Navigation – Plan du site

Par temps agités

Temporalités journalistiques et crise politique au Chili (1970-1990)
Turbulent times. Journalistic temporalities and the political crisis in Chile (1970-1990)
Tormentas y mal tiempo. Temporalidades periodísticas y crisis política en Chile (1970-1990)
Antoine Faure

Résumés

Les temporalités journalistiques connaissent-elles des ordres et des crises ? Le cas de l’Unité populaire au Chili (1970-1973) montre que les routines pratiques et les habitudes discursives du journalisme sont historiquement situées et connaissent des métamorphoses. Ces transformations s’appuient sur les normes en vigueur, mais font émerger une autre logique temporelle qui prend peu à peu le dessus. Dans le cas chilien, la temporalité de la mise à l’agenda et la figure du gatekeeper sont de plus en plus contestées par l’événementialisation politique et l’urgence médiatique. La sélection et la hiérarchisation des nouvelles ne disparaissent pas, mais elles s’opèrent dans un autre but. Elles laissent la place à la temporalité de la fluidité, par laquelle les journalistes doivent nourrir un flux de nouvelles plus étendu et accéléré. La réactivité se redéfinit alors. L’Unité populaire, ce sont donc les temps agités où se métamorphose, au Chili, la temporalité de la mise à l’agenda. Et tout l’intérêt de ce cas réside dans le décalage historique entre ces métamorphoses journalistiques et la succession des régimes politiques puisque la temporalité de la fluidité émerge durant le gouvernement démocratique d’Allende et se consolide sous le régime autoritaire de Pinochet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On y retrouve l’essentiel des mesures de nationalisation (secteurs bancaires, du cuivre, du textile (...)
  • 2 Une des dates clés reste la marche des casseroles vides composée des chiliennes des classes aisées (...)
  • 3 Notamment à partir de la grève des camionneurs, qui paralyse le pays, en octobre 1972.

1Alors même que le temps est au cœur de l’activité d’un journaliste time-machine (Schlesinger, 1977), quelles sont les conséquences de l’urgence politique sur les temporalités journalistiques ? L’analyse de l’activité médiatique chilienne durant le gouvernement de S. Allende (1970-1973) aide à discuter de cette question. L’élection d’Allende cristallise en effet un conflit politique qui se radicalise peu à peu. Après une première année d’intense activité en matière de politiques publiques1, le réalignement des démocrates-chrétiens (Jocelyn-Holt, 1999), la stratégie de masse des classes aisées2 (Mattelart, 1974), l’élargissement des répertoires légitimes d’action collective (Gaudichaud, 2013) et le débordement des institutions (Santa Cruz, 1988)3 intensifient l’affrontement politique et donc le désordre. Tantôt présenté comme la trahison du peuple et tantôt comme le sauvetage héroïque de la nation, le coup d’État constitue une rupture dans l’histoire politique chilienne. La polarisation n’entraîne pourtant pas de censure ou de politique publique de contrôle des médias. Pourtant, malgré le respect du pluralisme, la temporalité du journalisme semble entrer en crise.

2Pour reconstruire les transformations temporelles du journalisme durant l’Unité populaire, nous avons opéré un travail sur trois dimensions hétérogènes mais interdépendantes : les aspects structurels (marché médiatique, ressources technologiques, transports…), les aspects pratiques (réunion de rédactions, composition des chemins de fer et des pages, pratiques de réception…) et les aspects discursifs (définition sociale du rôle du journaliste, régulation du champ, formation…). Nous regardons le journalisme à travers un kaléidoscope qui fragmente et recompose son rapport au temps, dans une histoire de ses pratiques et de son discours.

  • 4 « L’ensemble des éléments qui entrent en jeu pour faire exister physiquement le texte périodique : (...)

3Les traces de ce rapport au temps, nous les avons trouvées dans la « matérialité »4 des quotidiens nationaux circulant entre 1970 et 1973. Les archives livrent en effet les signes du processus de fabrication des journaux, des règles et des ajustements dont il fait quotidiennement l’objet. Elles permettent de reconstruire le discours que portent les journalistes sur leur relation au temps. Aussi, l’observation fine des formes journalistiques montre que la maîtrise des temporalités est de plus en plus difficile : l’organisation visuelle des pages se désordonne, objet de multiples arrangements quotidiens, qui font à la fois état d’un dense flux de nouvelles et de l’adaptation au rythme des événements.

4Les indices de ces métamorphoses apparaissent ensuite dans les témoignages que font les journalistes de leur activité durant la période, et que nous avons recueillis sous la forme d’entretiens non directifs. Passés les premiers constats sur la forte idéologisation des messages médiatiques, leur récit tend à décrire les normes de fabrication des journaux et les ajustements quotidiens qu’elles subissent. Or, dans la banalité des témoignages, on voit que la figure traditionnelle du gatekeeper (qui sélectionne et hiérarchise l’information), est de plus en plus difficile à opérationnaliser, du fait de la cadence des événements dont les journalistes doivent rendre compte.

5Les signes de ces métamorphoses se verbalisent enfin dans toute une série de conflits au sein du milieu journalistique entre 1970 et 1973, et que nous avons reconstruits à partir de sources de seconde main. Ces pratiques et ces discours concurrents s’ancrent dans trois espaces : les expériences médiatiques alternatives (Mañanita, Surazo, Nueva Habana…) ; les conflits corporatistes sur le rôle et les valeurs du journalisme (au cours de l’Assemblée des journalistes de gauche, en avril 1971) ; les débats autour de la nationalisation de l’entreprise de production de papier (en 1971), etc. Tous ces éléments jettent un trouble sur les normes qui conduisent la profession journalistique, c’est-à-dire sa temporalité institutionnelle à ce moment-là de l’Histoire.

6Alors, nous faisons l’hypothèse que, durant l’Unité populaire, un nouvel ordre de priorité émerge au cœur de l’activité journalistique chilienne ; qu’une temporalité routinisée entre en crise. Pour prendre la juste mesure de ce que nous observons dans ce temps court et agité (1970-1973), nous replaçons la discussion dans le temps long (1950-1990). Nous relisons ainsi les indices des temporalités journalistiques durant l’Unité populaire à la lumière de leurs héritages, mais aussi en esquissant leurs évolutions durant le régime autoritaire de Pinochet (1973-1990).

7Cette perspective débouche sur un résultat contre-intuitif. Alors que le journalisme durant l’Unité populaire est généralement analysé depuis le prisme du conflit politique, les temporalités journalistiques dessinent d’autres continuités et discontinuités. Nous avons déjà montré en quoi le coup d’État n’est pas une rupture fondamentale dans la façon de faire du journalisme, malgré des changements structurels drastiques (Faure, Salinas, Stange, 2013). Nous divergeons ici des études classiques qui se focalisent sur la polarisation politico-médiatique (Rojo de la Rosa, 1976 ; Tupper, 2003 ; Uribe, 1979), pour montrer la contribution des médias et des journalistes aux conditions du coup d’État (Bernedo & Porath, 2003). À nos yeux, observer les indices pratiques et discursifs des temporalités journalistiques sur le temps long évite de faire du résultat (le coup d’État) l’explication du déroulement antérieur (Gottraux, 2002). Le 11 septembre 1973 n’est plus une rupture logique lorsque l’on arrête de lire le système médiatique comme le reflet du système politique.

  • 5 El Mercurio a été créé en 1901 ; El Siglo circule depuis 1940 malgré les périodes de clandestinités (...)

8Pour mieux discuter de ces transformations, nous avons étudié quatre quotidiens en circulation durant l’Unité populaire, que nous avons choisis afin de recouper différents clivages. D’un point de vue idéologique, El Siglo et Clarín (à partir du début 1972 au moins) soutiennent la coalition gouvernementale, tandis qu’El Mercurio et La Tercera s’y opposent. El Siglo et El Mercurio sont ensuite considérés comme des journaux « sérieux » (Sunkel, 1985), tandis que Clarín est un tabloïd et que La Tercera se situe entre ces deux pôles. Les structures de propriété distinguent un journal militant (El Siglo, PC), un journal partisan (Clarín, Victor Pey, un proche d’Allende), et deux entreprises familiales (El Mercurio et les Edwards ; La Tercera et les Picó Cañas). Enfin, ces quatre quotidiens nous permettent de poser la question des temporalités sur le temps long, puisqu’ils sont tous en circulation à partir de 19545, au moment où l’activité journalistique assume sa professionnalisation au Chili. Et ils paraissent encore aujourd’hui, même si El Siglo et Clarín ont été fermés durant le régime autoritaire avant d’emprunter d’autres formats et d’autres fréquences.

9Afin d’analyser les traces des temporalités journalistiques, nous avons recherché dans ces journaux les indices de l’organisation du temps dans l’organisation de l’espace. Car la régulation spatiale des quotidiens montre les techniques et les pratiques employées au cours du processus de fabrication, et donc les priorités journalistiques. Ainsi, nous avons regardé les évolutions du traitement de l’espace dans les quotidiens chiliens entre 1970 et 1973, en choisissant les numéros étudiés de façon aléatoire. Nous nous sommes concentrés sur les mises en forme et les découpages visuels, en comparant les évolutions de la schématisation des chemins de fer, de la composition des pages intérieures, et des blocs articles. Une fois les régularités et irrégularités établies, nous avons confronté ces constats aux témoignages des journalistes sur leur quotidien professionnel entre 1970 et 1973. Nous avons alors pu reconstruire des logiques temporelles transversales et leurs transformations.

10L’Unité populaire est la période où émerge une ré-articulation des temporalités journalistiques sous la pression de l’événementialisation du quotidien. Le conflit politique accélère le temps médiatique, ce qui oblige à s’accommoder au cœur du processus de fabrication des journaux. Les traces de ces transformations sont visibles dans des arrangements, des contre-pratiques ou des énoncés concurrentiels qui s’articulent aux habitudes journalistiques en action. L’urgence médiatique dilate les critères de newsworthiness (entendue comme l’importance journalistique des nouvelles, cf. Gans, 1980) et dérègle le « management des deadlines » (Schlesinger, 1977 : 341). Les journalistes chiliens privilégient peu à peu la circulation du flux de nouvelles à son filtrage. Ces métamorphoses offrent donc à voir une autre histoire du journalisme chilien.

11Nous présentons d’abord la résistance et les ajustements des routines pratiques et des habitudes discursives des journalistes, face au temps événementiel : la temporalité professionnelle se contracte dans le travail de mise à l’agenda (1). Mais dans l’urgence médiatique, certains arrangements journalistiques montrent les premiers signes d’une nouvelle logique temporelle : rendre fluide un flux de nouvelles accéléré et volumineux (2). Nous ouvrons notre réflexion sur la consolidation de cette nouvelle temporalité journalistique, durant le régime autoritaire de Pinochet (3).

Résistances et ajustements : la temporalité de la mise à l’agenda

12Malgré la crise politique, l’analyse des pratiques d’organisation spatiale des journaux met en évidence des continuités là où l’essentiel des analyses se focalise sur des ruptures. Au cœur de cette gestion routinière de l’espace de publication, se révèle la temporalité institutionnelle du journalisme chilien de cette époque, centrée sur le travail de mise à l’agenda (McCombs, Shaw, 1972). Les conditions pratiques d’exercice du journalisme au Chili entre 1970 et 1973 montrent que la temporalité institutionnelle résiste à l’événementialisation politique et s’y ajuste, notamment dans les opérations de séquençage de l’activité quotidienne. La figure centrale de cette temporalité est celle du journaliste-gatekeeper, dont l’autonomie professionnelle est co-régulée par la corporation et l’État-providence.

  • 6 Pour preuve, un projet de loi proposé le 5 janvier 2016 par les députés Habsbún, Ulloa et Urrutia ( (...)
  • 7 L’Unité populaire réunit le Parti communiste, le Parti socialiste, le Parti social-démocrate, le Mo (...)
  • 8 Le MIR n’entre pas dans la coalition de gouvernement, mais reste tout proche : il fournit la garde (...)
  • 9  L’idée de « Révolution » est transversale dans le champ politique chilien au début des années 1960 (...)

13L’intensité des discussions publiques autour de l’Unité populaire en fait la crise la plus récente de l’histoire chilienne, le risque dont il faut se protéger6. Le coup d’État de 1973 serait le résultat de la radicalisation idéologique du conflit. Dans l’historiographie, l’analyse se focalise sur une vision de la crise comme l’état négatif de l’ordre : le chaos. Tous les mécanismes politiques ont entraîné le blocage : le programme et les politiques publiques de nationalisation mis en œuvre par la coalition7 (par exemple, les banques en 1970 ; l’industrie du cuivre, la principale ressource du pays, en 1971 ; ou l’usine de textile Yarur en 1972) ; les conflits partisans sur le chemin politique à suivre, que ce soit au sein du Parti socialiste, entre le Parti communiste et le Mouvement de gauche révolutionnaire8, et surtout la scission du parti démocrate-chrétien et son basculement progressif dans le camp contre-révolutionnaire (Valenzuela, 1983), ou enfin l’intensité des conflits sociaux (Mauro Marini, 1976). Tous ces processus auraient radicalisé un conflit politique déjà marqué dans les années 19609.

  • 10 Il existe des tableaux plus complets de ce rapport de force économico-politique (Uribe, 1979). Le c (...)

14Dans cette perspective, l’activité médiatique contribuerait à ce mouvement politique centrifuge qui entraîne le coup d’État, par l’affrontement entre deux appareils politico-médiatiques. Pour en arriver là, le système médiatique chilien est d’abord cartographié selon le clivage politique. Leurs arsenaux médiatiques sont listés par les analystes, comme nous les dessinons rapidement ici : pour le camp réactionnaire, les journaux El Mercurio, La Segunda, La Tercera, Últimas Noticias, Radio Agricultura, Canal 13, et toute une série de supports médiatiques affiliés (les revues Qué Pasa, Tribuna, SEPA…) ; pour la coalition, les journaux El Siglo, Las Noticias de Última Hora, Puro Chile, Clarín, Radio Corporativa, Radio Magallanes, Canal 7, et là encore des revues, mais dans un nombre plus réduit… Ainsi conçu, le rapport de force numérique et économique entre les deux camps donne l’avantage à l’opposition, malgré les efforts de la coalition durant la première année de gouvernement10.

  • 11 Le caractère mythique du récit sur « l’exception démocratique chilienne » est largement discuté (no (...)

15Sur la base de cette cartographie politique du paysage médiatique, les études recensent les coups communicationnels réalisés dans le conflit (Bernedo & Porath, 2003), les techniques de communication politique employées (Tupper, 2003), les actes langagiers de dénigrement de l’adversaire (Rojo de la Rosa, 1976), les contenus de plus en plus vulgaires (Dooner, 1989) et l’usage toujours plus fréquent de manichéisme (Uribe, 1979), jusque dans les photos d’illustration (Joignant, 2012). Ce récit est validé par une partie des journalistes au moins, dans des témoignages écrits (Baltra, 2012 ; Cárdenas, 2004 ; Santibañez, 1989) ou dans la cinquantaine d’entretiens que nous avons menés entre 2007 et 2011. Ils font le mea culpa d’une attitude qui a mis en danger « l’exception démocratique chilienne »11. Autrement dit, le récit historique dominant explique la rupture des pratiques journalistiques du fait du conflit politique.

  • 12 « Je restais parfois jusque tard le soir, et il y avait une information : que le Ministre a dit je (...)
  • 13 « C’est-à-dire qu’il y avait la crédibilité envers l’autre journaliste, à qui on faisait confiance, (...)

16Pourtant, au-delà de la bataille médiatico-idéologique, les journalistes évoquent aussi des mécanismes de solidarité. L’un d’entre eux, travaillant au journal communiste El Siglo, affirme par exemple prévenir ses collègues du quotidien conservateur El Mercurio et faire jouer une entraide professionnelle, lorsqu’une information suffisamment importante lui vient aux oreilles12. Un journaliste de Clarín témoigne, lui, qu’il n’y a pas une ligne idéologique unique au sein de sa rédaction. Il ne voit pas de blocage de la rédaction, et fait de la cohésion professionnelle le principe qui donne de la crédibilité aux journalistes et au titre13.

  • 14 La « maquette anticipant sur le contenu (nature et taille des articles et publicités des pages des (...)

17Un examen empirique de ce qu’était le journalisme à cette époque relativise aussi l’idéologisation de la presse. Si on ne s’en tient pas seulement aux signes extérieurs (titres et unes de presse) et qu’on analyse l’organisation des formes des journaux, les « chemins de fer »14 montrent que la politique reste là où elle a l’habitude de se loger depuis près d’un demi-siècle. D’une part, opinion et information restent séparées dans l’espace des journaux. Les textes et les images qui font apparaître la ligne éditoriale de chaque titre sont regroupés dans des lieux spécifiques. L’ouverture des journaux (la une et les deux pages suivantes) agence les éditoriaux, les colonnes d’opinion, les caricatures et les rubriques humoristiques. En fin de journal, les pages « magazine » (jusqu’à quatre pages le dimanche dans El Siglo ou El Mercurio) ont un rôle similaire, quoique la prise de position passe par l’angle du reportage. Mais le mécanisme n’est pas nouveau et l’idéologie ne se dissémine pas dans les pages d’information. Cette séparation spatiale s’inscrit dans une tradition qui émerge au tournant du XXe siècle avec la construction d’un marché médiatique (Santa Cruz, 1998), et se consolide au fur et à mesure de la professionnalisation du journalisme libéral (Mellado, Castillo, 2012).

18D’autre part, des éléments de continuité existent dans l’organisation thématique des chemins de fer. Les rédactions ont la maîtrise des très rares changements : pour des événements politiques ritualisés (le Te Deum annuel ou le discours du 21 mai…) ; et lorsqu’à deux exceptions, El Mercurio change radicalement l’organisation de sa une (nous y reviendrons). Les chemins de fer ne bougent dans aucun des titres étudiés et l’imaginaire que livre leur enchaînement thématique converge, malgré différentes appellations. Schématiquement, feuilleter un journal au Chili entre 1970 et 1973 revient à passer par les sections suivantes : opinion ; politique et société ; faits divers ; international ; cultures et spectacle ; sports.

19Ces rubriques convergent entre les différents journaux, même si l’espace qui leur est accordé varie selon leur volume, mais aussi leur ligne éditoriale. On trouve par exemple plus d’économie dans El Mercurio et un espace plus important consacré au syndicalisme dans El Siglo. Le chemin de fer du Mercurio est un cas particulier puisqu’il est constitué de trois feuillets, et place les sections « Politique » et « Économie » dans le dernier feuillet (pages 21 à 24) pour remonter les « Sports » dans le premier (pages 5 à 8). Il y a aussi des différences entre les journaux « sérieux » et les tabloïds : les faits divers et le sport sont plus développés dans l’espace des derniers. Mais, de façon transversale, on ne voit pas d’idéologisation des imaginaires de la presse. Les pratiques médiatiques à portée ouvertement politique ne sont donc pas absentes, elles continuent à être régulées dans l’espace matériel de la presse.

20Ces éléments de continuité montrent les résistances journalistiques au conflit politique. C’est justement là que nous voyons les ajustements d’une temporalité institutionnelle routinisée. Car le principe même d’un régime de temporalité journalistique est de garder la maîtrise du flux de nouvelles malgré les événements, l’urgence sociale ou l’irruption de l’imprévisible (Schlesinger, 1977). Dans ce conflit politique exacerbé, les routines sont contraintes de se montrer plus rigides et visibles pour réactiver le discours journalistique dans son rapport « normal » au temps. Cette temporalité institutionnelle s’opère à partir de normes, de routines et de procédures partagées (la sélection et la hiérarchisation), joue sur la socialisation professionnelle des praticiens, et fonctionne sur une logique de planification par séquençage. Les journalistes travaillent à canaliser le flux de nouvelles, comme une digue peut canaliser le débit et le trajet d’un fleuve, ce qui renvoie à la figure classique du gatekeeper, cet éclusier chargé de faire le tri parmi les possibles nouvelles. C’est pour cette raison que nous parlons de temporalité de la mise à l’agenda.

21D’un point de vue strictement pratique, la temporalité de la mise à l’agenda se joue dans l’organisation des pages. Cela passe par un quadrillage qui s’opérationnalise grâce à un séquençage du quotidien journalistique pour mieux gérer les deadlines. Outre la mise en page des unes, l’organisation des pages intérieures reste constante. Un quadrillage rectangulaire divise chaque page en zone pour hiérarchiser les informations. Cette division des journaux par les chemins de fer et le quadrillage de chaque page s’appuie sur un découpage du processus de fabrication, dans le quotidien journalistique. Ainsi, dans leurs descriptions de la journée de travail, les journalistes reviennent sur les différentes étapes que suit le processus de fabrication des journaux. Ils commencent leurs récits par la réunion de rédaction, généralement le matin, puis évoquent le reportage et leur rapport aux sources, le moment de l’écriture, les jeux de négociation avec le responsable de la rédaction pour obtenir plus ou moins d’espace et garder la main sur un titre. Ils finissent par témoigner de l’étape de composition. Les souvenirs précis qu’ont les témoins montrent la force de la logique de séquençage des deadlines qui rythment le quotidien journalistique.

22La routinisation du processus de fabrication du journal s’opère autour des idées de sélection et de valorisation de l’information. La réunion de rédaction vise ainsi à planifier les nouvelles à couvrir, et à monter le chemin de fer des journaux. C’est la première étape de sélection dans le séquençage quotidien du processus de fabrication. Un journaliste de Clarín explique :

  • 15 Entretien avec G. Saavedra, 21 septembre 2010.

« Et tu commences à apprendre la quotidienneté du journal. C’est-à-dire que tous les jours, arrive une information que le journaliste suit »15.

23Le choix du journaliste chargé du reportage correspond aussi à des motivations temporelles : qu’il ait porté le sujet ou qu’il soit spécialiste de la thématique, c’est l’efficacité qui compte.

24Durant l’Unité populaire, l’enchaînement des étapes du reportage, de l’écriture et de la composition reste maîtrisé selon des principes habituels de la mise en scène d’une hiérarchie entre les éléments de chaque nouvelle (la pyramide inversée) et les nouvelles entre elles (la mise en page). Ce mécanisme consiste à multiplier les actes de sélection et de hiérarchisation puisqu’au fur et à mesure de ces étapes, l’ordre du chemin de fer et l’espace attribué aux nouvelles est corrigé. La conférence de rédaction et le chemin de fer visent donc à « routiniser l’imprévu » (Tuchman, 1972). Cette étape répond avant tout à des impératifs pratiques de répartition des tâches, de prévention de l’aléatoire et des discontinuités événementielles, selon une logique de séquençage qui en vient à prescrire sa propre temporalité. Or celle-ci s’exprime dans la règle de répartition spatiale et son travail d’énonciation d’une importance médiatique, qui s’appuient sur des critères abstraits et élusifs, la newsworthiness.

25La sélection de ce qui mérite de faire l’actualité s’opère sur des routines temporelles : les nouvelles prennent de l’importance si elles peuvent être insérées dans une séquence médiatique, mais cette valeur est à reconsidérer au fur et à mesure de leur durée. La régularité des cycles journalistiques (quotidiens) s’appuie sur les deadlines routinisées. Les critères de newsworthiness sont alors ceux d’une temporalité professionnelle mise en œuvre dans le travail de mise à l’agenda. L’importance journalistique se révèle en effet dans l’espace dédié et par les marqueurs visuels qui permettent une distinction entre les différentes nouvelles. Ces marqueurs apparaissent dès la réunion de rédaction, qui anticipe l’importance journalistique par des hypothèses sur l’espace à occuper et les formes à adopter. Cette étape encadre donc les démarches postérieures des journalistes, elles-mêmes séquencées.

26Les directives temporelles sont relativement rigides bien qu’elles puissent être révisées en permanence. Le temps passé sur un reportage est ainsi directement déterminé par l’espace accordé dans le chemin de fer. D’un point de vue rédactionnel, il y a un transfert de temps entre ceux qui travaillent sur des nouvelles courtes et ceux qui ont à leur charge les nouvelles jugées primordiales. De fait, les premiers peuvent être mobilisés en faveur des seconds à n’importe quel moment de la journée. Enfin, cette newsworthiness valide la temporalité des journaux dans un jeu de gratifications : plus la nouvelle et l’espace qui lui est consacré sont importants, plus le journaliste peut montrer sa compétence. De même, les sources peuvent être multipliées et les formes enrichies par l’usage des illustrations, ce qui leur confère de la valeur.

27Or l’articulation primordiale entre deadlines et newsworthiness opère cette temporalité propre à la fonction de mise à l’agenda. Les journalistes chiliens sont à une étape de leur histoire où leurs routines consistent à sélectionner les nouvelles dignes d’un intérêt médiatique et politique, et à hiérarchiser leur importance. La temporalité de la mise à l’agenda s’opérationnalise dans une politique de l’espace, selon deux dimensions : la verticalité de l’importance visuelle et l’horizontalité de la surface de chaque nouvelle.

28Elle paraît constitutive du rôle social du journaliste avant l’Unité populaire, celui de gatekeeper. Cette fonction est le résultat d’une coconstruction de l’autonomie journalistique par la corporation et l’État-providence chilien. On voit les traits de cet ethos professionnel se consolider depuis une vingtaine d’années, dans la volonté qu’ont les organisations corporatistes de réguler le milieu journalistique de façon autonome. Ainsi, le Cercle des journalistes de Santiago et le Collège des journalistes chiliens font pression pour créer des formations universitaires au journalisme, qu’ils finissent par cogérer avec les Universités publiques (à partir de 1953). Ils régulent ainsi les inclusions dans le milieu journalistique. La loi n° 12045 sur le Colegio de periodistas de Chile, publiée le 11 juillet 1956, délègue aussi la capacité d’en gérer la frontière en actant l’appartenance d’un journaliste à la communauté (par l’attribution des cartes de presse), en surveillant les actes et activités professionnelles, en garantissant la protection sociale des journalistes, et en les sanctionnant selon la gravité de la faute jugée par le conseil national.

29Ainsi, la professionnalisation journalistique se forge autour d’un discours sur la responsabilité sociale des journalistes. Or, cette responsabilité se fonde sur un rythme maîtrisé de médiatisation, autant fabriqué par les formes, les styles et les catégories journalistiques que par le gouvernement du milieu journalistique.

30Malgré le conflit politique, les signes visibles de l’activité de mise à l’agenda et le discours que tient la corporation journalistique montrent l’héritage d’un modèle de presse professionnelle. La routinisation du travail de sélection et de hiérarchisation des nouvelles souligne l’ancrage de cette temporalité, dont la force réside sûrement dans le travail de socialisation qu’implique l’autonomisation du journalisme. Dans les pratiques comme dans le discours, les routines de mise à l’agenda essaient donc de garder la maîtrise du temps journalistique. Mais l’événementialisation politique fait émerger d’autres temporalités dans l’activité journalistique. Malgré les résistances et ajustements, il y a une crise des temporalités journalistiques chiliennes durant l’Unité populaire qui met à mal les habitudes de fabrication. Le temps événementiel impose des bricolages et des arrangements qui font émerger une nouvelle logique temporelle dans l’exercice du journalisme.

L’émergence d’une temporalité centrée sur la fluidité

31L’accélération du temps médiatique devient l’enjeu journalistique entre 1970 et 1973. La progressive événementialisation du quotidien emporte les habitudes journalistiques dans un flux de nouvelles toujours plus volumineux où les publications sont plus fréquentes. Au niveau structurel, le marché médiatique chilien ne peut absorber le flux dilaté de nouvelles. Par voie de conséquence, l’urgence médiatique entraîne des transformations dans la façon de fabriquer les journaux, en déréglant l’organisation spatiale de la temporalité de la mise à l’agenda. Ces arrangements temporels remettent en question le rôle social du journalisme : de nombreux conflits discursifs mettent en jeu la figure du journaliste-gatekeeper. La sélection et la valorisation des nouvelles ne sont plus la priorité, et la temporalité de la mise à l’agenda laisse se répandre l’exception de la fluidité dans l’organisation spatiale des quotidiens.

  • 16 Nous faisons ici volontairement référence au documentaire d’A. Mattelart et C. Marker du même nom, (...)
  • 17 Le 27 avril 1973, durant la marche des secteurs pro-gouvernementaux, l’ouvrier communiste J. Ahumad (...)
  • 18 Comme « l’Accord sur la grave fracture de l’ordre institutionnel et légal de la République », du 22 (...)
  • 19 Jusqu’à y inclure, en 1973, des membres des forces militaires.
  • 20 Le nombre annuel de grèves croît considérablement : de 977 en 1969 à 3652 en 1973 (Marini, 1976 : 1 (...)

32La radicalisation des tensions politiques provoque une forte événementialisation du quotidien. Dans cette « spirale »16, l’affrontement (symbolique et parfois physique17) se joue à un rythme effréné. Le conflit est permanent et ses événements de plus en plus fréquents. L’exercice de la chronologie auquel se livrent les historiens en est une preuve tangible : ils répertorient l’abondance des événements quotidiens, qui gonfle dans l’accumulation des sociohistoires (Gaudichaud, 2005 ; Seguel Boccara, 2007). La description du conflit chilien revient sur la fréquence des décisions et leur blocage systématique18 ; sur le rythme des remaniements ministériels19 ; sur le tempo du conflit social (parfois plusieurs grèves ont lieu dans la même journée20). Le répertoire légitime d’action politique s’élargit et le conflit politique s’accélère.

33Cette événementialisation est visible dans l’intense activité médiatique, principalement du fait de la profusion d’offres sur le marché et d’un lectorat massif. Les chiffres de vente le montrent : alors que le pays compte 7 884 768 habitants, il y a près de 850 000 quotidiens vendus chaque jour (Santa Cruz, 1988). Deux tendances agissent sur le rapport au temps dans l’activité de fabrication des journaux : l’abondance du « flux de nouvelles » (le volume de publications émises, peu importe le support) et la grande fréquence de publication.

  • 21 Il est important de noter qu’il ne s’agit pas, pour la coalition de l’Unité populaire, de prendre l (...)
  • 22 « Soleil de la connaissance » en langue mapuche.

34La circulation d’objets médiatiques se trouve en effet alimentée par les nombreuses créations de médias. Commençons par les médias publics puisque le projet même de la coalition est d’étendre l’intervention de l’État dans l’économie, y compris le secteur médiatique21. La nationalisation d’une maison d’édition en mauvais état financier, Zig Zag S.A., en est l’incarnation. Malgré les résistances du secteur privé, cette décision débouche sur la création de Quimantú (1971)22. La maison d’édition étatique nourrit le marché médiatique de magazines et de revues d’actualité, peu importe leur spécialisation thématique. Ahora et Mayoría en sont les deux revues généralistes les plus emblématiques.

35L’offre de quotidiens privés entretient aussi l’abondance du flux de nouvelles, avec des journaux du matin et d’autres du soir. En plus d’El Mercurio, la maison Edwards propose La Segunda. Le Parti communiste publie El Siglo et Puro Chile. Chez les tabloïds, Clarín et La Tercera se partagent la journée. Dans leurs pages, ces journaux diffusent chaque jour le volume de nouvelles le plus élevé de l’histoire de la presse chilienne. En moyenne, 106 nouvelles par quotidien en 1971, ce qui se décompose en 119 pour El Mercurio, 108,5 pour Clarín, 93,3 pour El Siglo, et 127 dans La Tercera. Ce dense volume augmente puisqu’en 1973, 132 nouvelles sont publiées en moyenne dans les quatre journaux considérés.

36L’événementialisation du quotidien nourrit aussi l’accélération du temps médiatique par la fréquence des publications. La multiplication des journaux du soir offre une plus grande continuité médiatique, par la possibilité de prendre en compte ses pairs de façon plus régulière (selon la logique de « circulation circulaire » de l’information, cf. Bourdieu, 1996). Du côté du lectorat, le dédoublement du moment quotidien de publication a le potentiel d’un suivi plus serré des actualités, et plonge les audiences dans un environnement où l’information est extrêmement prégnante. D’autant qu’une des pratiques de consommation des journaux consiste à consulter les titres, affichés tout autour des kiosques au coin des rues chiliennes.

  • 23 N’ayant pas analysé ce secteur, nous supposons simplement que les médias audiovisuels alimentent ce (...)

37L’événementialisation politique catalyse donc le flux de nouvelles, côté offre et côté demande. Le temps médiatique s’étend23 et met sous pression les routines journalistiques quotidiennes. D’autant que les conditions structurelles encadrent les possibilités temporelles, en jouant sur l’espace de publication, le cycle de production et le temps de diffusion.

  • 24 Alors qu’il tire à hauteur de 100.000 exemplaires en semaine, El Mercurio en publie 340.000 le dima (...)

38En plus de l’urgence médiatique, les facteurs structurels du processus de fabrication des journaux contraignent la régulation de l’espace des journaux, les deadlines quotidiennes des rédactions, mais offrent aussi les nouvelles possibilités de hiérarchisation. La pagination des journaux oscille entre 12 et 48 pages, sans que l’on ne puisse constater d’évolution constante. Elle connaît des variations selon le jour de la semaine (avec des éditions très volumineuses le dimanche24), ou selon les annonces commerciales, qui se multiplient à certains moments de l’année (comme avant Noël). Mais, malgré la densification du volume de nouvelles, l’espace rédactionnel reste sensiblement similaire entre 1970-1973. Le principe même de la mise à l’agenda, filtrer le flux de nouvelles, devient difficile à opérer.

39La pression se fait d’autant plus forte que les conflits spatiaux entre publicité commerciale et espace rédactionnel s’accentuent. Un journaliste de Clarín explique :

  • 25  Entretien avec G. Saavedra, 21 septembre 2010.

« (...) Les multinationales de la publicité disaient “nous voulons la page de droite, après la politique ou avant la politique”. Et c’est là où nous avions énormément de problèmes avec le directeur. (...) Mais on vendait cette page, et il fallait la défendre pour que se maintienne son numéro, le nom de la page de droite, la 11 par exemple. Donc je devais être là jusqu’à la fermeture du journal pour qu’ils ne me changent pas la page de droite. C’était une lutte constante »25.

40Les temporalités du journalisme chilien se modifient donc dans l’urgence médiatique par l’intensification de la pression commerciale.

  • 26 La principale métamorphose est dans la programmation audio-visuelle, qui devient plus étendue dans (...)
  • 27  L’achat et l’importation de cette machine de marque Poligraf est permise grâce au don que fait P. (...)

41Les contraintes structurelles jouent aussi sur les temporalités journalistiques par les technologies utilisées pour diffuser les journaux et pour les fabriquer. Les moyens habituels de transport conditionnent largement les deadlines journalistiques, d’autant que la géographie chilienne oblige à une livraison par avion, aux extrémités du pays au moins26. Si les moyens de diffusion médiatique ne connaissent pas de révolution majeure durant l’Unité populaire, les technologies d’impression utilisées s’améliorent, ce qui entretient l’augmentation du volume de nouvelles publiées, et permet aux journalistes de gagner du temps dans leur travail quotidien. Ainsi, le service d’impression de la Sociedad Imprenta Horizonte (qui appartient au PC) ajoute à ses deux vieilles rotatives typographiques, la première rotative offset du pays27. Au-delà de la capacité d’impression que cette troisième rotative offre, l’introduction de la technologie offset a des conséquences de grande ampleur. Comme dans le cas français, la rotative offset « redéfinit les étapes du cycle de production » et engendre « une augmentation générale de la pagination », une « standardisation des maquettes », « favorisant l’adjonction d’outils visuels tels l’infographie » (Kaciaf, 2013). Ici, les conditions technologiques d’exercice du journalisme ouvrent des possibilités temporelles nouvelles, que ce soit par le gain de temps dans le cycle de production ou la gestion plus efficace de l’espace des journaux.

42Les conditions structurelles d’exercice du journalisme ne sont donc pas simplement des contraintes. Les principales évolutions montrent la dilatation du volume des journaux, la multiplication des deadlines dans le quotidien journalistique, mais aussi la possibilité d’un travail de hiérarchisation plus efficace. Si l’abondance de nouvelles entraîne une pression sur les routines journalistiques et ouvre de nouvelles possibilités, comment les temporalités journalistiques s’adaptent pour fabriquer les quotidiens, dans cette urgence médiatique ?

43Malgré les innovations technologiques, les habitudes journalistiques ne parviennent pas à contenir le flux effréné de nouvelles, comme le montrent les petits arrangements quotidiens repérables dans les pages des journaux et dont les journalistes témoignent. Les routines de séquençage spatial et temporel de l’activité connaissent des exceptions, qui rendent les tâches de sélection et de hiérarchisation secondaires. La logique de la fluidité s’affirme dans le processus de fabrication des journaux, et s’articule à la temporalité de la mise à l’agenda pour privilégier peu à peu le volume de nouvelles publiées.

44Les arrangements spatiaux qu’impose l’urgence médiatique sont incarnés par les deux ruptures majeures de l’organisation visuelle des unes d’El Mercurio, et dans les changements dans la composition des pages intérieures des journaux. Sans pour autant mobiliser de nouvelles ressources technologiques et compétences, le quotidien conservateur casse ses formes traditionnelles à deux occasions. Ces épisodes sont lus à juste titre comme des sommets de la propagande conservatrice (Bernedo & Porath, 2004 : 120 ; Tupper, 2003). Le 15 juin 1973, durant une grève de mineurs du cuivre, la une est composée de deux photos dans la hauteur et d’un titre sur 8 colonnes, pour représenter le chaos vécu par le pays. Le 5 septembre 1973, un montage photo dessine une queue interminable (devant un magasin, suppose-t-on). Le pochoir appliqué à la photo met visuellement en scène une courbe sinusoïdale longue de toute la diagonale d’une page blanche ce qui représente les carences économiques vécues par la population et l’immobilisme du gouvernement de S. Allende.

Image 1 : Les unes d’El Mercurio, le 15 juin et le 5 septembre 1973

Image 1 : Les unes d’El Mercurio, le 15 juin et le 5 septembre 1973
  • 28 Déjà largement démontré par les études historiques (Lagos, 2007), le rôle d’A. Edwards, le propriét (...)

45Si ces deux unes restent des exceptions à visées idéologiques28, elles mettent en cause les normes sur lesquelles fonctionne le journalisme professionnel, et que le journal conservateur avait grandement participé à installer (Santa Cruz, 1988). La une n’affiche plus le traitement hiérarchisé d’une série de nouvelles présélectionnées et ne fait plus état d’objectivité par la confrontation des sources. Or à partir du moment où nous avons montré comment la temporalité de la mise à l’agenda s’appuie sur le professionnalisme journalistique, ces deux ruptures dans l’organisation visuelle du quotidien montrent comment l’urgence s’immisce progressivement dans une temporalité routinisée.

46La mise en page de l’urgence journalistique oblige à la transformation de l’organisation des pages intérieures des journaux. Au fil de l’Unité populaire, le quadrillage subit des arrangements de composition, notamment dans la hauteur : de nombreuses colonnes dépassent la hauteur du bloc article adjacent. La désorganisation spatiale et visuelle des pages est aussi visible dans la multiplication des brèves au cœur des pages. Ces marges d’ajustement étaient déjà octroyées aux journalistes, mais leur usage est toujours plus fréquent. On trouve là une explication à l’augmentation du volume de nouvelles publiées malgré une relative stabilité de la pagination. Surtout, ces zones sont de plus en plus étendues et répétées ce qui laisse une plus grande marge d’action face à l’étendue du flux et la fréquence des nouvelles. La logique d’anticipation propre au travail de valorisation des nouvelles fait preuve l’élasticité. Dans l’urgence médiatique, l’exception de l’ajustement spatial devient la règle. De plus en plus nombreux, ces résidus de nouvelles sont aussi mono-inspirés (quand les sources sont citées), ce qui nuance le principe de confrontation des sources. Les pratiques d’organisation formelle des journaux privilégient donc la circulation de brèves sur le tri des nouvelles et détournent la temporalité de la mise à l’agenda pour s’ajuster au temps événementiel.

47Ces arrangements spatiaux font peser une forte pression sur la régulation des deadlines. Intensifiée avec la multiplication des journaux et la fréquence des publications, la concurrence médiatique se manifeste dans les salles de rédaction par la comparaison systématique des différents médias lors de la réunion de rédaction. L’urgence intensifie donc la « circulation circulaire » de l’information. Cette mise en concurrence est alors ressentie comme une variable de l’affrontement entre deux appareils médiatiques. Et, au-delà des messages médiatiques (Joignant, 2012), cette concurrence politique se manifeste dans les précautions temporelles prises à son égard. À Clarín, la politique est l’objet d’une deadline retardée :

  • 29 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

« Tout ce qui était du niveau international, économie, syndical était ce qui était fini en premier, et on gardait toujours la politique et la une pour le dernier moment »29.

48Le conflit politique oblige à garder une certaine réactivité, dont les témoignages montrent l’intensité dans le quotidien journalistique :

  • 30 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

« Chacun d’entre nous avait les journaux, et la radio, et la télévision. (...) quand il y avait quelque chose (…) on sortait tout de suite, en courant les uns derrière les autres et… tout résidait dans le fait que celui qui avait l’information était le meilleur »30.

49Nourrie par le conflit politique, la concurrence dérègle donc les opérations habituelles de séquençage du processus de fabrication des journaux.

50Paradoxalement, le conflit politique fait vaciller les routines quotidiennes des journalistes en ouvrant des espaces de débat, au-delà des lignes de parti. Durant la réunion de rédaction, les voix se lèvent plus facilement et les propositions sont moins hiérarchiques, comme le montre le souvenir de conférences de rédaction « participatives » :

  • 31 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

« Ce qui était le plus incroyable, à Clarín par-dessus tout, c’est que nous participions tous à la réunion de rédaction. Quand je dis tous, je dis que jusqu’aux linotypistes qui travaillaient avec le plomb, (...) ils venaient et écoutaient, prenaient la parole et participaient »31.

51Ces espaces de débat dérèglent les réunions de rédaction, ce point d’ancrage dans le séquençage de la fabrication des journaux, et reflètent la volonté de faire entrer un maximum de nouvelles dans le chemin de fer, à la différence de la sélection hiérarchique.

52Avec l’accélération politique du quotidien, les institutions médiatiques connaissent des blocages et des contraintes qui obligent les journalistes à « batailler » en permanence avec les deadlines. C’est là l’impact de l’événementialisation politique sur la temporalité de la mise à l’agenda. Les pratiques de sélection et de hiérarchisation ne disparaissent pas, elles deviennent secondaires. Prévaut peu à peu la capacité à rendre compte du flux de nouvelles malgré son caractère aléatoire et la fréquence des événements.

  • 32 L’entreprise CMPC créée en 1920 appartient au candidat de droite à l’élection présidentielle de 197 (...)
  • 33 Par un courrier du 27 novembre 1971, la Société interaméricaine de presse demande à S. Allende de r (...)

53Des pratiques, des voix et des conflits contestent enfin la figure du journaliste-gatekeeper, ce qui entre en synergie avec les contre-pratiques constatées. Le projet de nationalisation du monopole de papier, La Papelera32, en est une bonne illustration. Par la voix de la Société interaméricaine de presse, les forces conservatrices dénoncent officiellement le risque que fait peser cette politique publique de distribution de papier sur la liberté d’expression33. Dans sa réponse, S. Allende réaffirme le respect du pluralisme, qu’il place dans la représentation des journalistes professionnels dans l’organisme de distribution du papier, et dans l’accès facilité au crédit des groupes médiatiques souhaitant lancer leur entreprise de production et de distribution de papier. Il rejette enfin l’interventionnisme de la SIP. En fin de compte, La Papelera n’est pas nationalisée mais le prix du papier est rendu fixe, et ne sera libéralisé que sous la dictature. En deçà de l’argument de la liberté d’information (dont s’arrangent allègrement A. Edwards et El Mercurio après le coup d’État), c’est la circulation du flux de nouvelles qui est l’enjeu de cette bataille, l’approvisionnement en papier contraignant directement l’espace de la presse, le volume et la fréquence de publication.

  • 34 L’occupation des journaux La Mañana de Talca, en août 1971, et El Sur de Concepción en octobre 1972 (...)

54Les expériences de presse alternative rompent aussi avec la temporalité de la mise à l’agenda. En lisant des journaux amateurs de quartier comme Nueva Havana ou en se documentant sur Mañanita et Surazo34, on se rend compte que cette presse cherche à inclure dans le flux de nouvelles des sujets traditionnellement éliminés par les pratiques professionnelles de sélection (activités de quartier, vie quotidienne des classes populaires, traditions mapuche…). Mais les contre-pratiques jouent aussi sur plusieurs autres registres. Elles empruntent des formes visuelles multiples et moins codifiées (le dessin notamment). Elles publient des articles de taille variable et ajustent leur mise en page sans recours au quadrillage rectangulaire classique. Elles font varier leur rubricage de numéro en numéro. Les sources convoquées ne répondent finalement pas au standard de l’origine institutionnelle. Et la médiation est tronquée puisque ces sources sont moins citées qu’elles n’ont directement accès aux pages. Ces variations de formats et de styles journalistiques ne permettent plus d’opérer la figure du gatekeeper. Les principes de sélection et de hiérarchisation de l’information comme la relation aux sources sont contestés. Ces expériences montrent donc comment les contre-conduites journalistiques se défont de la temporalité institutionnelle de la mise à l’agenda.

  • 35 Pour plus d’informations : « La Asamblea de los periodistas de izquierda », Punto Final, “Documento (...)

55Les fondements de cette temporalité sont finalement atteints par les conflits au sein des arènes corporatistes. Le « bon » journalisme est par exemple l’objet d’une problématisation, dans le cadre de l’Assemblée des journalistes de gauche (avril 1971)35, qui regroupe près de 320 professionnels, des hommes politiques (dont Allende) et des universitaires (dont A. Mattelart). Les discussions mettent en cause l’ethos journalistique en interrogeant le positionnement et l’objectivité des journalistes dans l’espace social. L’Assemblée veut faire concurrence au monopole qu’exerce le Collège des journalistes sur la représentation et la régulation du champ. Dans son discours, Allende incite les journalistes à reconstruire une communauté autonome et homogène, en redéfinissant les frontières de la profession. Les journalistes critiquent plus directement l’inégalité d’accès aux médias. Président de l’Assemblée, M. Cabieses affirme que « [leur] mission fondamentale est de se joindre à la voix de ceux qui ne s’expriment pas dans les moyens de communication ».

56Les pratiques et le discours habituels sur le rôle social des journalistes voient leurs logiques temporelles contestées, contournées et renversées. Dans ce temps événementiel, la gestion de l’espace journalistique est moins routinisée. Les journalistes s’arrangent pour capter la plus grande partie des événements, ce qui tempère le séquençage du processus de fabrication des journaux, l’opération de filtrage et la figure discursive du journaliste-gatekeeper. Émerge une conception concurrentielle de la réactivité. La temporalité de la fluidité fait son nid, elle devient primordiale au creux des opérations de sélection et de hiérarchisation des nouvelles, et semble même se consolider dans le contexte radicalement différent du régime autoritaire.

De la consolidation de la temporalité de la fluidité

57En matière médiatique, l’Unité populaire est une période où émergent de nouvelles pratiques et de nouveaux discours qui réarticulent les logiques temporelles du journalisme. Pour asseoir cette hypothèse, nous devons revenir sur les signes qui laissent penser que la temporalité de la fluidité se consolide après 1973. En effet, la continuité des pratiques professionnelles des journalistes pose problème (Faure, Salinas, Stange, 2013), car elle surestime le mythe de l’objectivité, sans considérer le poids de l’idéologie professionnelle (Tuchman, 1972). En regardant l’évolution des pratiques durant le régime autoritaire, on peut relativiser le poids de la culture journalistique et insister sur la transformation du régime de temporalité que cachent les routines. La redéfinition de la newsworthiness n’opère plus alors dans l’urgence médiatique, mais dans le prolongement d’un état d’urgence où le journaliste n’est pas autorisé à redevenir gatekeeper. Vu que nous ne nous appuyons pas sur un travail de terrain exhaustif, ce dernier point constitue une ouverture.

58Depuis le milieu des années 1950, la régulation du journalisme répond à une logique socioprofessionnelle : l’autonomisation du champ journalistique permet d’en gérer la population, les frontières, les « bonnes pratiques » et les normes discursives dans une relation privilégiée entre l’État-providence (Estado de Bienestar) et la corporation journalistique. Cette logique socioprofessionnelle s’est construite, dès le tournant du XXe siècle, à travers l’apparition d’entreprises médiatiques, avec leurs stratégies de rentabilité spécifiques ; un marché de l’information qui impose ses rythmes et ses demandes ; l’élargissement et la diversification des médias et des formats ; l’espace majoritaire qu’acquièrent « l’information, la nouveauté, l’annonce commerciale, les accidents de la quotidienneté urbaine » ; la relégation de l’idéologie à l’éditorial ; et la consolidation de « narrativités standardisées ou de genres proprement journalistiques et des professionnels de la presse » (Ossandón, Santa Cruz, 1998 : 14). On retrouve ici les caractéristiques de la temporalité de la mise à l’agenda.

  • 36  La Junte militaire ordonne d’abord la fermeture de nombreux médias assimilés au projet « marxiste  (...)
  • 37  À l’exception de La Tercera qui en affiche 114 en moyenne. On voit aussi une « relation inversemen (...)

59Mais la souveraineté de l’État chilien reprend violemment ses droits dès le 11 septembre 1973. Le coup d’État débouche sur l’utilisation de mécanismes juridiques d’un contrôle étroit de l’activité journalistique, dans un pluralisme limité. La réduction du marché aux médias étatiques et aux entreprises dont les dirigeants appartiennent à l’élite politico-économique proche de la Junte militaire en est un premier ressort (Geoffroy, Sunkel, 2001)36. L’utilisation directe des médias par l’État chilien puis la censure installée en sont un deuxième versant. Le contrôle de l’information par menaces, actes de répression et filtrage préalable, un troisième, qui entraîne l’auto-censure des journalistes qui continuent à exercer. La publication du livre blanc intitulé « La politique culturelle du gouvernement du Chili » en 1974 fixe finalement les règles du « bon » exercice de l’activité médiatique. Ce sont autant de choix gouvernementaux qui réduisent l’autonomie journalistique, en même temps que le flux de nouvelles publiées de façon quotidienne. En 1981, sept ans après le coup d’État, les journaux publient en moyenne une soixantaine de nouvelles par jour37. Difficile alors de soutenir que c’est l’événementialisation de l’actualité qui continue la métamorphose des temporalités journalistiques après le coup d’État. Mais la réduction du nombre de nouvelles publiées dans les journaux ne signifie pas pour autant que le travail de sélection de l’information, constitutif de la figure du gatekeeper, ait repris le dessus.

60Au contraire, la façon dont les temporalités légitiment les arrangements et les usages journalistiques dans les témoignages postérieurs au régime autoritaire montre qu’il y a un mouvement de normalisation de la temporalité de la fluidité. La fonction de gatekeeper ne domine plus, bien que les journalistes s’emploient à montrer la continuité de leur rôle social. Alors, la logique pratique consiste à réduire les médiations pour que le flux de nouvelles soit fluide. C’est de cette façon que s’opère le réalisme journalistique, au moins au début du régime de Pinochet.

61D’un point de vue institutionnel, cette mutation prend effet dans la suppression de l’école de journalisme de l’Université du Chili. La corporation perd alors un lieu central d’opérationnalisation de son autonomie, par la gestion des entrées dans le milieu journalistique comme la transmission des bonnes pratiques et des normes discursives de l’activité professionnalisée. De même, les représentants du Colegio de periodistas sont nommés jusqu’en 1981, avant de retrouver un droit d’éligibilité. Et la corporation se met à combattre la politique de communication du régime. À partir de cette date, la journaliste M. O. Monckeberg décrit l’organisme corporatiste comme « une instance qui a été en première ligne de la défense de la liberté d’expression et la récupération de la démocratie » (Monckeberg, 2009, p. 52). Au-delà du crédit à apporter à cette version d’un mythe professionnel, il semble que le travail du Collège des journalistes change durant le régime autoritaire : l’organisme corporatiste ne cherche plus à réguler le milieu journalistique et la conduite professionnelle des journalistes, mais à garantir l’existence du journalisme par un flux régulier de nouvelles. C’est aussi un des objectifs de l’opposition médiatico-politique au régime militaire : les militants de la démocratie se font un devoir de publier le plus souvent possible, malgré les pressions et la répression de l’État.

62Manque à ce stade une analyse plus systématique des journaux et surtout des programmes télévisuels, compte tenu de la place qu’occupe désormais la télévision sur le marché médiatique (Geoffroy, Sunkel, 2001). Mais nous voyons de nombreuses pistes qui convergent vers l’hétéronomisation de l’activité journalistique. Au cœur de ce mouvement, l’opération qui semble devenir à la fois impossible et contestée, consiste à sélectionner ce qui constitue une nouvelle, ce qui a un intérêt journalistique, et à la hiérarchiser par une technique de valorisation reflétant son importance selon des critères professionnels. Réduit à la portion congrue par les filtres gouvernementaux, le flux de nouvelles doit être saisi par les journalistes et relayé selon les formes imposées par les acteurs de la propagande néoconservatrice et néomonétariste.

63En outre, l’influence du paradigme néolibéral sur la politique menée par le gouvernement civilo-militaire (Moulian, 1997) engage une libéralisation progressive du marché médiatique. Cette ouverture aux intérêts privés (mais non partisans) ne génère pas de nouvelles publications, mais renforce plutôt le duopole dans lequel la famille Edwards et COPESA S.A. ont réussi à accumuler plus de 90 % des ventes, des audiences et de la publicité sur le marché de la presse (Corrales, Sandoval, 2004). La libéralisation se fait plutôt par une concurrence qui assoit la figure d’un journaliste filtrant les nouvelles non plus dans le processus de fabrication des journaux, mais dans une course au scoop, c’est-à-dire à l’accès à l’information. L’objectif premier n’est plus de hiérarchiser, mais de garantir l’accès à un maximum de nouvelles dans un flux permanent et ininterrompu, d’avoir la primeur des nouvelles.

64Un des événements de cette libéralisation en est tout à fait symbolique. En avril 1987, la visite du pape Jean-Paul II est l’occasion d’une retransmission « conventionnée » par la Junte militaire, pour laquelle chaque canal a un rôle précis (Tironi, Sunkel, 1993). L’encadrement des pratiques télévisuelles et le recours à la technique du « direct » paraissent décisifs. Cette pratique induit en effet une forme d’immédiateté dans le traitement d’un événement. D’abord exceptionnel, ce dispositif médiatique s’est peu à peu répandu dans l’espace télévisuel avec la reconquête d’une autonomie journalistique. Telle une forme pure de réalisme journalistique, il efface le regard de la caméra sur l’événement malgré les biais qu’impliquent les angles depuis lesquels la manifestation est filmée. De même, l’opération de montage a beau se faire en temps réel, elle n’en implique pas moins des choix sur ce qu’il faut montrer et comment il faut le montrer. Sans parler des commentaires qui accompagnent les images… Cette piste reste donc à suivre.

65La brève histoire médiatique du régime autoritaire laisse donc entendre que les opérations de sélection et de hiérarchisation des nouvelles sont toujours bien présentes dans l’exercice quotidien du journalisme, mais qu’elles sont subordonnées à l’urgence et à l’expansion du flux de nouvelles. Le régime de temporalité qui émerge durant l’Unité populaire se stabiliserait au fil du temps, en deçà des régimes politiques et de leur rapport au pluralisme. Une nouvelle fonction est incarnée par des journalistes dont le rôle politique est de fluidifier le flux ininterrompu de nouvelles. Ce qui évolue alors, ce sont les possibilités journalistiques.

Conclusion

66Nous avons proposé une histoire des temporalités journalistiques au Chili : leur sédimentation, leur renouvellement et leur articulation (1950-1990). Ces temporalités ont été reconstruites à partir d’un ensemble d’éléments hétérogènes, au cœur des techniques, des pratiques et du discours journalistique et à la croisée de facteurs endogènes et exogènes.

67Dans chaque configuration, plusieurs logiques temporelles s’articulent selon une priorité. Mais il y a toujours des marges d’ajustement, individuelles ou collectives, qui offrent une capacité d’adaptation dans le quotidien journalistique. Ces marges se transforment peu à peu en contre-pratiques, contre-conduites et conflits, à tous les niveaux (macro, meso et micro). Partant, questionner la crise d’une temporalité journalistique à la croisée du temps court et du temps long amène à observer ce que deviennent les habitudes de fabrication et le réalisme des messages (la temporalité institutionnelle) dans le temps de l’urgence.

68Durant la période de l’Unité populaire, cinq éléments synthétisent les métamorphoses de la temporalité journalistique. Premièrement, face à l’accélération du flux de nouvelles, les routines journalistiques se contractent : les signes de fabrication exposés dans les pages des journaux comme les récits qu’en font les journalistes essaient de montrer la continuité dans l’exercice quotidien de la profession. Par ses routines, le discours professionnel des journalistes cherche à réaffirmer sa performativité désormais contestée. Dans notre cas, c’est la fonction du gatekeeper et la temporalité de la mise à l’agenda qui résistent, dans une opération de séquençage qui définit deadlines et newsworthiness.

69Deuxièmement, plutôt qu’une crise idéologique, émerge un problème journalistique face au temps événementiel. L’accélération du flux de nouvelles engendre des difficultés dans le travail quotidien de mise à l’agenda. La fonction de gatekeeper vit des distorsions : les deadlines se multiplient et la hiérarchisation des nouvelles est saturée par la porosité de la newsworthiness. Le séquençage de l’activité journalistique devient élastique. L’urgence devient peu à peu la règle, et non plus l’exception de l’ajustement. L’Unité populaire, ce sont les temps agités où se métamorphose, au Chili, la temporalité de la mise à l’agenda.

70Troisièmement, la ré-articulation pratique et organisationnelle des temporalités journalistiques ne fait pas table rase. Les journalistes chiliens ne cessent pas de sélectionner et de hiérarchiser les nouvelles. Ces deux fonctions ne s’exercent plus de la même façon, du fait de leur nouvel objectif commun : donner de la fluidité à la circulation des nouvelles. Autrement dit, trouver les solutions pratiques pour perdre moins de temps avant la publication et publier le plus souvent possible. L’urgence médiatique fait entrer le réalisme journalistique en mutation ; il est moins incarné par la sélection des nouvelles que par l’optimisation du flux de nouvelles.

71La focale des temporalités montre que le coup d’État n’est pas une rupture chaotique dans l’histoire du journalisme chilien. On observe une continuité dans les pratiques journalistiques classiques, mais selon une autre logique. Si on observe les temporalités journalistiques, la séquence ne se ferme pas avec la crise politique, elle s’ouvre vers une nouvelle temporalité. Paradoxalement, c’est durant un régime politique au pluralisme limité que cette nouvelle logique se consolide. La temporalité de la fluidité s’affirme dans un contexte autoritaire où les rédactions n’ont plus la main sur la sélection et la hiérarchisation du flux de nouvelles. Cette logique se stabilise à la fin des années 1980, avec la libéralisation du marché médiatique, qui donne une dimension plus économique à l’urgence médiatique.

72Enfin, les perspectives ouvertes par cette approche des crises de temporalité sont extrêmement stimulantes pour comprendre ce que devient le journalisme actuellement. Le développement des chaînes d’information en continu et des sites web de mass media engendrent différents phénomènes temporels : la multiplication des supports utilisés, les interactions répétées et instantanées avec sources et audiences (intégrées en bonne part dans les pratiques de publication « embed » ou dans le community management propre aux pages Facebook, Twitter et Instagram) semblent s’ancrer dans une autre temporalité, celle de l’immédiateté. Il faudra alors poursuivre l’hypothèse dans ce « monde de haute fréquence » (Boullier, 2014). Reste à savoir comment, dans cette nouvelle temporalité, discours, figures et pratiques se réajustent et se réarticulent. Quelles sont désormais les possibilités journalistiques ?

Haut de page

Bibliographie

Arancibia J. P., 2005. Comunicación política. Fragmentos para una genealogía de la mediatización en Chile, Santiago de Chile, Universidad ARCIS.

Baltra L., 2012. La prensa chilena encrucijada, Santiago de Chile, LOM.

Beaud P., 1989. « La Nonchalance et le Sérieux : sur les médias et le temps », Degrés, 17 (57), p. 1-21.

Bernedo P., Porath W., 2004. “A tres décadas del golpe: ¿Cómo contribuyó la prensa al quiebre de la democracia chilena?”, Cuadernos de información, 16, p. 114-124.

Boullier D., 2014. « Les sciences sociales face aux traces du Big Data ? Société, opinion et répliques », Séminaire Sciences Humaines et Sociales 3e génération. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01141120

Cárdenas J.P., 2004. “Periodistas, conflictos sociales y reconciliación”, Comunicación y Medios, 16, p. 112-117.

Corrales O., Sandoval J., 2004. “Concentración del mercado de los medios, pluralismo y libertad de expresión”, Documentos de trabajo, CECOM, n° 1, p. 67-93.

Dobry M., 1987. Sociologie des crises politiques, Paris, FNSP.

Dooner P., 1989. Periodismo y política: la prensa en Chile 1970-1973, Santiago de Chile, Editorial Andante.

Faure A., Salinas C., Stange H., 2013. “The dominance of common sense. The influence of the media system on professional practices of hournalists in Chile, 1970-2000” in Puppis M., Künzler M., Jarren, O. [ed.], Media structures and media performance: state of and perspectives for communication research, Zurich, IMPZ (Series “Relation”), p. 283-301.

Geoffroy E., Sunkel G., 2001. Concentración Económica de los Medios de Comunicación, Santiago de Chile, LOM Ediciones.

Joignant A., 2012. « Sens, masse et puissance. Dégradations cérémonielles et représentations de la puissance sous l'Unité Populaire au Chili, 1970-1973 » in Crettiez X., Sommier I., Les dimensions émotionnelles du politique. Chemins de traverse avec Philippe Braud, Rennes, PUR.

Kaciaf N., 2013. Les pages « politique ». Histoire du journalisme politique dans la presse française (1945-2006), Paris, PUR (« Res Publica »).

Lagneau E. et al., 2013. « La dynamique sociale des sources et flux de nouvelles. Introduction », Sur le journalisme, vol. 2, n° 1. URL : http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/67

Lévrier A., Wrona A., 2013. Matière et esprit du journal. Du Mercure galant à Twitter, Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne (Histoire de l'imprimé).

Mac Combs M., Shaw D., 1972. “The agenda setting function of the mass media”, Public Opinion Quarterly, vol. 36, p. 176-187.

Mattelart A., 1974. Mass media, idéologie et mouvement révolutionnaire : Chili 1970-1973, Paris, Anthropos.

Mattelart A, Mattelart M., Piccini M., 1970. “Los medios de comunicación de masa. La ideología de la prensa liberal en Chile”, Cuadernos de la realidad nacional, n° 3, marzo de 1970, Pontificia Universidad Católica de Santiago de Chile.

Mellado C., Castillo M., 2012. “Estructura de la asociatividad profesional en el campo periodístico: el caso de Chile”, Comunicación y Sociedad, Nueva época, n° 17.

Molocht H., Lester M., 1974. “News as purposive behavior: on the strategic use of routine events. Accidents and scandals”, American Sociological Review, Vol. 39, p. 101-112

Moulian T., 1997. Chile Actual. Anatomía de un Mito, Santiago de Chile, LOM Ediciones, (Col. “Sin Norte”, Serie “Punto de Fuga”).

Munizaga G., Rivera A., 1983. La investigación en comunicación social en Chile, Santiago de Chile, Centro de Estudios y Promoción de Desarrollo.

Neveu E., 2001. Sociologie du journalisme, Paris, Éditions La Découverte (coll. Repères).

Ossandón C., Santa Cruz E., 1998. Entre las alas y el plomo. La gestación de la prensa moderna en Chile, Santiago de Chile, Universidad ARCIS, LOM Ediciones.

Rojo de la Rosa J., 1976. “Manipulación de información y conflicto ideológico: Chile 1970-1973”, Nueva Sociedad, julio-agosto 1976, Caracas.

Santa Cruz E., 1988. Análisis histórico del periodismo chileno, Santiago de Chile, Nuestra América Ediciones.

Schlesinger P., 1977. “Newsmen and their time-machine”, British Journal of Sociology, vol. 28, n° 3, p. 336-350.

Stange H., Salinas C., 2009. “Rutinas periodísticas. Discusión y trayectos teóricos sobre el concepto y su estudio en la prensa chilena”, Cuadernos de trabajo del ICEI, CECOM, Santiago de Chile, Universidad de Chile.

Sunkel G., 1985. Razón y Pasión en la Prensa Popular. Un Estudio sobre Cultura Popular, Cultura de Masas y Cultura Política, Santiago de Chile, Estudios ILET.

Tironi E., Sunkel G., 1993. “Modernización de las comunicaciones y democratización de la política. Los medios en la transición a la democracia en Chile”, Estudios Públicos, n° 52, primavera 1993, p. 215-246.

Tuchman G., 1972. “Objectivity as strategic ritual: an examination of newsmen’s notions of objectivity”, American journal of sociology, Vol. 77, n° 4, p. 660-679.

Tuchman G., 1978. Making news. New York, The Free Press, 1978.

Tupper P., 2003. Allende, la cible. Des médias chiliens et de la CIA (1970-1973), Paris, Editions de L’Amandier.

Uribe Ortega H., 1979. “Los medios: armas de la guerra encubierta”, en “Argentina, Cuba, Chile: realidad política y medios masivos”, Comunicación y dependencia en América Latina, Universidad Nacional Autónoma de México, México.

Haut de page

Notes

1 On y retrouve l’essentiel des mesures de nationalisation (secteurs bancaires, du cuivre, du textile...)

2 Une des dates clés reste la marche des casseroles vides composée des chiliennes des classes aisées et de classes moyennes, le 1er décembre 1971.

3 Notamment à partir de la grève des camionneurs, qui paralyse le pays, en octobre 1972.

4 « L’ensemble des éléments qui entrent en jeu pour faire exister physiquement le texte périodique : (...) les données relatives au support (papier, livre, feuille, volume, écran), aussi bien que celles qui relèvent plutôt de la page (typographie, mise en page, rubricage, illustration, insertion des annonces). Sont même contenus dans cette « matière » du journal des facteurs plus extérieurs au texte périodique, lorsqu’ils influencent directement sa fabrication et sa diffusion : prix de vente et conditions de commercialisation, délais d’acheminement, relations entre les journalistes et leurs informateurs » (Lévrier, Wrona, 2013, p. 8).

5 El Mercurio a été créé en 1901 ; El Siglo circule depuis 1940 malgré les périodes de clandestinités du PC ; La Hora prend le nom de La Tercera en 1949 ; Clarín est lancé en 1954.

6 Pour preuve, un projet de loi proposé le 5 janvier 2016 par les députés Habsbún, Ulloa et Urrutia (membres de l’Union des démocraties indépendants, UDI, le parti qui se réclame toujours pinochettiste) vise à sanctionner « celui qui exalte, nie ou minimise la figure du Président de la République ou du gouvernement qui a enfreint la constitution et les lois ». Entre les lignes, la figure d’Allende est clairement pointée du doigt.

7 L’Unité populaire réunit le Parti communiste, le Parti socialiste, le Parti social-démocrate, le Mouvement d’action populaire unitaire, l’Action populaire indépendante, finalement rejoints par la Gauche chrétienne en 1971.

8 Le MIR n’entre pas dans la coalition de gouvernement, mais reste tout proche : il fournit la garde rapprochée d’Allende (GAP) et s’implique sur le terrain, dans les poblaciones, les cordons industriels ou dans des dispositifs d’approvisionnement. Avec certaines franges du PS et du MAPU, le MIR prône une voie plus radicale que celle de la coalition, stratégie surnommée « avanzar sin transar » (« avancer sans compromis »).

9  L’idée de « Révolution » est transversale dans le champ politique chilien au début des années 1960 (Gárate Château, 2013).

10 Il existe des tableaux plus complets de ce rapport de force économico-politique (Uribe, 1979). Le camp conservateur publie 540.000 exemplaires quotidiens en moyenne, tandis que le camp réformateur en cumule 300.000 (Santa Cruz, 1988, p. 113).

11 Le caractère mythique du récit sur « l’exception démocratique chilienne » est largement discuté (notamment : Blumenthal, Pinto Vallejos, 2004 ; Jocelyn-Holt, 2005).

12 « Je restais parfois jusque tard le soir, et il y avait une information : que le Ministre a dit je ne sais quoi. Donc j’appelais le type d’El Mercurio, par téléphone depuis le journal, et je lui disais : “Ecoute, il s’est passé ça”. Parce que je... s’il ne l’avait pas, le jour suivant ils allaient le... au moins lui donner un avertissement, donc c’était l’esprit qu’il y avait dans la corporation à cette époque-là, de camaraderie de travail », entretien avec E. Carmona, 16 décembre 2008.

13 « C’est-à-dire qu’il y avait la crédibilité envers l’autre journaliste, à qui on faisait confiance, c’était un homme qui donnait pour le journal », entretien avec G. Saavedra, 21 septembre 2010.

14 La « maquette anticipant sur le contenu (nature et taille des articles et publicités des pages des rubriques de l’édition du journal en préparation) » (Neveu, 2001, p. 7-8).

15 Entretien avec G. Saavedra, 21 septembre 2010.

16 Nous faisons ici volontairement référence au documentaire d’A. Mattelart et C. Marker du même nom, sur l’expérience chilienne, diffusé en 1974.

17 Le 27 avril 1973, durant la marche des secteurs pro-gouvernementaux, l’ouvrier communiste J. Ahumada Vásquez est tué par des coups de feu provenant du siège du Parti démocrate-chrétien.

18 Comme « l’Accord sur la grave fracture de l’ordre institutionnel et légal de la République », du 22 août 1973, porté devant la Chambre des députés par le Parti national et le Parti démocrate-chrétien.

19 Jusqu’à y inclure, en 1973, des membres des forces militaires.

20 Le nombre annuel de grèves croît considérablement : de 977 en 1969 à 3652 en 1973 (Marini, 1976 : 152). Les usages de l’espace public sont de plus en plus diversifiés dans les « manifestations de rue à Santiago du Chili durant l’Unité populaire » (Palieraki, 2002).

21 Il est important de noter qu’il ne s’agit pas, pour la coalition de l’Unité populaire, de prendre le contrôle de tous les médias chiliens, mais plutôt, selon le programme, de « donner une nouvelle orientation éducative et les libérer de leur caractère commercial, en adoptant des mesures pour que les organisations sociales disposent de ces médias, éliminant en leur sein la présence néfaste de monopoles ». Voir Comando Nacional de la candidatura presidencial de Salvador Allende, “Una nueva cultura para la sociedad”, Programa básico de gobierno de la Unidad Popular, Santiago de Chile : Horizonte, pp. 31-32.

22 « Soleil de la connaissance » en langue mapuche.

23 N’ayant pas analysé ce secteur, nous supposons simplement que les médias audiovisuels alimentent ce volume de nouvelles. Ainsi, la télévision contribue à cette abondance en gagnant progressivement des récepteurs et en augmentant sa programmation quotidienne : en 1963, les chiffres font état de 35 000 écrans sur le territoire, une estimation qui dépasse les 55 000 en 1967 et atteint presque 300.000 postes en 1970 (Mattelart, Mattelart, Piccini, 1970, p. 72). Simultanément à l’expansion de l’accès à la télévision, on observe un accroissement du temps d’antenne.

24 Alors qu’il tire à hauteur de 100.000 exemplaires en semaine, El Mercurio en publie 340.000 le dimanche. Ce jour-là, la pagination d’El Siglo passe de 12 à 16 pages.

25  Entretien avec G. Saavedra, 21 septembre 2010.

26 La principale métamorphose est dans la programmation audio-visuelle, qui devient plus étendue dans le temps et multiplie les deadlines du fait d’une capacité à diffuser en temps réel des informations préfabriquées.

27  L’achat et l’importation de cette machine de marque Poligraf est permise grâce au don que fait P. Neruda après avoir remporté le Prix Lénine pour la paix et le Prix Nobel de littérature (1971).

28 Déjà largement démontré par les études historiques (Lagos, 2007), le rôle d’A. Edwards, le propriétaire du journal, dans le travail de sédition qui a nourri le blocage et poussé au coup d’État est aujourd’hui questionné par la justice chilienne. Il a été entendu par le juge M. Carroza dans le cadre d’une enquête sur les acteurs civils et militaires qui ont encouragé au coup d’État (Lagos & Santa Cruz, 2015).

29 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

30 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

31 Entretien avec G. Saavedra, 16 septembre 2010.

32 L’entreprise CMPC créée en 1920 appartient au candidat de droite à l’élection présidentielle de 1970, J. Alessandri (PN).

33 Par un courrier du 27 novembre 1971, la Société interaméricaine de presse demande à S. Allende de renoncer au projet. Présidée par A. Edwards

AgustÌn Edwards McClure

, le directeur d’El Mercurio, la section chilienne s’effraie des possibilités de censure qu’offre la nationalisation de la seule entreprise de production de papier.

34 L’occupation des journaux La Mañana de Talca, en août 1971, et El Sur de Concepción en octobre 1972, par les militants du Mouvement de gauche révolutionnaire (MIR), débouche sur la publication de journaux alternatifs de la part de ces rédactions, respectivement La Mañanita (la petite Mañana) et Surazo (le grand Sur). Sans archive de ces journaux, nous nous appuyons donc sur des documents de seconde main qui relatent ces expériences.

35 Pour plus d’informations : « La Asamblea de los periodistas de izquierda », Punto Final, “Documentos”, Suplemento de edición, n° 129, Martes 27 de abril de 1971. URL : http://www.pf-memoriahistorica.org/PDFs/1971/PF_129_doc.pdf

36  La Junte militaire ordonne d’abord la fermeture de nombreux médias assimilés au projet « marxiste » de l’Unité populaire. Parmi les journaux, El Siglo, Las Noticias de Última Hora, Puro Chile sont fermés. Seuls les quotidiens El Mercurio, La Segunda, La Tercera, Las Últimas Noticias et La Nación, sont maintenus, formant un oligopole entre deux grandes entreprises privées (El Mercurio S.A. et COPESA S.A.) et un journal étatique (La Nación).

37  À l’exception de La Tercera qui en affiche 114 en moyenne. On voit aussi une « relation inversement proportionnelle entre l’augmentation du nombre de pages des journaux et la diminution des informations publiées » (Salinas, Stange, 2007). Les transformations des formats des quotidiens jouent aussi directement sur ce phénomène, tout comme la croissance des espaces publicitaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Les unes d’El Mercurio, le 15 juin et le 5 septembre 1973
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3352/img-2.png
Fichier image/png, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Faure, « Par temps agités », Temporalités [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3352 ; DOI : 10.4000/temporalites.3352

Haut de page

Auteur

Antoine Faure

CIDOC – Centro de Información y Documentación
Universidad Finis Terrae
Pedro de Valdivia 1646
7511282
Comuna de Providencia
Santiago de Chile
antoinelucienfaure@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page