Navigation – Plan du site
Claude Dubar 1945-2015

In memoriam Claude

Jens Thoemmes et Jean-Marc Ramos

Texte intégral

Cher Claude,

Tu nous as quittés et ce départ laisse un vide pour ta famille, tes amis et tes collègues. Ce vide et cette tristesse nous les partageons avec l’ensemble des personnes qui ont eu la chance de te rencontrer.

En tant fondateur de la revue Temporalités, tu nous as permis d’émerger dans le paysage des revues scientifiques en France autour d’une question, celle des temps, qui avait, depuis très longtemps déjà, une signification particulière pour toi. Ce qui prime pour le chercheur en sciences humaines et sociales, ce n’est pas le temps de l’horloge, celui qui s’écoule et celui qui se compte, mais bien le rapport aux temps pluriels.

Certes l’idée de multiplicité temporelle n’était pas neuve car Georges Gurvitch dont tu discutais volontiers la conception architecturale (les fameux paliers), en avait déjà fait un prérequis de tout examen sociologique. Et comme William Grossin appliquant l’opposition halbwachsienne (substance vs géométrie) aux temps de la vie quotidienne, tu considérais que le contenu est plus important que le contenant. Mais à la différence de ces pionniers de la sociologie des temps sociaux, qui constituait déjà un dépassement de la sociologie du temps chère aux durkheimiens, tu t’es engagé dans une nouvelle voie, celle des temporalités. Sous ce terme, emblématique d’un projet beaucoup plus large car transdisciplinaire, qui donnera le titre de notre revue, tu entendais l’ensemble des rapports intimes ou collectifs que nous entretenons avec les temps cadres qui structurent nos vies et modèlent nos représentations. Pour parler comme Jean Chesneaux, cet autre ami disparu qui nous a tant apporté, ta façon de concevoir les temporalités pourrait s’illustrer par sa jolie formule sur les temps vécus qui invite chacun à habiter le temps. En somme, l’idée complexe que le sens commun nous permet d’exprimer par un simple mot au singulier (le temps), ne serait que le résultat d’une réduction linguistique opérée sur la diversité des temps totalisants, ceux que nous décrivent la physique, la biologie, l’histoire, mais aussi la sociologie des temps sociaux quand elle examine les effets organisateurs et contraignants du temps de travail, du temps libre, des rythmes scolaires et de la politique temporelle des villes.

Cette manière de voir les temps et de concevoir les temporalités, tu l’as développée à plusieurs reprises dans tes interventions en comité ainsi que dans tes communications scientifiques. Mais c’est sous la forme d’un article très argumenté, de portée théorique, l’une de tes toutes dernières publications, que tu nous l’as finalement transmise avec l’espoir que ce travail de discussion et de clarification conceptuel puisse servir à de futures recherches. À l’heure où nous relisons ces lignes, nous sommes tentés d’y voir, dans le fond comme dans la forme, une sorte de legs scientifique destiné à tes successeurs :

Mon espoir est que les esquisses de réponses apportées à ces questions [épistémologiques] fassent avancer le projet de forger ou de consolider des nominations et conceptualisations plus précises des grands types de temporalités (Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire, Temporalités, 20/2014)

  • 1 On se reportera également à l’hommage que lui a rendu Didier Demazière, lisible sur le site de l’As (...)

Il convient également de te rendre hommage pour le rôle que tu as joué en tant que responsable et animateur d’équipe1. Au début des années 2000, alors que tu dirigeais le Laboratoire Printemps, tu as répondu à l’appel des Temporalistes qui souhaitaient faire de leur bulletin de liaison, une publication répondant à tous les critères de scientificité. Tu as fourni les moyens de cette ambition en obtenant un poste de secrétaire de rédaction et en rassemblant, autour des membres fondateurs, un petit nombre de spécialistes venus de différentes disciplines pour constituer les comités. La revue Temporalités était née. Tu en as assuré la direction pendant dix ans, le temps d’affiner sa ligne éditoriale, de pérenniser la publication et d’en faire une revue savante dont l'autorité scientifique est désormais largement reconnue. Au moment de ta disparition, la collection comptait 21 numéros dans lesquels les temps sont interrogés de tous les points de vue, conformément à l’objectif fixé de multidisciplinarité. Cette production, tu l’as toujours conçue dans un esprit d’ouverture et de consolidation, facilitant l’entrée des jeunes au comité de rédaction tout en veillant à maintenir les liens entre les générations. Enfin, avant de partir, tu as pris soin de préparer ta succession de manière très démocratique, comme tu l’as toujours fait en consultant le comité pour les décisions importantes. L’équipe est ainsi prête pour assurer la continuité de ce projet.

En fin de compte, la recherche sur le pluralisme temporel te doit beaucoup car la présente revue dont tu as été le principal artisan a su occuper et redéfinir un espace-temps – de l’« habiter » en quelque sorte – que le bulletin des Temporalistes avait tenté momentanément d’entretenir depuis la disparition de la somptueuse revue Temps Libre en 1984. À ce titre, ton nom mérite de figurer dans la liste de ceux qui, éminents contributeurs, ont œuvré pour le développement de la recherche sur les temps et les temporalités en sciences humaines et sociales.

Forts de ton exemple, nous allons poursuivre le programme de publication et dessiner de nouveaux projets, en espérant être dignes de ta confiance. Ton action et ton amitié resteront dans nos cœurs. Nous voudrions te dire, là où tu reposes désormais, toute notre gratitude et reconnaissance pour tout ce que tu as fait.

Haut de page

Notes

1 On se reportera également à l’hommage que lui a rendu Didier Demazière, lisible sur le site de l’Association Française de Sociologie : http://www.test-afs-socio.fr/drupal/node/4449

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jens Thoemmes et Jean-Marc Ramos, « In memoriam Claude », Temporalités [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3165

Haut de page

Auteurs

Jens Thoemmes

Articles du même auteur

Jean-Marc Ramos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page