Navigation – Plan du site
Lire

Sylvie Monchatre et Bernard Woehl (dir.), Temps de travail, travail du temps

Sylvie Célérier

Texte intégral

1Un ouvrage sur le temps et un ouvrage collectif, deux raisons qui dissuaderaient peut-être de se plonger dans la lecture de Temps de travail, travail du temps qu’éditent Sylvie Monchatre et Bernard Woehl aux Éditions de la Sorbonne. On aurait tort, car on se priverait alors d’une réflexion lentement mûrie au fil d’un séminaire de deux ans qui a réuni des spécialistes confirmés des difficiles questions que posent les rapports du travail aux temps. Spécialistes rarement réunis et qu’une journée de clôture du séminaire a rassemblés de nouveau pour échanger, discuter leurs vues respectives et préciser les lignes de débats les plus saillantes. On aurait tort aussi parce qu’on manquerait l’effort assumé par tous les contributeurs pour enraciner leurs réflexions dans le concret des situations ou les contenir dans le cadre de problèmes précis. Le lecteur en tire un double bénéfice : il profite de l’expertise des auteurs sur leur domaine d’investigation respectif et il voit précisément les enjeux qu’y prend une réflexion, à coup sûr, importante sur le temps et les temporalités. L’ouvrage échappe ainsi à la menace spéculative, écueil régulier des analyses sur le(s) temps dans les sciences sociales.

2La matière de l’ouvrage se partage en quatorze chapitres distribués en trois parties dont la première (« Le travail du temps »), explicitement notionnelle, propose quelques voies d’appréhension du temps au travail et de ses effets. Elle resitue les enjeux de la durée (P. Rolle), réactive la notion de rythme qui ouvrirait aux dimensions qualitatives du temps et non seulement à sa mesure (P. Michon et A. Bidet) et interroge la reconstruction narrative des événements du travail (T. Pillon). Les deux autres parties éclairent plus concrètement les voies par lesquelles le travail, tout à la fois, procède du temps et façonne les autres temporalités du social en les mettant régulièrement en concurrence. La seconde partie (« Travail du temps, rythmes et durées ») explore les dimensions temporelles de différents champs de questionnements : relation formation-emploi (W. Gasparini et L. Pichot), qualification (M. Stroobants), questions de sécurité et d’environnement (E. Leclercq) ou encore formation professionnelle (M. Tallard). La troisième et dernière partie (« Temps de travail et conflits de temporalités ») suit les recompositions temporelles des vies des travailleurs et les conflits ou contradictions qu’elles suscitent. Ces recompositions sont diversement saisies par les contributeurs : comme marchandisation des temporalités (J. Thoemmes), subordination temporelle des travailleurs (P. Bouffartigue), intrication des temps de formation et de travail (H. Ekert), disponibilité au travail et prise en charge marchande d’activités domestiques (F Jany-Catrice), la famille comme espace de coordination et de programmation des flux d’activités externalisées (P. Cingolani).

3Ces quatorze chapitres sont précédés d’une introduction générale qui redonne l’argumentation centrale de chacun d’eux. Les éditeurs y rappellent également et utilement l’état de littérature sur le temps et le travail qui confirme le trop faible intérêt que ces problèmes ont suscité. L’ouvrage apporte, de ce point de vue, une précieuse contribution ne serait-ce que par l’actualisation des connaissances qu’il propose. On notera à ce sujet le rôle des recherches sur le cours de l’activité de travail dans la réactivation actuelle des questions sur le temps. L’exploration précise de la variété des temps et des rythmes des expériences vécues de travail est solidaire en effet de l’intérêt de ces recherches pour le déroulé pratique de l’activité. « Ce que les gens font quand ils travaillent » va avec le comment ils le font et à quel rythme. Sous cette notion de rythme, se traquent et se rassemblent les pulsations singulières de l’activité de travail, ses ruptures, ses retards, ses différemment ou ses accélérations. Autant de mouvements hétérogènes qui animent l’apparente uniformité des temps de travail et que le travail (en général ?) coordonne plus ou moins efficacement.

4Une conclusion générale, confiée à Matéo Alaluf, ferme l’ouvrage sur deux lignes de débats qui interpellent dans une critique prudente les recherches sur le cours de l’activité précisément. L’auteur interroge d’abord la capacité d’une exploration des expériences parcellaires à restituer l’expérience sociale de travail et son dynamisme qui, pour lui, reste l’objet premier des réflexions à mener pour ne pas manquer l’essentiel de notre présent et, surtout, de notre futur. Il interroge ensuite l’horizon politique que ces recherches proposent et le lieu d’où pourrait surgir une émancipation des travailleurs ; façon de poser la question centrale de notre capacité politique. Faut-il attendre cette émancipation des ambivalences du travail qui dispense des instants provisoires de bonheur ou de légèreté (comme l’induit l’usage de la notion de rythme) en cherchant notamment un mode d’effectuation du travail respectueux des attentes d’engagement des individus dans leur travail ? Ou ne peut-elle advenir que de la fin du travail, c’est-à-dire du salariat ? Deux questions d’importance, assurément, qui lestent d’enjeux épistémologiques et politiques ce temps au travail que l’ouvrage a fouillé au fil de ses chapitres. La trame de cette conclusion prouve d’ailleurs que nous ne sommes pas démunis pour traiter ces questions pour autant que nous n’ignorions pas les débats anciens qui brassaient des matières similaires. Henri de Man et sa joie au travail ou les oppositions Friedmann-Naville que Matéo Alaluf reconvoque pour nous ont donc encore à nous apprendre.

5Cette conclusion qui ouvre le débat et y invite vient à propos donner corps aux différences d’options, aux discordances mêmes, qui affleurent à la lecture des différents chapitres. Si les contributeurs sont suffisamment proches pour se rassembler et échanger, ils s’inscrivent cependant dans des traditions bien différentes et développent des programmes de recherche, par certains aspects, contradictoires. Cette diversité de vues est à porter au crédit des éditeurs qui n’ont cependant pas souhaité la souligner en organisant leur matière. L’option privilégiée est le rassemblement des contributions sous une même hypothèse structurante : le travail ne se comprend que dans ses relations avec les autres temps de la vie des travailleurs et les espaces sociaux qui leur sont associés. Il procède des temps d’éducation et de formation, des générations qui se succèdent, des durées et cycles de vie, des temps et rythmes des familles, de l’organisation des tâches domestiques, etc. Temps que le travail façonne en retour dans une agitation constamment frictionnelle témoignant de la force du dynamisme qui l’anime. Les recherches sur le travail ne peuvent ignorer ces dimensions temporelles et doivent s’attacher à les faire paraître, les documenter et les rapporter les unes aux autres. On comprend l’option retenue par les éditeurs. Cette solidarité des temps et les nécessités qu’elle impose pour l’enquête sont loin d’être partagées par les analystes du travail. Il faut encore les rappeler, les marteler même, qu’elles deviennent base de réflexion partagée.

6Au-delà de l’intérêt intrinsèque des questions du temps au travail, cet ouvrage est utile. Utile aux chercheurs de divers champs disciplinaires intéressés par ces questions, mais utile aussi aux étudiants avancés qui tireront profit de la synthèse thématique, du caractère concret des démonstrations et de l’éclairage sur les derniers développements sur le sujet. Plus largement, les éditeurs font vœu de contribuer aux débats publics sur le travail. De fait, cet ouvrage permet de pointer les enjeux d’une compréhension élargie du temps au travail au-delà du temps de travail auquel les débats la réduisent souvent. Espérons donc que l’ouvrage trouvera une voie vers les acteurs de la vie publique pour lesquels les problèmes que pose le travail sont devenus si inextricables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Monchatre et Bernard Woehl (dir.), Temps de travail, travail du temps, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2014.

Référence électronique

Sylvie Célérier, « Sylvie Monchatre et Bernard Woehl (dir.), Temps de travail, travail du temps », Temporalités [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://temporalites.revues.org/3148

Haut de page

Auteur

Sylvie Célérier

Université de Lille 1 – Clersé. Chercheur associée CEE
sylvie.celerier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page