Navigation – Plan du site
Mutations du monde russe et post-soviétique

Introduction

Natalia Leclerc et Anne Le Huérou

Texte intégral

1Un quart de siècle après la chute de l’Union soviétique, les termes et les concepts dans lesquels peut s’appréhender la Russie contemporaine ont évolué. Dans l’optique d’une lecture temporaliste de cet objet (c’est-à-dire d’une vision plurielle des temps humains, par opposition à une vision objectivée d’un temps qui serait continu et uniforme), les interprétations des mutations vécues se font concurrence.

2Les articles réunis dans ce numéro, dont les terrains d’études concernent essentiellement ce dernier quart de siècle, qu’ils balayent dans toute son extension tout en proposant des recherches plus ciblées sur des décennies spécifiques, telle que celle des années 1990, et tout en faisant des détours par la période de la perestroïka, s’intéressent à plusieurs de ces temporalités, majoritairement en Russie mais aussi en Estonie et en Géorgie. Les temporalités individuelles sont plus particulièrement l’objet des textes de Lisa Vapné et Veronika Duprat-Kushtanina, d’Olga Bronnikova et de Maroussia Ferry. Ces trois textes s’intéressent notamment à des personnes en situation de migration, rencontrées dans le cadre d’entretiens ou d’observations participantes. Ces subjectivités possèdent leur histoire propre, leurs temporalités propres, dont on peut voir les articulations avec la grande Histoire ; elles sont insérées dans une société elle-même marquée par ses rythmes et scansions (par exemple un exode rural ou urbain, qui réorganisent la configuration des espaces et que doivent affronter les Géorgiens de retour après une migration). Ces subjectivités peuvent être également confrontées à des entreprises de récupération politique : les individus qui ont cherché à s’éloigner de la Russie et se retrouvent soit en posture de contestation soit dans la situation d’objets de convoitise que les institutions tentent de ramener dans le giron de la patrie en mobilisant l’histoire russe, comme le montre Olga Bronnikova.

3Le texte de Teele Tõnismann, sur la politique de la jeunesse en Estonie, met pour sa part en lumière les temporalités des institutions, dépendantes à la fois de la législation, notamment internationale (puisque dans le cas de l’Estonie, les institutions étaient, du temps de l’URSS, alignées sur cette dernière, tandis qu’aujourd’hui, elles sont au diapason des institutions de l’UE) mais aussi des fonctionnaires qui les font vivre, ainsi que de facteurs externes (dans le cas étudié, de la localisation géographique de leur siège). L’article montre comment ces différentes temporalités interagissent et conditionnent les spécificités de la politique de jeunesse estonienne.

4Perrine Poupin, pour sa part, observe et analyse la manière dont le pouvoir contraint les mouvements dissidents en astreignant aussi bien l’espace qu’ils tentent d’occuper que le temps des manifestants (par l’attente, la pression sur les délais), mais aussi comment les individus et les groupes militants tentent de se jouer d’un temps politique assimilé à celui de la stagnation en construisant des temps spécifiques, qu’il s’agisse de l’attente ou de mobilisations qui mettent en jeu une culture de l’éphémère, temporel et spatial, qui tente aussi de s’adapter aux nouveaux temps urbains moscovites.

5Aux espaces et aux temps contraints, Anna Zaytseva oppose des espaces et des temps que l’on pourrait qualifier d’utopiques, où des tentatives sont faites pour créer une autre sociabilité, entre underground et nouveaux marchés culturels.

6Enfin, Sarah Carton de Grammont montre elle aussi l’intimité de la liaison entre temps et espace, en présentant dans plusieurs tableaux des manières plurielles de structurer des espaces en faisant appel à des temporalités.

7Complétant la série d’articles, trois notes de lecture présentent des auteurs ou des ouvrages qui posent directement la question des temporalités dans cet espace. La recension par Natalia Leclerc de l’ouvrage de R. Krakovský, Réinventer le monde. L’espace et le temps en Tchécoslovaquie communiste paru aux Publications de la Sorbonne en 2014 met en évidence les outils mis en place par le régime tchécoslovaque pour modeler la société sur le modèle communiste et notamment soviétique, outils qui cherchent en l’occurrence à contrôler le temps voire en réformer le cours (planification, réforme de la semaine), mais également à travailler l’espace privé, public et urbain des citoyens tchécoslovaques. Cette recension fait résonner le travail d’historien de Krakovský avec le roman de Jean Echenoz, Courir, et à son adaptation pour le théâtre par Jean-Luc Annaix (compagnie Le ThéâtreNuit), qui raconte le destin de l’athlète tchécoslovaque Emil Zatopek, détenteur de nombreux records de vitesse.

8L’analyse par Marian Viorel Anastasoaie du désormais classique ouvrage de l’anthropologue russe Alexeï Yurchak Everything was forever, until it was no more: the last Soviet Generation, paru en 2006 aux presses de l’Université de Princeton, s’intéresse au rapport du politique au temps dans l’histoire des régimes de type soviétique et tisse un dialogue entre historiens et anthropologues autour des notions de régimes d’historicité et de chronopolitique. Enfin, l’attribution du prix Nobel de littérature à l’écrivaine biélorusse Svetlana Alexievitch au moment même où se préparait ce numéro était une invitation à consacrer un espace dans ce numéro à une auteure dont la biographie comme l’œuvre s’inscrivent pleinement sous le signe de la mise en regard des temporalités des mondes soviétique et post-soviétique, ainsi qu’en témoigne notamment son dernier ouvrage La fin de l’homme rouge, paru en 2013 aux Éditions Actes Sud, dont Katia Vandenborre livre une analyse temporaliste

9Ainsi, de 1985 à nos jours, ces textes traversent les étapes – perestroïka, dissolution de l’URSS, « années Eltsine » puis « années Poutine » – de la transformation de l’espace ex-soviétique, devenu post-soviétique. Si la piste d’une conjoncture révolutionnaire n’a guère été suivie, Michel Dobry, sensible aux moments de crise et de « conjonctures critiques », qualifie pourtant la fin du régime soviétique, dans sa préface à l’ouvrage de Carole Sigman sur les clubs informels de « révolution sociale », de « série de changements brusques affectant l’ensemble des différentes dimensions de l’organisation sociale d’une société et pas exclusivement sa seule sphère politique » (Sigman, 2009, p. 7) ; les questionnements sur la « transition », ont été relayés par d’autres approches, notamment celle de la path dependence ou dépendance au chemin emprunté, dont l’émergence chez les politistes et les économistes, notamment, est concomitante à la fin des régimes de type soviétique à l’est de l’Europe :

La notion de path dependence ou dépendance au chemin emprunté s’est développée en science politique au cours des années 1990, pour souligner le poids des choix effectués dans le passé et celui des institutions politiques sur les décisions présentes. (Palier, 2014, p. 411)

  • 1 Voir l’ouvrage fondateur de David Stark et Laszlo Bruszt, Post-Socialist Pathways Transforming Poli (...)

10Rompant avec les prémices téléologiques de la « transitologie », cette approche qui préfère mettre l’accent sur l’importance des héritages et du chemin suivi pour expliquer le point d’arrivée a irrigué nombre de travaux sur l’Europe centrale et orientale1 comme sur la Russie, sans toujours échapper au même écueil que la transitologie, à savoir une trop grande importance accordée au résultat et une difficulté à penser dans toute leur complexité les événements, les bifurcations ou les « conjonctures critiques » (Dobry, 2000). Ce sont aussi des travaux analysant de manière approfondie des institutions, des acteurs ou des politiques spécifiques (Favarel Garrigues, 2007 ; Sigman 2009) qui ont permis d’affiner ces approches en rendant compte de transformations et de mutations qui au-delà d’un simple changement de régime, produisent des configurations inédites dans lesquels se combinent les héritages du passé, des ruptures biographiques et institutionnelles, des emprunts – de normes, de pratiques. Ces travaux prennent acte de la superposition particulière de temporalités différentes (temporalités économiques, politiques, institutionnelles, individuelles, sociétales) qui rendent d’autant plus complexe l’analyse de ces transformations. Toutes les contributions revisitent, vont au-delà, sans les oblitérer tout à fait cependant, les notions de rupture et de transition, en mettent en évidence les aspects protéiformes et multifactoriels des transformations tant individuelles que sociales ou institutionnelles. Elles confirment l'importance d'explorer d'autres pistes que celle du temps linéaire et de la finalité attendue – l'avènement dans un mouvement continu du marché et de la démocratie –, chers au paradigme de la transition des années 1990.

La diversité des temporalités conduit-elle à dépasser les notions de transition et de rupture ?

11Plusieurs textes du numéro s’interrogent sur le moment où s’est effectivement produit – s’il s’est fait – le changement issu de la fin du régime soviétique. Doit-on le situer au moment des faits ou dans la période de stabilisation qui suit ? La notion de transition, dont il est inconcevable de penser qu’elle représente une rupture brutale, conjugue une préparation, des prémisses en amont et une prolongation en aval. Les articles soulignent à la fois le poids des continuités, la permanence des personnes qui ont continué à agir avec leurs habitudes, leurs façons de concevoir les choses, dans des structures qui, même rénovées, continuaient de fonctionner à l’image de leur ancienne forme. Dans cette rupture nécessairement graduelle (si l’on peut définir ainsi la transition), l’entrelacement des temporalités est à la fois une cause et un effet. La notion même de temporalités plurielles anéantit la possibilité d’une rupture nette, avec recommencement ex nihilo. La transition est conditionnée par et ancrée dans des temporalités multiples, et non dans un temps métaphysique unique. La rupture politique est une balise, un œil du cyclone, ou un centre de gravité, mais rayonne autour d’elle tout un faisceau de facteurs qui ont leur propre rythme, leur propre tempo, réels ou construits.

12Vingt-cinq ans après la fin de l’URSS et l’introduction en Russie d’un nouveau régime, qui entendait entreprendre une réforme radicale des institutions, des formes de propriété, de son rapport au reste du monde – en dessinant par exemple un rapprochement spatial et mental avec l’Occident, que souligne Sarah Carton de Grammont en reprenant l’expression de D. Khapaeva « l’Occident sera demain » (Khapaeva, 1995) – la radicalité de la rupture – souvent décrite à l’origine comme le départ d’une triple, voire quadruple transition — politique, économique, étatique, nationale (Offe, 1991 ; Kuzio, 2001) – a été largement discutée dans la littérature. Les réflexions sur la « grande transformation » des pays d’Europe Centrale et Orientale, en mettant en évidence une transformation « totale et simultanée dans toutes les sphères de la société : l'économie, le système politique, l'idéologie, le système juridique et la stratification de la société » (Kornai 2006, p. 26) permettent de souligner le contraste avec le cas russe qui mélange accélérations très marquées – on pense à la libération totale des prix en janvier 1992 ou au lancement du programme de privatisations – et permanences ou changements très graduels que ce soit au sein des institutions ou dans les pratiques sociales. La césure de 1991, qu’il ne s’agit pas ici d’ignorer, a surtout été envisagée du point de vue d’une analyse « par le haut » des institutions, des acteurs étatiques et du jeu des élites. Elle mérite d’autant plus d’être interrogée si on la met en regard de la diversité des pratiques sociales et des trajectoires individuelles, qui mettent en évidence une « pluralité des temps sociaux » du changement (Heurtin, Trom, 1997).

Faire du neuf avec de l’ancien, ou temporalités et path dependence

13Un nouveau régime crée l’attente de l’apparition de nouveauté, dans les institutions, la vie quotidienne, les possibles offerts à la population. La possibilité d’entrer dans une nouvelle ère, un nouveau temps sans réadapter ou même simplement renommer l’ancien ne semble guère possible, et ces processus constituent même des solutions confortables voire nécessaires pour construire un avenir pourtant souhaité comme neuf. On peut s’interroger sur le rôle des modèles, des schémas déjà éprouvés qui sont appliqués à une réalité elle-même tributaire d’une dynamique de path dependence. En outre, comme le signale Maroussia Ferry, les migrations de Géorgiens vers la Russie poursuivent des mouvements qui existaient du temps de l’URSS, à l’époque où ils allaient y chercher du travail comme vendeurs de légumes ou travailleurs saisonniers. La fin de l’URSS n’interrompt ni ne modifie tous les flux, et même dans le domaine qui semble le plus évident à réformer, le plus symbolique et celui qui a le plus de retombées, en l’occurrence le champ des institutions, les fonctionnements anciens persistent.

14Dans une illustration de la path dependence appliquée à l’Estonie, Teele Tõnismann montre que « les anciennes activités et structures de la PJ [politique de la jeunesse] demeurent dans le nouveau contexte politique. » Cette continuité est non seulement structurelle, liée au fait que les institutions ne se réformeraient pas tant au moment de la rupture politique que durant la période de stabilité qui suit (ainsi que le montrent les théoriciens néo-institutionnalistes), elle est également humaine (ceci expliquant d’ailleurs partiellement cela), dans la mesure où les individus restent en place et gardent parfois des fonctions dans les institutions réformées. C’est le cas du responsable du département de la jeunesse du ministère de l’Éducation qui était jadis secrétaire général de l’organisation de Komsomol. Ainsi, le département jeunesse estonien propose de revaloriser le travail manuel ou encore les pratiques collectives, l’éducation du citoyen européen se substituant à la propagande destinée à former le jeune communiste, et Teele Tõnismann considère que « c’est avec des référentiels (Muller, 2005) soviétiques que la PJ s’est développée dans un nouveau contexte politique. » Elle rappelle la distinction à effectuer entre la politique (politics) et les politiques (policies), la première étant le lieu d’une rupture, contrairement aux secondes.

15Aux antipodes de cette approche par l’institution, Perrine Poupin analyse des pratiques temporelles qui répondent pourtant aux mêmes logiques : la contrainte exercée sur les opposants au régime ou la domestication des citoyens continue de se faire par la maîtrise du temps – mais aussi de l’espace, puisque la place laissée aux manifestants est fermée par des grilles métalliques et des portiques de sécurité. Là où les citoyens soviétiques étaient assujettis par le temps nécessairement perdu dans les files d’attentes, les citoyens d’aujourd’hui qui souhaiteraient manifester une forme de contestation voient le temps de cette dernière dominé par les autorités policières.

16Aux antipodes également des institutions porteuses de politiques publiques au sens où l’entend Teele Tõnismann, l’article d’Anna Zaytseva étudie un autre type d’institutions ayant trait, elles aussi, mais pas seulement, à la jeunesse : les lieux de culture underground. En l’occurrence, le premier club musical de ce genre a été fondé à l’été 1991 « au sein d’un centre culturel de jeunesse sous les auspices du Komsomol » et représente un modèle qui illustre les « continuités de rapports sociaux et d’infrastructures de l’État soviétique, conjuguées à une toute nouvelle expérimentation de rapports marchands, et un laisser-faire inédit au sein de no man’s lands post-soviétiques. » Ces clubs apparaissent alors comme un paradigme permettant de remettre en cause la notion de rupture et même de « “transition” vers le marché. » Comme Teele Tõnismann, Anna Zaytseva met en évidence, se référant à Alain Blum, « la relative stabilité des pratiques sociales vis-à-vis des réformes politiques d’État » (Blum A., 2004), mais aussi la « “pluralité des temps sociaux” du changement (Heurtin J.-Ph., Trom D., 1997) qui pouvait être vécu comme antérieur ou postérieur à l’événement institutionnel (la fin de l’URSS) ». Elle qualifie donc les années 1990 comme une période d’entre-deux. Il semble ensuite se produire un changement de perspective dans les années 2000, dans la mesure où la nouvelle « classe créative », tout en se plaçant dans la perspective de l’utopie, se coule dans les nouveaux temps urbains des métropoles moscovite et pétersbourgeoise, et correspond à ce que Perrine Poupin décrit comme un groupe « à l’avant-garde de l’introduction d’un régime d’engagement par le projet » ce qui l’amène à subir des contraintes de rentabilité temporelle difficilement conciliables avec les activités « sans rendement » des militants qui « perdent leur temps ».

17Dans une optique anthropologique, Sarah Carton de Grammont illustre de diverses manières un syncrétisme de fait, que symbolise par exemple un « calendrier perpétuel en plastique moulé prônant de manière têtue la “Nuclear Energy for Peace and Progress” (sic) sur fond de paysage idyllique et sauvage » ou qu’incarne la cité-jardin Sokol : « Présence des purges et des répressions, coprésence des victimes et des acteurs de ces dernières, voire coprésence de ces dimensions au sein des biographies individuelles. » Ce syncrétisme est la conséquence mais aussi la condition de possibilité pour que « des échos continuent de se faire entendre avec persistance, avec insistance, voire retentissent avec violence et fracas. » Il offre un premier élément de réponse à une des questions centrales de l’article, celle de savoir va l’avenir : « d’un présent soviétique érigé en avenir de nombreux ailleurs (des pays frères par exemple, voire d’une révolution mondiale) à un présent post-soviétique où le présent de l’ailleurs occidental devient (au moins provisoirement ou partiellement) l’horizon d’attente ou l’avenir désirable – après “le communisme dans un seul pays” : comment l’avenir circule-t-il ? Comment connaît-il simultanément différentes spatialisations, apparemment concurrentes, et pourtant pas forcément contradictoires ni incompatibles (Yurchak, 2005) ? »

Continuité dans la subjectivité et construction d’une continuité par le récit

18Si Sarah Carton de Grammont souligne cette continuité lorsqu’elle évoque ces « passés pas passés » visibles au plan des temporalités collectives, le syncrétisme est aussi particulièrement sensible à l’échelle individuelle, notamment dans le cadre des récits de vie qui témoignent de la recherche, consciente ou inconsciente, d’une cohérence, ou qui, en tout cas, imposent a posteriori une structure.

19Lisa Vapné et Veronika Duprat-Kushtanina proposent une typologie en trois catégories des manières d’appréhender la « transition » et notent que les personnes qui n’établissent aucune connexion entre leur histoire personnelle et les événements macropolitiques ne perçoivent guère l’idée même d’une transition, ou en tout cas, voient cette période mouvementée de manière synthétique et rapprochent plusieurs événements différents, y compris éloignés dans le temps et dans leur signification :

Les deux événements phares le plus souvent mobilisés dans les narrations, la perestroïka et l’année 1991, sont généralement confondus ou plutôt fusionnés, traduisant la difficulté de nos interlocuteurs à disséquer cette période. Les années de transition présentent en quelque sorte un seul événement, une période où le temps s’est figé (Farge, 2002).

20Le syncrétisme est différent dans la perception de la temporalité des sujets qui considèrent pour leur part la période de la transition comme une parenthèse. Loin de confondre plusieurs événements des années 1985 à 1993, ces personnes perçoivent une « constance à travers la persistance de “l’homme soviétique” », une impossibilité à changer, et un modèle dont la continuité interdit de réellement penser une transition au sens d’une modification profonde du régime et de la société.

21Maroussia Ferry montre que le récit partagé est une nécessité et ce d’autant plus dans une population dont les membres ont connu des mouvements migratoires importants. Ce récit commun, pourvoyeur d’une mise en cohérence, est essentiel pour l’établissement d’un lien social et d’un sens commun migratoire. Maroussia Ferry rapproche également les schèmes récurrents émergeant de ces récits d’un processus appelé « mémoire communicative » par Jan Assman : « Le contenu de cette “mémoire communicative” devient peu à peu un monde partagé de fragments mémoriels qui forge la possibilité du partage de l'expérience migratoire entre migrants précaires. »

22Dans sa présentation de l’œuvre de S. Alexievitch, K. Vandenborre souligne quant à elle la possibilité de parvenir – par la littérature ? – à une autre dimension qui va au-delà de la subjectivité :

Loin de constituer une fin en soi, le passage de la temporalité objective à la temporalité subjective n’est en vérité qu’un prétexte pour percer une dimension supérieure qui peut être qualifiée d’atemporelle. Les multiples témoignages réunis par Alexievitch renferment tous quelque chose d’absolu qui n’est dépendant d’aucune condition historique ou d’un quelconque contexte culturel.

23Ces élaborations relèvent aussi de l’ordre du mythe, du récit commun utilisé pour donner un sens à des expériences qui risqueraient sans cela d’être perçues comme absurdes.

Le mythe continuiste et la manipulation de l’histoire

24Le mythe est un format de récit qui apparaît aussi du côté des autorités, et non seulement des individus. Il instaure un ordre temporel immémorial, justifiant et expliquant des choix ou actions. Ainsi, le contexte dans lequel évoluent les manifestants étudiés par Perrine Poupin est celui d’un président durablement au pouvoir, « placé dans une posture d’acteur héroïque, [qui] semble le seul capable de prendre en main l’Histoire nationale. Il a recouru pendant quinze ans au “mythe de la stabilité” politique et économique, qui s’est basé en partie sur l’étouffement des mouvements hétérodoxes et sociaux. » Une partie des migrants étudiés par Olga Bronnikova est également en posture de militance et c’est à nouveau à l’imposition d’un mythe national et relevant de la durabilité qu’ils sont confrontés. Là où le régime de Poutine force l’apparition d’une ligne reliant les trois grands régimes que sont l’empire tsariste, la Russie soviétique et post-soviétique (Daucé et al., 2010), leur perception de l’histoire « se traduit par des fragmentations, une conception discontinuiste du mouvement historique fait de bonds en avant et de reflux, et des identifications partielles en termes à la fois temporels et spatiaux. ». Dans cette réécriture de l’histoire, les ruptures sont écartées au profit des épisodes fondateurs ou tout simplement pouvant soutenir, nourrir un récit de la continuité, et l’idée même d’une transition n’a plus guère de raison d’être, dans la mesure où l’homogénéisation des périodes de l’histoire lisse la vision du temps.

Temporalités multiples entre événement et mutations de longue durée

La chute de l’URSS et les « drôles d’années » 1990

25L’interprétation continuiste de l’histoire russe constitue pourtant une écriture qui relève de l’altération en ce qu’elle estompe à la fois l’événement, précis et datable, qu’a constitué la chute de l’URSS et les bouleversements réellement vécus tout au long de la décennie 1990, dont témoignent les récits de vie analysés par les auteurs du numéro. Ces récits mettent en évidence des fractures dans l’existence des individus, fractures qui se produisent selon des temporalités différentes. À leur tour, ces ruptures s’inscrivent dans un paysage historique dessiné par des mouvements lents, de fond, paysage qui a ses permanences et ses persistances. Cette constance, qui ne relève pas du continuisme artificiellement construit, nous conduit à prendre au sérieux ces deux niveaux de lecture qui pourraient être gommées par un récit officiel qui tente de s’imposer. Une illustration de ces mouvements de fond, pour la période d’avant 1991, peut être trouvée dans le travail de Carole Sigman (2009) consacré aux clubs politiques et mouvements informels pendant la perestroïka et qui explore les trajectoires et les bifurcations des militants, les articulations avec le contexte historique constitue une analyse fondamentale pour comprendre les processus à l’œuvre pendant cette période. Dans les contributions du numéro, c’est le moment 1991 et les années qui suivent, les « années 1990 » qui se révèlent centrales : « noires » pour beaucoup des migrants de M. Ferry, « drôles » et parfois restituées à la manière d’années « folles » chez L. Vapné et V. Duprat, réévaluées positivement avec le recul du temps et surtout mises en contraste avec les « années Poutine » chez les migrants oppositionnels étudiés par Olga Bronnikova, elles apparaissent comme une période particulièrement saillante dans plusieurs des contributions. Or aujourd’hui, davantage qu’il y a dix ou quinze ans, lorsque la mise en place du régime de V. Poutine s’inscrivait directement dans la remise en cause des politiques et des pratiques des années Eltsine, il semble possible de rendre justice, dans toute son ambivalence, à cette période.

26Ainsi, Maroussia Ferry montre comment, en Géorgie, ces perturbations ont à la fois causé des départs en migration et comment les départs en migration ont signifié les désordres subis par la société. Elle qualifie la période des années 1990 de véritable « traumatisme ».

27Le rôle des temporalités individuelles intervient de manière nette chez les migrants dans la perception des évolutions engendrées par la transition. Dans le texte de Lisa Vapné et Véronika Duprat-Kushtanina, les individus du groupe placé en deuxième position dans leur typologie vivent la transition comme une rupture. Cette césure politique a eu un impact direct sur leur existence, soit qu’elle leur ait imposé des professions au rabais par rapport à leurs diplômes soit qu’elle leur ait ouvert, au contraire, des possibilités d’entreprenariat.

28En Russie, l’espoir engendré par la chute de l’Union Soviétique fut de courte durée, et l’article de Perrine Poupin explique sous plusieurs angles la nature de la déception qui lui succéda avec un nouveau règne du marché, la valorisation d’une « stabilité » qui encourage la dépolitisation des médias et de la culture : « La communauté et la possibilité d’une politique non étatique ont brûlé dans les années 2000 comme un seul bûcher. » Cette stagnation dans l’idolâtrie de l’argent modifie également les temporalités individuelles : « Remplaçant un temps soviétique homogène et linéaire, puis un temps précaire et chaotique des années 1990, un nouveau temps dominant est apparu dans les années 2000 : les rythmes se sont rapidement accélérés, désynchronisés et individualisés. » La perte de temps, notamment en trajet, devient l’objet d’une lutte liée à l’identification à des valeurs capitalistes. C’est dans ce contexte que les militants choisissent pourtant d’accorder du temps à leur action revendicative, celle-ci étant « conçue comme une tentative de retenir le temps. »

29La réalité de la rupture n’est toutefois pas seulement subie, elle peut également être volontaire ou souhaitée. À l’échelle des individus, le changement de régime crée l’attente d’un nouveau début de l’histoire, comme chez cette voisine de Donetsk de Sarah Carton de Grammont, dont la thèse sur « l’hypothèse d’une “ontologie de l’anglais des affaires” » répond au sentiment que « la fin de l’URSS était le début peut-être sinon d’une nouvelle Histoire (sûrement pas de sa “fin”), en tout cas le début de nouvelles histoires. »

Des temporalités ancrées dans l’espace

30Tous les articles de ce numéro entretiennent un rapport aux espaces, qu’il s’agisse de géographie migratoire (Lisa Vapné et Véronika Duprat-Kushtanina, Olga Bronnikova, Maroussia Ferry), du déménagement du siège d’une institution (Teele Tõnismann), de l’occupation de l’espace public, revendicatif (Perrine Poupin), ou culturel (Anna Zaytseva). Quant à la contribution de Sarah Carton de Grammont, elle est entièrement consacrée à la spatialisation des temporalités :

C’est évidemment un truisme d’envisager tout espace comme un espace-temps (Lussault, 2007). Et réciproquement, tout temps est spatialisé : peut-on se figurer un passé qui aurait eu lieu ailleurs que là où il a eu lieu ? Un futur situé nulle part ? L’ambition ici n’est pas la promotion d’un spatial turn dans l’étude des temporalités, tant s’en faut : l’espace n’est pas une mince affaire ; essayer d’en penser les contradictions, la complexité, la pluralité, la conflictualité – non plus. Si l’objet est bien de réfléchir aux moyens de se saisir des dimensions spatiales des temporalités – de polytopographier les temps sociaux – il s’agit ici d’à peine une esquisse à partir de quelques exemples (post)-soviétiques.

31Dans la cité-jardin de Sokol par exemple, l’espace est structuré et traversé par toutes les modalités des temporalités du XXe siècle, depuis celle de la fondation de cet espace urbain unique dans la capitale, en passant par la répression des années 1930 qui résonne avec le présent angoissant du régime russe et fait ressortir avec d’autant plus d’amertume les promesses déceptives de la perestroïka.

32Un des objets de Maroussia Ferry, qui construit le paradigme de l’exil temporel, est de montrer que la migration se joue aux deux niveaux temporel et spatial. Quitter son lieu de vie représente une humiliation, mais lorsque s’effectue un retour géographique, on voit apparaît un exil temporel encore plus traumatisant pour celui qui « se trouve dans une temporalité décalée qui ne lui permet pas un retour réel. Cette dés-appropriation d'un temps et d'un espace prend ainsi une forte dimension sociale. » La nécessité de constituer la mémoire communicative précédemment évoquée est mise en lumière par cette situation d’exil temporel – expression notamment utilisée par Neil B. Bishop – même si l’auteur de l’article montre à quel point celle-ci est difficilement réversible.

33Dans une situation inverse, les migrants étudiés par Olga Bronnikova qui ont choisi l’exil pour fuir un régime qu’ils ne reconnaissent pas incarnent une contestation de facto de ce régime. On pourrait ici aussi voir une migration temporelle jointe à une migration spatiale dans la mesure où le départ de Russie, pour les migrants contestataires, va de pair avec un refus de l’histoire officielle et une « lecture alternative de l’histoire russe qui unit sans réconcilier et sans oublier un passé dont les traces hantent le présent. Le poids du passé empêche les migrants de se projeter dans l’avenir proposé par les autorités russes, où, on l’a vu, le souvenir du passé doit être le fondement de la construction du futur meilleur. »

34À l’inverse des migrations, les articles qui présentent des études de cas sur le territoire et en particulier dans les métropoles russes font état d’une lutte ou d’une conquête de l’espace et du temps, combat d’un nouvel ordre, qui ne surgit pas ex nihilo mais répond à des évolutions de la société post-soviétique. L’enjeu des manifestants dans l’article de Perrine Poupin est d’occuper un espace public de plus en plus envahi par les représentants de la société dite « légitime ». Cet espace est indissociable du temps passé à manifester ou à attendre la libération d’un collègue, et à l’inverse de l’espace, que les autorités essaient de restreindre, ce temps est allongé, dans une guerre d’usure. Mais paradoxalement, plus ces deux catégories sont, chacune à leur manière, opprimées, plus la démarche des manifestants se rapproche de son but. Si l’espace étudié par Anna Zaytseva n’est pas un espace public au sens de Habermas – ce qui rappelle l’échec du régime tchécoslovaque d’après-guerre de constituer un espace public socialiste par le biais des fêtes (Krakovský, 2015, chap. 5) –, il est néanmoins un lieu de rassemblement, et plus encore celui de la formation d’ « une communauté au sein d’un lieu, avec ses propres grades à franchir et ses droits à gagner, tout en forgeant une certaine culture de vivre-ensemble. » Là aussi, l’espace ne prend sens que par la manière dont le temps s’y écoule. Les lieux en question ne sont pas ceux d’une fréquentation aléatoire, mais appellent franchement une vie quotidienne en leur sein. L’enjeu est de taille puisque, selon l’auteur qui convoque également Hannah Arendt, « ces lieux soulèveraient la question de la constitution d'une vie publique autour d'un temps libéré non soumis aux nécessités utilitaires de l’existence. »

35Dans un contexte non conflictuel, Teele Tõnismann montre que c’est dans le déménagement du ministère de l’Éducation et de la Recherche de Tallinn à Tartu en 2001, que se joue la mue d’une politique de jeunesse jadis influencée par le passé soviétique des fonctionnaires en politique alignée sur le référentiel européen, accompagnée de nouveaux recrutements de jeunes fonctionnaires. La rupture intervient en quelque sorte « à retardement », dans une période de stabilité et à la faveur d’une mutation géographique.

Une inscription générationnelle des temporalités ?

36Le texte de Teele Tõnismann souligne cette multiplicité des temporalités, et présente le changement de politique de jeunesse comme un paradigme du changement institutionnel, conjuguant évolutions politiques et changements d’individus, plus rarement pris en compte, et impliquant une étude de la socialisation des acteurs. Dans le cas qui nous intéresse, le rôle joué par les nouvelles générations recrutées est particulièrement frappant puisque leurs idées sont directement influencées par la dissolution de l’URSS et le rattachement consécutif de l’Estonie à l’Union européenne. C’est toute la philosophie qui sous-tend la politique de jeunesse qui en est métamorphosée.

37La question générationnelle apparaît dans plusieurs autres des contributions. Olga Bronnikova montre que les enfants de la génération soviétique « se sont retrouvés dans le “rien”, le “néant” et ont dû se livrer à un étrange escapisme », qu’elle décèle notamment chez l’un de ces interlocuteurs, Pavel qui cherche à « suspendre le temps », à l’instar des militants observés par Perrine Poupin. La question est également structurante chez Anna Zaytseva qui montre à quel point l’univers des clubs de rocks, de l’underground pétersbourgeois est marqué par l’appartenance à la dernière génération soviétique. Cette génération, intimement liée à l’expérience de la musique rock est elle-même au centre de l’ouvrage d’A. Yurchak, qui, ainsi que le souligne dans son compte rendu M. V. Anastasoaie, entend restituer « le “champ d’expérience” et l’“horizon d’attente” (Koselleck, 1990) de la dernière génération soviétique ». Plus prosaïquement mais de manière tout aussi saisissante, c’est dans la discorde entre la mère et la fille autour de placards de cuisine, décrite par Sarah Carton de Grammont dans le quartier Sokol de Moscou, que se jouent au concret les conflits générationnels des années 1990.

38La notion de génération a ceci d’intéressant qu’elle renvoie à un ensemble d’individus dont le seul rapport est fortuit : il tient au fait d’être né à la même époque. Ces contributions soulignent que la manière qu’ont les individus d’habiter leur temps est également déterminée par ce facteur contingent et immaîtrisable, celui de l’époque à laquelle il leur a été donné de naître.

Se réapproprier le temps ?

39En concevant ce numéro, nous nous étions demandé de quelle manière les évolutions et les mutations apparaissaient dans les représentations des années dites « de la transition », et ce qui y relevait de la rupture et de la continuité. Les contributions soulignent que les temporalités individuelles et collectives, les temporalités économiques, politiques et sociales sont à prendre en compte dans leur singularité, dans leurs articulations et leurs tensions, mais aussi, dans le cas spécifique du monde post-soviétique, que les points de rupture et les bifurcations sont à envisager avec précaution car ils ne correspondent pas toujours, loin s’en faut, à ce que le sens commun désigne comme les événements clés. Quant à la continuité, elle peut s’appréhender non seulement en tension vers un avenir finalisé vers l’instauration fantasmée d’une démocratie à l’occidentale – tension loin d’être aboutie – mais aussi par un retour sur l’histoire (history) russe et soviétique, en particulier par la manière dont celle-ci est convoquée comme source de modèles, d’antithèses ou de références.

40L’histoire comme formalisation de la mémoire collective relève de l’activité herméneutique qui, dans ses manifestations extrêmes, conduit de l’interprétation à la réinterprétation. Ainsi, les représentations « grand public » des évolutions de la Russie actuelle sont souvent sous-tendues par un discours qui met en avant le retour du soviétisme, de la Guerre froide, ou de « l’empire » – pour aboutir souvent à la conclusion hâtive selon laquelle la Russie vit dans une forme assumée de continuité, notamment celle du pouvoir fort. Cette lecture relève du mythe, type de récit qui a une fonction fondatrice, identificatoire, mais aussi explicative, et qui est ancré dans le temps long.

41Mais l’histoire racontée (les récits historiques – stories), qu’elle raconte l’histoire collective ou individuelle, met également en œuvre cette activité herméneutique qui rend sensible ces ruptures et/ou ces continuités. Elle est au cœur de l’œuvre d’A. Yurchak qui convoque différents matériaux et plusieurs disciplines pour montrer à la fois à quel point le régime soviétique tardif semblait éternel et comment la société était préparée à sa chute et a pu s’y adapter ; elle est également centrale dans l’œuvre de Svetlana Alexievitch, qui fait œuvre littéraire à partir du matériau des récits recueillis, au caractère subjectif revendiqué et assume pleinement que « l’être humain est en effet la seule vraie mesure de l’histoire ». Les récits des migrants géorgiens ou russes (M. Ferry, O. Bronnikova), ceux des militants moscovites (P. Poupin) ou des habitants de Sokol (S. Carton de Grammont) en sont aussi partie prenante.

42Envisager les réalités sociales, politiques, économiques, institutionnelles ou individuelles sous l’angle des temporalités a donc permis d’avoir une approche d’emblée plurielle. Le temps vécu, par opposition au temps des horloges, est ce que l’individu a de plus singulier, et tous les textes mettent en évidence la place centrale des temporalités individuelles dans les processus décrits : la manière dont les gens perçoivent leur propre temps, leur propre histoire conditionne leur lecture de leur temps, de la macro-histoire, leur projection dans l’avenir (L. Vapné et V. Duprat-Kushtanina, S. Carton de Grammont) ; le temps personnel peut aussi susciter la convoitise des autorités politiques (O. Bronnikova) et policières (P. Poupin) ; il peut être garant d’une continuité par-delà les ruptures macro-historiques (T. Tõnismann) ; être privé de sa temporalité, de son histoire est un objet de souffrance (M. Ferry) ; ainsi le temps est un « objet » précieux pour l’individu, dont la maîtrise garantit une liberté (A. Zaytseva) ; la question étant de savoir dans quelle mesure cette maîtrise est envisageable, puisque si le temps vécu est ce qui appartient en propre à l’individu, il est aussi tributaire de toutes les autres temporalités de type collectif.

43Étudier l’époque dite de la transition par l’entrée des temporalités permet donc d’en révéler la complexité, de souligner le mille-feuilles temporel que représente cette époque. Les temporalités se révèlent être moins un objet d’études en soi et pour soi qu’un outil heuristique au service de la compréhension des années qui précédèrent immédiatement et suivirent 1991.

44Cet ensemble de contributions ne prétend toutefois pas apporter des solutions définitives, et il pose peut-être davantage de nouvelles questions qu’il n’apporte de réponse ferme. Il souligne en effet l’aporie philosophique du temps, que Claude Dubar et Christiane Rolle posent comme question première lorsqu’on s’attelle à l’étude des temporalités dans le champ des sciences sociales (Dubar, Rolle, 2008). Cette aporie mise en évidence par Ricœur est celle qui contraint à la coexistence deux acceptions du temps : sa facette englobante, qui relève de l’objectivation et permet ou s’appuie sur la datation, le repérage ; et sa facette englobée, celle des temps vécus, subjectivés et donc nécessairement pluriels. Les travaux ici présentés rencontrent également cette aporie, puisqu’à la notion censée être objective de transition, les contributions opposent une approche plurielle, et au sein de laquelle prédomine le temps vécu. Presque tous les textes sont le fruit d’un travail de terrain, ancrés dans l’horizontalité des histoires vécues par les individus, et non dans la verticalité d’un programme politique ou de jeux de pouvoir au sein des élites.

45Ainsi, les contributions de ce numéro sont une nouvelle illustration, avec vingt-cinq ans de recul, du caractère partiel et peu heuristique de la notion de transition appliquée au changement de régime de 1991 en Russie, qui ne parvient pas à rendre compte de la pluralité des expériences vécues par les individus ni même de la diversité des transformations institutionnelles. Le concept de transition, datable, repérable, agirait donc comme ce temps unique, comme ce temps relevant de la physique dont les sciences sociales qui analysent les temporalités prennent leurs distances. Ou pour le dire autrement, il apparaît comme un outil synchronique, qui a le défaut de gommer les études diachroniques, de leur imposer un biais, ou des balises chronologiques qui ne correspondent à rien pour les individus, et il n’est pas étonnant que les personnes interrogées par L. Vapné et V. Duprat-Kushtanina en arrivent à confondre la perestroïka et la fin de l’URSS. Soulignant la prééminence des temporalités plurielles, hétérogènes et leur résistance à un cadrage par des catégories temporelles rigides (et pourtant, la catégorie de la transition est intrinsèquement souple, puisqu’elle induit en elle-même une mutation dans le temps, préparée, réalisée et assimilée), cet ensemble de contributions rappelle aussi à quel point la possibilité de se réapproprier le temps – face aux bouleversements des rythmes urbains et économiques –, et l’histoire – une histoire non imposée de l’extérieur –, sont des enjeux cruciaux pour les individus, comme en termes de démocratie. Être maître de son temps et de son histoire reste une condition indispensable à l’existence d’une vie publique apaisée et équilibrée.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Daucé F. et al, 2010. « Les usages pratiques du patriotisme en Russie », Questions de recherche, n° 32, juin 2010. 31 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dobry M., 2000. « Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence », Revue française de science politique, 50ᵉ année, n° 4-5, pp. 585-614.
DOI : 10.3406/rfsp.2000.395499

Dubar C., Rolle C., 2008. « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités [En ligne], 8.

Favarel-Garrigues Gilles, 2007. La police des mœurs économiques. De l'URSS à la Russie, Paris, CNRS Éditions.

Humphrey C., 2002. The Unmaking of Soviet Life: Everyday Economies After Socialism by, Cornell: Cornell University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Heurtin J.-P., Trom D., 1997. « L'expérience du passé », Politix, vol. 10, n° 39, Troisième trimestre, p. 7-16. www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1997_num_10_39_1681
DOI : 10.3406/polix.1997.1681

Khapaeva D., 1995. « L’Occident sera demain », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 50e année, N. 6, p. 1259-1270.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kornai J., 2006. « La grande transformation de l'Europe centrale et orientale : succès et désillusions », Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 37, n° 1.
DOI : 10.3406/receo.2006.1749

Krakovský R., 2014. Réinventer le monde : L’espace et le temps en Tchécoslovaquie communiste, Publications de la Sorbonne.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuzio, T., 2001. “Transition in Post-Communist States: Triple or Quadruple”, Politics, vol. 21, n° 3, p. 168–177.
DOI : 10.1111/1467-9256.00148

Offe C., 1991. “Capitalism by Democratic Design? Democratic Theory Facing the Triple Transition in East Central Europe”, Social research, vol. 58, n° 4, p. 865 – 881.

Palier B., 2014. « Path dependence », in Boussaguet Laurie, Jacquot S., Ravinet P. (dir.), Dictionnaire des politiques publiques, 4e éd., Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), p. 411-419.

Sigman C., 2009. Clubs politiques et perestroïka en Russie. Subversion sans dissidence, Paris, Karthala, Coll. « Recherches internationales ».

Stark D., Bruszt L., 1998. Post-Socialist Pathways; Transforming Politics and Property in East Central Europe, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage fondateur de David Stark et Laszlo Bruszt, Post-Socialist Pathways Transforming Politics and Property in East Central Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Leclerc et Anne Le Huérou, « Introduction », Temporalités [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 11 décembre 2016. URL : http://temporalites.revues.org/3168

Haut de page

Auteurs

Natalia Leclerc

Université de Bretagne Occidentale, EA 4249 HCTI
natalialeclerc@gmail.com

Articles du même auteur

Anne Le Huérou

Université Paris Ouest Nanterre, ISP, CERCEC
anne.lehuerou@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page