Navigation – Plan du site

De la “drôle de guerre” à la “guerre-éclair”

Affrontement, genèse et effets de deux conceptions différentes de la temporalité en 1939-1940
From the “drôle de guerre” to the “Blitzkrieg”: Confrontation, birth and effects of two different conceptions of time in 1939-1940
De la “extraña guerra” a la “guerra relámpago”: enfrentamiento, génesis y efectos de dos concepciones diferentes de la temporalidad en 1939-1940
Philippe Garraud

Résumés

Le rôle du facteur temps et la question des temporalités constituent un analyseur particulièrement pertinent de la courte guerre franco-allemande de 1939-1940. La rapide défaite française s’explique en effet principalement par la discordance et la dissonance des temporalités à l’œuvre. L’opposition de doctrines et de stratégies militaires au regard de la dimension temporelle trouve son origine dans l’expérience commune et partagée de la Grande Guerre comme longue « guerre d’usure » dont il faut éviter la répétition. Mais les enseignements tirés l’ont été dans des sens radicalement différents (offensive versus défensive). Cette explication doit cependant être complétée par le jeu de facteurs de nature différente, d’ordre organisationnel voire contingent, mais qui ont eu néanmoins des effets d’amplification sur les temporalités de la conduite des opérations (accélération versus retardement).

Haut de page

Texte intégral

1La question de la temporalité et le rôle du facteur temps semblent constituer un analyseur particulièrement pertinent de la courte guerre franco-allemande de 1939-40. Son déroulement événementiel se caractérise déjà centralement par une rupture temporelle puisqu’après huit mois de « drôle de guerre », les opérations actives ne s’engagent réellement qu’à partir du 10 mai 1940, avec ce qu’il est convenu d’appeler la « guerre-éclair ». Mais bien au-delà de cette seule accélération brutale du rythme de la guerre, on se proposera ici d‘expliciter beaucoup plus largement le rôle du facteur temps dans cette brève guerre opposant la France et l’Allemagne avec le résultat que l’on sait – la défaite sans appel de la France en cinq semaines seulement – dont on peut penser que la discordance et la dissonance des temporalités à l’œuvre constituent la principale explication.

2Ces phénomènes sont relationnellement le produit de la conjugaison d’une pluralité de temporalités différentes mais dont les effets se sont combinés et cumulés, à commencer par ceux trouvant leur origine dans la différence des doctrines militaires (guerre rapide et courte versus guerre longue) mais aussi des stratégies qu’elles conditionnaient (l’une visant à créer la surprise ; l’autre, attentiste, considérant que le facteur temps jouait à moyen terme en sa faveur).

3Mais d’autres effets temporels ont eu des origines différentes, d’ordre organisationnel essentiellement, et très largement autonomes : en particulier du côté français, l’éloignement des réserves générales et le temps nécessaire pour les acheminer, la temporalité propre à la réorganisation de l’industrie aéronautique et ses effets opérationnels, l’organisation relativement éclatée du haut commandement, qui n’étaient nullement inscrits dans la doctrine et la stratégie défensive et attentiste ; alors que du côté allemand, la révision tardive du plan d’opération finalement mis en œuvre, la centralisation du haut commandement comme l’autonomie de commandement des grandes unités blindées sur le terrain ont eu des effets combinés d’accélération du rythme des opérations.

4La notion simple et réductrice de temporalité univoque cède alors le pas à une combinatoire de temporalités plurielles entrecroisées beaucoup plus complexe dans la mesure où elles peuvent avoir des origines autonomes et indépendantes (cas exemplaire du retard de la modernisation de l’aviation française).

5Dans cette perspective, on soulignera tout d’abord les différences de doctrines et de stratégies militaires françaises et allemandes au regard de la dimension temporelle (offensive versus défensive, pour faire court), tout en précisant que ces postures n’ont structurellement rien d’exclusif mais sont conjoncturelles, adaptées à la perception des ressources et des contraintes, avant de rappeler ses effets opérationnels dans la conduite des opérations militaires.

6Ensuite, dans un second temps, on mettra en évidence les déterminants de cette différence de conceptions qui trouve son origine dans l’expérience commune et partagée de la Grande Guerre de 1914-18 comme longue « guerre d’usure », très coûteuse sur le plan humain et indécise, mais en en tirant des « enseignements » diamétralement opposés du fait de contraintes contextuelles, démographiques ou économiques, propres à chacun des deux protagonistes de ce conflit.

7Enfin, on soulignera que cette différence de temporalités ne constitue pas pour autant une « cause » structurelle unique mais que cette explication doit être complétée par le jeu de facteurs de nature différente, d’ordre organisationnel voire contingent, mais ayant eu néanmoins des effets d’amplification sur les temporalités de la conduite des opérations (accélération versus retardement).

Les doctrines et les stratégies militaires en présence : des conceptions opposées quant au rôle du facteur temps

8La guerre n’est pas seulement affaire de rapports de force et de matériels, elle est aussi fonction de conceptions et de représentations qui orientent et conditionnent l’action militaire et la stratégie choisie (Garraud, 2004) mais peuvent également, d’autre part, attribuer au facteur temps un rôle variable et donc induire des temporalités différentes. Et contrairement à ce que l’on a beaucoup écrit de manière caricaturale, la conception et la stratégie française adoptées et mises en œuvre en 1939-40, largement fondées sur les enseignements tirés de la Première Guerre mondiale, avaient leur logique et leur cohérence.

Une doctrine et une stratégie françaises délibérément défensive et attentiste

9La stratégie attentiste adoptée à la déclaration de guerre est largement liée au grand tournant défensif effectué dès 1928-30 qui trouve son origine dans un contexte particulier (antérieur à l’arrivée au pouvoir d’Hitler, mais le plus souvent oublié aujourd’hui) qui le légitime. Il se fonde tout d’abord sur le constat du désarmement effectif de l’armée allemande, effectué en 1927 par la Commission militaire interalliée de contrôle (CMIC), installée à Berlin depuis 1919, qui s’est assurée de la destruction de quantités considérables d’armements, offensifs tout particulièrement (Masson, 1996). L’armée allemande constituant une bien moindre « menace » du fait de son désarmement, la réduction du format de l’armée et de la durée du service militaire est décidée dès 1928.

  • 1 En particulier la fin de la coalition SPD-Zentrum qui assurait la stabilité de la République de Wei (...)

10Complémentairement à ce constat qui constitue une première justification lourde, ce changement de conception et de posture trouve également son origine dans le règlement progressif et négocié sous arbitrage américain de la question du paiement des réparations allemandes imposées par le traité de Versailles. Cette dernière a empoisonné les relations franco-allemandes pendant tout l’entre-deux-guerres tout en étant source également de dissensions entre les Alliés d’hier. Le Plan Dawes, accepté en avril 1924 en échange du retrait des troupes françaises de la Ruhr occupée, puis le Plan Young, présenté en janvier 1930 et accepté en mars en échange de la fin de l’occupation militaire française de la Rhénanie, et enfin le « moratoire Hoover » de juin 1931, suspendant les versements allemands du fait de l’impact de la crise économique qui touche de plein fouet l’Allemagne et de ses effets politiques1 conduisent progressivement à une diminution des tensions franco-allemandes (Duroselle, 2001 ; Dreyfus, 2002 ; Ritschl, 1999).

11Dans le même temps, des discussions et des négociations préliminaires sur le désarmement se tiennent de 1926 à 1929 à Genève sous l’égide de la Société des Nations dans le cadre de la Commission préparatoire à la Conférence pour la réduction et la limitation des armements qui se tiendra de 1932 à 1934. Dès lors, dans un tel contexte transitoire et du fait de ce jeu croisé de négociations internationales et de temporalités conjuguées, la France renonce par anticipation à la possibilité de recourir à une action de nature offensive pour contraindre l’Allemagne à honorer ses engagements financiers par la force armée et une prise de gages territoriale.

12La fin de l’occupation militaire de la Rhénanie (rive gauche du Rhin) étant prévue pour 1930, ce changement de posture conduit complémentairement à la construction de la ligne Maginot de 1929 à 1935, dont l’objectif est d’assurer la protection du territoire national et de le mettre à l’abri d’une « attaque brusquée » de l’armée allemande, crainte de l’état-major français, celle-ci étant peu nombreuse (10 divisions seulement) mais permanente et pouvant donc entrer en action très rapidement sans mobilisation générale.

13Très logiquement, elle n’a pas été prolongée le long de la frontière belge pour une triple raison. D’une part, la Belgique est alliée de la France jusqu’en 1936, date à laquelle la construction de la ligne Maginot proprement dite est achevée et le choix est fait de priorités différentes. D’autre part, après cette date, le haut commandement pense qu’il est préférable de faire la guerre en Belgique plutôt qu’en France (par souci de protéger le territoire national, autre enseignement de la Grande Guerre). Enfin, la ligne Maginot n’a pas été prolongée le long de la frontière belge tout simplement – mais on l’a complètement oublié –, parce que la topographie des lieux ne le permettait pas, les ouvrages d’artillerie Maginot étant enterrés et nécessitant des reliefs qui n’existent pas à la frontière franco-belge, le secteur de Sedan étant même en dévers (c’est-à-dire en bas) des côtes de Meuse et du massif de l’Ardenne belge.

14La ligne Maginot est devenue le symbole de l’incompétence, voire de « l’absurdité » militaire mais elle n’est pourtant nullement réductible à la caricature dont elle a fait l’objet. Sur le plan technique, elle a été une remarquable réussite en termes de conditions de vie et de combat, incomparables avec celles des tranchées de 1914-1918.

15À partir de 1936 qui marque son achèvement et face au réarmement allemand, l’accent est alors mis sur la motorisation et l’armée française est en 1940 largement aussi motorisée que l’armée allemande, sinon davantage : transports de troupes, chenillettes de ravitaillement, tracteurs d’artillerie construits à des milliers d’exemplaires (Crémieux-Brilhac, 1990 ; Garraud, 2005). Contrairement à une croyance commune, la ligne Maginot n’a donc pas été réalisée au détriment de la mécanisation et de la motorisation de l’armée puisqu’elle leur est antérieure. Mais il est vrai qu’elle a été mal utilisée en 1939-40 puisque conçue également pour économiser les effectifs, elle en a absorbé au contraire beaucoup trop (quatre armées), immobilisant des troupes qui auraient été beaucoup plus utiles là où le sort de la campagne de France s’est décidé à l’issue de la percée des Ardennes (Garraud, 2007).

16Cet attentisme est également dicté et imposé dans une large mesure par la déclaration belge de neutralité de 1936 (elle-même conséquence de l’absence de réaction française à la réoccupation militaire de la Rhénanie de mars 1936 qui fait douter le gouvernement belge de l’alliance française, c’est-à-dire de la volonté française de venir au secours de la Belgique en cas d’attaque allemande) et l’absence de coopération militaire qui en découle. Ce changement d’attitude politique du gouvernement belge complique singulièrement la situation stratégique à laquelle est confronté le haut commandement français. La mise en œuvre du « plan Dyle » (du nom de la rivière belge éponyme) d’intervention de l’armée française en Belgique après l’offensive allemande du 10 mai se heurtera de ce fait à quelques « mauvaises surprises » : positions belges non conformes à ce qui avait été annoncé, destructions dans les Ardennes qui devaient freiner l’avancée allemande non réalisée, retrait précipité de certaines unités, etc.

17Cette stratégie raisonnée et « raisonnable », conditionnée par ces différents facteurs, avait incontestablement sa cohérence et sa logique. L’historiographie récente, anglo-saxonne en particulier, a profondément renouvelé les termes du débat sur les causes de cette défaite qui a fait couler beaucoup d’encre – la littérature à ce sujet est particulièrement volumineuse –, à tel point que la problématique initiale de l’historien et combattant Marc Bloch en termes « d’étrange défaite » (Bloch, 1990) s’est inversée en « étrange victoire » allemande ; le plus étonnant n’étant plus la défaite française mais la victoire allemande elle-même qui n’était nullement acquise (Autrement, 2000 ; May, 2000 ; Martens, 2001).

18Ce qui revient à dire que la défaite française ne peut pas s’expliquer seulement du fait des « faiblesses » et des retards de l’armée française. Ces travaux tendent à réhabiliter dans une large mesure la conception et la stratégie française, trop systématiquement décriées, critiquées, caricaturées, voire ridiculisées pendant de très nombreuses années (Doughty, 2000). La stratégie française présente cependant un risque majeur : celui de la surprise puisqu’elle abandonne totalement l’initiative à l’Allemagne à qui est laissé le choix décisif du lieu et du moment précis de son offensive.

19Par ailleurs, la guerre est également pensée et anticipée d’emblée dans les années 1930 en France, comme devant être longue, contrairement à 1914. Et elle a été longuement préparée, même si de manière nécessairement imparfaite, dès les années précédentes et, plus particulièrement, dès 1936 (premier plan de réarmement dit des 14 milliards du gouvernement de Front populaire). Dans cette conception, la victoire ne sera pas le produit de facteurs « psychologiques » susceptibles d’avoir un effet déterminant à court terme dans les affrontements mais appartiendra aux États qui seront en mesure de produire et de mettre en œuvre les nombreux matériels de guerre de plus en plus sophistiqués et complexes dans le cadre d’une longue mobilisation des ressources qui demande à être organisée et anticipée. La dimension économique et industrielle étant reconnue comme centrale pour pouvoir prétendre gagner la guerre, il apparaît nécessaire, complémentairement, d’adopter une posture défensive et attentiste durant la montée en puissance des productions de guerre et ses effets sur le rapport des forces. C’est pour cette raison que le général Gamelin, commandant en chef, n’envisageait pas une offensive avant 1941.

Une doctrine et une stratégie allemande résolument offensive et reposant sur une temporalité rapide

20Tout autres sont la conception et la stratégie allemande. Avant même l’invention en pratique de la Blitzkrieg à proprement parler en mai-juin 1940 seulement (Frieser, 2000 et 2003), elles sont fondées sur la notion de « guerre rapide ». En menant une série de guerres courtes, il s’agit d’éviter la répétition de ce qui s’est passé en 1914-18, c’est-à-dire l’enlisement du conflit dans la durée et une longue guerre d’usure sans résultats décisifs sur le terrain. Elle découle donc elle aussi, mais dans un sens différent qu’en France, des enseignements tirés de la Première Guerre mondiale. Cette conception particulière et différente conduit à une action fondée sur le mouvement, la vitesse, la coordination étroite et rapide par des moyens de communication radio des différentes armes et, en particulier, du trio chars-aviation-infanterie d’assaut. Cette conception générale s’accompagne complémentairement d’une stratégie singulière inédite qui va se révéler redoutablement efficace sur le terrain. Conjuguée relationnellement à une organisation déséquilibrée des forces françaises sur le front Nord-est, c’est elle qui est directement à l’origine de la défaite française rapide.

  • 2 Le traité de Versailles imposait à l’Allemagne et à son armée de très lourdes contraintes. Obligati (...)

21Cette conception particulière trouve son origine dans la réflexion doctrinale engagée dès les années 1920 sous la République de Weimar. Si l’Allemagne voit sa puissance militaire fortement limitée par les clauses du traité de Versailles2, la Reichswehr ne cède pas pour autant à l’immobilisme en dépit de sa taille réduite et de la faiblesse de ses moyens. Si l’Allemagne n’est autorisée à conserver qu’une armée de terre de 100 000 hommes, la Reichswehr, organisée en sept divisions d’infanterie et trois divisions de cavalerie, dépourvues de tout armement lourd, n’en développe pas moins une réflexion doctrinale originale qui s’est efforcée, à sa manière, de tirer les enseignements de la Grande Guerre et qui lui permet de définir et de développer de nouvelles tactiques novatrices (Corum, 1992, p. 97).

22Pour réduite qu’elle soit, cette armée a tout d’abord un caractère professionnel et permanent puisqu’elle comporte un taux d’officiers et de sous-officiers bénéficiant de contrats de longue durée (25 ans pour les officiers et 12 ans pour les sous-officiers, qui constituent 50 % des effectifs, et la troupe) qui en font une véritable armée de métier (Masson, 1996, p. 12). Cette particularité lui permet une disponibilité permanente et une capacité d’intervention très rapide (d’où la crainte récurrente en France d’une « attaque brusquée » avant même l’arrivée au pouvoir d’Hitler, prenant l’armée française par surprise), comme elle la rend susceptible d’encadrer rapidement des forces beaucoup plus importantes et nombreuses (Garraud, 2010).

23Sur le plan de la réflexion doctrinale, il faut souligner le rôle du général Hans von Seeckt à la tête de la Reichswehr de 1920 à 1926 et dans sa réorganisation. Il attache tout d’abord une importance particulière à la sélection, l’instruction et l’entraînement intensifs du personnel dans le but d’en développer le professionnalisme. Dégagé des contraintes d’une armée de masse, il favorise également très activement sinon une nouvelle doctrine d’emploi à proprement parler, du moins une nouvelle conception des opérations militaires tant sur le plan stratégique que tactique, fondée sur un certain nombre de principes destinés à éviter la répétition des affrontements de masse de 1915-1918, incapables d’emporter la décision mais à l’origine de très lourdes pertes humaines.

24Même s’il ne perçoit pas le rôle futur des chars et des blindés, il parvient à tirer profit de la contrainte imposée d’une armée peu nombreuse pour rechercher et obtenir une efficacité plus grande. L’offensive, l’initiative et la surprise, d’une part, la mobilité, le mouvement, les capacités d’infiltration d’une armée réduite en nombre mais très entraînée, d’autre part, et enfin l’autonomie de décision tactique (d’où la nécessité d’un commandement de l’avant pour une meilleure information et conduite des opérations) en constituaient les principaux fondements (Liddell Hart, 1949 ; Corum, 1992 ; Masson, 1996 ; Citino, 1999).

25Ce sont très exactement ces caractéristiques, reprises intégralement dans la nouvelle armée du régime nazi, que l’on verra à l’œuvre lors de la campagne de Pologne et en France en mai-juin 1940 et qui, pour une part prépondérante, assureront le succès de l’armée allemande. Le franchissement de la Meuse au nord de Sedan, par exemple, n’est pas le fait des chars allemands mais de l’infanterie d’assaut. La défaite française est celle d’une armée de masse, très largement inapte au mouvement et dépourvue de réactivité, face à une armée d’élite très réduite mais dotée d’une forte cohésion, mobile et faisant preuve d’initiative.

La confrontation de deux temporalités et ses effets opérationnels dans la conduite des opérations

26Le déroulement des opérations conduit à la confrontation sur le terrain de deux conceptions et stratégies différentes dont l’une va montrer conjoncturellement sa supériorité et provoquer la défaite française en quelques semaines seulement. La stratégie allemande à laquelle les forces armées françaises se sont heurtées était organisée en trois temps et mouvements extrêmement rapidement enchaînés : le « piège » belge, la percée de Sedan et la « course à la mer » (Rocolle, 1990).

27L’invasion de la Belgique le 10 mai (dont la neutralité est ainsi violée en dépit de sa déclaration de neutralité de 1936), hypothèse privilégiée par le commandement français qui y était préparé (plan Dyle-Breda), vise dans un premier temps à attirer la partie la plus moderne et mobile de l’armée française hors du territoire national. Malheureusement, cette offensive ne représentait nullement l’axe de l’effort principal allemand mais était un piège (Chaix, 2000).

28La percée des Ardennes à travers l’Ardenne belge et le Luxembourg quelques jours plus tard constitue le second temps de cette stratégie. Trois corps blindés allemands (du nord au sud 15e, 41e et 19e PzK) regroupant sept des 10 divisions blindées et les trois seules divisions motorisées allemandes attaquent littéralement « au défaut de la cuirasse » dans le secteur de Sedan le 13 mai, à la jonction de l’aile droite du GA1 (9e armée) et de la ligne Maginot (GA2), dont l’ouvrage le plus occidental (La Ferté) se trouve à 25 kilomètres, alors que l’attention du haut commandement français est tout entière concentrée et polarisée sur la situation dans la plaine belge. Faute de réserves suffisantes à proximité, les contre-attaques françaises échouent et le front est percé (Doughty, 1990 ; Müller, 1991). Mal engagées de manière isolée, les trois premières DCR françaises de chars sont rapidement disloquées.

  • 3 Son appui a été déficient, faute de mobilité suffisante des pièces, les unités manquant de temps po (...)

29Enfin, la « course à la mer », atteinte dès le 20 mai, constitue le troisième temps de cette stratégie et conduit directement à l’encerclement du corps de bataille franco-anglais autour de Dunkerque et de l’agglomération lilloise. L’extrême rapidité de cette avance a privé l’armée française d’une ressource importante, celle d’une artillerie abondante et puissante héritée du premier conflit mondial3. Le rythme des opérations a donc considérablement fragilisé un des piliers de la « bataille méthodique » et l’avantage tactique de la défensive, une connaissance et une organisation solides du terrain occupé, était perdu.

30À l’issue de l’évacuation de la poche de Dunkerque du 26 mai au 3 juin, 338 000 hommes (dont 123 000 Français seulement) parviennent à échapper à la captivité, mais 35 000 à 40 000 autres (Français pour la plupart) qui ont couvert l’embarquement sont faits prisonniers. Et des quantités énormes de matériels et d’approvisionnements doivent être abandonnées : 2 472 canons, près de 65 000 véhicules de toutes sortes, 377 000 tonnes d'approvisionnements, plus de 68 000 tonnes de munitions, 147 000 tonnes de carburant (Longden, 2009, p. 11).

  • 4 Les DLM étaient constituées de deux régiments de chars, un régiment d’infanterie portée, un régimen (...)

31Les conséquences sur le plan militaire et stratégique sont particulièrement lourdes : quatre armées sur neuf, soit plus de 40 divisions, sont bousculées puis disloquées en trois semaines et tout leur armement est perdu. Les 600 chars des trois DLM (divisons légères mécaniques qui n’ont de « légères » que le nom4), engagées en Belgique et qui constituent des divisions blindées de cavalerie puissantes, sont perdus. C’est un désastre militaire sans précédent et sur le fond la guerre est irrémédiablement perdue dès ce moment-là. Politiquement mais aussi militairement, c’est également la fin de facto de la coalition franco-anglaise (Bédarida, 1990) : l’Angleterre fait cavalier seul, ne croit plus en la capacité française à rétablir la situation sur le plan militaire et retire pratiquement toutes ses forces sur le continent.

Une opposition doctrinale et stratégique conditionnée par des ressources et des contraintes inégalement distribuées

32Le plus curieux peut-être de cette opposition doctrinale et stratégique est qu’elle trouve son origine dans l’expérience commune de la guerre de 1914-18, mais qui a donné lieu à des enseignements radicalement différents en fonction des ressources et des contraintes de chaque protagoniste. En France comme en Allemagne, il s’agit d’éviter prioritairement la répétition de la longue « guerre d’usure », sans aucun résultat décisif pendant près de quatre ans, qu’a constituée la Première Guerre mondiale, mais en accordant au facteur temps des rôles très différents dans la conduite et le rythme des opérations. D’où des conceptions de la guerre induisant dans le premier cas une temporalité longue alors que dans le second une temporalité rapide est privilégiée pour emporter la décision à des horizons temporels très différents et décalés.

Une matrice commune : l’expérience de la Grande Guerre comme « guerre d’usure » coûteuse et indécise dont il faut éviter la répétition

33En lien étroit avec les doctrines darwiniennes en vigueur à l’époque, l’idéologie de l’offensive constitue un paradigme dominant en Europe dans les années précédant la Première Guerre mondiale (Snyder 1984 ; Lindemann 1999 et 2001). Et en 1914, « l’offensive à outrance » est le principal sinon le seul principe d’action retenu par le haut commandement français pour obtenir la victoire : l’armée française se jette alors sur son adversaire pour tenter de le bousculer, et obtenir ainsi une décision rapide pouvant mettre un terme à la guerre. Comme on le sait, cette stratégie est à l’origine de pertes très importantes et son coût humain a été très élevé (par exemple, 300 000 morts et disparus et 600 000 blessés dès la fin de l’année 1914). L’armée française est contrainte de reculer précipitamment sous la pression allemande et la catastrophe ne sera évitée sur le plan militaire que par la victoire de la Marne.

34Sous d’autres formes (« percée par attaque brusquée » en 1915, « école de Verdun » des généraux Nivelle et Mangin en 1916 et 1917), l’offensive à outrance visant à la percée décisive n’en continuera pas moins d’être le principe directeur des opérations jusqu’en 1917 avec des résultats insignifiants au regard des pertes : Artois, Champagne, Argonne en 1915, seconde phase de la bataille de Verdun et Somme en 1916, Chemin des Dames en 1917 (Ferro, 1990 ; Masson, 1999 ; Goya, 2004).

35Le général (et bientôt maréchal) Joffre, commandant en chef de l’armée de 1911 à décembre 1916, semble porter une très lourde responsabilité dans cette véritable obstination stratégique, en dépit de l’absence de gains territoriaux significatifs sur le terrain, comme dans l’indifférence durable à la dimension industrielle de la guerre, la production d’armes et de munitions, longtemps négligées (Porte, 2005, Le Naour, 2012 et 2013). Privilégiant les valeurs « morales », les facteurs psychologiques et le « mordant » des troupes (courage, volonté, esprit de sacrifice) dans la conduite des opérations, il mène une guerre « à l’ancienne » sans saisir la nature industrielle particulière et radicalement nouvelle de ce conflit, héritée de la Révolution industrielle.

36Cette conception ne sera définitivement abandonnée qu’à la suite de l’échec de l’offensive du Chemin des Dames et des mutineries consécutives du printemps 1917 (Pedroncini, 1967 ; Azéma, 1992 ; Offenstadt, 2004 ; Rolland, 2005), et tout particulièrement à l’initiative du général Pétain qui devient commandant en chef en remplacement de Nivelle, rapidement limogé. Il met un terme aux opérations offensives pour réorganiser l’armée et améliorer les conditions de vie des soldats (ravitaillement, permissions, etc.) dans l’attente des nouveaux éléments susceptibles de changer le rapport des forces (intervention du corps expéditionnaire américain, arrivée en nombre des nouveaux chars légers Renault, développement de l’artillerie lourde) qui lui permettront de faire face défensivement avec succès aux grandes offensives allemandes du printemps 1918 (Pedroncini, 1974).

37Ce n’est donc que très progressivement et relativement tardivement qu’une autre conception de la conduite des opérations commence à émerger, se développer et s’imposer au cours de la guerre, celle d’une « bataille méthodique interarmes » beaucoup plus rationnelle et efficace, reposant sur l’emploi étroitement combiné et coordonné des différentes armes techniques (artillerie, infanterie, aviation, chars, transports, transmissions) dans toute la profondeur du champ de bataille et non sur la seule ligne de front (Goya, 2004). Cette nouvelle conception est également permise par les innovations technologiques qui permettent d’améliorer les armements comme par leur production industrielle massive (Becker, 1992 ; Carlier et Pedroncini, 1997).

Mais des enseignements différents en fonction de contraintes et de ressources contextuelles propres à chacun des protagonistes

38En France, on peut penser que le grand virage défensif opéré dès la fin des années 1920 et la stratégie attentiste adoptée complémentairement sont largement contraints par un rapport des forces démographique très déséquilibré avec l’Allemagne et la faiblesse démographique française. Les enseignements majeurs de la Première Guerre mondiale sont constitués pendant l’entre-deux-guerres en doctrine opérationnelle officielle tout en subissant une inflexion sensible de plus en plus défensive pour deux raisons différentes : la force des sentiments pacifistes associant étroitement « offensive à outrance » et pertes humaines depuis 1914-1918, qui disqualifie très largement la première sur le plan culturel (Prost, 1994) ; mais également la réduction du format de l’armée et de la durée du service militaire à un an, adoptés en 1928, qui entraîne une diminution importante de la capacité opérationnelle de l’armée. L’offensive n’est plus envisageable faute de pouvoir être pensée et légitimée, mais elle ne devient plus réalisable également faute d’effectifs suffisants.

39La question démographique s’aggrave encore dans les années 1930 avec le phénomène des « classes creuses », lié au déficit démographique provoqué par la baisse brutale de la natalité pendant la guerre qui, conjointement aux pertes, a entraîné une diminution progressive mais significative de la population qui passe de 41,6 millions d’habitants en 1914 à 40,6 en 1915, 40 en 1916, 39,4 en 1917 et 38,7 en 1918. Dans ces années, ce déficit démographique a entraîné jusqu'à une division par deux du volume du contingent annuel incorporé : au lieu de 250 000 hommes, il tombe à 149 000 en 1935, 117 000 en 1936, 126 000 en 1937, 146 000 en 1938 et 150 000 en 1939 (Feller, 1966, p. 174-221). L'hécatombe de 1914-1918 s'est traduite et objectivée pour l'institution militaire dans des données démographiques contraignantes qui ont fait de la vie des soldats une ressource de plus en plus précieuse parce que rare.

40Dès lors la représentation de la valeur du « capital humain » se transforme radicalement. Dans les années 1930, la construction de ce qu’il est convenu d’appeler « la ligne Maginot » a pour objectif – il faut le rappeler –, d’empêcher une invasion du territoire national par une « attaque brusquée » allemande, mais également, il ne faut pas l’oublier, de protéger les troupes du feu adverse et de leur offrir des conditions de vie et de combat sans aucune commune mesure avec celles des tranchées improvisées et d’un inconfort extrême de la Première Guerre mondiale (Becker, 1992 ; Hardier et Jagielski, 2001 ; Rousseau, 2003 ; Garraud, 2007). Cette nécessité s’impose d’autant plus que, d’une guerre à l’autre, l’écart démographique n’a cessé de se creuser entre la France et l’Allemagne en faveur de cette dernière. En 1914, la France comptait 41,6 millions d’habitants et l’Allemagne 60. En 1939, respectivement 41,5 et 70 millions d’habitants.

  • 5 Lesquelles ont eu une ampleur très variable selon les secteurs. Si elles ont été partielles et limi (...)

41D’autre part, se pose la question centrale de la mobilisation des ressources économiques et industrielles nécessaires à la guerre. Dans la seconde moitié des années 1930, la dimension économique et industrielle apparaît d’emblée centrale (Crémieux-Brilhac, 1990 ; Garraud, 2005) et c’est elle qui justifie très largement en France les nationalisations des industries d’armement en 1936-19375. On est alors convaincu en France que le rapport des forces sur le plan militaire est à court terme en faveur de l’Allemagne, pour des raisons principalement démographiques, mais qu’à plus long terme le rapport des forces basculera en faveur des Alliés du fait de leur supériorité économique, industrielle et en matière d’accès aux matières premières ; et ce d’autant plus que les États-Unis sont associés d’entrée à cette conception. L’industrie aéronautique d’outre-Atlantique, par exemple, doit son développement initial essentiellement aux très nombreuses commandes franco-anglaises dès avant la déclaration de guerre. Et en ce domaine, même si cela n’a pas suffi à empêcher le désastre militaire, largement dû à des facteurs stratégiques et organisationnels, la production d’armements en tous genres a été considérable. En 1940, l’armée française disposait d’autant sinon plus de matériels modernes que son homologue allemande (chars, canons, mortiers, engins blindés et de ravitaillement, tracteurs, etc.).

42Il apparaît alors essentiel de « ne pas jouer le sort de la guerre sur un coup de dés », hasardeux et aléatoire, potentiellement très coûteux sur le plan humain, et une stratégie défensive fondée sur la prudence et la méthode s’impose également en lien étroit avec la conception d’une guerre longue où les facteurs économiques et industriels seront déterminants à moyen terme. Dans ce contexte, l’offensive ne devient pensable et envisageable qu’une fois la production d’armements et de matériels suffisante pour obtenir une supériorité affirmée. De cette conception découle la stratégie attentiste adoptée dès la déclaration de guerre en 1939 et pendant toute la « drôle de guerre » jusqu’à l’offensive allemande du 10 mai 1940 (Garraud, 2004). Le paradoxe est que ces principes finalement assez logiques et cohérents, comme on s’est efforcé de le souligner, n’ont pourtant pas permis pour autant d’éviter la défaite en mai-juin 1940.

43En effet, pour légitime qu’elle paraisse, l’efficacité de cette nouvelle doctrine ne peut être établie que relationnellement. Or dans la seconde moitié des années 1930, l’armée allemande tire également les enseignements du premier conflit mondial et les traduit en termes organisationnels et stratégiques, mais dans un tout autre sens (Corum, 1992 ; Citino, 1999). Cette redéfinition conjugue un héritage, une imitation et une innovation plus tardive. L’héritage conservé de 1918 et encore amélioré par la Reichswehr de la République de Weimar est celui de la grande efficacité tactique des troupes d’assaut allemandes (les Stosstruppen) ; l’imitation réside dans l’emprunt à l’armée française de la grande mobilité opérationnelle permise par la motorisation en 1917-1918, qui a permis de faire face aux grandes offensives allemandes, tout particulièrement à celles du printemps 1918, en déplaçant rapidement les grandes unités de réserve générale ; et l’innovation est constituée par l’emploi des chars en grandes masses concentrées, alors qu’en France la réflexion sur cette question stagne pour une large part et conduit à des compromis organisationnels boiteux les dispersant (Saint-Martin, 1999), en dépit d’un nombre de chars en ligne sensiblement équivalent de part et d’autre.

44Plus largement, cette conception allemande de la « guerre rapide » est également largement contrainte par la capacité limitée de l’Allemagne à mener une guerre longue contre une coalition anglo-française pouvant mobiliser des empires coloniaux étendus, soutenue industriellement par les États-Unis et disposant de ressources en matière premières nécessaires à la guerre (charbon, pétrole, fer, acier, métaux rares mais aussi produits agricoles et alimentaires) beaucoup plus abondantes ou d’accès plus aisé du fait de l’incontestable supériorité navale alliée.

Des effets amplifiés par le jeu de facteurs de nature différente, d’ordre organisationnel ou contingent, mais ayant eu des effets sur la temporalité des opérations

45Cette défaite française n’était cependant pas écrite d’avance et n’était en rien une fatalité, et elle doit également beaucoup à des facteurs organisationnels ou contingents, voire même accidentels, mais qui ont eu des effets sur la temporalité même du conflit comme facteurs de lenteur et de retardement ou, au contraire, d’accélération. Ils ont donc accru ou creusé davantage les effets propres et directs de l’opposition doctrinale et stratégique. Dans cette perspective, deux ont joué un rôle particulièrement important et ont eu des lourdes conséquences sur le plan stratégique et de la conduite des opérations : d’une part, les carences ou faiblesses organisationnelles françaises (comparativement) ; d’autre part, la redéfinition de la stratégie allemande.

Les faiblesses organisationnelles françaises : un facteur de lenteur et de retardement

46Cette expression renvoie à des phénomènes divers et hétérogènes, indépendants les uns des autres, mais ayant eu des effets conjugués en termes d’efficacité et, en particulier, de temporalités d’action et de réaction de l’armée française face à une offensive allemande fondée sur la surprise stratégique, le mouvement et la rapidité. Chaque jour perdu a réduit les possibilités des forces françaises de contrecarrer l’offensive allemande et a aggravé la rupture du front qui, de percée localisée dans le secteur de Sedan, s’est transformée en « coup de faucille » (Sichelschnitt) stratégique conduisant rapidement à l’encerclement irrémédiable du corps de bataille franco-britannique engagé en Belgique.

47Au cours de la Première Guerre mondiale, des réserves générales nombreuses ont constitué un élément décisif dans la capacité de l’armée française à résister avec succès aux grandes offensives allemandes. Mais en mai 1940 la situation est bien différente. Le résultat de la répartition des moyens adoptée par le haut commandement français en fonction des différentes hypothèses retenues fait que les réserves sont particulièrement faibles et beaucoup trop éloignées pour pouvoir intervenir rapidement. Ce qui signifie qu'en cas de « surprise », et l'attaque allemande comme la manœuvre Dyle en accroissent inévitablement et dangereusement la possibilité, directement ou indirectement, le commandement est très largement dépourvu de moyens de faire face rapidement.

  • 6 « Les grandes unités à la disposition immédiate du haut commandement à la date du 10 mai étaient en (...)

48D’une part, l'option Breda du plan Dyle conduit tout particulièrement à l'engagement, inutile au final, de la seule armée en réserve générale jusqu’ici susceptible d'intervenir rapidement sur le champ de bataille (la 7e, une des mieux équipées et des plus mobiles) et du Corps de cavalerie constituée des trois divisions légères mécaniques (DLM) regroupant 600 chars. D’autre part, le GQG n’a en tout et pour tout à sa disposition qu’un maximum de 15 divisions en réserve générale, dont certaines en formation ne sont pas immédiatement disponibles et relèvent de l’état-major de l’Intérieur (« Journal du GQG », in Delpla, 1991)6. Ces réserves, dont la localisation et l'emploi n'ont jamais fait l'objet d'aucune étude précise, il faut le souligner, étaient réparties de manière égale en trois zones géographiques différentes : dans la Marne et l'Aisne au centre du dispositif français, mais aussi derrière la ligne Maginot, déjà abondamment pourvue en troupes, et enfin dans le Jura, à la frontière franco-suisse (« lot suisse » dans l’hypothèse d’un contournement de la ligne Maginot par la Suisse).

  • 7 Il donne même le chiffre de 40 divisons transférées entre le 21 mai et le 8 juin, les mouvements de (...)

49Quant à l'acheminement d'unités positionnées derrière la ligne Maginot, qui s'imposera rapidement, il s'accompagne inévitablement de délais longs et d'aléas. Dans la mesure où la ligne Maginot fut progressivement dégarnie (25 des 45 divisions en position transférées) et sans tenir compte des cinq unités de réserve les plus proches de Sedan (premier lot), c'est en définitive un total de plus de 35 divisions qui durent être déplacées dans l'urgence sur des centaines de kilomètres d'est en ouest et dans des conditions nécessairement improvisées, entre le milieu du mois de mai et début juin. Sur cette question importante singulièrement négligée, le témoignage direct et très bien informé (et pour cause, il en a été le principal organisateur) du général Doumenc est particulièrement éclairant (« Journal du GQG », in Delpla, 1991)7. Dans ces conditions, l’armée française perdait le seul avantage tactique de la défensive : une installation et une connaissance solides du terrain occupé.

50D’autre part, la France développe dans la seconde moitié des années 1930 un ambitieux programme de réarmement aérien mais qui se heurtera à tout un ensemble de contraintes de nature essentiellement organisationnelle. Celles-ci freineront et retarderont la production et l’équipement de l’armée de l’Air pour différentes raisons et temporalités largement indépendantes les unes des autres mais dont les effets se cumuleront : réorganisation des chaînes de production consécutive aux nationalisations de 1936, rareté d’avions modernes suffisamment au point pour pouvoir être produits rapidement en séries, mouvements sociaux et grèves ayant touché et paralysé l’industrie aéronautique sous le gouvernement Daladier en 1938, coordination et synchronisation défaillante avec les constructeurs de moteurs et les fournisseurs d’équipements, procédures de réception et de prise en compte des appareils par l’armée de l’Air, temps nécessaire à l’instruction des équipages, tous facteurs ayant eu des conséquences temporelles (Chadeau, 1987 ; Chapman, 1991 ; Vivier, 1997 ; Garraud, 2002).

51Au 10 mai 1940, la grande majorité des groupes de bombardement sont encore à l’instruction dans le Sud-Est et seules quelques petites dizaines de bombardiers modernes sont opérationnels, nombre très rapidement diminué par les pertes ; et le bombardement français ne sera en mesure d’intervenir de manière plus soutenue qu’à la fin du mois, c’est-à-dire beaucoup trop tard pour pouvoir prétendre contrecarrer l’offensive allemande. Pendant toute la campagne de France, l’infériorité numérique et opérationnelle de l’armée de l’Air sera patente et jamais elle ne sera capable de procéder des concentrations analogues à celles de la Luftwaffe (Facon, 1997 ; Garraud, 2001).

52Il faut également évoquer l’organisation déficiente du haut commandement lui-même, particulièrement dispersée, affaiblissant ses capacités de coordination comme de réactions, contrairement à l’Allemagne où le haut commandement était centralisé autour de la personne même d’Hitler, chef politique mais également militaire comme commandant en chef de l’armée de Terre (Masson, 2005).

  • 8 Et ce d’autant plus que, contrairement à l’Allemagne, les communications s’effectuaient principalem (...)

53En France, en effet, le commandant en chef Gamelin, n’a pas souhaité conduire personnellement la bataille et est resté à Vincennes à proximité du gouvernement, déléguant ses pouvoirs au commandant du théâtre d’opération Nord-Est (TONE), le général Gorges, mais sans lui en donner tous les moyens, le Grand Quartier Général étant dispersé autour de Meaux (Seine-et-Marne) en différents lieux : La Ferté-sous-Jouarre pour le général Georges lui-même, Montry pour le général Doumenc, Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux pour le QG de l’Air du général Vuillemin, voire même Maintenon (Eure-et-Loir) où était situé le QG Marine de l’amiral Darlan, Commandant en Chef des Forces maritimes françaises (FMF). D’où des retards de communications, un déficit de coordination et un flottement croissant dans la conduite de la bataille8 du haut en bas de la hiérarchie militaire, du haut commandement aux exécutants.

54Il faut enfin souligner la grande dispersion des chars français entre deux armes distinctes et pas moins de quatre types d’unités différents : les divisions cuirassées (DCR) et les bataillons de chars de combat (BCC) mis à la disposition de chaque armée, relevant de l’infanterie ; les DLM et les DLC (divisions légères de cavalerie, unités mixtes de transition) relevant de la cavalerie ; là où tous les chars allemands étaient versés à une seule arme nouvelle, la Panzerwaffe, et regroupés en 10 divisions de Panzers. Les capacités françaises de contre-attaques s’en sont trouvées considérablement réduites.

Une stratégie allemande « revisitée » tardivement : un facteur d’accélération

55Dans cette perspective, il faut rappeler que le plan initial de l’offensive allemande contre la France ne se caractérisait nullement par son originalité puisqu’il n’était qu’une reprise ou une variante du plan Schlieffen d’invasion du territoire français par la voie on ne peut plus classique de la Belgique en 1914. À ce titre, il était attendu par le haut commandement français qui en avait fait son hypothèse première. Son abandon résulte d’un événement contingent et même purement accidentel : l’atterrissage forcé à Mechelen (Malines en français) en Belgique le 10 janvier 1940 d’un avion de liaison allemand transportant deux officiers d’état-major qui portaient les directives aux troupes allemandes concernées. Celles-ci ont été transmises par les autorités belges au haut commandement français, mais ce dernier n’a pas voulu y croire, suspectant une ruse, une opération de désinformation, et n’a donc pas changé ses plans d’opérations, la manœuvre a priori « Dyle-Breda », devenus complètement inadaptés par rapport au changement de stratégie allemande.

56Cette nouvelle stratégie opérationnelle, inspirée par le général Erich von Manstein qui, lors d’une rencontre fortuite, a suggéré à Hitler en personne une idée de manœuvre originale qui l’a particulièrement séduit (Frieser, 2003 ; Lemay, 2006), s’est heurtée dans un premier temps à l’opposition du haut commandement. Mais imposée par Hitler lui-même à des généraux très critiques et plus que réticents du fait des risques qu’elle comportait, elle a été progressivement planifiée sur le plan opérationnel par l’OKH (Oberkommando des Heeres, haut commandement de l’armée de Terre allemande) sous le nom de « plan jaune » (Fall Gelb) qui a été mis en œuvre avec le succès que l’on connaît. En dépit de son origine contingente, il ne fait pas de doute qu’elle a bouleversé la situation stratégique et est à l’origine de l’effondrement français.

  • 9 Et à distinguer de la conception plus générale de la guerre (guerre longue ou courte) d’une part, e (...)

57Enfin, les initiatives des commandants des grandes unités blindées allemandes sur le terrain (Guderian, Reinhardt, Hoth) dans l’exploitation de la percée de Sedan ont incontestablement joué un rôle important d’accélération de la temporalité des opérations qui a conduit à l’encerclement très rapide du corps de bataille franco-anglais engagé en Belgique dans le cadre du « plan Dyle-Breda ». Se rendant compte après la rupture du front français dans le secteur de Sedan et de la Meuse que le terrain devant eux était libre, les généraux allemands de Panzers ont accéléré encore le mouvement de leurs troupes, y compris contre les directives du haut commandement allemand et d’Hitler lui-même et leurs ordres d’arrêt (Haltbefelh). De par leurs initiatives, ils ont joué ainsi un rôle central dans l’invention de la Blitzkrieg sur le terrain (Frieser, 2003), avant même que celle-ci ne soit érigée ultérieurement en doctrine à proprement parler, c’est-à-dire en règles techniques d’emploi et de combinaison des différentes armes définissant leur rôle respectif et conditionnant l’action militaire, la manière « opérative » de faire la guerre9.

Conclusion

58Relationnellement, la discordance et la dissonance des temporalités paraissent donc constituer un facteur central d’explication de l’issue de la confrontation entre la France et l’Allemagne de manière presqu’idéal-typique. Doit-on pour autant invalider la conception française de la guerre, la stratégie défensive adoptée et la doctrine opérationnelle de la « bataille méthodique » ? Rien n'est moins sûr. La stratégie défensive, dictée pour une large part par le rapport des forces et la nécessité de combler le retard français, avait comme on l’a souligné sa logique et sa cohérence. En définitive et paradoxalement, la suite de la guerre validera largement ses présupposés : une guerre longue où les capacités de production, les facteurs économiques et industriels seront déterminants.

  • 10 Contrairement à 1918 où le haut commandement allemand a préféré tirer logiquement et rapidement la (...)

59Quant à la doctrine de la bataille méthodique, si elle n'a pas permis de faire face à l’offensive allemande et s'est révélée inadaptée, il n'en demeure pas moins qu'elle n'était pas aussi éloignée qu'on pourrait le croire des conceptions mises en œuvre ultérieurement et avec succès tant par l'armée soviétique que par l'armée américaine. Sous l’une ou l’autre forme (rôle de l’infanterie et surtout de l’artillerie, sans cesse croissant au fil de la guerre, emploi beaucoup plus limité des chars), elle a eu finalement raison dans la durée de la Blitzkrieg allemande qui, en dépit de ses succès initiaux de 1939 à 1942, a échoué, conduisant l’Allemagne à mener une longue guerre défensive particulièrement coûteuse sur le plan humain10. En définitive, la campagne de France apparaît comme un « cas d'école », tout à la fois exemplaire (dans sa rapidité comme dans sa forme pure et ses modalités), mais aussi très spécifique, et donc non nécessairement généralisable.

Haut de page

Bibliographie

Azéma J.-P., 1992. « Pétain et les mutineries de 1917 », in L’Histoire, 14-18 : Mourir pour la patrie, Paris, Le Seuil (Points-Histoire), p. 180-194.

Becker J.-J., 1992. « Les innovations stratégiques », in L’Histoire, 14-18 : Mourir pour la patrie, Paris, Le Seuil (Points-Histoire), p. 85-101.

Becker J.-J., 1992. « Mourir à Verdun », in L’Histoire, 14-18 : Mourir pour la patrie, Paris, Le Seuil (Points-Histoire), p. 152-169

Bédarida F., 1990. « La rupture franco-britannique de 1940 », Vingtième Siècle, n° 25.

Bloch M., [1946] 1990. L'étrange défaite, Paris, Gallimard (réédition « Folio-Histoire »).

Carlier C. et Pedroncini G., 1997. L’émergence des armes nouvelles. 1914-1918, Paris, Economica.

Chadeau E., 1987. L'industrie aéronautique en France 1900-1950. De Blériot à Dassault, Paris, Fayard.

Chaix B., 2000. Fallait-il entrer en Belgique ? Décisions stratégiques et plans opérationnels de la campagne de France, Paris, Economica.

Chapman H., 1991. State Capitalism and Working Class Radicalism in the French Aircraft Industry, Los Angeles, The University of California Presss.

Citino R., 1999. The Path to Blietzkrieg: Doctrine and Training in the German Army 1920-1939, Boulder (Colorado), Lynne Rienner Publishers.

Corum J., 1992. The Roots of Blitzkrieg: Hans von Seeckt and German Military Reform, Lawrence, University Press of Kansas.

Crémieux-Brilhac J.-L., 1990. Les Français de l'an 40, tome II : Ouvriers et soldats, Paris, Gallimard.

Delpla F., 1991. Les papiers secrets du général Doumenc. Un autre regard sur 39-40, Paris, Olivier Orban.

Doughty R., 1990. The Breaking Point : Sedan and the Fall of France. June 1940, Hamden (Connecticut), Archon Press.

Doughty R., 2000. « L'échec de la logique et de la raison », in Vaïsse M. (dir.), Mai-juin 1940. Défaite française, victoire allemande sous l'œil des historiens étrangers, Autrement, n° 62, p. 87-109

Dreyfus F.-G., 2002. 1919-1939 : l'engrenage, de Fallois.

Duroselle J.-B., 2001. Histoire des relations internationales de 1919 à 1945, Paris, Armand Colin.

Facon P., 1997. L'armée de l'Air dans la tourmente. La bataille de France 1939-1940, Economica.

Feller J., 1966. Le dossier de l'armée française. La guerre de « cinquante ans » 1914-1962, Paris, Librairie académique Perrin.

Ferro M., 1990. La Grande Guerre 1914-1918, Paris, Gallimard (Folio-histoire).

Frieser K.-H., 2000. « La légende de la “Blitzkrieg” », in Vaïsse M. (dir.), Mai-juin 1940. Défaite française, victoire allemande sous l'œil des historiens étrangers, Autrement, n° 62, p. 75-86

Frieser K.-H., [1995] 2003. Le mythe de la guerre-éclair. La campagne de l'Ouest de 1940, Paris, Belin.

Garraud P., 2001. « L'action de l'armée de l'Air en 1939-40 : facteurs structurels et conjoncturels d'une défaite », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 202-203, p. 7-31.

Garraud P., 2002. « Les contraintes industrielles dans la préparation de la guerre de 1939-1940 : la modernisation inachevée de l'armée de l'Air », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 207, p. 37-59.

Garraud P., 2004. « Le rôle de la “doctrine défensive” dans la défaite de 1940 : une explication trop simple et partielle », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 214, p. 97-123.

Garraud P., 2004. « L'idéologie de la défensive et ses effets stratégiques : le rôle de la dimension cognitive dans la défaite de 1940 », Revue française de science politique, vol. 54 (5), p. 781-810.

Garraud P., 2005. « La politique française de réarmement de 1936 à 1940 : priorités et contraintes », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 219, p. 87-102.

Garraud P., 2005. « La politique française de réarmement de 1936 à 1940 : une production tardive mais massive », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 220, p. 97-113.

Garraud P., 2007. « La politique de fortification des frontières de 1925 à 1940 : logiques, contraintes et usages de la ligne Maginot », Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 226, p. 3-22.

Garraud P., 2009. « L’ombre portée de 1914-1918 dans les années 1930 : la définition d’une conception différente de la guerre », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 104, p. 17-27.

Garraud P., 2010. « Le développement de la puissance militaire allemande dans l’entre-deux-guerres : entre mythes et réalité » Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 240, p. 23-42.

Goya M., 2004. La chair et l’acier. L’armée française et l’invention de la guerre moderne, Paris, Tallandier.

Hardier T. et Jagielski J.-F., 2001. Combattre et mourir pendant la Grande Guerre (1914-1925), Paris, Imago.

Kier E., 1997. Imagining War : French and British Military Doctrine between the Wars, Princeton (New-Jersey), Princeton University Press.

Lemay B., 2006. Erich von Manstein. Le stratège d’Hitler, Paris, Perrin.

Le Naour J.-Y., 2012. 1914. La grande illusion, Paris, Perrin.

Le Naour J.-Y., 2013. 1915. L’enlisement, Paris, Perrin.

Longden S., 2009. Dunkirk : The Men They Left Behind, London, Constable and Robinson.

Liddell Hart B., 1949 [1948 sous le titre The other side of the hill]. Les généraux allemands parlent, Paris, Stock.

Lindemann T., 1999. « L’idéologie de l’offensive dans le plan Schlieffen », Stratégique, n° 69.

Lindemann T., 2001, Les doctrines darwiniennes et la guerre de 14, Paris, Economica.

Martens S., 2001. « La défaite française : une heureuse surprise allemande », in Levisse-Touzé C. (dir)., La campagne de 1940, Paris, Tallandier, p. 403-412.

Masson P., 1996. Histoire de l’armée allemande, Paris, Perrin.

Masson P., 1999. Histoire de l'armée française de 1914 à nos jours, Paris, Perrin.

Masson P., 2005. Hitler chef de guerre, Paris, Perrin.

May E., 2000. Strange Victory. Hitler's Conquest of France, New-York, Hill & Wang.

Müller K.-J., 1991. « Les Ardennes dans la stratégie allemande », in Vaïsse M. (dir.), Ardennes 1940, Paris, Henri Veyrier, p. 57-82

Pedroncini G., 1967. Les mutineries de 1917, Paris, PUF.

Pedroncini G., 1974. Pétain, général en chef 1917-1918, Paris, PUF.

Porte R., 2005. La mobilisation industrielle, premier front de la Grande Guerre, Paris, 14-18 Éditions.

Prost A., 1994. « Les représentations de la guerre dans la culture française de l'entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, n° 41.

Ritschl A., 1999. « Les réparations allemandes : une controverse revue par la théorie des jeux », Économie internationale, n° 78, p. 129-154.

Rocolle P., 1990. La guerre de 1940 : Les illusions (novembre 1918-mai 1940), tome I, La guerre de 1940 : La défaite (10 mai-25 juin), tome II, Paris, A. Colin.

Rousseau F., 2003. La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Le Seuil (Points-Histoire).

Saint-Martin G., 1999. L'arme blindée française, tome I : Mai-juin 1940 : les blindés français dans la tourmente, Economica.

Snyder J., 1984. The Ideology of the Offensive : Military Decision Making and the Disaster of 1914, Ithaca, Cornell University Press.

Vaïsse M., (dir.), 1991. Ardennes 1940, Henri Veyrier.

Vaïsse M. (dir.), 2000. « Défaite française, victoire allemande sous l'œil des historiens étrangers », Autrement, n° 62.

Vivier T., 1997. La politique aéronautique militaire de la France. Janvier 1933-septembre 1939, Paris, L'Harmattan.

Haut de page

Notes

1 En particulier la fin de la coalition SPD-Zentrum qui assurait la stabilité de la République de Weimar qui cède la place à des gouvernements minoritaires successifs.

2 Le traité de Versailles imposait à l’Allemagne et à son armée de très lourdes contraintes. Obligation leur est faite de livrer la plus grande partie de la flotte de guerre (elle préférera cependant se saborder à Scapa Flow en juin 1919) et l’aviation est interdite, de même que les sous-marins, tout matériel d’artillerie ou armements offensifs.

3 Son appui a été déficient, faute de mobilité suffisante des pièces, les unités manquant de temps pour les mettre en batterie ou les replier rapidement, les contraignant alors à abandonner de nombreux matériels.

4 Les DLM étaient constituées de deux régiments de chars, un régiment d’infanterie portée, un régiment de reconnaissance et un régiment d’artillerie motorisé, et avaient donc une composition beaucoup plus équilibrée que les DCR dépourvues de tout moyen de reconnaissance et ne comportant qu’un seul bataillon d’infanterie portée. Cette appellation de DLM a été choisie simplement parce que l’acronyme DM était déjà attribué aux divisions marocaines.

5 Lesquelles ont eu une ampleur très variable selon les secteurs. Si elles ont été partielles et limitées dans le domaine des armements terrestres, en revanche le secteur de la construction aéronautiques a fait l’objet d’une nationalisation quasi totale, la plupart des sociétés étant de taille trop restreinte pour pouvoir faire face à des commandes de plus en plus massives (Garraud, 2002 et 2005).

6 « Les grandes unités à la disposition immédiate du haut commandement à la date du 10 mai étaient en tout petit nombre. Le général Georges avait trois divisions qu’il répartit aussitôt et le général Gamelin s’était réservé trois divisions, que le Nord-Est ne pouvait utiliser sans son acquiescement car il les destinait éventuellement à renforcer l’armée des Alpes. Ce nombre réduit de grandes unités allait fondre dès le début » (p. 217, 224 et 272).

7 Il donne même le chiffre de 40 divisons transférées entre le 21 mai et le 8 juin, les mouvements de « rocade » s’accélérant entre le 26 et le 29 mai pour garnir la ligne de défense Somme-Aisne (p. 311).

8 Et ce d’autant plus que, contrairement à l’Allemagne, les communications s’effectuaient principalement par le réseau téléphonique, vulnérable aux bombardements, et non par liaisons radio directes, peu développées en France.

9 Et à distinguer de la conception plus générale de la guerre (guerre longue ou courte) d’une part, et de la stratégie (offensive ou défensive) d’autre part.

10 Contrairement à 1918 où le haut commandement allemand a préféré tirer logiquement et rapidement la leçon de l’épuisement de ses ressources dès la fin du mois d’octobre, avant que le territoire national ne soit envahi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Garraud, « De la “drôle de guerre” à la “guerre-éclair”  », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2984 ; DOI : 10.4000/temporalites.2984

Haut de page

Auteur

Philippe Garraud

Centre de recherche sur l’action politique en Europe
CRAPE – UMR CNRS 6051
Institut d’études politiques de Rennes
104, boulevard de la duchesse Anne
35 700 – Rennes
philippe.garraud@sciencespo-rennes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page