La version de la Revue comporte toutefois un paragraphe supplémentaire (trois au lieu de deux dans les Formes). Il s’agit du chapitre III dans lequel Durkheim s’interroge d’abord sur le statut de la sociologie par rapport à la psychologie et à la philosophie, puis invite les philosophes à réfléchir sur la formation des catégories qu’il considère, en sociologue, comme « une résultante de l’histoire et une œuvre collective » ((Archive n°11, pp. 754-758).

33 En effet, le calendrier serait un assez bon choix s’il était besoin de définir par l’exemple le modèle de Michon puisque on y retrouve les trois dimensions de la représentation explicite du temps (rythmique = épisodique, figurative = analogique, et abstraite = formelle).

34 C’est principalement chez Durkheim qu’on trouve le concept de totalité appliqué à l’idée de temps, soit « l’idée de temps total », pour désigner « une durée impersonnelle et globale ». Plus précisément voici la définition qui nous en est donnée dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse : « le rythme de la vie collective domine et embrasse les rythmes variés de toutes les vies élémentaires dont il résulte ; par suite, le temps qui l’exprime domine et embrasse toutes les durées particulières. C’est le temps total » (1912, pp.630-631).

35 Archive n°6 – 1902 : Paul de Rousiers (1857 – 1934). « Les mines et les huit heures », La revue de Paris, tome Ier (9e année), Janvier-Février 1902, 527-554 - Notice : Jens Thoemmes.

36 Sur l’origine du Premier Mai et la fusillade de Fourmies, on pourra lire le livre d’André Pierrard et Jean-Louis Chappat qui nous ramène aux faits : « L’Histoire du Premier Mai comme jour de manifestation des travailleurs est intimement lié à celle de la limitation à 8 heures de la journée de travail » (1991, p.329).

37 Voici le texte de cette motion, adoptée en octobre 1884 par l’American Federation of Labor lors du Congrès de Chicago : « Il a été résolu par la Federation of organized trades and Labor of the United States and Canada que huit heures constitueront la durée légale de la journée de travail à dater du 1er Mai 1886 et nous recommandons aux organisations syndicales de ce pays de faire promulguer des lois conformes à cette résolution à partir de la date convenue » (Pierrard et Chappat, 1991, p. 329).

38 Ce livre dont l’auteur est un peu oublié aujourd’hui présente tous les aspects d’un livre intéressant. Il contient en outre une longue note d’André Lalande sur « l’idée de temps », suivie d’une seconde sur « la nature du temps » rédigée par Léon Brunschvicg. Le livre leur est d’ailleurs dédicacé en signe, écrit De la Harpe « de profond attachement personnel au milieu des épreuves qui sont les leurs ». Nous étions en 1941.

39 Archive n°4 - 1885 : Jean-Marie Guyau (1854 – 1888). « L’évolution de l’idée de temps dans la conscience », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome XIX (10e année), 1885, 353-368 - Notice : Thierry Paquot.

40 Il existe une deuxième édition de ce livre parue chez le même éditeur en 1902 qui a fait l’objet d’une réédition chez L’Harmattan en 1998 avec une présentation de Thierry Paquot, Notice consacrée à Guyau dans cette anthologie.

41 Le livre rassemble deux articles de Guyau, publiés préalablement dans la Revue philosophique, dont celui que nous avons choisi pour cette anthologie. Ils ont paru à plusieurs années d’intervalle, sous les titres suivants : « La mémoire et le phonographe » (1880, pp. 319-322) et l’article qui nous intéresse « L’évolution de l’idée de temps dans la conscience » (1885, pp. 353-322). Une lecture intertextuelle attentive montre que ces deux articles ont été enrichis par l’apport d’un troisième. Il s’agit d’une recension proposée par Alfred Fouillée, à la même époque mais dans une revue différente, sous le titre suivant : « La survivance de la sélection des idées dans la mémoire » (Revue des deux mondes, 1885, pp. 357-389). Ce montage constitue le corps du livre. Il est précédé d’une longue Introduction par Alfred Fouillée, intitulée « La théorie expérimentale du temps et la théorie kantienne », dans laquelle le philosophe des « idées-forces » souligne la portée théorique des arguments exposés par son beau-fils. L’ensemble est complété par deux textes de Guyau consacrés à la poésie. On les trouve dans les Appendices. Le premier est une étude sur La poésie du temps (un extrait de L’art au point de vue sociologique, 1889, pp. 94-101). Il est suivi par un long poème en alexandrins intitulé Le temps (paru dans Vers d’un philosophe, 1908, pp. 67-76). C’est donc sur des vers, qui nous rappellent que Guyau fut aussi poète, que s’achève ce précieux petit volume.

42 Alfred Fouillée (1838-1912) était en effet le beau-père de Jean-Marie Guyau. On pourra se reporter à l’article de Pierre-Xavier Boyer (2005) pour une présentation biographique et pour l’analyse du contexte dans lequel s’est exercée son influence intellectuelle.

43 L’hypothèse d’une intervention probable de Fouillée (avant ou après la disparition de beau-fils ?), peut s’expliquer par son souci de renforcer l’homogénéité du texte, mais peut-être aussi par un désir de convergence avec ses propres thèses.

44 « This essay is one of the most fundamental and interesting texts in psychology of time. It bears comparison with the work of Guyau’s famous contemporaries, Henri Bergson and William James, antedates much of it » (Michon 1994a, p. 257).

45 Il est dommage que cette édition soit si peu référencée en France. Il s’agit en fait d’une édition bilingue qui donne pour la première fois le texte de La genèse en anglais, sous le titre suivant : The Origin of the Idea of Time (pp. 93-147). L’éditeur scientifique (John Michon) a soumis sa propre traduction à Viviane Pouthas et a reçu la collaboration de Janet L. Jackson. Il a par ailleurs confié l’avant-propos (Foreword, pp. 13-17) à Paul Fraisse qui souligne l’originalité de ce remarquable essai pour l’époque, et la très faible attention que lui avaient portée les psychologues jusqu’ici. La présentation du texte est complétée par une bibliographie de l’œuvre de Jean-Marie Guyau (pp. 91-92), et par plusieurs études sur la pensée de l’auteur ; on y trouve notamment un texte de Paul Ricœur (From Kant to Guyau, pp. 149-159) et un autre de William Friedman (A Developmental Psychological Perspective on Guyau’s « The Origin of the Idea of Time », pp.199-211) montrant l’influence de ce livre sur la conception piagétienne du temps.

46 Mais contrairement à Piaget, Guyau fait appel à la « psychologie comparée », opposant l’homme à l’animal, pour asseoir sa démonstration (Archive n°4, p. 354).

47 Pour Piaget, le temps est une notion, c’est-à-dire une découverte qui ne se fait que par la pensée. Cette notion est acquise normalement à la fin de l’enfance ; ce qui se traduit sur le plan opératoire par la maîtrise des durées (intervalles entre le début et la fin d’un événement) et des successions (relation d’ordre selon un avant et un après appliquée à ces durées) : « Or, cette solution d’ensemble du problème du temps tient en une seule formule : le temps opératoire est constitué lorsque l’ordre de succession peut se déduire de l’emboîtement des durées, et réciproquement » (1946, p. 278).

De son côté voici comment Guyau concevait ces deux propriétés dans son article rédigé 60 ans plus tôt : « Mais au point de vue psychologique, le trait distinctif de la mémoire humaine, c’est le sentiment exact de la durée, c’est l’ordre des souvenirs, c’est la précision donnée par cela même à chacun d’eux » (Archive n°4, p. 355).

48 Archive n°9 - 1907 : Benjamin Bourdon (1860 – 1943). « La perception du temps », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome LXIII (32e année), 1907, 449-491 - Auteurs de la notice : Serge Nicolas et Alexia Baudouin.

49 Cf. la notice de Serge Nicolas et Alexia Baudouin qui précise que Bourdon a fréquenté le laboratoire de Wundt à Leipzig avant de fonder, en 1896 à Rennes, le premier laboratoire universitaire français de psychologie expérimentale.

50 Hier comme aujourd’hui, le credo de la psychologie expérimentale se réfère toujours aux principes de la méthode élaborée par Claude Bernard et dont voici le rappel : « Il y a deux choses à considérer dans la méthode expérimentale : 1° L’art d’obtenir des faits exacts au moyen d’une observation rigoureuse ; 2° L’art de les mettre en œuvre au moyen d’un raisonnement expérimental afin d’en faire ressortir la connaissance de la loi des phénomènes » (cité par Fraisse, 1988, p.29).

51 On sait que Maurice Halbwachs, fidèle à l’enseignement qu’il avait reçu de Bergson, opposait le temps mathématique et le temps vécu (1950, p. 94), d’où cette distinction entre la géométrie (durée quantitative) et la substance (durée qualitative) du temps. Beaucoup plus tard, William Grossin se servira de cette conceptualisation dans ses analyses des temps professionnels (1974, pp. 126-129).

52 Nous faisons ici référence à Michon dont le modèle cognitiviste ne supporte pas l’expression perception du temps : « Time is not a perceptual dimension, but a construction a posteriori, based on the dynamic structure of perceptual field » (Michon, 1990, p. 42). Rappelons que Michon distingue la représentation explicite du temps reconnaissable à sa composante épisodique, analogique ou formelle de la représentation implicite du temps dont la manifestation la plus courante est le timing (ajustement d’une conduite sur un mouvement perçu qui par apprentissage ou force de répétitions devient automatique, comme par exemple le jeu de tête du footballeur).

53 Archive n°10 - 1907 : Gabriel Revault d’Allonnes (1872 – 1949). « Dissociation du sentiment du temps. Psychologie du temps » in Les inclinations. Leur rôle dans la psychologie des sentiments (Extrait, pp.159-171). Paris : Alcan - Notice : Jean-Marc Ramos.

54 En effet, dans sa notice sur Bourdon, Serge Nicolas signale une référence antérieure de quelques années qui porte déjà ce titre mais en langue anglaise. Il s’agit d’un article d’Herbert Nichols publié en 1890 (The Psychology of Time, American Journal of Psychology, 3, pp. 453-529). Pour être complet sur cette publication au titre fondateur, déjà repérée et commentée par Fraisse dans sa Psychologie du temps, il convient de préciser que l’article de Nichols est tiré de sa thèse de doctorat mention « Philosophy in Psychology at Claks University » (Massachussetts). Le texte de cette thèse a fait l’objet d’un second article paru dans le volume suivant de la même revue (4) avant d’être réimprimé sous la forme d’un ouvrage de 140 pages que nous avons listé dans notre bibliographie in fine. Voici le commentaire de Paul Fraisse sur ce travail : « Nichols, dressant en 1890 une revue de positions contemporaines sur la psychologie du temps, s’étonne de ce que Kant ne fasse pas une fois allusion aux processus mnémoniques dans l’Esthétique transcendantale. C’est que précisément Kant ne s’attachait pas à la psychologie » (1967, p. 6). Il existe par ailleurs un compte rendu d’époque paru dans la Revue philosophique de la France et de l’étranger (1891, pp. 668-670).
Nous avons pu consulter cette thèse qui se présente essentiellement comme une compilation de recherches expérimentales relevant de la psychophysique, avec une partie consacrée aux erreurs d’évaluation des durées (Constant Erreur of Time-judgments) que Nichols présente plus en détails. À noter qu’une seule publication française est référencée dans cet ouvrage. Mais son contenu est jugé peu en rapport avec le sujet de la thèse (il s’agit d’un article d’Alfred Binet sur la concurrence des états psychologiques, paru en 1890).

55 L’extrait que nous reproduisons correspond au premier chapitre de la troisième partie intitulée « Les inclinaisons et la dissociation pathologique des sentiments » (1907, pp. 157-204). Par inclination, l’auteur entend « l’énergie active des formations physio-psychologiques complexes » (p.219). De son côté, Théodule Ribot, auteur de la Psychologie des sentiments (Alcan, 1896) préfèrera parler d’instinct (cf. notre notice).

56 Bien plus tard, à la fin de son chapitre sur les névroses et les psychoses, Éliane Amado Lévy-Valensi fera la même constatation qu’elle résumera de la manière suivante : « Il apparaît donc que tout trouble de la personnalité est indissolublement lié à un trouble de la temporalité, à une dyschronie ou à une achronie intérieure » (1965, p. 120).

57 L’expression pluralisme temporel était une façon pour Bachelard de montrer l’influence de la théorie de la relativité sur la manière de concevoir le temps aussi bien en physique qu’en philosophie et en psychologie : « le temps a plusieurs dimensions ; le temps a une épaisseur. Il n’apparaît continu que sous une certaine épaisseur, grâce à la superposition de plusieurs temps indépendants. Réciproquement, toute psychologie temporelle unifiée est nécessairement lacuneuse, nécessairement dialectique » (1936, pp. 105-107). En sociologie, la question du pluralisme ne sera examinée que bien plus tard. Elle fait l’objet d’un chapitre intitulé Multiplicité et hétérogénéité et des durées collectives dans le livre posthume d’Halbwachs que l’on peut résumer par la phrase suivante : « Il n’y a pas un temps universel et unique, mais la société se décompose en une multiplicité de groupes, dont chacun a sa durée propre » (1950, p.121). Mais c’est surtout à Georges Gurvitch que nous devons la théorisation la plus poussée du pluralisme temporel en sociologie, particulièrement dans son cours sur La multiplicité des temps sociaux où il propose une revue d’arguments (Einstein, Bachelard, Bergson, Piaget), concluant que « l’unité du temps » et son unidimensionnalité n’étaient que des « mirages » (1958, p. 7).

58 L’influence de Bergson sur Proust est une question controversée (on lui préfère parfois celle de Guyau). Cette hypothèse doit beaucoup à la proximité onomastique de Bergson avec Bergotte, le nom du personnage à clé qui apparaît dans À la recherche du temps perdu. Voici ce qu’en pensait l’un des meilleurs spécialistes de Proust : « Il a tiré le nom de Bergotte de « M. Bergeret », le héros de la tétralogie de [Anatole] France : Histoire contemporaine ; mais c’est aussi l’anagramme de Bourget, un romancier qu’il rencontra, nous le verrons, dans l’entourage d’un autre modèle d’Odette Swann. Pour les gens de la génération de Proust, ce nom ne pouvait manquer de suggérer aussi celui du philosophe Bergson, et sans doute en était-il de même pour Proust qui était un cousin par alliance de Bergson ; mais quoique l’influence de la philosophie bergsonienne sur le roman de Proust ait été considérable, il n’y que peu de Bergson dans Bergotte » (Painter, 1967, p. 110).

59 Nous retrouvons le même argument dans toute l’œuvre de Bergson, comme ici dans La pensée et le mouvant : « Cette durée, que la science élimine, qu’il est difficile de concevoir et d’imaginer, on la sent, on la vit » (1934, p. 10).

60 Archive n°7 - 1902 : [Henri Bergson (1859 – 1941)]. « Cours de M. Bergson - Collège de France : L’idée de temps », Revue de philosophie, tome II, 828-832 - Notice : Florence Lacoma Iborra.

61 C’est en parcourant le premier tome des Annales bergsoniennes que nous avons découvert l’existence de ce résumé dont le titre L’idée de temps s’accordait parfaitement avec notre projet d’édition (2002, p. 25). C’est pourquoi, après lecture, il nous a semblé opportun de le retenir pour cette anthologie, d’autant que ni ce résumé, ni le cours dont il est tiré, n’avait été publié dans l’ouvrage édité par Frédéric Worms. À la place, on y trouve la retranscription d’un cours en deux leçons intitulé L’histoire de l’idée de temps qui porte les dates du 5 et du 12 décembre 1902. Il est présenté par Arnaud François (2002, pp. 17-68). En fait, ces deux leçons qui ont très peu à voir avec les notions de temps et de durée, constituaient le deuxième volait de l’enseignement de Bergson au Collège de France qui en comptait trois : « Il avait parlé, en 1901-1902, de l’idée de temps en elle-même [c’est notre résumé], et il prolongea, en 1903-1904, par l’étude des théories de la mémoire » (2002, p. 17). Le cours sur L’histoire de l’idée de temps donné en 1902-1903 et repris dans les Annales, constituait donc le second volet de ce triptyque ; l’origine du document étant une saisie sténographique effectuée pour l’écrivain Charles Péguy (2002, p.6).

62 Dans le résumé du cours, ce point de vue est qualifié « métaphysique » en raison de son caractère spéculatif.

63 Cf. notre note 19.

64 Voici ce que Paul Fraisse écrivait à propos de Bergson dont il connaissait parfaitement l’œuvre : « En tant que psychologue, je dois dire qu’à cette époque le behaviorisme était à son sommet, et personne n’aurait été assez dément pour se référer à la pensée du grand Bergson. Sa méthode était l’introspection, et en vérité le mot introspection est trop faible pour qualifier la pensée de Bergson qui parlait toujours d’une introspection profonde qu’il préférait appeler intuition » (1988, p.223). Et plus loin, il résume la pensée bergsonienne par cette formule : « Pour lui, comme nous l’avons dit, le temps n’est pas pensé, il est vécu » (p.225).

65 Voici ce qu’écrit Durkheim à propos des proverbes et de leur « décadence » dans les sociétés modernes. « La diminution du nombre des proverbes, des adages, des dictons, etc., à mesure que les sociétés se développent est une autre preuve [après l’affaiblissement de la religion] que les représentations collectives vont, elles aussi, en s’indéterminant » (1893, p. 144). Sur le plan formel, il observe qu’un « proverbe est l’expression condensée d’une idée ou d’un sentiment collectifs, relatifs à une catégorie déterminée d’objets » (1893, p. 145). Quant à l’audience des proverbes, si elle tend à se restreindre, nous dit Durkheim, c’est parce que « ces formules brèves finissent par devenir trop étroites pour contenir la diversité des sentiments individuels » (1893, p. 145).

66 La vraie date de l’édition est celle qui figure au bas de la préface (« Château de Rivières, juin 1881 »). Les autres dates correspondent à la publication des listes en revue, dans plusieurs livraisons de l’année 1877 (pp. 246-270 ; pp. 461-487 ; pp. 725-746) et une seule pour l’année suivante (1878, pp. 609-645).

67 Archive n°2 - 1881 : Edmond Baron de Rivières (1835 – 1909). « Inscriptions et devises horaires », Extraits du Bulletin monumental, 1877 et 1878 - Notice : Gabriel Ramos.

68 Nous avons effectué, avec la méthode Alceste, plusieurs traitements de données sur des corpus de devises anciens et plus modernes. La comparaison des résultats entre hier et aujourd’hui montre une évolution conséquente de la représentation collective du temps qui se traduit par le passage d’une conception théocentrée à une conception égocentrée (Ramos et Reinert, 2004 ; Ramos, 2008).

69 En latin, pour la version qu’en donne Boursier dans son livre 800 devises de cadrans solaires où il propose une catégorisation très intéressante des devises tirées de plusieurs corpus dont fait partie celui du Baron de Rivières : « La devise est le langage du cadran solaire, comme la lumière est son âme. C’est par la devise qu’il communie avec l’homme : Quid emittit eloquium meum terrae » (1936, p. 1).

70 Voir particulièrement les Inscriptions françaises (Archive n°2, pp. 50-56), dont voici quelques exemplaires : « L’ombre fuit. La mort approche », « Craignez la dernière », « Le temps fuit. La mort suit », « Nos jours passent comme l’ombre », « L’homme décline comme l’ombre », « L’heure fuit, l’éternité approche », « Le temps passe et toi aussi », « Regret pour celle qui fuit, effroi pour celle qui arrive », « La vertu exceptée, tout passe comme l’ombre », etc. D’autre part, sur la question de la conformité de l’épigraphie gnomonique avec la codification des devises telle qu’elle a été définie par l’emblématique (les règles fixées par la tradition), on pourra se reporter à notre article (Ramos et Reinert, 2004, pp. 23-24).

71 Par exemple, comme celles-ci : « Enfant souviens-toi que je sers à marquer le temps que tu perds », « Imitons-le, travaillons sans relâche », « N’en perds aucune », etc. (Archive n°2, pp. 59-60).

72 Cf. les Inscriptions bachiques : « Hora bibendi », « Hic : nec plus ultra », «  C’est l’heure de boire », « A toute heure soyez les bienvenus », etc. (Archive n°2, pp. 73-75).

73 Dans l’ouvrage de Fraisse (Psychologie du temps, 1967) comme dans celui de Sivadjian (Le temps, 1938) dont les objectifs sont très ambitieux comme l’indique leur titre respectif, il est intéressant de noter que la question linguistique (ici l’origine du mot temps) est posée et résolue dès les premières pages de leur Introduction par une même référence à l’article de Regnaud (Fraisse, p. 1 ; Sivadjian, p. 5).

74 Archive n°3 - 1885 : Paul Regnaud (1838 – 1910). « L’idée de temps. Origine des principales expressions qui s’y rapportent dans les langues indo-européennes », Revue philosophique de la France et de l’étranger, tome XIX (10e année), 1885, 280-287 - Notice : Gabrielle Varro.

75 Pour Michel Serres (1988), le tempus latin renverrait plus largement à l’idée de mélange. Il serait à l’origine du vocabulaire météorologique et psychologique, qui aurait la même racine temp si l’on se réfère à certains mots comme « intempérie, température, tempête » qui désigne le mélange des conditions atmosphériques (milieu ambiant, exogène) et « tempérament, tempérance » pour le mélange plus ou moins harmonieux des anciennes humeurs qui composaient la personnalité (milieu intérieur, endogène).

76 Pour une petite revue des « figures imagées du mouvement du temps », on pourra se reporter à l’article de Jean Chesneaux (2004, pp. 98-99).

77 Archive n°5 - 1886 : Arthur Rimbaud (1854 -1891). Les Illuminations « Barbare ». Paris, Publications de La Vogue, 11-12 - Notice : Jean-Marc Ramos.

78 Voici le passage de lettre à Paul Demeny (15 mai 1871) dans laquelle Rimbaud formule sa théorie du poète voyant, fondement de l’esthétique du dérèglement :
« Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant.
Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, — et le suprême Savant ! — Car il arrive à l’inconnu ! Puisqu’il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu’aucun ! Il arrive à l’inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l’intelligence de ses visions, il les a vues ! Qu’il crève dans son bondissement par les choses inouïes et innombrables : viendront d’autres horribles travailleurs ; ils commenceront par les horizons où l’autre s’est affaissé ! » (À Paul Demeny, 2009, p.344).

79 Pour une revue d’arguments sur l’hypothèse de la « simulation de la folie » chez Rimbaud, on pourra se reporter aux articles que nous avons publiés sur la question (Ramos, 1991, 1993, 1995, 1997, 2011).

80 Sur l’origine du concept, son utilisation en psychanalyse et sa résonnance dans le poème de Rimbaud, voir notre article et ses notes (Ramos, 2011).

81 Article d’Élisabeth Roudinesco sur le livre de Jean-Bertrand Pontalis (1997) paru dans Le Monde des livres du 30 mai 1997, sous le titre « Train de rêves »

82 La création de la première revue canonique dans ces deux disciplines s’inspire de L’Année philosophique dont la première livraison date de 1890 (avec au sommaire un article sur Jean-Marie Guyau récemment décédé). Le premier numéro de L’année psychologique paraîtra en 1894 et celui de L’année sociologique en 1898.

83 Le concept de temporalité n’est toujours pas présent dans la dixième édition du Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande, datée de 1926.

84 William Grossin (1914-2005) a consacré toute sa carrière à promouvoir la recherche sur les temps en sciences humaines et sociales. Son rôle dans le développement de la sociologie des temps sociaux et comparable à celui de Paul Fraisse pour la psychologie du temps. Il a laissé une œuvre personnelle très stimulante. Il a notamment fondé et animé le bulletin de liaison des Temporalistes (1984-2002), et contribué de manière décisive, peu de temps avant sa disparition, à la création de la revue scientifique Temporalités (http://temporalites.revues.org/). Nous lui avons rendu hommage à diverses reprises (Ramos, 2000 et 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Ramos, « L’idée de temps dans les archives des sciences humaines et sociales à l’aube du nouveau siècle (1876-1909) », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2943 ; DOI : 10.4000/temporalites.2943

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Ramos

IRSA – Montpellier III
jean-marc.ramos@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page