Navigation – Plan du site

Le temps des essais politiques

Contribution à l’étude de l’actualité du livre (France, janvier-février 1923)
The time of political essays. A contribution to the study of the timeliness of books (France, January-February 1923)
Philippe Olivera

Résumés

Quel rapport l’actualité du livre entretient-elle avec l’actualité tout court ? La question se pose tout particulièrement pour les essais politiques dont la réception est ici étudiée dans un large échantillon de périodiques dépouillés au début de l’année 1923. Les formes de cette réception montrent une étroite correspondance entre les logiques éditoriales et les logiques médiatiques dans leur rapport à l’actualité. Malgré les contraintes spécifiques de l’activité éditoriale, c’est bien sur le terrain de l’actualité que se rencontrent l’offre éditoriale et le discours critique. L’exemple de Mesure de la France de Drieu La Rochelle montre cependant la singularité (et la rareté) des livres politiques qui peuvent bénéficier d’une réception « littéraire » en tant qu’ils sont perçus comme « représentatifs » de leur « époque ».

Haut de page

Texte intégral

1Il peut sembler a priori curieux de poser la question de la relation qu’entretient le monde du livre avec l’actualité, tant le temps de l’édition semble éloigné de l’événement. Le partage des tâches paraît en effet convenu entre, d’un côté, la réflexion personnelle élaborée dans la sérénité du cabinet de travail par un auteur maître de son agenda et, de l’autre côté, les médias soumis à la dictature de l’immédiat. Or, les termes mêmes de ce partage invitent à y regarder de plus près.

  • 1  « Wladimir d’Ormesson, lauréat du prix de L’Europe nouvelle », L’Europe nouvelle, n° 563, 24 novem (...)
  • 2  Cf. Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Editions Odile Jacob, 1997, 494 p. et Ch (...)
  • 3  Cf. Thomas Loué, « Un modèle matriciel : les revues de culture générale », in J. Pluet-Despatin, M (...)

2Les discours abondent sur les médias, qui posent le problème de leur rapport à l’actualité en terme de distance à l’événement. C’est l’opposition classique du reportage et de l’éditorial, ou de toutes les formes de commentaires. Ce sont aussi toutes les formes de distinction du rôle des différents médias fondées sur cette opposition : hier entre les quotidiens et les revues, aujourd’hui entre la télévision et les journaux, les hebdomadaires et les quotidiens etc. Or, on retrouve exactement cette forme plus ou moins spontanée de classification des genres et de leurs fonctions au sein du monde des livres. Pour n’en donner qu’un seul exemple à l’époque de l’entre-deux-guerres qui nous intéressera plus particulièrement ici, le jury du Prix de L’Europe nouvelle s’efforce en 1928 d’ordonner les ouvrages soumis à son examen en utilisant l’inusable métaphore du « chaud » et du « froid » : il oppose les ouvrages liés à l’actualité « brûlante » (livres de reportages) à la science « froide » des universitaires publiant l’« œuvre de toute une vie »1. Au-delà de ce rapprochement qui souligne la proximité des schèmes spontanés de classement dans les deux univers des médias et du livre, bien d’autres éléments invitent à dépasser la division du travail qui s’établit souvent entre historiens du livre et historiens de la presse. La frontière entre les deux univers est tout sauf étanche, quand les journalistes qui font des livres sont légions et quand nombre d’ « auteurs » occupent les pages des journaux. L’indiscutable professionnalisation du journalisme depuis plus d’un siècle2 n’a d’ailleurs jamais remis en cause ce phénomène qui s’observe encore aujourd’hui. Il faudrait encore mentionner la fréquence de l’intervention des éditeurs dans l’univers des médias (leur rôle dans l’apparition des hebdomadaires modernes au cours de l’entre-deux-guerres, par exemple) et inversement, quoi que moins significativement, le fait que les entreprises de presse pratiquent souvent l’édition. Enfin, l’existence d’objets hybrides relevant au moins autant du livre que du périodique, comme les revues politiques et littéraires par exemple3, est une invitation à se méfier de la tendance un peu simpliste à privilégier, quand on le compare, les formes les plus « pures » de chaque domaine d’activité (respectivement le reportage de la presse quotidienne et l’édition des « œuvres » littéraires les plus consacrées).

  • 4  Sur ce que l’on peut entendre par « essais politiques » à l’époque de l’entre-deux-guerres et sur (...)
  • 5  L’année 1923 peut être considérée comme le moment où le marché du livre sort véritablement de l’or (...)

3Même si, comme le verra, il n’y aurait guère de sens à nier la réalité de formes bien spécifiques de rapport au temps, même si le temps des livres n’est pas celui des médias, donc, il reste qu’il y a profit à aller y voir de près, en posant notamment la question du rapport du livre à l’actualité. L’approche qui sera ici mise en œuvre est celle de l’étude des termes de la réception des ouvrages dans l’espace médiatique. Nous nous en tiendrons au seul genre des essais politiques, volontairement défini de manière floue comme l’ensemble des ouvrages dont le propos est de proposer une opinion ou un commentaire sur « le » politique considéré aussi largement que possible4. Au-delà de la pertinence particulière qu’il y a à se pencher sur une catégorie d’ouvrages dont la question du rapport avec l’actualité se pose de la manière la plus immédiate, l’essentiel est pour nous d’isoler un champ d’observation dont l’étude exhaustive est envisageable. Si l’on veut comprendre les logiques de l’actualité du livre, il faut en effet refuser de se limiter au corpus étroit de quelques œuvres majeures isolées (selon quels critères ?) de la masse des écrits obscurs publiés à la même époque. C’est pour la même raison que nous avons choisi de ne pas nous en tenir au seul champ bien circonscrit des chroniques littéraires où même à celui des comptes-rendus. C’est l’ensemble des périodiques qu’il faut dépouiller pour y relever toutes les formes de signalement des livres. Une simple référence en bas de page dans un article de la Revue des Deux Mondes, par exemple, fait sans doute plus pour la renommée d’un ouvrage que plusieurs comptes-rendus dans des journaux ou des revues moins prestigieux. Même réduit à une seule catégorie de livre, l’ampleur des dépouillement que cela suppose oblige à s’en tenir à un échantillon chronologique très limité, en l’occurrence les deux premiers mois de l’année 19235. C’est à cette seule condition qu’il est envisageable de retenir un nombre de périodiques suffisamment nombreux et suffisamment divers pour espérer saisir les logiques de fonctionnement de l’espace médiatique tout entier face à la production d’ouvrages d’une époque.

Les périodiques et les essais : formes et temporalité de réception

4L’échantillon de périodiques sur lequel s’appuie cette étude est constitué d’une trentaine de titres choisis pour s’efforcer de couvrir tout le spectre de l’espace médiatique, à une époque où celui-ci se résume encore très largement à la presse. Parmi la foule des titres de l’époque, ceux que nous avons retenus s’organisent grossièrement autour de 3 pôles bien identifiés entre lesquels se placent des ensembles de périodiques aux contours plus flous mais qu’il faut bien prendre en compte.

  • 6  Cf. Thomas Loué, La Revue des Deux Mondes de Buloz à Brunetière, thèse d’histoire soutenue sous la (...)

5Le premier de ces pôles est celui des revues savantes spécialisées dans un domaine du savoir (ici, la science politique, l’histoire et la philosophie). Ces trimestrielles sont les revues les plus chères de notre échantillon. Le second pôle, lui aussi très cohérent, est celui des revues générales qu’on dit « politiques et littéraires », un peu moins chères au numéro et bimensuelles. Le rôle décisif de ces organes dans la vie intellectuelle de l’époque, et notamment la place très spécifique qu’ils jouent dans l’articulation des univers de la presse et de l’édition6, justifie que ce pôle soit le mieux représenté de l’échantillon (11 titres). Enfin, le troisième pôle cohérent est celui des quotidiens nationaux. Entre les trimestrielles savantes et les bimensuelles générales, l’espace des revues mensuelles est beaucoup moins structuré puisqu’on y trouve aussi bien les revues proprement littéraires (la Nouvelle revue française et Europe, ici retenues) que des organes plus spécifiquement politiques (la Revue politique et parlementaire, L’Action nationale) ou encore des revues qui s’apparentent au modèle « politique et littéraire » (la Grande revue). Entre les revues bimensuelles et les quotidiens, enfin, c’est le domaine lui aussi fort diversifié des hebdomadaires : la vogue n’est pas encore venue des titres qui inaugurent le modèle de l’hebdomadaire moderne (Candide ne sera lancé qu’en 1924), mais le lancement récent des Nouvelles littéraires annonce cette nouvelle ère de la presse. Ce dernier titre côtoie dans l’échantillon les hebdomadaires plus classiques, plus chers et plus proches du canon de la revue. Il serait imprudent d’essayer de nier le caractère inévitablement arbitraire d’un choix où les titres incontournables côtoient ceux qui auraient aisément pu être remplacés par d’autres. Le seul impératif suivi a été celui de la recherche de la diversité. Le seul domaine absent de notre échantillon est celui de la presse quotidienne régionale, et parmi la foule des périodiques partisans nous n’avons retenu que L’Action française et L’Humanité. Enfin, pour achever de décrire l’échantillon, il faut souligner la place des titres catholiques (le Correspondant, la Revue des jeunes et Les Études) qui reflète le poids de l’Église dans l’espace médiatique de l’époque.

  • 7  Moins systématique est la critique indirecte par le biais des « revues des revues » qui citent par (...)

6La principale justification de la constitution d’un échantillon aussi diversifié est l’absence de différence significative entre les types d’organes quant à leur manière de signaler les ouvrages politiques. Chroniques littéraires qui recensent souvent plusieurs titres ou « notes » bibliographiques isolant un ouvrage particulier (la critique au sens propre, généralement signée), comptes-rendus beaucoup plus brefs et souvent anonymes, citation dans le texte ou en note de bas de page au fil d’un article de fond, extraits (ouvrage complet en « livraisons » ou « bonnes feuilles ») : ce répertoire des manières de signaler un livre se retrouve dans tous les types de périodiques7. En matière de critique et de recensement des ouvrages, les quotidiens fonctionnent d’ailleurs à la manière d’hebdomadaires en proposant chaque semaine un ou plusieurs « pages » littéraires. Le nombre d’ouvrages signalés dans chaque titre n’a que peu de rapport avec le type de périodique considéré.

Titres de l’échantillon

* Organes qui proposent au moins une chronique littéraire régulière

périodicité

prix

N livres politiques signalés

Revue des Sciences politiques

T

7f

26

Revue politique et parlementaire

M

4f50

17

Europe nouvelle (L')*

H

2f

16

Mercure de France (Le)*

BM

3f50

15

Correspondant (le)*

BM

4f

10

Revue française (La)*

H

1f

9

Action nationale (L')

M

3f50

9

Études (Les)

BM

2f

8

Revue de Paris*

BM

3f50

7

Revue des Jeunes*

BM

2f

7

Humanité (L()*

Q

20c

7

Action française (L’)

Q

15c

6

Grande revue (La)*

M

3f

6

Petit Parisien (Le)*

Q

15c

5

Revue des Deux Mondes*

BM

4f50

5

Revue hebdomadaire*

H

1f50

4

Figaro (Le)*

Q

20c

3

Nouvelles littéraires*

H

25c

3

Revue bleue (La)*

BM

1f90

3

Revue mondiale*

BM

3f

2

Nouvelle Revue (La)*

BM

3f

2

Petit Journal (Le)*

Q

15c

1

Renaissance (La)*

H

1f

1

Revue de France*

BM

4f50

1

Revue universelle*

BM

3f50

1

Nouvelle Revue française (La)*

M

4f

1

Europe*

M

4f

1

Revue de Métaphysique et de Morale

T

5f

1

Revue historique

T

8f50

1

Journal (Le)*

Q

15c

0

Annales politiques et littéraires*

H

75c

0

T = trimestriels ; M = mensuels ; BM = bimensuels ; H = hebdomadaires ; Q = quotidiens

7Les quatre titres qui signalent le plus grand nombre d’ouvrages en deux mois relèvent ainsi de quatre modèles de périodiques a priori très différents. Ce qui réunit cependant la Revue des Sciences Politiques (trimestrielle), la Revue politique et parlementaire (mensuelle) et L’Europe nouvelle (hebdomadaire) c’est une claire revendication d’être des outils intellectuels pour le personnel dirigeant du pays et d’offrir à ce titre une bibliographie « politique » particulièrement fournie. Quant au Mercure de France (bimensuel), son cas est différent puisque le grand nombre d’ouvrages politiques signalés n’est que la conséquence d’une volonté beaucoup plus générale d’offrir (et de loin) la plus complète recension des livres de toute la presse de l’époque. D’une manière générale, le tableau ci-dessus montre à quel point le type de périodique concerné n’a que fort peu d’influence sur la place qu’ils accordent aux essais politiques.

  • 8  La quasi totalité des livres publiés par des maisons d’édition disposant d’un appareil promotionne (...)

8Par ailleurs, chaque périodique signale en général un faible nombre d’ouvrages. Mais le nombre total de titres mentionnés est, lui, considérable. Au vu de la petite centaine d’essais politiques signalés dans notre échantillon sur une période de deux mois, on peut considérer que la quasi totalité de la production éditoriale française de ce domaine8 est couverte, d’une manière ou d’une autre, dans l’espace médiatique.

9Pour la plupart, il s’agit de titres récents voire très récents : à peine 10% des ouvrages cités dans les journaux et les revues en janvier-février 1923 ont été publiés avant 1922, et pour ceux dont la date exacte de publication a pu être retrouvée, il s’agit dans leur très grande majorité de livres parus dans le trimestre précédant leur signalement. Après l’absence de différence sensible entre les types de périodiques du point de vue de la manière de signaler les ouvrages, le deuxième enseignement important de l’enquête est que dans l’entre-deux-guerres, déjà, le temps d’exposition d’un ouvrage à la visibilité médiatique est très court. Peu d’ouvrages dans chaque périodique, la quasi totalité des livres signalés et une brève période d’exposition pour chaque ouvrage : l’enjeu qui consiste à émerger de la masse est évidemment décisif et seuls quelques titres y parviennent.

N = 92

% de titres ayant au moins fait l’objet d’un autre signalement dans les périodiques de l’échantillon avant janvier 1923 et après février 1923 (sondages)

1 seul signalement

57 titres

62%

10%

2 signalements

24

26%

25%

3 signalements

7

7,5%

83%

Plus de 3 signalements

dont : 4/5/12

5

3/1/1

5,5%

100%

10Les dépouillements moins systématiques que nous avons pu faire effectuer par ailleurs dans les mêmes périodiques avant ou après janvier-février 1923 permettent de considérer qu’à l’échelle de notre échantillon, c’est le seuil de trois signalements qui est significatif. La concurrence est féroce puisqu’un livre sur huit seulement peut être considéré comme ayant réussi à faire « actualité » au sens où il parvient à être un peu plus visible que les autres. Quant à faire réellement l’événement, c’est une toute autre affaire et un seul essai politique peut être considéré dans ce cas au début de l’année 1923.

Les manières de faire actualité

  • 9  Cf. P. Olivera, La Politique lettrée..., op. cit., chapitre 8.

11À côté des romans qui constituent les gros bataillons des livres « dont on parle » dans les périodiques, la place de l’actualité notamment politique est loin d’être négligeable. Pas n’importe quelle actualité, cependant : essentiellement celle des événements internationaux alors que l’actualité intérieure est largement négligée. L’absence d’écho de l’actualité politique intérieure n’est d’ailleurs pas le fait de l’espace médiatique qui bouderait les livres abordant ce sujet. C’est l’édition elle-même qui, dans les années 1920, tourne le dos à cette actualité-là et qui privilégie systématiquement les affaires internationales9.

12Cette précision donnée, il faut d’abord remarquer l’étroite correspondance entre l’actualité tout court (celle des « nouvelles ») et l’actualité du livre. La manière la plus sûre de faire actualité pour un essai politique au début de l’année 1923, au sens il où retient l’attention des périodiques, c’est de pouvoir être rattaché d’une manière ou d’une autre aux événements du moment. De ce point de vue, les revues les plus élitistes ne se distinguent guère des journaux de grande audience. Au début de l’année 1923 retenue pour notre étude d’échantillon, trois événements occupent le devant de la scène internationale : l’arrivée au pouvoir des fascistes en Italie, la victoire de Mustapha Kemal en Turquie et l’occupation de la Ruhr par les troupes françaises. Les modalités du rapport à l’événement ne sont pas toujours les mêmes.

13L’Italie présente un cas particulier dans c’est la mesure où c’est la rareté de l’offre qui permet l’émergence d’un titre. Quelques mois après la « Marche sur Rome », les éditeurs français ont très peu de livres à offrir aux lecteurs sur le thème de la crise politique italienne dès lors que, d’une manière générale, la vie politique du royaume d’Italie intéresse peu les publicistes français. Le dépouillement des annonces publicitaires de la Bibliographie de la France montre que ce n’est pas avant l’automne 1923, plus d’un an après l’événement, donc, que l’édition française commence à mettre sur le marché des livres sur ce thème. C’est un exemple manifeste de la difficulté de l’édition à « suivre » l’événement qui confirme l’idée de sens commun que le temps du livre n’est pas celui de l’événement. C’est donc dans ce contexte de rareté de l’offre éditoriale sur l’Italie que le livre de Pietro Gorgolini (Le Fascisme, Nouvelle Librairie Nationale, janvier 1923) attire l’attention des médias. Il faut une maison d’édition engagée comme la Nouvelle Librairie Nationale de l’Action française pour s’intéresser au nationalisme italien. Le livre est à l’évidence un ouvrage partisan puisque la première édition italienne a paru dans la « Biblioteca di propaganda e cultura fascista » et qu’il est précédé d’une préface de Mussolini lui-même. À sa sortie en France, le livre bénéficie certes du large réseau intellectuel maurrassien mais l’écho qu’il rencontre le dépasse largement. Les conditions de réception de ce livre sans concurrent à l’époque de sa publication expliquent que son caractère partisan soit très peu relevé. Le rapport étroit à l’actualité italienne est, lui, presque toujours mis en avant et il neutralise la lecture idéologique au profit d’une lecture « documentaire ».

14Le contraste est net avec les deux autres événements importants de l’époque qui contribuent à attirer l’attention sur des ouvrages. Dans le cas de question turque, et plus encore dans celui de question allemande, c’est au contraire l’abondance de la production, l’existence d’une longue tradition d’étude et d’une forte continuité d’intérêt qui dominent. Ici, l’enjeu est évidemment différent : comment émerger de la masse, comment faire événement avec un livre ?

  • 10  « Bulletin bibliographique », Le Correspondant, 10 janvier 1923.

15En janvier-février 1923, les périodiques dépouillés signalent 6 ou 7 ouvrages plus ou moins directement liés à l’actualité turque. La victoire de Mustapha Kemal contre les Grecs est exactement contemporaine de l’arrivée au pouvoir de Mussolini puisque la prise de Smyrne remonte au mois d’octobre 1922, mais l’intérêt pour l’actualité turque est relayé au début de 1923 par l’ouverture de la conférence de Lausanne qui aboutira en juillet au traité révisant celui de Sèvres. Mais la vraie raison de l’abondance de l’offre est ailleurs. Ce qui explique l’importance accordée à l’actualité turque dans l’offre éditoriale, c’est surtout l’inscription des événements récents dans la continuité d’une longue tradition d’étude de la « Question d’Orient » relayée à l’époque par les intérêts de la France en Syrie et par la question du « réveil » de l’Islam. Cette situation très différente de celle concernant l’Italie met en lumière un autre aspect du processus d’inscription des livres à l’agenda médiatique. Pas plus qu’à propos de l’Italie, il ne s’agit de livres spécifiquement consacrés à l’événement récent, mais plutôt d’ouvrages présentés comme pouvant donner au lecteur curieux un éclairage global sur les « problèmes » que soulève cet événement. La formule utilisée par l’auteur du compte-rendu du livre de Monseigneur Grante (Une mission au Levant, Beauchesne, 1922) résume à elle seule le rapport lettré à l’actualité qui peut contribuer à attirer l’attention sur un ouvrage : « c’est un livre qui intéresse à la fois les amateurs cultivés et les esprits préoccupés des questions actuelles »10. Les manières de réussir cette articulation de la « culture » et de l’immédiat sont très variables. Parmi les nombreux ouvrages du moment qui sont explicitement mis en relations avec l’actualité turque, les rares titres qui sortent du lot relèvent de genres très différents : autant le lien avec les événements est immédiat avec La Crise turque (chez Plon) du publiciste attaché à la célèbre Revue des Deux Mondes, Maurice Pernot, autant le récit du comte de Gontaut-Biron (Comment la France s’est installée en Syrie, lui aussi chez Plon) semble plus éloigné de l’actualité immédiate, même s’il rappelle un arrière-plan décisif de la sensibilité française de l’époque à la question turque. L’ouvrage qui retient la plus grande attention dans ce domaine révèle cependant l’enjeu décisif de faire tout à la fois écho à l’actualité immédiate et de permettre une forme de montée en généralité : mieux que tous les autres ouvrages du moment, Le Nouveau monde de l’islam de Lothrop Stoddard (Payot, novembre 1922) dramatise et généralise les enjeux dont la crise turque n’est qu’un aspect.

  • 11  Voir le signalement strictement identique du livre dans la Revue politique et parlementaire et dan (...)
  • 12  Titre de l’article de C. Dassy dans Clarté, n°28, janvier 1923.
  • 13  « Revue de la quinzaine. Bibliographie politique », Le Mercure de France, 1er juin 1923.

16À propos de cet ouvrage, il faut d’abord écarter l’idée que cette manière de lier l’événement aux « grandes » questions serait le fruit d’une lecture attentive et approfondie des critiques et des journalistes. En l’occurrence, ces derniers se contentent ici de reprendre tel quel le prière d’insérer de l’éditeur. C’est bien Payot qui relie explicitement l’ouvrage publié à la récente victoire des Turcs en insistant sur le fait qu’il s’agit du « seul exposé complet » sur la question de l’Islam moderne11. Le rapport à l’actualité autorise les usages les plus opposés du livre, de la revue Clarté proche du Parti communiste qui le cite à l’appui d’un constat optimiste sur « l’islam et la révolution mondiale »12, jusqu’au Mercure de France qui semble prendre ses distance avec un lieu commun comme le « péril jaune » pour aussitôt ajouter, avec le livre de Stoddard à l’appui, qu’il faut bien reconnaître « qu’il existe réellement — et plus généralement, — [qu’il existe] pour l’Europe un péril asiatique, et en outre africain, qui est pour moitié un péril islamique »13.

  • 14  Cf. Bibliographie de la France, 2 février 1923, partie « Annonces ».
  • 15  Le prix Flach de l’Académie des sciences morales et politiques attribué aux Libertés Rhénanes de J (...)
  • 16  Malgré le statut de spécialiste patenté des questions allemandes dans les revues d’Henri Lichtenbe (...)

17On retrouve les mêmes logiques d’association d’une actualité à la réflexion sur les « grandes questions » du moment à propos de la crise de la Ruhr. L’événement occupe d’autant plus le devant de la scène de l’actualité du livre qu’il s’inscrit dans la continuité d’une considérable production consacrée à l’Allemagne d’après-guerre et au problème des réparations. Dans les publicités destinées à l’attention des libraires, le seul éditeur Plon signale ainsi en février 1923 une dizaine d’ouvrages d’ « actualité » consacrés à l’Allemagne14. Comme pour l’actualité turque dont l’écho sur l’actualité du livre passait par un regain de visibilité de la « Question d’Orient », c’est moins la crise de la Ruhr elle-même qui est au cœur des ouvrages qu’elle contribue à rendre visible, que l’ensemble du « problème » allemand tel qu’il s’est trouvé reformulé par l’issue de la Grande Guerre et les conditions de la paix. Au total, les livres sur l’Allemagne, ceux consacrés à la politique extérieure de la France en Europe centrale et ceux portant sur la question des réparations représentent le quart de tous les ouvrages signalés dans notre échantillon en janvier et février 1923. Ici, c’est donc encore une fois le trop plein qui menace et toute la difficulté est d’émerger de la masse des titres publiés sur le même sujet. Il faut relever ici que l’espace médiatique n’offre guère de prime à la volonté pédagogique des éditeurs : l’ouvrage de Jean Lescure consacré aux réparations dans la « petite » collection de Plon « Problèmes d’aujourd’hui » (Le Problème des réparations. Comment le résoudre ?, 1922) est moins fréquemment signalé que le gros livre que l’universitaire Bertrand Nogaro consacre au même sujet (Réparations, dettes interalliées et restauration monétaires, PUF, 1922). De même, les prix décernés par l’Institut ont peu d’influence sur la réception15, pas plus que la position que l’on pourrait supposer favorable d’une bonne inscription dans les milieux publicistes de l’époque16. C’est encore à un autre facteur qu’il attribuer la capacité d’un ouvrage à retenir l’attention. En l’occurrence, le livre de Moïses Brinckemeyer, L’Évolution économique de l’Allemagne. Hugo Stinnes (chez Plon) a pour lui d’évoquer une figure familière des médias puisque l’industriel allemand auquel il consacre son ouvrage est depuis quelques années déjà le véritable épouvantail de la presse française. La fabuleuse croissance de son groupe industriel à la faveur des désordres économiques et politiques de l’immédiat après-guerre est très souvent invoquée pour mettre en avant la vigueur de l’économie allemande, pour dénoncer le rôle du grand capital dans la manipulations des gouvernements et pour « prouver » la capacité de l’Allemagne à « payer ». L’événement — ici la crise de la Ruhr — ne favorise donc l’actualité du livre qu’à la condition de permettre la répétition d’un topos bien établi.

  • 17  On relèvera que les deux vont souvent de pair : les grands quotidiens à fort tirage affectionnent (...)

18Si l’actualité internationale est à l’évidence le point de référence de l’actualité du livre politique, elle n’est pas le seul mode de consécration médiatique de cette production. Parmi les ouvrages les plus fréquemment signalés dans les journaux et les revues de 1923, il en est certains qui ne doivent rien à cette actualité. À la différence des grands événements de l’agenda international, il ne s’agit que de cas isolés dont la capacité à être remarqués relève à chaque fois d’un faisceau de causes particulières. Pour expliquer la visibilité du livre de Georges Goyau (Catholicisme et politique, Éditions de la Revue des jeunes, février 1923) il faut invoquer l’actualité de vie intellectuelle : élu sous la Coupole en juin 1922, Goyau est reçu en février 1923 et l’écho de l’événement dans les chroniques du moment entraîne souvent dans son sillage (et bien au-delà des seules périodiques catholiques) la mention du livre qu’il publie au même moment. Dans le cas de La Russie nouvelle d’Edouard Herriot (Ferenczi, décembre 1922), aucune actualité particulière ne justifie que l’ouvrage soit plus souvent mentionné que d’autres. C’est à la célébrité de l’auteur — principale figure de l’opposition politique au « Bloc national » majoritaire —, et l’écho d’une publication antérieure dans les pages du Petit Parisien (un million d’exemplaires) qui expliquent sans doute une visibilité un peu supérieure à celle de la plupart des livres publiés17. Parfois, l’écho d’un livre s’explique moins facilement : à quoi faut-il attribuer celui du Moderne Plutarque d’Etienne Fournol (Éditions du monde nouveau, décembre 1922), une galerie de portraits politiques comme il s’en publie régulièrement ? Et le relatif succès de réception du livre de l’obscur Henri Michel (Organisation et rénovation nationale, A. Colin, décembre 1922) qui vient après une foule d’ouvrage consacrés à la rationalisation des méthodes productives et administratives : la préface du maréchal Lyautey, dont on connaît l’importance des réseaux intellectuels, suffit-elle à l’expliquer ? Les voies du succès (d’estime, en tout cas) ne sont à coup sûr pas toujours pénétrables...

  • 18  BdF 02/11/1923. Pour faire bonne mesure, Plon déclare par la même occasion qu’il faut « lire égale (...)

19Mais à l’échelle de notre échantillon tout entier, l’important est avant tout de relever combien le rapport à l’actualité sous toutes ses formes apparaît comme une nécessité pour les livres qui sont mis sur le marché. Les éditeurs ne s’y trompent pas, qui invoquent en permanence cette actualité dans leurs publicités ou les prières d’insérer, y compris pour des ouvrages dont le rapport à cette actualité paraît loin d’être évident. Pour ne donner que deux exemples, plutôt déroutants au premier abord, de cet impératif d’actualité, on peut citer par exemple l’éditeur Plon qui invoque à l’époque des événements de la Ruhr la nécessité de (re ?)lire Le Génie du Rhin de Barrès (« pour comprendre la mentalité des Rhénans et les événements qui se déroulent aujourd’hui, il faut ce lire ce livre réellement prophétique »18). Ou encore cet échange entre le directeur de collection Daniel Halévy qui veut convaincre l’éditeur Bernard Grasset de l’opportunité de publier un manuscrit :

« Je reçois, recommandé par L. Bertrandi, un manuscrit écrit par Mme la générale Bassenne, qui raconte l’étonnante et admirable vie d’une jeune institutrice française qui a épousé un prince saharien, chef d’une congrégation religieuse, et qui, de 1871 à 1917, a régné, chrétienne, sur une congrégation musulmane. Aurélie, princesse des sables, est par surcroît un récit écrit avec un goût charmant.

  • 19  Lettre du 11 décembre 1924 citée in S. Laurent, Une écriture entre littérature et politique. Danie (...)

Où publier cela, sinon dans les Cahiers ? Et hélas ! il faudrait publier vite. Ce n’est pas l’auteur, c’est moi, qui crois à l’actualité très pressante des réalités islamiques »19

20À lire ces justifications éditoriales d’ « actualité », on se prend à songer qu’elles relèvent parfois de la pure incantation, d’un quasi rituel du monde de l’édition dont les énoncés performatifs répondent à la fois à la nécessité de « couvrir » l’actualité et de chercher tous azimuts des arguments pour choisir dans la masse publiable. L’essentiel, ici, est d’en retenir que tout ou presque est susceptible de faire actualité et que le discours promotionnel de l’édition est toujours orienté vers la mise en exergue d’une forme d’actualité. Or, la réception dans les périodiques rappelle non seulement que cet effort n’est pas toujours couronné de succès (ce qui est peu surprenant), mais qu’en outre la capacité de transformer l’intention d’actualité en réelle actualité du livre obéit à des logiques pour le moins complexes.

21Si, comme on l’a vu, l’actualité des événements du monde (tels que sélectionnés par le filtre médiatique, bien sûr) est un ressort puissant de l’actualité du livre, celle-ci obéit en effet à des logiques spécifiques qui n’en sont pas le simple décalque. Sauf cas très particulier où c’est la rareté de l’offre de livre liée à l’événement qui fait l’actualité d’un ouvrage — comme nous l’avons vu à propos de la prise de pouvoir des fascistes en Italie —, la proximité d’un livre à l’événement est rarement à elle seule un facteur de succès. Ce que l’espace de réception valorise, c’est d’abord la capacité d’un livre à rencontrer l’événement par le moment précis de sa publication tout en proposant une vision élargie, « générale », de la « question » soulevée par ledit événement. Cette prime à la « généralité » semble donc conforme au topos du livre permettant d’éclairer l’événement par un regard distancié. La presse comme les revues contribuent à cette idée reçue que la « culture » permet de « comprendre ». Mais il serait simpliste de s’en tenir là, sans remarquer aussi combien le mode d’articulation du livre à l’événement reste presque toujours superficiel, comme forcé, de l’ordre de l’invocation plutôt que d’un réel usage démonstratif. On ne sait rien, évidemment, de l’usage que font les lecteurs dont l’attention aura ainsi été attirée sur un titre particulier. Mais la lecture médiatique, elle, relève strictement du registre de la confirmation d’une évidence déjà là.

22Il y a donc une contradiction fondamentale entre la mise en scène du livre « éclairant » l’actualité par les « perspectives » qu’il ouvrirait et l’évidente difficulté qu’il y a à trouver une réelle articulation entre l’actualité médiatique et le propos des livres. C’est peut-être cette contradiction qui explique que le principal ressort de l’actualité du livre se joue sur un autre registre.

Le livre comme témoignage de « notre temps »

  • 20  Pierre Andreu et Frédéric Grover évoquent une centaine d’articles en tout dans le dossier de press (...)

23Parmi la masse des titres signalés par les périodiques au début de l’année 1923, il en est un dont la réception tranche avec tous les autres, aussi bien par l’importance qui lui est accordée que par la manière de lui accorder cette importance : c’est Mesure de la France de Pierre Drieu La Rochelle (Grasset, novembre 1922). Dans ce cas très particulier, ce n’est plus l’actualité qui vient justifier l’intérêt de l’ouvrage. Ici, nous sommes dans le domaine de l’événement proprement intellectuel au sens où c’est le livre lui-même, hors de toute relation immédiate avec « l’actualité », qui semble suffire à faire actualité. Ce recueil de réflexions donnant le sentiment de l’auteur sur la situation générale de la France d’après-guerre (« je médite sur la mesure de la France et sur le sort du monde ») n’a rien, en lui même, de très original. D’autres livres du même genre sortent au même moment. Mais ce qui fait à l’évidence le succès de réception de celui-ci20, c’est qu’il est reçu dans le registre de la littérature.

  • 21  Voir l’Enquête sur les maîtres de la jeune littérature de Pierre Varillon et d’Henri Rambaud qui p (...)
  • 22  Cf. M. Martin du Gard, Les Mémorables, tome 1 : 1918-1923, Flammarion, 1957, p. 280.
  • 23  Cf. P. Andreu et F. Grover, op. cit., p. 156-157 et p. 219.
  • 24  NRF, 1er février 1923, p. 436.
  • 25  Le premier en proposant le titre Mesure de la France plutôt que Le Crime de la France initiallemen (...)
  • 26  « Il y a dans cette évolution des mœurs sexuelles de subtiles lois que nous pouvons étudier, mais (...)
  • 27  C’est ce que ne voient pas les biographes Andreu et Gover, trop attachés à la lettre d’une récepti (...)

24C’est dans le cadre des chroniques littéraires, qui constituent l’espace de réception des livres le plus important (en volume et en prestige) dans les périodiques, que Mesure de la France est largement commenté. Or, le fait est rare pour un essai politique, là où ce sont plutôt les romans qui dominent. La clé du succès de l’ouvrage de Drieu La Rochelle, c’est la capacité à être immédiatement considéré comme une manifestation du « mouvement littéraire contemporain ». Proche de ceux qu’on appelle encore les « dadas » et qui ne sont pas encore les surréalistes, Drieu a pour lui d’incarner l’avant-garde et d’être reconnu comme jeune écrivain prometteur avant la sortie de Mesure de la France. C’est à ce titre qu’il peut prétendre être « représentatif » de quelque chose (comme le proclame son éditeur dans la présentation qu’il fait de l’ouvrage dans son catalogue), à ce titre aussi qu’il fait partie de ceux à qui la Revue hebdomadaire s’adresse pour leur demander à la fin de 1922 qui sont les « maîtres de la jeune littérature »21. Mesure de la France est précisément l’ouvrage qui fait passer son auteur de la réputation des cénacles à la petite gloire intellectuelle. Quand Maurice Martin du Gard, le fondateur des Nouvelles littéraires, rend pour la deuxième fois visite à Barrès en février 1923, leur conversation tourne autour de l’ouvrage22. Plus tard, en novembre 1923, un article de Charles Maurras relancera encore la discussion autour de ce livre et à partir de 1925, Drieu La Rochelle sera l’un des jeunes auteurs sur lesquels Gaston Gallimard investira en lui consentant une mensualité de 2000 francs23. Dans la Nouvelle Revue Française, Jean Schlumberger a beau déclarer en commençant la « note » qu’il lui consacre que Mesure de la France est un livre « qui a mieux a faire que de plaire aux amateurs de littérature »24, c’est pourtant bien d’abord à cela que l’essai doit son écho. Plus que le ton provocateur du livre, que Maurice Martin du Gard et Daniel Halévy se sont d’ailleurs efforcés d’atténuer25, plus aussi que la nature des questions abordées comme les causes de la dépopulation française — un des lieux communs les mieux partagés de l’époque, dont Jean de Gourmont moque d’ailleurs dans le Mercure de France la façon qu’a Drieu de les évoquer26 — c’est à l’accord général des critiques pour considérer l’auteur comme appartenant au « mouvement littéraire » contemporain et comme « représentatif » de sa « génération » que Mesure de la France doit son succès de réception. Qu’ils le déplorent ou qu’ils s’en félicitent, les critiques sont tous d’accord pour considérer le livre comme important pour cette raison27.

  • 28  Cf. « Revue de la presse », L’Action française, 3 janvier 1923 et Marcel Martinet, « Les Lettres » (...)

25Il faut donc dépasser la seule explication d’un « succès » par le fait qu’en relevant du domaine de la littérature, un essai dispose de cet indiscutable avantage sur la plupart des autres qu’on lui fait l’honneur des chroniques littéraires. S’il y a là un facteur évident de visibilité d’un ouvrage, il reste à comprendre les raisons de l’accord général et immédiat de l’ensemble du dispositif de réception sur le caractère « représentatif » du livre en question. De la même façon, l’étroite surveillance de la critique par elle-même n’explique pas l’essentiel : certes, il est frappant de constater que c’est le même article d’André Chaumeix dans Le Gaulois qui fait réagir L’Action française et L’Humanité à propos du livre de Drieu28. Mais ce constat n’élucide guère les raisons pour lesquelles c’est sur ce jugement là et sur ce livre là que les deux journaux éprouvent le besoin de réagir. Il serait téméraire de prétendre ici répondre de manière exhaustive et définitive au problème sur lequel tout questionnement sérieux de la notion d’actualité vient buter : le caractère presque miraculeux (un miracle perpétuellement reconduit) du consensus médiatique à propos de ce qui est « significatif ». Mais le cas de Mesure de la France permet au moins de poser quelques jalons pour la compréhension d’un cas particulier de cette disposition générale, à savoir le processus de la fabrication de « l’esprit du temps ».

  • 29  Sur le caractère indiscutable du témoignage, voir les analyses de Renaud Dulong, Le Témoin oculair (...)

26Si cet accord est à ce point général, c’est d’abord qu’il existe, dans la profession critique et chez l’ensemble de ceux dont la fonction est de rendre compte des publications dans les périodiques, une disposition à valoriser ce type particulier d’ « actualité ». Conforme à la dignité du livre dont nous avons vu que la « distance » à l’événement était une condition de sa réception favorable, le « témoignage » possède une valeur qui ne se discute pas et qui s’impose dans sa totalité par sa valeur « documentaire »29. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les notions de « génération » ou d’ « esprit du temps » sont à ce point cardinales dans le discours critique, en ce qu’elles dispensent de toute justification ou de toute argumentation portant sur le propos d’un livre. Le caractère « significatif » d’un témoignage sur l’époque se décrète, il ne se justifie pas.

  • 30  Cf. Association des courriéristes littéraires des journaux quotidiens, L’Ami du lettré pour 1926, (...)
  • 31  Sur l’histoire de cette collection, voir l’ouvrage de Sébastien Laurent consacré à son directeur ((...)
  • 32  Cf. « Réflexions sur la littérature : cahiers », NRf, n°156, septembre 1926.

27L’autre raison de l’accord général de l’espace de réception sur cette valeur « significative » et « représentative » est qu’il se joue pour l’essentiel ailleurs que dans les pages des périodiques. Dans l’entre-deux-guerres, en tout cas, le rôle de l’instance éditoriale est ici décisif. L’idée qu’il revient à l’édition d’enregistrer les « tendances » de l’époque est d’ailleurs un topos solidement établi de la profession. C’est Georges Crès, par exemple, qui déclare qu’il se conçoit comme le « secrétaire intellectuel de son temps »30. Faire la liste des collections d’ouvrages qui se donnent comme objectif explicite de refléter les « tendances » de « notre temps » serait fastidieux tant elles sont légion. On se contentera ici d’évoquer la plus célèbre de ces collections, les « Cahiers verts », dans laquelle Mesure de la France est justement publié31, et qui était présentée au moment de son lancement comme « l’œuvre collective d’une génération ». Chaque époque possède son propre dispositif de sélection de ce qui est « représentatif » et dans les années 1920, le type bien particulier de collection qu’inaugure la formule des « Cahiers verts » y joue un rôle décisif en organisant la mise en scène de l’ « esprit du temps » : elles associent la valeur de création de la part du petit nombre des écrivains « qui comptent » et la valeur documentaire d’un florilège des opinions « représentatives », en pratiquant l’élitisme tempéré de la formule semi-bibliophilique (tirages — modérément — limités et beaux papiers « démocratiques », relativement bon marché). Les collections de « cahiers » qui se multiplient dans les années 1920 présentent ainsi la particularité de montrer sous une forme exceptionnellement explicite ce qui reste en général de l’ordre de l’implicite : la capacité de l’instance éditoriale à orienter le discours critique, comme le reconnaît d’ailleurs le célèbre critique Albert Thibaudet en reconnaissant que les collections de « cahiers » facilitent sa tâche en sélectionnant les œuvres et en montrant les « groupes »32.

28Comme on l’a vu à propos du tout venant des essais dont le prière d’insérer était fréquemment repris à la lettre près par les périodiques qui signalaient les ouvrages, le paratexte éditorial de Mesure de la France est, à une autre échelle, la matrice de l’ensemble du discours de sa réception.

  • 33  Cf. l’annonce publicitaire de la sortie du livre dans la Bibliographie de la France du 24/11/1922.

29« Drieu La Rochelle, essayiste, poète, conteur, est l'un des premiers de la très jeune génération, celle qui n'a pas encore trente ans. Dans le volume qu'il publie aujourd'hui, il s'efforce d'envisager avec courage les problèmes de la société et du peuple français ; il écarte les faux problèmes dont vivent les politiciens ; sous le fatras des mots d'hier, il cherche la vérité. Il est l'un des écrivains les plus représentatifs de la génération d'après-guerre. »33

30La place centrale que l’on constate ici de la notion de « représentativité » est la forme la plus aboutie et la plus efficace de ce qui est une constante du discours promotionnel des éditeurs : la capacité d’un livre à dire son époque, à constituer le repère d’un récit de « notre temps » dont l’écriture est immédiatement contemporaine de l’époque en question. A voir comment l’espace médiatique (journaux et revue confondus) répète fidèlement un jugement élaboré en amont, on relativise considérablement l’idée reçue que l’éditeur ou le critique « révèlent » le signifiant d’une époque qui serait par définition confuse et difficile à « comprendre ». C’est au contraire l’évidence immédiate et très largement partagée des traits « significatifs » de l’époque qui est frappante. Tout se passe comme si le sens de « notre temps » était un donné immédiatement disponible.

Conclusion

31Contrairement au lieu commun selon lequel le temps du livre ne pourrait être le temps de l’événement et de l’actualité, ce qui frappe au contraire c’est l’étroitesse du rapport entre le temps médiatique et l’actualité du livre. La brièveté du temps d’exposition des ouvrages à la visibilité médiatique, déjà dans les années 1920, impose en effet la nécessité d’une re-connaissance immédiate de la valeur « significative » d’un livre. Et contrairement à ce que peuvent laisser penser les exemples aussi souvent mis en avant qu’ils sont en réalité exceptionnels, cette re-connaissance est rarement celle de la révélation du génie ou de l’œuvre majeure. C’est beaucoup plus souvent sous la forme d’un rapport à l’actualité qu’elle s’opère et c’est la crédibilité ou l’efficacité de ce rapport qui permet l’émergence d’un titre de la masse des publications.

32Encore faut-il préciser la nature de ce rapport à l’actualité qui n’est jamais immédiat, toujours médiatisé par des logiques et des enjeux propres au monde du livre. La notion d’actualité du livre est d’abord le produit de la rencontre, en partie fortuite, entre les deux formes de temporalités a priori étrangères l’une à l’autre que sont le temps de l’événement d’une part et le celui des modes ou des traditions intellectuelles. La dignité d’un objet d’étude relève d’une forme d’inertie incompatible avec le rythme de l’actualité. Dans les années 1920, un livre peut rencontrer l’actualité mais il ne réagit presque jamais à celle-ci. Les pratiques éditoriales que l’on constate parfois aujourd’hui de fabrication d’un ouvrage en vue d’une actualité prévisible (que l’on pense à l’approche des élections par exemple) sont encore très rares à cette époque. On ne peut cependant s’en tenir à ce simple constat, ne serait-ce que parce qu’en matière de mise en correspondance d’un livre avec l’actualité, l’inventivité ou l’esprit d’à propos des éditeurs et des critiques est telle que l’absence d’intention de couvrir l’actualité par le livre ne les empêche nullement de développer toutes les formes d’argumentation possibles pour établir le lien entre un ouvrage et les événements du moment.

33L’essentiel est plutôt de relever combien le rapport entre l’actualité tout court et l’actualité du livre s’établit au nom d’une hiérarchie des valeurs d’actualité propre au livre. Tout événement n’est pas également propice à l’établissement de ce rapport. Dans les années 1920, seules les questions internationales semblent en mesure de permettre l’indispensable montée en généralité (la mobilisation des grandes questions de « civilisation ») qui constitue le mode pertinent de mise en relation d’un ouvrage avec l’actualité. L’articulation du particulier de l’événement avec le caractère de généralité d’un ouvrage est une constante de la réception médiatique des livres. Fondée sur une représentation largement partagée de l’ « honnête homme » et de ce qu’il lui faut « savoir », cette réception met en œuvre la rhétorique bien éprouvée de la juste « distance » à l’actualité.

34Mais là encore, il faut aller plus loin pour constater l’extrême pauvreté de la lecture médiatique des ouvrages. Alors que toute la rhétorique de la réception repose sur l’idée d’une continuité directe entre l’instantané de l’événement et la généralité de la pensée, la seconde permettant de mieux « comprendre » le premier, cette continuité apparaît largement factice dans les faits. Le discours médiatique — y compris dans les revues supposées proposer un regard décalé vis à vis de l’actualité — fait un usage très limité de la matière livresque. Comme s’il y avait là deux registres de discours dont la correspondance était presque impossible à mettre en œuvre malgré l’évidence convenue qu’ils doivent aller de pair.

35Et c’est sans doute ce qui explique l’efficacité de la forme très particulière d’actualité du livre que constitue la réception d’un ouvrage en termes de « témoignage » de l’époque. Libérée de toute relation directe à l’événement, l’actualité d’un livre relève alors de l’évidence et elle peut se passer de l’appareil souvent laborieux de construction du rapport entre deux temporalités étrangères l’une à l’autre. Nul besoin de justification, dans ce cas, ni d’articulation du fait et de son interprétation. Le témoignage de « notre temps » est un « document » dont la valeur ne se prouve pas, et d’autant moins que cette valeur est consacrée dans le registre du littéraire. Ce contre-modèle de la réception des livres met par contraste en lumière ce que le modèle courant de construction de l’actualité d’un livre peut avoir d’artificiel, de forcé, et en même temps le caractère spectaculairement convenu de l’idée que l’espace médiatique pourrait être le lieu d’une réflexion sur les événements enrichie par la lecture des livres.

Haut de page

Notes

1  « Wladimir d’Ormesson, lauréat du prix de L’Europe nouvelle », L’Europe nouvelle, n° 563, 24 novembre 1928.

2  Cf. Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Editions Odile Jacob, 1997, 494 p. et Christian Delporte, Les Journalistes en France (1880-1950). Naissance et construction d'une profession, Éditions du Seuil, 1999, 449 p.

3  Cf. Thomas Loué, « Un modèle matriciel : les revues de culture générale », in J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.-Y. Mollier (dir.), La Belle Epoque des revues, 1880-1914, Éditions de l’IMEC, 2002, pp. 57-68.

4  Sur ce que l’on peut entendre par « essais politiques » à l’époque de l’entre-deux-guerres et sur la difficulté de circonscrire un genre bien spécifique, nous renvoyons à notre thèse, La Politique lettrée. Les essais politiques en France, 1919-1932, thèse sous la direction de C. Charle, Université de Paris I, 2001, dont est largement tirée par ailleurs la matière de cette étude.

5  L’année 1923 peut être considérée comme le moment où le marché du livre sort véritablement de l’orbite de la guerre et des bouleversements qu’elle avait induit (cf. P. Olivera, La Politique lettrée..., op. cit., chapitre 7).

6  Cf. Thomas Loué, La Revue des Deux Mondes de Buloz à Brunetière, thèse d’histoire soutenue sous la direction d’Alain Corbin, Université de Paris I, 1998, 1277 p..

7  Moins systématique est la critique indirecte par le biais des « revues des revues » qui citent parfois les comptes-rendus d’autres titres. Pour être complet, il faudrait citer la publicité, mais elle est très peu fréquente concernant les essais politiques à l’exception notable de L’Humanité dont les pages sont remplies des annonces que la Librairie de L’Humanité fait passer pour sa propre production et pour les ouvrages des éditeurs « bourgeois » qu’on peut s’y procurer (en janvier 1923, par exemple, les ouvrages d’Herriot et de Montandon portant sur la Russie communiste et respectivement publiés chez Ferenczi et Alcan). L’extrême singularité de cette pratique et le fait qu’elle porte largement sur la forme très spécifique des brochures de propagande nous a conduit à ne pas en tenir compte dans nos comptage.

8  La quasi totalité des livres publiés par des maisons d’édition disposant d’un appareil promotionnel minimal en tout cas, ce qui laisse de côté les ouvrages publiés à compte d’auteur ou la micro-édition locale ou militante (cette dernière relevant le plus souvent de circuit de promotion et de diffusion spécifiques).

9  Cf. P. Olivera, La Politique lettrée..., op. cit., chapitre 8.

10  « Bulletin bibliographique », Le Correspondant, 10 janvier 1923.

11  Voir le signalement strictement identique du livre dans la Revue politique et parlementaire et dans la Nouvelle Revue.

12  Titre de l’article de C. Dassy dans Clarté, n°28, janvier 1923.

13  « Revue de la quinzaine. Bibliographie politique », Le Mercure de France, 1er juin 1923.

14  Cf. Bibliographie de la France, 2 février 1923, partie « Annonces ».

15  Le prix Flach de l’Académie des sciences morales et politiques attribué aux Libertés Rhénanes de Jean de Pange ne permet guère à ce livre d’être plus remarqué que les autres.

16  Malgré le statut de spécialiste patenté des questions allemandes dans les revues d’Henri Lichtenberger, son livre sur L’Allemagne d’aujourd’hui dans ses relations avec la France n’est signalé que deux fois dans notre échantillon.

17  On relèvera que les deux vont souvent de pair : les grands quotidiens à fort tirage affectionnent particulièrement les « témoignages » des principales figures de la vie politique comme en témoigne au début de 1923 la publication des « mémoires » de Klotz dans Le Journal et celle de Viviani dans Le Matin (qui donneront chacune lieu à publication en volume peu après).

18  BdF 02/11/1923. Pour faire bonne mesure, Plon déclare par la même occasion qu’il faut « lire également » l’ouvrage du Comte de Briey déjà rappelé en février.

19  Lettre du 11 décembre 1924 citée in S. Laurent, Une écriture entre littérature et politique. Daniel Halévy (1872-1932), thèse d’histoire sous la direction de Serge Berstein, I.E.P. de Paris, 1999, annexes, p. 103.

20  Pierre Andreu et Frédéric Grover évoquent une centaine d’articles en tout dans le dossier de presse du livre (Pierre Drieu La Rochelle, Hachette, 1979, p. 153).

21  Voir l’Enquête sur les maîtres de la jeune littérature de Pierre Varillon et d’Henri Rambaud qui parait dans la Revue hebdomadaire de septembre à décembre 1922 avant d’être publiée en volume chez Bloud et Gay en 1923.

22  Cf. M. Martin du Gard, Les Mémorables, tome 1 : 1918-1923, Flammarion, 1957, p. 280.

23  Cf. P. Andreu et F. Grover, op. cit., p. 156-157 et p. 219.

24  NRF, 1er février 1923, p. 436.

25  Le premier en proposant le titre Mesure de la France plutôt que Le Crime de la France initiallement envisagé (cf. la lettre de Drieu citée dans les Mémorables de M. Martin du Gard, Flammarion, 1960, tome 2, p. 373) et le second en excusant d’avance dans sa préface l’impatience et les excès de la jeunesse.

26  « Il y a dans cette évolution des mœurs sexuelles de subtiles lois que nous pouvons étudier, mais qu’aucun lyrisme ne pourra renverser », in « Revue de la quinzaine. Littérature », Mercure de France, 1er avril 1923, p. 166.

27  C’est ce que ne voient pas les biographes Andreu et Gover, trop attachés à la lettre d’une réception dont nous avons déjà évoqué le caractère presque systématiquement superficiel, et qui préfèrent insister sur le fait que le livre n’a pas été « compris » (op. cit., p. 153) alors que l’essentiel est plutôt le caractère spectaculaire de cet accord général pour considérer le livre comme « représentatif ».

28  Cf. « Revue de la presse », L’Action française, 3 janvier 1923 et Marcel Martinet, « Les Lettres », L’Humanité, 7 janvier 1923.

29  Sur le caractère indiscutable du témoignage, voir les analyses de Renaud Dulong, Le Témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, EHESS, 1998, 237 p.

30  Cf. Association des courriéristes littéraires des journaux quotidiens, L’Ami du lettré pour 1926, Grasset, 1925, p. 389.

31  Sur l’histoire de cette collection, voir l’ouvrage de Sébastien Laurent consacré à son directeur (Daniel Halévy, Grasset, 2001, 595 p.) et pour une mise en perspective des « cahiers verts » dans le paysage des collections des années vingt, cf. Philippe Olivera, « Les ‘Cahiers verts’ dans le paysage éditorial des années vingt », in Toby Garfitt (ed.), Daniel Halévy, Henri Petit et les Cahiers verts, Berne, Peter Lang, 2004.

32  Cf. « Réflexions sur la littérature : cahiers », NRf, n°156, septembre 1926.

33  Cf. l’annonce publicitaire de la sortie du livre dans la Bibliographie de la France du 24/11/1922.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Olivera, « Le temps des essais politiques », Temporalités [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/298 ; DOI : 10.4000/temporalites.298

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page