Navigation – Plan du site

Les différences de temporalité dans le cadre du conflit colombien : l’exemple du processus de paix d’El Caguán (1998-2002)

Temporal differences during the Colombian conflict: the example of the El Caguán peace process (1998-2002)
Las divergencias temporales en el marco del conflicto colombiano: el ejemplo del proceso de paz de El Caguán (1998-2002)
Johanna Gonzalez

Résumés

Les situations de violence armée, comprises comme des expériences sortant de l’ordinaire, créent un rapport au temps différent de celui de la vie quotidienne et des périodes de paix. Dans cet article, nous abordons la question du temps dans les conflits armés à partir de l’étude des négociations de paix entre la guérilla colombienne des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) et le gouvernement d’Andres Pastrana (1998-2002). Après un court rappel historique sur le processus de paix de façon à situer précisément l’événement, nous examinons comment se construisent et se manifestent différentes temporalités au travers de l’étude de trois dichotomies : la première entre temps sociaux (urbain, rural) ; la deuxième entre temps stratégiques (temps long de la guérilla, temps court du gouvernement) ; et la troisième entre rapports discursifs (relation avec le passé, le présent ou l’avenir) de chaque acteur armé. Nous constatons que ces temporalités, vécues ou construites par les acteurs à partir de leur expérience d’un temps objectivé et d’une perception subjective du rapport temporel, ont un effet sur le comportement des belligérants, ce qui rend difficile le rapprochement et l’interaction entre les parties à un moment précis du conflit armé (lors d’une négociation de paix en l’espèce).

Haut de page

Texte intégral

1Lors des commémorations du centenaire du début de la Première Guerre Mondiale, l’historien Stéphane Audoin-Rouzeau (2013) a évoqué la spécificité de la temporalité de la guerre telle qu’elle est vécue et expérimentée par les acteurs sociaux. Les situations de violence armée, comprises comme des expériences sortant de l’ordinaire, créent en effet un rapport au temps diffèrent de celui de la vie quotidienne et des périodes de paix. La guerre est souvent perçue comme le temps de la frénésie, de l’accélération, de l’urgence. Dans un conflit armé, la vie se voit rythmée par les combats, le bruit des armes, les explosions et par les besoins stratégiques ou militaires des belligérants.

2Cependant, que se passe-t-il lorsqu’une crise armée dure une semaine ou lorsqu’un conflit se déroule sur plus de 50 ans ? Existe-t-il un temps lent de la guerre ? Les acteurs qui participent à un conflit armé expérimentent-ils la même temporalité, le même rapport au temps dans chacun des deux cas ? Ce rapport est-il différent selon le type d’acteur armé, qu’il s’agisse d’une guérilla, d’un groupe terroriste, de l’armée régulière d’un État ou des hommes politiques chargés de la prise de décision ? La perception du temps change-t-elle avec la variable espace, selon que le conflit se déroule en ville, à la campagne ou bien dans la forêt ? Le rapport au temps est-il toujours le même ou évolue-t-il avec le conflit ?

3Dans cet article, nous abordons la question de la temporalité dans les conflits armés à partir de l’étude du processus de paix d’El Caguán, c’est-à-dire, les négociations de paix entre la guérilla colombienne des FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) et le gouvernement d’Andres Pastrana (1998-2002). Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer l’échec de ce processus mais la variable « temporalité » (des différentes perceptions ou rapports au temps) a trop souvent été absente des analyses proposées (Gutierrez Loaiza, 2012). Ainsi, à partir de l’état de l’art réalisé sur la question, nous avons identifié deux réflexions principales, celles de Daniel Pécaut (2008, 2000) et Herbert Braun (2007, 2004), sur l’impact des « temporalités » sur les rapports guérilla-gouvernement colombien et, plus précisément, sur les négociations de paix. Les deux chercheurs formulent des hypothèses similaires selon lesquelles l’affrontement entre deux temporalités (rurale/urbaine ou de long terme/court terme) a constitué un obstacle au déroulement des dialogues de paix. Sur la base de cette hypothèse, nous avons construit une nouvelle hypothèse de travail : l’affrontement entre ces deux temporalités a rendu le dialogue impossible. Mais ces temporalités ne sont pas seulement des temporalités propres à chaque acteur (des différents rapports au temps qui caractérisent chaque partie du conflit). Ce sont aussi des temporalités qui sont choisies par les acteurs, de manière « volontaire » ou « stratégique » pour être mises en avant dans l’interaction. Ces temporalités sont créées par les imaginaires des acteurs ou par les fausses perceptions (misperception, Jervis, 1988). Les idées préconçues, les anticipations, peuvent créer des perceptions temporelles diverses ou même conflictuelles qui vont rendre difficile la négociation entre les parties. Pour tester notre hypothèse, nous traitons notre objet d’étude à partir de l’analyse de trois dichotomies entre temporalités opposées. La première est construite autour de la contradiction entre les temps sociaux des combattants « paysans » et ceux des cadres d’origine urbaine. La deuxième est développée autour de la différence entre les temps stratégiques des acteurs, c’est-à-dire l’opposition entre une vision de long terme des dirigeants de la guérilla (évolution historique et prolongement dans le temps du conflit) et une vision de court terme des autorités gouvernementales (obligation de résultat vis-à-vis de l’opinion publique et courte durée des mandats). La troisième dichotomie oppose un discours de la guérilla qui restait très marquée par le passé et un discours du gouvernement appelant à se concentrer sur une nouvelle construction de l’avenir.

4C’est à partir de ces hypothèses et de ces dichotomies que, nous réalisons une analyse de la négociation de paix d’El Caguán. Cet événement a produit une grande quantité des documents et de matériel graphique (audiovisuel et photographique). Au niveau de l’analyse de discours, il existe les déclarations (discours, communiqués) des leaders et porte-parole des FARC comme du gouvernement Pastrana, les lettres échangées entre eux et celles adressées à l’opinion publique, les entretiens parus dans la presse nationale et internationale des principaux commandants de la guérilla ou des hauts membres du gouvernement. Pour délimiter notre corpus nous avons décidé de travailler sur les discours que Manuel Marulanda (1999) (lu par Joaquín Gómez) et le président Andrés Pastrana (1999) ont prononcés au moment de l’ouverture des négociations (de façon à appréhender l’image et les motivations que les deux acteurs ont cherché à communiquer lors de leur premier contact officiel) et sur le discours de clôture du processus d’Andrés Pastrana (2002). Le travail sur ce corpus de textes a été accompagné d’un travail sur la littérature produite autour des négociations de paix : des chroniques sur l’expérience d’El Caguán réalisées par des journalistes présents lors de l’événement (Bedoya, 2008 ; Guillermoprieto, 2008 ; León, 2005 ; Lozano, 2001 ; Téllez et al., 2002), et des études réalisées par des chercheurs (entre autres, Berquist et al., 2001 ; Chernick, 2008 ; González et al., 2002 ; Hylton, 2008 ; Mackenzie, 2005 ; Medina Gallego, 2009a, 2009b ; Soto-Trillo, 2001 ; Waldmann, 2007).

5Dans cet article, nous étudions donc les temporalités particulières (« réelles », « mobilisées » ou « supposées ») propres à chaque acteur puis examinons si ces temporalités et leurs différences ont un effet sur le comportement des belligérants, à un moment précis du conflit armé (dans ce cas, lors d’une négociation de paix). Pour ce faire, dans une première partie, nous allons délimiter notre objet d’étude. Nous allons d’abord expliquer en quoi le processus de Paix d’El Caguán est un objet d’étude pertinent pour la réflexion sur les temporalités et la guerre, d’une part, et sur le conflit colombien, d’autre part. Ensuite, nous allons effectuer un court rappel historique sur le processus de paix de façon à situer précisément l’événement que nous analysons. Dans une deuxième partie, nous allons examiner comment se construisent et se manifestent différentes temporalités, au travers de l’étude de trois dichotomies : la première entre des temps sociaux (urbain, rural) ; la deuxième entre temps stratégiques (en comparant la question du temps long de la guérilla face au temps court du gouvernement) ; et finalement, nous allons examiner la relation avec le passé, le présent et l’avenir qui marquent le discours et l’action de chaque acteur armé.

Processus de paix d’El Caguán : délimitation de l’objet d’étude

6L’intensification de la violence et la radicalisation de l’affrontement entre les différents acteurs armés (guérilla, paramilitaires et forces armées), intervenues principalement durant la décennie des années quatre-vingt-dix (Garibay, 2010), va générer une grande mobilisation nationale et internationale en faveur de la recherche d’une solution négociée ou pacifique au conflit. Dans ce contexte, divers éléments ont favorisé́ la décision du gouvernement et de la guérilla d’entamer un processus de paix. En ce qui concerne les FARC, bien que celles-ci aient consolidé́ leur présence stratégique et renforcé leur capacité d’action militaire et de contrôle du territoire, l’organisation guérillera n’est pas parvenue à̀ préserver son image vis-à-vis de l’opinion publique internationale (González et al., 2002). Quant au gouvernement, il affronte une crise de légitimité initiée durant l’administration Samper (avec le « Procès 8 000 » pour les liens supposés avec le trafic de stupéfiants) et subit une forte pression de l’opinion publique nationale en faveur d’une solution pacifique à̀ la crise violente déchirant le pays. Dans ce contexte, le gouvernement va rechercher lui aussi la promotion d’une solution négociée au conflit.

7Si les FARC et le gouvernement avaient des fortes raisons pour s’engager dans une tentative de paix (ouvrir la voie politique pour accompagner les succès militaires pour la guérilla, restaurer la légitimité du gouvernement et de l’État pour l’administration Pastrana), pourquoi cette initiative de paix n’a-t-elle pas réussi à mettre fin à l’affrontement armé ? Plusieurs hypothèses ont été proposées : l’ambiguïté entre les logiques militaire et politique des parties qui s’est traduite dans une extrême fragilité du processus (GMH, 2013, p. 166) ; l’existence d’une méfiance réciproque entre les acteurs (Lindemann, 2008, pp. 35-39) ; et même, la possibilité que la guérilla n’ait jamais eu de véritables intentions de faire la paix (Pérez, 2008, pp. 21-22). Parmi les hypothèses formulées, comme nous l’avons dit auparavant, la question de la temporalité a pu être évoquée dans les analyses sur la période mais il y a très peu d’études approfondies sur le sujet. Cependant, avant d’aborder la question centrale de notre réflexion, il nous paraît important de commencer par expliquer en quoi le processus de paix d’El Caguán constitue un objet d’étude pertinent.

El Caguán : un processus de paix pas comme les autres

8L’analyse des négociations de paix entre la guérilla colombienne des FARC et le gouvernement d’Andres Pastrana (1998-2002) nous paraît pertinente pour plusieurs raisons. D’abord, lors des commémorations des 10 ans du processus de paix (2012), Angelika Rettberg a souligné que, malgré son importance, cette expérience historique a été peu étudiée et analysée par les chercheurs en faisant l’hypothèse d’une « conséquence de la peur de revivre la frustration généralisée qu’ont expérimentée les Colombiens à la suite de l’échec du processus » (Rettberg, 2012, p. 8). En outre, cette période offre la possibilité de considérer à la fois le temps de la « guerre » et celui de la « paix » (Palacios, 2000, GMH, 2013, p. 165-167). Le gouvernement du président colombien Andrés Pastrana, considérant les échecs des politiques de paix antérieures (Casa Verde et Caracas-Tlaxcala, voir Chernick, 1996, 2008) qui exigeaient une trêve avant de commencer les négociations, décida de mener une négociation « en milieu de conflit » sans un cessez-le-feu généralisé. Ce processus s’est donc caractérisé par une coexistence entre « le temps de la confrontation armée » et « le temps du dialogue », ce qui va enrichir notre réflexion sur les temporalités et les conflits armés.

9Puis, l’analyse de cet événement est pertinente pour notre étude car elle permet d’observer, dans le même temps et le même espace, deux acteurs majeurs du conflit colombien (gouvernement et guérilla). Plus précisément dans le cas des FARC, cela permet de les étudier dans leur aspect le plus politique. Comme l’affirme le chercheur colombien Marco Palacios « les négociations sont un moyen essentiel et un instrument des guérillas pour exister politiquement (…). Le processus [de paix] paraît plus important que la paix elle-même, car le processus leur permet de respirer, de dire des choses, de communiquer » (Palacios, 2001b cité par González Espinosa, 2008, p. 86). De plus, il est intéressant de connaître les causes de la rupture du dialogue de paix car l’insuccès de cette tentative pacificatrice a eu de grandes répercutions : le choix de la voie militaire et belliqueuse pour mettre un terme au conflit et une délégitimation de la guérilla aux yeux du peuple colombien pendant les gouvernements d’Álvaro Uribe Vélez (2002-2006 et 2006-2010) (Garibay, 2010 et Barón Porras, 2006).

10Finalement, il nous paraît important de déterminer plus clairement le rôle des temporalités dans les conflits armés et principalement dans les négociations de paix pour identifier des éléments qui pourraient être pris en compte dans le déroulement des dialogues actuels (en cours depuis février 2012) entre les FARC et le gouvernement du président Juan Manuel Santos à La Havane (Cuba). Il aurait été possible d’étudier le rôle des temporalités dans le processus actuel, mais nous avons préféré de réaliser d’abord une analyse sur un événement que nous pouvons observer dans sa totalité (du début à la fin). Les négociations d’El Caguán présentent également l’avantage d’avoir été publiques et largement suivies par les médias. Cela permet de saisir plus facilement les interactions entre les acteurs et les mises en scène. Au contraire, les dialogues actuels entre les équipes de négociateurs ne sont pas publics et nous avons seulement accès aux déclarations et communiqués de presse divulgués à des moments précis du processus. Il nous paraît ainsi très important de réaliser une première étude sur des négociations de paix plus anciennes qui seront une base et un point de comparaison pour une future réflexion sur la temporalité et le processus de La Havane.

Processus de paix d’El Caguán : « chronique d’une mort annoncée » ?

  • 1 La Uribe, Mesetas, La Macarena, Vistahermosa (dans le département du Meta) et San Vicente del Caguá (...)

11Le « Processus de Paix d’El Caguán » a été une initiative de la guérilla qui a trouvé un interlocuteur favorablement disposé au sein du gouvernement Pastrana. En effet, dès son investiture, le 7 août 1998, le président Pastrana favorise le dialogue avec la guérilla. Cependant, les FARC posent comme condition première à l’engagement de négociations le retrait militaire et policier de cinq municipalités1. Finalement, le gouvernement établit la Zona de Distención, une « zone démilitarisée » d’environ 41 000 kilomètres carrés dans laquelle vivaient environ 80 000 personnes (Mackenzie, 2005, p. 497). Par ailleurs, le gouvernement national concède une reconnaissance officielle du caractère politique des FARC avec l’octroi du statut de belligérant (Pizarro Leongómez, 2010). L’acte formel d’inauguration des dialogues intervient le 7 janvier 1999. Les FARC présentent une « Plate-forme de 10 points » (FARC-EP, 2001) tandis que le gouvernement formule de son côté 10 propositions (Medina Gallego, 2009b). Les propositions de la guérilla, comme celles du gouvernement, au caractère très général et abstrait, ont été réalisées sans débat préalable avec l’ensemble de la société colombienne. Après environ 5 mois de dialogues, un Agenda Común para el cambio hacia una nueva Colombia en 12 points est élaboré le 6 mai 1999 (Gobierno de Colombia, FARC-EP, 1999).

12Le processus connaît des hauts et des bas. Les seuls accords obtenus concernent la définition de l’Agenda Común et l’accord dit de Los Pozos du 9 février 2001, qui décide de la poursuite du processus de paix (après une interruption de novembre 2000 à février 2001) et le prolongement de la Zone Démilitarisée jusqu’au 9 octobre 2001. Les négociations se sont trouvées réduites à une discussion sur des aspects strictement limités à la procédure de la négociation ou en lien avec le fonctionnement de la Zone Démilitarisée (González et al., 2002, p. 18). Ainsi, le programme officiel de la négociation reste pratiquement en dehors des discussions durant tout le processus (Rettberg, 2012). En effet, les acteurs se sont focalisés sur des sujets en lien avec l’affrontement armé, par exemple, la question de « l’échange humanitaire » ou sur les demandes de la guérilla d’un engagement plus grand du gouvernement dans la lutte contre le paramilitarisme (González et. al., 2002, p. 19). La guérilla continue de réaliser des attaques armées contre la population civile, en plaçant des bombes dans les villes, en installant des mines antipersonnel, en pratiquant des enlèvements et des extorsions (Hylton, 2008, p. 142). Le gouvernement, de son côté, renforce sa capacité militaire avec le Plan Colombia (DNP, 2006). L’escalade du conflit armé avive les tensions entre le gouvernement et la guérilla jusqu’à la rupture du dialogue. Le 20 février 2002, les FARC s’emparent d’un avion ayant à son bord le sénateur libéral Jorge Gechem. Plusieurs heures après, le président Andrés Pastrana décrète la fin des négociations et ordonne à l’armée de reprendre la Zone Démilitarisée. Le président Pastrana déclare : « Manuel Marulanda, (…) vous avez trahi ma bonne foi, et non seulement la mienne, mais celle de tous les Colombiens. (…) Nous décrétons une zone pour permettre les négociations (…) et vous la convertissez en repaire de ravisseurs, en laboratoire de drogues illicites, en un dépôt d’armes, de dynamite et de voitures volées. (…) Pour cela, aujourd’hui, c’est vous qui devrez répondre devant la Colombie et le monde de votre arrogance et de vos mensonges. (…) Ce groupe guérillero, par ses actions et son attitude, s’est chargé de fermer la porte à la solution politique » (Pastrana, 2002). Selon les FARC, « le gouvernement d’Andrés Pastrana a décidé de fermer les portes du dialogue et a opté pour la guerre totale. Nous avons été accusés de toutes les perversions du monde. D’immenses hordes de soldats, de mercenaires entraînés par des conseillers gringos, ont été envoyées pour nous écraser. (…). Les FARC-EP, après trois ans de dialogue, insistaient encore pour avancer dans l’agenda commun qui avait été décidé, pour éliminer les causes originaires du conflit armé. L’establishment, au contraire, ne voulait parler que de capitulation (…) ». (FARC-EP, 2012).

13L’exemple de la contradiction entre les discours du gouvernement et des FARC nous permet aussi d’affirmer que le Processus de Paix est un ensemble de dénis de reconnaissance mutuels (Honneth, [1992] 2000) ayant commencé́ dès le début des négociations et la crise de la « Silla Vacía (la chaise vide) » (Barón Porras, 2006, p. 108). L’histoire du processus de paix est, dans une certaine mesure, l’histoire des « désaccords entre la guérilla – enfermée dans un ethos rural et militariste – et une société accablée par tant d’années de violence » (Lair, 2007.). Or, ces désaccords, nous allons le voir, ont été aussi construits autour de la notion et de la perception du temps des acteurs, c’est-à-dire, sur des temporalités diverses.

Divergences entre temporalités : « Nous sommes pressés, allons lentement »

14« Le temps est une catégorie clé d’analyse du monde social », écrit Hartmut Rosa dans son livre Accélération, une critique sociale du temps (Rosa, 2010). Claude Dubar, pour sa part, déplore que Rosa définisse le temps comme un « temps chronologique calculé » sans faire une distinction entre « temps personnel et temps social, temps psychologique et temps vécu » et qu’il « refuse de passer du temps aux temporalités », c’est-à-dire, passer d’un temps unique (physique, chronologique, linéaire) à une prise en compte des différents niveaux de temps ou des rapports au temps « distincts et hétérogènes » (Dubar, 2011). L’observation du « temps » dans le conflit armé colombien et, plus précisément, dans le processus de paix d’El Caguán, nous permet d’affirmer, comme Dubar, que « le temps est multiple » (Dubar, 2011) et son « ressenti subjectif », les « temporalités » (Varro, 2008), sont multiples aussi.

15Ces temporalités, c’est-à-dire des espaces-temps construits socialement, influencent la prise de décision comme les actions stratégiques des acteurs armés (Noyer, 2002). Dans le cas colombien, nous retrouvons ces « temporalités » ou « niveaux de temps » distincts. Nous pouvons les catégoriser en termes de rupture ou de continuité temporelle, comme le fait Álvaro Camacho, et parler des violences « d’hier » (une violence, rurale, tellurique et « conservatrice ») ou des violences « d’aujourd’hui » (caractérisée par des différences temporelles entre la violence privée ou criminelle et la violence sociale) (Camacho, 1991). Nous pouvons aussi affirmer, comme Daniel Pécaut, que la violence colombienne se situe au croisement de trois temporalités combinées : une « temporalité de la violence traditionnelle », une « temporalité de la violence moderne » et une « temporalité de la violence postmoderne » (Pécaut, 1999, p. 195). Mais comment les délimiter ? Est-ce que celles-ci sont « fixes » c’est-à-dire perçues de la même façon par tous les acteurs en interaction ? Tous les acteurs vont-ils vivre au même moment une temporalité, par exemple la temporalité de la violence moderne, ou chaque acteur va-t-il percevoir une temporalité différente à un même moment chronologique ? Un acteur peut-il expérimenter plusieurs temporalités au même moment ? Quel est l’impact de l’imaginaire des acteurs, de leurs anticipations, de leurs attentes particulières sur la perception de sa propre temporalité (ses propres temporalités) et celle (celles) de l’autre ? Nous allons essayer d’apporter quelques éléments de réponse à ces interrogations à travers l’étude des trois dichotomies temporelles : rural/urbain ; long terme/court terme ; passé/futur.

Temps rural, temps urbain : immobilisme et impatience

16Traditionnellement, la dichotomie entre temps rural et temps urbain est basée sur l’idée de l’existence d’un temps social au singulier qui correspond à une « catégorie collective intériorisée et objectivée » (Dubar, 2014). Ainsi, le temps social serait une « temporalité surplombante [qui] s’impose plus ou moins aux individus comme une sorte de norme opératoire permettant la coordination des actions et la mesure de leur durée » (Elias, 1997 cité par Dubar, 2014). Il y aurait ainsi un temps social rural, défini traditionnellement comme un temps lent, rythmé par les cycles de la production agricole et l’élevage et un temps social urbain, souvent perçu comme un temps rapide, presque frénétique, le temps des grandes métropoles et de la « modernité ».

  • 2 « Andres Pastrana Arango, ex Presidente de la República », La Silla Vacía, Quién es Quién ? [en lig (...)

17Au premier abord, les processus de Paix d’El Caguán seraient un exemple de l’interaction entre ces deux temps sociaux objectivés. Il suffit de regarder l’histoire et l’origine sociale des leaders de chaque organisation pour percevoir une frontière entre deux mondes culturels et temporels différents. Pedro Antonio Marín, alias « Manuel Marulanda Vélez » ou « Tirofijo », le fondateur des FARC, est demeuré commandant en chef de l’organisation pendant plus de 40 ans (1964-2008). Il est né le 12 mai 1928 dans la municipalité de Génova, (Quindío). « Fils de deux paysans humbles (…). Adolescent de 16 ans, à cause du travail des champs, il ne peut terminer la cinquième année de primaire dans la petite école rurale où il étudiait. (…) En 1949, la situation en Colombie continue d’empirer et il se résout, à 21 ans révolus, à organiser la première guérilla qu’il crée seulement avec des cousins et des parents (…). En 1952, (…) il est nommé membre du parti communiste colombien et là, il est baptisé du nom de “Manuel Marulanda Vélez” » (Trujillo, 2009). Pour sa part, Andrés Pastrana Arango est né à Bogota le 17 août 1954. Son père, Misael Pastrana Borrero, a été président de la République de 1970 à 1974. Il a suivi des études de droit à l’Université del Rosario de Bogotá puis des études de droit international à l’Université d’Harvard. Il est le premier maire de Bogota élu démocratiquement en 1988. Lors de la campagne électorale de 1997-1998 pour la présidence de la République, Pastrana est le candidat du parti conservateur (face au candidat libéral, Horace Serpa). Il est finalement élu au second tour, avec un écart très faible de voix le séparant de son adversaire2.

18Non seulement les caractéristiques sociales des leaders de chaque organisation donnent une première impression d’une dichotomie entre « temps rural » et « temps urbain » mais la configuration des équipes de négociation et les porte-parole choisis pour représenter chaque partie paraissent confirmer l’existence de cette opposition entre des temps sociaux clairement différenciés. Le groupe des FARC est composé principalement, à l’exception de Simón Trinidad, par des gens d’origine paysanne ou rurale. Certains « chefs guérilleros ne sont pas des personnages connus dans le monde politique national. Ils sont de simples paysans que les circonstances de la répression et leur caractère convertissent en chefs guérilleros » (Casas, 1987, p. 125). Par contre, les négociateurs du gouvernement sont tous des hommes politiques très expérimentés, représentants de grands groupes économiques et de secteurs de l’establishment. Ils sont tous nés dans des grandes villes du pays ou ont vécu la plupart de leur vie adulte en milieu urbain. Il apparaîtrait ainsi une différenciation très claire entre deux temps sociaux : l’un propre au monde urbain (celle de Pastrana et des représentants du gouvernement) et l’autre propre au monde rural (celle de Marulanda et les chefs guérilleros). Basé sur cette dichotomie apparente, Herber Braun émet l’hypothèse selon laquelle les négociations de paix du gouvernement Pastrana avec les FARC auraient échoué à cause de l’incapacité des élites politiques (urbaines en majorité) à comprendre la mentalité des chefs guérilleros, comme Manuel Marulanda, imprégnée par le monde rural (Braun, 2004, 2007). Pécaut à son tour estime que les FARC « sont encore largement en prise avec l’espace et le temps paysans. La localité ou la région constituent souvent leur horizon spatial, le temps des récoltes ou de mise en valeur des terres, leur horizon temporel » (Pécaut, 2000, p. 12).

19Si le temps social peut être compris comme un « temps surplombant » qui s’impose aux acteurs et influence leurs pratiques, les temporalités sociales sont « à la fois des modes d’activités dans le temps physique, des divers rapports aux autres temps et des constructions de pratiques et horizons temporels différents selon les groupes ou instances sociales » (Mercure, 1995, p. 15). Les temporalités sociales (ou temps sociaux multiples) rendent compte du caractère collectif (objectivé) des temps sociaux, mais prennent également en compte la perception des acteurs, leurs interactions, leur processus de socialisation (la dimension plurielle du temps social). Examinons à nouveau les acteurs du processus de paix, mais cette fois en termes de « temporalités sociales » et nous allons voir qu’il est encore possible d’identifier une opposition entre une « temporalité rurale » et une « temporalité urbaine », laquelle ne correspond pas complètement à une dichotomie entre un temps lent rural et un temps frénétique urbain, sans oublier que la complexité de ces temporalités est élevée et qu’il existe des nombreuses interactions entre elles.

20Si l’on considère d’abord les acteurs de la négociation, il est possible de voir qu’ils ne sont pas seulement influencés par un type unique de temporalité sociale. Par exemple, s’agissant des FARC, au moment des négociations, la guérilla était composée de la façon suivante : « la direction continuait d’être assurée par de petits paysans exploitants (les seules exceptions étant un intellectuel de la classe moyenne et un banquier de l’oligarchie) (…) les FARC considéraient que 70 % des leurs étaient des “paysans” (principalement des prolétaires ruraux travaillant comme ouvriers agricoles et/ou cueilleurs de coca) » (Hylton, 2008, pp. 127-128). Ainsi, du point de vue d’une caractérisation sociologique traditionnelle, les FARC continuent d’être un mouvement majoritairement rural. Cependant, le rapport au temps, les dynamiques, les valeurs, et les relations caractérisant le monde rural ont changé : « les habitants des campagnes ne sont déjà plus ceux que la sociologie rurale des années soixante et soixante-dix décrivait. (…) Les jeunes gens, garçons et filles qui rejoignent les rangs des FARC, tout en étant des habitants ruraux, sont culturellement et sociologiquement urbanisés. Les raspachines (cultivateurs de coca), par exemple, résultent du processus de transformation socioculturelle relativement rapides qui ont peu à voir avec les réalités de la culture paysanne traditionnelle » (Ferro, Uribe, 2002, p. 65).

21La bibliographie consacrée à l’histoire de la guérilla montre en outre que les FARC ont d’abord été un groupe d’autodéfense paysanne. Ce n’est qu’ensuite qu’elles se sont transformées en un mouvement plus complexe, traversé par des temporalités sociales multiples. Les FARC sont ainsi un bon exemple des dynamiques complexes et multiples des temporalités puisqu’elles combinent l’ancienne violence, exprimée dans ses racines paysannes, son caractère tellurique et l’insistance sur le problème agraire, avec la violence moderne, sa capacité d’insertion dans les régions de frontière agricole ouverte, et, dans une moindre mesure, dans les frontières agricoles fermées, à travers le contrôle et l’établissement de fonctions protoé́tatiques dans les processus de colonisation ainsi que la violence postmoderne, par son insertion dans la mondialisation à travers des fonctions de régulation, de contrôle social et politique, en majorité des régions de culture et de production de coca et de pavot. C’est-à-dire un cas de mondialisation par des voies informelles et empiriques (Pécaut, 1999 cité par González et al., 2002, pp. 51-52).

22Selon les chroniques rédigées par des journalistes sur le processus d’El Caguán et les propos tenus par le président Pastrana et d’autres membres de son équipe négociateurs dans des entretiens accordés aux médias nationaux, la vision la plus répandue sur les FARC lors des négociations de paix demeure cependant celle d’une guérilla rurale, d’un « simple » groupe de paysans. « Même s’ils ont des cadres de soutien dans les villes et même à l’étranger, ‘la guérilla la plus vieille au monde’est éminemment rurale. Et même, rurale n’est pas le mot exact car, plus que rurale, la guérilla des FARC s’est transformée en une guérilla selvática (de la jungle) » (Faciolince, 2008). En février 2000, la Revista Cambio, au sujet d’une réunion entre des guérilleros et les membres de la commission de paix, rapporte : « on pourrait avoir l’impression qu’il arrive aux commandants des guérilleros la même chose qu’aux généraux : quand ils retirent leur uniforme vert olive, ils perdent le commandement (...). C’est à̀ ce moment-là̀ que l’on constate qu’il s’agit avant tout d’un mouvement d’origine et de comportement paysan ou qu’ils ont oublié́ leur origine urbaine et leurs rêves de bachelier. » (Revista Cambio, 2000).

23Rappelons qu’en Colombie, il existait (au moment du processus de paix) des relations conflictuelles entre le monde urbain et le monde rural allant jusqu’au « mépris » ; et comme l’écrit Natalie La Balme, en reprenant les propos de Ole Holsti, « l’‘image’ que les décideurs se font de la réalité acquiert plus d’importance que la réalité elle-même » (Holsti, 1962 cité par La Balme, 2002, p. 85). Une séparation marquée existait traditionnellement en Colombie entre le monde urbain et rural. L’univers urbain renvoyait à la modernité, la culture, « la civilisation ». Le monde « rural » symbolisait, lui, ce qui est primitif, rustique, mal dégrossi. Pour les élites urbaines colombiennes, les paysans sont des provinciaux, ignorants, ingénus et superstitieux. Même Andrés Pastrana, après sa troisième rencontre avec Marulanda (8 et 9 février 2001), rapporte avoir vu chez lui « l’astuce naturelle de ce paysan malicieux et méfiant » (Rueda, 2001). Pastrana affirme même que « Marulanda est un être très primitif » (Santamaría, 2002).

24L’attitude du Président comme celle de beaucoup d’hommes politiques et journalistes induisent deux conséquences. D’une part, l’attitude des « urbains » confirme les leaders traditionnels de la guérilla dans leur idée que beaucoup en Colombie les méprisent. La journaliste Juanita León décrit ainsi la situation des FARC à El Caguán : « les commandants – à l’exception de Manuel Marulanda et quelques autres – ressemblaient plus à̀ des mafieux qu’au Che. Ils suaient l’arrogance. Les autres é́taient des paysans, à̀ la peau obscure et aux yeux mé́fiants. Au contraire des guérilleros provenant des villes – avec un discours marxiste, prévisible et réchauffé́ – les ruraux inspiraient la peur. Le regard de Jojoy était chargé de haine. Du ressentiment de la campagne contre la ville » (Léon, 2005, p. 136).

25En outre, comme Daniel Pécaut l’a remarqué, cela amène les représentants du gouvernement à sous-estimer la guérilla. À l’ouverture de la négociation, Marulanda évoque dans son discours (Marulanda, 1999) l’épisode de Marquetalia (1964) (« où l’État a exproprié nos fermes avec le bétail, les cochons et les oiseaux de basse-cour ») et le bombardement de Casa Verde (1990) (« avec cette nouvelle agression, l’Armée officielle s’est approprié 300 mules de charge, 70 chevaux de selle, 1 500 têtes de bétail, 40 cochons, 250 oiseaux de basse-cour, 50 tonnes de nourriture »). Selon Pécaut, « il s’attarde sur le bombardement qui a détruit leurs poules et leurs cochons. L’auditoire et les commentateurs perçoivent cette référence comme la marque de la mentalité paysanne qui continue à animer la guérilla. Elle est en réalité une manifestation de ce que les Colombiens désignent sous le terme de ‘malice indigène’, cette manière de tromper l’autre en lui offrant une image de soi qui correspond à ses préjugés pour l’amener à ne plus être sur ses gardes » (Pécaut, 2008, p. 133).

26En parlant de la perception, María Gabrielsen nous rappelle, en citant Robert Jervis, « que des individus ou des groupes d’individus peuvent avoir tendance à percevoir ce qu’ils veulent percevoir. La compréhension de la perception des acteurs est à chercher autant dans les attentes subjectives de ceux qui forment les images, que dans la réalité elle-même » (Jervis, 1976 cité par Gabrielsen, 2007, p. 34). Les négociations de paix entre les FARC et les gouvernements Pastrana constituent ainsi un exemple de cette tendance à « voir ce que l’on veut voir » selon les anticipations ou les attentes des acteurs. Les acteurs perçoivent les temporalités sociales multiples, qui peuvent être basées sur un ou plusieurs temps sociaux objectivées, en fonction de leurs propres temporalités sociales (multiples), de leurs imaginaires, de leurs préjugés, de leur image de « l’ennemi ».

  • 3 Voir aussi des images sur Lozano, 2008.

27Mais cette perception de la temporalité sociale de l’autre ne dépend pas exclusivement du regard de l’autre. Un acteur peut choisir volontairement de mettre en avant une image particulière et agir en fonction d’un temps social objectivé attendu. Les FARC ont choisi de mettre en avant leur « image » et leur temporalité sociale rurale, celle du temps lent, de l’immobilisme. Manuel Marulanda a continué, pendant les négociations, à souligner la séparation entre le monde urbain et le monde rural. Lors des dialogues de paix, dans les discours et entretiens donnés par les FARC, les thèmes agricoles sont très présents (en plus des références à des éléments en rapport à la campagne – comme ceux utilisés par Marulanda dans sa première intervention —, les mots « paysans », « terre » et campagne ne cessent d’être utilisés). « En effet, les insurgés revendiquent encore aujourd’hui leur identité paysanne et continuent à̀ affirmer qu’un des axes centraux de la violence en Colombie est dû̂ à̀ l’absence d’une véritable réforme agraire et à l’inexistence d’une véritable politique agricole » (González, 2008, p. 91). Il y a aussi un élément de mise en scène symbolique qui est parlant s’agissant de la revendication d’une identité paysanne et rurale : le Commandant de la guérilla apparaît toujours avec une serviette sur les épaules parce que « Marulanda, par le fait d’être un paysan, a appris tout jeune à [la porter] pour se sécher la sueur et éloigner les moustiques du visage » (Lozano, 2008)3.

28Pourquoi est-ce que les FARC ont choisi de mettre en avant cette image et cette temporalité sociale paysanne ? Très probablement pour légitimer leur action en s’auto-désignant comme représentantes du « monde rural » colombien. « Si la violence entretient généralement un rapport constitutif au politique, en Colombie, cette relation se trouve exacerbée par le fait que les acteurs politiques tendent à se constituer explicitement et directement en fonction de la violence (…) La définition de la violence – et l’attribution du rôle que l’on accorde à ses ‘adversaires’ou à la population – devient alors l’un des principaux enjeux de la scène politique » (Peñafiel, Nantel, 2008, p. 207). Mais ce choix d’agir dans une temporalité sociale rurale va rendre difficile le dialogue avec le gouvernement qui, sans être non plus soumis à un seul temps social définit comme urbain, avait des attentes temporelles diverses. Les témoignages des représentants du gouvernement ayant participé aux négociations montrent à quel point il a été difficile de concilier le « temps paysan » avec le temps des cadres d’origine urbaine « inspiré de la théorie politique » (Pécaut, 2000, p. 12). Les représentants gouvernementaux reprochent aux FARC « les longs discours » et surtout, l’immobilisme dont elles ont fait preuve pendant tout le processus de paix. « Péniblement, au bout de plusieurs mois, les parties parviennent à définir un agenda commun. Par la suite, s’installe un dialogue de sourds » (Pécaut, 2008, p. 128). Il semble que la « temporalité paysanne-rurale » de la guérilla ne lui permet pas de proposer de nouvelles perspectives pour un pays majoritairement urbain tandis que la « temporalité urbaine » du gouvernent empêche à ses représentants de bien comprendre la guérilla et de savoir s’adapter au rythme guérillero « sans perdre patience ».

Les temporalités stratégiques : administrer le court terme ou se battre à long terme

29Si « le temps fait partie de la définition interne de toute organisation active » (Morin, 1997, p. 25) il n’est pas étonnant que les références multiples au temps abondent dans la littérature sur le management et la gestion des organisations. Ainsi, selon François Lacroux et Laetitia Nourry, « gérer, c’est d’abord gérer dans le temps » (Lacroux, Nourry, s.d., p. 1). Les FARC et le gouvernement Pastrana peuvent être compris comme des organisations qui vont avoir une gestion particulière de leurs « rythmes de planification, de (leurs) rythmes d’apprentissage, voire de (leurs) rythmes de conception stratégique » (Lacroux, Nourry, s.d., p. 2).

30La réflexion sur les stratégies des organisations et les temps (ou les temporalités) nous conduit donc à nous intéresser à l’étude de l’impact sur le processus de paix que peuvent avoir la diversité ou l’homogénéité des « temps stratégiques », c’est-à-dire, les référentiels utilisés par les acteurs armés pour définir leurs programmes et leurs plans d’action pour la lutte armée ou la négociation.

  • 4 Pour faciliter la démonstration de notre propos, nous avons choisi de travailler sur des dichotomie (...)

31D’un côté, se trouve le gouvernement Pastrana, avec une temporalité stratégique marquée principalement par les « rythmes » des besoins organisationnels de court terme. S’il est vrai que le temps de l’État est souvent défini comme un temps long, le temps d’un gouvernement est en réalité plus limité, soumis à la pression des délais administratifs et budgétaires, à celle des sondages d’opinion (La Balme, 2002, p. 57), à l’obligation des résultats, surtout quand son mandat est relativement court (4 ans) et qu’il n’existe pas de possibilité de réélection (ce qui était le cas du gouvernement Pastrana). De l’autre côté, se trouve la guérilla avec une temporalité stratégique qui, en principe4, correspond à une vision de long terme du fait de l’existence d’un imaginaire paysan qui marque encore les représentations de certains dirigeants des FARC (Ferro, Uribe, 2002, p. 65) et du prolongement dans le temps du conflit. Selon la littérature sur l’organisation des FARC et les témoignages des guérilleros actifs et des anciens combattants, le temps de la lutte révolutionnaire est un temps long. Du point de vue individuel, l’engagement des combattants de FARC est censé durer toute la vie. Les démobilisations individuelles autorisées par le commandement central des FARC sont très rares et en général les combattants qui souhaitent déposer les armes doivent « fuir » l’organisation. Et si au niveau individuel, l’engagement guérillero est perçu comme un compromis de longue durée, la lutte de la guérilla en tant qu’organisation est aussi conçue comme un combat sur le long terme. « Les acteurs illégaux [comme les FARC] échappent également à la périodisation rapide de la vie politique. Il en résulte une asymétrie fondamentale, sensible dans la conduite des opérations armées mais plus encore dans celle des négociations. Les faire s’éterniser est pour les guérillas un moyen facile de fragiliser tout gouvernement » (Pécaut, 2000, p. 11).

32Dès lors, le degré de compromis des acteurs vis-à-vis de la négociation ne semble pas pouvoir être le même. Pour le gouvernement, la négociation est une opportunité unique, une chance de mettre fin à l’affrontement armé et de marquer, de manière définitive, l’histoire du pays. Pour les guérillas, le dialogue ne constitue pas, malgré son importance, une opportunité unique. Il est toujours possible pour elles d’envisager une discussion future avec le prochain gouvernement. Les FARC, qui se targuent de leurs quarante années d’existence, ont appris l’importance de compter sur un temps long.

33Les différences de temporalité stratégique « dominante » (sans oublier que chaque acteur n’est pas soumis à une seule temporalité stratégique monolithique) auront plusieurs conséquences lors du processus de paix. D’abord, comme nous l’avons vu, il y aura un « choc » entre immobilisme et impatience. Pour les FARC, « le fait de pouvoir compter sur la durée, sans céder à l’impatience, est au cœur de l’histoire de cette guérilla cinquantenaire » (Pécaut, 2000, p. 12). Les représentants de la guérilla prennent alors leur temps. « Des ‘audiences publiques’se déroulent au cours desquelles divers secteurs de la société colombienne exposent leurs visions des réformes souhaitables : les représentants des FARC se limitent à enregistrer sans entamer le moindre dialogue » (Pécaut, 2008, p. 128). De son côté, le gouvernement colombien était pressé d’obtenir des résultats et des avancées. Le président Pastrana s’exprime ainsi dans les discours mettant un point final au dialogue de paix : « depuis le premier jour de mon gouvernement, je n’ai pas arrêté de travailler pour accomplir la mission que vous m’avez confiée, la mission que m’a confiée la démocratie ! J’ai tout risqué pour faire la paix (…) malgré des incompréhensions, des impatiences ou des provocations » (Pastrana, 2002).

34En outre, la « collision » entre deux temporalités stratégiques peut aussi expliquer pourquoi les deux acteurs se sont focalisés sur des points qui n’étaient pas définis dans l’agenda de négociation, par exemple, la question de « l’échange humanitaire » entre militaires et policiers kidnappés et guérilleros détenus (Ríos, 1998). Pour le gouvernement, il s’agissait d’une opportunité d’obtenir un résultat positif (la libération de ses agents). Pour les FARC, cela constituait un sujet prioritaire face à des sujets macroéconomiques et politiques qui pouvaient être discutés sur le long terme.

35Ensuite, en lien avec la « mémoire institutionnelle », une temporalité stratégique de long terme est plus chargée symboliquement qu’une temporalité de court terme. La souffrance et l’hostilité perdurant pendant des années génèrent et consolident des préjugés perceptifs et cognitifs, difficiles de modifier, qui contribuent à la continuation du conflit (Fisher, 2000 cité par Borja et al., 2009). Ainsi, d’une part, « les gouvernements ont quatre ans pour agir, et même moins puisqu’ils perdent généralement leur capacité d’initiative au bout de deux ou trois ans. Le savoir accumulé par l’un ne se transmet guère au suivant, tous donnant le sentiment de vouloir tout reprendre à zéro et le personnel dirigeant se renouvelant à toute allure » (Pécaut, 2000, p. 11). Au contraire, pour les FARC, avoir les mêmes leaders pendant plus de 40 ans leur a assuré une mémoire institutionnelle très solide qui implique aussi des idées préconçues et une méfiance vis-à-vis du gouvernement. Les expériences positives et négatives du passé de la part des FARC vont avoir une grande influence sur le ralentissement du processus de paix. Ils vont aussi créer, comme nous allons le voir, une contradiction entre le besoin des FARC de regarder vers le passé et l’envie du gouvernement Pastrana de regarder vers l’avenir.

Un œil tourné vers le passé, l’autre qui scrute un avenir incertain

36Adam Groves, dans une réflexion sur la possibilité pour les décideurs politiques d’apprendre des leçons du passé, reprend l’hypothèse de Y.F. Khong selon laquelle « les références au passé permettent de mieux définir les situations actuelles ; de déterminer les enjeux ; d’offrir des prescriptions ; de suggérer des alternatives ; et d’évaluer la justesse morale et les dangers de la situation ». (Khong, 1992, p. 10 cité par Groves, 2007). Cependant, comme nous allons le voir, le « passé » peut aussi être utilisé par les acteurs pour légitimer leur action et leur existence.

37Autour des conflits armés, il y a toujours une série de croyances qui les légitiment. Ces croyances exacerbent les différences entre les acteurs, développent des images négatives sur l’adversaire (les rendent, par exemple, responsables exclusifs du conflit), justifient les actions entreprises contre l’autre, et formulent un discours de « victimisation » autour de l’acteur qui définit le système des croyances (Borja et al., 2009, p. 622). L’établissement d’un système de croyances peut se réaliser sur la base d’une différenciation entre un discours légitimateur construit sur un rapport au « temps passé » ou au « temps futur ».

  • 5 Plusieurs événements historiques marquent le discours des FARC : l’épisode des « Comuneros » fait r (...)

38En effet, le discours de la guérilla et du gouvernement (exprimé dans les allocutions et entretiens accordés aux médias) montre que le gouvernement colombien regardait vers l’avenir pendant que la guérilla des FARC restait marquée par le passé. Et cette contradiction, ajoutée aux différences de temporalités traitées précédemment, a été un obstacle pour les négociations. Dans le cas des FARC, non seulement avec le processus d’El Caguán mais aussi de façon permanente, il y a une évocation discursive du passé. Pour León Moraria, membre des FARC, si le discours du gouvernement est souvent « protocolaire » et « sans contenu », tous les discours des FARC expliquent « le pourquoi de leur lutte et de leur volonté de faire la paix » (Moraria, 2012). Moraira reprend les références historiques qu’il est possible de trouver dans tous les discours et commentaires des FARC, en particulier lors de la négociation d’El Caguán : les Comuneros, la Violencia, Gaitán, les gouvernements de Ospina Pérez et Laureano Gómez, Marquetalia, Casa Verde, L’Union Patriótica…5 « Le discours d’Iván Márquez, à Oslo, est le même discours qu’à El Caguán, le même que celui de Casa Verde, le même que celui de Manuel Marulanda à Marquetalia quand il a fondé les FARC ; le même que celui de Gaitán. Pourquoi ? Parce que les causes du conflit aujourd’hui sont exactement les mêmes qu’il y a dix, vingt, quarante, cinquante ou soixante ans » (Moraria, 2012).

39Ainsi, le discours de Marulanda au moment de l’ouverture des négociations fait le récit des « blessures » subies par la guérilla, par exemple en parlant de Marquetalia : « c’est seulement maintenant, après trente-quatre années de confrontation armée permanente, que les autorités et la société commencent à se rendre compte des conséquences graves de l’attaque de Marquetalia. En effet, à cet endroit, quarante-huit paysans exigeaient la construction de routes de pénétration pour acheminer leurs produits agricoles, un centre de commercialisation et des écoles pour éduquer leurs enfants, ce qui impliquait de la part de l’État un investissement ne dépassant pas les cinq millions de pesos » (Marulanda, 1999). Pastrana, au même moment, fait un bref rappel du passé mais va rapidement se concentrer sur une vision d’avenir : « nous sommes venus nous rencontrer avec un passé de contrastes, de lumières et d’ombres, de réussites et d’échecs, de succès qui nous remplissent d’orgueil et d’autres qui nous accablent, mais aussi pour construire un destin commun qui ait la forme et la dimension de nos rêves, de nos sacrifices et de notre générosité » (Pastrana, 1999).

40Ainsi, le gouvernement d’Andrés Pastrana manifeste son intention de regarder vers l’avenir. De plus, les sujets de négociation proposés par l’équipe de négociateurs de Pastrana ne sont pas vraiment destinés à réparer des « torts » commis par le passé, mais plutôt à développer des mesures pour améliorer la situation actuelle et future du pays. Pour le gouvernement, « la tâche qu’ils avaient en face d’eux était la construction de quelque chose de nouveau et de différent, dépassant le passé. La délégation urbaine qui se trouvait à San Vicente d’El Caguán pensait aux éléments positifs que l’avenir allait apporter ; les guérilleros, pour leur part, étaient concentrés sur toutes les choses si terribles qui s’étaient déjà produites » (Braun, 2004). Dans une certaine mesure, le désir du gouvernement de se tourner vers l’avenir représente un affront pour les guérilleros car cela revient à nier la légitimité de la lutte, de la violence subie. C’est nier les origines de leur lutte, la souffrance vécue, leurs identités de Colombiens, paysans et combattants. Ce fait, parmi d’autres, diminue l’intérêt et l’engagement que la guérilla va porter aux négociations.

41Par ailleurs, pour la majorité des hommes politiques urbains, la guérilla n’est plus que le vestige d’une époque révolue (Bolívar, 2006, p. 31), des « dinosaures » (Minaudier, 2000, p. 311), comme les appelle le président colombien César Gaviria (1990-1994). Leur attachement au passé est perçu comme le signe que la guérilla, par son isolement, ne connaît pas vraiment les changements qui se sont opérés dans le pays (surtout dans le monde urbain) depuis que le conflit a commencé, et qu’elle n’est pas, dès lors, vraiment capable de participer à un débat « moderne » sur les reformes nécessaires pour fortifier les institutions et le processus démocratique, pour relancer l’économie, et garantir le bien-être de la population. De cette façon, ni la guérilla ni le gouvernement ne pouvaient percevoir l’autre comme un interlocuteur « viable » permettant d’entamer un véritable processus de pacification par la voie du dialogue.

42La réalité que les groupes sociaux perçoivent et expérimentent est conditionnée, entre autres, par la définition d’un rapport avec le temps, d’un vécu et d’une perception d’un temps multiple, de temporalités plurielles. Ces temporalités (temporalités sociales, temporalités stratégiques, ou rapport au temps passé ou futur) peuvent coexister, s’articuler ou s’affronter selon les particularités du contexte, de la perception et de l’interaction des acteurs.

Conclusion

43Les temporalités, ces espaces-temps construits par les acteurs à partir de leur expérience d’un temps objectivé et d’une perception subjective du rapport temporel, ainsi que par leurs imaginaires, leurs anticipations, leurs attentes, et leurs interactions avec d’autres acteurs, ont eu une influence sur le déroulement du processus de paix d’El Caguán. Les divergences entre temporalités rurales ou urbaines, de court ou long terme, construites sur un discours et une vision attachée au passé ou au futur, que ce soit de la part du gouvernement ou des FARC, ont compliqué le rapprochement et l’interaction entre ces deux acteurs. Cette pluralité temporelle, contradictoire, confirme l’importance d’étudier les temps de la guerre et de la paix qui apparaissent multiples. Cela est encore plus important si l’on considère que, pour chaque acteur, il peut y avoir une interaction de temporalités différentes qui changent en fonction des modifications de l’environnement et le rapport avec les autres. Un acteur peut même choisir, de façon volontaire ou stratégique, de mettre en avant un rapport particulier au temps pour transmettre une image déterminée de soi-même et influer sur la perception et le comportement des autres acteurs du conflit armé.

44Ainsi, il est possible de se demander si toutes les rencontres entre l’acteur FARC et l’acteur gouvernement vont avoir les mêmes configurations temporelles, les mêmes oppositions entre temporalités ? Est-il possible que chaque interaction soit différente pour des raisons propres à l’évolution du rapport liant les acteurs ou à des changements effectués à l’intérieur des organisations, par exemple, un nouveau commandement pour les FARC ? Et au-delà du cas colombien, les temporalités vont-elles systématiquement jouer un rôle dans les conflits ou dans les initiatives de paix partout dans le monde ? Les interactions entre les rapports au temps vont-elles se modifier en fonction d’autres variables comme la culture ou l’histoire propre à chaque conflit armé ? Ou bien est-il possible de trouver des cas où les divergences de temporalités ne vont produire aucun effet ou un effet contrebalancé par d’autres stratégies mises en œuvre par les acteurs ?

Haut de page

Bibliographie

« 10 años del fin del Caguán », http://www.eltiempo.com/Multimedia/especiales/caguan-proceso-paz/

« Andres Pastrana Arango, ex Presidente de la República », La Silla Vacía, Quién es Quién ? [en ligne], http://lasillavacia.com/quienesquien/perfilquien/andres-pastrana-arango

« Colombie : La dernière guérilla ? » Entretien avec Raul Reyes et Joaquin Gomez, 2000. Politique Internationale, Paris, La Documentation Française, n° 87 p 249-272.

« Entrevista de Mariela Guerrero a Manuel Marulanda Vélez », 1999. Semana 871 (enero), Bogotá http://www.abpnoticias.com/ boletin_temporal/contenido/articulos/colombia_marulo_entrevista.html

Alape A., 1989. Las vidas de Pedro Antonio Marin, Manuel Marulanda Vélez, Tirofijo, Bogotá, Planeta.

Audoin-Rouzeau S., 2013. Quelle histoire : Un récit de filiation (1914-2014), Paris, Seuil, EHESS, Gallimard.

À́vila A., Valencia G.L., 2011. La nueva realidad de las FARC, Bogotá, Corporación Nuevo Arco Iris, [en ligne], www.nuevoarcoiris.org.co/sac/files/oca/informes/Farc_analisis_2011_prime r_semestre.pdf

Barón Porras L.E., 2006. Historias no oficiales de guerra y paz, Bogotá, CINEP, COLCIENCIAS.

Barreras R., 2012. « El Caguán o El Ciérrate Sésamo », El Espectador (18 de febrero), [en ligne]. www.elespectador.com/noticias/paz/articulo- 327580-el-caguan-o-el-cierrate-sesamo

Bedoya J., 2008. En las trincheras del Plan Patriota, Bogotá, Intermedio.

Berquist C., Peñaranda R., Sanchez G., 2001. Violence in Colombia 1990-2000: Waging war and negotiating peace, Wilmington, Delaware, Scholarly Resources Inc..

Bolívar I. J., 2006. Discursos emocionales y experiencias de la política : las FARC y las AUC en los procesos de negociación del conflicto (1998-2005), Bogotá, Universidad de Los Andes- Centro de Investigación y Educación Popular- COLCIENCIAS.

Borja H., Barreto I., Alzate M., Sabucedo J.M, López W., 2009. « Creencias sobre el adversaario, violencia política y procesos de paz », Psicothema (Vol. 21, N. 4), pp. 622-627.

Braun H., 2004. « Aves de corral, whisky, toallas y algo más : Colombia entre el recuerdo y el olvido », Número (38), [En ligne], www.revistanumero.com/40sepa.htm

Braun H., 2007. « “¡Qué haiga paz !” The Cultural Contexts of Conflict in Colombia », in Welna C., Gallón G., Peace, Democracy, and Human Rights in Colombia, Notre Dame-Indiana, University of Notre Dame Press, pp. 23-55

Camacho A., 1991. « El ayer y el hoy de la violencia en Colombia : continuidades y discontinuidades », Análisis Político, (12, enero-abril), [En ligne], www.banrepcultural.org/blaavirtual/revistas/analisispolitico/ap12.pdf

Casas U., 1987. De la guerrilla liberal a la guerrilla comunista, Bogotá, Escuela Ideológica.

Chaparro Amaya A., 2005. « Procesos de subjetivación, conflicto armado y construcción del Estado Nación en Colombia », Revista Estudios Socio-Jurídicos Universidad del Rosario (Vol. 7, Agosto). pp. 411-469.

Chernick M., 1996. « Aprender del pasado : Breve historia de los procesos de Paz en Colombia (1982-1996) », Colombia Internacional (Octubre-Diciembre), [En ligne], http://colombiainternacional.uniandes.edu.co/view.php/241/1.php

Chernick M., 2008. Acuerdo Posible : Solución negociada al conflicto armado colombiano, París, Aurora.

DNP, 2006. Balance Plan Colombia (1999 – 2005), Bogotá, DNP - Dirección de Justicia y Seguridad.

Dubar C., 2011. « Une critique sociale du temps au cœur des préoccupations de Temporalités », Temporalités (13), [En ligne], http://temporalites.revues.org/1504

Dubar C., 2014. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Temporalités (20), [En ligne], http://temporalites.revues.org/2942

Dubar C., Rolle C., 2008. « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités (8), [En ligne], http://temporalites.revues.org/57

Duclos N., 2012. « La part du symbolique dans les sorties de conflits armés » in Sommier I., Crettiez X. (dir.) Les dimensions émotionnelles du politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 163-177.

El Espectador, 2012. « Tirofijo no llegó », El Espectador (18 février), Bogotá, [vidéo en ligne]. www.elespectador.com/noticias/paz/video-327348-tirofijo-no-llego

Faciolince H.A., 2008. « Zona Farc : la ley de la selva », El País (30 de marzo), [en ligne], www.elpais.com/articulo/portada/Zona/FARC/ley/selva/elpepusoceps/2008 0330elpepspor_7/Tes

FARC-EP, 2001. El país que proponemos construir, Bogotá, Oveja Negra.

FARC-EP, 2012. Diez años después, Bloque Martin Caballero (21 février), [en ligne], http://resistencia-colombia.org/index.php/farc-ep/comunicados/1210-diez-anos-despues

Ferro Medina J.G., Uribe Ramón G., 2002. El orden de la guerra. Las FARC-EP : entre la organización y la política, Bogota, Centro editorial javeriano CEJA.

Fisher R.J., 2000. « Intergroup conflict » in Deutsch M., Coleman P.T., The Handbook of Conflict Resolution. Theory and Practice, San Francisco, Jossey Bass, pp. 166-184.

Gabrielsen M., 2007. « La sécurité humaine et l’internationalisation des conflits intra-étatiques : le cas du conflit au Sud-Soudan », Revue de la Sécurité Humaine (3), pp. 29-42

Garibay D., 2010. « Le conflit armé interne en Colombie : échec des solutions négociées, succès apparent de la soluiton militaire, poursuite des violences », in Selin C. (dir.), Résistences, insurrections, guérillas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 127-140.

Gaviria C., 2010. « La paz del M-19 », El Tiempo (6 de marzo), (en ligne), http://www.eltiempo.com/archivo/documento/CMS-7356630

GMH, Grupo de Memoria Histórica, 2013. ¡Basta ya ! Colombia : Memorias de guerra y dignidad, Bogotá, Imprenta Nacional.

Gobierno de Colombia, FARC-EP, 1999. Agenda Común por el Cambio hacia una nueva Colombia, La Machaca, [en ligne], www.c-r.org/our-work/accord/colombia/spanish/agenda-comun.php

González Espinosa M.F., 2008. « La négociation politique, alternative à la violence ? Évolution et enjeux des rapports discursifs entre guérillas et gouvernements colombiens (1964-2006) », Mots. Les langages du politique (88), [En ligne], http://mots.revues.org/14413

González F., Bolívar I., Vazquez T., 2002. Violencia política en Colombia: de la nación fragmentada a la construcción del Estado, Bogotá, CINEP.

Groves A., 2007. « Can Policy Makers Learn Lessons from the Past ? », E-international Relations Students, [En ligne], http://www.e-ir.info/2007/12/03/can-policy-makers-learn-lessons-from-the-past/

Guillermoprieto A., 2008. Las guerras en Colombia, Bogotá, Aguilar.

Gutiérrez Loaiza A., 2012. « Negociaciones de paz en Colombia, 1982-2009. Un estado del arte », Estudios Políticos (40), Instituto de Estudios Políticos, Universidad de Antioquia, pp. 175-200.

Holsti O., 1962. “The Belief System and National Images: A Case Study”, Journal of Conflict Resolution (Vol.6 (3), september), pp. 244-252.

Honneth A., [1992] 2000. La lutte pour la reconnaissance, Paris, Le Cerf.

Hylton F., 2008. Colombie les heures sombres, Paris, Editions Imho.

Jervis R., 1988. “War and Misperception”, The Journal of Interdisciplinary History, The Origin and Prevention of Major Wars (Spring, Vol. 18, No. 4), MIT Press, pp. 675-700.

Jervis R., 1976. Perception and Misperception in International Politics, Princeton New Jersey, Princeton University Press.

Khong Y F, 1992. Analogies at war: Korea, Munich, Dien Bien Phu, and the Vietnam decisions of 1965, Princeton, Princeton University Press.

La Balme N., 2002. Partir en guerre : Décideurs et politiques face à̀ l’opinion publique, Paris, Autrement.

Lacroux F., Nourry L., s.d.. « Temps et rythmes de la Stratégie », [en ligne], http://www.strategie-aims.com/events/conferences/17-vieme-conference-de-l-aims/communications/1070-temps-et-rythmes-de-la-strategie/download

Lair E., 2007, « Los grupos « paramilitares » en Colombia entre la guerra y la paz », Historia Política, [En ligne], http://historiapolitica.com/datos/biblioteca/2j_lair.pdf

León J., 2005. País de plomo : Crónicas de guerra, Bogotá, Aguilar.

Lindemann (Thomas), Penser la guerre : l’apport constructiviste, Paris, L’Harmattan, 2008.

Lozano Guillén C., 2001. Reportajes desde el Caguán : proceso de paz con las FARC-EP, Bogotá, Ediciones Nuestra América.

Lozano P., 2008. « El oficio de ser Tirofijo », El País (31 de mayo), [en ligne], http://internacional.elpais.com/internacional/2008/05/31/actualidad/1212184809_850215.html

Mackenzie E., 2005. Les FARC ou l’échec d’un communisme de combat : Colombie 1925-2005, Paris, Publibook.

Marulanda M. (1999), Intervención de Manuel Marulanda Vélez, Comandante dn Jefe de las Farc-Ep en el Acto de Instalación de la Mesa de Diálogo con el Gobierno Nacional, (7 de enero), [en ligne], http://www.archivochile.com/America_latina/Doc_paises_al/Co/farc/al_farc0005.pdf

Medina Gallego C., 2009a. Conflicto armado y procesos de paz en Colombia : memoria casos FARC-EP y ELN, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia, Facultad de Derecho, Ciencias Políticas y Sociales.

Medina Gallego C., 2009b. FARC-EP : Notas para una historia política, Bogotá, Universidad Nacional de Colombia.

Mercure D., 1995. Les temporalités sociales, Paris, L’Harmattan.

Minaudier J-P., 2000. Histoire de la Colombie : De la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan.

Molano A., 2007. Trochas y fusiles : historias de combatientes, Bogotá, Punto de Lectura.

Moraria L., 2012. « Oslo : ¿Por qué el discurso de las FARC es el mismo ? », Movimiento Bolivariano, Suroccidente de Colombia (18 octubre), [En ligne], http://www.mbsuroccidentedecolombia.org/inicio/dialogos%20de%20paz.html

Nasi Lignarolo C., 2012. « El Caguán : desaciertos, traiciones y malas interpretaciones », El Espectador (19 février 2012), [En ligne], www.elespectador.com/noticias/paz/articulo-327573-el-caguan-desaciertostraiciones- y-malas-interpretaciones

Noyer J-M., 2002. « Les temporalités militaires et stratégiques aujourd’hui », Les Cahiers du numérique (3), p. 125-137.

Palacios M., 2000. « Colombia ni estado de guerra ni estado de paz, estado en proceso de paz » Foro Internacional (Enero-Marzo, Vol. 40, No.1), pp. 15-40.

Palacios M., 2001a. Proyecciones sobre escenarios de mediano y corto plazo : procesos de diálogo y negociación con las FARC y el ELN, Bogotá, Fundación Ideas para la Paz.

Palacios M., 2001b. « Seminario Haciendo Paz : reflexiones y perspectivas del proceso de paz en Colombia », Semana (23 avril 2001), [En ligne], http://www.semana.com/nacion/articulo/marcos-palacios-seminario-haciendo-paz-reflexiones-perspectivas-del-proceso-paz-colombia-ponencia/45663-3

Pastrana A., 1999. « Discurso del Presidente Pastrana en la Instalación del Proceso de Paz, en San Vicente del Caguán », (7 de enero), [en ligne], https://www.youtube.com/watch?v=rhSmY8EUVO4

Pastrana A., 2002. « Discurso presidencial : para hacer paz se necesitan dos ». (Febrero 20), [en ligne] http://www.analitica.com/va/hispanica/colombia_paz/7096418.asp ou http://www.latinamericanstudies.org/colombia/alocucion.htm

Pécaut D., 1999. « Estrategias de paz en un contexto de diversidad de actores y factores de violencia », in Leal F. (dir.), Los laberintos de la guerra : utopías e incertidumbres sobre la paz, Bogotá, Tercer Mundo. pp. 149-242.

Pécaut D., 2000. « Les configurations de l’espace, du temps et de la subjectivité dans un contexte de terreur : l’exemple colombien », Cultures & Conflits 2 (37), [En ligne], www.conflits.org/index393.html

Pécaut D., 2008. Les Farc : Une guérilla sans fins ? Paris, Lignes de Repères.

Peñafiel R., Nantel L., 2008 « Colombie, Violence immanente, défi de sens et projection dans une éthique de la paix », in Corten A., Côté A.E. (dir.), La violence dans l’imaginaire latino-américain, Montréal, Karthala-Presses de l’Université du Québec, pp. 203-219.

Pizarro Leongómez E., 2007. « No es asunto de semántica : ¿conflicto armado o amenaza terrorista ? », in Botero Campuzano L. (dir.), La Estratagema Terrorista : Las razones del Presidente Uribe para no aceptar la existencia de un conflicto armado interno en Colombia, Bogotá, Fundación Centro de Pensamiento Primero Colombia, Fundación Konrad Adenauer Stiftung. pp. 224-228.

Pizarro Leongómez E., 2010. « Las Farc y el reconocimiento de beligerancia », El Tiempo (martes, 10 de mayo), [en ligne], http://www.eltiempo.com/archivo/documento/CMS-9318340

Pizarro Leongómez E., 2011, Las FARC (1949 -2011) De guerrilla campesina a máquina de guerra, Bogotá, Norma.

Rettberg A., 2012. « Palabras de instalación » in Caguán 10 años : Más allá de un proceso de paz, Documentos del Departamento de Ciencia Política (16), Bogotá, Facultad de Ciencias Sociales, Universidad de los Andes.

Revista Cambio, 2000. « Guerrilleros de Everfit », Revista Cambio (28 février).

Ríos J.N., 1998. Liberación en El Caguán, Bogotá, Planeta.

Rivas J.A., 2002. « Conflicto armado y militares en Colombia. Cultos, Símbolos e Imaginarios », Reflexión Política (Junio, Año 4, Número 7), Universidad Autónoma de Bucaramanga, pp. 1-5.

Rosa H., 2010. Accélération, une critique sociale du temps, traduction de Renault D., Paris, La découverte.

Rueda M.I., 2001. « El presidente y el guerrillero », Semana (15 de febrero del 2001), [En ligne], www.semana.com/opinion/articulo/el-presidenteguerrillero/45270-3

Sabucedo J.M., Barreto I., Blanco A., Borja H., De la Corte L., Durán M., 2004. « Deslegitimación del adversario y violencia política : El caso de las FARC y las AUC en Colombia », Acta Colombiana de Psicología (12), pp. 69-85.

Santamaría G., 2002. « Cuatro años después », Diners (marzo), p. 12-19.

Soto-Trillo E., 2001. Voces sin voz: revelaciones de un viaje a la Zona de Despeje, Bogotá, Intermedio.

Téllez E., Montes O., Lesmes J., 2002. Diario íntimo de un fracaso : historia no contada del proceso de paz con las FARC, Bogotá, Editorial Planeta.

Trujillo C., 2009. « Tirofijo, por su mejor amigo », Semana (31 janvier 2009), [en ligne], www.semana.com/nacion/tirofijo-su-mejor-amigo/120252-3.aspx

Varro G., 2008. « Temporalité(s) et langage dans l’analyse d’entretiens biographiques », Temporalités (8), [En ligne], http://temporalites.revues.org/123

Villamarín Pulido L.A., 2002. La silla vacía, Bogotá, Ediciones Luis AlbertoVillamarín Pulido.

Waldmann P., 2007. « Colombia and the FARC: Failed attempts to Stop Violence and Terrorism in a Weak State », in Art R., Richardson L. (dir.), Democracy and Counterterrorism: Lessons from the past, Washington D.C, United States Institute of Peace Press, pp. 221-260

Haut de page

Notes

1 La Uribe, Mesetas, La Macarena, Vistahermosa (dans le département du Meta) et San Vicente del Caguán (dans le département du Caquetá).

2 « Andres Pastrana Arango, ex Presidente de la República », La Silla Vacía, Quién es Quién ? [en ligne], http://lasillavacia.com/quienesquien/perfilquien/andres-pastrana-arango

3 Voir aussi des images sur Lozano, 2008.

4 Pour faciliter la démonstration de notre propos, nous avons choisi de travailler sur des dichotomies “idéales” dans laquelle chaque acteur du processus va être associé à une temporalité stratégique particulière. Mais il ne faut pas oublier que la réflexion en termes de temporalités implique d’accepter la multiplicité des rapports au temps qui peuvent caractériser l’action d’un acteur, principalement d’un acteur armé. Par exemple, dans les cas des FARC, étant donné que la négociation s’est déroulée sans cessez-le-feu, la guérilla devra aussi avoir une temporalité de court terme pour répondre aux besoins stratégiques des combats.

5 Plusieurs événements historiques marquent le discours des FARC : l’épisode des « Comuneros » fait référence au soulèvement des habitants de la Nouvelle-Grenade contre les autorités espagnoles en 1781. Malgré la signature d’un accord, le gouvernement espagnol va condamner à mort les leaders de la révolte. « La Violencia » (1949-1965) est l’affrontement armé entre le parti libéral et conservateur qui va être à l’origine de la création des FARC. « Jorge Eliecer Gaitán » (1898-1948) est un homme politique du parti libéral, ayant la faveur des classes populaires, qui a été assassiné le 9 avril 1948, alors qu’il est candidat à la présidentielle de 1950. Sa mort va déclencher le Bogotazo (« le coup de Bogotá ») et marque le début de La Violencia. « Mariano Ospina Perez et Laureano Gómez » sont deux présidents colombiens (1946-1950) et (1950-1951), affiliés à l’origine au parti Conservateur, qui vont exercer une grande violence contre les membres du parti libéral et communiste. « Marquetalia » est un groupe d’autodéfense libéral et communiste établit en 1955. À coté des hommes en armes, des civils, femmes et enfants, remplissent des fonctions économiques et sociales. En 1964, le gouvernement déclenche l’Opération Marquetalia, une attaque aérienne de la zone (14 juin de 1964). Pour les membres des FARC cela constitue la date fondatrice de cette guérilla. « Casa Verde », est le quartier général de FARC entre 1965 et 1990. En décembre de 1990, le président César Gaviria (1990-1994) lance l’Opération Colombia qui voit la destruction des campements de Casa Verde. « L’Union Patriótica » fait référence au parti politique créé par les FARC et le parti communiste en 1985. De nombreux membres ont été assassinés et on parle « d’extermination » ou « génocide » de l’Union Patriótica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johanna Gonzalez, « Les différences de temporalité dans le cadre du conflit colombien : l’exemple du processus de paix d’El Caguán (1998-2002) », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3060 ; DOI : 10.4000/temporalites.3060

Haut de page

Auteur

Johanna Gonzalez

Centre Émile Durkheim
Sciences Po Bordeaux
11 allée Ausone
33 607 Pessac CEDEX
johisg@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page