Navigation – Plan du site
Lire

Diane Gabrielle Tremblay (dir.), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés

Montréal, Presses de l'Université du Québec, 2013, 294 pages
Timo Giotto

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Diane-Gabrielle Tremblay propose d’analyser la diversité des temporalités sociales et la manière dont elles sont vécues par les individus en fonction du pays, de l’âge, du contexte personnel et professionnel. Il rassemble 13 contributions (de 20 auteurs différents) réparties en 3 parties. La première traite de la conciliation emploi famille de manière globale, la seconde poursuit la réflexion sur les temps prescrits et temps réels en abordant quelques pratiques temporelles selon les milieux, tandis que la dernière est consacrée aux expériences liées à la fin de carrière et au vieillissement.

  • 1 Fusulier, B. (dir.), 2011. Articuler vie professionnelle et vie familiale. Étude de trois groupes p (...)
  • 2 Tremblay, D.-G, 2012a. Articuler emploi et famille : le rôle du soutien organisationnel au cœur de (...)
  • 3 Campbell Clark, S., 2001. “Work cultures and work/family balance”, Journal of Vocational Behavior, (...)
  • 4 Kirchmeyer, C., 1992. “Nonwork participation and work attitudes : A test of scarcity vs. Expansion (...)
  • 5 Tremblay, D.-G., 2012b. Conciliation emploi-famille et temps sociaux, 3e éd., Québec, Presses de l’ (...)

2On retrouve une diversité d’approches empiriques couvrant un large spectre de méthodologies qualitatives et quantitatives, allant de l’étude de bases de données nationales, à l’analyse de récit de vie. Bien que non exclusive, l’entrée par la profession a été choisie par la majorité des auteurs. Elle est revendiquée pour la centralité de son rôle dans la conciliation travail-famille, (Fusulier, 20111), mais également pour ses apports à la compréhension de la notion d’engagement dans le travail (Tremblay, 2012a2). Les articles permettent ainsi de suivre le cas d’employés, de jeunes chercheurs, de travailleurs du commerce de détail, de personnels de santé ou encore d’enseignants. Partant du postulat selon lequel les temps prescrits par les organisations ne correspondent pas à la réalité du travail, les auteurs s’intéressent à la manière dont les individus vont chercher à s’arranger pour réussir à concilier à la fois les temps prescrits et les temps réels du travail. Cette conciliation fait écho à la notion de perméabilité des temps sociaux qui sert de fil rouge reliant les différentes contributions de l’ouvrage. Selon les travaux de Campbell-Clark3, cités en introduction, la perméabilité représente le degré auquel des composantes d’une sphère en pénètrent une autre. On distingue alors trois formes de perméabilités : temporelles, spatiales et psychologiques, qui représentent autant de frontières et de débordements possibles. Si les auteurs s’accordent sur le constat de l’interdépendance des sphères professionnelles et privées, tous ne partagent pas le diagnostic des effets. L’idée de « l’enrichissement mutuel » (Kirchmeyer, 19924 - Tremblay, 2012b5) entre la sphère privée et professionnelle n’est abordée qu’en marge du constat récurrent du « débordement négatif » du travail sur les autres sphères sociales.

3L'ouvrage soutient qu’il est nécessaire de développer des politiques publiques et conventionnelles d'aménagement du temps de travail permettant de réduire les conflits travail/hors travail. Le point de départ de cette posture est un constat en trois temps.

4Premièrement, considérant le rôle central de la culture du temps dans la reproduction des inégalités sociales, il serait important de proposer des dispositifs permettant d’adapter des conditions générales de travail aux différents modes de fonctionnements et contraintes individuels. La culture du temps, bien que fortement liée au milieu social d’origine, n’est pas ici considérée comme étant la cause de l’exclusion, mais davantage comme son produit. Autrement dit, l'intégration professionnelle qui est fortement liée à la capacité à se conformer aux temporalités prescrites par l'entreprise (Alberio & Tremblay), se complique à mesure que l’exclusion se pérennise.

5Deuxièmement, la question de la conciliation des temps sociaux est ancrée dans une perspective diachronique. Ainsi, pour des problèmes de sécurisation de la main-d'œuvre, les organisations ont depuis longtemps tenté de participer à l’organisation du hors travail. La conciliation travail/hors travail est donc un débat historique de notre société (Ollier-Malaterre).

6Troisièmement, il existe un décalage important, entre la diversité des aménagements mis en œuvre par les organisations ou les pouvoirs publics et l’importance du débat qu’il suscite. Au-delà du manque de politiques publiques, c'est l’inadaptation de ces dernières aux conditions individuelles et aux parcours de vie qui est particulièrement mise en avant (Tremblay & Najem).

7Ce triple constat est illustré par deux types de contributions. D'une part, celles qui s'attachent à montrer les enjeux d'une conciliation réussie, d'autre part, celles qui ont trait aux difficultés de sa mise en œuvre.

8L'importance d’une conciliation réussie est traitée dans le cadre du maintien en emploi des seniors et des trajectoires de fin de vie. Les études de cas sur les professionnels de santé (Lazzari Dodeler & Tremblay), sur les cadres expérimentés (Tremblay & Jebli) et les enseignants du primaire et secondaire (Cau-Bareille) démontrent à quel point il semble opportun de mettre en place des politiques spécialement adaptées aux besoins des personnes en fin de vie professionnelle, spécialement dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

9Ensuite la problématique est inversée, elle porte alors sur les risques d’une absence ou d’une mauvaise conciliation des temps chez les seniors maintenus en emploi (Barrère-Maurisson). On y voit des possibilités de conflits avec les jeunes qui voudraient entrer sur le marché du travail et des conflits temporels dus à leur statut de « personne aidant proches » (soutien aux enfants et/ou aux parents malades). Cet angle de vue permet également de s’interroger sur la valeur sociale du travail et des autres temps sociaux. Enfin, la question de la conciliation des temps sociaux est placée dans une perspective longitudinale de définition et de redéfinition de l'identité (Eraly). L'importance des dispositifs de conciliation des temps sociaux est ici réaffirmée par la nécessité de considérer la vie active comme un processus de passage de l'activité professionnelle vers autre chose.

  • 6 Reynaud, J.-D., 1988. « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulati (...)
  • 7 De Terssac, G., 2003 (dir.). La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, Paris, Édi (...)

10Dans l’ensemble les contributions montrent les avantages et les limites de l'existence d'une règle informelle (Reynaud 19986, de Terssac 20037). Il est d'une part question, de la nécessité de montrer comment les individus s'organisent collectivement au-delà du cadre légal et conventionnel, afin de réaliser au mieux les tâches qui leur incombent et ce, dans le cadre d'injonctions contradictoires (Aubry & Couturier). D'autre part, on souligne le rôle significatif que peuvent jouer les règles informelles dans les politiques de maintien en emploi des seniors (Abouaissa). La nécessité de prendre en compte la dimension informelle de la règle témoigne de la difficulté à concevoir des dispositifs de conciliation suffisamment larges et flexibles. Certaines difficultés de mise en œuvre des politiques publiques de conciliation peuvent être expliquées par le manque de prise en considération des conditions individuelles ou collectives. En effet la seule existence d’un dispositif légal ou conventionnel n’en garantit pas l’accès, surtout dans le cadre de travailleurs précaires (Messing, Tissot, Couture & Bernstein). La question de l’éthos ou de la culture professionnelle comme frein à l’instauration de ces pratiques est également mise en avant, à travers l’exemple des jeunes enseignants-chercheurs (Fusulier & Del Rio Carral) et des cadres (Tremblay & Linckens).

11On peut cependant observer que si cet ouvrage collectif rassemble des contributions toutes éclairantes sur leur objet, il ne propose pas de véritable mise en discussion. Le parti pris de la conciliation pour le maintien en emploi aurait pu être davantage argumenté. Par exemple, si l’emploi semble être le seul garant de l’intégration et de l’indépendance des femmes, le maintien des seniors dans l’emploi ne va pas de soi et nécessite la mise en place de débats contradictoires.

  • 8 Méda, D. 2008. Le temps des femmes ; pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

12Les solutions aux difficultés de gestion des temps qui sont présentées dans cet ouvrage se limitent à des aménagements individuels des temps de travail. Les mesures de réduction collective du travail ne sont pas abordées. Pour aller plus loin sur la conciliation, on peut prolonger les travaux de Dominique Méda8 (2008) sur la question de la déspécialisation des activités au sein du couple. Il est ainsi nécessaire de s’intéresser au rôle des politiques publiques dans la recherche de l’égalité vis-à-vis de la profession et de la parentalité. On peut penser notamment aux systèmes de garde pour les enfants, de congés ou de prise en charge des personnes dépendantes. Étudier les questions de déspécialisation demande également de s’interroger sur la valeur que l’on accorde aux temps non-professionnels.

13Il aurait également pu être intéressant de proposer des exemples issus d’autres secteurs d’activité que celui des services. En effet les plus grandes innovations en matière de temps de travail (horaires variables, horaires flexibles, compte épargne temps) ont toutes été développées au sein du secteur industriel. D'autre part, la pénibilité temporelle y est particulièrement prégnante. Les exemples auraient également pu traiter de pays disposant de modèles de gestion des temps sociaux plus hétérogènes. La situation dans les pays nordiques, en Allemagne ou aux États-Unis aurait en effet apporté un regard complémentaire.

14Au-delà des limites évoquées, cet ouvrage permet de bien cerner les enjeux individuels et collectifs de la conciliation des temps sociaux. Il a le mérite de combiner des approches disciplinaires variées et de proposer un grand nombre d’exemples empiriques facilitant la compréhension. La richesse des exemples permet de traiter en profondeur les questions relatives aux inégalités dans la gestion des temps sociaux. Il permet ainsi de rappeler l’importance des parcours de vie et des caractéristiques individuelles dans la construction des temporalités sociales tout au long de la vie, sans omettre la dimension socialement construite du rapport au temps et donc de l’importance de l’ethos et de la norme professionnelle. Le livre brosse un tableau sans appel des mécanismes de conciliation existants pour mieux souligner à la fois l’inadéquation avec la diversité des réalités individuelles et l’iniquité qui en découle (genre, âge, PCS). Les analyses du vieillissement et de l’emploi des seniors y sont particulièrement fournies. L’articulation entre la nécessité économique et la volonté politique du maintien des seniors dans l’emploi, leurs aspirations professionnelles et personnelles, leurs conditions de santé, les conséquences sur leurs autres rôles sociaux et notamment sur les personnes dépendantes rendent compte de nombreux enjeux actuels de ces questions de temporalités et de conciliation. En présentant la fin de carrière comme un processus allant de l’activité vers l’inactivité, et non comme une rupture, les auteurs nous interrogent sur la définition même du travail. Ils nous forcent à élargir la focale en passant des temps professionnels prescrits aux conditions de travail en général.

Haut de page

Notes

1 Fusulier, B. (dir.), 2011. Articuler vie professionnelle et vie familiale. Étude de trois groupes professionnels : les infirmières, les policiers et les assistants sociaux, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain

2 Tremblay, D.-G, 2012a. Articuler emploi et famille : le rôle du soutien organisationnel au cœur de trois professions, Québec, Presses de l’Université du Québec.

3 Campbell Clark, S., 2001. “Work cultures and work/family balance”, Journal of Vocational Behavior, vol. 58, no 3, p. 348-365.

4 Kirchmeyer, C., 1992. “Nonwork participation and work attitudes : A test of scarcity vs. Expansion models of personal resources”, Human Relations, vol. 45, no 8, p. 775-795.

5 Tremblay, D.-G., 2012b. Conciliation emploi-famille et temps sociaux, 3e éd., Québec, Presses de l’Université du Québec.

6 Reynaud, J.-D., 1988. « Les régulations dans les organisations : régulation de contrôle et régulation autonome », Revue française de sociologie, vol. 29, no 1, p. 5-18

7 De Terssac, G., 2003 (dir.). La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, Paris, Éditions La Découverte.

8 Méda, D. 2008. Le temps des femmes ; pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diane Gabrielle Tremblay (dir.), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés. Montréal, Presses de l'Université du Québec, 2013, 294 pages

Référence électronique

Timo Giotto, « Diane Gabrielle Tremblay (dir.), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés  », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2948

Haut de page

Auteur

Timo Giotto

Doctorant en Sociologie
CERTOP (UMR 5044)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page