Navigation – Plan du site

Mémoire du passé récent contre temporalités multiples

Dans la controverse Pétain-de Gaulle les temps définissent la situation
Memories of the recent past vs. multiple temporalities. In the Pétain-de Gaulle controversy, times define the situation
Memoria del pasado reciente versus temporalidades múltiples. En la controversia Pétain - de Gaulle son los tiempos los que definen la situación
Pierre Tripier

Résumés

Au mois de mai 1940 deux chefs de guerre s’affrontent. L’un a été le colonel du premier régiment où l’autre est arrivé en sortant de Saint Cyr et lui a, par la suite, servi de mentor. Mais des conceptions de ce qu’est la France, les mythes fondateurs de la nation auxquels ils se référent, de même que leur position les sépare. L’un est maréchal, le seul général en chef survivant de la guerre précédente alors que l’autre vient d’être nommé général. Cependant, ce dernier sera rejoint par d’ardents jeunes gens, entrés récemment dans une carrière ou ne l’ayant pas encore abordée, et saura coordonner les mouvements dispersés de résistance. Aidé par les circonstances, qu’il a su exploiter, il vaincra.
Les temporalités permettant de mettre en perspective ce récit sont diverses : elles vont du temps figé de la métaphore et du mythe, en passant par la chronologie linéaire. Mais la temporalité qui se révèle cruciale est celle du moment opportun et de la capacité à le saisir, qui, dans un premier temps est utilisée par les deux protagonistes, pour les différencier définitivement par la suite.

Haut de page

Texte intégral

« La guerre est un univers où, plus que nulle part, s’organise une dialectique constante des faits, dans leur déroulement concret, avec les représentations que s’en font militaires et civils, entre rumeurs, propagande et mémoire, dans le deuil, dans la frustration, dans la haine et dans la fierté »

(Jeanneney, 2008, p. 7)

« Nous savons que les institutions militaires sont particulièrement aptes à développer des solutions impressionnantes aux problèmes qu’elles aiment résoudre plutôt qu’aux problèmes que vont poser leurs futurs adversaires ». (Desportes, 2007, p. 193)

1Le mois de mai 1940, dans une situation dramatique pour la France, a vu s’affronter deux chefs de guerre dont l’un avait été le mentor de l’autre. À la suite d’un différend, en 1938, sur la propriété d’un texte demandé par le mentor à son disciple mais édité par ce dernier sans son accord, leurs rapports s’étaient tendus. Les historiens rappellent que chacun trouvait l’autre vaniteux. Le mentor, le Maréchal Pétain, disant de Charles de Gaulle en juin 1940 « de Gaulle, sa vanité l’incite à croire que l’art de la guerre n’a pas de secrets pour lui » (Lottman, 1984, p. 251), alors que lorsque Pétain accepta d’être nommé, en 1939, ambassadeur à Madrid, de Gaulle écrit à son frère : « Il accepterait n’importe quoi, tant est grande son ambition de vieillard » (Lottman, 1984, p. 216).

2Le 15 juin 1940 le mentor, alors premier ministre, annonce qu’il signera un armistice avec Hitler et le fera à Rethondes une semaine plus tard. Il expliquait à son entourage qu’il ne pouvait faire autrement puisque cette guerre avait été déclarée en dépit du bon sens, et, à Churchill, qu’il était hors de question de fomenter une guerre de guérilla contre les Allemands qui occupaient une grande partie de la France, dont Paris, suivi en cela par le chef d’État-major, le général Weygand. Et lorsque l’on suggéra à ce dernier de se rendre en Afrique pour continuer la guerre, ni le mentor, ni son général en chef n’acceptèrent qu’il s’y rende pour continuer le combat. S’il le fit plus tard ce fut pour conserver à la France son empire.

3Cependant, le 18 juin 1940, le disciple, avec la complicité du même Churchill, lance un appel à la France pour refuser l’armistice et continuer la lutte contre les forces du Reich. Il sera suivi assez rapidement par des Français d’outre-mer, des colonies et de l’étranger. Et quelques évadés de Métropole.

4Prenons en considération que, dans la vie courante, les humains définissent la situation dans laquelle ils sont et agissent en conséquence (Thomas, 1927). Mais ils la définissent « en accord avec des schèmes de pensée préexistants » (Thomas & Znaniecki 1918-1920, T. V, p. 368). Si l’on veut bien accepter que ce modèle de conduite soit d’autant plus vrai pour un chef de guerre, qui non seulement analyse la situation pour lui mais est également redevable à autrui des conséquences de ses choix, les présupposés qui lui permettent de construire sa définition sont certainement nombreux, dépendant de son appréciation du terrain, des forces en présence, mais également de ses propres anticipations de l’avenir, donc de ses conceptions d’un temps linéaire ou répétitif, et d’un espace comprenant des forces vives et d’autres passives. Cet avenir, forcément spatio-temporel, Pétain le voit avant tout spatialement hexagonal et soumis à une temporalité de la répétition.

5Cette façon d’envisager, pour un conflit, une répétition, contribue à tisser la légende, répétée, de militaires cherchant perpétuellement à corriger les erreurs de la guerre précédente, puisqu’ils supposeraient une similitude, tenant peu compte, en l’occurrence, des transformations techniques ou tactiques de son adversaire.

6Il est clair qu’un militaire respecte les avertissements du passé, mais sont-ce les avertissements de l’histoire ? Ne s’agit-il pas dans le cas présent d’une corrélation transformée à tort en détermination ?

7Une réflexion de Clausewitz permet au profane d’éclairer le poids que l’histoire devrait avoir dans la conduite de la guerre : « L’étude de l’histoire est la seule à même, à défaut d’expérience personnelle, de fournir une représentation manifeste de ce que j’ai appelé la friction de la machine dans son ensemble. Il ne faut bien sûr pas s’en tenir aux principaux résultats, encore moins se contenter du raisonnement des historiens, mais il faut, autant que possible, entrer dans les détails ; car les historiens (..) veulent ordinairement embellir les faits et gestes de leur armée, ou bien encore prouver la concordance des événements avec de prétendues règles ». (Clausewitz, [1812], p. 72)

8Accepter le fardeau du passé, ne serait-ce pas accepter une de ces règles implicites énoncées par le stratège prussien, d’autant plus facilement que l’on se croit destiné à rénover la France grâce à la Révolution Nationale, donc à suivre le propos de Clausewitz mille fois répété de la guerre comme une politique par d’autres moyens tout en acceptant la distinction entre la manière de conduire l’une et l’autre, puisque leurs grammaires sont distinctes.

9Si Pétain, après le 22 juin 1940, s’attend à une répétition, elle serait forcément différente au plan militaire, puisque, lorsqu’il comprend que les Allemands ne débarqueront pas outre-manche, il devra les considérer comme des adversaires sinon des ennemis après le bombardement britannique de la base de Bizerte. Et le ralliement de l’armée de Syrie, de Djibouti et de l’AEF aux Français libres sera vu par lui comme une trahison. Cependant, de la fin de l’année 1940 à toute l’année 1941, il tentera de louvoyer entre les États-Unis dont il pense qu’ils entreront un jour en guerre, comme ils l’avaient fait à la précédente guerre mondiale, et les Allemands, dont il attend à la fois un traité de paix et qu’ils envahissent la Russie, rétablissant ainsi le schéma de la guerre précédente.

10Si, comme le suggère François Julien (2001), nous pouvons considérer, comme les Chinois, que le temps n’est pas un passage du passé au futur mais une articulation de processus divers, il nous est possible de voir le mentor et son disciple se rapprocher en jugeant, chacun pour son compte, que le bouleversement dû à une défaite dans une guerre éclair créait un moment opportun, pour rompre avec les « conventions anciennes ». Une crise des conventions dans laquelle « il ne s’agit pas d’appliquer des règles mais d’en créer » (Lepetit, 1995, p. 285), le plus âgé créant un nouvel ordre politique, l’État Français, en rupture avec la république et en mimétisme avec bien de dictatures européennes des années 1930, en Allemagne, en Pologne, en Roumanie, en Espagne, en Italie, en Lettonie, en Hongrie, etc. Il fait d’ailleurs une allusion explicite au redressement que Franco aurait effectué en Espagne dans son discours du 11 octobre 1940 (Girard, 1948, p. 362)

11Le second de nos acteurs fait de même en contrevenant à la hiérarchie militaire et au principe d’obéissance en se proclamant chef des Français Libres. Vision temporelle du moment qui égrène une vision trop fluide de la durée et qui a été pensé à la fois par les anciens chefs de guerre comme Thucydide et César et conceptualisée sous la forme de la Virtù par Machiavel. Moment que la tradition chinoise, dont la grammaire ignore la déclinaison des verbes, et par là l’existence du triptyque passé, présent et avenir, pense à loisir, sa vision du temps étant une suite de moments dont certains sont favorables, des occasions. Le court temps dont il faut « capter l’immanence » (Jullien, 2012, p. 60). Mais aussi moment pensé par les Grecs, puisqu’au temps uniforme et linéaire chronos, ils opposèrent le moment kairos et l’éternel recommencement aion.

Le premier temps du mythe

12Pétain et de Gaulle, ont également, chacun, une vision mythique de la France. Mais l’un est dans le mythe historique, cependant que l’autre se situe à la fois dans la métaphore savante et dans le traumatisme des conservateurs face à la décapitation de Louis XVI.

Pétain

13Dès que le mentor prend le pouvoir, il s’adresse aux Français, d’une part en les plaignant de leurs souffrances mais en justifiant celles-ci par les péchés que le peuple français a commis, par exemple dans son discours du 25 juin 1940 : « Vous avez beaucoup souffert, vous souffrirez encore (..) Notre défaite est venue de nos relâchements. L’esprit de jouissance détruit ce que l’esprit de sacrifice a édifié ». (Pétain, 1989, p. 41)

14Mais « souffrance en patience » qui est la forme la plus haute du courage (discours du 13 août 1940) et qui est nécessaire en attendant qu’un retournement historique se produise, comme celui qu’a connu la Prusse en 1807 quand, après la paix de Tilsitt, elle resta neutre pendant cinq ans entre l’Autriche et la France et dû céder ses dépendances polonaises transformées par Napoléon en Grand-duché de Varsovie ou, comme en 1917, patienter que les Américains « interviennent » (Girard, 1948).

15D’autre part, Pétain exaltait les « antiques vertus » de la famille française (discours à l’Assemblée Nationale du 10 juillet 1940), en utilisant la métaphore familiale pour signifier son rôle de père d’une famille blessée qui cherche à se recomposer.

16De quelles vertus, de quels péchés s’agit-il ? C’est ici que nous entrons dans le mythe. Marc Bloch avait averti : « C’est dans la durée que l’axe central de toute méditation chrétienne est le grand drame du Péché et de la Rédemption ». (Bloch, 1949, p. 6). Le péché principal serait la décapitation de Louis XVI, non parce qu’il était roi mais parce qu’il était oint, qu’il avait, comme ses ancêtres, le don divin de guérir les scrofuleux, et que ce don était d’origine divine (Bloch, 1924). La mort brutale du roi constitue une rupture avec l’Église et la divinité. Et le courroux divin expliquerait les deux défaites, à 70 ans de distance, de Sedan.

17Une conférence d’E. Gombrich pour le bicentenaire de la Révolution Française donne la clé d’interprétation de cette attitude d’une partie du conservatisme français que rappellent les discours du Maréchal : son titre est Magie, métaphore et mythe. Cette conférence porte avant tout sur la figure du démon, elle analyse les métaphores utilisées à propos du diable pendant la Révolution dont celle qui voue les aristocrates aux démons ainsi que le Roi. « La Révolution française fit naître parmi certains cercles la nostalgie du paradis perdu de la civilisation du moyen âge » (Gombrich, [1989] 1996, p. 387). Et elle le fit en instituant des rites, comme la messe commémorative annuelle de la mort de Louis XVI, mais aussi le mythe d’une structure familiale chrétienne devenue naturelle et servant de socle à la société, dont le rappel, dans les sermons et les fêtes familiales (baptême, mariage, enterrement), servent, selon Gombrich, à « raffermir les liens d’une foi partagée et mettent en évidence des valeurs collectives, de celles qui tiennent unies les communautés » (Gombrich ibid. p. 340) Donc, parmi cette culture médiévale que l’on cherche à rebâtir dans sa pureté originelle supposée, se trouve la famille comme socle de la société. Position du conservatisme français depuis au moins Louis de Bonald dans plusieurs discours dans lesquels il peut lier les deux éléments : « La société civile n’a commencé, dans l’univers, qu’avec l’établissement du culte public de la religion chrétienne ; et la France est revenue à l’état sauvage lorsqu’il a été aboli » (Bonald, théorie du Pouvoir, p. 53 de l’édition abrégée de 1966) « Le genre humain a commencé par une famille, et la preuve en est sensible, puisqu’il continue par des familles. (…) La famille par laquelle commence toute société : Prima societas, dit Cicéron, in ipso conjugo est » (Bonald, 1830, p. 91).

18Mais cette prééminence de la structuration de la vie collective par la famille se trouve aussi chez les Durkheimiens tel Paul Lapie : « La famille est souvent un État en miniature, comme elle est souvent une église en raccourci. Son chef a les pouvoirs du magistrat ; (à Rome) il légifère, ordonne et juge sans appel ; il a sur ses sujets droit de vie et de mort. L’autorité publique ne se préoccupe pas de ses décisions. » (Lapie, 1908, p. 46). Ainsi que dans la seconde préface de Durkheim à la Division du Travail Social où, après avoir rappelé que la corporation romaine était considérée comme « une grande famille » (Durkheim, 1893/1960, p. XIII), il poursuit cette comparaison dans les pages suivantes en affirmant qu’il s’agit là de deux institutions « ayant des liens de parenté » (idem, p. XX), la corporation ayant des liens de filiation avec le système domestique.

19Ainsi, l’affirmation par Pétain, dans un article de la Revue des Deux Mondes selon laquelle « le droit des familles est antérieur et à celui de l’État comme à celui des individus » (cité in Azéma, 2000, p. 172) et l’utilisation de cette métaphore par les corporations que l’État Français met en place (dans l’artisanat, la marine marchande, l’industrie du cuir, l’industrie du papier, etc.) repose sur une métaphore savante, partiellement mythique, supposée naturelle, mais en fait organisée de façon constante et obstinée par l’Église Chrétienne (Goody, 1985). Cette dernière aurait d’abord créé le cadre de la famille moderne, puis décrété à la fois qu’elle était le soubassement de la société et qu’elle était naturelle.

De Gaulle

20De Gaulle puise en revanche sa vision de la France dans ce que l’on pourrait appeler le roman national (Nora, 1992), tel qu’il a été construit entre autres par Michelet, qui à son tour, devient mythique. C’est dans son livre La France et son armée (1938) qu’il exprime le mieux les temporalités qui lui servent de modèle à penser, puis agir. Il s’agit d’un ouvrage qui paraît central pour comprendre comment, chez lui, s’enchevêtrent les fils de l’Histoire. L’ordre du livre est chronologique, allant sur deux mille ans, des Gaulois à la Grande Guerre. En quelque 120 pages, il brosse un portrait des relations de la France et son armée, montrant leur imbrication constante, annoncée par la première phrase de l’ouvrage : « La France fut faite à coups d’épée ».

21Dans cette chronique millénaire sont analysées les relations entre le militaire, les pouvoirs et le peuple, souvent racontées avec lyrisme. Tout se passe comme si ce triptyque, au fil du temps, suivait une longue sinusoïde, avec des moments d’effondrements redressés par l’esprit du peuple, ou, souvent, par l’irruption d’un personnage qui allie la fermeté au courage et à la compréhension de la situation. Ce qui nous vaut des portraits fouillés et flatteurs de Louvois, sous Louis XIV, Carnot et Hoche sous la Révolution, Gambetta et Chanzy pendant la guerre de 1870, Joffre et Pétain pendant la Grande guerre.

22Cette histoire flatte le patriotisme et une certaine croyance en la capacité de la Nation à se redresser, quels que soient les défauts de ses élites ou de son peuple. Probablement un effet de génération, dont Charles de Gaulle rappelle qu’elle fut influencée par Barrès : « L’influence d’un Barrès rendant l’élite consciente de l’éternité nationale en lui découvrant les liens qui l’attachent aux aïeux » (de Gaulle, 1938, p. 470). Le style même de La France et son armée, son ardeur patriote, démontreraient qu’il fut, lui aussi, séduit par cet auteur.

23Mais, roman ou Histoire, les thèses qu’il y développe lui serviront à analyser la situation de son pays dans le moment de grande incertitude. Il est d’ailleurs sensible à celle-ci puisqu’il écrit : « La prétention à bâtir une doctrine d’après l’analyse des faits passés ne va pas sans arbitraire. L’Histoire s’interprète et l’action ne vaut qu’en vertu de contingences qui ne se retrouvent jamais » (de Gaulle, 1938, p. 456)

24La profondeur historique, le regard porté sur le temps long de son pays, le conduit à son tour à s’élever vers des généralités qui atteignent l’intemporel, initiant, dans La France et son armée, avec un lyrisme certain, les actes de foi en son pays qui inaugurent ses mémoires de Guerre et d’Espoir. « Pauvre peuple, qui de siècle en siècle porte, sans fléchir jamais, le plus lourd fardeau de douleurs. Vieux peuple auquel l’expérience n’a point arraché ses vices, mais que redresse sans cesse la sève des espoirs nouveaux » (de Gaulle, 1938, p. 500).

Le temps des stratégies

25La mention à la paix de Tilsitt que faisait Pétain est pleine de sens si l’on se souvient que c’est après elle que commence le redressement prussien et allemand. Notamment les réformes de l’enseignement secondaire et universitaires de Guillaume de Humboldt et militaires de Scharnhorst peuvent voir le jour grâce à l’humiliante défaite d’Iéna et la neutralité prussienne qui en résulta. De même que la transformation de la France par lui sortirait de la catastrophique avancée germanique après avoir forcé le passage à Sedan.

26L’œuvre de redressement national semble bien, dans un premier temps, dans l’esprit de son promoteur, pouvoir être structurées pendant ce temps d’attente et de patiente souffrance qu’impose une France divisée en deux. Ce temps serait égal à celui de la guerre de positions où l’on attend que quelque chose se déclenche. Un temps d’attente stratégique où, tel Fabius Cunctator, le chef de l’Etat Français attendrait que l’intervention des États-Unis se fasse effective. En attendant il aurait choisi une diplomatie ménageant l’Angleterre (à qui, malgré les conseils allemands, il ne déclare pas la guerre après l’attaque de Mers-el-Kebir) et l’Allemagne.

27Cependant cette politique, proposée comme explication par ses amis après sa défaite, semble contradictoire. D’une part on le présente, à l’annonce de l’attaque allemande contre les Soviétiques en juin 1941, s’écriant : « Waterloo, Waterloo, Hitler est foutu » (Girard, 1948, p. 258) ; d’autre part lors du débarquement américain en Afrique du Nord il refuse de partir pour Alger et reprendre un combat qu’il disait désirer. Jusqu’à la rupture entre Staline et Hitler il disait ne pas vouloir quitter le pouvoir à Paris pour que ce ne soit pas le communiste Thorez qui s’en empare, mais cette raison était, alors, devenue caduque.

28La définition de soi qu’il met en avant est le rôle de père protecteur de la nation et de chef réformateur. Comme s’il était devenu prisonnier de son projet de vouloir réformer radicalement les Français et leurs institutions, prisonnier aussi, quoiqu’il en dise, de sa vision hexagonale de la France et son désir de conservation du sol et du peuple français, à l’exclusion de ses politiciens.

« Je ne serais pas digne de rester à votre tête si j’avais accepté de répandre le sang français pour prolonger le rêve de quelques Français mal instruits des conditions de la lutte. Je n’ai voulu placer hors du sol de France, ni ma personne ni mon espoir » (discours du 25 juin 1940)

« J’ai été avec vous dans les jours glorieux. Chef de gouvernement, je suis et resterai avec vous dans les jours sombres. Soyez à mes côtés. Le combat reste le même. Il s’agit de la France, de son sol, de ses fils » (appel du 20 juin 1940).

29Et l’on pourrait multiplier les citations montrant que ce qui est visé est à la fois la conservation et la transformation de la France, conservation de sa population avec le retour de presque deux millions de prisonniers, conservation de son sol et transformation de son système politique de république en dictature romaine s’éternisant.

30Entêtement de vieillard et illusion de créer un ordre stable réactionnaire. Ce qui étonne sous la plume de ce chef militaire alors prestigieux, et de ses partisans, est d’avoir oublié que tout projet, particulièrement en temps de guerre, est sujet à la friction, selon les termes propres de Clausewitz, qui rend les choses les plus simples difficiles et expose tout programme aux aléas de la contingence et de l’événement.

31Une partie de cette friction, de cette contingence, est le fait du disciple. Resté à Londres, s’entourant peu à peu de volontaires, ralliant à lui les régions d’Afrique limitrophes des colonies anglaises, les actuels Gabon, Congo Brazzaville, Tchad et Cameroun, Djibouti ainsi que la Syrie et le Liban, peu à peu Charles de Gaulle voit affluer à lui des volontaires et une faible partie de l’armée. Ayant déclaré, dans son discours du 18 juin 1940, le caractère illégitime du régime qui signe l’armistice, il lui faut devenir autre chose qu’un rebelle clairvoyant, et, pour pouvoir mener une stratégie, asseoir à son tour sa légitimité.

Le sablier de la légitimité

La situation

32Alors que, de 1940 à 1942, Philippe Pétain tente de jouer un jeu de bascule entre l’ambassadeur Abetz et l’Amiral Leahy, ambassadeur des États-Unis, mais, refusant de rejoindre Alger quand les forces des Etats Unis y auront débarqué, il voit son pouvoir devenir illusoire à partir de l’invasion allemande de la zone sud, donc la fin de l’armistice.

33Si l’on en croit de Gaulle pendant cette période, si le but de la Grande Bretagne était de gagner la guerre contre l’Allemagne, elle cherchait en même temps à se faire attribuer de quelque façon les pays sous mandats français (anciens lambeaux de l’Empire Ottoman), ou sous protectorat : la Tunisie, le Maroc et certaines des anciennes colonies allemandes jouxtant celles que la Société des Nations leur avait données à protéger. Le but des Etats Unis était différent, même avant leur entrée en guerre, c’était de rendre libres les peuples colonisés ou sous protection ou mandat, que ce soit pour des raisons idéalistes (le fameux droit Wilsonien des peuples à disposer d’eux-mêmes) ou réalistes : que de nouvelles nations puissent accéder directement au marché mondial qu’ils dominaient considérablement. Charles de Gaulle cherchait à la fois à se constituer une puissance à partir du très petit nombre de volontaires ayant suivi son appel du 18 juin, dans le but de retrouver au bout de l’épreuve les limites de la France et son Empire tels qu’ils étaient avant la guerre, tout en accélérant la marche des pays sous mandat (Syrie et Liban) vers l’indépendance. Ce cadre se compliquait encore du fait que, si les Anglais approuvaient les initiatives gaullistes dès juin 1940, il faudra attendre juillet 1943 pour que le chef de ce qui s’appelait la France Combattante, soit considéré par les Etats Unis comme complètement légitime.

L’action

34C’est dans cette contingence que Charles de Gaulle va mener son entreprise de présence d’une France refusant l’Armistice, qu’il partagera dès le départ avec le général Legentilhomme, gouverneur de Djibouti. Il était prêt, nous dit-il, à s’effacer si un aîné prestigieux avait bien voulu prendre l’initiative, mais ses démarches auprès du général Noguès n’obtiennent aucune réponse. Le général Catroux se dit prêt à le suivre mais résident Général à Saigon, il pense que son rôle est important en Asie et, quoique plus âgé et plus gradé, se met à la disposition de son jeune confrère. En Afrique, le Tchad et le Cameroun se rallient de même que la Polynésie française et la Nouvelle Calédonie.

35Les départs furent difficiles, sinon lents : 92 personnalités furent sollicitées pour soutenir l’appel du 18 juin mais très peu répondirent favorablement. Pour analyser les individualités qui ont compté dans les premiers temps et permis à l’aventure gaullienne de s’étendre, nous avons effectué sur les biographies des compagnons de la Libération, un tirage au sort de 300 Compagnons de la Libération sur la liste des 1036 recensés. Cette statistique donne les proportions suivantes : Civils, environ ¼, donc ¾ de militaires. Parmi ceux-ci les officiers représentent 60 % de l’échantillon, les hommes de troupe et sous-officiers au moment où ils rejoignent la Croix de Lorraine, 40 %. Les officiers subalternes, aspirants, lieutenants et capitaines représentent la très grande majorité des officiers qui se rallient, presque 90 %. Tout se passe comme si, officiers de réserve ou d’active, le poids de l’institution militaire, institution qui, aujourd’hui, demeure parmi les plus fortes et les plus prégnantes sur leurs membres, était un facteur important de compréhension de la décision de ne pas adhérer à la France Combattante en 1940 ou 1941, et qu’il faille attendre, pour ceux qui sont très engagés dans cette structure pyramidale, l’année suivante ou celle d’après pour que ces ralliements se produisent.

36Un cas exemplaire pourrait être alors le général de Lattre de Tassigny. Nommé à ce grade, comme Charles de Gaulle, en 1939, il commandait la région militaire d’Auvergne en 1942 lorsque les Allemands envahissent la zone sud. Il met ses troupes en état de les combattre, est arrêté et mis en prison. S’évade et est protégé par la résistance gaulliste. Il parvient en Algérie mais attendra 1943 et l’accord du général Giraud pour rallier Charles de Gaulle. Il commandera la Première Armée française et se couvrira de gloire jusqu’à atteindre le Danube. Mais, ralliement trop tardif, il ne sera pas fait Compagnon de la Libération.

37Cette relation inverse entre force de l’institution et ralliement à la Croix de Lorraine fait jaillir une temporalité due à l’appartenance à la classe d’âge ou, si l’on veut, à la génération : lors de leur ralliement à la France combattante en 1940 ou 1941, les futurs Compagnons de la Libération avaient, pour 10 %, moins de vingt ans, pour 65 % moins de trente ans, pour 25 % entre trente et trente-neuf ans et pour seulement 9 % la quarantaine et plus. Qu’environ les deux tiers aient eu moins de trente ans lors de l’entrée dans la France Combattante voulait probablement indiquer moins de chances d’être lié à la vie militaire classique mais probablement aussi aux autres formes institutionnelles, comme la famille, le mariage ou l’avancée avec profondeur dans une carrière autre que l’armée.

38À partir de ce moment – si l’on exclut les difficultés nées des définitions de la situation et des volontés secondaires divergentes des Etats Unis et de l’Angleterre déjà évoqués – se met en place une temporalité de l’entreprise gaulliste qui suit celle générale, des avancées des alliés, mais aussi de sa propre organisation. Allant de 1940 à 1945, ce mouvement se déroule sous forme de fonction exponentielle mais surtout d’entonnoir dont le cône servirait de base et le tube de cheminée d’escalade, où les débuts sont ceux de multiples rencontres et négociations pour simplement se faire reconnaître et admettre comme partenaire, puis, à partir d’un moment, que Charles de Gaulle situe au printemps 1942, il est possible de se concentrer sur l’essentiel : vaincre l’ennemi tout en créant l’union des Français.

« Au deuxième printemps de la guerre, le destin rend son arrêt. Les jeux sont faits. La balance se renverse (..) tout va porter les alliés à frapper au lieu de subir. Une action de grande envergure se prépare en Occident.

Je vois mûrir cette entreprise. Assez seul au milieu de partenaires très entourés, bien pauvre parmi les riches, je suis bercé par l’espoir, mais aussi rempli de soucis, car, au centre de l’opération il y aura de toute façon la France. Pour elle, ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement l’expulsion de l’ennemi hors de son territoire, c’est aussi son avenir comme nation et comme Etat. (..) C’est le peuple entier, tel qu’il est, qu’il me faudra rassembler » (de Gaulle, 1956-1999, pp. 273-275)

39Outre le ralliement de militaires ou de candidats à la bataille ce qui fera aussi la force du mouvement gaulliste est l’existence, en France métropolitaine et dans le reste de l’Empire français, de mouvements de résistance volontaires dispersés, cherchant, chacun, à continuer la lutte contre les Allemands et les Italiens. Au début de 1941 un embryon de service de renseignement sur ce qui se passe en France et son empire est mis en place à Londres, mais très vite l’idée de coordonner des mouvements épars de résistance viendra compléter et appuyer non seulement les actions de renseignement mis aussi de sabotage et d’inquiétude de l’ennemi. La situation devient plus complexe avec la création d’un mouvement de résistance communiste après la décision d’Hitler d’envahir la Russie et les actions de guérilla urbaine que ses partisans entreprennent. Partisans de n’exclure aucune force luttant contre l’ennemi, les gaullistes sauront trouver des arrangements avec les différents mouvements de résistance et ce sera à Jean Moulin de réussir à créer une synergie entre les différents réseaux.

40Lorsque, en octobre 1943, après de grandes difficultés, les États-Unis, dont les troupes sont déjà en Afrique du Nord, accepteront que la France libre soit dirigée par une dyarchie qui remplacerait un seul chef civil et militaire et acceptent de nommer à côté du général Giraud, Charles de Gaulle, celui-ci utilisera l’existence de ces réseaux de combattants, irréguliers aux yeux des militaires, pour se voir attribuer le pouvoir politique et laisser celui des opérations purement militaires à son partenaire.

41On doit distinguer, dans le mouvement de résistance, les réseaux (par exemple ceux qui faisaient passer des personnalités en Espagne) et les mouvements. Les réseaux étaient « créés en vue d’un travail militaire précis (renseignement, sabotage, évasion de prisonniers de guerre) … Un mouvement, au contraire, a pour premier objectif de sensibiliser et d’organiser la population de la manière la plus large possible » (Bourdet, 1975, p. 96 cité par Veillon, 1993, p. 407). Les spécialistes des mouvements d’insurrection insistent sur l’importance pour un mouvement de résistance ou de conquête du pouvoir, de former des cadres dans le peuple et de rencontrer, grâce à une propagande par la parole et par les actes, l’approbation de ce peuple (Chaliand, 2008, p. 36), ce que firent les résistants spontanément.

42Ainsi, malgré la répression et les pertes humaines, la résistance gagnait un soutien populaire grandissant, ce qui rendait de plus en plus fantomatique, dans l’Hexagone, le régime du Maréchal Pétain. Régime qui, après la sujétion de la zone libre par l’action allemande en novembre 1942, continuait à invoquer, avec de moins en moins de succès, la convention d’armistice pour se croire légitime (Paxton, 1993). Ainsi, quoiqu’il s’agisse de mouvements indépendants l’un de l’autre, cependant que la France Combattante gagnait de l’importance dans le monde, la Résistance minait peu à peu la légitimité intérieure du régime de Vichy. Comme dans un sablier, le gain de légitimité de l’un effritait celui de l’autre, lequel, en en perdant encore, renforçait son concurrent.

Temporalités

43Le Maréchal Pétain, engoncé dans la mémoire de la guerre de 1914-1918 et le souvenir glorieux des campagnes napoléoniennes (Paix de Tilsitt, campagne de Russie) pensait qu’il était bon, en 1940 et 1941, que le moment favorable arrivât. Cherchant à sauver la France d’un danger anarchiste ou bolchevique, comme celui dont il avait vu les traces lors de son ambassade en Espagne, il se préparait à une longue guerre de position. La défaite éclair des troupes alliées aux débuts de 1940 par les forces du Reich faillit démentir cette répétition attendue. Mais de 1940 à 1942, après qu’il eût signé l’armistice, le sort semblait rejouer la partie selon un schéma semblable : il pouvait sembler que l’attente de l’intervention des Etats Unis et des résultats de l’attaque allemande de l’URSS créerait un temps vide d’action semblable à celui d’une guerre de positions s’éternisant. Moment qui permettait un jeu de balance entre les ambassades allemande et Etatsunienne, cependant que l’on protégeait un peuple hexagonal en lui demandant la patience et en plaignant sa souffrance. Alors que, de toutes parts, des jeunes volontaires grossissaient les troupes de la France Combattante, rejetant l’armistice et conduits par un chef qui juxtaposait trois visions de la temporalité : une vision mythique du peuple français, une vision stratégique de la façon de renforcer ses forces, de nouer des alliances et de combattre l’ennemi malgré le traité d’armistice, et une vision de la France à bâtir, grâce à la constitution d’un conseil de la France combattante, puis un Conseil de la Résistance. Action audacieuse, toujours volontaire, s’achevant par un retour de la République en France et l’attribution à notre pays d’un siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU.

44Le 1er mars 1941, Charles de Gaulle « formule solennellement les trois articles » de sa politique :

  • Faire la guerre en donnant la plus grande extension et la plus grande puissance possibles à l’effort français dans le conflit (..) ;

  • Rendre la parole au peuple dès que les événements lui permettront de faire connaître librement ce qu’il veut ;

  • Tracer les bases à donner aux institutions renouvelées de la France, bases définies par les trois devises des Français libres (..) : « Honneur et Patrie » ; « Liberté, Egalité, Fraternité » et « Libération car notre effort doit avoir pour but, pour chacun des Français, une condition telle qu’il soit possible de vivre et de travailler dans la dignité et la sécurité » (de Gaulle, 1954, pp. 248 et 249).

45La temporalité des jeunes volontaires qui l’ont rejoint et les siennes propres, se finissant en réussite, montrent une articulation particulière de kairos et chronos : tout se passe comme si chacun et tous ensemble, ayant choisi le bon moment et la bonne voie, créaient un moment collectif et personnel de rupture temporelle, un moment stratégique de rupture qui réoriente le « fleuve tumultueux du temps » (Elias, 1996, p. 15, Simmel, 2004, p. 383), qui réorganise chronos, en lui faisant prendre une autre voie, pour soi et pour la collectivité.

46Et le récit que de Gaulle en fait nous fait penser qu’il y parvient. Mais ici, pour pouvoir prendre un peu de distance et ne pas trop verser dans la tentation de faire du récit gaullien un récit vrai, il faut se souvenir de trois choses :

  • Chacun des protagonistes principaux définit sa situation et agit en conséquence, mais comme le remarque Thomas dans The Unadjusted Girl (Thomas, 1923) l’on agit rationnellement selon sa définition de la situation tant que les événements ou les interlocuteurs ne l’ont pas démenti. S’ils le font, il faut la re-définir, ce que ne fit pas Pétain et ce que son disciple n’avait pas besoin de faire puisque la situation réelle ressemblait de plus en plus à celle qu’il avait projetée.

  • Ensuite nous devrions nous intéresser à la stylistique des Mémoires de Guerre de Charles de Gaulle, se projetant dès le passé dans l’avenir grâce à une utilisation pertinente et rare du présent. Une étude de grammairien nous éclaire car elle dévoile ce qui serait le modèle de ces mémoires : les Commentaires sur la Guerre des Gaules de Jules César. Même rhétorique, même force argumentative et même procédés stylistiques (Mellet, 1980).

  • Enfin nous devrions nous intéresser une fois encore à la fonction du mythe. Le fait de prendre pour modèle Jules César ne laisse pas de doute sur le propos de Charles de Gaulle. Et, comme son modèle, il dit vrai et faux, mais crée un mythe qui paraîtra plus vrai que la banale chronologie, car, comme l’affirme Carlo Ginzburg, « le mythe est un récit qui a déjà été raconté, un récit qui a déjà été su », donc qui s’impose comme partie de l’Histoire. (Ginzburg, 1998, p. 72)

Conclusion

47Assurément pour Pétain la temporalité est celle de la réminiscence, portée d’ailleurs par une mémoire collective partagée par ses contemporains mais aussi ses cadets. Quel soldat s’est-il rebellé lorsqu’il fallait creuser un « trou Gamelin » sorte de tranchée individuelle « avec épaulement pour arme automatique » ? Les témoignages abondent montrant que ce n’étaient pas seulement les généraux qui, en 1939, pensaient à une répétition de la guerre de 1914 (Paxton, 1996). Nous avons donc ici une illustration éclatante des théories d’Halbwachs sur cette mémoire collective qui hantait la majorité des Français à l’entrée de la guerre.

48Elle est celle de la prophétie, de l’épopée et du mythe chez Charles de Gaulle, en même temps que celle de la « ligne de vie » (Bertaux, 1997), chronologique, se confondant avec son emprise en termes d’organisation, de savoir connaître, de carrière auto définie et de but atteint.

49Pour nos deux protagonistes principaux, il y eut le temps de la rupture institutionnelle, due au cataclysme de la défaite, dont chacun a profité. Car cette rupture fut pour eux l’opportunité, le kairos, le moment de la rupture, de l’opportunité qu’ils attendaient pour agir et planifier leur action. Mais dans le camp gaulliste, cette rupture fut aussi celle de ces jeunes officiers et civils quittant familles et emplois. Dans ce camp, la temporalité des générations a amené des jeunes gens qui, selon leurs témoignages, étaient portés comme lui par la honte de la défaite et de l’armistice et le désir de, malgré tout, continuer à combattre, de se joindre à lui.

  • 1 « La Fortuna è donna (..) Come donna é amica de giovanni, perché sono meno respectivi, piu feroci e (...)

50Décision fougueuse qui rappelle le temps du Kairos grec révisé par la Fortuna machiavélienne : « La Fortuna est femme, (..). Comme femme elle est amie des jeunes gens car ils sont plus irrespectueux et féroces et la font obéir avec plus d’audace » (Le Prince, chapitre XXV1). Dans leurs mémoires, ces lieutenants et capitaines traitent de cette irrévérence envers l’institution qu’ils justifient après-coup par la nécessité morale dans laquelle ils étaient de laver l’humiliation et continuer l’affrontement. Leur chef, pourtant plus âgé, n’était visiblement pas moins ardent à saisir la fortune et à exercer aussi la vertu machiavélienne, puisqu’« [O]n ne voit pas qu’ils aient reçu de la fortune autre chose que l’occasion, qui leur donna une matière où introduire la forme qui leur parût bonne. Sans cette occasion, leur force d’âme se serait éteinte et sans cette force d’âme, c’est en vain que l’occasion se serait présentée » (Prince VI, p. 122).

  • 2 Métaphore utilisée par Machiavel dans son capitoli sur l’opportunité :
    « Je suis l’occasion, bien p (...)

51Machiavel, et à sa suite des auteurs comme Whitehead (1920) ou Mead (1938) pour qui « Le Monde est un monde d’événements » (Mead, 1932, p. 1) se trouveraient en accord avec l’assertion d’Halbwachs selon laquelle : « Il n’y a pas de temps unique mais la société se décompose en une multitude de groupes, dont chacun a sa durée propre » (Halbwachs, 1950, p. 189) Mais, comme nous traitons d’un conflit qui divise la société, nous sommes bien face à une situation où ce qui oppose les groupes et leurs inspirateurs est bien ce sens de l’occasion, que Machiavel imagine femme et dont on dit que les uns la voient alors qu’elle reste aveuglante aux autres, notamment parce que vivant dans des temps différents, les uns d’avantage inclus dans leurs institutions, s’attendant à une répétition qui viendrait les sauver et se convertissant ainsi, en partie, en spectateurs, alors que les autres ont décidé de la dévoiler, sous ses cheveux qui couvrent son visage et sa poitrine2, et joueront leur carte avec audace, détermination et constance. Les adeptes de Vichy qui demeuraient anti-allemands attendaient la Fortune, mais Machiavel nous avertit qu’il faut la rechercher.

52Par ailleurs nous avons noté au moins trois fois avoir affaire à une pensée mythique. Celle-ci n’est pas non plus soumise à Chronos, elle perdure pendant des siècles, comme le démontre Ginzburg dans son analyse de la donation de Constantin ou de la querelle autour d’un texte de Dumézil (Ginzburg 2003 et 1993). Les reproches faits à la République, Avant-guerre, dataient de 140 ans. L’image que Charles de Gaulle a de la France remonte aux Gaulois et lui-même, dans ses Mémoires de Guerre, propose un nouveau moment fondateur à la France qui dure jusqu’aujourd’hui. Cette pensée mythique, qui peut naître de quelques jeunes gens ardents saisissant l’opportunité peut alors se perpétuer dans d’innombrables groupes sociaux et générations. Le contraste des générations sépara les jeunes et les moins institutionnalisés, ceux qui, ayant à peine commencé une carrière peuvent facilement bifurquer (Hughes, 1958) et entrer dans l’aventure gaullienne des années 1940 et 1941. Cependant, les aînés plus circonspects ou obéissants, se vivant dans une continuité de carrière qui suppose le respect de la hiérarchie institutionnelle, attendaient la fusion des armées de 1943 pour s’engager ou restaient fidèles quelque temps encore à ce qui n’est plus que le pouvoir fantomatique de Vichy. Cet exemple, se déroulant en des temps dramatiquement incertains montre que les générations sont des instruments de multiples datations et fournissent en même temps la « dimension temporelle de l’existence sociale » et les effets de classe d’âge sur la capacité à changer de route professionnelle. Les différentes générations qui cohabitent dans la même histoire subissent ainsi différemment « l’empreinte du temps ». Chronos et Kairos, elle leur est constitutive. (Attias Donfut, 1988, Terrail, 1995).

53Par contre le fait que Pétain attende pour agir, entre 1940 et 1942 que la conjoncture se retourne, que les Allemands soient englués dans leur front de l’est et que les Américains débarquent, et, quand cela se produit et que l’illusion de sa liberté d’action se dissipe ; que, face à son seul partenaire, il n’ait plus le moyen de jouer et se mette à son service, dépend du seul Kairos, mais perdu car non recherché. Correspondant à l’avertissement de Machiavel : « L’homme circonspect, quand il est temps d’en venir à l’impétuosité, ne sait pas le faire ; d’où il s’écroule » (Machiavel, Prince, chapitre XXV, 6)

54Et cet écroulement est progressif et cette progressivité rend hommage à Chronos. Car ce que nous avons appelé le sablier de la légitimité se déroule bien selon un temps linéaire, qui renforce l’impétueux et désagrège le prudent.

55Cependant que le fait de saisir, même sans le savoir ou le vouloir, le moment opportun, crée un nouveau déroulement de chronos, une nouvelle route, un autre but.

56Tout se passe comme si le fait d’utiliser kairos à bon escient, et un kairos particulier, fruit d’un effondrement total et d’une guerre qui rebat les cartes, créait une nouvelle chronologie légitime. Et comme si sa légitimité provenait de ses succès mais également des mythes qui l’embellissent et l’aide à se perpétuer.

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C. 1988. Sociologie des Générations : l’empreinte du temps, P.U.F. Paris, coll. « Le Sociologue ».

Azéma J. P., 1993. « Le régime de Vichy » in Azéma J. P., Bédarida F. (eds), La France des années noires, T. I, Le Seuil, Paris.

Bédarida F., 1993. « La drôle de guerre » in Azéma J. P., Bédarida F. (eds) La France des années noires, T. I, Le Seuil, Paris.

Bergson H. [1919] 1967. « La Conscience et la vie », L’Énergie spirituelle, Paris, P.U.F.

Bertaux D., 1997. Les Récits de vie, Coll. 128, Nathan, Paris.

Bloch M. [1924] 1993. Les Rois thaumaturges, Gallimard, Paris.

Bourdet C. 1975. L’Aventure incertaine, Stock, Paris.

Bonald L. A. de. [1796] 1965. Théorie du pouvoir politique et religieux, UGE. 10/18, Paris.

Chaliand G. 2008. Les Guerres irrégulières XXème XXIe siècle, Gallimard, Paris.

Clausewitz K., von, [1812] 2014. Principes fondamentaux de stratégie militaire. Trad. Mille et une nuits Paris.

Compagnons de la Libération : http://www.ordredelaliberation.fr/fr_doc/compagnon.html

Desportes G., 2007. La Guerre Probable, penser autrement, Economica, Paris.

Durkheim É. [1893] 1960. De la division du travail social, PUF, Paris.

Elias N. [1984] 1996. Du Temps, Fayard Paris.

Gaulle C., de. [1938] 1990. La France et son armée, Plon, Paris.

Gaulle C., de. [1940] 1990. Mémorandum, Plon, Paris.

Gaulle C., de. [1954] 1999. Mémoires de guerre. L’Appel, Plon, Paris.

Gaulle C., de. [1956], 1999. Mémoires de guerre. L’Unité, Plon, Paris.

Ginzburg C., 1993. « Mythologie germanique et nazisme. Sur un ancien livre de Georges Dumézil », Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire, Traduction Flammarion, Paris, p. 176-198.

Ginzburg C., 2003. « Lorenzo Valla et la donation de Constantin », Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Traduction Gallimard-Le Seuil, Paris, p. 57-70.

Ginzburg C., [1998] 2001. À Distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Gallimard, Paris.

Girard L. D., 1948. Montoire, Verdun diplomatique. Éditions André Bonne, Paris.

Gombrich E. H., [1989], 1996. « Magic, Myth and Metaphor : Reflections on Pictorial Satire », The Essential Gombrich, Phaidon Press, Londres, p. 331-354.

Goody J. R., 1985. L’Évolution de la famille et du mariage en Europe, Armand Colin, Paris.

Halbwachs M. [1950] 1997. La Mémoire Collective, Albin Michel, Paris.

Hughes E.C. 1958. « Cycles, turning points and careers », Men and their work. NY. Free Press

Jeanneney, J-N., 2008. La Guerre dans tous ses états, concordance des temps, Nouveau Monde éditions, Paris.

Julien F. [2001] 2014. Du Temps : Eléments d’une philosophie du vivre, Le Livre de Poche, Paris.

Machiavel N. [1532] 1996. Œuvres Complètes, Robert Laffont, Paris.

Mead G.H. 1932. Philosophy of the Present, Chicago U.P.

Mead G.H. 1938. Philosophy of the Act, Chicago U.P.

Mellet S. 1980. « Le présent “historique” ou “de narration”. Quelques remarques à propos de : César, Guerre des Gaules, I, VII ; Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre. » L’Information Grammaticale n° 4, p. 6-11.

Nora P. (dir.) Les Lieux de Mémoire. Gallimard, Paris.

Paxton R. O. [1996] 2004. L’Armée de Vichy, Trad. Taillandier, Paris.

Paxton R. O. 1993. « La Collaboration d’État », Azéma J. P.., Bédarida F. (eds), La France des années noires. T. I, Le Seuil, Paris.

Pétain P., 1989. Discours aux Français - 17 juin 1940 - 20 août 1944, Albin Michel, Paris.

Simmel G., 2004. Philosophie de la modernité, Payot, Paris.

Terrail J. P.. 1995. La Dynamique des Générations, L’Harmattan, Paris.

Thomas W.I. 1923. The Unadjusted Girl, Little Brown & Cy. Boston.

Thomas W. I. 1927. « The Behavior Pattern and the Situation » Proceedings of the American Sociological Society.

Veillon D. 1993. « Les Réseaux de Résistance » in Azéma J. P.., Bédarida F. (eds), La France des années noires. T. I, Le Seuil, Paris.

Whitehead A.N. [1920] 1995. Procès et Réalité, Cambridge, Gallimard, Paris.

Haut de page

Notes

1 « La Fortuna è donna (..) Come donna é amica de giovanni, perché sono meno respectivi, piu feroci e con più audacia la comandano » (Principe, cap. XXV, p. 222 de l’édition originale et en italien moderne, Milan, Rizzoli, 1991 )

2 Métaphore utilisée par Machiavel dans son capitoli sur l’opportunité :
« Je suis l’occasion, bien peu me reconnaissent (...)
Je porte devant moi mes cheveux épars,
Je m’en recouvre la poitrine et le visage,
Pour qu’on ne me reconnaisse pas quand je m’approche » (Machiavel 1512, in Œuvres Complètes, p. 1075)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Tripier, « Mémoire du passé récent contre temporalités multiples », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/2999

Haut de page

Auteur

Pierre Tripier

Associé au laboratoire Printemps
47, Bd. Vauban 78 047 Guyancourt Cedex.
Ptripier40@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page