Navigation – Plan du site
Varia

Prises sur le futur et articulation des temporalités chez les sportifs de haut niveau

Une étude de cas au sein du Pôle France d’escrime
A hold on the future and how temporalities function among high-flying athletes: a case study in the French fencing team
Asirse del futuro y articular temporalidades en el caso de los deportistas profesionales: un estudio en el Polo Francia de esgrima
Matthieu Delalandre et Julie Demeslay

Résumés

Le sport de haut niveau est rythmé par une succession d’échéances qui interviennent à intervalles réguliers, tout en se déployant sur des échelles de temps variables, à court, moyen et long termes. Dans ce contexte, cet article interroge le rapport au temps des escrimeurs du Pôle France. L’objectif est de comprendre à la fois comment ils s’inscrivent dans l’avenir, et comment cette inscription a une influence sur la gestion du temps dont ils disposent au quotidien. Dans un premier temps, nous montrons que les escrimeurs anticipent leur avenir sportif de différentes manières ; la portée et la clarté de leurs projections permettant d’identifier trois profils d’athlètes. Puis nous soulignons que la poursuite des objectifs sportifs induit une réorganisation complète du temps autour de la gestion du capital corporel, ce qui nécessite un apprentissage parfois long et stratégique. Enfin, nous mettons en évidence les difficultés inhérentes à l’articulation des temporalités relevant d’une part des parcours sportifs, d’autre part des études et des carrières professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

1Jeux olympiques, Championnats du monde, Coupes du monde, Championnats nationaux… Le sport de haut niveau se déploie sur des échelles de temps variables tout en étant rythmé par une succession d’échéances intervenant à intervalles réguliers. La superposition des temporalités de la compétition, bien que complexe, n’en est ainsi pas moins structurante de l’activité quotidienne des personnes impliquées dans la construction de la performance sportive de haut niveau. Cette régularité des échéances contraste avec l’incertitude qui pèse sur les résultats et en cela sur l’avenir de l’athlète. Aussi, dans un milieu marqué par la notion de préparation et les doutes quant au produit final, cet article vise à comprendre la façon dont les sportifs de haut niveau appréhendent l’avenir et cherchent à composer avec l’incertitude (Chalas, Gilbert, Vinck, 2009) afin de rendre cet avenir un peu plus contrôlable et sécurisant. Cette analyse s’appuie pour cela sur une enquête menée au sein du Pôle France d’escrime dans le contexte sportif singulier qui a suivi les Jeux olympiques (JO) de 2012, à l’issue desquels les escrimeurs français n’ont rapporté aucune médaille, ce qui n’était pas arrivé depuis 1960.

2La question du rapport au temps chez les sportifs a donné lieu à des recherches portant sur les étapes qui jalonnent leur carrière. Wylleman et Lavallee (2003), par exemple, ont présenté un modèle d’évolution de carrière commun aux athlètes de haut niveau, structuré en quatre étapes : initiation, formation, maîtrise et cessation. À l’inverse, Tomás et Fleurance (2007) se sont eux focalisés sur les aléas qui marquent la carrière sportive et la relation entre la signification accordée à ces aléas et le développement de l’expertise sportive.

3La dernière étape de la carrière des sportifs décrite par Wylleman et Lavallee (2003) est certainement celle qui a reçu le plus d’attention de la part des sociologues, qui se sont particulièrement intéressés à la question de la reconversion des sportifs. Fleuriel et Schotté (2011) montrent, par exemple, qu’elle est souvent vécue comme une forme de déclassement par rapport à la condition d’athlète de haut niveau. Ils mettent en outre en évidence ce qu’ils nomment un processus d’enfermement, la reconversion des sportifs ayant souvent lieu dans le milieu sportif lui-même. La situation des sportifs apparaît ainsi difficile dans un certain nombre de disciplines. Javerlhiac et al. (2010, 2011) prennent l’exemple du tennis de table, sport caractérisé par une professionnalisation inachevée et au sein duquel la conduite du « double projet » – études et entraînement de haut niveau menés conjointement – n’est pas valorisée. Finalement, ils montrent que la façon dont est vécue cette transition est liée aux normes du groupe sportif d’appartenance. Lorsque la conduite d’un double projet n’est pas soutenue, cela débouche sur un arrêt de carrière difficile et potentiellement mal vécu. Ainsi, le cas de l’escrime, sport exclusivement amateur en France, est de ce point de vue assez original du fait de l’insistance de la fédération sur ce double projet. La valorisation d’un parcours académique parallèlement à la vie sportive permet des reconversions mieux vécues par les athlètes, tout en posant des difficultés importantes dès lors qu’il faut concilier les contraintes liées aux études et celles inhérentes à l’atteinte de performances sportives de haut niveau.

4Fabre, Gatignon-Turnau et Ventolini (2012) adoptent une démarche davantage centrée sur les stratégies individuelles pour anticiper la reconversion. Les auteurs dégagent quatre profils de sportifs dans le milieu du rugby : les « attentistes » qui, comme leur qualification l’indique, attendent que le réseau issu du milieu sportif les aide ; les « opportunistes » qui accumulent des ressources en vue de leur reconversion future mais sans projet précis ; les « experts » qui restent dans le milieu sportif pour y utiliser leurs savoirs et savoir-faire ; les « entrepreneurs » qui, comme les « opportunistes », investissent des ressources pour l’avenir, mais, à la différence de ceux-ci, dans un projet bien précis qui doit leur permettre de garder un bon niveau de vie.

  • 1 Francis Chateauraynaud propose une liste de sept régimes : l’urgence, l’attente, l’anticipation, la (...)

5Notre entrée se veut différente. En 1995, Bessy et Chateauraynaud mènent une étude sur les commissaires-priseurs et développent le modèle de la prise. Dans leur travail quotidien, ces experts en authentification s’efforcent de confronter, d’une part, un ensemble de repères que constituent des représentations et des réseaux et, d’autre part, des plis, qui caractérisent le monde sensible, le rapport aux corps et des corps, et qui servent d’appuis pour la production de repères (Bessy, Chateauraynaud, 1995, p. 239). Dans ce cadre, nous cherchons à comprendre comment les athlètes envisagent et s’inscrivent dans l’avenir et la façon dont cette inscription a un impact concret sur la gestion du temps dont ils disposent au quotidien. Ainsi, nous analysons les modalités de l’activité visionnaire (Chateauraynaud, 2013) des escrimeurs français de haut niveau qui, suivant des parcours différents, et donc confrontés à des expériences variées du temps, expriment et construisent des visions diverses du futur. En cela, nous défendons l’idée selon laquelle les épreuves de réalité qui ont compté et qui comptent pour les athlètes sont au fondement de leurs capacités distinctes à produire et à stabiliser des prises sur le futur, autrement dit, à articuler des activités conceptuelles et perceptuelles leur permettant de se projeter dans l’avenir sportif. Dès lors, ils déploient des régimes de production des futurs différents (Chateauraynaud, 2013)1 – du fait notamment de carrières individuelles diverses – qui ont une influence sur la logique même de leur préparation sportive et professionnelle.

6D’abord, nous déploierons trois profils d’athlètes distincts indexés sur la portée et la clarté de leurs projections. Puis nous montrerons que la poursuite d’objectifs sportifs à haut niveau induit une réorganisation complète du temps autour de la gestion du capital corporel (Wacquant, 1989), redéfinissant par là même le rapport au corps des athlètes et reconfigurant leur système de prises sur le futur (Chateauraynaud, 2013), ce qui constitue un processus d’apprentissage parfois long et stratégique. Enfin, nous mettrons en perspective la complexité pour les escrimeurs d’anticiper et de prévoir leur avenir dans leur travail d’articulation des parcours sportif et universitaire ou professionnel. Confrontés à des temporalités incompatibles, ils sont souvent contraints de faire des choix lourds de conséquences.

  • 2 Les entraîneurs ont été interrogés de décembre 2013 à février 2014, les athlètes de mars à juillet (...)

7Cet article s’appuie sur une enquête menée au sein du Pôle France d’escrime dans le cadre d’un projet de recherche cofinancé par le Ministère en charge des sports, l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) et la Fédération Française d’Escrime (FFE). Cette étude repose d’abord sur trente-neuf entretiens semi-directifs menés entre décembre 2013 et décembre 2014. Ont été interrogés vingt-quatre escrimeurs et escrimeuses des trois armes (épée, fleuret, sabre), neuf entraîneurs des trois armes, deux préparateurs physiques, le responsable du Pôle, le Directeur des équipes de France, le Directeur Technique National (DTN) et la Présidente de la FFE2. Notre attention s’est portée sur les appuis dont se servent les acteurs pour anticiper l’avenir, mais aussi sur les contraintes qu’ils rencontrent pour se projeter et qui ont un impact sur leurs activités quotidiennes. Notre analyse des entretiens a, pour ce faire, tenu compte à la fois des éléments convoqués par les acteurs (échéances compétitives, études, conditions matérielles, etc.) et des formes de discours qu’ils emploient (ce qui inclut des repères temporels ou encore des modalisations du temps particulières) dans une perspective ouverte par Chateauraynaud (2003).

8Par ailleurs, cette étude se fonde sur une série d’observations réalisées sur la même période lors de réunions de l’équipe d’encadrement des sportifs, de séances d’entraînements et de compétitions de la Coupe du monde (sabre dames et fleuret dames).

Les modalités d’inscription dans le temps sportif

Différentes façons d’envisager l’avenir sportif

9En entrant à l’INSEP, tous les athlètes ont un entretien visant à construire un projet sportif avec les entraîneurs. Cet entretien est reconduit tous les ans afin de faire le bilan des échéances passées et de se projeter dans l’avenir, de déterminer des objectifs à la fois ambitieux et réalisables. En escrime, les Jeux olympiques qui se déroulent tous les quatre ans constituent la compétition la plus importante. Parmi les autres échéances qui comptent, tous les ans, en été, ont lieu les Championnats d’Europe et les Championnats du monde. Enfin, les escrimeurs participent à la Coupe du monde, composée d’un circuit de compétitions internationales réparties sur toute l’année. Accompagnés par les entraîneurs, les athlètes déterminent leurs objectifs eux-mêmes. À la lumière de l’enquête menée, on constate toutefois que la forme que prend leur inscription dans l’avenir est sujette à de fortes variations interindividuelles. Schématiquement, on peut distinguer trois profils de sportifs. Ces profils correspondent à des façons différentes de se projeter dans l’avenir, en fonction à la fois d’indices objectifs (les résultats en compétitions, l’âge) et d’un ensemble de perceptions (« ressentis » en compétition et à l’entraînement, état de forme général, faculté de récupération).

S’appuyer sur le court terme pour faire face à un avenir incertain

10Les escrimeurs que l’on retrouve dans le premier profil se projettent surtout à court terme, dans l’objectif d’évoluer dans les classements internationaux. Il s’agit d’athlètes jeunes ou d’athlètes expérimentés qui ont un palmarès plutôt « modeste » (pas de participation aux JO, pas de médaille aux Championnats du monde ou en Coupe du monde). Les JO, bien qu’ils constituent la compétition au plus fort enjeu, leur paraissent lointains et sont évoqués de façon vague. Ces sportifs se projettent éventuellement sur les Championnats du monde, à l’instar de E16 (escrimeuse) :

Vu que je viens de passer sénior, je commence tout en bas de l’échelle. Je veux monter un peu dans le classement. J’aimerais bien d’ici deux ou trois ans être au moins dans les quarante premières mondiales. Puis l’objectif c’est sûr c’est être dans les quatre pour aller aux Championnats du monde […]. Je n’y pense pas trop [en parlant des JO] parce que je suis un peu loin de ça. Rio c’est vraiment très loin mais 2020, pourquoi pas. Je vais voir comment ça se passe déjà.

11E16 veut d’abord « monter dans le classement », sans préciser véritablement la portée de cette ascension, pour être dans les quarante premières mondiales dans deux ou trois ans. Les horizons temporels sont hiérarchisés. E16 parle au conditionnel et n’abordera pas spontanément la question des JO, certainement parce qu’elle commence « tout en bas de l’échelle ». Ancrée dans un futur déjà là, sa préparation est guidée par une logique d’action qui relève principalement de la détermination, c’est-à-dire qu’elle a construit des capacités à se projeter dans un avenir qu’elle conçoit comme plausible, même si cette escrimeuse ouvre les perspectives d’un horizon qui dépasse largement le cours d’action (Chateauraynaud, 2013).

12C’est le cas également de E10 (escrimeur) lorsqu’il affirme, lui aussi :

On verra au fur et à mesure comment ça se passe.

13E16 et E10 ne se construisent pas véritablement de repère à moyen ou long terme, ou alors de façon très peu concrète. Ils appréhendent davantage le futur au jour le jour que sur un mode programmatique, même s’ils ont verbalisé des objectifs.

Construire une planification progressive à long terme

14Le second profil regroupe là encore des jeunes escrimeurs et des escrimeurs expérimentés. Ils se projettent de façon beaucoup plus précise à long terme et ont un projet de carrière très structuré. Ils balisent leur parcours d’objectifs intermédiaires. Quand on demande à E23 (escrimeuse) quels sont ses objectifs à court, moyen et long termes, elle répond :

Championnat du monde dans trois semaines et Jeux olympiques de Rio en 2016.

15Et d’ajouter que :

Sur quinze mois il y aura une dizaine de Coupes du monde ou de Championnats et c’est de s’y classer parmi les trois premières le plus régulièrement possible […]. Pour viser un niveau mondial être dans les dix mondiales si possible. Comme ça le jour J tu peux prétendre ramener une breloque !

16Une partie de ceux-ci, les plus jeunes, sont conscients qu’ils ne seront certainement pas prêts pour les prochaines olympiades. Ils se projettent alors sur celles d’après qui constituent leur véritable objectif, un objectif « final » dont l’atteinte est conditionnée par celle d’objectifs intermédiaires de plus en plus ambitieux.

à court terme […] gagner les Championnats de France junior et faire un podium pour les Championnats de France sénior […]. Après à moyen terme, dans les deux ans à venir, être dans les quatre [sélectionnés] en séniors… donc être dans l’équipe de France sénior, pour faire les Championnats du monde. Et à long terme, faire les Jeux olympiques, que ce soit Rio ou Tokyo. (E9, escrimeuse)

17Contrairement aux escrimeurs du premier groupe, pour ceux-là, l’atteinte de chaque étape offre potentiellement une prise plus sûre pour accéder à l’étape d’après, une prise fondée sur l’acquisition d’une meilleure technique avec son arme, sur une capacité croissante d’évaluation du rapport à l’adversaire, une meilleure gestion du stress en compétition, etc. Alors que les premiers sont réticents à se projeter dans un futur incertain, ceux-là programment leurs objectifs de façon plus précise et se situent donc plutôt dans un registre de la prévision (Chateauraynaud, 2013). On peut en outre constater que, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les athlètes du second profil ne sont pas nécessairement les plus performants sur le circuit, ce qui expliquerait pourtant la formulation d’objectifs plus ambitieux. On trouve dans ce profil des hommes et des femmes de tous âges et de niveaux hétérogènes ; le fait de se projeter ainsi dans leur carrière sportive de façon très précise n’est donc pas corrélé aux questions de genre, d’expérience, ni au niveau de performance.

Se détacher des horizons lointains et se centrer sur le futur proche

18Le troisième profil, enfin, regroupe des escrimeurs expérimentés, relativement proches de la fin de carrière, qui se projettent très précisément sur des compétitions internationales à court terme (Championnats du monde). En revanche, ils restent très évasifs voire silencieux sur les olympiades à venir, notamment du fait de leur âge avancé et de l’incertitude qui plane sur leur qualification pour cet événement majeur.

Long terme… je ne dirais pas long terme… Je m’arrêterai avant. À court terme là on a le Championnat d’Europe la semaine prochaine, le Championnat du monde dans un mois. Donc gagner des médailles aux deux événements ça me paraît être le minimum parce qu’on a une équipe qui est forte. (E20, escrimeur)

19Les escrimeurs de ce profil « lâchent prise » sur les échéances à long terme, non pas parce qu’ils ne sont pas sûrs d’eux mais parce que leur carrière est dans l’ensemble plutôt derrière eux. Dès lors, leur antériorité dans la pratique de l’escrime semble être un gage de lucidité qui leur permet, non pas de formaliser des systèmes de prises de l’ordre de la programmation ou de la scénarisation qui leur apparaissent non raisonnables au vu de leur conception et de leur perception de leur cours d’action, mais plutôt de « réancrer » leur préparation dans des objectifs clairement définis et envisageables à court terme.

20En conséquence, les échelles temporelles de référence varient d’un « groupe » d’escrimeurs/escrimeuses à l’autre en fonction de leur âge et de leur niveau, mais ces paramètres ne suffisent pas à expliquer cette activité de projection, notamment chez les plus jeunes. Alors que certains balisent leur carrière sportive d’objectifs assez précis, quantifiés et ambitieux à court et/ou long terme, d’autres envisagent l’avenir de façon beaucoup plus vague et incertaine. En outre, on constate des écarts dans les façons de découper le temps à venir. Ainsi, le court terme des athlètes du troisième profil relève parfois du moyen terme de ceux du premier, ce qui modifie tout à la fois la portée des projections envisagées par les sportifs et le degré de détermination du déroulement de leur parcours.

Gérer son capital corporel pour réaliser ses objectifs : un long apprentissage

21Tous les escrimeurs soulignent l’importance de gérer son capital corporel pour un sportif de haut niveau. Entorses, élongations, tendinites, peuvent parfois tenir l’athlète éloigné de la salle d’entraînement pour une durée allant d’une journée à plusieurs mois, hypothéquant de fait la possibilité d’atteindre les objectifs sportifs qu’il s’est fixés. La gestion de ce capital relève ainsi d’un véritable apprentissage, parfois long et stratégique, apprentissage qui commence dès l’entrée à l’INSEP.

La transition vers le sport d’élite : une nécessaire réorganisation du rapport entre temps de travail sportif et loisirs.

22À haut niveau, l’investissement physique demandé est une source de fatigue importante, pouvant aller jusqu’au surentraînement et à la blessure, ce qui amène les athlètes à reconsidérer la façon dont ils doivent organiser leur temps pour atteindre leurs objectifs.

Quand je suis rentré à l’INSEP… je suis du sud-est, où je sortais pas mal. J’ai continué à sortir pas mal ici, je me blessais assez souvent, j’étais fatigué, je n’étais pas bon. Et je me suis rendu compte qu’en prenant moins de « cartouches » durant la semaine, au final j’étais plus en forme, ça passait mieux. C’était plus facile de travailler, je me blessais moins et mes résultats étaient meilleurs. Du coup, je sors moins, c’est devenu une habitude, c’est rentré dans mon cadre de vie et je n’ai plus besoin de faire attention maintenant. (E10, escrimeur)

23Cet athlète, comme beaucoup d’autres, a essayé de conserver en partie une façon de gérer son temps correspondant à sa vie avant l’entrée à l’INSEP. Or, comme l’explique E1, qui résume assez bien la position générale des escrimeurs :

[Le mode de vie d’un sportif de haut niveau] c’est de respecter les horaires de repos. Il faut prendre soin de son corps, en fait c’est notre outil de travail. (E1, escrimeuse).

24Le corps est une machine dont il faut prendre soin pour améliorer ses performances. Plusieurs témoignages, même s’ils ne font pas toujours état d’une fatigue conduisant à la blessure, mentionnent le caractère problématique d’une vie sociale un peu trop remplie et trop nocturne. L’inattention au corps, aux signaux nociceptifs et la conservation de repères antérieurs à la vie d’athlète de haut niveau empêchent la construction d’une prise sur la réalité d’un engagement sportif nouveau, dont presque tous les entraîneurs et les athlètes s’accordent à dire qu’il constitue une énorme rupture, en termes d’exigence physique, avec l’entraînement en club ou en Pôle France jeunes qu’ont eu jusque-là les athlètes. La transition vers le sport d’élite s’accompagne d’une nouvelle façon de gérer son temps libre : il faut se coucher tôt, accepter de sortir un peu moins, en bref, trouver de nouveaux repères et apprendre à être davantage attentif aux signaux corporels. Il faut user de son corps sans l’user (Wacquant, 1989), autrement dit, se créer un nouveau rapport au corps pour optimiser ses performances. Et si certains, trois escrimeurs en tout, disent s’être vite et facilement adaptés, du fait notamment de conditions socioprofessionnelles propices, il n’est pas rare pour les autres que le temps d’adaptation à la vie d’athlète de haut niveau soit quantifié à hauteur de deux, trois et parfois même quatre années.

25En outre, les effets de la préparation sportive des escrimeurs dépassent largement le seul cadre de l’entraînement. Ainsi, le fait de devoir récupérer et prendre soin de leur corps demande aux sportifs d’augmenter encore le temps qu’ils accordaient à la pratique de leur discipline : consulter le kinésithérapeute, utiliser la cryothérapie, la balnéothérapie, tout cela relève essentiellement d’une démarche individuelle parfois difficile à conduire lorsque la journée a déjà été bien remplie par les entraînements et les études.

ça ne fait pas sérieux, mais c’est dur de prendre soin de son corps, ça demande beaucoup de régularité. Après un entraînement où on a eu mal aux genoux, après six heures de cours dans la journée, faire un détour je ne sais pas où pour aller chercher de la glace… on n’a qu’une seule envie c’est de rentrer à la piaule et puis de ne rien faire. Donc ce n’est pas si simple que ça d’être sérieux avec son corps. (E14, escrimeur)

26Plusieurs des entraîneurs interrogés déplorent d’ailleurs le fait que certains athlètes se blessent à cause d’une fatigue trop importante, négligeant de prendre soin de leur capital corporel. Cette contrainte forte, qui pèse sur les résultats sportifs, est donc minorée par rapport aux autres contraintes liées à la performance ou encore aux études. Outre les efforts et l’investissement en temps que demande la récupération – il ne s’agit pas, comme le montre le témoignage de E14, de se contenter de profiter d’un temps libre pour récupérer – le fait que ce temps ne soit pas inscrit dans les plannings « officiels », comme les entraînements, les compétitions, les cours ou l’activité professionnelle, tend à favoriser une certaine négligence à ce niveau.

27Ce « détour » par la réorganisation des temps sportifs et de loisir témoigne du fait qu’avoir prise sur son futur sportif nécessite une reconfiguration globale de la manière de concevoir son calendrier personnel. L’inadéquation entre des sensations corporelles « nouvelles » (état de fatigue, difficulté des entraînements) et les repères de la vie sportive passée confronte les athlètes à un travail d’identification de seuils critiques, d’imputation de responsabilité orientée sur soi et d’acceptation de contraintes qui les conduit à favoriser le temps accordé au corps-athlète dès lors que les escrimeurs veulent performer et durer pour atteindre leurs objectifs. Ce processus de transformation, de réappropriation de son corps, est difficile car il implique des sacrifices importants, notamment sur le plan social puisque les relations familiales et extra-sportives s’en trouvent réduites.

Les temps de la compétition comme espaces de calcul

  • 3 Ce premier objectif est également une préoccupation des entraîneurs : « on a quelques juniors qui s (...)
  • 4 Respectivement ceux qui s’appuient sur le court terme pour faire face à un avenir incertain et ceux (...)

28L’investissement en compétition peut faire l’objet de calculs pour gérer ses efforts dans le temps, mais cela dépend en grande partie de l’expérience et du niveau du sportif. Pour les athlètes jeunes ou qui ont peu de résultats, deux enjeux prévalent : « être identifiés comme des outsiders aspirant à bousculer les établis (devenir visible) ; être intégrés et progresser dans la hiérarchie officielle (compter)3 » (Demeslay, Le Noé, 2015, p. 213). Ces préoccupations se retrouvent dans le discours de E16, cité ci-dessus. Elles concernent les athlètes jeunes des deux premiers profils4. Ceux-ci anticipent ce qu’ils pourront retirer de chaque compétition, tous les points étant alors « bons à prendre » :

Une Coupe du monde normale, le vainqueur a trente-deux points, le deuxième vingt-six et le troisième vingt. Un grand prix, ça va être une fois et demi supérieur. Donc quarante-huit points pour le vainqueur. Sur les Championnats d’Europe et pour les Championnats du Monde, c’est fois deux et fois deux et demi. Donc en termes de points, même si on fait un tableau de seize ou un quart de finale… Un quart de finale en Championnat d’Europe par exemple, c’est quatorze points, en Coupe du monde là c’est vingt-huit… ça compte énormément de points. (E8, escrimeur).

29Par la suite au contraire, « les compétiteurs sont en mesure de conforter leur statut en ne choisissant que les grands événements à forte prime de notoriété, consolidant leur suprématie sportive » (Demeslay, Le Noé, 2015, p. 213). Ce second temps ne concerne que les athlètes des deuxième et troisième profils qui sont parvenus à se hisser en haut de la « ranking list », celle-ci actualisant constamment la hiérarchie sportive.

30Il ne s’agit alors plus de gagner coûte que coûte une reconnaissance sportive, mais plutôt de conserver sa place, ce qui « inclut des comportements d’épargne corporelle et psychique destinés à privilégier l’investissement des sportifs sur les seuls rendez-vous susceptibles de compter pour leur notoriété » (Demeslay, Le Noé, 2015, p. 213-214).

D’un point de vue stratégique, l’année importante, là où il faudra vraiment faire des résultats, ce n’est pas cette année mais celle d’après parce que pour les Championnats d’Europe et les Championnats du Monde, il y a des points qu’on va gagner qui compteront pour la sélection aux jeux. (E12, escrimeur).

31On assiste, dans cette phase, à une appropriation et une incorporation des échéances internationales qui comptent et compteront, de telle sorte que les sportifs basculent dans une logique d’action propre à la prévision (Chateauraynaud, 2013) en se projetant physiquement et psychiquement de façon calculée dans la/les compétition(s).

32Par conséquent, la construction d’une carrière d’escrimeur de haut niveau implique un travail sur soi, une évolution du rapport à son corps, induite par une redéfinition de ce qui est à portée et nécessaire pour la continuité et la progression de sa préparation. Dans ce cadre, les athlètes sont confrontés à un réaménagement de leur vie qui échappe, de fait, aux plannings formalisés des entraînements et des compétitions. Par ailleurs, certains, plus expérimentés, en viennent à pondérer leur investissement physique et psychique en relativisant d’éventuelles défaites lors des échéances compétitives. Ce travail de dosage apparaît nécessaire mais complexe dans un sport d’élite amateur comme l’escrime qui prône le double projet pour ses sportifs et qui articule des performances individuelles et par équipe. Il semblerait, dès lors, que l’expertise dans cette discipline engage la constitution de capacités à identifier autre chose que des avenirs proche et lointain au profit d’une valorisation d’éléments convergents vers des modèles du futur envisageables puis envisagés.

Préparer l’arrêt de carrière sportive : scénarisation du futur et articulation du temps des études et du temps sportif chez les athlètes

Le double projet : un dilemme permanent

33L’escrime est un sport amateur majoritairement pratiqué par des personnes issues de classes moyennes à favorisées, qui, pour la plupart, s’engagent dans des études « longues ». En la matière, la politique fédérale encourage le double projet, c’est-à-dire la poursuite conjointe de l’activité sportive de haut niveau et des études, à la demande du ministère chargé des sports et du ministère de l’Éducation Nationale (Javerlhiac et al., 2010, 2011). Un cadre de la fédération a même pour mission de veiller au bon déroulement des études et à l’assiduité des élèves internes à l’INSEP. Les athlètes sont incités à adopter ce que Fabre, Gatignon-Turnau et Ventolini (2012) appellent un profil d’entrepreneur : acquérir des compétences en vue d’un projet professionnel défini. Ainsi avons-nous constaté que la quasi-totalité des athlètes interrogés travaille (les plus âgés) ou suit des études dans le commerce, l’ingénierie ou le domaine paramédical (en kinésithérapie notamment). Certains poursuivent des études en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ou dans le journalisme. Il y a également quelques cadres sportifs. En revanche, très peu mettent de côté leurs études ou leur travail pour se consacrer exclusivement à l’escrime. En outre, la plupart des athlètes interrogés sont externes à la structure du Pôle et mènent des études dans des formations sous convention avec l’INSEP, afin de permettre des aménagements d’emploi du temps et de libérer du temps pour l’entraînement.

34Le double projet, mis en valeur à l’INSEP par l’exemple de quelques champions ayant réussi ce pari, semble bien pensé, au point de susciter l’intérêt des autres nations (Monnereau, 2013). Pourtant, les acteurs interrogés décrivent une réalité différente et pointent une sorte de bricolage permanent pour pallier les difficultés d’articulation du temps des études et du temps sportif (Javerlhiac et al., 2010, 2011). Deux difficultés sont évoquées de façon récurrente. Tout d’abord, des chevauchements au niveau des emplois du temps les obligent à faire des choix. En période d’examens, le calendrier sportif passe souvent au second plan alors que le reste du temps, les sportifs s’arrangent « comme ils peuvent » pour rattraper les cours auxquels ils ne peuvent assister. De plus, même si plusieurs formations sont sous convention avec l’INSEP pour permettre aux athlètes de mener ce double projet, nombre d’athlètes déplorent l’écart entre la « théorie » et la « réalité » : des suivis de tutorat non réalisés, une articulation des emplois du temps imparfaite, une non prise en compte du statut de sportif de haut niveau dans les études. En outre, quand l’articulation est considérée comme pertinente pour mener de front les deux projets, elle implique parfois un dédoublement d’une ou de plusieurs années d’études. La deuxième difficulté tient à la fatigue physique et mentale résultant de l’enchaînement ininterrompu du travail (d’étudiant ou non), de l’entraînement et de la compétition. Enchaîner deux heures de cours puis deux heures d’entraînement le matin, puis à nouveau l’après-midi, tout en y ajoutant le travail que ces sportifs-étudiants doivent effectuer chez eux, peut s’avérer extrêmement éprouvant. De même, sortir en courant d’une journée de travail pour être à l’heure à l’entraînement, tout en ayant en tête la réunion que l’on doit terminer de préparer pour une présentation professionnelle le lendemain à huit heures rompt avec l’idée d’une disponibilité physique et mentale pour la préparation sportive de haut niveau.

35Ainsi, on constate que si certains rares escrimeurs – souvent les plus jeunes (peut-être est-ce dû à un recul moins important sur la relation entre investissement en temps et réussite sportive) – disent ne pas éprouver de difficulté à articuler études (ou travail) et vie sportive, la plupart affirment que cette dualité nuit nécessairement aux résultats lors des compétitions. Gagner des médailles et se former professionnellement relèveraient du défi quasiment impossible à tenir sans altérer l’un des deux projets.

  • 5 De dix heures à midi, trois à cinq fois par semaine, et en fin d’après-midi du lundi au vendredi, l (...)

36Ces difficultés se répercutent sur le travail des entraîneurs qui doivent composer avec les absences et l’altération de l’état de forme physique ou psychique des athlètes en fonction du déroulement de leurs études, ce qui ajoute de la complexité à une tâche déjà complexe. Les périodes d’examens sont particulièrement difficiles à négocier, les athlètes étant essentiellement préoccupés par leurs études et non pas focalisés sur leurs entraînements. Face à ce constat, on repère globalement deux postures, à la fois chez les entraîneurs et les escrimeurs. La plupart d’entre eux considèrent que la France part d’emblée avec un handicap par rapport à d’autres nations dont les athlètes sont professionnalisés. Cela constitue d’ailleurs souvent l’une des raisons invoquées pour justifier les difficultés de l’escrime française à hisser ses athlètes sur la plus haute marche des podiums. La question de l’articulation du temps des études (ou du travail) avec le temps de l’escrime est une difficulté permanente, évoquée par huit des entraîneurs interrogés. Là où les athlètes italiens ou russes s’entraînent jusqu’à trente heures par semaine, les athlètes français s’entraînent jusqu’à vingt heures5. La différence est notable.

Le problème c’est qu’on a des conditions d’amateurs et on a des exigences de professionnels. Et on lutte contre des gens qui sont éminemment professionnels en face, qui ont mis des structures très professionnalisantes avec des cadres d’emploi… C’est-à-dire qu’ils sont soit commissaires, soit policiers, et qu’ensuite ils sont payés à s’entraîner. Ils ont réussi à débloquer des fonds pour que les gens s’entraînent. (E35, entraîneur)

37Les trois quarts des athlètes interrogés mentionnent les difficultés liées à leur situation d’amateurs devant mener de front sport de haut niveau et étude ou activité professionnelle :

L’hypocrisie elle est au niveau de la performance sportive […]. C’est possible [de gagner] mais ça relève de gens exceptionnels, ça demande d’être exceptionnel. Alors que dans certaines autres nations… Tu pourrais amener quelqu’un à la performance plus facilement. (E23, escrimeuse)

38Domine chez eux un sentiment d’injustice. Ils considèrent ne pas jouer à armes égales : les athlètes des autres grandes nations de l’escrime sont rémunérés, n’ont aucune préoccupation à avoir concernant leur avenir et s’entraînent environ une fois et demie plus qu’eux. Quelques-uns des escrimeurs interrogés relativisent l’importance de ce handicap, mentionnant le fait qu’un volume d’entraînement moins important peut être compensé par davantage d’intensité dans les entraînements, ainsi que par la présence d’excellents « techniciens » en France. Le « qualitatif » et « l’intensité », pour reprendre des termes utilisés par les entraîneurs et les athlètes, viendraient alors pallier en partie ce volume déficitaire.

Une hiérarchisation des priorités

  • 6 Seuls quelques rares escrimeurs bénéficient d’aménagements d’emploi du temps au titre de leur statu (...)

39Si le calendrier des examens et des compétitions importantes amène nombre d’athlètes, au cours d’une année, à donner la priorité parfois aux études, parfois à l’entraînement, la hiérarchisation de ces priorités et l’articulation des différents projets se jouent également sur des échelles de temps plus longues. Deux facteurs influencent les choix des escrimeurs : la situation, professionnelle ou estudiantine, et les résultats sportifs. La plupart des athlètes insérés professionnellement utilisent l’entraînement comme variable d’ajustement6, l’allégement et/ou l’adaptation du temps de travail étant difficiles à opérer. à l’inverse, les étudiants peuvent choisir de moduler leur implication dans les études et/ou dans les impératifs sportifs. On observe alors une alternance qui se déploie différemment dans le temps selon les cas. Ceux qui considèrent leurs résultats comme satisfaisants tendent à stabiliser un mode d’organisation permettant de mener conjointement leurs projets. À moyen terme, c’est-à-dire à l’échelle d’une ou deux saisons, les escrimeurs limitent leur investissement dans les études dès lors qu’ils jugent leurs résultats sportifs décevants. Dans ce cadre, certains font le choix de prendre une année sabbatique, d’autres optent pour un dédoublement d’une ou plusieurs années d’études. Sur un plus long terme, quelques athlètes n’hésitent pas à se réorienter pour des raisons de proximité et choisissent des écoles ou des universités plus proches de l’INSEP. D’autres décident de ne pas chercher d’emploi à la fin de leurs études afin de se consacrer exclusivement à l’entraînement (lorsque la famille peut subvenir à leurs besoins). Dès lors, globalement, les escrimeurs adoptent soit une position de compromis entre études et entraînement permettant la simultanéité des projets, soit mettent l’un des deux projets en priorité, différant la réalisation de l’autre à plus longue échéance. Par ailleurs, certains décrivent une alternance entre compromis et mise en priorité, en fonction notamment de leurs résultats sportifs. Le calendrier des compétitions, et particulièrement le moment où débute la période qui « compte » pour les sélections aux Jeux olympiques, peut peser également dans ce choix.

Une contrainte nécessaire pour l’équilibre et la projection des athlètes ?

40Les athlètes affirment avoir l’impression d’être constamment dans l’urgence entre le lieu des études et l’INSEP (pour les externes, les plus nombreux), gérant les retards, mangeant rapidement et finalement rentrant chez eux extrêmement fatigués. Pour autant, aucun des escrimeurs interrogés ne souhaite sacrifier ses études. Deux raisons principales sont évoquées. D’une part, le fait de savoir qu’ils ont autre chose que l’escrime pour le jour où ils devront arrêter leur carrière sportive génère un sentiment de sécurité. D’autre part, les athlètes insistent sur une forme d’équilibre. Les études permettraient de « sortir un peu de l’INSEP » et contribueraient à un équilibre psychologique général. Ainsi, on assiste à une sorte de renversement, les études étant perçues comme une activité compensatoire par rapport au sport qui prendrait sans quoi trop de place dans la vie des athlètes.

Après il y a des avantages à ce double projet. Comme je te dis l’équilibre psychologique, la sécurité… financière, le fait de pouvoir se projeter dans un avenir, le fait de sentir qu’on a de la compétence ailleurs que dans notre sport. (E23, escrimeuse)

41C’est donc presque un paradoxe que l’on observe ici. Les athlètes font état de l’impossibilité d’articuler le temps des études et le temps sportif sans faire des sacrifices d’un côté ou de l’autre à un moment donné, ils invoquent leur situation pour justifier des difficultés à se classer comme première nation sur le plan international. Pourtant, ce temps des études est considéré comme une nécessité, non seulement « pour plus tard et au cas où », mais aussi « ici et maintenant » pour compenser l’« entre soi » (Javerlhiac et al., 2011) et la focalisation de leur vie à l’INSEP sur le sport. On peut interpréter cela comme la volonté à la fois de se construire une prise sur l’avenir, pour l’après-vie de compétiteur, mais aussi comme celle d’avoir prise, ici et maintenant, sur un autre domaine de la vie sociale que le sport. Celui-ci est soumis à un ensemble d’aléas que ne maîtrisent pas complètement les athlètes (les accidents corporels, le niveau des adversaires), alors que les études offrent un domaine où les projets peuvent peut-être, finalement, s’accomplir avec moins d’incertitude quant au résultat.

Le double projet : entre contrainte et ressource pour se construire une représentation de l’avenir

42Les positions à l’égard du double projet apparaissent ambivalentes. La logique déontique institutionnelle qui préside à l’inscription des escrimeurs dans ce dispositif crée une injonction à la projection et à l’anticipation. Cette ligne directrice donne à voir des différences entre acteurs à plusieurs niveaux. D’abord, les « choix » de parcours caractérisent en eux-mêmes les sportifs et la prise qu’ils sont ou seront en mesure de se construire sur le futur : il y a ceux qui se donnent ou à qui on donne du temps pour accomplir leurs études, ceux qui s’en donnent ou à qui on en donne pour optimiser leurs performances et ceux qui optent pour des filières qui leur permettent de mener les deux types de parcours de front. Comme évoqué précédemment, ces choix sont déterminés principalement par l’âge des escrimeurs et leur potentiel sportif. Ensuite, l’incompatibilité des rythmes de ces parcours engendre des conséquences pratiques parfois lourdes qui sont autant d’épreuves de réalité (fatigue physique, anxiété, manque d’assiduité, etc.) pour les athlètes comme leurs entraîneurs. Ces épreuves ferment les visions du futur des acteurs dès lors, par exemple, qu’ils dénoncent l’injustice des asymétries entre nations en termes de temps accordé à la préparation sportive. À l’inverse, ces conséquences ouvrent les visions des sportifs et des entraîneurs quand ils sont capables de « surmonter ou d’affronter l’indétermination et l’opacité de ce qui va advenir » (Chateauraynaud, 2013, p. 289) en reconfigurant la pratique en fonction, précisément, de ces contraintes. Ainsi, par exemple, le remplacement de séances individuelles manquées ou l’ajout de séances supplémentaires sur des créneaux sur lesquels les athlètes sont disponibles pallient le défaut d’assiduité de certains. À ce niveau, la volonté et les capacités d’adaptation des entraîneurs sont des ressources pour la réalisation des objectifs sportifs individuels et collectifs. Le double projet constitue, en cela, un objet symptomatique de l’expérience du temps des acteurs. En lui-même, et parce qu’il est imposé en France, il rend compte des relations complexes entre ces expériences et les visions du futur de nos protagonistes. D’une part, il engendre une combinaison des régimes de production des futurs qui nuit à l’optimisation de la performance, à l’anticipation, à la prévision, dans la mesure où il place les sportifs et les entraîneurs en situation soit d’urgence, soit d’attente. D’autre part, le double projet participe à une préparation optimale en ce qu’il détourne, paradoxalement, l’athlète du seul enjeu sportif et rend ainsi acceptable et supportable la dimension prospective et non perceptible de la performance sportive à haut niveau.

Conclusion

43Si les questions relatives au déroulement de la carrière des sportifs, de l’entrée dans le haut niveau jusqu’à leur reconversion, a fait l’objet d’une certaine attention dans la littérature scientifique, celles qui concernent le rapport qu’entretiennent les athlètes au temps, et notamment la façon dont ils conçoivent et préparent l’avenir, n’ont pas été jusqu’à maintenant véritablement abordées.

44Dans un milieu rythmé par la temporalité de la compétition, on pourrait s’attendre à la formalisation précise d’une planification à court, moyen et long termes. Cet article renforce, au contraire, l’idée de dimensions intrinsèquement individuelles et mouvantes de la prise sur le futur. Ainsi, tout d’abord, les trois profils d’athlètes mis en exergue mettent en variation la portée de la projection dans le futur et le degré de détermination du déroulement de leur carrière sportive, d’une espérance formulée de façon floue au conditionnel à la planification d’objectifs sportifs très concrets. Ensuite, une attention aux rapports aux corps des sportifs a mis en évidence la réorganisation nécessaire et progressive du temps des athlètes autour de la gestion de leur capital corporel. Ce processus de transformation passe par une appropriation de « bonnes pratiques » dans la perspective, dans un premier temps, de résister aux charges quotidiennes de l’entraînement et par une appropriation de la logique de classement de l’escrime de haut niveau, dans le but, dans un second temps, de gérer stratégiquement son investissement pour durer. Là encore, la variété des parcours des sportifs est à l’origine de leurs engagements à des rythmes différents dans leur préparation physique notamment et, en cela, de leurs capacités distinctes de projection dans une carrière. Il ressort toutefois que, dans ce processus, l’attention accordée au corps dans une optique de préservation et de « durabilité » est souvent minorée au profit de la recherche de performance à court ou moyen terme et des obligations scolaires, estudiantines ou professionnelles.

45Enfin, l’injonction française du double projet génère des façons différentes d’appréhender l’avenir, tout à la fois nuisibles et bénéfiques dans le cadre de la préparation des escrimeurs de haut niveau dans la mesure où la combinaison des régimes de production des futurs rend acceptable la variation des systèmes de prises sur l’avenir des acteurs (Chateauraynaud, 2013). Cela implique toutefois une hiérarchisation, susceptible d’évoluer au cours du temps, des contraintes liées aux études ou à la profession exercée d’une part, et à la recherche de performance d’autre part.

46L’attention à l’expérience du temps trouve sur notre objet une résonnance singulière. Ainsi, entrer par les conditions pragmatiques de fabrication des visions du futur (Fisher et al., 2008) permet de mieux comprendre les modalités de construction par les athlètes de leurs calendriers sportifs et extra-sportifs au sens large et par là même d’ouvrir sur les façons dont ils articulent, le cas échéant, deux « carrières ».

Haut de page

Bibliographie

Bessy C., Chateauraynaud F., 1995. Experts et faussaires, Paris, Métailié.

Chalas Y., Gilbert C., Vinck D., (dir.), 2009. Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Chateauraynaud F., 2013. « Regard analytique sur l’activité visionnaire » in Bourg D., Joly P.-B., Kaufmann A., (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophe, Paris, PUF, p. 287-309.

Chateauraynaud F., 2003. Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions.

Demeslay J., Le Noé O., 2015. « Des noms et des nombres. Régimes réputationnels et horizons temporels dans le sport de haut niveau. », Terrains & travaux 26, p. 203-222.

Fabre C., Gatignon-Turnau A.-L., Ventolini S., 2012. « Les stratégies de reconversion des sportifs professionnels : une lecture par les carrières intelligentes », @GRH 4 (5), p. 113-137.

Fisher E., Selin C., Wetmore J.M., (eds), 2008. The Yearbook of Nanotechnology in Society. Presenting futures, volume 1, Springer.

Fleuriel S., Schotté M., 2011. « La reconversion paradoxale des sportifs français. Premiers enseignements d’une enquête sur les sélectionnés aux Jeux olympiques de 1972 et 1992 », Sciences sociales et sport, 4, p. 115-140.

Javerlhiac S., Bodin D., Robène L., 2010. « Préparer sa reconversion, entre engagement personnel et contraintes sportives », Terrains & travaux, 17, p. 75-91.

Javerlhiac S., Bodin D., Huet A., Robène L., 2011. « Pouvoir et vouloir se former. Analyse d’une étape décisive dans le processus de reconversion des sportifs de haut niveau en France à travers l’étude comparée de l’escrime et du tennis de table », L’Année sociologique, 61, p. 173-199.

Monnereau R., 2013. « Rapport relatif à l’évaluation de la mise en œuvre du double projet des sportifs de haut niveau et des sportifs des centres de formation des clubs professionnels », Ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.

Tomás J.-L., Fleurance P., 2007. « Les significations accordées aux événements et aux aléas d’une carrière sportive : des sources du développement de l’expertise. », L’orientation scolaire et professionnelle, 36/4, p. 553-579.

Wacquant L., 1989. « Corps et Âme », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 80, p. 33-67.

Wylleman P., Lavallée D., 2003. “A developmental perspective on transitions faced by athletes” in Weiss M. (Ed.), Developmental sport and exercise psychology: A lifespan perspective, Morgantown, WV : FIT, p. 507-527.

Haut de page

Notes

1 Francis Chateauraynaud propose une liste de sept régimes : l’urgence, l’attente, l’anticipation, la prévision, la prospective, la promesse et la prophétie (p. 300-306).

2 Les entraîneurs ont été interrogés de décembre 2013 à février 2014, les athlètes de mars à juillet 2014 et les entretiens avec les cadres fédéraux se sont terminés en décembre 2014. Cet étalement s’explique en grande partie par un calendrier sportif chargé. Les entretiens ont été numérotés et le nom des personnes interrogées a été remplacé dans le texte par E1, E2…, E39.

3 Ce premier objectif est également une préoccupation des entraîneurs : « on a quelques juniors qui sont partie intégrante de ces collectifs. On se doit de gérer en premier lieu leur évolution dans leur saison de junior avec des objectifs de Championnat d’Europe et Championnat du Monde dans leur catégorie, mais également de les sensibiliser vers la pratique du plus haut niveau vers les séniors et de les intégrer dès que l’on peut si les résultats le permettent ou… de leur donner une expérience internationale au plus haut niveau. » (E35, entraîneur)

4 Respectivement ceux qui s’appuient sur le court terme pour faire face à un avenir incertain et ceux qui cherchent à construire une planification progressive à long terme. Rappelons que le troisième profil est constitué d’athlètes expérimentés qui se détachent des horizons lointains et se centrent sur des échéances à court terme.

5 De dix heures à midi, trois à cinq fois par semaine, et en fin d’après-midi du lundi au vendredi, le week-end étant libre ou consacré aux compétitions, selon l’avancée dans la saison et le niveau des sportifs. Certains entraînements, notamment le vendredi, sont parfois supprimés pour permettre les déplacements sur les lieux de compétition.

6 Seuls quelques rares escrimeurs bénéficient d’aménagements d’emploi du temps au titre de leur statut de sportif de haut niveau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Delalandre et Julie Demeslay, « Prises sur le futur et articulation des temporalités chez les sportifs de haut niveau », Temporalités [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3321 ; DOI : 10.4000/temporalites.3321

Haut de page

Auteurs

Matthieu Delalandre

UFR STAPS
5 boulevard Descartes
Bâtiment Copernic, 2e étage, Cité Descartes
Champs-sur-Marne
77 454 Marne-La Vallée CEDEX 2
matthieu.delalandre@u-pem.fr

Julie Demeslay

UFR STAPS Université Paris Ouest Nanterre – La Défense
200 avenue de la République
92 001 Nanterre CEDEX
j.demeslay@u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page