Navigation – Plan du site

Temporalité de l’État, temporalité de l’ennemi

Structuration et influence des systèmes de croyances chez les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay dans la lutte contre le terrorisme
Temporality of the State, temporality of the enemy: structuring and influencing belief systems by Quai d’Orsay senior civil servants in the fight against terrorism
Temporalidad del Estado, temporalidad del enemigo: estructuración e influencia de los sistemas de creencias de los altos funcionarios del Quai d’Orsay (cancillería francesa) en la lucha contra el terrorismo
Okan Germiyanoglu

Résumés

La lutte contre le terrorisme constitue un des axes de la politique étrangère des États. La France mène, ces vingt dernières années, une politique correspondant aux recommandations officielles élaborées par les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay. Or, loin d’une culture commune partagée par tous, la vision du terrorisme des diplomates français révèle plusieurs temporalités subjectives fondées sur des interactions qui les structurent et dépendent de processus de reconnaissance et de son déni entre acteurs sur la scène internationale. Les croyances philosophiques permettent de repérer les temporalités subjectives à travers des systèmes de croyances concurrents parmi les diplomates français. Ils permettent également de cerner la césure suivante : un temps de « longue durée », propre à l’État et ses représentants ; un temps cyclique et court, propre au terroriste qui est mis à l’écart de la longue durée. Cette césure temporelle se traduit ainsi par l’esquisse d’une typologie entre temporalités « hubristique » et « civilisatrice », qu’on attribue aux catégories des énarques et des cadres d’Orient. Elle révèle enfin l’influence de ces conceptions temporelles sur les orientations stratégiques de l’État pour répondre à la violence terroriste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une présentation des concours (cadre d’Orient et cadre général) des affaires étrangères en Fra (...)

1Pourquoi les diplomates du Quai d’Orsay, issus de l’École nationale d’administration (ENA), préconisent des solutions beaucoup plus dures contre le terrorisme que leurs homologues issus des concours d’Orient1 ? Pour répondre à cette question, il faut rappeler que la lutte contre le terrorisme fait partie des politiques publiques des États et de leur imposition dans l’agenda politique (Palier, Surel, 2010). Néanmoins, il n’existe pas de définition internationale du terrorisme. En effet, chaque État mène sa propre politique contre la « violence terroriste » (Sommier, 2000). En France, les recommandations officielles soutiennent la « diplomatie coercitive » (Vennesson, 2006) comme solution à travers le renseignement, la police et la justice. Quant à la force armée, réservée aux États « forts », elle ne peut pas être employée contre des groupes armés « faibles » utilisant la ruse (Holeindre, 2010). Pourtant, la France recourt à cette force contre la violence terroriste que ce soit au Mali en 2013 et l’Irak en 2015.

2Dans une approche organisationnelle (Allison, Zelikow, 1999), la lutte contre le terrorisme serait l’objet de pratiques routinières de la part des diplomates. Dès leur entrée au Quai d’Orsay, ils assimileraient des croyances et un rapport au temps propre à l’institution. Ce rapport au temps pourrait être « une mémoire diplomatique » (Villar, 2006). Mais leur travail impliquerait une double temporalité : un temps court à travers leur carrière et un temps long assimilé au service rendu à l’ État (Loriol, Piotet, Delfolie, 2014). Néanmoins, ces temporalités sont insuffisantes pour comprendre les variations de la lutte contre le terrorisme par la France.

3Nous estimons que la vision de la violence terroriste par les diplomates dépend avant tout de leur socialisation à travers deux catégories professionnelles spécifiques que sont l’École nationale d’administration (ENA) et les concours dits d’Orient. Nous considérons que les énarques ont une vision très négative de la violence terroriste et formulent une césure radicale avec les « Barbares » (Colonomos, 2002) ou encore un « dilemme d’identité » (Lindemann, 2010). Leur réponse contre cette violence est l’intervention militaire. De leur côté, les cadres d’Orient considèrent la violence terroriste comme l’exaspération de revendications non reconnues. Ils préconisent ainsi l’abandon de cette violence, mais à travers des réponses politiques et non militaires.

4À partir de ces deux conceptions propres à des systèmes de croyances catégoriels, nous proposons une analyse à partir de l’approche constructiviste en relations internationales (Wendt, 1999). Celle-ci permet de saisir les interactions entre les acteurs étatiques et non-étatiques. Nous formulons ainsi l’hypothèse suivante : tout d’abord, les diplomates conçoivent des temporalités subjectives élaborées à partir de la vision de l’ennemi, mais aussi de soi. Ensuite, ces temporalités ont une influence sur les orientations stratégiques dans la lutte contre le terrorisme. Leur formulation dépend, en conséquence, d’une forme de « dialectique de la durée » (Braudel, [1969] 1991), ainsi que du processus de reconnaissance et de son déni face aux groupes terroristes (Honneth, [1992] 2000). Notre idée fondamentale est qu’il apparaît une divergence réelle entre deux types de temporalité propres aux énarques et aux cadres d’Orient. Et en mobilisant les travaux de Fernand Braudel et de Norbert Elias sur le temps (Elias, [1984] 1996), cette divergence apparaît comme fondée sur une seule vision, celle de l’autre et de l’ennemi.

5À l’aide d’entretiens menés auprès de diplomates français, nous montrons qu’il existe deux systèmes de croyances catégoriels. Pour tenter de cerner ces croyances, nous empruntons une série de questions élaborée par le politiste américain Alexander L. George (George, 1969). Ces questions portent sur les conceptions philosophiques des décideurs politiques telles que la définition de l’adversaire politique, la nature de l’environnement international ou encore le rôle du hasard dans le développement de l’histoire. Dans un premier temps, nous présentons le corpus, les césures catégorielles et les croyances philosophiques permettant de cerner les conceptions des temporalités sur soi et l’ennemi. Dans un second temps, nous montrons que les temporalités divergentes des énarques et des cadres d’Orient ont une influence dans les recommandations stratégiques dans la lutte contre le terrorisme, ces vingt dernières années.

Une diplomatie française hétérogène : état des lieux d’un corps particulier

Présentation du corpus et du terrain d’étude

6Si la vision du terrorisme est interdépendante de la vision de soi et du monde des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay, il apparaît difficile de les cerner avec certitude. Dans une démarche probabiliste, nous proposons un corpus de 32 entretiens semi-directifs, anonymes, et menés auprès de diplomates rencontrés entre 2009 et 2014 au Quai d’Orsay et dans des endroits publics. Ces entretiens ont été menés avec difficulté. Les diplomates sont très réticents à répondre au chercheur non accrédité par le ministère. Ainsi, plus de 300 diplomates ont été sollicités entre 2009 et 2014 avec un très faible retour de réponses positives. De même, ce travail a fait l’objet d’une convocation par le service de sécurité du ministère en 2009, suite à un retour de plusieurs diplomates surpris par nos demandes d’entretiens. Hormis ces difficultés, nous complétons le corpus par des ouvrages et des tribunes rédigées par des diplomates sur une période allant de 1994 à 2014. En effet, ces sources constituent des documents de première main avec les entretiens. Elles constituent des témoignages sur la situation internationale et les perspectives à mettre en œuvre pour lutter contre la violence terroriste. Ils doivent nous permettre de cerner les croyances personnelles des diplomates et font l’objet à la fois d’une analyse de discours et d’une analyse de contenu. La première permet d’objectiver les degrés de tension entre les diplomates et leur représentation de l’ennemi terroriste. La seconde impose une contextualisation des documents et la création de champs sémantiques dans lesquels nous comptabilisons les termes récurrents liés aux représentations de l’ennemi parmi les diplomates. Et dans ces deux types d’analyse, l’enjeu de la temporalité apparaît comme un marqueur de séparation culturelle entre diplomates et terroristes, mais aussi entre les diplomates français.

7Sur la présentation du terrain d’étude, les diplomates français sont juridiquement un corps de hauts fonctionnaires. Ils sont le « principal noyau administratif » de la politique étrangère français et sont indispensables pour faire exister l’État sur la scène internationale (Kessler, 2002). Mais dans leur recrutement, les diplomates se divisent en deux filières : les énarques et les cadres d’Orient. Historiquement, les affaires étrangères relevaient du souverain qui nommait ses ambassadeurs parmi la noblesse. C’est sous la IIIe République que des concours sont mis en place pour rationaliser les recrutements au Quai d’Orsay et professionnaliser le métier de diplomate. On crée ainsi les concours de cadres d’Orient pour recruter des agents spécialisés dans la maîtrise et la connaissance des langues et des cultures étrangères. Ils dominent le recrutement diplomatique et renforcent également l’image de prestige du ministère. À partir de 1945, un nouveau type de recrutement des diplomates passe par la voie de la nouvelle École nationale d’administration (ENA). Ces diplomates se distinguent des cadres d’Orient en raison de leur polyvalence sur tous les dossiers, mais aussi par une technocratisation croissante des services du ministère. Néanmoins, les « majors » de l’ENA préfèrent entrer au Conseil d’État ou à la Cour des Comptes. L’entrée au Quai d’Orsay se fait donc par défaut, ce qui réduit le prestige de l’institution. Mais pour conserver sa spécificité, le ministère a obtenu le maintien de ses concours des cadres d’Orient (Bazouni, 2005). Énarques et cadres d’Orient sont, dès lors, des diplomates intégrés dans la catégorie supérieure A. Pour autant, ils conservent des spécificités qui interpellent le chercheur et mobilisent des hypothèses sur la structuration des parcours professionnelles, mais aussi des croyances et des comportements.

Spécificités des carrières des énarques et des cadres d’Orient

8D’un point de vue de la sociologie interactionniste, la notion de carrière d’un diplomate issu de l’ENA ne sera pas la même que celle d’un cadre d’Orient. Cette différence peut contribuer à la « construction de soi » (Loriol, Piotet, Delfolie, 2014, p. 154), ainsi qu’aux représentations sur les temporalités, l’adversaire politique et l’environnement international. En effet, chaque catégorie développe une « identité professionnelle particulière » (Loriol, Piotet, Delfolie, 2014, p. 155). Les énarques mettent en avant leurs compétences transversales et leur polyvalence dans les missions multilatérales. Les cadres d’Orient valorisent plutôt leur spécialisation dans la maîtrise de langues, la connaissance affinée de zones géographiques et culturelles, ainsi que leur capacité à échanger et à coopérer dans des missions bilatérales. Il y a donc une hétérogénéité très importante dans la carrière entre diplomates, ce qui remet en question le présupposé d’une « unité de groupe » au Quai d’Orsay (Loriol, Piotet, Delfolie, 2008). Pour mieux illustrer notre article, sans être exhaustif par rapport à nos 32 entretiens, nous proposons, à l’aide de l’Annuaire diplomatique de 2013, de retenir deux diplomates anonymes issus des deux filières.

  • Brice (cadre d’Orient) : ayant fait des études universitaires et une licence de langue à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), il devient secrétaire des affaires étrangères par les concours réservés aux cadres d’Orient. Son parcours est strictement ponctué d’affectations comme attaché, conseiller d’ambassade, consul, puis ambassadeur dans des pays du Proche et Moyen-Orient. Il n’a pas officié dans des organisations internationales et il a passé peu de temps à l’administration centrale à Paris.

  • Philippe (énarque) : diplômé de plusieurs grandes écoles dont l’ENA, il est secrétaire des Affaires étrangères, puis conseiller technique et directeur à plusieurs reprises à l’administration centrale à Paris. Il occupe des postes également comme représentant et ambassadeur de la France dans des organisations internationales, ainsi que des postes dans des cabinets politiques à Paris. Il n’a pas connu de réelles fonctions comme consul ou ambassadeur à l’étranger.

9Ces parcours révèlent une forte structuration des filières : Brice et Philippe ont des parcours très aboutis mais aussi très cloisonnés par leurs filières respectives. On relève ainsi une forte bipolarisation entre les filières ENA et cadres d’Orient. Il existe aussi un « plafond de verre » pour ceux qui n’ont pas fait carrière exclusivement dans une de ces deux filières.

10La polyvalence intellectuelle de l’énarque est un critère de supériorité par rapport aux autres hauts fonctionnaires, en plus de sa quête d’une carrière professionnelle réussie (Rouban, 1999). Luc Rouban souligne également la forte « hérédité socioprofessionnelle » chez les énarques : leur socialisation professionnelle trouve ses racines dans la sphère familiale (Rouban, 1999, p. 81). Enfants d’énarques, ils ont une plus grande propension à tenter le concours d’entrée de l’ENA après le passage à Sciences Po, manifestant un attrait bien plus réel pour la haute fonction publique et les grands corps de l’État que pour le métier bien spécifique de diplomate. Inversement, les cadres d’Orient se distinguent par un parcours plus ancré dans les sciences sociales et la maîtrise des langues. Passant également par Sciences Po, les cadres d’Orient sont souvent nés et/ou ont vécu pendant plusieurs années à l’étranger. Toutefois, Christian Lequesne et Jean Heilbronn rappellent qu’au Quai d’Orsay leur parcours se voit rétrogradé par rapport à celui des énarques. Par exemple, les jeunes cadres d’Orient reçoivent comme premières missions des postes dits de second ou troisième Secrétaire des Affaires étrangères, tandis que les jeunes énarques se voient attribués immédiatement le poste de premier Secrétaire en raison de l’« ancienneté » des deux ans passés à l’ENA (Lequesne, Heilbronn, 2012, p. 278). Dès lors, apparaît une supériorité de fait dans le début de carrière des énarques par rapport aux cadres d’Orient. Par la suite, une concurrence entre eux se joue pour l’obtention des postes les plus prestigieux dans les représentations permanentes au sein des organisations internationales ou dans les ambassades auprès des grandes puissances. Et ces dernières décennies, le rapport de force dans ce domaine entre énarques et cadres d’Orient est encore à l’avantage des premiers. Lequesne et Heilbronn voient ainsi les cadres d’Orient comme les véritables spécialistes de la diplomatie, en première ligne dans les relations bilatérales. Mais ils demeurent des diplomates de « second rang » en comparaison des énarques qui bénéficient du prestige de sortir de l’ENA et des avantages de carrière qu’ils se voient accorder dès leur entrée au Quai d’Orsay (Lequesne, Heilbronn, 2012, p. 280). On observe ainsi dans la sociologie interactionniste une bipolarité très importante dans la conception de soi entre les diplomates de filières différentes, ce qui suppose également des divergences dans leurs systèmes de croyances.

L’apport des croyances philosophiques dans la construction des temporalités

11Pour cerner les croyances des diplomates français sur les temporalités, le politiste américain Alexander L. George propose une série de questions en fonction de « croyances philosophiques » et de « croyances instrumentales » (George, 1969). Nous pourrions qualifier aussi de « référentiels » ces croyances philosophiques, à l’image des travaux de Pierre Muller et Michel Jobert (Muller, Jobert, 1987). Cependant, Pierre Muller écarte l’hypothèse que les idées puissent avoir une influence en tant que référentiels dans les politiques publiques de l’État (Muller, 2004). Nous conservons, en conséquence, le terme de croyances philosophiques, sachant qu’elles peuvent évoluer comme les identités et qu’elles ne sont jamais figées dans les interactions entre acteurs internationaux conformément à l’approche constructiviste (Lindemann, 2010, p. 22).

12Les croyances philosophiques sont des questions relatives à la nature de la vie politique, de l’adversaire, mais aussi sur la capacité des élites à prédire et à maîtriser le temps. Elles constituent un ensemble cognitif permettant aux décideurs politiques de simplifier leur vision et leurs idées sur la politique. Elles apparaissent aussi plus importantes que les croyances instrumentales qui ne sont utiles que pour mettre en œuvre l’action publique (Walker, 1983). Mais en plus des questions relatives à la nature de l’ennemi et du monde, les croyances philosophiques interrogent également la conception politique de la temporalité :

  • « Est-ce qu’on peut prédire le futur politique ? En quels termes et dans quelle mesure ? » (George, 1969, p. 203). La conception de la temporalité est ici liée à la capacité générale de l’adversaire politique à croire qu’il peut atteindre les grands objectifs politiques qu’il s’est fixés.

  • « Quel contrôle ou maîtrise peut-on avoir sur le développement historique ? Quel rôle peut-on avoir pour faire évoluer celle-ci dans la direction souhaitée ? » (George, 1969, p. 204). Cette question souligne l’importance des qualités des dirigeants politiques comme l’intelligence et le volontarisme pour contrôler non seulement le développement de l’histoire, mais aussi pour anticiper les événements imprévus et leurs conséquences. Dans ce cas, on peut déceler une opposition entre une temporalité longue, celle des élites et de l’État, et des temporalités soudaines, mal identifiées et susceptibles de bouleverser la première ;

  • « Quel est le rôle de la « chance » dans les affaires humaines et dans le développement historique ? » (George, 1969, p. 205). La troisième question soulève le rôle du hasard dans le développement historique. On retrouve l’appréhension négative de l’irruption d’un événement au sein de la temporalité planifiée par des dirigeants politiques. C’est aussi la conception du hasard dans le processus décisionnel des acteurs étatiques, notion très peu abordée dans les relations internationales mais qui est assimilée aux événements perçus comme irrationnels et menaçants par les acteurs étatiques. En effet, le hasard échappe à leur maîtrise du temps et peut être provoqué par des actes soudains relevant de la violence terroriste.

13À l’aide d’analyses discursives mixtes, nous allons démontrer que la conception d’un temps long de l’État n’est pas partagée de la même façon entre catégories de diplomates, dans la mesure où celle-ci dépend des temporalités que les diplomates attribuent à l’ennemi terroriste. Enfin, avec la méthode de congruence, nous allons montrer que les temporalités divergentes entre les diplomates ont une influence sur les réponses à apporter en matière de résolution de la violence terroriste entre 1994 et 2014.

La conception des temporalités dans le système de croyances des énarques

Le terrorisme cyclique opposé à l’État de « longue durée »

14Les types de croyances philosophiques proposés par Alexander L. George doivent nous aider à cerner les temporalités des diplomates. En reprenant notre corpus, nous pouvons formuler les conceptions de l’ennemi et du monde spécifiques à la catégorie des énarques. Dans nos entretiens, la conception de l’ennemi est associée au « barbare ». En effet, l’analyse de contenu démontre une récurrence de termes propres à la barbarie et à la peur, mais aussi l’emploi de champs lexicaux de la criminalité et de la sauvagerie. Voici ce qu’en dit Philippe :

« La grande criminalité est supportable en France, mais pas la petite délinquance qui est insupportable pour les citoyens. C’est pareil avec le terrorisme. » (Entretien avec Philippe, 11 avril 2014)

15D’autres diplomates énarques anonymes, ayant eu un parcours similaire à Philippe, sont aussi explicites :

« Un attentat, c’est toujours barbare. Enfin, le principe est barbare. Et le terrorisme, c’est effectivement terroriser à des fins pas très louables. » (Entretien avec un diplomate énarque, 20 décembre 2010)

« À l’ONU, nous avons voté des résolutions visant à lutter contre les moyens criminels du terrorisme comme le financement, les rançons, les prises d’otage… Nous avons des principes. » (Entretien un diplomate énarque, 2 avril 2014)

« On peut assimiler le terrorisme aux criminels. Le terrorisme d’aujourd’hui vise à déstabiliser les sociétés, à créer de la peur avec des attentats, des prises d’otage, etc. » (Entretien avec un diplomate énarque, 15 avril 2014)

« Des actes peuvent être aussi liés à la criminalité et devenir ensuite des actes terroristes. Au Moyen-Orient et en Afrique, vous avez des prises d’otage pour de l’argent. Le terrorisme, c’est aussi et avant tout des attentats aveugles… Il y a une proximité avec le djihad et le terrorisme. » (Entretien avec un diplomate énarque, 5 mai 2014)

16Mais c’est aussi dans la définition de la nature de l’ennemi qu’apparaît la conception temporelle de celui-ci. Elles sont mêmes intrinsèquement liées. En effet, certains diplomates français activant le système de croyances des énarques tendent à définir le rythme de vie du terroriste à l’écart d’un temps long de l’État. De même, le terroriste est régulièrement défini dans une temporalité cyclique inéluctable avec pour fin de cycle le plus marquant, les attentats du 11 septembre 2001. Voici ce que dit encore Philippe, un de ses collègues énarques, ainsi qu’un ancien diplomate énarque à la retraite, Bernard de Montferrand ayant publié plusieurs ouvrages (1993, 2006) :

« Le terrorisme connaît des cycles comme à une époque avec les Palestiniens et Arafat, puis l’Iran qui a duré 11 ans, puis Al Qaida qui a duré 30 ans… Mais Al Qaida, c’est fini pour le moment ! Le seul problème, c’est d’où viendra le prochain cycle : du cyberterrorisme ? » (Entretien avec Philippe, 11 avril 2014)

« Un cycle de terrorisme international débute dans les années 1990, puis s’achève avec les attentats de New York. Mais depuis 2005, on a ce qu’on appelle le califat qui tente de s’instaurer dans le monde. C’est un nouveau cycle du terrorisme qui se traduit par une régionalisation du phénomène. » (Entretien avec un diplomate énarque, 2 avril 2014)

« Les crises actuelles apparaissent pour ce qu’elles sont, celle d’une histoire fragmentée, souvent irrationnelle, héritières du vieux cycle de la violence. » (de Montferrand, 2006, p. 22)

17Dans le processus décisionnel, la notion de cycle pour le terrorisme permet aux diplomates énarques d’utiliser cette croyance philosophique pour simplifier la complexité de la violence terroriste et d’une certaine manière leur vision du monde. Mais si l’on reprend les trois questions d’Alexander L. George liées aux croyances philosophiques sur les temporalités, la notion de cycle du terrorisme a une importance fondamentale. En effet, la notion de cycle permet de disposer d’un outil prédictif face à l’irruption de nouvelles violences terroristes, de prévenir l’avenir politique, de réduire les effets de surprise dus au hasard, voire même de l’anticiper. Mais pour maîtriser le développement historique, il faut des qualités pour le dirigeant politique. Malgré leur devoir de réserve, en tant que hauts fonctionnaires, les diplomates énarques conçoivent plutôt les qualités d’un État face à cette violence commise par des acteurs non-étatiques. Selon, eux, l’État est un acteur régulateur et civilisateur de l’ordre mondial qui doit aussi rétablir sa domination internationale face à la concurrence des acteurs de la mondialisation :

« L’État pour moi, c’est la structure fondamentale d’une société civilisée. L’autre structure fondamentale pour moi, c’est la famille. On le voit avec les problèmes de la délinquance des jeunes, hé bien, c’est pareil avec le terrorisme. Face aux crises familiales et pour protéger la société civile, l’État est la forme civilisée du vivre ensemble. » (Entretien avec un diplomate énarque, 20 janvier 2010)

« Ce qui fait la politique d’un État, c’est son intérêt. Et face au terrorisme, vous êtes parfois amenés à prendre des décisions pas très proches des Droits de l’Homme. Donc, face au terrorisme, la fin justifie les moyens, et parce que ça ne concerne que peu de monde. » (Entretien avec un diplomate énarque, 20 décembre 2010)

« L’État est aussi faible dans la prévention du terrorisme et des mesures à prendre pour l’avenir. C’est la société civile aujourd’hui qui gère maintenant la prévention comme les banques, les entreprises et les groupements professionnels. L’usage de la force reste donc le dernier recours pour l’État face au terrorisme. » (Entretien avec Philippe, 11 avril 2014)

18Les diplomates activant un système de croyances des énarques émettent ainsi une vision stato-centrée de l’ennemi et du monde. Cette vision apparaît également cohérente avec la conception temporelle cyclique de l’ennemi terroriste. Une lecture sociologique peut nous aider à comprendre les fondements et les enjeux de ces représentations des temporalités.

L’opposition du long terme et du cycle chez les diplomates énarques et ses effets

19Le système de croyances des énarques impose une distance sémantique entre « nous » et l’autre, l’étranger, ici le terroriste, facteur de désordre et de violence, ayant des motivations qui échappent à l’ordre moral. Selon une conception du temps sous la Grèce antique, l’ordre temporel et l’ordre moral sont étroitement mêlés. On craint ainsi la catastrophe d’un « bouleversement de l’ordonnancement temporel de la vie humaine » (Lallement, 2013, p. 47). Le thème du « barbare » renvoie aussi à la conception occidentale d’empire avec l’exemple des Cités-États de la Grèce antique résistant à l’invasion perse ou encore de la Rome antique opposée aux invasions barbares. Ariel Colonomos rappelle également que le barbare est perçu sous l’Antiquité comme un être inférieur par rapport à celui qui bénéficie de la « culture », créant un rapport entre un dominant et un dominé (Colonomos, 2002). Cela implique la même opération intellectuelle à travers les temporalités contemporaines. Dans le système de croyances des énarques, les diplomates français perçoivent la Guerre Froide comme un monde ordonné, certes menaçant, mais dans lequel l’événement aurait été évacué, ainsi que les émotions. À titre de comparaison, le système de croyances des énarques est proche de celui des élites et des think tanks de Washington (Colonomos, 2014) qui formulent des visions du futur conformes aux intérêts et à l’identité qu’ils se font d’eux et de l’État qu’ils représentent sur la scène internationale. Ces visions élitistes conçoivent une temporalité qui se veut rationalisée et contrôlée par les États et leurs représentants. Elles correspondent aussi à une « construction discursive » (Fragnon, 2009) de maîtrise de la temporalité et du désordre international par les diplomates, ainsi que par leurs dirigeants politiques. C’est ce qu’on peut qualifier de « maîtrise de soi, du temps et de la parole » dans une « triple régulation étatique » (Fragnon, p. 278). Cependant, leur réponse au terrorisme demeure essentiellement militaire : des actes comme les attentats du 11 septembre 2001 ont libéré partiellement la contrition des pulsions de violence parmi les diplomates ayant un système de croyances des énarques. L’usage de la force est devenu une réponse s’inscrivant dans une temporalité courte avec l’objectif de mettre fin définitivement à la violence terroriste identifiée. Cela pourrait expliquer la tendance de ces dix dernières années pour la France à répondre par la force militaire en Afghanistan en 2001, puis au Mali en 2013 et de revendiquer ouvertement ce choix dans le cadre de futures interventions extérieures où la menace d’une violence terroriste serait identifiée.

La conception des temporalités dans le système de croyances des cadres d’Orient

La violence terroriste conçue comme un problème politique de « longue durée »

20Avant de formuler les visions de l’ennemi et du monde des cadres d’Orient, nous proposons de reprendre l’opposition braudélienne entre les concepts de temps long et de l’événement. En effet, à travers une analyse de son métier d’historien, Fernand Braudel esquisse l’idée d’un temps d’une « très longue durée » (Braudel, [1969] 1991, p. 45). Selon lui, le temps court, ainsi que les « montées et les descentes cycliques » relèvent du « récit » (Braudel, [1969] 1991, p. 44). Braudel ne voit ainsi l’événement, qu’il soit fort ou « médiocre », qu’à la « mesure des individus » et à leur histoire politique. L’historien veut aussi « emprisonner » l’événement, dans la mesure où son aspect éphémère et « explosif » ne « dure guère » (Braudel, [1969] 1991, p. 44). Dès lors, l’événement et le temps court en général, ainsi que les « cadres mentaux » (Braudel, [1969] 1991, p. 51), sont prisonniers d’une longue durée. Celle-ci est un temps « démiurge », universel et extérieur aux hommes, « qui les pousse, les contraint, et emporte leurs temps particuliers » (Braudel, [1969] 1991, p. 76-77).

21Par rapport à notre étude, cette longue durée peut être illustrée par des institutions séculaires qui se sont construites et se sont imposées dans le cadre de cette temporalité dominante et infinie. L’État peut être ainsi le vecteur de cette longue durée, en étant « une organisation, une cohérence, des rapports fixes entre réalités et masses sociales » (Braudel, [1969] 1991, p. 50). Dès lors, les énarques du Quai d’Orsay peuvent considérer que l’État domine sans contestation les autres temporalités et structure ainsi l’environnement international. Inversement, le terrorisme s’inscrit dans le temps court, l’événement ou ce cycle qui ne peut rivaliser avec la longue durée structurante incarnée par l’État. Dans le prolongement des travaux de Braudel, nous esquissons ainsi l’existence d’un type de temporalité « hubristique ». D’une part, cette temporalité correspond à la volonté des énarques du Quai d’Orsay de maîtriser totalement le temps et d’en évacuer l’événement et ses conséquences imprévisibles. D’autre part, elle correspond à une forme de démesure dans leur perception d’eux-mêmes par rapport à la violence terroriste identifiée au temps court, éphémère et finalement méprisable.

22Si l’on reprend la vision de l’ennemi chez les cadres d’Orient, elle n’est pas assimilée au barbare, mais à des problématiques clairement politiques. Elle implique la démarche de reconnaissance envers les revendications des acteurs non-étatiques et donc d’accepter pour les États de dialoguer avec eux, mêmes s’ils emploient la violence pour se faire entendre. L’analyse de contenu nous a permis de relever l’association de la violence terroriste aux champs lexicaux de la pauvreté, du sous-développement ou encore à la problématique spécifique de la Palestine pour expliquer les fondements de celle-ci. Ainsi, il faut trouver des réponses politiques à des conflits latents qui nourrissent la frustration générale des peuples arabo-musulmans. Concernant la conception du monde, il est déterminé par les acteurs étatiques, bien que les acteurs non-étatiques interviennent aussi. Mais la globalisation qui a succédé à la Guerre Froide nourrit les frustrations et donc des résistances de la part des autres cultures qui peuvent devenir violentes. Voici ce qu’en dit Brice, diplomate ayant un parcours professionnel type des cadres d’Orient, ainsi que plusieurs de ses collègues ayant eu un parcours similaire :

« Aux origines des entités violentes, ce sont des groupements avec des agendas politiques. Je ne pense pas qu’on puisse tuer comme ça sans raison, par pur romantisme. Le terrorisme ne peut pas ainsi avoir pour origine la folie. Il y a, à mon sens, une base politique à toute violence terroriste. Le terrorisme n’est pas issu de groupes non identifiés. Mais ce sont aussi des violences d’État, comme la lutte contre l’impérialisme. » (Entretien avec Brice, 30 juillet 2011)

« En Afrique, combattre Al Qaida revient à ne pas négliger certaines régions comme le Sahel, les aider économiquement, donner une perspective aux jeunes. Et puis, il faut négocier, discuter quand c’est encore possible comme en Somalie, au Nord-Mali et Nord-Niger ». (Entretien avec un cadre d’Orient, 30 septembre 2009)

« À mon sens, pour résoudre le terrorisme, il faut trouver une résolution concernant la question de la Palestine, car tout part de là. Même Israël peut y arriver à la reconnaissance de la Palestine, mais à la condition qu’ils se sentent soutenus. Tout tourne autour de l’Islam, mais aussi de la Palestine… On en revient à chaque fois à cet héritage historique. » (Entretien avec un cadre d’Orient, 11 mai 2012)

« Il y aura toujours des mouvements pour contester le monde actuel et le terrorisme n’a ici qu’une valeur résiduelle. Mais la résolution du conflit israélo-palestinien pourrait aider à faire baisser le terrorisme. C’est le conflit le plus long et le plus symbolique. » (Entretien avec un cadre d’Orient, 18 février 2014)

23Si l’on reprend les trois questions d’Alexander L. George liées aux croyances philosophiques sur les temporalités, la notion de cycle des énarques est totalement absente des propos des cadres d’Orient. Néanmoins, si le long terme n’apparaît pas explicitement, c’est bien les notions de discussion et de négociation politiques qui constituent les réponses dans la prédiction du futur, l’anticipation du hasard, et la maîtrise du développement historique. En effet, la conception de l’ennemi terroriste se conçoit par rapport au temps long de l’État. Cependant, ce temps long et relativement stable n’exclut pas les temporalités d’autres acteurs comme les organisations supranationales, les acteurs non-étatiques à l’image des organisations non gouvernementales (ONG) et les groupes usant de la violence pour faire aboutir leurs revendications. Dès lors, les diplomates français qui se rapprochent du système de croyances des cadres d’Orient conçoivent les racines du terrorisme à travers des problématiques elles-mêmes inscrites dans un temps long, dans la mesure où elles n’ont pas été traitées par les États et les autres acteurs supranationaux et non-étatiques. En conséquence, l’ensemble des acteurs internationaux est associé à la temporalité longue. Cette croyance renvoie également à la négociation entre l’État et les groupes usant de la violence terroriste pour maîtriser le développement historique et réduire les incertitudes, ce qui revient à associer ces acteurs non-étatiques violents à des négociations en vue d’aboutir à un compromis. Cela impose l’abandon de la violence terroriste par les acteurs non-étatiques. Mais il s’agit aussi pour l’État de concéder une reconnaissance de leur existence et de répondre politiquement à certaines revendications et aux situations de frustrations dans les régions du monde où les conflictualités sont liées à des situations de grande pauvreté. Voici ce que dit encore Brice en prenant l’exemple palestinien :

« Je prends un exemple de réussite de reconnaissance d’une organisation non étatique : c’est l’OLP de Yasser Arafat. Naguère chef de l’OLP qui usait de la violence terroriste, il est quand même devenu président de l’Autorité palestinienne. On peut donc réussir par la négociation, tout en renonçant à la violence. » (Entretien avec Brice, 30 juillet 2011)

24Inversement, la réponse militaire contre le terrorisme n’est pas adéquate et peut même être source d’incertitude et de chaos, susceptible de provoquer un hasard qui pourrait être nuisible à la discussion et à la négociation. La temporalité de l’État est donc politique et implique une réciprocité, une « interaction avec un autrui généralisé », intégré dans un « temps social commun » (Lallement, 2013, p. 55).

La réponse politique comme alternative à la force lors des crises internationales

25Dans le système de croyances des cadres d’Orient, les diplomates prônent des réponses politiques et un refus marqué d’employer la force armée en réponse à la violence terroriste. On pourrait y voir une même maîtrise de la violence et des pulsions propres à tous les diplomates. Mais au contraire, il s’agit d’une croyance fondamentale sur l’autre, différente du système de croyances des énarques. Ce dernier se caractérise par des prises de position spectaculaires au moment de crises internationales comme les attentats du 11 septembre 2001 ou encore le refus de la France d’entrer en guerre contre l’Irak en février 2003. Chez les énarques, la nature du terrorisme aurait évolué à partir de cette date : passant d’un terrorisme naguère politique en visant uniquement les dirigeants politiques et se montrant rationnel, il serait devenu irrationnel et démesuré en frappant les populations civiles. Par exemple, Philippe Faure, énarque et Secrétaire général du Quai d’Orsay en 2006, évoque, dans un article de 2006, le terrorisme des années 1980-1990 comme une expérience ayant permis à la France « d’avoir un dispositif efficace et une bonne connaissance des questions de terrorisme » (Faure, 2006). Il fait aussi une césure entre « le terrorisme djihadiste contemporain (qui) s’ancre dans des fantasmes, et réagit de manière opportuniste à la rhétorique occidentale » et « les terrorismes politiques traditionnels qui s’inscrivaient dans un espace politique ». (Faure, 2006, p. 62). Un autre énarque distingue l’attentat politique ciblé d’hier à l’attentat contemporain mené aveuglément contre les civils :

« Aujourd’hui, le terrorisme vise à déstabiliser les sociétés, alors qu’avant, il visait les souverains et les présidents de la République. On devrait d’ailleurs avoir un terrorisme qui assassine les chefs d’État plutôt que des milliers d’innocents. Il faut donc couper les moyens au terrorisme avec l’aspect militaire comme au Mali et en Afghanistan. » (Entretien avec un diplomate énarque, 15 avril 2014)

26Pour les cadres d’Orient, la temporalité des attentats de New York comme événement ne transforme pas la violence terroriste contemporaine par rapport à un terrorisme « d’antan » plus politique. Au contraire, ils voient dans ces attentats une violence qui est la conséquence d’une absence de dialogue politique. Mais elles ont eu aussi des conséquences négatives dans la résolution de problèmes politiques comme la Palestine. Elles ont entraîné, enfin, une réponse militaire générale des États qui n’a pas résolu la violence terroriste. Voici ce que disent plusieurs cadres d’Orient, dont Brice :

« Les attentats du 11 septembre sont des actes commis quand le dialogue politique est dans l’impasse. Alors pour résoudre cela, il faudrait par exemple inciter l’État à négocier, car c’est l’entité la plus légitime. Elle doit ainsi permettre par la négociation à faire renoncer le faible à la violence. Mais il y a des États qui usent de cette violence. On constate aujourd’hui les limites de l’action militaire comme pour la France en Libye. » (Entretien avec Brice, 30 juillet 2011)

« Ma première impression des attentats était qu’ils allaient changer la donne non seulement des Palestiniens, mais aussi pour tout le Proche-Orient. Et en voyant la seconde tour s’effondrer, je me suis dit que c’était la fin de la cause palestinienne et le début d’une rupture radicale dans l’approche de l’Occident. » (Entretien avec un cadre d’Orient, 6 novembre 2009)

« C’était pour moi un acte terroriste qui affecterait le monde, et surtout le monde arabe. Je me suis demandé quels seraient les effets pour le pays où je réside, mais aussi pour les pays de l’axe arabo-musulman et leurs relations avec la communauté internationale, et les conséquences pour la communauté française dans ces pays arabo-musulmans. » (Entretien avec un cadre d’Orient, 18 février 2014)

27Concernant la guerre en Irak de 2003, par une position publique de Jacques Chirac et de ses diplomates, le discours français rejetait à l’époque l’usage de la force contre le régime irakien de Saddam Hussein suspecté de complicité de terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001. Voici ce que dit un cadre d’Orient ayant travaillé comme conseiller ministériel en 2003 :

« L’idéologie était pour nous dangereuse. On croyait que c’était que l’apanage du communisme, mais c’était aussi celui des États-Unis. L’administration Bush croyait voir du terrorisme en Irak, alors qu’il n’y en avait pas. On était ainsi convaincu qu’il n’y avait pas de terrorisme en Irak, mais qu’il y aurait après, ainsi que dans la région du Moyen-Orient. On avait analysé tout ça sans idéologie, mais en tenant compte des revendications et de la mondialisation. » (Entretien avec un cadre d’Orient, 26 juin 2014)

28De la même façon, les diplomates proches de ce système de croyances ont généralement confirmé la préférence de refuser la violence et de répondre par des choix politiques dans le cadre des crises où s’exprime la violence terroriste.

29Enfin, en reprenant les travaux de Norbert Elias sur le temps et le « processus civilisationnel » (Elias Norbert, [1939] 2013), on retrouve comme chez Braudel l’idée d’une temporalité de longue durée. Mais à la différence de l’historien, Elias considère comme vaine la césure entre un temps indépendant, universel, s’imposant naturellement à tous les hommes, et le temps correspondant à une structure universelle de la conscience humaine où tous les hommes sont supposés faire la même synthèse des événements en termes de temps (Elias, [1984] 1996, p. 137). Selon le sociologue, les hommes exercent surtout leur imagination en considérant un temps extérieur et un temps intérieur (Elias, [1984] 1996, p. 138). Néanmoins, cette longue durée a un effet structurant les émotions sous forme d’une autodiscipline dans le comportement des individus des sociétés et des États modernes (Elias, [1984] 1996, p. 27-28). De même, Elias estime que les hommes des sociétés industrialisées prennent une distance radicale avec tout risque de conflit. Ils peuvent juger aussi la violence des sociétés « primitives » comme des processus sociaux aveugles dans lesquels, les individus de ces sociétés n’ont pas réussi à s’en sortir (Elias, [1984] 1996, p. 181). Dès lors, Elias en vient à considérer que « l’évolution de la détermination du temps (…) enseigne que la solution non planifiée de certains problèmes peut à son tour déboucher sur d’autres problèmes non résolus » (Elias, [1984] 1996, p. 181).

30La longue durée est donc un élément fondamental dans l’autodiscipline et la construction de l’ordre social. Nous proposons de la transposer sur la scène internationale. Mais à la différence de Braudel qui rejette l’histoire politique du côté de l’événement, Elias intercale l’ensemble des individus et donc leurs histoires individuelles et collectives dans cette longue durée. L’événement retrouve ainsi sa place. Nous proposons ainsi l’esquisse d’un autre type de temporalité que nous qualifiions de « civilisatrice ». Cette temporalité « civilisatrice » ne remet pas en cause fondamentalement la longue durée de Braudel. Mais c’est à partir de la vision de l’autre, de l’ennemi qu’elle se distingue de la temporalité « hubristique » des énarques. En effet, les cadres d’Orient associent les acteurs non-étatiques à leur conception sociale du temps qui annihile les pulsions de violence dans les sociétés modernes. Et bien qu’usant de la violence terroriste, ces acteurs non-étatiques portent des revendications et des frustrations qui constituent une histoire politique certes singulière, mais qui fait partie de la longue durée. Dès lors, à travers la temporalité « civilisatrice », les cadres d’Orient veulent leur faire abandonner la violence terroriste. Ils veulent ensuite les assimiler à un processus commun de négociations politiques qu’ils souhaitent universaliser avec les valeurs des droits de l’homme héritées de la Révolution. Les cadres d’Orient activent enfin des aspects idéologiques hérités de Charles de Gaulle (Cerny, [1980] 2007) auxquels ils s’identifient, comme l’autonomie et la reconnaissance des peuples et des nations.

Conclusion

31L’apport des croyances philosophiques permet de souligner la concurrence de deux systèmes de croyances qui orientent les recommandations stratégiques officielles. La démarche constructiviste, focalisée sur les relations intersubjectives entre les acteurs, conçoit ainsi que les croyances des cadres d’Orient et des énarques divergent fortement et qu’elles s’observent en particulier dans le cadre des temporalités subjectives. En effet, nous avons tenté de cerner deux types de temporalité, l’une « hubristique » et propre aux énarques, l’autre « civilisatrice » et conforme aux croyances des cadres d’Orient. Cette typologie, qui ne révèle pas d’affrontement entre les deux temporalités, montre néanmoins une divergence fondamentale entre elles à partir de la vision de l’adversaire terroriste. La temporalité « civilisatrice » des cadres d’Orient active la vision d’une violence politique qui doit être contrôlée à partir de solutions autres que militaires. Mais, à l’inverse, la temporalité « hubristique » implique une stratégie de maîtrise du temps par la rationalité des énarques du Quai d’Orsay, notamment à travers leur volonté d’évacuer et de délégitimer cette même violence. Et dans une approche constructiviste, l’absence de points communs entre un État et des acteurs non-étatiques, qui se conçoivent également comme différents culturellement, ne peut que renforcer de la part des énarques le recours à la force en cas de menace ou d’agression terroriste, mais aussi au déni de toute reconnaissance symbolique des auteurs de cette violence.

32Enfin, face à la difficulté méthodologique de cerner des systèmes de croyances, les types de croyances philosophiques d’Alexander L. George compensent celle-ci en établissant des systèmes de croyances concurrents, mais porteurs de sens dans l’orientation des recommandations stratégiques en matière de lutte contre le terrorisme. Néanmoins, et en dehors de quelques cas d’étude, affirmer globalement que des systèmes de croyances entraînent des choix stratégiques et tactiques, lors de crises spécifiques, demeure encore problématique. De même, certains diplomates ayant suivi des parcours professionnels propres aux énarques ou aux cadres d’Orient manifestent parfois des conceptions temporelles différentes de leur filière d’origine, à l’image de Dominique de Villepin lors de la crise diplomatique sur l’Irak en 2003. Cette problématique est également valable pour les diplomates n’ayant jamais effectué une des deux filières pour intégrer le Quai d’Orsay. Le chercheur peut considérer ainsi, dans une perspective stimulante, que les croyances s’élaborent aussi dans le cadre d’une politisation ou d’activités extérieures, avant leur entrée dans la haute fonction publique (Aït-Aoudia, Bennani-Chraïbi, Contamin, 2010).

33Sur tous ces points, les croyances philosophiques peuvent constituer un outil original pour cerner des temporalités subjectives et leur influence dans le cadre des politiques publiques.

Haut de page

Bibliographie

Articles de revue :

Aït-Aoudia Myriam, Bennani-Chraïbi Mouna, Contamin Jean-Gabriel, 2011. « Indicateurs et vecteurs de la politisation des individus : les vertus heuristiques du croisement des regards », Critique internationale, n° 50, p. 9-20.

Bleiker Roland, Hutchison Emma, 2008. « Fear No More: Emotions and World Politics », Review of International Studies, vol. 34, p. 115-135.

Commaille Jacques, Simoulin Vincent, Thoemmes Jens, 2014. « Les temps de l’action publique entre accélération et hétérogénéité », Temporalités 19.

Faure Philippe, 2006. « La place de la France dans le monde : un défi permanent », Revue internationale et stratégique, n° 63, p. 57-63.

George Alexander L., 1969. « The Operational Code: A Neglected Approach to the Study of Political Leaders and Decision-Making », International Studies Quarterly, 13 (2), p. 190-222.

Leccardi Carmen, 2011. « Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique », Temporalités 13.

Lequesne Christian, Heilbronn Jean, 2012. « Senior Diplomats in the French Ministry of Foreign Affairs: When an Entrance Exam Still Determines the Career », The Hague Journal of Diplomacy, 7, p. 269-285.

Lindemann Thomas, 2003. « Faire la guerre, mais laquelle ? Les institutions militaires des États-Unis entre identités bureaucratiques et préférences stratégiques », Revue française de science politique, vol. 53, n° 5, p. 675-706.

Muller Pierre, 2004. « L’État en action revisité », Pôle Sud (n° 21), p. 31-42.

Walker Stephen G., 1983. « The Motivational Foundations of Political Belief Systems: A Re-Analysis of the Operational Code Construct», International Studies Quarterly, 27 (2), p. 179-202.

Ouvrages :

Allison Graham, 1971. Essence of Decision: Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston, Little Brown.

Allison Graham, Zelikow Philip, [1971] 1999. Essence of Decision. Explaining the Cuban Missile Crisis, New York, Longman.

Bazouni Yvan, 2005. Le métier de diplomate, Paris, L’Harmattan.

Braud Philippe, 1996. L’émotion en politique. Problèmes d’analyse, Paris, Presses de Sciences Po.

Braud Philippe, 2004. Violences politiques, Paris, Seuil.

Braudel Fernand, [1969] 1991. Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion.

Cerny Philip G., [1980] 2007. Une politique de grandeur. Aspects idéologiques de la politique extérieure de De Gaulle, Paris, Flammarion.

Colonomos Ariel, 2014. La politique des oracles. Raconter le futur aujourd’hui, Paris, Albin Michel.

Crozier Michel, Friedberg Erhard, [1977] 1992. L’acteur et le système, Paris, Points.

Elias Norbert, [1939] 2013. La dynamique de l’Occident, Paris, Pocket.

Elias Norbert, [1984] 1996. Du temps, Paris, Fayard.

Filiu Jean-Pierre, 2009. Les neuf vies d’Al-Qaida, Paris, Fayard.

George Alexander L., Bennett Andrew, 2005. Case Studies and Theory Development in the Social Sciences, Cambridge, The MIT Press.

Honneth Axel, [1992] 2000. La lutte pour la reconnaissance, Paris, Edition du Cerf.

Jobert Bruno, Muller Pierre, 1987. L’État en action : politiques publiques et corporatismes, Paris, PUF.

Kessler Marie-Christine, 2012. Les ambassadeurs, Paris, Presses de Sciences Po.

Leduc Jean, 1999. Les historiens et le temps : conceptions, problématiques, écritures, Paris, Seuil.

Lindemann Thomas, 2008. Penser la Guerre. L’apport constructiviste, Paris, L’Harmattan.

Lindemann Thomas, 2010. Sauver la face, sauver la paix. Sociologie constructiviste des crises internationales, Paris, L’Harmattan.

Lindemann Thomas, 2010. Causes of War: The Struggle for Recognition, Colchester, ECPR Press.

Montferrand Bernard de, 1993. La vertu des Nations, Paris, Hachette.

Montferrand Bernard de, 2006. Diplomatie: des volontés françaises, Versailles, Alban.

Piotet Françoise, Loriol Marc, Delfolie David, 2013. Splendeurs et misères du travail des diplomates, Paris, Hermann.

Sommier Isabelle, 2000. Le Terrorisme, Paris, Fayard.

Villar Constanze, 2006. Le discours diplomatique, Paris, L’Harmattan.

Wendt Alexander, 1999. Social Theory of International Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

Ouvrages collectifs avec coordinateur :

Dubar Claude, Thoemmes Jens (dir.), 2013. Les temporalités dans les sciences sociales, Toulouse, Octarès Editions.

Palier Bruno, Surel Yves, et al. (dir.), 2010. Quand les politiques changent. Temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, L’Harmattan.

Zawadzki Paul (dir.), 2002. Malaise dans la temporalité : travaux de l’Ecole doctorale de science politique, Paris, Publications de la Sorbonne.

Chapitres ou articles d’ouvrages collectifs avec coordinateur :

Ansart Pierre, 2002. « Idéologies politiques et constructions du temps », in Zawadzki Paul (dir.). Malaise dans la temporalité : travaux de l’École doctorale de science politique, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 67-81.

Behnke Andreas, 2012. « Recognizing the Enemy: Terrorism as Symbolic Violence », in Lindemann Thomas, Ringmar Erik (eds.). The International Politics of Recognition, Boulder, Paradigm Publishers, p. 189-206.

Colonomos Ariel, 2002. « L’éthique de la politique étrangère. « Nous » et les « barbares » ou sauver l’Autre pour se sauver soi-même », in Charillon Frédéric (dir.). Politique étrangère : nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, p. 113-138.

Hoeffler Catherine, Ledoux Clémence, Prat Pauline, 2010. « Temporalité et changement de politique publique », in Palier Bruno, Surel Yves, et al. (dir.). Quand les politiques changent. Temporalités et niveaux de l’action publique, Paris, L’Harmattan, p. 53-78.

Holeindre, Jean-Vincent, 2010. « La ruse et les formes contemporaines de la guerre », in Holeindre, Jean-Vincent & Testot Laurent (dir.). La guerre : des origines à nos jours, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, p. 47-63.

Kessler Marie-Christine, 2002. « La politique étrangère comme politique publique », in Charillon Frédéric (dir.). Politique étrangère : nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, p. 167-192.

Lallement Michel, 2013. « Sociologie et temporalités : une antinomie durkheimienne et son dépassement », in Dubar Claude, Thoemmes Jens (dir.). Les temporalités dans les sciences sociales, Toulouse, Octarès, p. 43-58.

Rouban Luc, 1999. « The Senior Civil Service in France », in Page Edward C., Wright Vincent (eds). Bureaucratic Elites in Western European States: A Comparative Analysis of Top Officials, Oxford, Oxford University Press, p. 65-89.

Vennesson Pascal, [2003] 2006. « Diplomatie coercitive », in Smouts Marie-Claude, Battistella Dario, Vennesson Pascal, Dictionnaire des relations internationales, Paris, Dalloz, p. 143-147.

Rapports, actes, thèses :

Fragnon Julien, 2009. Le discours antiterroriste. La gestion politique du 11 septembre en France, Thèse de Science Politique sous la direction de Paul Bacot, Université Lumière Lyon 2.

Germiyanoglu Okan, 2014. La lutte contre le terrorisme vue par les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay. Pour une contribution française à l’Operational Code, Thèse de science politique sous la direction de Thomas Lindemann, Université Lille 2.

Loriol Marc, Piotet Françoise, Delfolie David, 2008. « Le travail diplomatique. Un métier et un art ». Rapport de recherche pour le ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE).

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation des concours (cadre d’Orient et cadre général) des affaires étrangères en France, voir par exemple : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/emplois-stages-concours/concours/ (NdR)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Okan Germiyanoglu, « Temporalité de l’État, temporalité de l’ennemi  », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3104 ; DOI : 10.4000/temporalites.3104

Haut de page

Auteur

Okan Germiyanoglu

Laboratoire CERAPS
Université Lille 2
1 place Déliot, BP 629
59 024 LILLE Cedex
okan.germiyanoglu@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page