Navigation – Plan du site

Introduction – Flexibilité, disponibilité et nouveaux cadres spatio-temporels de la vie quotidienne

Jean-Yves Boulin, Michel Lallement et Serge Volkoff

Texte intégral

1Temps et travail : pour de multiples raisons, le mariage de ces deux termes n’a rien d’incongru. Historiquement, on le sait, le travail s’est imposé comme une activité dominante au cœur des pratiques sociales des sociétés industrielles et post-industrielles. Et même si, aux yeux de certains, la valeur travail peut ou doit être chahutée, il ne fait guère de doute que la fin du travail n’est pas encore à l’ordre du jour. Sur un plan quelque peu différent, le temps est un étalon qui a longtemps servi à l’évaluation du travail mais aussi à sa régulation. Régulation individuelle : hier comme aujourd’hui, les normes horaires, les dispositifs de mesure, les outils de flexibilité (annualisation, chômage partiel…) servent à la fois de repère et de garde-fou quant aux modalités d’usage de la force de travail. Régulation collective ensuite : les temps du travail sont enkystés dans des temps sociaux multiples dont les scansions et les articulations évoluent au fil des décennies.

2Plus que jamais la flexibilité est à l’ordre du jour. Derrière ce terme multiforme se tiennent des réalités multiples qui renvoient l’observateur aussi bien vers le champ de l’organisation du travail stricto sensu, que vers celui du marché du travail ou celui, plus vaste encore, des conditions de vie et de leur contexte sociétal. Dans tous les cas, les questions de temporalités sont présentes. Quelle que soit la discipline mobilisée à titre principal, que l’on s’attaque aux transformations des conditions de travail, de l’organisation de l’entreprise, de l’emploi ou des modes de vie, le temps reste un fil d’Ariane qu’il est impossible de rompre. Les articles rassemblés dans la présente livraison de Temporalités en portent tous témoignage. Abordant à un titre ou à un autre les différents registres qui viennent d’être mentionnés, ils fournissent matière aux réflexions et aux débats sur la façon dont, dans nos temps modernes, le travail continue de produire le social et, parallèlement, sur la manière dont les exigences de flexibilité reconfigurent le geste productif, les relations de travail et l’ensemble des temps de vie.

  • 1  Cette conférence a été organisée à Paris en février 2004 par un réseau de quatre formations de rec (...)

3Une partie des articles de ce dossier provient de la 9e conférence du Séminaire International sur le Temps de Travail de février 20041, conférence qui avait pour ambition d’interroger le lien entre flexibilité du travail et transformation des normes sociales. En fait, en France comme à l’étranger, les débats sur le temps de travail n’ont jamais cessé au cours de ces dernières décennies. Leur ampleur a varié avec les années. Mais surtout, les thématiques ont évolué. Les effets sur l’emploi de la réduction et de la flexibilisation des temps de travail, les transformations des conditions de travail, la reconfiguration des normes temporelles, les opportunités de conciliation entre sphères sociales…, toutes ces questions sont plus que jamais à l’agenda des années 2000.

4En France, le débat est aujourd’hui un peu moins passionné. Après les années « 35 heures », celles qui ont jalonné la préparation et la mise en place des dispositifs des deux lois Aubry de 1998 et de 2000, puis leur contournement par la loi Fillon, nous voici maintenant entrés dans le temps du moyen terme, celui qui permet se prévaloir d’un peu de recul pour évaluer une politique qui a suscité moult controverses. Nous possédons déjà, il est vrai, une abondante littérature sur la question, grâce notamment aux multiples enquêtes menées sur le sujet sous l’égide de la Dares (service d’étude du Ministère du travail et de l’emploi).

5Les articles qui suivent diffèrent cependant de nombreuses productions antérieures. Trois d’entre eux tout d’abord sont consacrés à une même population de salarié(e)s particulièrement concernée par nos « nouveaux temps modernes » : les infirmières. Doit-on considérer cette profession comme un parangon qui sert de point d’appui aux nouvelles politiques du temps de travail ? Les conditions d’accès à certains terrains – l’hôpital en l’occurrence – favorisent-elles l’observation de telle ou telle profession particulière ? La demande sociale pèse-t-elle aussi en ce sens ? À défaut de répondre avec assurance, convenons de l’intérêt de ce croisement disciplinaire pour aborder un même univers puisque, comme on le verra, les préoccupations des ergonomes et des sociologues ne sont pas exactement les mêmes lorsqu’il s’agit d’appréhender temps de travail et temps de vie ;

6Les deux autres articles, tout en développant un argument propre, ne sont pas sans relations avec la problématique développée à propos du travail des infirmières. Le concept de « disponibilité temporelle » développé par le premier d’entre eux est en effet caractéristique du travail des infirmières et plus généralement du secteur social et des soins aux personnes : les notions de vocation, de don de temps, qui conduisent à la naturalisation de la disponibilité des salariés de ce secteur foisonnent dès lors que l’on parle de leur activité. De ce point de vue, l’organisation du temps de travail des infirmières constitue un bon analyseur de ce que sera celle des salariés des services à la personne présentés comme un gisement d’emploi important. Le dernier article de ce dossier semble plus éloigné des autres tant par la problématique qu’il développe que le niveau d’analyse auquel il se situe. Toutefois, en portant l’attention sur les effets sociaux appréhendés tant dans leur dimension temporelle que territoriale de la transition d’une configuration productive fordienne vers une configuration flexible et réticulaire, l’auteur dévoile à une échelle plus large les conséquences sociales et sociétales de ce que l’analyse du temps de travail des infirmières révélait à une échelle plus restreinte en termes de difficultés à concilier les rythmes du travail avec ceux de la vie familiale et sociale.

7La contribution de L. Jacquot et de N. Setti s’appuie sur une enquête menée dans une caisse régionale d’assurance maladie au sein de laquelle un accord d’aménagement-réduction du temps de travail est signé en 2001. Les cadres exceptés, l’ARTT se décline concrètement sous forme de journées ou de demi-journées de liberté dont le décompte s’opère sur une base annuelle. Pour évaluer les implications concrètes de cette option nouvelle, les auteurs proposent d’appréhender le temps de travail d’un double point de vue. Ils distinguent ainsi le contenant (durée et horaires du travail) du contenu (conditions d’usage du temps travaillé). L’exploration de ces deux registres montre que la maîtrise du premier n’est pas comparable pour tous. Les cadres ont ainsi plus de mal que les employés à réguler leur temps de travail. Celui-ci reste fortement subordonné aux impératifs du service, tant pour ce qui concerne le choix des horaires de présence, de l’allocation des jours de RTT… Les employés semblent pour leur part être les grands gagnants en termes de marge d’autonomie acquise. L’examen du contenu du temps travaillé oblige pourtant à relativiser l’optimisme. Il est un envers moins agréable qui se traduit par l’accentuation des pressions et des contraintes, par une diminution des temps dédiés à l’entre soi…, autant de contreparties porteuses d’effets pervers du point de vue de l’efficacité du travail. Contrairement à ce qu’enseignent les modèles de macroéconomie, l’observation microsociologique débouche ici sur la conclusion qu’une réduction du temps de travail peut éroder la productivité du travail et non, mécaniquement, l’accroître. Plus globalement encore, c’est à une prise de distance critique à l’encontre de toutes les thèses sur le temps « choisi » que conduit in fine cet article.

8La contribution de P. Bouffartigue et de J. Bouteiller porte intérêt aux infirmières et à la façon dont ces professionnelles de la flexibilité temporelle « jonglent » en permanence avec les multiples engagements qui sont les leurs. L’objectif de cette contribution consiste à mettre en évidence les modes de construction sociale des compétences d’une population qui doit composer autant que possible avec des obligations professionnelles et extra-professionnelles. Les enquêtes menées à cette fin ont été réalisées dans deux services de médecine en milieu hospitalier. Les sociologues nous donnent à voir les multiples acrobaties de vies au sein desquelles les temps sociaux s’entrechoquent et s’entrecroisent : les préoccupations familiales ne sont pas absentes sur le lieu de travail et le rythme de hôpital ne cesse à l’inverse de conditionner la vie hors travail. Dès leurs études, les infirmières apprennent à se plier à ces exigences temporelles serrées. Au fil des années, ensuite, elles accumulent des savoirs pratiques (arrangements pour modifier le planning en cas de besoin, compromis domestiques, stratégies d’accession à des horaires moins pénibles…) qui permettent de gagner en marges de confort dans une pratique professionnelle particulièrement éprouvante. Cela n’empêche pas pour autant nombre d’entre elles de continuer à vivre leur rapport au temps flexible sur le mode de l’amor fati, voire même de se culpabiliser face aux difficultés à gérer au mieux les multiples temps qu’elles consacrent à autrui tant dans la sphère professionnelle que celle du domestique.

9Consacré lui aussi au travail des infirmières, l’article de C. Toupin se centre, lui, sur ce que Jacquot et Setti appelleraient le « contenu », en examinant en quoi ce contenu revêt des enjeux spécifiques dans une période particulière : les heures de nuit. En analysant les stratégies de travail de « veilleuses » dans un service de pneumologie, elle constate d’emblée que leur rôle n’est évidemment pas réductible à une fonction de « veille ». Les particularités du travail de ces infirmières tiennent plutôt au fait qu’en période nocturne l’état des malades (leur besoin de repos, leurs angoisses), celui des infirmières elles-mêmes (leur vigilance ou leur fatigue), et l’environnement désert de l’hôpital (peu de présence médicale, recours difficiles à divers spécialistes, absence des familles de patients, fermeture de certains services techniques), déterminent une réadaptation des tâches et de leur mode de réalisation. Dans ce contexte l’activité, individuelle et collective, des infirmières, est polarisée par divers buts « nocturnes », qui ne sont pas toujours compatibles. Ces tensions entre buts impliquent des arbitrages, dont l’auteure relève la trace lors de moments-clefs de cette activité : les transmissions avec les équipes précédentes et suivantes, la première tournée, les visites spontanées aux patients, etc.. Et ces arbitrages eux-mêmes se réélaborent à mesure que les infirmières acquièrent une expérience du travail de nuit. Par certains aspects, le travail des infirmières de nuit revêtirait donc les traits d’un métier particulier, auquel il ne semble pas que la formation initiale des infirmières les ait spécialement préparées.

10F.X. Devetter, quant à lui, analyse les différences de genre en termes de temps de travail au regard de la qualité du travail et de la « disponibilité temporelle » qui révèlent des écarts entre les hommes et les femmes beaucoup plus significatifs que la durée du travail. Cette analyse, qui en plus de la durée du travail intègre sa localisation et sa prévisibilité, a le mérite d’extraire l’analyse des différences de genre au regard du temps de travail de la seule opposition entre plein temps et temps partiel et d’en rechercher les explications au-delà d’une différence de disponibilité dont les raisons tiendraient seulement aux écarts d’investissement dans le travail domestique. L’analyse pointe deux sortes de disponibilité temporelle, l’une reconnue et valorisée (en termes de salaires et de progression professionnelle) qui concerne plus souvent les hommes l’autre non reconnue, « cachée » en quelque sorte, non valorisée, qui touche plus souvent les femmes. Si les femmes manifestent une moindre disponibilité temporelle au regard des formes reconnues de disponibilité (horaires longs, travail de nuit…), mesurée par l’IDNT (Indicateur de Dépassement de la Norme Temporelle), elles sont par contre sur-représentées s’agissant des formes non reconnues de disponibilité temporelle (horaires décalés, imprévisibles, longues coupures durant la journée de travail). L’auteur met en évidence une raison sectorielle : en effet, les femmes fortement disponibles au plan temporel sont concentrées dans des secteurs typiquement féminins (santé-social, commerce et hôtel-restauration) dans lesquels la disponibilité y est considérée d’une part comme « naturelle », d’autre part y est légitimée (aux yeux de l’employeur) par le fait qu’elle serait dictée par la demande (client/usager). Cette disponibilité naturelle, fondée sur une logique d’empathie, se retrouve tant dans la sphère des services à dimension sociale qu’au sein de la sphère domestique et contribue ainsi à soumettre les femmes salariées à un régime temporel spécifique. Cette différenciation statistique et juridique entre formes reconnues de disponibilité concernant plus les hommes et formes non reconnues plus spécifiques du travail des femmes apparaît dés lors comme éminemment heuristique pour traiter de l’égalité de genre au regard du temps de travail.

11Enfin, le texte de J. Garnier se propose d’analyser l’impact de configurations productives différenciées sur l’articulation entre les temps sociaux ainsi que sur les relations entre le temps et l’espace. Il mène cette réflexion à partir de la restructuration du bassin minier de Gardanne qui a vu coexister durant plus de 25 années deux systèmes spatio-temporels caractéristiques l’un de l’activité économique en voie de disparition (l’industrie minière), l’autre de celle qui s’y substitue (la micro-électronique). L’auteur souligne que les restructurations productives comportent trois dimensions, économique et sociale, territoriale et temporelle. La transition entre ces deux configurations productives manifeste le passage d’un temps industriel dominant, institutionnalisé, inscrit dans la longue durée, dans la continuité, dans la stabilité et doté d’une forte cohérence territoriale, à une temporalité multiple, plus instable, moins homogène et assez largement disjointe du territoire. Ce texte met en lumière les discontinuités temporelles et les désynchronisations de la vie économique et sociale générées par ce processus de restructuration. Il souligne la disjonction des rythmes et durées de la vie collective et individuelle, disjonction entre les lieux de la production et ceux de l’habitat, entre ceux de la vie familiale et ceux de la vie civique et son impact en termes de dilution du lien social. En conclusion, l’auteur suggère le rôle que peut avoir la création institutionnelle (communauté de « pays » et « pôle de compétitivité ») dans la résolution des tensions générées par la coexistence d’acteurs économiques mondialisés (global players) et d’acteurs économiques et sociaux qui cherchent à reconstruire une cohérence spatio-temporelle locale.

Haut de page

Notes

1  Cette conférence a été organisée à Paris en février 2004 par un réseau de quatre formations de recherche : Matisse (CNRS et Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne), Lise (CNRS et Conservatoire National des Arts et Métiers), Iris (CNRS et Université de Paris 9 Dauphine) enfin l’IRES-France (Noisy-le-Grand). L’initiative était soutenue, outre le BIT, par la Fondation Européenne pour l’Amélioration des Conditions de Vie et de Travail European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions (Dublin) et la Confédération Européenne des Syndicats European Trade Union Institute (Bruxelles). On trouvera dans l’ouvrage édité par J.Y. Boulin, M. Lallement, F. Michon et J. Messenger (2006) d’autres contributions présentées à l’occasion de cette manifestation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Boulin, Michel Lallement et Serge Volkoff, « Introduction – Flexibilité, disponibilité et nouveaux cadres spatio-temporels de la vie quotidienne », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/321 ; DOI : 10.4000/temporalites.321

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Boulin

CNRS-IRIS et Université Paris Dauphine

Michel Lallement

Cnam et Lise-CRS

Articles du même auteur

Serge Volkoff

Creapt-Cee

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page