Navigation – Plan du site

Jongleuses en blouse blanche

La construction sociale des compétences temporelles chez les infirmières hospitalières
Jugglers in white. The social construction of hospital nurses’ temporal competences
Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller

Résumés

À partir d’une enquête conduite auprès d’infirmières hospitalières travaillant dans deux unités de soins de médecine, on montre d’abord comment se manifestent leurs compétences temporelles de « jongleuses ». On montre ensuite comment ces compétences sont socialement construites, au travers d’une socialisation sexuée et professionnelle, de la diversité des modes d’appropriation des horaires, et des espoirs d’évolution de carrière vers des horaires moins fatigants. Reste que ces compétences demeurent peu visibles et reconnues.

Haut de page

Texte intégral

Mon mari travaille rarement l’après-midi…Mais il y a des services, ça arrive, par exemple en mai-juin-juillet…. alors là, j’essaye plutôt d’être de matin, parce que c’est plus gérable par rapport à la nounou, parce que sinon, je finis à 21 h, ça fait tard pour les enfants…voilà : on essaye de jongler entre nos deux horaires…

1Les infirmières forment l’un des groupes professionnel à la fois les plus féminisés et les plus exposés aux horaires de travail socialement atypiques (encadré 1). Comment organisent-elles cette « gestion ordinaire de la vie en deux » (Haicault, 1984), et d’où tiennent-elles les ressources sociales et subjectives qui sont à la base des compétences temporelles requises chaque jour ? On a avancé ailleurs l’hypothèse selon laquelle les modalités sociales qui amènent à occuper des emplois à horaires flexibles ou atypiques varient grandement selon le type de qualification des salariés, plus précisément selon le degré de reconnaissance sociale et salariale de ces types d’horaires en tant qu’ils sont jugés hors norme. Deux normes polaires de flexibilité, mieux de « disponibilité temporelle », l’une « autonome », l’autre « hétéronome » doivent ainsi être soigneusement distinguées. Elles s’opposent notamment au plan de leur reconnaissance sociale et salariale et de leur maîtrise par les travailleurs (Bouffartigue et Bouteiller, 2002 ; 2003-a). Les femmes peu qualifiées sont surexposées aux formes non reconnues et contraintes de disponibilité temporelle (Devetter, 2004 ; Gadrey et al., 2004).

  • 1  Ce groupe professionnel amplifie d’abord ces pratiques de « jonglage » déployées par toutes les fe (...)
  • 2  Seulement deux soignants de sexe masculin – un cadre stagiaire et un infirmier – ont été interview (...)

2Les infirmières hospitalières sont incontestablement qualifiées – la profession se situe vers le haut de la hiérarchie des emplois féminins – mais leur qualification, pourtant clairement revendiquée lors d’importants mouvements sociaux, reste contredite par la domination de sexe qui tend à la dévaluer et à l’invisibiliser (Kergoat et al., 1992 ; Acker, 2003). Moins mal reconnues que dans d’autres emplois féminisés, leurs compétences temporelles font encore largement partie du continent invisible de leur qualification. En tout état de cause, leur situation offre un miroir grossissant de la condition sociale des femmes salariées, en ce qu’elles mobilisent de manière plus systématique que d’autres des compétences temporelles typiquement féminines.1 On se propose de montrer comment de telles compétences sont socialement construites, à partir de deux enquêtes qualitatives conduites auprès d’infirmières : les premières travaillant dans deux services de médecine au sein d’un même centre hospitalier (Bouffartigue et Bouteiller, 2005) ; les secondes connaissent des situations de travail variées, mais ont en commun d’avoir au moins 40 ans, et donc une expérience professionnelle relativement longue (Bouffartigue, Bouteiller, 2004) (encadré 2)2

Encadré 1 – Les infirmières et leurs horaires

Au 1.02. 2002 on compte un peu plus de 400 000 infirmièr-e-s en France. 87% sont des femmes. 15% exercent en libéral. 54% des salarié-e-s travaillent dans l’Hôpital public, type d’employeur majoritaire à tout âge. Malgré son vieillissement depuis une vingtaine d’année – âge moyen de 34 ans en 1983, de 41 ans en 2000 – c’est encore une profession relativement jeune. On peut la comparer à une autre « profession intermédiaire de la fonction publique ”, semblable à bien des égards – niveau de diplôme, féminisation – comme celle d’institutrice : chez les infirmières les cessations d’activité sont plus précoces, ils sont nombreux à partir de 45 ans ; par contre la vie solitaire y est devenu pratiquement aussi peu fréquente : 10% seulement des 35-44 ans vivent seules et sans enfants ; celles qui vivent en couple avec des enfants sont 57 % des 30-34 ans, 73% des 35-39 ans, et 71% des 40-44 ans ; et, contrairement à un stéréotype, leur divorcialité est à peine supérieure (rapport entre divorcées et mariées de l’ordre de 1/5e chez les plus de 40 ans).

54 % d’entre elles travaillent selon des horaires alternants (généralement matin/soir) ou cycliques, 44 % seulement ont des horaires fixes et réguliers. 11% travaillent régulièrement la nuit, 26% travaillent à la fois de jour et de nuit, 28,6% font au moins trois nuits dans le mois. 17% ne connaissent par leur planning du mois à venir. 53.5% travaillent au moins deux dimanches par mois. Si la proportion de celles qui ont des horaires réguliers et de jour s’accroît avec l’âge, elle reste minoritaire (Tableau 1). Par ailleurs le temps partiel s’est beaucoup développé. Chez l’ensemble des infirmières salariées, selon l’enquête Emploi de l’INSEE, il passe de 13% en 1983 à 29% en 2002 (21% chez les infirmières salariées hospitalières selon l’enquête de la DREES de 2003)

Les infirmières sont donc bien confrontées durablement au cours de leur vie professionnelle au double enjeu : travailler selon des rythmes socialement anormaux, vivre en couple avec des enfants.

Source principale, DREES : données sur les professions de santé, janvier 2001 et janvier 2002 ; enquête 2003 « conditions et organisation du travail dans les établissements de santé « (exploitation originale)

Jongler avec les temps

3Dans les deux unités étudiées le régime horaire majoritaire chez les infirmières est le travail de journée en alternance « matin » et « soir ”, selon un cycle de deux ou trois semaines. Une minorité travaille de nuit. Une troisième minorité exerce en horaires de jours. La plupart sont donc soumises à des rythmes de travail et d’existence décalés par rapport aux temporalités sociales dominantes. À  ce décalage s’ajoute la variabilité, qu’elle soit inscrite dans l’alternance matin/soir, donc régulière et prévisible, ou qu’elle relève de modifications du « planning », notamment pour pallier des absences, donc peu ou pas prévisible (encadré 2).

4Le régime horaire ici le plus fréquent a trois implications principales : se lever très tôt (vers 5 heures) lorsqu’on est « du matin » ; connaître très souvent des nuits écourtées par les « bascules » (enchaînement direct d’un « soir » et d’un « matin » : fin du travail à 20 h. 50, reprise à 6 heures le lendemain) : être fréquemment privée de ces temps forts de la vie familiale que sont les repas du soir et les week-ends.

Le réveil sonne, j’ai envie de le casser… Il y a une grande nuance entre se lever à 5 heures du matin pour venir travailler ici et se lever à 6 heures du matin (…) franchement, je trouve que c’est beaucoup plus humain de se lever à 6 heures qu’à 5….donc, lever 5 heures, allez, ça commence mal… (Laure).

Quand on a fait soir/matin, par exemple : on est rentré chez soit à presque 10 heures du soir, et à 5 heures on est debout à trimballer un enfant….moi, ça, même pas je ne l’imaginais, quoi, ça vraiment c’est hors de question. (Michèle)

J’ai abandonné toutes les activités de groupe, je peux plus (…) On est décalées, et quand on travaille le week-end, on est asociales… désocialisées… c’est très, très difficile. (Michèle)

Encadré 2 : deux enquêtes

La première enquête a été réalisée en 2002 dans deux services de médecine (cardiologie, diabétologie-néphrologie) d’un centre hospitalier de taille moyenne du Sud Est (800 lits, 2000 emplois, dont 500 infirmièr-e-s et autant d’aides soignant-e-s). Le service cardiologie compte deux unités de soin fonctionnant en continu (« hospitalisation » : 22 lits ; « soins intensifs » : 8 lits), ainsi que des activités ne fonctionnant qu’en journée (« plateau technique ”, « électrocardiogrammes ”). Une soixantaine de personnes, y travaillent, dont une trentaine d’infirmières. Le service de diabétologie compte autant de lits, mais seulement 25 personnes y travaillent, dont 10 infirmières. Sur la base d’un questionnaire rempli par 20 infirmières, 13 d’entre elles ainsi que deux stagiaires cadres ont été interviewés. 9 ont moins de 40 ans. Les entretiens ont porté sur leur trajectoire sociale, l’accès à la profession, l’activité de travail, l’emploi du temps quotidien, la mobilité professionnelle passée et envisagée, les « 35 heures ”, l’action collective. Une dizaine d’autres interlocuteurs (surveillantes, direction des soins infirmiers, DRH, syndicalistes) ont également été interviewés.

8 des 13 infirmières travaillent en alternance matin-soir, 3 en journée, 2 la nuit. Pour les premières, les « plannings »ou « feuilles de roulement »sont assez divers. Le modèle le plus courant se déroule sur 14 jours, incluant 4 jours de repos – dont au moins deux consécutifs, libérant un week-end sur deux – et deux « bascules »matin-soir. Les horaires du matin sont 6 h-13h 40, l’après-midi 13h 10-20h 50. Les « 35 heures » se sont traduites localement par une combinaison d’une réduction quotidienne de 20 minutes, très critiquée car peu effective et/ou peu palpable par les intéressées, et d’une réduction annuelle sous formes de journées RTT intégrées dans les plannings. Une fois établis par les surveillantes, ces derniers peuvent faire l’objet de nombreuses modifications. Seuls les dimanche et les nuits font l’objet d’une rémunération supplémentaire.

La seconde enquête a été réalisée fin 2003 auprès de 18 infirmières (plus un infirmier) âgées de plus de 40 ans et travaillant dans autant d’établissements de soins du Sud Est, relevant des trois secteurs (public, privé non lucratif, privé lucratif). Il s’agit d’une des « post enquêtes » qualitative de l’enquête de la DREES effectuée en 2003, « conditions et organisation du travail dans les établissements de santé » (Lelan et Baubeau, 2004 ). Les entretiens ont porté à la fois sur la réception du questionnaire DREES, et sur les mêmes thèmes que la précédente. Seulement 4 sont en horaire alternant jour/nuit, 12 sont en journée, et 3 sont de nuit.

  • 3  Cette expression du « passage de consignes » entre conjoints évoque très directement la « relève » (...)

5Toutes celles qui travaillent selon ce régime horaire déclarent préférer le matin : être du soir réduit à la portion congrue le temps des retrouvailles en famille en fin de journée et limite le temps disponible pour les tâches domestiques.Pour autant, quand elles sont « du soir ”, elles profitent rarement de « grasses mâtinées ”, préférant se lever et prendre le petit déjeuner avec le conjoint et les enfants, y compris parce qu’il faut bien se passer les consignes concernant la planification des tâches domestiques et parentales du jour3.

Non, pas de grasse mâtinée, parce qu’il y a la petite à amener à l’école de toutes manières ; donc, là, j’aime bien me lever en même temps que mon mari puisqu’au moins on déjeune, et ça fait un autre temps où on est ensemble, on déjeune ensemble. (Laurence)

6Ce rythme se traduit également par une gestion très serrée des temps de la vie quotidienne, dont témoigne la facilité avec laquelle les infirmières énoncent avec force précisions leur emploi du temps journalier, en particulier pour leur vie hors travail.

En sortant, généralement je récupère le petit qui est en nourrice, d’abord… c’est la première chose que je fais, ou alors si je vois qu’il dort encore, par exemple, si exceptionnellement j’ai fini à 2 heures, donc je me dis : oh, là il est en train de faire sa sieste, donc ça va lui couper sa sieste, donc si j’ai une course à faire j’en profite, caisse d’allocations familiales ou autres… Voilà, je fais ce que j’ai à faire, et puis je le récupère on va dire vers 3 h – 3 h.30. Je rentre à la maison, je le fais goûter, et après on récupère la petite qui sort de l’école, enfin, la grande…mon mari est là, les trois quarts du temps, donc on se répartit : soit c’est lui qui va la chercher ou il garde le petit. Et après, ça s’enchaîne, il y a le retour de l’école, il faut jouer avec les enfants parce qu’ils nous ont pas vus de la journée, donc voilà ; il est vite 6 h. ou 6 h.15, l’heure du bain des enfants, donc c’est le bain des enfants ; après, c’est le repas, alors ça dépend si on est pas trop fatigués, on mange tous ensemble et on prend le temps ; si on sent qu’on est un peu plus énervés, on fait manger les enfants d’abord, on les couche, et on mange, nous, après….. et coucher entre, on va dire, 22 h.30 et 23 h. (Raoule).

7Ces rythmes de travail ne peuvent donc être vécus qu’au prix de ce qu’elles dénomment souvent « jonglage » et d’une limitation considérable, voire d’une annulation du temps disponible pour soi – en particulier pour des activités sportives ou de loisirs, pratiquement impossibles à pratiquer dans un cadre collectif – ou même du temps pour souffler, récupérer ou pouvoir se soigner, comme du temps disponible pour la sociabilité amicale. Elles « jonglent » avec leurs horaires de travail, ceux de leur conjoint, voire ceux de leurs enfants qui doivent parfois s’adapter aux leurs.

  • 4  A. Testenoire note que plus les femmes sont qualifiées, plus elles se rapprochent du modèle mascul (...)

8Gestion acrobatique de « la vie en deux » et disponibilité temporelle permanente à autrui sont significatifs de cette « compénétration » des temps déjà analysée à propos du temps féminin, dont les frontières entre « travail » et « hors travail » sont beaucoup moins tranchées que dans les pratiques et les représentations masculines (Chabaud-Rychter et al., 1985 ; Beauchesne et De Troyer, 1998 ; Testenoire, 19994). On téléphone du lieu de travail pour superviser les devoirs scolaires des enfants, ou du domicile pour vérifier que toutes les consignes ont bien été transmises aux collègues de l’autre équipe. Cette interpénétration des temps est liée à la continuité dans le type même de compétences mobilisées dans le travail et dans le hors travail : savoir programmer, planifier (Theure, 1981), et donc savoir se plier à un emploi du temps strict ; savoir faire face aux imprévus, travailler sous « urgence » ; savoir être à disposition de – au service de – (des malades, des médecins, des enfants, du conjoint…) ; savoir articuler des logiques organisationnelles différentes (Strauss, 1985 ; Acker, 2005), savoir coordonner des temporalités hétérogènes (Grosjean et Lacoste, 1999) : autant de compétences largement invisibles.

Socialisation professionnelle, socialisation aux horaires

  • 5  Parmi les raisons avancées pour devenir infirmière, l’altruisme et les dimensions relationnelles s (...)

9Plus qu’un apprentissage des horaires atypiques en tant que tels – les stages, en dehors de quelques journées de nuit, se déroulent selon des horaires de type scolaire – les études d’infirmières sanctionnent des orientations positives, sinon vocationnelles, vers la profession. Elles tendent à donner un statut de contrepartie aux régimes horaires difficiles, comme s’ils faisaient partie du prix à payer pour exercer le métier qu’on a choisi. Malgré la pénibilité du travail et de ses horaires, l’intérêt pour l’exercice de cette profession est réaffirmé dans tous les entretiens. Dans ce que nous disent nos interlocutrices de leur orientation précoce, sinon vers le métier d’infirmière, du moins vers ce type de profession, le modèle féminin–maternel demeure très influent, témoignant de la force de l’héritage de la construction historique de ce groupe social sur le modèle traditionnel du travail domestique féminin (Beauchesne et De Troyer, 1998).5 On sait combien ces représentations sociales ont pu être associées à l’idéologie de la vocation et du dévouement, freinant l’émergence d’une conscience salariale et d’une action collective pour l’amélioration des conditions de travail et de salaires. Mais, on le verra plus bas, « accepter » de telles contraintes horaires signifie rarement aujourd’hui s’y « résigner ».

  • 6  Ces trois modèles de la femme soignante sont « l’infirmière technicienne hospitalière » ; « l’infi (...)

10Les études, avec leurs nombreux stages professionnels, constituent une séquence biographique clef, au cours de laquelle se forme déjà une idée assez précise de la diversité des situations de travail qui va dessiner l’horizon des attentes. Ce champ des possibles est relativement ouvert. Il caractérise une profession à statut – le taux de chômage y est très bas, la précarité n’existe significativement qu’en début de vie active – et à carrière, dans la quelle on peut donc se projeter. Ces infirmières, travaillant dans des services de médecine (et non de chirurgie), par ailleurs sans doute moins « lourds »que d’autres (tels la gériatrie, la neurologie, les urgences…), tendent à valoriser le côté « relationnel »du travail autant ou plus que ses aspects « techniques ”. Elles se situent clairement à proximité d’un des trois modèles de la femme soignante identifiés par Anne Vega (1997 )6, celui de l’infirmière « proche des malades et autonome ”, se définissant notamment dans son opposition au modèle de l’« infirmière technicienne »des services de pointe, plus éloignée du malade et plus dépendante des médecins dans le procès de travail de soin.

11Dans leur « palmarès » des services repoussoirs on retrouve de manière fréquente la pédiatrie, la gériatrie, la psychiatrie, mais aussi le bloc opératoire, la réanimation, voire la chirurgie en général. Les premiers parce que les malades y sont décrits comme « lourds ”, voire condamnés, ou parce que la charge émotive du travail y apparaît insupportable, malgré la mobilisation de modes de défenses psychologiques professionnels, bien mis en évidence par P. Molinier (2000 ; 2004). Les seconds parce que la dimension relationnelle du soin y est jugée insuffisante, et/ou l’activité perçue comme trop routinière.

12On soulignera ici que les infirmières rencontrées, même quand elles ont encore peu d’années d’expérience professionnelle, sont toutes parvenues à éviter ou à quitter les services jugés les plus pénibles ou les moins intéressants. Et que certaines ont déjà témoigné au travers de leur mobilité professionnelle d’une recherche de renouvellement ou d’enrichissement de leurs expériences.

  • 7  Les quelques journées de stage de nuit sont presque toujours vécues négativement, de même que le s (...)

13Quelle est la place propre de l’apprentissage des horaires et des rythmes lors de la socialisation professionnelle au cours des études ? Sauf pour ce qui concerne les horaires de nuit7, elle n’apparaît pas centrale dans les récits. D’ailleurs, pendant la formation les stages pratiques sont pour la plupart effectués selon des horaires de type scolaire, donc en marge des cycles professionnels dominants à l’hôpital. Tout se passe comme si ce n’est que plus tard, lors des premières expériences professionnelles, que la question des horaires de travail commençait à se poser, et ce en étroite relation avec l’installation dans une vie de couple et l’arrivée des enfants. Très vite cette dimension va alors apparaître pour ce qu’elle est : faisant intrinsèquement partie du métier, et difficile à contourner.

14Ces infirmières sont souvent confrontées rapidement à des arbitrages difficiles entre la qualité des horaires et l’intérêt du travail : les horaires jugés les plus confortables pour la majorité des infirmières, vivant en couple avec des enfants – horaires plus prévisibles, généralement en journée « normale » – vont rarement de pair avec l’activité de soin jugée la plus intéressante. La socialisation aux horaires au cours des études et des premières expériences professionnelles se fait donc à la fois sur le mode de l’apprentissage pratique – surtout après la fin des études – et sur un mode plus indirect et sans doute plus profond et plus durable, dès la période de formation professionnelle, par l’inculcation des idéaux et normes de la profession : dit autrement, s’ils sont socialement « anormaux », ces horaires sont professionnellement « normaux ».

Usages et appropriations des horaires

  • 8  On ne développe pas ici cet aspect. Ces deux perspectives peuvent d’ailleurs se combiner chez la m (...)

15Le second des grands ressorts sur lesquels les infirmières s’appuient pour déployer leurs compétences temporelles est formé par l’ensemble des modalités d’usage des horaires déployées « ici et maintenant » : acceptés comme contrepartie d’une profession motivante et dans laquelle des possibilités de réappropriation de son temps existent ; possibilités d’arrangements interpersonnels au sein du service ; intégration de la temporalité professionnelle dans la temporalité domestique ou personnelle. Nourries par l’intérêt du travail, par la discontinuité et la variété des situations de travail – l’imprévisibilité et la logique de l’« urgence »ne sont pas toujours négatifs – ces attitudes se déploient tant sur la scène professionnelle que sur la scène domestique, dans lesquelles elles mobilisent des ressources dans une perspective tantôt plus “active»ou « dynamique ”, tantôt plus « adaptative ».8

Sens et variété du travail

  • 9  « (Le temps) n’est pas homogène, ni sur la journée, ni sur la semaine : le matin est plus riche en (...)

16L’énergie physique et psychique se renouvelle d’abord au travers du sens donné à un travail jugé valorisant, dans lequel le mieux être du malade, la reconnaissance manifestée par les patients comme par leur entourage, demeurent essentiels, aux côtés de la reconnaissance par les médecins, les collègues de travail, ou la hiérarchie, moins souvent cités. Elle se renouvelle évidemment au travers de toutes les ruptures ou coupures qui aident à souffler, à récupérer et à reconstituer ses forces : mini-pauses informelles au cours de la séquence quotidienne de travail, arrêts pour maladie, arrêts pour s’occuper d’un enfant malade, congés maternité prolongés, aux côtés bien sûr des journées de repos et des périodes de congés. La monotonie des journées travaillées est tempérée également par des variations dans l’activité de travail comme dans les horaires eux-mêmes pour celles qui alternent « soir-matin »9.

17L’activité de travail elle-même en effet n’est jamais entièrement répétitive, y compris au sein d’un même service : d’abord parce que chaque malade reste singulier, quand bien même l’hôpital est aussi une machinerie industrielle dans laquelle des logiques de taylorisation du travail sont à l’œuvre ; ensuite parce que les deux services étudiés comprennent chacun deux unités de soins dans lesquelles le travail diffère, et entre lesquelles elles alternent régulièrement .

18En cardiologie certaines infirmières préfèrent nettement le travail dans l’unité de soins intensifs ; jugé mieux « organisé », favorisant une approche plus globale et relationnelle du malade et une coopération plus étroite avec les aides soignantes. Il est vrai que les malades y sont nettement moins nombreux (encadré 3). D’autres infirmières sont plus partagées. Mais la plupart soulignent les différences dans le type d’activité de soins (contenu des tâches, division du travail avec les aides soignantes, relation aux malades).

Encadré 3 – Les temps du travail

Étudier plus précisément comment les compétences temporelles sont mobilisées et développées dans l’activité de travail elle-même nécessiterait des investigations complémentaires. Les entretiens fournissent toutefois des matériaux.

Ainsi, en cardiologie les infirmières opposent-elles le travail trop souvent « perturbé » ou « parasité » – par les demandes impromptues des familles ou des médecins – et envahi par les tâches administratives dans l’unité d’hospitalisation, au travail « organisé », « programmé », « protocolé » dans l’unité des soins intensifs. Le même type d’opposition sépare les descriptions des contraintes temporelles entre l’unité de néphrologie et celle de diabétologie. « Aléas permanents » et « lutte non moins permanente contre les aléas » caractérisent l’hôpital aujourd’hui (Grosjean, Lacoste, 1999).

Il est probable que le sens donné au travail joue sur la capacité à réguler ces contraintes temporelles (compte tenu du type de soin, de malade, des durées de séjour etc. Ces contraintes temporelles ont partie liée avec les tensions entre les diverses logiques organisationnelles – soin, hôtellerie, examens, diagnostic – en quoi consiste la machinerie hospitalière, et avec les exigences de coordination des tâches entre les différentes catégories de professionnels. Les infirmières « font avec »les contraintes temporelles propres aux médecins – notamment les horaires des visites quotidiennes – et aux aides soignantes. Ainsi dans les deux unités étudiées la division du travail entre ces dernières et les infirmières est décrite comme forte et souvent excessive. Ces contraintes temporelles et la vision qu’en ont les infirmières sont en relation avec les choix organisationnels réalisés à l’échelon de l’établissement et des services et des unités (incluant la relation effectifs/charge, le degré de polyvalence, la division des tâches entre catégories de personnel, etc.)

Arrangements et compromis autour des temps

  • 10  Ce type d’arrangement à partir d’un planning défini par l’encadrement infirmier est à distinguer d (...)

19Sur la scène professionnelle, il s’agit d’abord de tous les arrangements passés au sein du collectif des infirmières et/ou avec la hiérarchie soignante, et permettant de modifier le planning en cas de besoin. Par exemple, on « s’échange les week-ends » avec une collègue de manière à bénéficier de deux week-end consécutifs10. Il s’agit ensuite et surtout de la possibilité de passer à temps partiel, le plus souvent à 80%, ce qui signifie le bénéfice d’une journée supplémentaire de repos par semaine. L’emploi à temps partiel s’est massivement diffusé chez les infirmières hospitalières ; il est encore plus important localement. La directrice des soins infirmiers fait du développement du temps partiel un levier de la mise en place du « temps choisi », jugeant qu’il favorisait la mise en place de modalités d’organisation du temps de travail moins « rigides » (encadré 4).

Encadré 4 – Le développement du travail à temps partiel

34% des infirmières du centre hospitalier étudié sont à temps partiel – les 2/3 d’entre elles à 80 ou 90% – soit sensiblement plus que la moyenne nationale. Des mesures incitatives l’encouragent au plan national. Dans la Fonction Publique, où le temps partiel est plus souvent « choisi »que « subi »chez les salariés titulaires, le mi-temps (50%) est « de droit »pour « raison familiale » depuis 1994, et les quotités de 80 et 90% sont devenues attractives car la réduction de salaire est en partie compensée. Celles qui ont au moins deux enfants dont un de moins de 3 ans peuvent cumuler le bénéfice de l’Allocation Parentale d’Éducation avec un temps partiel. Dans la Fonction publique hospitalière l’existence d’un fonds de compensation national aide les établissements à satisfaire les demandes.

Chez les infirmières, le travail à temps partiel s’accroît avec l’âge jusqu’à 40-45 ans, où il atteint 50% par exemple chez celles qui vivent en couple. Il est très nettement associé à la présence d’un deuxième enfant (18% chez celles qui ont 1 enfant, 50% chez celles qui ont au moins 2 enfants. Une fois les enfants grands, il diminue mais reste élevé (plus de 30% chez les plus de 45ans). Il est associé par ailleurs à des horaires plus irréguliers (INSEE, Enquête emploi 1999, exploitation originale).

Dans l’Hôpital étudié, la plupart des infirmières à temps partiel restent attachées à un service et parviennent à bénéficier régulièrement d’un mercredi libre. Elles ne se vivent pas comme des « bouche trous » contrairement à certaines d’entre elles qui sont à 50%, ou à celles qui, dans d’autres hôpitaux sont affectées à des « pools de suppléance »  (Cattanéo, 1997).

20Généralement demandé au terme d’un congé de maternité et suite à une évaluation financière précise par les intéressées – les ressources du ménage sont peu affectées compte tenu de diverses compensations directes ou indirectes – le passage à 80% n’a pas ici de contreparties trop négatives, repérées dans d’autres études, en termes de prévisibilité des prestations, d’intérêt du travail, d’insertion dans le service. Plusieurs parviennent ainsi à bénéficier de tout ou partie de leurs mercredis, ce qui n’apparaît possible que quand le service est de dimension suffisante et/ou ne fonctionne pas en sous-effectifs.

21Certes, les horaires atypiques sont principalement objet de plaintes, de protestations, voire de revendications : on l’a dit, elles déplorent d’abord la désorganisation de la vie familiale. Mais on peut tout de même trouver des vertus à ces horaires décalés.

Plus de temps pour soi ?

22Le plus souvent c’est sur le mode de la « nécessité faite vertu » : ces horaires se traduisent par davantage de temps passé au domicile en l’absence du conjoint et des enfants, temps mis à profit pour la réalisation des tâches domestiques. Et si on constate qu’on ne dispose pas pour autant de temps pour soi, c’est parfois en se mettant soi-même en cause, sur le mode de la culpabilité assumée.

J’ai toujours l’impression quand je fais quelque chose pour moi d’avoir délaissé quelqu’un. (Raoule).

23Nous sommes encore ici au cœur d’une compétence sociale transversale au domaine professionnel – ce fonctionnement à la culpabilité est traditionnellement très utilisé par la hiérarchie soignante pour mobiliser en cas de besoin au nom de l’intérêt des malades – et au domaine extra-professionnel : savoir être en permanence « au service d’autrui », comme disposition encore souvent revendiquée, sur le mode d’une qualité psychologique positive (Molinier, 2000 ; 2004)

  • 11  Ces deux infirmières relèvent d’une des rares équipes de nuit affectées à un service, elles ne son (...)

24Mais on valorise parfois ces horaires particuliers sur un mode plus émancipateur, quand le temps disponible peut être utilisé pour soi. C’est le cas quand elles utilisent pour elles-seules leur journée de repos en cours de semaine, toujours au prix d’une lutte contre la culpabilité latente de ne plus être, un court instant, au service d’autrui. Cela peut également être le cas des horaires de nuit : certaines disent apprécier avoir plus de temps disponible, certes d’abord pour être en présence de leurs enfants (et pas seulement pour les tâches domestiques au sens strict), mais également parfois pour des activités personnelles, tandis que d’autres mettent en avant une charge de travail moins lourde et une relation aux malades plus proche11. Même la « bascule », peut-être vécue comme contrepartie pour pouvoir bénéficier d’un week-end plus long, à l’image de toutes les formes d’allongement des horaires quotidiens qui sont tolérés voire demandés pour disposer de coupures plus longues d’avec un travail difficile.

Arrangements et compromis domestiques

25Compromis et arrangements se nouent également sur la scène domestique, d’abord avec les conjoints. S’il est clair que c’est sur la femme que repose l’essentiel de la gestion des discordances des temps entre les membres de la famille, dans quelques cas ce sont les hommes qui ont dû adapter leurs horaires de travail à ceux de leur compagne. Tel ce technicien d’industrie qui a pu négocier avec son employeur un aménagement individuel de ses horaires, ou ce conducteur routier qui, sous la pression de son épouse – il est vrai nettement plus diplômée et mieux rémunérée que lui – a du renoncer à son métier pour se sédentariser.

26Sans aller jusqu’à des décisions aussi radicales que cette dernière, la mise à contribution des conjoint aux tâches domestiques semble ici plus forte que dans d’autres milieux socioprofessionnels, ces infirmières pouvant ici appuyer leurs négociations quotidiennes sur leurs atouts objectifs : niveau de formation, attachement à leur profession et à leur statut, niveau de rémunération.

27« Faire avec » ou « s’arranger » avec des horaires contraignants en jouant personnellement de toutes les ressources présentes dans le temps court de l’univers professionnel et familial est donc l’une des grandes dimensions des compétences de ces « jongleuses ». Mais elle n’est guère séparable du soutien offert par les perspectives d’amélioration inscrites dans les carrières professionnelles, possibles comme probables.

Le temps du devenir, soutien du temps du présent

28Dans le rapport subjectif que chacun entretient avec son présent, deux opérations se mêlent : identifier les futurs possibles, travailler à la réalisation des attentes. Le sens du travail, celui de l’ensemble des contraintes et des ressources qu’il signifie, et donc le sens du temps présent, se jouent aussi dans le temps du devenir.

  • 12  Ce n’est pas un phénomène universel. En Belgique par exemple les carrières des infirmières sont de (...)
  • 13  Les plus jeunes insistent souvent sur l’étendue des possibilités d’évolution. La mobilité professi (...)

29Chez les infirmières les carrières professionnelles sont de plus en plus continues,12 le développement du travail à temps partiel, plus souvent « choisi » qu’ailleurs, favorisant certainement cette évolution, puisqu’il peut être une alternative à l’interruption d’activité. Si la promotion comme « surveillante » est rare, l’espace global des mobilités professionnelles, incluant toutes les mobilités horizontales, est objectivement comme subjectivement, nettement plus étendu13. Pour les débutantes l’enjeu est d’abord de faire leurs preuves en tant que professionnelles et techniciennes du soin, puis, généralement, d’évoluer vers les activités à plus forte composante relationnelle, après s’être insérées dans un statut stable et un poste fixe. Puis, au fil de la carrière, avec l’arrivée des enfants et les débuts de l’usure professionnelle, cet enjeu évolue : la dimension « qualité des horaires » de la situation de travail prend une place croissante dans les préoccupations, les projets et les pratiques de mobilité. En fin de carrière il s’agit moins de capitaliser des expériences formatrices que de trouver une situation de travail moins usante.

  • 14  Même si la part d’autres types d’employeurs – Éducation nationale, centre de santé, établissements (...)
  • 15  Cette étude porte sur un seul CHU. Selon notre propre exploitation de l’enquête nationale de la DR (...)

30Mais si l’espace des possibles professionnels paraît assez étendu dans les représentations des débutantes, l’espace des probables est nettement plus restreint : à tout âge l’emploi dans la fonction publique hospitalière reste majoritaire.14 C’est donc avant tout en son sein que se jouent la mobilité professionnelle et les changements de régime horaire, qui permettent une certaine amélioration de la situation de travail au fil de l’ancienneté (Lert et al., 1993). Les contraintes horaires sont effectivement moins fortes dans les unités « âgées » que dans les unités « jeunes » (Gonon et al., 2004).15 Toutefois la structure d’âge des infirmières exerçant certains types d’activité est significative : dans l’intérim, et dans une moindre mesure dans les établissements privés ne relevant pas du service public elles sont nettement plus jeunes que la moyenne ; les infirmières libérales sont un peu plus âgées ; les infirmières scolaires et celles qui travaillent dans les établissements pour personnes âgées ou handicapées sont nettement plus âgées. Ainsi, à partir de 45 ans, avec une accélération à partir de 55 ans, on observe non seulement un mouvement important d’interruption d’activité, mais également un certain recul du poids relatif de l’hôpital au profit d’autres lieux d’exercice professionnel, nettement plus souvent associés à des horaires de journée : exercice libéral, en milieu scolaire, en établissement pour personne âgée ou handicapée. Et les données dont on dispose confirment bien que sur la plupart des indicateurs significatifs de la pénibilité du temps de travail, une amélioration s’opère au fil de l’âge.

Tableau 1 – Caractéristiques des horaires de travail selon l’âge (en % par classe d’âge)

< 30 ans

30-39 ans

40-49 ans

50 ans et +

Total

Au moins deux dimanches par mois

 67,2

62,4

 44,1

35,9

53,1

Nbr jours variable d'une semaine à l'autre

66,6

59,2

50,3

37,1

54

Nbr heures variables d'un jour à l'autre

59,3

51,6

43,4

34,7

47,8

Planning non connu un mois avant

23,5

18,7

9,6

17,7

17

Temps partiel

10,3

26,4

26,8

17,2

21

Horaires alternants et cycliques

27,7

20,1

19

4,8

18.5

Horaires cycliques (non alternants)

22,7

22,5

22

28,2

23.5

Horaires alternants (non cycliques)

16

18,7

10,3

10,7

14.1

Total horaires alternants et/ou cycliques

66,4

61,3

51,3

43,7

56,1

Horaires réguliers

33,6

38,7

48,7

56,3

43.9

Total

100

100

100

100

100

Travail exclusivement de jour

57

59

68.3

68.3

63

Travail de jour et de nuit

36,1

29

20,5

16,9

11,1

Travail exclusivement de nuit

6,8

11,9

11,2

14,8

25,9

Total

100

100

100

100

100

Au moins trois nuits par mois

30,1

32,7

24,9

26,3

28,6

Infirmières salariées des établissements hospitaliers, femmes. Source : DREES, enquête « conditions et organisation du travail dans les établissements de santé » (n= 4977 personnes, dont 1407 infirmier(e)s, exploitation originale.% sur effectifs redressés).

31Dans l’hôpital public lui-même, qui reste donc de loin le principal employeur au cours du cycle de vie des infirmières, les possibilités d’aménagement horaire ne sont pas négligeables. On l’a vu avec le passage à temps partiel. Le passage en horaires de nuit est également parfois cité comme perspective possible. Mais c’est surtout un horaire de journée avec « repos fixes » qui est espéré. Ces postes de travail sont généralement jugés moins intéressants au plan des contenus d’activité. Mais l’usure professionnelle est telle que la plupart ne s’imaginent pas continuer à travailler selon les rythmes dominants au-delà de 40-45 ans, les infirmières anciennes qui travaillent encore « au pied du malade »jouant un peu le rôle de modèle négatif.

Je vous avouerai, on le voit très souvent, des infirmières qui sont proches de la retraite, qui ont fait du service toute leur vie, elles sont usées, le boulot, elles le font plus ou moins bien. (Danielle)

32Le modèle idéal d’évolution de carrière cité par plusieurs d’entre elles c’est alors le passage vers une fonction de cadre formatrice, fonction perçue à la fois comme moins pénible et aussi intéressante que le soin, et surtout associée à des horaires de jour. Elles la distinguent nettement de celle des cadres surveillantes, jugée assez négativement : poids excessif des tâches administratives, dépendance forte à la hiérarchie hospitalière. Mais les places de cadre formatrice sont rares, peu nombreuses sont celles qui y parviendront. En attendant et à plus court terme, elles n’hésitent pas à demander une mutation vers un autre service, ces demandes mêlant des motivations relevant des logiques de formation ou de renouvellement professionnels, d’allégement de la charge de travail et d’amélioration des horaires.

33Les espoirs d’amélioration de leurs horaires, soutenus par des perspectives d’évolution de carrière qui sont celles d’une profession à statut, viennent ainsi se combiner à l’investissement dans le travail et aux marges de jeu quotidiennes avec leurs contraintes temporelles pour les aider à déployer leurs compétences temporelles.

Des parcours professionnels vers des horaires moins pénibles

34Notre seconde enquête, réalisée auprès d’infirmières âgées de plus de 40 ans, confirme d’abord le processus d’accès progressif à des horaires moins pénibles. En début de carrière, la majorité d’entre elles étaient soit en horaire de nuit, soit en horaires alternant « matin »/ « soir ». Aujourd’hui la plupart d’entre elles sont en horaire de journée dits « fixes ». Mais la manière dont ce processus se réalise ne renvoie guère, si en croît les récits de vie, à des stratégies délibérées et précocement élaborées. En particulier, il ne prend que rarement la forme d’un arbitrage entre qualité des horaires et intérêt du travail et il est indissociable des dynamiques familiales.

35On n’insistera ici que sur ce dernier point. La plupart des infirmières doivent en effet composer à la fois avec la carrière professionnelle du conjoint – vis-à-vis de laquelle la plupart sont en position de subordination objective – et avec les incidences non seulement du travail parental, mais également parfois des ruptures conjugales. C’est pourquoi leurs carrières professionnelles et l’évolution des régimes horaires qui les caractérise se différencient selon le type de dynamiques familiale et domestique dans lequel elles s’insèrent. Trois types de dynamiques ont pu être ainsi distingués.

36Les deux premiers sont moins fréquents que le troisième dans l’échantillon. Le premier, que nous avons appelé « tout pour la profession » – survivance en quelque sorte de l’ancien modèle de la « nonne » – se définit par une place centrale de la vie professionnelle dans les quelques cas de célibat prolongé : carrières continues, à temps plein, et accès à des horaires de travail plus « normaux » qui ne doit rien à la vie familiale. Le second, où se manifestent des «forces de rappel du travail d’appoint » , se caractérise à l’inverse, par une subordination forte de la trajectoire professionnelle à celle du conjoint et aux évènements familiaux : mobilité géographique subie, interruptions d’activité au moment des naissances, passages durables à temps partiel.

37Le troisième type, le plus fréquent, traduit le plus clairement des « tensions dans l’émancipation » féminine. Là les carrières sont presque toujours continues, l’attachement à la profession marqué, la position dans les négociations avec le conjoint plus forte. On y trouve celles qui ont connu des ruptures conjugales, qui les amènent à travailler à temps plein – si ce n’était pas le cas avant – et à rechercher plus activement que d’autres des horaires compatibles avec la monoparentalité. Pour celles qui sont restées en couple, l’usage du temps partiel est parfois durable, et l’accès à des horaires de travail moins pénibles en cours de carrière est généralisé.

38Les infirmières hospitalières ne peuvent exercer leur profession sans mobiliser un certain type de compétences temporelles, permettant de « jongler » en permanence avec leurs temps et ceux d’autrui, dans « le travail » comme dans le « hors travail », et entre le « travail » et le « hors travail ». Ces compétences font partie de l’ensemble des ressources et stratégies requises pour « tenir » dans un métier extrêmement éprouvant. Elles résultent d’un apprentissage indissociablement sexué et professionnel. Sexué, car le temps féminin est construit comme disponibilité permanente à autrui – « expression temporelle de la relation de service » (Chabaud-Rychter et al., p. 47) – comme approche cumulée et intégrée des occupations, préoccupations et contraintes à la fois dans la sphère domestique, et entre la sphère domestique et la sphère professionnelle. Professionnel, car la formation puis l’exercice professionnel mobilisent et développent cette disponibilité temporelle à autrui, la capacité à faire face aux aléas, à anticiper ses activités, à coordonner des temporalités hétérogènes. Le care work se réalise dans une temporalité « processuelle » qui entre en conflit avec la temporalité de l’horloge, notamment en ce qu’il doit composer avec le temps du patient, qu’il est inextricablement lié au contexte des relations sociales dans lequel il se réalise, qu’il est fait de tâches plurielles qui se superposent, et qu’il est rebelle à la programmation (Davies, 1994).

39Ce type de compétences est stimulé par une orientation positive vers la profession, une implication forte dans le travail, des possibilités d’arrangements offertes sur les scènes professionnelles et domestiques, et par des perspectives d’évolution professionnelle vers des unités de travail et des horaires moins usants. Socialement construites ces capacités participent de toutes les ressources qui aident à faire face à une usure professionnelle accentuée par la perception d’une dégradation des conditions de travail, au cours de carrières plus continues que par le passé. L’avenir dira jusqu’où les actions initiées par ce groupe professionnel depuis une vingtaine d’années pour faire valoir sa professionnalité en se dégageant de l’ancien modèle de la « bonne » et de la « nonne » se traduiront au plan d’une visibilité plus grande et d’une meilleure reconnaissance de ce type de compétences.

Haut de page

Bibliographie

ACKER F. (2000), « Être et rester infirmières », Soins, n° 645, mai.

ACKER F. (2003), « Les infirmières : une profession en crise ? », in Jean de Kervasdoue (dir.), La crise des professions de santé.

BEAUCHESNE M-N., DE TROYER M. (1998), « Comment concilier l’inconciliable ? Production professionnelle et/ou reproduction familiale. L’exemple du travail infirmier et soignant », Communication aux VIIe journées de sociologie du travail, Bologne, 17-19 juin.

BOUFFARTIGUE P., BOUTEILLER J. (2002), « L’érosion de la norme du temps de travail », Travail et emploi, n° 92.

BOUFFARTIGUE P. , BOUTEILLER J. (2003-a), « À  propos des normes du temps de travail. De l’érosion de la norme fordienne aux normes émergentes », Revue de l’IRES, n° 2, avril.

BOUFFARTIGUE P., BOUTEILLER J. (2005), « Two occupational groups facing the challenge of temporal avaibility. Nurses and bank managerial staff in France, Belgium and Spain », in J.Y. Boulin, Lallement M., Messenger J., Michon F. (eds.), Decent working time, new trends, new issues, ILO book, 2005.

BOUFFARTIGUE P., BOUTEILLER J. (2004), Le temps de travail dans le temps de l’emploi. Biographies professionnelles et biographies familiales d’infirmières de plus de 40 ans, Rapport pour le compte de la DREES, LEST, avril.

CATTANEO N. (1997), « Le travail à temps partiel : entre rêve et cauchemar », Les Cahiers du MAGE, n°2/97.

CHABAUD-RYCHTER D., FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL F., SONTHONNAX F., (1985), Espace et temps du travail domestique, Librairie des Méridiens.

DAVIES K. (1994), « The tensions between Process Time and Clock Time in care-work : The example of day nurseries », Time and Society, vol. 3 (3).

DEVETTER F.X. (2004), « Disponibilité temporelle : quelles différences entre hommes et femmes », Séminaire International sur le Temps de Travail, Paris, 26-28 février.

GADREY N., JANY-CATRICE F., Pernod-Lemaître M. (2004), « Les conditions de travail comparées des ouvriers et des employés : une question de temps », Séminaire International sur le Temps de Travail, Paris, 26-28 février.

DREES (2001), Les professions de santé : éléments d’informations statistiques, Document de travail, Ministère de l’emploi et de la solidarité, n° 9, janvier.

DRESS (2002), Les professions de santé au 1er janvier 2000, Séries statistiques, Document de travail, Ministère de l’emploi et de la solidarité, n° 33, mai.

GROSJEAN M., LACOSTE M. (1999), Communication et intelligence collective. Le travail à l’hôpital, PUF.

GONON O., DELGOUDET C., MARQUIE JC. (2004), « Age, contraintes de travail et changement de postes : le cas des infirmières », Le Travail humain, tome 67, n° 2.

KERGOAT D., IMBERT F., LE DOUARE H., SENOTIER D. (1992), Les infirmières et leur coordination. 1988-1999, Ed Lamarre.

HAICAULT M. (1984), « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du travail, n° 3, p. 268-277.

HUGHES E.-C. (1996 [1951]), « Pour étudier le travail d’infirmière », Le regard sociologique. Essais choisis, Textes choisis et rassemblés par J.-M. Chapoulie, ed. de l’EHESS.

LALLEMENT M. (1997 ) , « La nuit du chat » , Sociétés et représentations, n° 4.

LALLEMENT M. (2003), Temps, travail et modes de vie , PUF.

LE LAN R., BAUBEAU D. (2004), « Les conditions de travail perçues par les professionnels des établissements de santé », Études et Résultats, n° 335, DREES.

LERT F., MARNE M. GUEGEN A. (1993), « Évolution des conditions de travail des infirmières des hôpitaux publics », Revue d’Épidémiologie et de Santé Publique, n° 41.

MOLINIER P.(2000), « Travail et compassion dans le monde hospitalier », Cahiers du genre, n° 28.

MOLINIER P.(2004), « Psychodynamique du travail et rapports sociaux de sexe », Travail et Emploi, n° 97.

Quénnec Y., Gadbois C., Prêteur V. (1995) « Souffrir de ses horaires de travail : poids de l’âge et de l’histoire de vie », in Marquié J-C, Paumès D., Volkoff S. Eds (1995), Le travail au fil de l’âge, Octarès.

STRAUSS A. et al. (1985), Social organization of Medical Work, Chicago, The University of Chicago Press.

TESTENOIRE A. (1999), “Genre et temporalités ”, Sociologia del Lavor, n° 75-75.

THEURE J. (1981), « Éléments d’analyse temporelle du travail infirmier. L’infirmière de jour en orthopédie », Le Travail humain, tome 44, n° 1.

VEGA A. (1997), « Les infirmières hospitalières françaises : l’ambiguïté et la prégnance des représentations professionnelles », Sciences Sociales et Santé, Vol. 15, n° 3, septembre 1997, pp. 103-131.

Haut de page

Notes

1  Ce groupe professionnel amplifie d’abord ces pratiques de « jonglage » déployées par toutes les femmes ayant une activité professionnelle tout en assumant l’essentiel du travail domestique dans l’unité familiale. En même temps, dans la mesure où elles sont particulièrement sollicitées et développées, leurs compétences de « jongleuses » sont aussi construites dans les spécificités de leur profession. Il en est de même de la dimension affective ou compassionnelle de tout travail de « care », qui n’est pas seulement la résultante de la construction sociale du féminin, mais aussi d’une socialisation professionnelle (Molinier, 2000). On revient en conclusion sur cette double dimension, genrée et professionnelle, des compétences temporelles mises à jour.

2  Seulement deux soignants de sexe masculin – un cadre stagiaire et un infirmier – ont été interviewés. Cet article ne saurait donc traiter de l’existence d’une petite minorité d’hommes dans ce groupe professionnel, et de la manière dont cela peut éclairer construction sociale de la profession comme féminine.

3  Cette expression du « passage de consignes » entre conjoints évoque très directement la « relève » entre équipes d’infirmières.

4  A. Testenoire note que plus les femmes sont qualifiées, plus elles se rapprochent du modèle masculin de séparation/protection des espaces temps professionnels et « privés ». Ces infirmières en restent loin, si on croit la fréquence de leurs propos allant dans le sens de la présence des préoccupations domestiques dans la sphère professionnelle, et des préoccupations professionnelles dans la sphère domestique.

5  Parmi les raisons avancées pour devenir infirmière, l’altruisme et les dimensions relationnelles sont les plus importantes (Acker, 2000)

6  Ces trois modèles de la femme soignante sont « l’infirmière technicienne hospitalière » ; « l’infirmière relationnelle » ; et la « soignante religieuse » (variante plus traditionnelle de la seconde). E.C. Hughes (1996 [1951]) avait insisté sur la plasticité du métier d’infirmière, à la fois comme « faisceau de tâches » et « rôles sociaux ».

7  Les quelques journées de stage de nuit sont presque toujours vécues négativement, de même que le sont les expériences ultérieures du travail de nuit quand elles ont été imposées.

8  On ne développe pas ici cet aspect. Ces deux perspectives peuvent d’ailleurs se combiner chez la même personne, et la domination de l’une d’elles peut être, très probablement, remise en question selon les moments de l’existence.

9  « (Le temps) n’est pas homogène, ni sur la journée, ni sur la semaine : le matin est plus riche en informations, en activités de soins ; il structure pratiquement l’activité de la journée tout entière » (Grosjean et Lacoste, 1999, p. 125)

10  Ce type d’arrangement à partir d’un planning défini par l’encadrement infirmier est à distinguer des cas d’organisation dite « en temps choisi », dans laquelle le planning des présences résulte d’une concertation entre les infirmières elles-mêmes. Une telle organisation a été en vigueur pendant deux années au service de cardiologie. Les infirmières ont souhaité y mettre un terme, suite à la montée d’un sentiment d’iniquité, la proportion de week-ends de repos, notamment, apparaissant inégalement distribuée. Il semble également que ce système ait abouti à autonomiser le service au plan de la gestion des absences (recours plus difficile au pool de suppléance et aux autres services).

11  Ces deux infirmières relèvent d’une des rares équipes de nuit affectées à un service, elles ne sont donc pas exposées comme d’autres à une mobilité aléatoire d’une unité de soins à une autre. l’adoption durable de l’horaire de nuit est souvent présentée par les intéressées comme un « choix » d’organisation domestique Dans la plupart des points de vue exprimés par les infirmières de jour, qu’elles aient eu ou non un expérience de travail de nuit, les horaires nocturnes sont associés certes à davantage d’autonomie eu égard à la hiérarchie hospitalière, mais aussi à une certaine marginalisation par rapport au procès de travail de soins (Lallement , 1997 et 2003 ). Il est clair en tout cas à leurs yeux que ce n’est pas une situation de travail propice aux apprentissages professionnels les plus riches.

12  Ce n’est pas un phénomène universel. En Belgique par exemple les carrières des infirmières sont de plus en plus courtes (Beauchesne et de Troyer, 98).

13  Les plus jeunes insistent souvent sur l’étendue des possibilités d’évolution. La mobilité professionnelle est une motivation centrale parmi celles qui sont avancées pour être et demeurer infirmière (Acker, 2000).

14  Même si la part d’autres types d’employeurs – Éducation nationale, centre de santé, établissements pour personnes âgées ou handicapées –, dans lesquels les horaires réguliers de jour sont la norme, est un peu plus importante chez les infirmières de plus de 50 ans (DREES, données sur les professions de santé, janvier 2002).

15  Cette étude porte sur un seul CHU. Selon notre propre exploitation de l’enquête nationale de la DREES « conditions et organisation du travail dans les établissements de santé », réalisée en 2003, les unités « jeunes » (plus de 20% des infirmières ont moins de 30 ans) sont les urgences, la réanimation, la gynécologie ; les unités « âgées » (plus de 25% des infirmières ont plus de 50 ans) : les services généraux, la gériatrie, la psychiatrie. Ce phénomène de mobilité au fil de l’âge n’est pas propre aux seuls personnels soignants (Quénec et al., 1995).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, « Jongleuses en blouse blanche », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/334 ; DOI : 10.4000/temporalites.334

Haut de page

Auteurs

Paul Bouffartigue

Articles du même auteur

Jacques Bouteiller

Laboratoire d’Économie et de Sociologie du travail. (UMR 6123) Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page