Navigation – Plan du site
10 ans de Temporalités : Passé, Présent, Avenir

Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care

Marc Bessin

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article fait suite à une intervention lors de l’assemblée générale de Temporalités en septembre (...)

1L’analyse des temporalités de l’action constitue une entrée pertinente pour aborder les rapports sociaux de domination. À sa manière, la revue Temporalités a perpétué cette tradition des sciences sociales qui observent les inégalités et les différenciations sociales, analysent leurs logiques, en insistant sur les relations étroites entre temporalités et pouvoir (Bourdieu, 1997). Mais les articles de Temporalités, à l’exception d’un dossier sur les temps sexués de l’activité (Bessin et Gaudart, 2009), se sont surtout penchés sur la traduction temporelle des inégalités de classe. En ce sens, la revue ne fait qu’illustrer la manière dont la sociologie francophone, majoritairement mobilisée sur ces questions, continue de privilégier une lecture du pouvoir déterminé par la classe sociale, au détriment d’autres formes de domination qui s’exercent dans les rapports sociaux de sexe, de race ou d’âge. L’un des objectifs de cet article consiste à montrer que les structures de pouvoir gagnent à être observées à l’aune des temporalités, et que celles-ci sont constitutives de l’ordre du genre. Nous avions, dans le numéro 9 de Temporalités, longuement abordé cette sexuation du temps. Nous revenions sur la problématisation classique des rapports sociaux de sexe basés notamment sur la disponibilité temporelle des femmes (Collectif, 1984), permettant de proposer que les temporalités sont au principe du genre1.

2Je voudrais prolonger cette réflexion, en en tirant les enseignements pour le rapport d’âge qu’il convient d’intégrer plus systématiquement dans les débats sur l’intersectionnalité des rapports sociaux. Le parcours de vie est dans ce cadre à penser comme un processus d’attente et de circulation du care. Je soulignerai aussi à ce sujet, et ce sera le cœur de cette contribution, les enjeux à la fois temporels et sexués des prises en charge, de la solidarité et des interdépendances. Ces présences sociales ne se circonscrivent pas aux âges de la dépendance, l’enfance ou la vieillesse, mais à toutes les personnes qui vivent leur relative autonomie grâce à des supports extérieurs, émanant de la division du travail, de dispositifs sociaux ou de personnes aidantes. C’est ce que soulignent les perspectives du care lorsqu’elles affirment que « nous sommes tous vulnérables » (Paperman, 2006). En France, depuis la publication en 2006 de l’ouvrage Le souci des autres, (Laugier et Paperman, 2006) on a assisté à l’essor des échanges et des controverses sur les éthiques, les politiques et les pratiques de care. Mais finalement, à l’exception de certains articles de ce numéro 9 de Temporalités, ces débats n’ont guère été abordés par une approche temporelle. Or cette lecture par les temporalités s’impose d’autant plus qu’elle met en lumière les enjeux de genre, et par-là même permet de politiser le care.

3Tel est le propos de cet article, qui présente pour ce faire le concept de présences sociales. La connotation phénoménologique du terme n’échappe à personne. Mais elle ne doit pas en nier pour autant la perspective matérialiste. Parler de présences sociales renvoie en effet, comme le care, à des dimensions à la fois pratiques et morales. En demandant qui est vraiment présent, cette approche s’imprègne des perspectives féministes telles qu’elles ont su renouveler la sociologie du travail en observant le privé autant que le public, l’invisible au-delà du formel. Cela permet aussi de considérer, par la dialectique présence/absence nécessairement induite par la notion, que certains supports ne s’expriment pas nécessairement en travail matériel, mais peuvent prendre des contours symboliques ou moraux, permettant de donner suffisamment d’appuis aux individus pour qu’ils contribuent eux-mêmes à leur prise en charge et suivent ainsi un processus d’autonomisation. Ainsi, les manières de répondre aux besoins d’autrui donnent lieu à des considérations et des évaluations parfois contradictoires. Cette diversité d’appréciation des interventions sociales, des politiques publiques ou des actions personnelles, profanes ou professionnelles, se traduit notamment dans la tension de toutes ces activités, entre la protection qu’elles procurent, d’une part, et le contrôle voire la punition qu’elles infligent, d’autre part. Cette tension inhérente à l’activité de veille et de présence renvoie à une structure de genre autant que de temps. Ainsi, la féminisation des métiers relevant davantage de la bienveillance et du soutien correspond au temps long de l’assistance sociale, du travail éducatif ou de prévention sanitaire alors que la masculinisation des métiers plus sécuritaires et répressifs s’incarne dans le temps court de la police, par exemple.

4L’approche phénoménologique qui sous-tend ce concept de présences sociales pose ainsi ces activités d’aide et de soutien en une énigme spatio-temporelle qui s’avère heuristique. Les présences sociales ne se limitent pas aux actions dans le présent, car elles peuvent étendre leur action dans le temps. Les présences sociales ne se bornent pas non plus à des aides ponctuelles dans l’interaction puisqu’elles circulent et peuvent s’effectuer à distance. J’y inclus également dans cette acception large les dispositifs et les supports sociaux liés à l’État social. Ainsi, le concept de présences sociales permet également de politiser le care en répondant aux critiques généralement faites à ces perspectives, qui réduisent le care aux solutions immédiates (encourager le présentisme ambiant) et à des relations dyadiques (favoriser la privatisation).

5En somme, la sociologie des présences sociales ouvre des pistes temporelles pour renouveler les débats sur la solidarité dans des perspectives phénoménologiques et féministes. Je développerai ces perspectives en trois parties. La première reprendra l’argument des liens inextricables entre temporalités et ordre du genre. La deuxième définira les présences sociales. La troisième développera ses enjeux de circulation dans l’espace (le care à distance) et dans le temps.

La temporalité au principe du genre

  • 2 L’anthologie d’auteurs importants ayant participé à La construction de l’idée de temps (Ramos, 2015 (...)
  • 3 C’est ainsi que les approches féministes ont largement délaissé tout le domaine des Future’s studie (...)

6Dès lors qu’il est abordé par des considérations spéculatives sur l’idée de temps, le temps reste souvent évacué des enjeux de pouvoir, en tout cas appréhendé de manière neutre du point de vue du genre. Autrement dit, c’est un temps masculin neutre, pensé le plus souvent par des hommes2. La critique féministe du temps a mis en lumière cette conception dominante et masculine du temps, en montrant les impensés de genre des approches universelles d’un temps linéaire, quantitatif et tourné vers le futur3. Elle a aussi systématiquement relativisé les considérations strictement formelles du temps en revalorisant des approches plus subjectives et morales. Si le temps objectif de la mesure a été largement utilisé pour dénoncer les inégalités entre hommes et femmes, c’est en reconsidérant autrement le temps, au-delà de ses formulations dominantes, que des perspectives intéressantes pour la critique féministe ont émergé dans l’articulation entre le genre et les temporalités.

Sémantique et pragmatique temporelles

Objectivation chronologique

7Dans sa version normative, la critique féministe a d’abord mis en évidence des inégalités entre hommes et femmes, à partir de considérations chronologiques et objectives. Cette première dimension du temps, celle du chronos, mobilisée pour mettre en évidence des répartitions inégales de temps imparti pour une activité, apparaît de façon évidente. Son usage s’est généralisé pour devenir hégémonique avec le développement du capitalisme. Ce temps de l’horloge universel et matériel, rationnel, linéaire et quantitatif, spatialisé dirait Philippe Zarifian (2001), permet de parler un langage commun. Il s’exprime en années, en heures ou secondes, ce qui permet aisément de l’additionner et d’entreprendre une comparaison. Cette objectivation progressive des processus s’est affirmée au point de devenir indépassable. La sémantique chronologique est en effet devenue dominante pour parler du temps, le représenter et le mesurer. Son hégémonie lui permet également de l’objectiver, en tant qu’outil de mesure. La mesure quantitative s’est imposée comme l’argument principal dans nos sociétés matérialistes. Elle donne un cadre pratique et universalisant de l’activité, toujours plus adaptée aux enjeux de la mondialisation.

8Avec le temps chronologique utilisé pour des « enquêtes emploi du temps », la « double journée de travail des femmes », dénoncée dans les luttes pour leurs droits et pour l’égalité entre les sexes, prend une teneur objective et incontestable, autrement dit elle trouve une confirmation scientifique. Dans ce type d’investigation, le temps est considéré comme un réceptacle d’activités définies à l’avance et séquencées de manière à ce que l’on ne puisse pas faire deux choses à la fois. Cette sémantique du temps est essentielle pour souligner, à des fins descriptives, normatives ou militantes, les engagements différenciés quantitativement selon les activités, ludiques ou domestiques, en comptabilisant les différents temps de travail, domestique ou salarié.

Subjectivation kairologique

  • 4 Pour une critique plus développée des limites des enquêtes budget temps face aux activités de care (...)
  • 5 En ce sens, parler de la dispersion et d’engagements multiples au travail sans en souligner les car (...)

9Si la critique féministe s’est largement appuyée sur la dimension chronos du temps pour illustrer l’ordre patriarcal à dénoncer et la domination masculine à combattre, elle nous dit aussi que cet outil de mesure n’est pas neutre. Cette sémantique chronologique renvoie en effet à un temps masculin, pensé à partir de l’expérience des dominants. Car cette façon d’appréhender le temps n’est pas satisfaisante pour rendre compte et rendre surtout intelligible l’activité en général et le travail du care en particulier. Autrement dit, l’approche comptable du chronos ne peut pas complètement appréhender l’expérience ordinaire des femmes et plus largement des subalternes. L’argument de la disponibilité temporelle (Collectif, 1984 ; Chabaud-Rychter et al., 1985) a permis de montrer les limites de cette conceptualisation chronologique du temps, dont la logique d’utilisation des enquêtes budget temps est une illustration. Utile pour objectiver l’activité et sa répartition différenciée, cette méthode d’enquête n’en demeure pas moins largement inappropriée pour décrire l’expérience de l’activité, notamment l’activité des femmes, dans sa dimension morale4. Elle ne permet pas de concevoir la complexité du travail, l’intrication des temps publics et privés, la mobilisation de dimensions subjectives et morales dans l’activité professionnelle, la capacité de s’engager professionnellement tout en maintenant une vigilance à demeure et autour de soi, en assurant une présence dans d’autres sphères d’activité, notamment familiale et domestique5. Bien davantage qu’une double journée de travail mise au jour par les mouvements féministes dans cette formulation comptable, l’expérience temporelle des femmes au travail consiste en une « vie en deux » qu’il convient de gérer (Haicault, 1984) comme une « double présence » (Balbo, 1978). La notion de présence est ici particulièrement appropriée pour approcher une certaine subjectivation du temps. Au-delà du quantum de temps, elle permet d’aborder la nature de l’engagement dans l’activité, qui peut se faire sur plusieurs fronts à la fois. Il s’agit d’évoquer à la fois la disponibilité et la responsabilité temporelles, qui constituent les deux principales caractéristiques des temporalités de l’expérience des femmes dans la division sociale et sexuelle du travail.

10Les femmes y sont responsables de la synchronisation et de la gestion quotidienne des rythmes temporels de l’ensemble des proches, les situant ainsi dans une disponibilité temporelle permanente pour autrui. Dans ce cadre, un rapport au temps basé sur l’anticipation et la prise en compte de l’autre (et de sa temporalité) les construit en tant que femmes, qui deviennent ainsi « naturellement » dans la relation, l’aide et la réparation, autant d’activités s’effectuant dans la discrétion voire l’invisibilité. Une seconde dimension du temps permet de l’exprimer, celle d’un temps plus pragmatique de l’interaction, de l’anticipation et du jugement, une conception kairologique permettant d’appréhender l’action en train de se faire, dans toutes ses dimensions qualitatives. Le bon moment (kairos) pour agir n’est pas tant programmé à l’avance (autosuffisant comme dans le chronos) que le fruit d’un jugement en situation prenant en compte les protagonistes, les normes et les valeurs qui y sont engagés, mais aussi les conséquences que l’action implique, à tous les niveaux. Il relève du rapport à l’autre, de l’anticipation et de la responsabilité, tout en étant conditionné par la disponibilité. En ce sens, outre la proximité phonétique, fortuite il me semble, le care relève du kairos, lequel, du fait de l’élaboration située de l’opportunité et de sa dimension qualitative, ouvre à des dimensions morales du temps. Plus proche de la tactique que de la stratégie, du tact et de la ruse que de la programmation et de l’imposition (Bessin, 1998), ce temps kairologique permet de mieux décrire l’action, notamment des dominés : cette temporalité, qui s’écarte d’une conception de l’emploi du temps où les activités sont réparties pour insister sur la pratique, est en ce sens productrice des rapports de pouvoir. On passe ainsi de l’usage du temps à la production de temps, et donc de rapports sociaux.

11Ou pour le dire autrement, le genre étant considéré comme un rapport social hiérarchisant les rôles sexués, en les naturalisant et les invisibilisant, et qui produit une socialisation formatant des hommes et des femmes, ce système de genre repose sur une construction du rapport au temps. Une temporalité basée sur le rapport à l’autre et l’engagement dans la durée participe ainsi à la naturalisation des compétences « féminines », notamment celles de l’anticipation et de la responsabilité. Ce qui permet de dire que les temporalités sont au principe du genre.

Âge, parcours de vie et care

  • 6 Dernièrement, on peut voir cette liste s’élargir, laissant parfois apparaître le rapport d’âge. Au (...)

12De cette considération, j’en tirerai rapidement quelques implications quant à l’âge et au parcours de vie. Les débats féministes sur l’imbrication des rapports sociaux, leur consubstantialité ou plus souvent leur intersectionnalité, en retiennent essentiellement trois : la classe sociale, la race et le genre. Les rapports d’âge sont plus souvent négligés dans les contributions sur l’intersectionnalité6, alors que la dimension temporelle, évidente, de ce rapport social en renforce la pertinence, compte tenu de l’intrication suggérée plus haut entre temporalités et genre. Je me contenterai de prolonger ici mon propos en considérant l’âge comme une catégorie imbriquée au genre, du fait des attentes de care qui structurent le parcours de vie.

La dimension sexuée de l’âge

13Les entrées empiriques pour illustrer cette proposition ne manquent pas. Les politiques publiques mobilisent souvent un âge chronologique identique pour tous et toutes, critère universel réputé de ce fait démocratique et égalitaire alors que l’exemple des retraites montre que son usage ne fait que renforcer les inégalités de genre du fait des carrières professionnelles morcelées des femmes. La différenciation sexuée des calendriers privés relève de cette problématique temporelle du genre. L’avancée en âge et l’expérience du vieillissement sont éminemment genrées (on évoque le mûrissement des hommes, le vieillissement des femmes) et pour prendre un aspect occulté par les sciences sociales du vieillissement, celui de la sexualité, force est de constater à quel point genre et âge sont imbriqués (Bessin et Blidon, 2011). Les règles d’ordonnancement croisé des âges et des sexes rappellent aussi que ce sont les femmes qui sont vieilles et qui sont veuves. L’exemple des âges limites pour faire famille et de la parentalité tardive montre l’efficace de la naturalisation des différences sur lequel repose l’ordre du genre, leur sociologie permettant d’en restituer les logiques biographiques et sociales (Bessin et Levilain, 2012). Les recherches sur l’entrée en sexualité confirment que l’âge ne dit rien sans préciser le genre, et que l’inculcation des rapports au temps est constitutive de ces différences. Les jeunes filles sont plutôt responsabilisées et inscrivent leurs relations dans la durée, en tout cas ont un rapport plus temporalisé à l’amour et la sexualité, alors que les jeunes garçons inscrivent davantage leurs premiers amours et premières fois dans une logique de plaisir et de consommation immédiats (Bozon, 2009). On pourrait démultiplier les entrées, concrètement, il résulte du système de genre qu’une femme et un homme n’ont pas du tout les mêmes perspectives au même âge. Et il serait paradoxal de prendre au sérieux l’argument physiologique et universel de l’avancée en âge, alors que les sciences sociales ont mis au jour à quel point la naturalisation des catégories était politique et que la biologie à l’état pur n’existait pas. Les sexes sont construits par le genre, et donc par les temporalités, jusque dans leur matérialité. Ainsi, l’espérance de vie plus longue des femmes n’est-elle pas à considérer également au regard des socialisations différenciées au risque, à la prévention, à la responsabilité, aux conséquences de ses actes ? C’est ainsi qu’un rapport au temps basé sur la continuité, l’anticipation, la disponibilité, l’attention à la durée et le rapport à autrui contribue à prolonger le parcours de vie des femmes.

L’âge dans l’imbrication des rapports sociaux

14Les sociologues britanniques Sarah Arber et Jay Ginn proposent dans leurs nombreuses contributions sur gender and ageing de dénaturaliser l’âge, comme on a dénaturalisé le sexe, en faisant éclater l’âge en trois significations, l’âge chronologique, l’âge social et l’âge physiologique, qu’il conviendrait alors de considérer au regard des différenciations sexuées (Arber et Ginn, 1995). Dans cette veine, et pour prolonger mon propos sur le principe temporel du genre, il convient au moins de distinguer l’âge chronologique, traditionnellement considéré comme une variable universelle, neutre et démocratique, des positions relationnelles sur le parcours de vie répondant à des attentes et des anticipations, fortement sexuées. Cette distinction permet d’aborder les rapports sociaux d’âges comme rapport de pouvoir. Et il me semble que c’est fortement négliger la dynamique du monde social, en se résignant à sa vision fixiste, que d’exclure l’âge des débats sur l’intersectionnalité du fait du caractère mobile des classes qu’il produit. Les contributions sur la mobilité de sexe plaident en tout cas pour intégrer des approches plus pragmatiques sur l’imbrication des rapports sociaux, en considérant le rapport de pouvoir produit par la situation, sans forcément présupposer que le sexage (Guillaumin, 1992) y ait systématiquement fait son œuvre. Et la conjonction des logiques temporelles qui sous-tend ces situations permet d’en cerner la complexité, à l’articulation du genre et de l’âge (sans omettre ce que d’autres dimensions apportent à cette complexité, la classe sociale, la race, etc.).

Le parcours de vie : un système d’attente et d’anticipation de care

15Le parcours de vie est sexué, du fait également qu’il s’agit essentiellement d’attentes et d’anticipations de care. Formaté par des processus biologiques qui sont fortement adaptés pour ne pas dire construits par des logiques sociales, il est constitué de phases plus ou moins caractérisées par la nécessité impérieuse de soins. Ceux administrés aux jeunes enfants, aux personnes âgées, aux malades ou aux handicapés impliquent des activités de care relevant d’une temporalité socialement conjuguée au féminin. Mais cette construction sexuée des âges ne se limite pas à certaines étapes critiques, car l’interdépendance entre les personnes, soulignée par les approches du care, propage tout au long de l’existence les implications morales et pratiques d’activités pour autrui. Les soutiens, aides, accompagnements, assurances ou droits, matériels ou symboliques, constituent autant de dimensions à la fois morales et pratiques pour que les individus, quelle que soit leur position sur le parcours de vie, leur fragilité, puissent développer des capacités d’agir au-delà de leur dépendance intrinsèque à autrui. Ces présences sociales, particulièrement visibles aux âges de la vie marqués par le besoin absolu de soin, sont ainsi assurées à tous les moments du parcours de vie. Elles permettent, par leur capacité à laisser des traces, à circuler et à fonctionner sur le registre du don et de la dette, de maintenir des effets de présence dans le temps qui s’exercent aussi à travers les générations. En effet, outre les airs de famille entre les approches du care et le paradigme du don, liés à leur dévalorisation commune dans un monde utilitariste (Chanial, 2011), les engagements et les dettes qu’ils impliquent permettent un rapprochement des problématiques, notamment d’un point de vue temporel. Parce que tout le monde a été dans un besoin absolu de soin, et a l’assurance qu’il le sera à l’avenir lorsqu’il sera malade, invalide ou vieux dépendant, les activités qu’il met en œuvre pour répondre aux besoins d’autrui s’inscrivent dans cette logique intergénérationnelle de réciprocité différée dans le temps qui n’est pas nécessairement interindividuelle. Ces présences intergénérationnelles n’obligent pas avec la même évidence pour tous et toutes. C’est là que les prédispositions de genre, du fait de la socialisation sexuée à cette conscience du temps et de ce qu’il engage sur la durée, assignent les femmes à anticiper l’avancée en âge et à appréhender les normes d’âge en fonction de leurs engagements vis-à-vis de leurs proches, ascendants, descendants et conjoints, au détriment souvent d’autres engagements, professionnels notamment. Les présences intergénérationnelles, mais aussi intragénérationnelles, sont ainsi attendues des femmes, qui le paient en se mettant systématiquement en retrait pour leurs carrières professionnelles.

Les présences sociales : éléments de définition

16Qu’apporte le concept de présence aux approches du care ? Il souligne d’abord cette co-construction du genre et des temporalités dans les manières d’appréhender l’accompagnement et le souci de l’autre, et le soin à lui apporter. Il permet aussi de poser la question de la temporalisation sans forcément la supposer dans les activités de care : certaines réponses apportées au besoin d’autrui peuvent par exemple se limiter à un souci circonscrit au présent, dans l’urgence. Il ouvre aussi la possibilité d’un care procuré à distance, d’une présence des absents : les présences ne se limitent pas à l’interaction, l’impact des politiques sociales pouvant y participer. Il met aussi en lumière les tensions du care, entre bienveillance et surveillance. Pour en montrer les apports, je vais revenir sur les dimensions fondamentalement temporelles du care, les usages savants et profanes de la notion de présence, et ce qu’ils apportent aux débats qui nous animent, pour en proposer ensuite une définition et ses implications pour les politiques publiques.

Les dynamiques temporelles du care

  • 7 Sur ce registre, on montrerait facilement en quoi les politiques publiques s’adossent sur des catég (...)

17Le care est un processus qui se développe dans le temps. J’ai montré que le parcours de vie est une succession de périodes d’injonction et d’obligation, d’attentes de care et d’assignation au care, d’anticipations et d’ajustements de ces besoins et des réponses à leur donner. En considérant ainsi de manière dynamique les différents protagonistes du care, il convient évidemment d’y intégrer les dispositifs culturels et politiques de prise en charge, tant en termes de droits7 que d’actes pratiques administrés par des professionnelles du care. Et dès lors, on retrouve à ces différents niveaux une logique de réciprocité dans la durée, selon le principe que notre vulnérabilité a été avérée, le sera, et est en tout cas potentielle. Tout comme les engagements personnels de tout un chacun pour l’accompagnement et les soins à un proche, mais qui sont surtout assignés aux femmes au regard de leur socialisation temporelle, les logiques d’assurance sociale relèvent aussi de ce principe. On peut faire appel au paradigme du don pour évoquer ces implications temporelles du care, la circulation et la réciprocité différée étant centrale, sans omettre toutefois que ces échanges ne neutralisent pas les rapports sociaux, puisque cette logique temporelle de la circulation les renforce au contraire. Parler de présences intergénérationnelles implique de prendre en compte ce système de devoirs et d’obligations induites par les logiques filiales, éminemment genrées comme le montrent notamment tous les travaux d’anthropologie économique (Weber et al., 2003, ; Narotzky, 2004).

18Un autre aspect du care renforce cet indéniable caractère temporel, au regard des mouvements migratoires qu’il induit. La chaîne du care mondialisé met au jour les rapports sociaux de race impliqués dans les prises en charges, mais aussi les circulations d’affects qu’elle sous-tend (Horschild, 2003). Les travaux récents sur ces circulations du care et la manière dont ces familles transnationales éclatées gèrent l’absence (Baldassar, Merla, 2013), rendent compte des multiples facettes dont les engagements affectifs et les soutiens fonctionnent, de part et d’autre. Quelles que soient les modalités (envoi d’argent, appels téléphoniques, skype, retours éventuels, etc.), les femmes pauvres parties prendre soin des enfants ou des vieillards plus riches, plutôt que de subir une double absence (Sayad, 1999) maintiennent ainsi une autre double présence.

19On le sait, Joan Tronto (1993) a magistralement décrit le caractère processuel du care avec ses différentes phases, morales et pratiques, allant de la reconnaissance d’un besoin, des solutions mises en œuvre, à son exécution pratique et sa réception. Le temps du care n’est dans cette description pas un contenant abstrait, mais un contenu concret incluant les attentions, les anticipations, le tact tout autant que ses aspects plus matériels, jusque dans le « sale boulot ». Toujours discret et invisibilisé, il relève du kairos comme je l’ai dit plus haut.

Les usages de la présence

20Parce qu’elle est mobilisée dans le sens commun, avec des acceptions à la fois pratiques et morales, la notion de présence me semble pertinente pour parler du care. Dans son sens d’origine le plus neutre (du latin prae-esse : ce qui est présent, devant nous, à portée de main et de toucher ; autrement dit : être là, ici et maintenant, dans la situation), aucune indication ne signale la teneur ou l’intensité de l’engagement dans l’activité supposée. En parler en ces termes peut même suggérer un relatif désinvestissement lorsqu’est attendu autre chose qu’une « simple présence ». Mais à l’inverse, on peut utiliser l’expression pour insister sur l’investissement (se sentir concerné par ce qui est là), les implications, matérielles et affectives intrinsèquement liées, du fait d’être là, avec ce que ça suggère pour répondre aux attentes de la situation. Ainsi, on « assure une présence » lorsqu’on répond aux besoins des personnes que l’on assiste ou soigne, qu’il s’agisse d’une aide très concrète (laquelle présuppose une sollicitude et une attention suffisantes pour en percevoir le besoin) ou d’un réconfort moral. La notion est parfois connotée très positivement, comme au théâtre quand on dit d’un acteur qu’il « a une présence » sur scène. En parler de manière impersonnelle peut toutefois évoquer une ambiance, une atmosphère liée à la situation qui suggère des entités y intervenant sans qu’elles ne soient clairement identifiées. « Ressentir une présence » indique implicitement une action protectrice ou parfois menaçante, dont on situe mal l’origine. Le mystère qui en émane renvoie souvent au registre des croyances ou plus clairement de la religion. Les ouvrages français qui mobilisent le terme « présence » dans leur titre relèvent en effet majoritairement du domaine spirituel ou religieux. Les personnes qui invoquent la « présence de Dieu » y voient la marque d’un supplément d’âme à la situation, réel à leurs yeux bien qu’objectivement indescriptible.

21Les usages professionnels et savants éclairent aussi sur le potentiel heuristique de la notion, marquée par la phénoménologie, j’y reviendrai. Ainsi, il n’est pas étonnant qu’elle fasse partie des mots-clés de certains sports (capoeira, aïkido) et professions (ostéopathe, psychomotricien) autour de l’harmonie du corps. La profession infirmière, dans sa tentative de construction d’un savoir académique propre, en fait un de ses concepts centraux. Si ce processus est encore peu développé en France, les notions de « presence », « caring presence », « nursing presence », etc. sont au centre de nombreux essais théoriques dans les revues de sciences infirmières anglophones (Covington, 2003 ; Minicucci, 1997 ; Finfgeld-Connett, 2006 ; Hessel, 2009 ; Smith 2000 ; Zyblock, 2010). Ce sont les sciences de l’information et de la communication qui ont développé les premières une « théorie de la présence sociale » (Schort & al., 1976). Celle-ci conduit à chercher les indicateurs d’émotions et de communication circulant dans les interactions à distance. On y observe par exemple le degré d’engagement dans une conversation téléphonique, où effectivement les personnes sont plus ou moins présentes dans les échanges. On retrouve cette même préoccupation dans l’étude sur la présence des absents de Luc Boltanski (2007) pour étayer les engagements dans le régime de l’amour. Il y étudie les émotions transmises à des détenus dans un corpus de messages radiodiffusés dans une émission spécialisée.

  • 8 Il semble que ces jeunes suivis à la trace en sont informés, le coût d’une telle surveillance leur (...)
  • 9 C’est l’objet de la thèse que vient d’initier Pearl Morey à l’EHESS.

22Le développement des technologies de la communication ouvre de nombreuses possibilités de modifier le rapport à la distance et à l’absence. Qu’il s’agisse de domotique, de télémédecine ou de téléenseignement, ces domaines offrent une large palette de présences à distance, qui sont à l’origine de controverses éthiques importantes. En tout cas, ces moyens modernes permettent la transmission de care, qu’il convient aussi d’observer dans toute son ambivalence. La puce de géolocalisation que l’on met dans l’anorak d’un préadolescent pour le surveiller à distance8 est un récent exemple assez illustratif de cette distorsion, entre la sécurité qu’elle procure pour les parents et l’emprise panoptique qui font réagir certains psychologues effarés de ces évolutions éducatives. Pour les personnes âgées, ces outils de géolocalisation apparaissent la source d’un marché encore en devenir. Mais si nul ne peut nier l’importance d’un appel téléphonique régulier pour soutenir un proche âgé et solitaire, qu’en est-il lorsqu’on lui met un bracelet électronique qui rassure et en même temps donne parfois la possibilité de s’épargner de cette attention quotidienne ?9 Ces présences s’exercent entre une veille protectrice, bienveillante et pourtant surveillante jusque dans la contrainte.

23Cette ambivalence de la notion, identique à celle liée à l’accompagnement et le soin, s’illustre dans les deux secteurs professionnels qui la mobilisent le plus. Le travail social, d’une part, développe des « métiers de présence sociale » pour que certains quartiers par exemple soient dotés d’acteurs disponibles et susceptibles d’intervenir. Proche de la médiation ou du fonctionnement de structures bas seuil (accueillant par exemple sans condition de sevrage des usagers de drogue dans une logique de réduction des risques), cette modalité d’action sociale est en fait assez proche de celle de métiers traditionnels du travail social, actuellement en crise, comme les éducateurs de rue qui se rendaient disponibles, à l’écoute, pour entreprendre le moment opportun un possible travail éducatif envers certains jeunes en difficulté. D’autre part, le secteur professionnel et marchand où le discours de la présence fait florès est celui de la sécurité, plus largement de la surveillance et de la police, munie d’outils tels que la vidéo permettant de démultiplier les présences (vidéosurveillance, etc.). L’efficacité de la rhétorique de la présence joue ici sur l’ambivalence du terme, entre protection et répression. En fait, les deux secteurs sont traversés par cette tension propre à ces activités de veille, entre « veiller sur » et « surveiller », entre bienveillance et maltraitance, protection et punition. Ces tensions des présences sociales permettent d’insister sur les avertissements maintes fois prononcés à propos du care, qui ne se limite pas à son bon côté protecteur, lequel peut souvent déraper vers des tyrannies de l’attachement voire de la maltraitance (Molinier, 2004). Les présences parentales représentent sans doute l’exemple le plus connu de cette tension constante, dont relèvent les débats quotidiens entre parents et les questions qu’ils se posent sur la meilleure façon de faire autorité sur, avec, auprès… de leurs enfants. Au niveau des politiques publiques, le fait que les interventions de l’État soient traversées par cette schizophrénie constante n’est pas une nouveauté, les théories du contrôle social l’avaient largement signalé. L’équipe de Didier Fassin (2013) proposant une ethnographie des pratiques ordinaires de l’État, celles de ses agents tels que les travailleurs sociaux, policiers, surveillants de prison, etc. mobilise le concept d’économies morales pour mettre en évidence ces ambivalences. Mais cette approche, en se détournant des théories du care, nie la dimension fortement genrée de cette tension entre protéger et punir, constitutive de l’ordre du genre si l’on en revient aux logiques temporelles qui contribuent à l’ériger. Car loin de naturaliser la protection maternelle de la main gauche de l’État et l’autorité paternelle de ses fonctions régaliennes, c’est une approche temporelle des interdépendances qui permet de comprendre la division sexuée du travail social, sanitaire et sécuritaire. La tendance néolibérale contemporaine à la pénalisation de l’État social et sa re-masculinisation (Wacquant, 2013) est ainsi la résultante des renoncements à la temporalisation de l’intervention publique et à la généralisation de l’esprit gestionnaire et de son présentisme, jusque dans les secteurs sanitaire, éducatif et social.

Éléments de définition des présences sociales

24Le concept de présences sociales s’inscrit pleinement dans les études du care, il vient le préciser ou peut-être plus modestement en informer un segment par l’analyse temporelle. Il vient aussi compléter celui d’économies morales pour observer cette tension des politiques publiques, en insistant sur ses enjeux de sexuation. Ainsi, il a permis de contribuer à combler un impensé des recherches sur le travail social, y compris les plus novatrices formulées en termes d’économies morales, en interrogeant le déni du genre dans le secteur (Bessin, 2008). Les présences sociales viennent enrichir et politiser les perspectives du care en posant ses enjeux temporels et sexués. Une sociologie des présences sociales peut ainsi se définir par une description et une analyse des prises en charge et des pratiques d’accompagnement et de soins, ces activités professionnelles ou profanes étant observées comme des processus (attention et écoute, élaboration et coordination, émotions et actions concrètes, perception et réception…) et envisagées dans leurs dimensions à la fois morales et pratiques, dans leur tension entre protection et contrainte, à partir de leurs enjeux de temporalisation et de sexuation.

25Comme la sémiologie, qui mobilise de façon centrale le concept de présence pour interroger le sens émergeant des situations ou des expériences, cette sociologie pose aux protagonistes des présences la question du sens de celles qu’ils assurent ou dont ils bénéficient, à partir d’une démarche temporelle.

Les énigmes phénoménologiques des présences

26Les approches du care, outre les critiques machistes (« nunucherie », « affaires de bonnes femmes ») qu’elles essuient, font l’objet d’au moins deux types de critiques. Le care ne serait pas politique, disent en substance ces réserves émanant de la gauche de l’échiquier politique, pour différentes mauvaises raisons : le care serait privé alors que le politique traiterait de la chose publique ; le care serait personnel alors que le politique appréhenderait le collectif ; le care serait situé alors que le politique relèverait de considérations universelles ; le care serait limité au présent alors que le politique s’inscrirait dans l’épaisseur du temps historique et de la durée. Parler de présences sociales et ainsi bénéficier d’une posture phénoménologique et féministe à la fois permet d’aider à répondre à ces arguments. Il s’agit ainsi de problématiser le care en interrogeant d’une part les manières dont il peut circuler au-delà de l’interaction entre individu, d’autre part comment il peut s’exercer au-delà du présent.

L’énigme de la circulation

27La présence ne se réduit pas à l’interaction et ne relève pas simplement du privé. L’énigme phénoménologique des sensibilités de la présence nous permet de rapidement étayer cet argument. La circulation des émotions n’est pas conditionnée par la proximité. J’ai évoqué, à partir des pratiques de double présence des migrantes, certains enjeux de cette extension du care dans l’espace. Les nouvelles technologies permettent des formes d’attention qui sont traduites en pratique à distance. Ainsi, toute la coordination des soins à une personne malade ou dépendante n’est pas nécessairement effectuée dans la proximité, contrairement au travail concret, matériel et dévalorisé auprès de la personne. Cette conception large du care incite d’autant plus à se donner l’objectif de décrire et d’analyser la division sociale et sexuée des présences. Car si celles-ci sont socialement assignées aux femmes, la diversité des modalités de ces activités morales et pratiques impose de mieux en saisir les logiques, d’en observer plus finement le genre.

  • 10 Je remercie Claude Dubar pour m’avoir incité à approfondir cette question du symbolique. Le problèm (...)

28De ce point de vue, cet aspect des présences à distance ajoute une complexité aux discussions sur le care. En élargir le champ aux attentions et au concernement à distance ouvre en effet le débat sur la part du symbolique dans les présences sociales10. Une conception étriquée de la psychanalyse a pu s’appuyer sur la symbolique de la distanciation et du détachement pour consolider des rôles sexués très stéréotypés (l’autorité au masculin et la proximité au féminin). En ce sens, une traduction masculiniste de cette extension, qui reviendrait à relativiser le travail matériel de care au nom de l’importance des prises en charge à distance empreintes d’une autorité, d’un savoir ou d’une rationalité, pourrait anéantir tout ce que les approches du care ont apporté aux discussions sur les inégalités. Il convient au contraire, me semble-t-il, de concevoir les présences dans une articulation continue entre le symbolique et le matériel, pour mieux en interroger les enjeux et continuer à se saisir des questions classiques posées par le care : qui fait quoi ? De quelle manière ?

29La dynamique de cette problématisation extensive du care permet aussi de l’inscrire au cœur des débats sur les solidarités. Les présences sociales sont multiples et variées, assurées par des profanes ou des professionnelles, mais aussi par des entités non humaines. On pourrait aussi considérer que des présences de la société (Piette, 2012) sous formes de droits, d’assurances, de politiques publiques ont des répercussions de l’ordre du sensible en étayant les personnes. C’est l’idée de supports sociaux développée par Robert Castel (2003) qui participent des présences sociales en procurant la garantie de statuts et le maintien des identités. C’est en ce sens que l’État social fait œuvre de présences, l’idée générale de réduction des incertitudes et de l’insécurité sociales pour les individus (ce que recouvre le terme « assurance »), étant fondamentale dans la possibilité de se projeter, en tout cas de se temporaliser.

L’énigme de la temporalisation

  • 11 Ce mouvement producteur de différences correspond au fameux mot de différance : alors que différer (...)

30Car la présence ne se réduit pas au présent. Loin de constituer un énième indicateur du présentisme, de la réduction des horizons temporels, de l’urgence, de l’immédiateté assez caractéristique d’une crise contemporaine du politique (Hartog, 2003 ; Rosa, 2010), observer les présences consiste justement à analyser leur capacité à articuler « horizons d’attente » et « champs d’expérience » (Kosseleck, 1990). C’est l’une des préoccupations majeures des phénoménologues : les actes de présence se limitent-ils au présent ? Ou passent-ils immédiatement au passé ? Ou ont-ils la capacité à ce que cette présence au présent soit à venir ? Jacques Derrida, notamment, accorde à la présence une place importante dans toute son œuvre, en l’articulant à l’absence et en refusant de l’enfermer au présent. En élaborant une pensée de la trace et de l’écriture, il met en question l’idée de saisir cette présence pleine, fondée sur la détermination de l’être en tant que présence. Il faut au contraire chercher l’articulation binaire présence/absence et déconstruire l’autorité du présent, en concevant celui-ci comme « une fonction dans une structure de renvoi généralisé ». La présence est toujours travaillée en deçà et au-delà du présent, elle demeure en l’absence ou dans le manque. À l’inverse, l’absence est également traversée par de la présence11. En tout cas, c’est dans cet esprit que Jacques Derrida conçoit la justice, comme une responsabilité au-delà du présent, vis-à-vis des générations futures ou de ceux qui sont déjà morts. Il reprendra, à propos de l’événement, cette faculté de la présence à s’étendre dans l’épaisseur du temps, afin de déconnecter l’événement du présent.

31Cet ultime apport du concept montre son importance au regard des politiques sociales et des débats pour renouveler les solidarités. La caractérisation temporelle d’un care, précisé par le concept de présences sociales, permet donc de réfuter l’argument qui voudrait l’opposer à l’État social, dont c’est justement l’objectif que de préserver les individus d’une « vie au jour la journée ».

Politique de la présence : repenser l’État social

  • 12 « Ainsi donc la société existe en situation, avec des modes de présence spécifiques qui ne sont ni (...)

32J’ai tenté de montrer que les critiques généralement formulées à l’encontre du care pour penser les solidarités (globalement celle de la privatisation autour de la relation dyadique et celle du présentisme) étaient infondées pour peu que l’on intègre bien les enjeux temporels et sexués du care, ce que permet la sociologie des présences sociales. Cette conception ouvre aussi à des considérations plus normatives, qui me permettront de conclure. Je partage les craintes formulées par Robert Castel d’une responsabilisation individuelle toujours plus synonyme de réduction des protections et d’exposition à la précarité, face aux évolutions actuelles des politiques sociales, sous couvert d’activation. Mais force est de constater qu’en appeler à la seule évocation des droits et de la protection s’avère insuffisant. C’est pourquoi les présences sociales constituent un dispositif de la société, en reprenant l’idée durkheimienne de présence située de la société12, qui tente d’articuler ces garanties avec une logique de besoin. Les présences individuelles ne sont pas supérieures dans cette conceptualisation, elles s’ajustent à des manques, de plus en plus importants au regard de la crise des protections. Mais l’idée de présence de la société évite une conception infernale d’une présence qui rendrait quiconque moralement responsable du malheur des gens, en acceptant au niveau des individus une sorte de droit à l’absence, malgré les atrocités qui les entourent, que permettent les systèmes sociaux de protection et d’assistance. Au demeurant, quand ces systèmes échouent, les dilemmes moraux sur nos présences à assurer se multiplient.

  • 13 L’exemple des catégories d’âge pourrait une fois encore être repris. Elles sont mobilisées dans les (...)

33En tout cas, les temporalités sexuées du care sont assez révélatrices du défi posé aux sociétés démocratiques acceptant le principe d’un politique porté par le privé. En postulant la vulnérabilité comme expérience ordinaire, n’y a-t-il pas possibilité de passer à un modèle de personne sujette à des besoins sans se démunir du filet de sécurité contre l’arbitraire que proposait le modèle du sujet de droit ? C’est aussi ce type de perspectives que les analyses temporelles du care ouvrent en s’imposant dans les discussions sur le renouvellement de l’État social, à même d’être attentif aux inégalités qu’il renforce en s’appuyant sur des catégories abstraites et universelles13. Car si le care et l’État social ne sont pas incompatibles, les présences que celui-ci devrait assurer doivent mieux s’adapter aux situations souvent inédites. Les protocoles sous-jacents des régimes d’assurance élaborés en période de stabilité et de croissance ne représentent plus forcément les modalités pour accompagner les besoins contemporains. J’ai aussi tenté de dire dans cet article qu’il serait temps de concevoir des politiques sociales fonctionnant sur des modalités plus kairologiques.

34Enfin, poser les débats sur les solidarités en termes de présences sociales suggère aussi de dépasser la simple dénonciation des évolutions sécuritaires et punitives, au détriment des logiques de prévention et de protection, en montrant que leurs incidences genrées sont à comprendre à partir du fond du problème, à savoir la capacité de l’État à entreprendre une œuvre de temporalisation collective.

Haut de page

Bibliographie

Arber S., Ginn J. (dir.), 1995. Connecting gender and ageing. A sociological approach, Buckingham, Bristol, Open University Press.

Balbo L., 1978. “La doppia presenza”, Inchiesta, n° 32, p. 3-6.

Baldassar, L., Merla L., 2013. Transnational Families, Migration and the Circulation of Care: Understanding Mobility and Absence in Family Life. Londres, Routledge.

Bergman H., Engwall K., Gunnarsson-Östling U., Johannesson L., 2014. “What about the Future? The Troubled Relationship between Futures and Feminism”. NORA - Nordic Journal of Feminist and Gender Research, 22, no 1, p. 63-69.

Bessin M., 2008. « Les hommes dans le travail social : le déni du genre », in Guichard-Claudic Y., Kergoat D., Vilbrod A. (dir.), L’inversion du genre. Quand les métiers masculins se conjuguent au féminin… et réciproquement, PUR, p. 357-370.

Bessin M., Blidon M., 2011. « Déprises sexuelles : penser le vieillissement et la sexualité », Genre, Sexualité & Société, n° 6, automne.

Bessin M., Gaudart C. 2009. « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités, N° 9, /1.

Bessin M., 1998. « Le Kairos dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 32, 2e semestre, p. 55-73.

Bessin M., Levilain H., 2012. Parents après 40 ans. L’engagement parental à l’épreuve de l’âge, Paris, Autrement.

Bidet A., Schoeni D., 2011. « Décrire les présences au travail, analyser la structuration de la vie sociale », ethnographiques.org, no 23, introduction au dossier Analyser les présences au travail: visibilités et invisibilités, décembre.

Boltanski L., [1999] 2007. « La présence des absents », in La souffrance à distance, Gallimard.

Bourdieu P., 1997. Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bozon M., 2009. « Les âges de la sexualité », Mouvements, 59, p. 123-132.

Castel, R. 2003. L’insécurité sociale: qu’est-ce qu’être protégé ? Paris, Seuil.

Chabaud-Rychter D., Fougeyrollas-Schwebel D., Sonthonnax F., 1985. Espace et temps du travail domestique, Paris, Librairie des Méridiens.

Chanial P., 2012. « Don et care : une famille (politique) à recomposer ? ». Revue du MAUSS, no 39/1, p. 67-88.

Collectif, 1984. Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Covington, H., 2003. “Caring Presence Delineation of a Concept for Holistic Nursing”. Journal of Holistic Nursing, 21, p. 301-317.

Datchary C., 2011. La dispersion au travail. Toulouse, Octares.

Derrida J., 1972. Marges de la philosophie, Paris, Minuit.

Fassin D., Mazouz S., Makaremi C., Kobelinsky C., Fischer N., Fernandez F., Eideliman J.S., Coutant I., Bouagga Y., Roux S. (2013), Juger, réprimer, accompagner. Essai sur la morale de l’État, Paris, Seuil.

Finfgeld-Connett D., 2006. “Meta-Synthesis of Presence in Nursing”, Journal of Advanced Nursing 55, no 6, September, p. 708–714.

Grosz E., 1999. Becomings. Explorations in time, memory, and futures, Ithaca, New-York, Cornell University Press.

Guillaumin, C. 1992. Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes.

Haicault M., 1984. « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du Travail, n° 3, p. 268-277.

Hartog F., 2003. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Hessel, J.A., 2009. “Presence in nursing practice: A concept analysis”. Holistic nursing practice 23, no 5, p. 276.

Hochschild, A. R., 2003. “Love and Gold”, in The Commercialization of Intimate Life: Notes on Home and Work, Berkeley: University of California Press.

Kosseleck, R. « Champ d’expérience et horizon d’attente. Deux catégories historiques ». Le Futur Passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, 1990.

Laugier S., Paperman P., 2006. Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, EHESS.

Legarreta M. I., 2009. « Le temps donné dans le travail domestique et de care ». Multitudes n° 37‑38/2, p. 106-112.

Minicucci D., 1997. “A Review and Synthesis of the Literature: The Use of Presence in the Nursing Care of Families.” The Journal of the New York State Nurses’ Association 29, no 3-4, December, p. 9-15.

Molinier, P., 2004. « La haine et l’amour, la boîte noire du féminisme ? Une critique de l’éthique du dévouement », Nouvelles questions féministes 23, no 3, p. 12-25.

Narotzky S., 2004. « The Political Economy of Affects: community, friendship, and family in the organization of a Spanish economic region ». In Workers and narratives of survival in Europe, New-York, State University of New-York Press, p. 57‑79.

Ogien A., 1995. L’esprit gestionnaire, une analyse de l’air du temps, Paris, EHESS.

Paperman P., 2006. « Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel », in Paperman P., Laugier S., Le souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, EHESS.

Pfefferkorn R., 2012. Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Editions Page Deux.

Piette A., 2009. L’acte d’exister : une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-pont, Socrate Ed. Promarex.

Ramos J.-M., 2015, La construction de l’idée de temps, Toulouse, Octarès (à paraître).

Rosa, H. 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Sayad A., 1999. La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré. Paris, Seuil.

Short J., Williams E., Christie B., 1976. The Social Psychology of Telecommunications, Londres, John Wiley.

Smith T. D., 2000. “The Concept of Nursing Presence: State of the Science.” Scholarly Inquiry for Nursing Practice 15, no 4, December, p. 299-322.

Tahon M. B., 2003. Sociologie des rapports de sexe. Vol. 28. Ottawa-Rennes, University of Ottawa Press, PUR.

Tronto J., 1993. Moral Boundaries. A Political Argument for an Ethic of Care, London, New York, Routledge ; trad. française (2009) Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Wacquant L., 2013. « Foucault, Bourdieu et l’État pénal à l’ère néolibérale », in Zamora D. (ed.), Critiquer Foucault, Bruxelles, Editions Aden.

Weber F., Gojard S., Gramain A. (dir.), 2003. Charges de famille : dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte.

Zarifian P., 2001, Temps et modernité : le temps comme enjeu du monde moderne, Paris, L’Harmattan.

Zyblock D.M., 2010. “Nursing Presence in Contemporary Nursing Practice”, Nursing Forum 45, no 2, avril, p. 120-124.

Haut de page

Notes

1 Cet article fait suite à une intervention lors de l’assemblée générale de Temporalités en septembre 2014, et a bénéficié des commentaires des animateurs de la revue, je tiens à les en remercier. Je reprenais en partie les arguments de conférences que je venais de prononcer dans plusieurs universités du Brésil, en aout 2014. Les discussions lors de ce séjour m’ont aussi beaucoup aidé et j’en sais gré à mes collègues brésiliens.

2 L’anthologie d’auteurs importants ayant participé à La construction de l’idée de temps (Ramos, 2015) durant la période 1876-1909, présentée dans cette même livraison de Temporalités par Jean-Marc Ramos, en est une très belle illustration : pas une seule femme ne figure parmi eux.

3 C’est ainsi que les approches féministes ont largement délaissé tout le domaine des Future’s studies, qui s’appuie largement sur un temps masculin désincarné, universel et linéaire pour appréhender le futur (Bergman et al., 2014). Elizabeth Grosz, philosophe féministe australienne, professeure à l’Université Duke (USA), spécialiste des approches temporelles du devenir de Bergson et de Deleuze, a ainsi constaté comment les féministes se sont le plus souvent cantonnées à des considérations sur le passé ou le présent (Grosz, 1999).

4 Pour une critique plus développée des limites des enquêtes budget temps face aux activités de care (Legarreta, 2009).

5 En ce sens, parler de la dispersion et d’engagements multiples au travail sans en souligner les caractéristiques genrées (Datchary, 2011), ou évoquer à juste titre la problématique visibilité/invisibilité des présences au travail, mais en refusant explicitement de traiter du genre (Bidet et Schoeni, 2011), participe d’un déni caractéristique d’une certaine interprétation apolitique et restreinte du pragmatisme.

6 Dernièrement, on peut voir cette liste s’élargir, laissant parfois apparaître le rapport d’âge. Au demeurant, prenant l’exemple de quelques synthèses récentes en langue française sur le genre, si la problématique de l’intersectionnalité entre différents rapports sociaux de pouvoir (classe, genre, race) y est traitée centralement (Bereni et al., 2008 ; Clair, 2012), ou beaucoup moins (Pfefferkorn, 2012 ; Guionnet et Neveu, 2009 ; Ferrand, 2004 ; Tahon, 2003), l’articulation des rapports de genre et d’âge n’y est par contre jamais mentionnée.

7 Sur ce registre, on montrerait facilement en quoi les politiques publiques s’adossent sur des catégories chronologiques, telles que l’âge de l’état civil, qui ne prennent pas en compte les logiques de besoin.

8 Il semble que ces jeunes suivis à la trace en sont informés, le coût d’une telle surveillance leur semblant moindre au regard de la liberté qu’elle permet, mais il conviendrait d’observer ces pratiques et leurs dérives potentielles, à l’insu des intéressés.

9 C’est l’objet de la thèse que vient d’initier Pearl Morey à l’EHESS.

10 Je remercie Claude Dubar pour m’avoir incité à approfondir cette question du symbolique. Le problème est complexe, et je ne prétends pas y répondre pleinement dans cet aparté, mais il permet de cerner certaines limites du concept de présences sociales si on ne le mobilise pas en jouant en permanence l’articulation du symbolique et du matériel, du privé et du public…

11 Ce mouvement producteur de différences correspond au fameux mot de différance : alors que différer veut dire « ne pas être identique » mais aussi « remettre à plus tard », le nom de différence oublie la temporisation, le délai, le détour pour remettre à plus tard. Pour Derrida, différance au contraire « devrait compenser cette déperdition de sens », le a « provenant immédiatement du participe présent (différant) et nous rapprochant de l’action en cours du différer, avant même qu’elle ait produit un effet constitué en différent ou en différence » (Derrida, 1972, 8-9).

12 « Ainsi donc la société existe en situation, avec des modes de présence spécifiques qui ne sont ni ceux des humains, ni non plus des divinités. Curieusement l’idée durkheimienne de la présence située de la société a été peu exploitée empiriquement. » (Piette, 2009, p. 108)

13 L’exemple des catégories d’âge pourrait une fois encore être repris. Elles sont mobilisées dans les politiques sociales dans un souci de protection des individus, mais cet usage supposé démocratique renforce les inégalités, entre hommes et femmes notamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bessin, « Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2944 ; DOI : 10.4000/temporalites.2944

Haut de page

Auteur

Marc Bessin

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux IRIS (UMR 8156 CNRS - EHESS - U997 Inserm - UP13)
marc.bessin@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page