Navigation – Plan du site
Lire

C. Hummel, I. Mallon, V. Caradec, Vieillesses et vieillissements : Regards sociologiques

Rennes, PUR, 2014, 408 p.
Régis Schlagdenhauffen

Texte intégral

1Structuré en trois grandes parties, Vieillesses et vieillissements dresse un vaste panorama des recherches contemporaines francophones en la matière. L’ouvrage est constitué en trois parties : une première relative à la construction politique des problèmes de la vieillesse, une seconde attentive aux cadres sociaux de la vieillesse et une troisième centrée sur l’expérience du vieillissement. Les éditeurs ont fait le choix judicieux de faire dialoguer une trentaine d’auteurs, alternant articles de fond (d’une vingtaine de pages) et courts « éclairages ». On notera que certains auteurs contribuent à plusieurs reprises au sein de l’ouvrage.

2La première partie de l’ouvrage, consacrée à la construction sociale de la vieillesse, s’ouvre sur une contribution d’A.-M. Guillemard relative aux politiques de la vieillesse (qui sont la principale composante des dépenses sociales des pays développés) depuis 1945. La vieillesse comme « problème public » est ensuite développée à travers une riche contribution de D. Argoud relative à la norme instituée du « bien vieillir ». Considérée en tant qu’injonction normative par B. Puijalon et J. Trincaz, le bien vieillir constitue une injonction paradoxale en ce qu’il doit se faire sans gêner les jeunes (p. 71). Les délicatesses suscitées par la tension entre encouragement à l’activité des seniors et volonté de laisser la place aux jeunes, sont analysées par A.-M. Guillemard à travers les politiques d’emploi des seniors. Les données internationales auxquelles elle se réfère lui permettent de révéler quatre attitudes en la matière : marginalisation/relégation (Allemagne, France) ; intégration/réintégration (Suède, Danemark) ; maintien sur le marché du travail (Japon) ; rejet/maintien (Etats-Unis, Royaume Uni). Bernard Ennuyer complète ce tableau institutionnel en orientant son propos sur le « mal vieillir ». Enfin, cette première partie de l’ouvrage s’achève par une contribution comparative des politiques publiques du soin de longue durée en Europe (B. Le Bihan et Cl. Martin).

  • 1 Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe.

3Dans une deuxième partie, l’ouvrage cherche à saisir la diversité des vieillesses entre déterminants sociaux et trajectoires individuelles. Une stimulante contribution de M. Charpentier et al., intitulée « Regards féministes sur les vieillissements au féminin » souligne que la vieillesse est avant tout une expérience féminine. En premier lieu en raison de l’espérance de vie différentielle entre hommes et femmes, mais aussi car les soins apportés aux personnes vieillissantes (par des professionnelles ou des aidantes familiales) sont quasi exclusivement le fait des femmes. La brèche intersectionnelle ainsi ouverte est prolongée par une étude des vieillesses immigrées de Cl. Attias-Donfut. Suite à cela, le vieillissement en contexte est interrogé au niveau local par I. Mallon puis au niveau européen (par J. Ogg et S. Renault) en prenant appui sur les enquêtes SHARE1. Dans un second temps, ce sont les rôles sociaux des personnes âgées qui sont interrogés (par J.-F. Bickel). Trois formes d’engagement spécifique sont plus spécifiquement développées dans les contributions de C. Hummel (engagement grand parental), P. Henaff-Pineau (pratiques sportives des seniors) et L. Nowik (mobilité résidentielle des retraité-e-s).

  • 2 V. Caradec, « L’épreuve du grand âge », Retraite et société, n°52, 2007, p. 12-37.

4La troisième partie de l’ouvrage se focalise sur l’expérience du vieillissement en faisant appel à une sociologie compréhensive. Elle débute par un riche article de V. Caradec sur les « transitions du vieillissement et l’épreuve du grand âge ». Les défis et contraintes dont il est concrètement question sont ensuite abordés sous plusieurs angles à commencer par celui de la « dépendance culinaire » (Ph. Cardon et S. Gojard), puis à travers les solidarités du voisinage (M. Membrado et J. Mantovani). Un fascinant « éclairage » est esquissé par A. Campéon dans une trop courte contribution (p. 319-22) intitulée « Vieillir en solitude ». Un plus long développement aurait sans doute permis de comprendre en quoi la solitude est à mettre en lien avec ce sentiment allant croissant d’« étrangeté face au monde2 » voulant que l’on puisse se sentir seul tout en étant entouré. La question n’est cependant pas approfondie, les éditeurs ayant préféré un examen des conditions sociales de la reconstruction d’une vie équilibrée en EHPAD. I. Mallon, concédant toutefois que « la majorité des résidents peine pourtant à reconstruire un équilibre durable » en maison de retraite (p. 333).

  • 3 E. Hugues, Le regard sociologique, Paris, éd. De l’EHESS, 1996.

5Le care n’est abordé que vers la fin de l’ouvrage. J.-P. Lavoie et M. Membrado montrent qu’avec le développement des politiques de la vieillesse, les aidants familiaux se recentrent sur un travail de préservation de l’identité tandis qu’ils délèguent aux professionnels les soins instrumentaux. La division sociale du travail ainsi révélée n’est pas sans lien avec la manière dont le droit pense la protection juridique des parents âgés (comme le souligne F. Le Borgne-Uguen qui décrit finement le processus croissant de médicalisation de la prise de décision). Enfin, la troisième partie de l’ouvrage se clôt sur une contribution d’A. Anchisi et J. Debons relative aux professionnel-le-s de l’aide, ces spécialistes du « sale boulot3 ». Les nombreuses questions suscitées par cette dernière contribution invitent à certains prolongements. D’une part car l’aide à l’autonomie constitue un marché en pleine expansion, celui de la Silver économie ; d’autre part parce que nous ne savons que trop peu de choses sur les interactions entre aidant-e-s et aidé-e-s. Comment les personnes âgées vivent-elles leur relation aux aidant-e-s (dont les médiatiques procès pour maltraitance ne révèlent qu’une partie de la richesse et de la complexité de ce type de relations sociales) ?

6Ainsi que les éditeurs le signalent en conclusion, les pistes de recherche sont effectivement nombreuses. Toutefois, elles sont limitées par deux types d’obstacles principaux. Le premier est à mettre en lien avec la dépendance financière des mondes de la recherche (privilégiant ainsi depuis quelques années toutes sortes de travaux sur la maladie d’Alzheimer au détriment d’autres pathologies du vieillissement). Le deuxième est d’ordre moral. Il persiste une difficulté collective de traiter avec la mort, point presque aveugle des recherches (le suicide des personnes âgées – qui représente 1/3 des suicides commis en France – est pourtant un objet fondateur de la sociologie française). En corollaire, l’ouvrage montre également la réticence de la sociologie française à penser les liens entre vieillissement et santé/maladie en dehors de la question de la dépendance. Il peut sembler surprenant de ne voir aucune contribution dédiée à la fragilité, à la longévité, ou encore aux différentes catégories définissant la vieillesse ; les personnes âgées, telles que définies par l’OMS (les 60 ans et plus), pouvant inclure trois générations sous un même terme d’adresse.

Haut de page

Notes

1 Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe.

2 V. Caradec, « L’épreuve du grand âge », Retraite et société, n°52, 2007, p. 12-37.

3 E. Hugues, Le regard sociologique, Paris, éd. De l’EHESS, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Hummel, I. Mallon, V. Caradec, Vieillesses et vieillissements : Regards sociologiques, Rennes, PUR, 2014, 408 p.

Référence électronique

Régis Schlagdenhauffen, « C. Hummel, I. Mallon, V. Caradec, Vieillesses et vieillissements : Regards sociologiques », Temporalités [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2950

Haut de page

Auteur

Régis Schlagdenhauffen

Université de Lorraine/Lise (Cnam-CNRS)
regis.schlag@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page