Navigation – Plan du site

Épistémès temporelles et conflits armés

Introduction
Thomas Lindemann et Jens Thoemmes

Texte intégral

1Malgré l’ubiquité de la question des temporalités avant, pendant, et même après la guerre, très peu d’études (Khong, 1992 ; Colonomos, 2014) ont systématisé la façon dont les visions temporelles structurent la décision d’un recours à la force armée et à la praxis de la guerre. Dans les grandes théories de la guerre (Waltz 1979 ; Gilpin, 1982, et, pour une synthèse : Lindemann, 2010), le temps est le plus souvent appréhendé de manière objectiviste, au singulier, supposant l’univocité universelle de sa mesure. Toutefois, la vision temporelle des acteurs et de la guerre diverge historiquement et contextuellement : les temps de la paix et de la guerre peuvent être représentés de manière « frictionnelle » ou au contraire déterministe (cyclique ou linéaire), pouvant être datés et mesurés. En outre, le temps des entités politiques peut être présenté par analogie biologique lorsque certaines unités sont censées être « usées » alors que d’autres seraient « fraîches » et « montantes ». La vision temporelle structure l’horizon d’attente : les déclinistes s’opposent traditionnellement aux progressistes.

2Nous cherchons dans ce dossier à mettre en question cette vision naturalisante et cosmologique des temps en considérant qu’ils sont socialement construits et ne peuvent pas être détachés des structures symboliques, de la domination, de l’action et de l’interaction. Nous souhaitons explorer les conceptions et les contextes des temporalités de la guerre d’une part et la manière dont les temporalités se construisent dans les interactions concrètes liées aux conflits armés d’autre part.

3Comment les temporalités influent sur l’éventualité ou l’effectivité d’un recours à la violence armée, sur sa conduite ainsi que sur sa fin ? Cette violence armée peut aussi bien opposer des organisations militaires « officielles » (la guerre interétatique) que plus informelles, à l’intérieur d’un territoire délimité (guerre de guérilla, guerre civile). Enfin, la violence laisse aussi des traces dans la mémoire des individus, des collectifs et des nations. Elle fait l’objet de négociations quant à la réparation de ses effets.

4La richesse des contributions réunies dans ce dossier est telle qu’il est difficile de proposer une synthèse qui leur rendrait justice. Au-delà de la diversité empirique, nous pensons que ce dossier permet de dégager un certain nombre de questionnements voire des constats relativement partagés. Deux questionnements nous paraissent particulièrement intéressants. Premièrement, de quelle manière les récits ou visions temporelles sont-ils susceptibles de structurer l’action guerrière ? Deuxièmement, quel est le contenu précis des épistémès temporelles qui accompagnent le déclenchement des guerres ?

Le récit temporel de la guerre : entre manipulation et contrainte

  • 1 Reprise par Weber [1904] 1964

5Selon l’ « hypothèse nulle », conforme à une certaine lecture déterministe de Marx et de Weber en termes d’infrastructures matérielles et de superstructures idéelles, les récits temporels n’ont pas de valeur autonome mais reflètent des rapports de production (Georgi Plekhanov). En ce sens, le temps est univoque. La révolution permanente des moyens de production et le bouleversement incessant des forces productives produiraient un dynamisme inconnu fortement contrasté par rapport à la vision figée du monde féodal. La modernisation capitaliste conduit dans cette perspective à un processus de « rationalisation » pour atteindre de plus en plus rapidement les objectifs d’accumulation des richesses. Ainsi, la phrase fameuse de Benjamin Franklin « Remember that time is money »1 caractériserait en grande partie cet esprit du capitalisme. L’éthique de la besogne, le manque de temps, l’urgence, ou les impératifs de vitesse de l’accumulation du capital provoqueraient-ils des guerres (Lénine [1917] 2001) ? La thèse de l’accélération (Rosa 2012) pourrait conforter une telle vision du rapport entre temporalités et guerres. N’est-il pas vrai que la pénétration même des moyens de « marketing » dans les discours politiques va à l’encontre des décisions raisonnées, à l’image du fameux argument de Tony Blair selon lequel l’Irak pourrait déployer en moins de 45 minutes des armes chimiques ou bactériologiques ? N’y a-t-il pas une analogie entre guerres et le raisonnement capitaliste selon lequel il faut toujours avoir un temps d’avance sur la concurrence ? Sans doute. Toutefois, notre dossier souhaite également intégrer la force des représentations et élargir la panoplie des configurations. Les temporalités ne sont en effet pas homogènes, ni entre sociétés ni au sein des pays capitalistes eux-mêmes. Cette hétérogénéité est par exemple bien montrée par Okan Germiyanoglu à propos des logiques étatiques et de socialisation propres aux acteurs de la politique étrangère : il existe au Quai d’Orsay des rivalités et des différences dans la conception même des temporalités telles qu’elles se manifestent chez deux corps différents de fonctionnaires. La question à trancher est alors la suivante : doit-on percevoir le terrorisme comme un phénomène cyclique, ponctuel, hors du temps ou comme un problème politique de longue durée ?

6Selon une deuxième perspective, les « visions temporelles » ne jouent aucun rôle dans la guerre dans la mesure où le temps aurait un effet unique et objectif sur les acteurs, quasiment cosmologique. Ainsi, la fameuse théorie de Clausewitz (Clausewitz [1832] 2014) selon laquelle la défensive aurait toujours l’avantage logistique et psychologique sur l’offensive – dans la mesure où les objectifs du défenseur seraient atteints (il n’a pas encore perdu) alors que ceux de l’attaquant seraient encore à réaliser – a été plus ou unanimement accepté par la recherche stratégique. Une telle vision a peut-être même inspiré des stratégies de l’offensive « extrême » comme la fameuse stratégie « search and destroy » des décideurs américains à l’époque de la guerre de Vietnam, ou, plus récemment, lors de la guerre contre l’Irak. La contribution d’Elie Baranets montre ainsi que ce « fétichisme » temporel de l’axiome clausewitzien mérite probablement une reformulation. Le facteur « temps » est toujours socialement médiatisé et construit ; et qui plus est chargé de valeurs. Ainsi, le maintien d’une attitude attentiste et l’occupation du territoire par une force étrangère peut produire un effet démoralisant sur les formations combattantes surtout lorsque les populations sont faiblement attachées au « territoire national » et au gouvernement en place comme lors des guerres de cabinet au XVIIIe siècle. Même à l’âge des nationalismes et de la guerre de guérilla, il existe des exemples où « l’attaquant » peut profiter d’une fenêtre d’opportunité, comme a pu le montrer l’intervention britannique en Malaisie contre les forces communistes.

7Les récits temporels peuvent également être conçus comme une forme de violence symbolique et de distinction (Bourdieu 1979). Ils servent alors à stigmatiser ceux qui sont en « retard » justifiant même le recours à la violence comme moyen d’accélération de l’histoire. Certaines contributions ici rassemblées montrent ainsi que les temporalités sont aussi un moyen des « dominants » pour mobiliser le soutien des « dominés » lorsqu’il s’agit par exemple de justifier une guerre par une « urgence humanitaire » (guerre du Kosovo) ou une urgence « sécuritaire », par exemple la guerre contre l’Irak.

8Toutefois, l’ensemble des contributeurs estime que les récits temporels exercent une contrainte sur les décideurs. Il est possible de citer au moins six raisons.

9Premièrement, les récits temporels doivent être ancrés dans l’imaginaire politique. Ils ne changent pas au même rythme que les « forces matérielles » car ils structurent les identités des acteurs et leur compréhension du monde et exercent de ce fait une véritable « emprise » sur les décideurs (Lebow 2013). Eric Sangar insiste sur le fait que le répertoire des mémoires disponibles pour une instrumentalisation n’est pas illimité. Si ce répertoire est à l’origine socialement construit il parvient souvent à s’imposer progressivement aux acteurs comme allant de soi via l’institutionnalisation des pratiques « mémorielles ». Même les dirigeants doivent tenir compte de la vision temporelle des gouvernés et ils sont d’ailleurs eux-mêmes socialisés dans certaines temporalités. Sangar montre ainsi que l’analogie avec la Première Guerre mondiale et la Guerre de Vietnam était nettement plus « mobilisable » aux États-Unis lors de la guerre du Kosovo qu’en Allemagne ou en France, pays à l’intérieur desquels on a du mal à lire dans ces événements une matrice « émancipatrice » de de leur propre rôle sur la scène internationale.

10Une deuxième raison pour laquelle il faut tenir compte des temporalités comme « contrainte » pour les décideurs, tient à l’existence de la construction de ces temporalités par le bas. Même les acteurs « dominés » co-construisent des temporalités dans une guerre, par exemple de manière assez banale lorsqu’il s’agit de réagir plus ou moins rapidement face aux attaques adverses. La contribution de Philippe Garraud consacré au plan militaire français dans l’entre-deux-guerres montre que la « lenteur » de la guerre d’attristement comme souvenir de la Première Guerre mondiale était tellement ancrée dans l’imaginaire français qu’il était difficilement envisageable de concevoir pendant l’entre-deux-guerres une autre stratégie que celle de la ligne Maginot, par ailleurs rétrospectivement loin d’être absurde si l’on tient compte des nombreuses « frictions » (l’incertitude de la guerre due au facteur « humain » ou aux conditions météorologiques, Clausewitz [1832] 2014) qui auraient pu produire un tout autre résultat de la guerre, en commençant par la « désobéissance » de Guderian.

11Une troisième raison de prendre en considération les récits temporels dans l’étude de la guerre tient au fait que certains récits sont plus « efficaces » pour emporter la conviction que d’autres. Ainsi, la mobilisation du « fatum » et de l’oracle pour justifier l’entrée en guerre de Sparte contre les Athéniens, ou l’immortalité du combattant « héroïque », étaient des ressources particulièrement pertinentes dans une société à la fois très religieuse et « virile », comme le montre la contribution de Pitard-Bouet sur le déclenchement de la guerre de Péloponnèse. En revanche, l’idée de guerre « préventive » n’était pas concevable dans une société grecque très largement étrangère à l’idée des temporalités clivées en termes de « déclin » et de « progrès ».

12Quatrièmement, les récits temporels peuvent aussi agir comme des « pièges rhétoriques » pour les décideurs. Une fois que les responsables politiques ont désigné l’ennemi comme une force éternellement « diabolique », il est difficile d’échapper à la logique de guerre, voire à celle d’extermination. Le présentisme du régime d’historicité américain de l’administration Bush si bien mis en avant par François Hartog (Hartog, 2003 et 2010), conçoit ainsi les attentats terroristes et leurs acteurs sous le prisme d’un interminable présent.

13Cinquièmement, les récits temporels sont aussi indispensables pour construire un horizon d’attente dans une guerre et pour favoriser leur légitimité au sein des peuples. Très souvent, à l’image des FARC en Colombie (Johanna Gonzalez), les acteurs engagés dans une guerre interminable dessinent un avenir glorieux justifiant tous les sacrifices et rendant par là le recours à la violence légitime. L’avantage du futurisme « radieux » réside dans le fait qu’il permet aux combattants de sauver leur face même lorsque des revers majeurs sont manifestes.

14Enfin, les temporalités sont des ressources « cognitives » pour des acteurs qui leur permettent de donner « sens » à l’action belliqueuse et d’établir des comparaisons. Même les chercheurs ne sont pas épargnés par l’instrumentalisation des bornes temporelles pour « valider » leurs hypothèses sur la guerre. Ainsi, toute une théorie sur le caractère belligène des transitions démocratiques repose sur l’identification des intervalles de transition (5 et 10 ans) qui seraient en soi des phases particulièrement « critiques » (Schneider, Gleditsch, Carey 2010) Comme le rappelle la contribution d’Elie Baranets, il est courant que les chercheurs construisent artificiellement des bornes chronologiques pour établir des co-variations statistiques entre des variables.

Temporalités belligènes

15Peut-on estimer qu’il existe des visions temporelles qui stimulent plus ou moins le recours à la force armée ? Au-delà de la diversité des situations, les contributions dégagent là aussi un certain nombre de constats partagés.

16La contribution de Pitard-Bouet sur la guerre du Péloponnèse souligne implicitement le contraste entre un modèle « antique » et un modèle « moderne » des temporalités belligènes. Tout d’abord, sa contribution invalide les interprétations courantes de cette guerre comme une guerre préventive. La guerre préventive repose sur l’anticipation d’un rapport de force défavorable dans un avenir plus ou moins proche et suppose que les décideurs politiques déclenchent la guerre uniquement pour affaiblir voire pour éliminer un tel adversaire « montant ». Toutefois, cette considération, qui implique une planification stratégique et une conception linéaire du temps, n’est pas compatible avec les temporalités grecques. Une telle conception prospective est déjà invalidée par la notion de « fortuna » (kairos) admettant des frictions et l’intervention des forces divines dans une guerre. La logique temporelle qui sous-entend la guerre du Péloponnèse est multiple. Premièrement, elle repose sur l’action spontanée, non calculée, l’indignation des éphores spartiates face aux Athéniens s’en prenant à l’allié Corinthien et exploitée par Sthénélaidas dans son fameux discours. En revanche, l’argument du roi Archidamos, soucieux des « coûts » économiques et humains d’un tel affrontement sur le long terme n’est pas pris en considération par ses citoyens. La partie belliqueuse semble moins inspirée par la quête de biens matériels que par la « gloire » : tel est en tout cas le sens du discours d’Alcibiade, plein d’hubris. Ainsi il exhorte ses citoyens à l’expédition contre la Sicile : « Faisons cette expédition pour abattre l’orgueil des Péloponnésiens… nous augmenterons là-bas notre puissance et nous nous placerons tout naturellement à la tête de la Grèce entière » (Thucydide 2000, p. 88). Deuxièmement la volonté belliqueuse des Grecs repose sur la temporalité du fatum (heimarménè) selon laquelle le destin d’une épreuve armée est à la fois inévitable et susceptible de ménager la liberté des acteurs : le moment précis de l’affrontement peut encore être « choisi » à l’intérieur d’un intervalle temporel plus ou moins grand. Une telle conception temporelle anime Périclès : « Mais il faut savoir aussi que nous n’échapperons pas à la guerre ; plus nous la ferons volontiers moins nous serons accueillis par nos adversaires » (Thucydide 2000, p. 123-128). Enfin, la logique belligène à l’époque antique sous-tend aussi la croyance dans l’intervention divine pour redresser le cours des choses. L’économie « psychique » des « individus » antiques qui s’engagent dans une guerre reste encore à explorer mais on peut penser que la minimisation de la vie « ici-bas » et la croyance dans la persistance du nom au-delà de la vie biologique réduisaient à la fois les craintes pour la survie physique tout en augmentant le désir de gloire, et la crainte de perdre la face.

17On voit donc bien que les temporalités grecques sont bien « frictionnelles » et échappent à tout calcul de la guerre comme moyen d’anticiper un déclin à long terme. In fine, il se dégage également du modèle grec des ressources pour résister à la guerre. S’il est documenté que le modèle « viril » du héros grec incarné par Achille est bel et bien une condition de la bellicosité grecque, il n’empêche que les images de l’adversaire-ennemi semblent bien moins prononcées que lors des guerres contemporaines. Même dans le discours de Périclès, on n’assiste que très progressivement au glissement de la figure de l’adversaire à la conception de l’ennemi. Au contraire, l’image héroïque de soi et le combat corps à corps favorisaient souvent un adversaire également vertueux, pour mieux valoriser ses propres exploits guerriers. Jacqueline de Romilly rappelle à cet égard que « le polythéisme rend absurde l’idée d’une guerre de religion » et que même la fameuse opposition entre « Civilisés » et « Barbares » ne reste en fin de compte qu’« une opposition de culture » (Romilly, 2014).

18Cette conception « unitaire » de soi et de l’autre est sans doute aussi fondée sur une conception cosmologique du temps où aussi bien « nous » et les « autres » sont animés par la temporalité propre des forces divines. Par ailleurs, les discours même lors de la guerre du Péloponnèse signalent souvent un attachement à la « justice » et à la « mesure » pour s’opposer à l’hubris de ceux qui veulent « brûler les étapes », tel Alicibiade qui déplaît aux dieux. Tous les « êtres » grecs, les hommes et ceux de la nature, sont soumis à une loi unique qui gouverne le cosmos comme l’affirme Pythagore : « Thémis dans le monde de Zeus, et Dike dans le monde d’en bas, occupent la même place et le même rang que Nomos dans les cités des hommes ; de sorte que celui qui n’accomplit pas ce devoir peut être considéré comme un violateur de l’ordre général de l’univers » (Comford, 1957, p. 12).

19Si les logiques guerrières des temporalités antiques reposent à la fois sur la « banalisation » même de la violence – comme phénomène récurrent – le « fatalisme » (on ne peut rien faire contre la guerre) et la croyance dans l’immortalité des héros, les guerres « modernes » traitées dans ce dossier (toutes les autres études dans notre dossier concernent les guerres à partir du XIXe siècle) sont souvent soumises à une logique plus « scientiste » reposant sur l’idée que les guerres doivent être déclenchées au moment « opportun » et correspondre à une « planification stratégique ».

20Certaines contributions, notamment celles de Pierre Tripier et de Johanna Gonzalez, nous révèlent une certaine persistance des temporalités plus traditionnelles chez les décideurs politiques et stratégiques. Toutefois, ce qui les distinguent des temporalités grecques est l’absence d’une notion unitaire du « cosmos » et d’une intervention divine inattendue dans le cours de choses. En revanche, on observe une temporalité continue qui dépasse la vie « biologique » et sous-tend la quête d’une gloire posthume. Les résistants Gaullistes sont animés par la foi d’une France « républicaine » dont la personnalité – « le roman national » – subsiste en quelque sorte à la défaite de 1940 et qui du coup rend le sacrifice de la vie biologique pour la vie "éternelle" de la nation acceptable. Pierre Tripier relève à cet égard l’influence de Barrès sur de Gaulle et ses compagnons d’armes qui le rendent conscients « de l’éternité nationale en lui découvrant les liens qui l’attachent aux aïeux ». Dans une perspective quelque peu analogue, Johanna Gonzalez relève chez les combattants des FARC un attachement au passé qu’elle oppose à la temporalité courte des dirigeants gouvernementaux d’Andres Pastrana. Enfin les deux contributions insistent sur une opposition entre différentes temporalités : l’opposition entre une conception immobile du temps qui refuse d’accepter la rupture révolutionnaire et technologique chez Pétain (il est convaincu que la Première Guerre mondiale sera la matrice de la Deuxième), contrairement à une conception plus attentive aux opportunités (kairos) et aux ruptures chez de Gaulle.

21La contribution de Phillippe Garraud est plus particulièrement consacrée au décalage des conceptions stratégiques allemande et française dans l’entre-deux-guerres et nuance fortement la vision selon laquelle la ligne Maginot aurait été responsable de la défaite française. Tout d’abord, il insiste sur le fait que le choix des plans militaires français et allemand dans l’entre-deux-guerres résulterait d’un même souci de vouloir éviter une nouvelle guerre d’usure. Toutefois, les conséquences stratégiques qui en découlaient en France et en Allemagne étaient diamétralement opposées : ligne Maginot contre stratégie de la guerre éclair. Selon Garraud, loin d’être irrationnelles, ces options stratégiques correspondaient aux logiques des rapports de force militaires, aux contraintes de la politique interne ou encore au poids démographique et aux particularités géographiques. Il souligne que la défaite française était loin d’être le résultat inévitable d’une stratégie défensive et aurait pu produire un tout autre résultat si des perturbations organisationnelles de l’armée française, par exemple le problème du commandement, n’avaient pas retardé, puis rendu impossible, une contre-attaque coordonnée contre les forces allemandes. La contribution de Garraud suggère aussi une transition clairement identifiable de la guerre ancienne, fondée sur les forces morales et notamment l’esprit de sacrifice, vers la guerre « scientifique » où tout mouvement est plus ou moins planifié et où le combat en corps à corps devient de plus en plus exceptionnel. Au moins depuis la Première Guerre mondiale, « l’ennemi » n’est pas tué dans un duel héroïque mais le plus souvent à une grande distance. En ce sens, la temporalité même de l’acte de « mort » est de plus en plus réduite et de moins en moins « héroïque ».

22La guerre moderne reflète dans une certaine mesure les principes d’organisation des sociétés capitalistes mais aussi plus généralement par une organisation qui se veut « scientifique » de la guerre (Chamayou, 2013 ; Adorno et Horkheimer, 1969, p. 10). Le temps des armées, nous dit Naville, est celui de l’avenir : « les prévisions constituent un élément essentiel de la stratégie. Elles doivent donner au futur une signification des probabilités peu facile à déterminer » (Naville, 1994, p. 456). La vision « scientiste » de la guerre repose sur la conviction que l’avenir est maîtrisable et que l’emploi de la violence doit obéir à des lois « précises ». Plusieurs logiques temporelles sous-tendent l’existence de la guerre.

23Quant aux temporalités plus « scientistes », les contributeurs, surtout Okan Germinayoglu, Eric Sangar et Elie Baranets soulignent plusieurs aspects partagés dans les guerres modernes. Tout d’abord, l’obsession des décideurs et des analystes à comparer des guerres entre elles et à établir des analogies comme si certaines situations se reproduisaient mécaniquement et seraient inscrites dans une logique de « cycle » mais avec toujours l’idée d’un progrès possible. Okan Germinayoglu souligne qu’un grand nombre d’énarques du Quai d’Orsay considèrent le terrorisme sous l’angle d’une résistance classique des « barbares » contre le progrès civilisateur. La logique de l’analogie est aussi très présente dans la compréhension américaine de la situation au Kosovo en 1999, notamment celle avec les deux Guerres mondiales et la guerre du Vietnam. Dans une affiliation plus ou moins directe, le régime de Milosevic est perçu comme un avatar des régimes tyranniques menaçant les libertés dans le monde. Élie Baranets souligne de la même manière la volonté des analystes « stratégiques » modernes d’établir à travers des intervalles « chronologies » des régularités des comportements belliqueux. Une telle catégorisation de l’adversaire légitime, voire motive, dans certaines circonstances, le recours à la force armée. Un aspect qui reste à explorer dans d’autres études serait de voir dans quelle mesure la planification stratégique et le vocabulaire très technique de l’action armée – « frappes chirurgicales », « pénétration », « neutralisation », « inhibition » – neutralise l’empathie envers l’adversaire et les populations que l’on « frappe » pour agir de manière « prophylactique » ou « préventive ». Si la guerre technicisée est en effet plus « esthétique » en éloignant notre regard des souffrances concrètes des victimes d’un combat, elle n’en est pas forcément moins meurtrière que les combats en corps à corps.

Conclusion

24De manière très schématique, on peut résumer les temporalités belligènes aussi bien de la guerre en « corps à corps » que « scientifique » de la manière suivante.

251. Conception de soi : les discours de mobilisation de guerre insistent bel et bien sur la capacité des individus de s’arracher à la « valorisation du moment » pour s’inscrire dans une durée plus longue, celle de la survie de la collectivité d’appartenance. Dans les discours antiques et ceux des sociétés « traditionnelles », la tonalité est nettement plus héroïque que dans les sociétés organisées de manière « légale-rationnelle ». Le discours sur la « gloire éternelle » constitue une ressource considérable dans l’effort de guerre avec le fameux Dulce et decorum est pro patria mori (Kantorowicz, 1951). Qu’il s’agisse des « héros grecs », des combattants des guerres mondiales ou encore des djihadistes contemporains : tous acceptent l’idée Kantorowiczienne que leur corps « mythique » (en tant que membre de la nation) subsiste à leur mort biologique (Kantororwicz, 1951). Cette conception très traditionnelle n’a pas totalement disparu dans les sociétés « modernes ». Elle est notamment aujourd’hui entretenue par l’industrie hollywoodienne où le protagoniste de référence protège de manière altruiste sa communauté au risque de sa vie « biologique ».

262. Présentation d’autrui : les temporalités sont souvent un moyen de disqualification de l’adversaire qui rend le recours à la force acceptable. Il est notable que dans le cas de la guerre du Péloponnèse cette disqualification ne semble pas primordiale car la valorisation de l’adversaire conditionne l’image de soi du héros. Cette même logique de valorisation de l’autre influe aussi sur les logiques de la guerre chevaleresque et même sur les guerres de cabinet du XVIIIe siècle. En revanche la diabolisation et la minimisation de l’autre animent les guerres de l’époque « scientiste ». Souvent, aussi bien dans le cas colombien, que dans la « lutte antiterroriste » tout se passe comme si « l’ennemi » ne réagissait pas réellement à une situation mais agissait en fonction d’une « essence » qui rend tout changement impossible. À cela s’ajoute le thème des temporalités « arriérés », les fameux Barbares ou les obscurantistes qui s’opposeraient aux forces de la civilisation et du progrès. Cette idée de la singularisation du temps en fonction des unités spécifiques est contraire à la vision cosmologique grecque selon laquelle « tout » est pris dans un seul mouvement temporel. Quant à l’évaluation du rapport de forces et les capacités « ennemies », une vision temporelle « belligène », insisterait sur le thème de l’urgence : « Alors que nous pouvons maintenant encore parer facilement au danger, l’avenir est compromis par une attente face à un rival dont la puissance est montante ». Cette vision rappelle l’idée de la guerre préventive qui repose sur une conception linéaire du temps qui peut être daté, mesuré et anticipé. Ce récit s’appuie sur une désacralisation de l’homme réduit à sa seule fonction quasiment « biologique », de « montant » ou « descendant ». Le recours à la force armée paraît particulièrement séduisant lorsque le « maintenant » est favorable et le « plus tard » menaçant.

273. Présentation de la guerre : la conception temporelle même de la guerre peut plus ou moins légitimer le recours à la force armée. Une vision cyclique de l’histoire peut conduire à la croyance que les guerres sont aussi inévitables pour les hommes que les orages pour la nature. La représentation de la violence des protagonistes dans une guerre civile comme un phénomène répété et naturel est susceptible de banaliser la guerre et de la rendre acceptable. L’acceptation par les pays occidentaux des violences en Syrie, en Libye ou encore sur le continent africain est souvent fondée sur l’idée que les peuples de ces pays sont naturellement enclins à se « bagarrer » et à s’entre-tuer. Il serait intéressant de voir à partir de quel moment, il s’est imposé dans les médias occidentaux l’idée que la violence était acceptable car inévitable, en Syrie ou ailleurs. Mais si la plupart de nos contributions illustrent des temps belligènes, celle de Joëlle Hecker s’interroge sur les logiques de pacification. En effet, une grande partie des conflits internationaux est alimentée par le souvenir des traumatismes historiques et le sentiment que l’adversaire ne reconnaît pas les torts commis dans le passé. Qu’il s’agisse de la rivalité entre le Japon et la Chine, les deux Corées, la Grèce et la Turquie, des tensions entre celles-ci et l’Arménie, le conflit israélo-palestinien, la Russie et ses voisins ou encore de la guerre en ex-Yougoslavie : le refus de « réparer » ou au moins d’admettre les crimes du passé accentue le sentiment d’injustice, les perceptions de menace voire la volonté de vengeance auprès des populations, ce qui est toujours susceptible d’être exploité par les « entrepreneurs » de la violence (Lindemann, 2011). Joëlle Hecker indique qu’il existe des temporalités diverses, qu’elle étudie à partir du processus de réconciliation germano-israélien. Contrairement au sens commun, l’auteure estime d’abord qu’il s’agit non seulement de reconnaître les victimes d’une injustice de manière déclarative mais encore que cette reconnaissance doit reposer sur une assise matérielle et une attention aux conditions « présentes » pour ne pas s’épuiser dans des paroles « vides » dénuées de conséquences. Un tel geste matériel n’est pourtant pas encore susceptible de produire une révision profonde de la perception du passé. Une deuxième démarche – pénale – vise à « punir » les principaux responsables des crimes passés. Toutefois c’est uniquement par un geste symbolique que la reconnaissance des torts passés gagne en profondeur temporelle en élargissant la responsabilité à la collectivité et aux générations futures.

28L’enseignement de ce dossier est que les temporalités sont des ressources mais aussi des contraintes pour les « entrepreneurs » de la guerre qui structurent leurs finalités, les perceptions des menaces, les opportunités, et qui donnent sens au sacrifice de la vie. Les contributions suggèrent que les guerres impliquent des épistémès temporelles qui les rendent plus ou moins acceptables. Elles montrent la nature du récit qui accompagne les conflits armés. Les articles font un lien entre les temporalités de la guerre et la conception de soi, de l’autre et de l’adversaire. Enfin et surtout, les auteurs montrent l’intérêt d’approfondir l’analyse des temporalités liées à des conflits armés.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 1979. La distinction, Paris, Minuit.

Bueno de Mesquita Bruce, 2002. Predicting Politics, Athens: Ohio State University Press.

Chamayou Grégoire, 2013, Théorie des drones, Éditions La Fabrique, Paris.

Colonomos Ariel, 2014. La politique des oracles, Paris, Albin Michel.

Comford E.M, 1957. From Religion to Philosophy, Harper Brother, New York.

Clausewitz Carl von, [1832] 2014 (traduction et préface par Thomas Lindemann). Théorie du combat, Paris, Economica 2014.

Doran Charles, 1999. “Why Forecast Fails: the Limits and Potentials of International Relations and Economics”, International Studies Review, 1: 2, pp. 11-41

George Alexander, (éd.), 1991. Avoiding War: Problems of crisis management, Boulder: Westview Press.

Finley Moses I., 1971. Les anciens grecs. Une introduction à leur vie et leur pensée, Paris, Maspero.

Foucault M., 1966. Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Hartog François, 2010. « Présentisme et émancipation » (entretien réalisé par Sophie Wahnich et Pierre Zaoui), publiée dans Vacarme 53, automne 2010, pp. 16-19.

Hartog François, 2003. Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil,.

Hobson John, 2002. “What’s at Stake in ‘Bringing Historical Sociology Back into International relations’ ? Transcending ‘Chronofetishism’ and ‘Tempocentrism’ in International Relations”, Stephen Hobden, John Hobson (eds.), Historical Sociology of International Relations, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 9-15.

Horkheimer Max, Adorno Theodor W., 1969. Dialektik der Aufklärung, Frankfurt, Fischer.

Hutchings Kimberly 2008., Time and World Politics: Thinking the Present Reappraising the Political, Manchester: Manchester University Press.

Jervis Robert, 1991-1992, “The Future of World Politics: Will it Resemble the Past ?”, Security Studies, 16: 3, pp. 39-73 .

Kantorowicz Ernst H., 1951. “Pro Patria Mori in Medieval Political Thought”, The American Historical Review, vol. 56, No. 3 (April 1951), pp. 472-492)

Khong YF., 1992. Analogies at War: Korea, Munich, Dien Bien Phu, and the Vietnam Decisions of 1965, Jersey: Princeton University Press.

Lebow Richard Ned, 1984. Between Peace and War, Baltimore: John Hopkins University Press.

Lebow Richard Ned, 2008. The Culture of International Relations, Cambridge: Cambridge University Press.

Lebow Richard Ned, 2014. The Politics and Ethics of Identity, Cambridge: Cambridge University Press.

Lénine Vladimir I., [1917] 2001. L’impérialisme stade suprême du capitalisme, Paris, Le temps des Cerises.

Lindemann Thomas, 2010. La guerre, Paris, Armand Colin.

Lindemann Thomas, 2011. Causes of War . The Struggle for Recognition, Colchester: ECPR.

Naville Pierre, 1994. « Le temps, l’espace et la guerre ». Social Science Information (Information sur les Sciences Sociales) 33 (3) : 453.

Rosa Hartmut, 2012. Aliénation et accélération : vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, Éditions La Découverte.

Romilly (de) Jacqueline, 2000. La Grèce antique contre la violence, Paris, Éditions de Fallois.

Schneider Gerald, Gleditsch Nils, Carey Sabine, 2010. “Exploring the Past, Anticipating the Future: A Symposium”, International Studies Review, 12 , pp. 1-7.

Thucydide, 2000. La guerre du Péloponnèse, Paris, Gallimard.

Vilmer Jean-Baptiste, 2012. 24 heures Chronos, Paris, PUF.

Weber Max, [1904] 1964. L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Reprise par Weber [1904] 1964

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lindemann et Jens Thoemmes, « Épistémès temporelles et conflits armés », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2968

Haut de page

Auteurs

Thomas Lindemann

Université Versailles Saint-Quentin, École Polytechnique LINX (Laboratoire Interdisciplinaire d’X)
lindemannt@yahoo.com

Jens Thoemmes

CNRS, UMR5044 – CERTOP (Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir)
thoemmes@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page