Navigation – Plan du site
Lire

Cynthia Cockburn and Dubravka Zarkov (Eds.), The Postwar Moment. Militaries, Masculinities and International Peacekeeping. Bosnia and the Netherlands

Gabrielle Varro

Texte intégral

  • 1 Voir le volume collectif dirigé par G. Varro, Regards croisés sur l’ex-Yougoslavie, L’Harmattan, 20 (...)
  • 2 Un premier compte rendu de cet ouvrage par G. Varro est paru en 2005 dans les Cahiers du Genre n° 3 (...)

1Une approche de « regards croisés »1 est adoptée dans l’ouvrage que dirige ici Cynthia Cockburn en collaboration avec Dubravka Zarkov : d’une part, douze auteurs se répartissent sur deux postes d’observation, la Bosnie-Herzégovine (désormais BH) et les Pays Bas (PB) et d’autre part, leurs points de vues sont spécifiques selon leurs appartenances professionnelles et disciplinaires2.

  • 3 L’IFOR (Implementation Force) remplaça l’UNPROFOR (United Nations Protection Force) qui était prése (...)

2Le point focal du volume est contenu dans le titre, difficile à rendre en français : qu’est-ce qu’un « moment post-guerre »? Serait-ce une sorte de cessez-le-feu ? Un moment de répit entre les guerres ? Un « moment » seulement, signifiant que la guerre ou les guerres ne sauraient jamais cesser définitivement ? En outre, quelles guerres ? Certes, il s’agit ici des guerres très concrètes et réelles qui ont sévi en BH entre 1992 et 1995, stoppées par les bombardements de l’OTAN (autorisés par l’ONU) au mois d’août 1995, puis par la présence de l’IFOR3 après les accords de Dayton en novembre 1995 (60 000 hommes de 15 pays différents déployés dans toute la BH). Plus fondamentalement, même si l’ouvrage ne se résume pas à une vision stéréotypée d’une « guerre des sexes » – les co-auteures étant des féministes non-sectaires ! – la « guerre » dont il s’agit est bien celle que des mâles « ne peuvent s’empêcher de livrer ». Cependant, avec la question « de quelle guerre s’agit-il », on pénètre dans la sphère plus philosophique (bien que toujours aux effets très concrets) du masculinisme incarné par le militaire mais aussi dans celle des différentes « modulations de la masculinité » que cet ouvrage s’est donné pour tâche de traiter.

3Dans leur introduction, D. Zarkov (conférencière à l’Institut des Sciences Sociales de La Haye, Pays Bas) et C. Cockburn (sociologue à l’université de Londres) énoncent leur objectif principal : explorer l’impact du maintien de la paix et de la reconstruction à la fois sur la BH et sur les PB. Mais pourquoi les Pays Bas ? Parce que c’était ce pays qui était aux commandes des forces de l’ONU à Srebrenica le 16 juillet 1994 : les pays exportateurs d’aide militaire aussi « font (et ont) la guerre », leur rôle ne se résume pas à un acte extérieur, neutre ou détaché. Les auteures explicitent l’originalité de leur approche : si l’intérêt pour l’impact sur la Bosnie ne nécessite guère de plus amples explications, il faut remarquer que l’expression « une société affectée par la guerre » ne concerne pas seulement le pays où les combats ont (eu) lieu. « Un pays chargé du maintien de la paix dans une zone de conflits peut également être touché et transformé par cette expérience » (p. 9). Par conséquent, même « si ce n’était pas ‘leur guerre’, l’engagement des Pays-Bas a secoué la société néerlandaise, entraîné une certaine autoanalyse collective et un questionnement sur l’identité nationale » (p. 9). Cet aspect a été très peu traité auparavant dans les études sur la guerre.

4D’autre part, « l’expérience de la guerre – la sienne ou celle des autres – affecte les pays et les hommes et femmes qui les composent, ainsi que leurs rapports, de même que les rapports entre la masculinité et la féminité » (9-10). L’approche collective des auteur(e) s à travers l’ouvrage combine de façon conséquente la réflexion sur le concept du genre pour analyser les affaires de guerre, de maintien de la paix, de militarisme et de nationalisme. On relève toutefois que les rapports sociaux de sexe sont presque totalement négligés par les instances nationales et internationales chargées du maintien de la paix et les rapports entre les « armées de la paix » et que les organisations de femmes en BH sont « insatisfaisantes ».

  • 4 OHR = Office of the High Representative (Haut Représentant International) en Bosnie et Herzégovine, (...)

5Ce livre tente d’opérer une prise de conscience à ces divers niveaux.
L’ouvrage est divisé en trois parties, regroupant des chapitres foisonnant d’informations concrètes recueillies tant dans des archives institutionnelles que sur le terrain. On apprend par exemple que malgré l’objectif énoncé de produire une société démocratique, et bien que la guerre ait au contraire été très sexuée (entre 10 000 et 20 000 viols estimés), les négociations n’ont été menées que par des hommes. Furent ignorées aussi bien la Conférence mondiale de l’ONU à Vienne (1993) où les droits des femmes ont été reconnus comme des droits humains, que la Conférence de Beijing (1995) qui a débouché sur une plate-forme d’action, dont un des points concerne le trafic impliquant des femmes. Madeleine Rees, avocate et directrice de l’OHR4 en BH, dénonce pour sa part l’esclavage sexuel toujours d’actualité et les hommes – autochtones ou étrangers sur place - qui, en y recourant, violent les droits humains.

  • 5 ONG britannique fondée en 1942 à Oxford pour soulager les familles en difficulté due à la pauvreté (...)

6L’expérience dominante de la phase post-Dayton est une cristallisation de la différence et de la séparation ethnique (p. 80). Dans un autre chapitre, C. Cockburn laisse entrevoir l’association étroite entre ethnie et genre ; j’ajouterais que le sexe devient l’équivalent d’une appartenance « ethnique », ce qui semble justifier par ailleurs que femmes et minorités se retrouvent souvent dans le même combat. Cette situation se reproduit au sein des ONG, où la dichotomie masculin/féminin définit largement l’organisation du travail : le travail « dur » (technique) est masculin, le travail « mou » (secrétariat) est féminin. Suzanne Williams (conseillère en conflits et politiques de genre à Oxfam5) dénonce le « gender blindness » et étudie la manière dont les femmes cherchent à casser les barrières entre le public et le privé. Il s’agit là d’un des thèmes principaux de l’ouvrage : quand le privé devient politique ou quand les rapports sociaux de sexe sont dans le continuum, « de la chambre à coucher à l’espace social » (et vice-versa).

  • 6 Ratko Mladic fut arrêté le 26 mai 2011 et traduit devant le Tribunal International Pour l’ex-Yougos (...)
  • 7 Le résultat fut le massacre de Musulmans par l’armée serbe à Srebrenica en juillet 1994 (de 3 000 à (...)

7Marc de Leeuw (chercheur à l’Université des Etudes humanistes d’Utrecht), est l’auteur d’un chapitre impressionnant, tant par son analyse que par sa méthodologie: “A gentlemen’s agreement: Srebrenica in the context of Dutch war history”. Il y compare deux images : la reddition de Breda, tableau de Velasquez, et la photographie (qui figure sur la couverture de l’ouvrage) montrant le colonel hollandais Karremans, en charge de la force néerlandaise de l’UNPROFOR et responsable de la sécurité des habitants et réfugiés musulmans à Srebrenica, au moment où il cède le contrôle de la ville au Général Ratko Mladic6, commandant de l’armée serbe. Analyse fine d’une comparaison trans-historique et trans-médiatique qui illustre la pérennité de l’éthique masculino-militaire, ou plutôt le dogme, ou encore mieux la farce, de cette « éthique ». On y voit comment Srebrenica a fait perdre la face aux Pays Bas (p. 169), tout comme la Seconde Guerre mondiale le fit pour l’Allemagne, le Vietnam pour les États-Unis et l’Afghanistan pour l’URSS : « Tant qu’on ne pourra changer le code d’honneur et de fierté masculin, nos opérations de paix continueront à perpétuer les problèmes qu’elles sont censées résoudre » (p. 173). Nous apprenons l’existence (et une partie du contenu) des bandes enregistrées par le Général Mladić ; on entend le commandant hollandais lui dire : « ne tirez pas sur le pianiste ». Par ce mot honteux, la reddition de Srebrenica figurée dans la photographie (qui est en couverture du livre, voir photo) démolit l’image de soi des Hollandais – même si l’auteur termine quand même par une auto justification… : « Karremans déclare avoir demandé cinq fois au commandement de l’ONU de lui apporter l’aide de l’aviation – en vain. Après avoir essuyé cinq refus, Karremans n’a eu d’autre choix que de lâcher Srebrenica »7 (p. 182, note 16).

8Dans le dernier chapitre, Dubravka Zarkov souligne l’importance des points de vue mis en évidence dans le chapitre précédent. « Le discours du traumatisme de Srebrenica a été produit parce que même les Pays Bas – le moins héroïque de tous les pays – préféreraient que ses généraux meurent en héros plutôt que de les voir vivre en hommes ordinaires » (p. 201).

  • 8 Mais signalons, parmi les travaux d’Anne-Marie Devreux, « Des appelés, des armes et des femmes : l’ (...)

9Le Postwar Moment est un ouvrage original par son propos – qui apporte une foule d’informations sur les missions de maintien de la paix à travers le monde et l’humanitaire, sur les processus de démilitarisation et du maintien de la paix structurés par les notions de masculinité et de féminité (domaine peu étudié8). C’est aussi un ouvrage écrasant par le constat que chaque auteur(e) nous amène à faire, à partir de points de vue et d’expériences différents : en dépit des lois, des conférences internationales, des décisions officielles, bien peu de changements peuvent être notés dans les images de soi masculines et masculinisées et par conséquent dans les rapports sociaux de sexe qu’il met en évidence.

Haut de page

Annexe

Massacre de Srebrenica : les Pays-Bas jugés responsables de centaines de morts

Le Monde | 16.07.2014 à 11h52 • Mis à jour le 16.07.2014 à 12 h 17
Consulté le 14/07/2015

C’est une décision historique. Le tribunal de La Haye a déclaré l’État néerlandais civilement responsable de la mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à Srebrenica pendant la guerre de Bosnie (1992-1995). L’institution a souligné en effet que les « casques bleus » néerlandais du bataillon « Dutchbat » auraient dû protéger ces civils.

« L’État est responsable de la perte subie par les proches des hommes qui ont été déportés par les Serbes de Bosnie depuis les bâtiments du Dutchbat à Potocari dans l’après-midi du 13 juillet 1995, a déclaré mercredi 16 juin à La Haye la juge Larissa Elwin. Le Dutchbat n’aurait pas dû laisser partir les hommes de leurs bâtiments ».

La juge a également souligné que les soldats néerlandais « auraient dû tenir compte de la possibilité que ces hommes seraient victimes de génocide [...]. On peut affirmer avec suffisamment de certitude que si le Dutchbat avait permis à ces hommes de rester sur place, ils seraient restés en vie ».

Les casques bleus néerlandais n’avaient pas résisté

Les juges n’ont toutefois pas donné raison aux plaignantes, mères des victimes, sur le reste de leurs accusations. Ils ont estimé que même si les soldats néerlandais auraient dû dénoncer directement les crimes de guerre, l’Etat néerlandais ne peut en être tenu responsable car une telle action n’aurait pas entraîné « une intervention militaire directe de l’ONU » et n’aurait donc pas empêché le génocide.

L’enclave de Srebrenica était placée sous la protection de l’ONU lors de sa prise par les forces serbes de Bosnie en juillet 1995. Mais, faiblement armés et peu nombreux, les casques bleus néerlandais du Dutchbat, réfugiés dans une base avec les musulmans des villages environnants, principalement des femmes, n’avaient pas résisté.

Les Serbes, sous le commandement du général Ratko Mladic, avaient alors tué près de 8 000 hommes et garçons musulmans dans ce qui est considéré comme le pire massacre en Europe depuis la seconde guerre mondiale, et dont la Bosnie a célébré la semaine dernière le 19e anniversaire.

Plusieurs décisions

En 2008, le tribunal de La Haye avait rendu un avis disculpant l’Etat néerlandais de la responsabilité du massacre, arguant que les militaires qui avaient été chargés de la protection de l’enclave étaient soumis au commandement de l’ONU et non à celui des autorités néerlandaises.

Mais en 2011, dans une autre affaire de plus petite envergure, les Pays-Bas avaient été tenus responsables de la mort de trois musulmans tués après avoir été chassés d’une base militaire par des casques bleus néerlandais.

Les Pays-Bas étaient alors devenu le premier État responsable des actes de ses propres soldats opérant sous le mandat des Nations unies et avaient promis quelques mois plus tard d’indemniser leurs proches, à hauteur de 20 000 euros.

Haut de page

Notes

1 Voir le volume collectif dirigé par G. Varro, Regards croisés sur l’ex-Yougoslavie, L’Harmattan, 2005 (coll. « Espaces interculturels »).

2 Un premier compte rendu de cet ouvrage par G. Varro est paru en 2005 dans les Cahiers du Genre n° 39, pp. 227-230.

3 L’IFOR (Implementation Force) remplaça l’UNPROFOR (United Nations Protection Force) qui était présente en Bosnie même au plus fort de la guerre. L’IFOR eut pour mission d’établir une zone tampon entre les deux entités créées par Dayton en 1995 : la Fédération Croato-Musulmane et la Republika Srpska qui ensemble constituent la BH.

4 OHR = Office of the High Representative (Haut Représentant International) en Bosnie et Herzégovine, l’autorité suprême du pays depuis 1995 est responsable devant l’ONU.

5 ONG britannique fondée en 1942 à Oxford pour soulager les familles en difficulté due à la pauvreté et la souffrance, qui a des ramifications à travers le monde.

6 Ratko Mladic fut arrêté le 26 mai 2011 et traduit devant le Tribunal International Pour l’ex-Yougoslavie pour génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité. Son procès se poursuit en 2015.

7 Le résultat fut le massacre de Musulmans par l’armée serbe à Srebrenica en juillet 1994 (de 3 000 à 8 000 hommes et garçons tués selon les estimations). Il n’est pas inutile de suivre les analyses de cette question jusqu’à nos jours ; voir l’article du Monde du 16/07/2014 que nous donnons ici en annexe.

8 Mais signalons, parmi les travaux d’Anne-Marie Devreux, « Des appelés, des armes et des femmes : l’apprentissage de la domination masculine à l’armée ». Nouvelles Questions Féministes, vol. 18, n° 3-4, 1997, pp. 49-78 et de Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, L’Harmattan (Bibliothèque du féminisme) 1998 (1ère publication 1979).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Cockburn and Dubravka Zarkov (Eds.), The Postwar Moment. Militaries, Masculinities and International Peacekeeping. Bosnia and the Netherlands. London: Lawrence & Wishart, 2002.

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Cynthia Cockburn and Dubravka Zarkov (Eds.), The Postwar Moment. Militaries, Masculinities and International Peacekeeping. Bosnia and the Netherlands », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3147

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire Printemps, CNRS, UVSQ
gabrielle.varro@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page