Navigation – Plan du site
Lire

Juan Carlos Pita Castro, Devenir artiste, une enquête biographique

Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 308 p.
Nicolas Roux

Texte intégral

  • 1 Sibaud Laetitia, 2013. Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maît (...)

1Les travaux sociologiques ne manquent pas pour souligner la précarité de l’emploi des artistes et de leur carrière. Un questionnement émerge de ce constat : pourquoi des individus souhaitent-ils s’engager dans un secteur d’activité marqué du sceau de l’incertitude ? Pourquoi et comment certains persistent-ils malgré les épreuves ? En relatant les récits d’artistes en devenir, l’ouvrage de J-C. Pita Castro apporte un éclairage complémentaire au travail de L. Sibaud1, qui analysait conjointement les facteurs de précarité et de stabilité des musiciens de variété. Si celui-ci mettait particulièrement en relief l’importance du travail pour compenser la précarité de l’emploi ainsi que l’impact de cette dernière sur les conditions de vie et la vie privée, l’ouvrage de J-C. Pita Castro donne à voir la construction identitaire de ces jeunes dans le temps, à travers la tension qui la traverse entre aspiration à la réalisation de soi et incertitude.

  • 2 La crise des identités. Paris, PUF.
  • 3 La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles. Paris, Armand Colin.
  • 4 La vocation. Paris, Seuil.
  • 5 L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris, Gallimard.
  • 6 Le travail créateur : s’accomplir dans l’incertain. Paris, Seuil.
  • 7 Ainsi que le nomme l’auteur. Nous le nommerons par la suite structuralisme génétique.

2Issu d’un travail de thèse, l’ouvrage consacre tout d’abord quatre chapitres au cadre théorique, au sein duquel s’insère cette quête d’identité artiste. Celle-ci prend source dans un contexte de crise des identités (Dubar, 20072) liée à la modernité (chapitre I) : dans une société d’individus, ces derniers doivent faire face à une construction identitaire à la fois permanente et incertaine, où la planification de sa vie laisse place à une succession de « crises » et de réajustements, dans l’optique d’une émancipation vis-à-vis de la contrainte. La jeunesse (chapitre II) constitue une population paradigmatique de cet « affrontement avec l’incertitude » (l’auteur cite Dubar (20103), p. 46). Alors que l’accroissement du niveau de formation a suscité de nouvelles aspirations et a accentué l’importance du travail comme moyen de réalisation de soi, la jeunesse doit faire face à l’effritement de la société salariale et à la non-correspondance fréquente entre la formation initiale et le monde du travail : elle est alors renvoyée à un avenir ouvert mais qu’elle ne peut que difficilement anticiper et maîtriser. L’artiste (chapitre III) est également au cœur de la tension entre réalisation de soi et incertitude. Incarnation de la vocation moderne et d’un travail passionné et non-aliénant (Schlanger, 19974), à la recherche d’une singularité artistique et d’une autonomie (Heinich, 20055), cette réussite est pourtant incertaine en raison des fortes inégalités et de la concurrence interindividuelles du milieu artistique (Menger, 20106). La « vie d’artiste » souvent idéalisée est ici mise à l’épreuve du monde du travail, avec son lot de crises et de désillusions. Vient ensuite l’identité (chapitre IV), notion centrale de l’ouvrage. Dans la mesure où elle devient problématique en modernité avancée, il y a nécessité de mettre en mots les questions que se posent les individus : « qui suis-je ? et quelle est ma place ? » (p. 68). Pour rendre compte de cette recherche de continuité malgré les aspérités de l’existence, le récit autobiographique est mobilisé : il permet, à la différence du structuro-fonctionnalisme de P. Bourdieu7 et en privilégiant « une entrée nominaliste et constructiviste dans l’identité (Dubar, 2007) », d’accéder à l’identité personnelle.

3Ce cadre théorique est en premier lieu pertinent au vu du choix de l’objet de recherche et de la population enquêtée. Les matériaux proviennent de 13 récits autobiographiques (recueillis par l’intermédiaire d’un entretien biographique puis d’un récit de lieu) de jeunes diplômés de deux écoles d’art genevoises : une formation des beaux-arts (l’École supérieure des beaux-arts) et une formation de stylisme (la filière Design Mode et Accessoires de la Haute école d’arts appliqués). L’objectif est ainsi de déplier « les identités sur l’ensemble de l’axe scolaire-professionnel » et de solliciter « la narration plutôt que l’argumentation » (p. 19). Ce choix répond, à la fois, à une volonté militante et de compréhension sociologique : il s’agit d’accéder au monde des autres, pas seulement par l’intermédiaire de l’objectivité de leur situation, souvent analysée à travers les catégories savantes, mais également à travers leur subjectivité. Ce cadre théorique est aussi opératoire, dans la mesure où il est lié à une méthode d’enquête et d’analyse. Ainsi les configurations identitaires résultent de transactions entre les identités pour autrui (régimes de coopération-reconnaissance ou de conflit/non-reconnaissance) et les identités pour soi (continuité-reproduction ou rupture-production). Ces configurations identitaires se stabilisent – temporairement – dans des périodes. Trois périodes scandent le processus d’insertion des jeunes artistes : la vocation, qui « raconte l’orientation dans le domaine artistique » (p. 19), la formation puis l’insertion dans le monde du travail. « La synthèse de ces identités périodisées constitue l’identité de celui qui se raconte » (p. 82). Afin de ne pas se noyer dans le récit, l’auteur repère les épreuves structurantes de ces périodes : « les épreuves qui structurent les parcours permettent de ressaisir les défis successifs du devenir artiste ainsi que des processus identitaires (croisant le biographique et le relationnel) qui s’en dégagent » (p. 86).

4L’entretien biographique de Christophe dans le chapitre V a pour objectif d’illustrer cette méthodologie, où le récit est appréhendé comme une « totalité signifiante » (p. 87). Les épreuves y sont perceptibles à travers la vitesse du récit : « plus la vitesse du récit est lente, plus il développe des épreuves qui ont marqué aux yeux de l’auteur son parcours de vie » (p. 88). On y perçoit les différentes configurations identitaires de Christophe mais surtout plusieurs processus et dimensions qui subsument les particularités des différents récits : l’impact de la période d’insertion, qui introduit une rupture par rapport aux espérances issues de la vocation puis de la formation ; la recherche d’une continuité biographique dans les orientations professionnelles, malgré les obstacles et les revirements de situation ; ou encore l’importance de l’environnement et le rôle des actants (autrui significatifs, institutions) par rapport à la possibilité d’une reconnaissance et d’une coopération, dont dépend la continuité de la quête d’identité artiste.

5Les trois derniers chapitres peuvent alors aborder les trois périodes du processus d’insertion. Chacune est traversée par des épreuves. La vocation (chapitre VI) devient conviction lorsqu’il faut faire face aux oppositions soit de l’environnement (conseillers d’orientation, institutions), soit de l’entourage familial ; il s’agit alors de s’affirmer pour être soi-même. Dans la continuité, la période de formation (chapitre VII) procède d’une personnalisation de l’identité artiste, puisqu’il s’agit de trouver sa voie, de faire émerger sa singularité. Enfin, la découverte du milieu professionnel, entrevue par certains lors de la formation, se généralise lors de la période d’insertion (chapitre VIII). Elle introduit une rupture par rapport aux deux premières périodes, par la découverte du décalage entre l’idéalisation de la vie d’artiste et la confrontation au monde du travail, au chômage et aux pressions de la société.

  • 8 Ceci peut paraître regrettable dans la mesure où, par exemple, les deux jeunes artistes constituant (...)

6La confrontation à ces épreuves donne lieu, pour chaque période, à des figures identitaires. Le rôle de l’environnement, mais surtout le poids de l’origine sociale, est ici prépondérant. C’est l’un des résultats majeurs de l’ouvrage, qui est souligné dès l’introduction : « Des pesanteurs s’imposent […]. Toutes celles qui proviennent de milieux populaires connaissent l’échec et vivent une déréliction (pendent ou suite à la formation). » (p. 18). Parmi les quatre figures de la vocation, il y a une polarisation entre celle de la « vocation empêchée » et celle de « l’héritage ». Alors que la première caractérise un régime de rupture-production sur l’axe biographique et d’une non (ou attente de) reconnaissance sur l’axe relationnel, la deuxième affiche un régime de continuité-reproduction et une reconnaissance professionnelle et familiale. La figure de la « vocation empêchée » concerne des jeunes issus des classes populaires, qui ont idéalisé la vie d’artiste mais dont les espoirs sont déçus, d’une part, en raison d’une méconnaissance du milieu artistique et d’un manque de certaines compétences tacites (capacité à « parler », « argumenter » ou à entrer en relation) et, d’autre part, parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les valeurs et les pratiques de ce milieu, en décalage avec leur milieu d’origine. À l’inverse, les jeunes de la figure de l’ « héritage » proviennent de milieux aisés, dotés en capital culturel et imprégnés de valeurs artistiques et intellectuelles ; ils bénéficient d’une certaine connaissance du milieu artistique, du soutien de la famille et d’une confiance en soi qui leur permettent notamment de faciliter les rencontres décisives et ainsi de bénéficier de « situations porteuses » (p. 241). Les figures de la « construction de soi » et du « métier », composées de jeunes issus des classes moyennes, occupent quant à elles des positions intermédiaires. La première fait référence à des jeunes à la recherche, à la fois, d’une émancipation de leur milieu d’origine et d’une résolution de problématiques personnelles à travers l’art. Les jeunes de la figure du « métier » en revanche, n’idéalisent pas la vie d’artiste et investissent plutôt les valeurs de l’argent et du métier. L’influence des valeurs et de l’héritage de l’histoire familiale de ces deux dernières figures sont moins mobilisées par l’auteur pour analyser les pesanteurs sociales – peut-être parce qu’elles pèsent moins dans l’échantillon8.

7Si la parenthèse de la formation donne lieu à des figures identitaires qui ne se recoupent pas avec les deux autres périodes, c’est en revanche le cas entre celles de la vocation et de l’insertion (que sont la réussite, l’attente, le renoncement partiel et le renoncement total) : leur croisement confirme qu’ « aucun de ceux qui proviennent de la figure de la vocation empêchée ne rencontre la réussite. Tous ceux qui proviennent de la figure de l’héritage la rencontre (du moins un temps) » (p. 261). Au final, pour la majorité des jeunes enquêtés, l’idéal démocratique qui sous-tend la vocation artistique « s’impose ici comme une chimère » (p. 228). La vocation artiste, en effet, « n’annule en rien la pesanteur des héritages et l’inertie des trajectoires » (p. 272). Les orientations professionnelles de ces jeunes sont lourdes de conséquences : la confrontation de nombre d’entre eux avec les institutions du chômage et les injonctions à se reconvertir vers un travail plus « sérieux », la solitude une fois la formation terminée et l’incertitude de l’avenir viennent menacer leur quête d’identité personnelle, que l’art était censé soutenir. À la fin du récit, les projets de reconversion se veulent plus pragmatiques : à l’illusion de la vocation artiste succède l’exigence d’ « assurer une stabilité » (p. 270).

8Le récit autobiographique et l’identité permettent à l’auteur, en conclusion, d’aboutir à deux apports majeurs qu’il aurait pu, selon nous, faire davantage dialoguer. L’auteur indique tout d’abord que son enquête pourrait être prolongée par une sociologie critique. Celle-ci renverrait dos à dos les exigences issues de la modernité et les supports dont disposent ou non les individus pour les réaliser : « Il faut déporter le regard vers les situations afin de saisir ce qui soutient les identités. Il ne s’agit évidemment pas d’oublier l’histoire des personnes mais bien plutôt d’envisager des allers et retours. C’est la désagrégation et l’absence d’un quelque chose situé « hors » de l’artiste qui ruine sa possibilité » (pp. 274-275). Le contenu empirique fait en effet écho à l’hypothèse de l’auteur de l’émergence d’une identité typique de la modernité avancée : les identités se feraient changeantes et intégreraient un horizon temporel limité, et la possibilité de la projection dans un projet de vie apparaît illusoire. Mais d’un autre côté, l’auteur insiste sur le fait que les récits donnent à voir le travail biographique qui subsume les multiples épreuves traversées par les jeunes tout au long de leur quête d’identité. Il affirme qu’au regard de son corpus, « malgré l’instabilité et l’incertitude, les identités restent proches du modèle de la modernité. L’authenticité, l’autonomie, des perspectives temporelles à long terme et une épaisseur historique les configurent. Elles attendent cependant encore pour la plupart la possibilité d’une stabilité a posteriori… » (pp. 276-277)

  • 9 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol (...)
  • 10 On apprend ainsi que « l’industrie du stylisme est peu développé en Suisse-Romande » (p. 17), sans (...)

9L’auteur préfère donc relativiser la thèse d’une identité typique de la modernité avancée, où les identités se replieraient « sur le présent et les situations » (p. 275), par une permanence historique et biographique des identités personnelles. Certes, les résistances des jeunes artistes face aux épreuves, leurs efforts pour associer les réorientations professionnelles successives à une continuité biographique pourraient témoigner d’une « authenticité » ou d’une « autonomie » des identités. Il apparaît en effet cohérent que l’auteur insiste sur la problématique de départ, qui porte plus sur l’identité et la tension entre réalisation de soi et incertitude que sur les pesanteurs sociales et la dépendance des jeunes aux situations et institutions. Toutefois, s’il critique la théorie de l’habitus de P. Bourdieu, réduisant selon lui « quasi à néant la marge du possible » (p. 75), son travail n’échappe pas au soupçon de l’ « illusion biographique »9. Entre l’interprétation des récits comme « totalité signifiante » ou comme rationalisation a posteriori, il y a là une marge qui aurait pu être réduite : par une analyse plus approfondie des situations et des institutions (les deux écoles d’art10 et les institutions de l’assurance chômage), une description des conditions d’emploi et des conditions de vie, ou encore par une restitution plus précise des conditions d’enquête. Les extraits d’entretiens sont effectivement livrés comme un matériau brut, dénué de toute contingence : l’auteur décrit peu la relation enquêteur-enquêtés, les consignes qu’il donne à ces derniers pour préparer leur récit (ils disposent d’un mois) ainsi que le contexte et le déroulement des entretiens.

  • 11 Michel Grossetti, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux », SociologieS [En ligne], L (...)

10Mais nous pensons que ce débat entre, d’un côté, une socialisation qui relève de « l’intériorisation largement inconsciente » et « insiste avec force sur la logique de reproduction » (p. 74) et, de l’autre, une socialisation qui invite à étendre son horizon « au-delà des expériences précoces » et pointe « l’incertitude du futur plutôt que la routine et la prédétermination » (p. 76), relève surtout de différences d’ « échelles d’analyse »11. L’approche biographique et interactionniste de l’auteur implique effectivement un angle de vue et des résultats différents du structuralisme génétique de P. Bourdieu. La force de l’approche de l’auteur est de rendre compte, à travers l’analyse approfondie des récits autobiographiques, de ces deux niveaux d’analyse, bien que l’accent soit mis sur la première.

Haut de page

Notes

1 Sibaud Laetitia, 2013. Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maîtrisées ? Paris, L’Harmattan.

2 La crise des identités. Paris, PUF.

3 La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles. Paris, Armand Colin.

4 La vocation. Paris, Seuil.

5 L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique. Paris, Gallimard.

6 Le travail créateur : s’accomplir dans l’incertain. Paris, Seuil.

7 Ainsi que le nomme l’auteur. Nous le nommerons par la suite structuralisme génétique.

8 Ceci peut paraître regrettable dans la mesure où, par exemple, les deux jeunes artistes constituant la figure du « métier » rencontreront la « réussite » (selon les figures identitaires de l’auteur) lors de l’étape de l’insertion.

9 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, volume 62, pp. 69-72.

10 On apprend ainsi que « l’industrie du stylisme est peu développé en Suisse-Romande » (p. 17), sans que ce ne soit plus explicité ni saisi par la suite pour expliquer l’échec des filles issues des classes populaires.

11 Michel Grossetti, « L’espace à trois dimensions des phénomènes sociaux », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 27 mai 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3466.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juan Carlos Pita Castro, 2013. Devenir artiste, une enquête biographique. Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 308 p.

Référence électronique

Nicolas Roux, « Juan Carlos Pita Castro, Devenir artiste, une enquête biographique », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2946

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page