Navigation – Plan du site

Rythmes de mort

Les temporalités de la couverture médiatique des décès de personnalités
Pace of death: temporalities in the media coverage of famous deaths
Ritmos de muerte. Las temporalidades de la cobertura mediática de decesos de personalidades
Dakhlia Jamil, Quemener Nelly et Castex Lucien

Résumés

Cet article analyse les temporalités spécifiques de l’activité journalistique dans la médiatisation de la mort des célébrités. Il s’agit de saisir les facteurs, liés à des logiques professionnelles et médiatiques, qui déterminent les rythmes de l’information lors de la couverture du décès d’un personnage public. Nous nous appuyons pour cela sur l’analyse quantitative et qualitative d’un corpus de 24 459 titres et « chapeaux » sur des personnages publics décédés, correspondant à l’ensemble des annonces de décès de l’année 2012 repérées dans la base transmédia OTMedia. L’étude de la circulation transmédiatique de l’annonce de ces décès permet de saisir les modalités temporelles du déploiement de l’événement-décès, entre la télévision, la radio, la presse en ligne et le Web (blogs, sites d’actualité). Nous distinguons deux opérations, relativement séparables dans le temps, qui gouvernent les rythmes de mort. La première opération renvoie à la valeur supposément intrinsèque de l’information (newsworthiness) : il relève d’un travail, inhérent à tout média, de gatekeeping, dictant la sélection des personnes dont il convient de signaler la disparition. La seconde opération renvoie à la valorisation de la nouvelle à travers un séquençage type relatif au potentiel symbolique et narratif des faits relatés (temps de l’annonce, temps des hommages, temps des interrogations, « metareporting »). Nous défendons que les controverses sur la vie et la mort d’une personnalité sont les carburants les plus efficients de la couverture nécrologique.

Haut de page

Texte intégral

1« Le réalisateur Chris Marker est mort », « Patrick Ricard, fils de l’inventeur du pastis, est décédé », « Mort d’Adam Yauch co-fondateur des Beastie Boys et pionnier du hip-hop » : autant d’annonces, qui dans un style concis et ciselé, informent le public du décès d’une personnalité et constituent le point de départ ou d’arrivée du récit médiatique entourant cette disparition. Face aux différents décès qui interviennent au fil d’une année, les journalistes déploient des routines qui permettent de traiter l’information en un temps limité, de la relayer et de nourrir l’hommage rendu à la personnalité décédée. Leur rôle dans la médiatisation des décès de personnalités doit être ici perçu dans une perspective constructiviste, à travers leur travail d’« assemblage » de l’information, pour reprendre la terminologie de Harvey Molotch et Marilyn Lester (1996), c’est-à-dire de sélection d’occurrences en fonction d’un but immédiat qui donne du sens à l’expérience collective. Le monde que dessine l’activité journalistique n’est donc pas « donné d’avance », mais bien fabriqué en fonction d’intérêts à la fois professionnels – saisissables par une sociologie du newsmaking – et sociaux, les médias épousant une vocation de respect de l’intérêt général et/ou de satisfaction du plus grand nombre. Toutes les annonces de décès sont ainsi sous-tendues par l’intérêt, laissé à l’appréciation des « assembleurs » d’informations, d’évoquer la mort d’un individu. L’allocation d’une certaine valeur informative à un décès est d’abord déterminée, de façon plus ou moins rationalisée, par des critères spécifiquement médiatiques et journalistiques : prévisibilité/imprévisibilité de l’information, loi de proximité sous ses différentes déclinaisons, mise en balance avec le reste de l’actualité et, en particulier, les autres décès de personnages publics, etc. Mais cette allocation d’une valeur informative dépend aussi de l’intériorisation de normes sociales et d’une responsabilité journalistique à l’égard des usagers de l’information : en quoi une personnalité mérite-t-elle qu’on médiatise son décès ? En quoi sa vie, ses réalisations ou encore les circonstances de sa mort pourraient-elles revêtir un intérêt particulier pour le public, soit pour leur exemplarité soit, au contraire, par leur aspect transgressif ? Telles sont les questions qui motivent, consciemment ou inconsciemment, la démarche de tout professionnel de l’information lorsqu’il doit choisir ou non de faire œuvre nécrologique.

2Dans cette contribution, nous souhaitons interroger les temporalités spécifiques de l’activité journalistique dans la médiatisation de la mort des célébrités. Ces temporalités sont le fruit de rythmes professionnels – répondant à des routines et à des règles d’écriture journalistiques – mais aussi de temporalités sociales, qui sont à la fois antérieures au travail journalistique (les médias devant rendre compte des temporalités d’autres mondes sociaux : la justice, la police) et construites par lui : dans n’importe quelle opération d’information, la constitution d’une occurrence, activité observable, en fait (happening) agit en effet sur la temporalité au sens où « passés et futurs ne sont (…) pas accomplis une fois pour toutes, de nouvelles “additions” venant juste informer un “tout” bien établi. Chaque fait nouveau réinforme tous les précédents, et tire à son tour son sens du contexte dans lequel il est placé » (Molotch et Lester, 1996, p. 26). Avec cette particularité, dans le cas des médias, que les événements journalistiques agissent comme des repères temporels collectifs, qui ordonnent le tout social (Ibid., p. 27). Dans cette étude, il s’agit donc premièrement de saisir les facteurs, eux-mêmes liés à des logiques professionnelles et médiatiques, qui définissent les rythmes de l’information lors de la couverture du décès d’un personnage public. Se dégage ainsi une temporalité spécifique, celle des discours médiatiques, dans la mesure où les continuités et discontinuités entre l’image médiatique d’une personnalité de son vivant et celle qui se développe à l’annonce de son décès pointent le rôle performatif des médias et de la pratique journalistique. Certains décès font l’objet d’un emballement sans commune mesure avec la célébrité préalable de la personnalité, d’autres au contraire sont suivis de phénomènes d’étouffement, alors que les personnalités concernées étaient pourtant connues de leur vivant. Il s’agit donc d’interroger les conditions, au sens de conjonctures spatio-temporelles, de tels déplacements dans l’image médiatique des personnages publics, ce qui nous permettra de saisir, par là même, les ressorts de l’événementialisation de leur décès.

3À cet effet, nous traiterons un corpus de 24 459 titres et chapeaux relatifs à des personnes décédées, correspondant à l’ensemble des annonces de décès de l’année 2012 repérées dans la base d’archive expérimentale transmédia OTMedia, regroupant presse en ligne, télévision et radio, Web. Cette dernière a été conçue dans le cadre d’un projet ANR/INA pour rendre compte de la circulation de l’information lors de l’élection présidentielle de 2012. Contenant plus de 4 millions de données archivées entre juillet 2011 et décembre 2013, émanant de 2 191 flux Web captés, elle est le produit d’un archivage complet de la presse en ligne (309 flux de la presse quotidienne et régionale) et de certains sites d’actualité (18 flux pure players), d’une sélection de sites et blogs politiques (sites de parti, sites institutionnels, blogs de personnalités politiques), de journaux d’information de chaînes de radio (18 flux) et de télévision nationales (47 flux). De par sa dimension transmédiatique, la base OTMedia permet aux chercheurs de retracer la circulation de l’information d’un média à un autre. Elle permet de ce fait de mieux saisir les modes de cristallisation des événements médiatiques (Viaud et al., 2013), non pas sous l’angle d’une sociologie de newsroom, envisageant les pratiques professionnelles proprement dites, mais à travers les phénomènes de mise en récit, reprise, voire feuilletonnisation collectives de l’information. Elle est le premier outil mis à la disposition des chercheurs à rendre possible une comparaison entre autant de médias (Web, radio, TV, presse) en termes d’intensité de la couverture journalistique, de réactivité à l’actualité, et d’interactions entre médias et d’univers sémantiques mobilisés.

4Pour constituer le corpus à partir de cette base, nous avons distingué les « personnalités » des « anonymes » en prenant pour critère la mention du nom de la personne décédée. À partir de là, nous avons effectué deux requêtes : la première « décès AND décéd* » permet d’identifier les noms des personnalités décédées ; la seconde, par nom de personnalités, permet d’ajouter les données précédant ou au contraire suivant la mort qui ne contiendraient pas le terme « décès ». Aussi le corpus recueilli ne saurait-il se résumer à la seule rubrique nécrologique, car il embrasse une grande diversité de productions journalistiques : des titres de la presse en ligne et des journaux Web, radio ou TV annonçant un décès aux hommages rendus en passant par les portraits ou les reportages évoquant les circonstances du décès. L’un des enjeux de cette analyse est d’ailleurs d’interroger les éventuelles corrélations entre les formats mobilisés et les différentes phases temporelles de la couverture d’un décès. Le nombre important de données recueillies a dans un premier temps nécessité un traitement quantitatif. Celui-ci, malgré des effets d’aplanissement des différences entre médias, s’est imposé car il permettait d’élaborer une cartographie spatiale (quels médias couvrent l’événement) et temporelle (à quel moment) de la couverture journalistique des décès. Nous avons, à ce titre porté, une attention toute particulière à la variable temporelle, à l’enchaînement heure par heure, jour après jour, des annonces en fonction des types de sources (Web, radio, TV). Le Web étant une catégorie définie de façon très large dans la base OTMedia, nous avons détaillé sa composition en distinguant notamment la presse en ligne (quotidienne et magazine) des blogs et sites institutionnels.

5L’évaluation de la personne décédée et des circonstances de sa mort donne lieu à deux opérations qui, relativement séparables dans le temps, motiveront les deux parties de cette étude. La première opération renvoie à la valeur supposément intrinsèque de l’information (newsworthiness) : il relève d’un travail, inhérent à tout média, de gatekeeping, dictant la sélection des personnes dont il conviendra de signaler la disparition. Le même enjeu d’identification de la valeur informative gouverne le processus d’événementialisation du décès et par là même la durabilité de son traitement, qui traduisent tous deux une reconnaissance rapide de son importance. C’est, précisément, dans la durée que la seconde opération s’inscrit : dans ce qui survient après la révélation du décès. Par-delà la première phase de détection d’une certaine valeur informative « initiale » dans l’identité de la personne décédée et les circonstances de sa mort, la nouvelle peut être valorisée par un traitement prolongé dont les séquences ou « temps » dépendront du potentiel symbolique et narratif des faits relatés : temps de l’annonce, temps des hommages, temps des interrogations et éventuellement étape finale de « metareporting ». Nous défendrons à ce propos l’hypothèse selon laquelle les controverses sur la vie et la mort d’une personnalité sont les carburants les plus efficients de la couverture nécrologique.

La valeur journalistique de la mort

Evénementialité et temporalité sociales

Contexte informationnel et gatekeeping

6Aussi elliptique soit-elle, toute annonce de décès s’offre comme un verdict sur la valeur de l’individu concerné, tant au plan informatif que sous l’angle de son rapport à des normes sociales, honorées ou transgressées. Il convient donc dans un premier temps de saisir les logiques de catégorisation et d’évaluation appliquées par les journalistes lors du décès de célébrités et surtout de saisir les facteurs conjoncturels qui les gouvernent. La condition sine qua non pour franchir le cap du gatekeeping journalistique, voire occuper les médias durablement, est l’événementialité accordée à un décès. Celle-ci est fonction d’une part, des caractéristiques de l’individu concerné – identité et statut social – ; d’autre part, du contexte informationnel et des circonstances de sa mort, plus ou moins spectaculaires et/ou en rupture par rapport à la doxa. Le travail journalistique de sélection, classement et hiérarchisation des nouvelles a en effet un impact indéniable sur l’intensité et la durée de médiatisation d’un décès, qui dépendent de l’offre d’informations disponible au même moment. Ainsi le décès d’une personnalité peut-il être minoré par d’autres événements jugés plus importants, constituant pour les journalistes une « information en train de se faire » (Tuchman, 1973, p. 122). Il semble à cet égard plausible que, dans le corpus retenu, les multiples rebondissements de l’affaire Merah aient contribué à éclipser plusieurs des décès survenus au mois de mars 2012 : celui, par exemple, du journaliste et écrivain Claude Duneton (10 occurrences seulement), survenu le même jour, le 22, que la mort de Mohamed Merah (3 259 occurrences au total, record absolu du corpus). De même suppose-t-on que plusieurs décès concomitants de personnalités d’envergure comparable finissent par se neutraliser : à titre d’illustration, la très faible couverture des disparitions de Jacqueline Favreau-Colombier, dernière avocate de Marie Besnard (1 mention), Jacqueline Krasucki (2), épouse de l’ancien secrétaire général de la CGT, et Rami Al Assayed (2), vidéoreporter de l’opposition syrienne, n’est pas seulement imputable à leur déficit en notoriété mais à la concurrence qui ne manque pas de s’établir entre ces trois morts, révélées à quelques heures d’intervalle seulement les 21 et 22 février 2012.

7A contrario, un effet « loi des séries » peut justifier, voire renforcer la mise en exergue du décès de personnalités aux statuts ou aux types de décès similaires. Ainsi en est-il des disparitions successives de Donna Summer (17/05/2012) et Robin Gibb, des Bee Gees (21/05/2012), propices à une concaténation discursive, que l’on retrouve dans des articles rendant un hommage commun à ces deux stars du même genre musical, le disco (« Le disco en deuil après les décès de Donna Summer et Robin Gibb » (lexpress.fr), « Avec les morts de Robin Gibb et Donna Summer, le disco est en deuil » (AFP, suivi de ladepeche.fr, leparisien.fr, France24, etc., 21/05/2012)). Plus frappant encore est le traitement tour à tour consacré à Anthony Shadid (17/02/2012, 2 occurrences), Marie Colvin (22/02/2012, 3) et Rémi Ochlick (22/02/2012, 6), reporters américains (pour les deux premiers) et français (pour le dernier) qu’il est possible d’interpréter comme autant d’échos consécutifs de l’émotion considérable (512 annonces) suscitée par la mort, le 11 janvier 2012, du journaliste Gilles Jacquier, tué comme eux en Syrie.

8Si le contexte informationnel participe à mettre en avant ou étouffer certains décès, le croisement avec d’autres temporalités sociales – celles de la politique, de la police ou de la justice, en particulier – est quant à lui un facteur de renforcement de la médiatisation. De fait, un contexte de campagne électorale se traduit par une prime aux personnages politiques : bien que son décès n’ait lieu que le 5 mars 2013 (hors corpus), pas moins de 973 titres ou chapeaux concernent les problèmes de santé de Hugo Chavez en 2012 en raison de sa candidature cette année-là à sa troisième réélection à la tête du Venezuela. De même, l’intérêt pour Olivier Ferrand (305 occurrences), président du think tank de gauche Terra Nova, peut s’expliquer par la conjoncture des élections présidentielles françaises qui a précédé de peu sa disparition subite, le 30 juin 2012. Dans un contexte de forte attention médiatique aux jeux politiques, ce qui fait la valeur de l’information ne relève pas tant de la personnalité que de ses conséquences dans le champ politique, étant considéré la position de la personnalité décédée.

Les temporalités policière et judiciaire

Graphique 1 – Médiatisation du décès de Whitney Houston : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.

9À côté de ce contexte informationnel, l’intensité et surtout la durabilité de la médiatisation d’un décès relèvent également des temporalités policière et judiciaire, notamment dans le cas de morts dans des circonstances troubles. Ces temporalités impriment leur marque grâce à leurs moments forts traditionnels, qui rythment et relancent la couverture médiatique. Les pics de médiatisation de la chanteuse Whitney Houston sont éloquents à ce titre, plusieurs d’entre eux étant directement corrélés aux étapes de l’enquête sur les causes de sa mort (graphique 1) :

  • 14 février 2012 : des tests toxicologiques sont pratiqués ; la police de Los Angeles annonce que leurs résultats ne seront pas connus avant plusieurs semaines (ce qui, du point de vue de la dramaturgie médiatique, crée un effet de suspense).

  • 15 février 2012 : les médecins légistes veulent voir les dossiers médicaux de la star.

  • 22 mars 2012 : les résultats de l’autopsie sont rendus publics : la cause de la mort serait une noyade accidentelle due à la prise de cocaïne et à des problèmes cardiaques.

  • 5 avril 2012 : des traces de cocaïne, une petite cuillère et du papier roulé sont retrouvés dans la salle de bains de la chanteuse.

10Autre relance policière de la médiatisation, qui, gageons-le, serait quasiment passée inaperçue dans un autre contexte : l’arrestation pour conduite en état d’ivresse de l’ex-mari de Whitney Houston, le rappeur Bobby Brown, le 27 mars 2012. Les interférences de la temporalité judiciaire ne se limitent pas, pour leur part, aux différentes étapes des instructions menées par le ministère public pour déterminer les causes d’un décès. Elles comprennent aussi les requêtes lancées par des proches ou des supposés proches du/de la défunt.e : à titre d’exemple, pour l’affaire Jean-Luc Delarue, « une femme qui affirme avoir eu une fille née d’une relation » avec l’animateur « engage une procédure en reconnaissance de paternité » (Le Progrès, 23/10/2012).

11Outre les temporalités policière et judiciaire, il arrive que le traitement médiatique épouse une temporalité institutionnelle, en raison du statut d’une personnalité décédée. Ainsi, après la disparition du directeur de Sciences Po Richard Descoings, ce sont les multiples épisodes de sa succession à la tête de cet établissement, nécessitant l’intervention de l’État, qui vont prolonger le feuilleton de sa médiatisation post-mortem : « Succession de Richard Descoings à Sciences Po : la procédure au point mort » (educpro.fr, 07/09/2012), « Ce jeudi matin, la commission des affaires culturelles a auditionné Jean-Claude Casanova, président de la Fondation nationale des sciences politiques, concernant la gestion et l’avenir de Sciences Po Paris (…) » (Dailymotion, 22/11/2012), « La succession de Richard Descoings à la tête de Sciences Po » (LCI, 28/11/2012, etc.). Dans l’ensemble de ces cas, la courbe de médiatisation du décès s’accorde à la temporalité judiciaire, policière ou institutionnelle de l’événement, qui fournit les bases d’un récit médiatique à rebondissement. La dimension feuilletonnante des morts suspectes ou troubles semble bien avoir des effets performatifs sur la couverture médiatique et être saisie comme telle par les journalistes.

Le temps de la maladie et des rites funéraires

12Reste que, en bonne logique, la temporalité sociale la plus structurante et la plus inspirante en termes de médiatisation est celle des rites mortuaires, dont l’enchaînement est restitué de façon plus ou moins exhaustive : faire-part, cérémonie d’obsèques, inhumation/crémation, anniversaire de la mort (« Deuxième anniversaire de la mort de Saïd Boucharach, Dailymotion, 31/03/2012, « Premier anniversaire de la mort de Steve Jobs » (Euronews, 05/10/2012), « La Corée du Nord marque le premier anniversaire de la mort de Kim Jong-Il » (AFP, 16/12/2012)). Le cas échéant, la temporalité funéraire peut être précédée d’une temporalité morbide, lorsque la personnalité décède des suites d’une longue maladie : c’est le cas de Nelson Mandela, qui meurt le 5 décembre 2013, bien plus tard que la période considérée, mais se voit consacrer 755 nouvelles ou reportages en 2012 du fait, entre autres, de son hospitalisation puis de son retour dans sa maison de Johannesburg et enfin dans son village natal, Qunu, dans l’intention – cela est sous-entendu – d’y finir ses jours.

  • 1 « La compétence professionnelle des journalistes consiste aussi dans des savoir-faire qui permetten (...)

13La question de la publicisation éventuelle d’une maladie fatale pointe un autre élément clé dans la configuration de la couverture journalistique : le degré de prévisibilité de la mort. Les deux extrêmes envisageables – la mort annoncée de longue date du fait d’un grand âge et de la révélation d’une maladie incurable, d’une part, et la mort subite, frappant dans la fleur de l’âge, d’autre part – semblent tout aussi efficaces pour nourrir la médiatisation mais selon des rythmes différents : le traitement est plus « perlé » en cas de longue maladie (Hugo Chavez, Nelson Mandela, Thierry Roland), puis les articles et reportages sont pléthoriques dès l’annonce du décès. On peut y voir l’effet de stratégies d’anticipation caractéristiques d’un travail journalistique qui s’emploie à routiniser le plus possible la couverture de l’actualité, plus particulièrement en tenant à jour des nécrologies baptisées « morgues » ou « viandes froides » sur les personnalités que l’on suppose proches de la mort, afin d’être prêt le jour venu1. L’intensité est elle aussi très élevée, mais de façon temporaire, juste après l’annonce d’une mort inattendue, frappant un sujet relativement jeune. L’annonce de la mort d’Olivier Ferrand (graphique 2) donne lieu à une couverture concentrée le premier jour, avec 160 occurrences, toutes sources confondues, le jour de son décès ; celle de Richard Descoings (graphique 3) elle aussi se concentre le 4 avril 2012 avec 371 occurrences ce jour-là contre 89 le jour suivant. Dans ces deux cas (et d’autres dont Tony Scott, Johnny Lewis, etc.), c’est l’effet de surprise et l’absence de logique apparente de la mort qui augmentent la valeur informative.

Graphique 2 – Médiatisation du décès d’Olivier Ferrand : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.

Graphique 3 – Médiatisation du décès de Richard Descoings : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.

14On mesure donc ici combien l’activité journalistique est prise dans toute une série de temporalités sociales, inhérentes aux faits « tels qu’ils se déroulent ». Néanmoins, ces temporalités ne prennent corps dans le discours journalistique qu’à partir du moment où les professionnels eux-mêmes les investissent d’une certaine valeur – que celle-ci affère au contexte de la mort ou à la personnalité elle-même.

Identités sociales et durabilité de la couverture médiatique

Critères de célébrité et catégorisations sociales

15Au-delà des éléments contextuels et des différentes temporalités de l’événement, se pose ainsi une autre question, celle de la longévité médiatique post-mortem : certaines personnalités peuvent en effet susciter un emballement au moment de leur décès mais quelles sont celles qui ont droit à la couverture la plus durable et pour quelles raisons ? Deux variables semblent affecter de façon déterminante la durée du traitement : d’un côté, le statut et l’image qu’un individu a acquis de son vivant, qui conditionnent une reconnaissance ou une fascination plus ou moins marquées après sa mort ; de l’autre, les causes, réelles ou présumées, du décès, plus ou moins spectaculaires et/ou sujettes à polémique. S’agissant du statut des personnalités décédées, il semble évident qu’une majorité d’entre elles retiennent l’attention du fait d’un certain mérite : sont très souvent évoquées, à ce titre, leur œuvre, leur carrière ou leurs réalisations. Elles relèvent en ce sens de la célébrité « conquise » (achieved celebrity) définie par Chris Rojek (2001, p. 17) par opposition aux célébrités « héritée » (ascribed) ou « conférée » (attributed) créée de toutes pièces par la communication et les médias.

16Pour autant, tous les statuts ne sont pas égaux devant la consécration journalistique, de même toutes les catégories sociales ne semblent-elles pas faire l’objet d’une même attention médiatique. Ainsi le militantisme ne fournit-il, à cet égard, aucune garantie de postérité : entre autres exemples, la mort de la pasionaria de la cause lesbienne Geneviève Pastre, pourtant également présentée comme poétesse, ne donne lieu qu’à une dépêche AFP le 17/02/2012, qui n’est reprise par aucun autre média recensé dans la base. Dans ce cas spécifique, on peut en outre noter la combinaison de facteurs sujets à des processus d’invisibilisation, le féminisme et le lesbianisme étant peu représentés dans la sphère publique (Fraser, 2001) et dans les médias généralistes en France (Dalibert, Quemener, 2015). Au-delà du statut de militante, on peut supposer que les enjeux du féminisme et du lesbianisme sont des facteurs de disqualification. De même, la disparition de certaines célébrités du monde du spectacle n’éveille pas plus de curiosité, dès lors qu’elles avaient déjà été oubliées de leur vivant : témoin l’actrice Mila Parély, dont la mort n’est annoncée qu’une seule fois par Radio Classique le 16/01/2012, avec près de deux jours de retard, et dont le nom est significativement mal orthographié sur le conducteur (« Mila Parelli ») alors qu’elle avait tourné pour des réalisateurs aussi prestigieux que Guitry, Duvivier, Christian-Jacque, Renoir ou Bresson. À travers ces quelques exemples, il semble bien qu’au-delà du contexte de médiatisation, joue dans ces processus de célébration toute une série de critères de catégorisation sociale et professionnelle (Dyer, 2004). S’il ne s’agit pas là du sujet de l’article, on peut toutefois noter la sous-représentation dans notre corpus de certaines catégories (femmes, minorités sexuelles, minorités ethnoraciales) mais aussi une variation du taux de couverture journalistique en fonction du domaine d’exercice, dans lesquels il est possible d’identifier des phénomènes de hiérarchisation culturelle (culture légitime vs. culture noble) et de hiérarchisation professionnelle.

  • 2 N’ont été retenues que les cinquante personnalités les plus médiatisées.

Tableau A – Nombre d’occurrences sur l’année 2012 par personnalité décédée en 2011, 2012 et 20132.

noms

nombre d’occurrences en 2012

Mohamed Merah

3 259

Hugo Chavez

973

Whitney Houston

947

Jean-Luc Delarue

901

Nelson Mandela

755

Richard Descoings

644

Raymond Aubrac

515

Gilles Jacquier

512

Thierry Roland

453

Tony Scott

431

Ahmed Ben Bella

290

Steve Jobs

283

Norodom Sihanouk

274

Claude Miller

273

Maurice Herzog

273

Olivier Ferrand

266

Patrick Ricard

265

Édouard Leclerc

257

Stéphane Hessel

244

Meles Zanawi

234

Pierre Mondy

223

Michel Polac

214

Sylvia Kristel

193

Pierre Mauroy

186

Robin Gibb

183

Donna Summer

176

Amy Winehouse

170

Erik Izraelewicz

170

Ravi Shankar

167

Eric Charden

159

Jean Giraud

157

Claude Pinoteau

156

Larry Hagman

147

Pierre Schoenderffer

140

Kim Jon-Il

138

Tsilla Chelton

134

Oscar Niemeyer

132

Mouss Diouf

130

Jean François-Poncet

125

Emile Allais

124

Ray Bradbury

121

Patrick Edlinger

119

Sun Myung Moon

118

Oswaldo Paya

115

Chenouda III

112

Lee Zeitouni

111

Mouloud Aounit

111

Chris Marker

106

Michel Duchaussoy

104

Mouammar Kadhafi

104

17Nul doute que ces critères de célébrités et ces logiques de catégorisation sociale jouent sur l’intensité de la couverture journalistique des décès. Le tableau A qui montre le classement des défunts par nombre d’occurrences sur l’année 2012 permet à ce titre d’établir que les plus médiatisés d’entre eux se répartissent dans trois catégories :

  • Des personnalités « légitimes », symbolisant au plus haut point des valeurs consensuelles : tels Raymond Aubrac (515 occurrences), l’un des résistants français les plus connus, Nelson Mandela (755) ou Stéphane Hessel, les deux derniers faisant figure de « sages » de renommée internationale. Dans ce cas, la couverture journalistique ne fait qu’abonder dans le sens des hommages qui consacrent ces grands hommes, y compris de leur vivant (Mandela et Hessel, par exemple, décèderont l’année suivante). Dans l’évaluation de la légitimité des personnages publics, on notera l’influence d’un ethnocentrisme professionnel, qui semble biaiser quelque peu l’adéquation aux valeurs communes : ainsi, comment expliquer la présence de Gilles Jacquier en 8e position, avec 512 mentions, et de 29 journalistes dans le reste du classement ? Bien qu’inconnu du grand public jusque-là, le reporter de guerre français cristallise dans sa mort même, due à l’exercice de son métier, tous les idéaux de la profession journalistique : le terrain, le reportage, le courage physique, la vocation à témoigner (Ruellan, 1997, p. 93).

  • Aux antipodes de ce plébiscite social et/ou journalistique, des « héros du mal », véritables contre-modèles de notre société, à l’instar de Mohamed Merah, dont on a déjà signalé que la médiatisation était la plus élevée du corpus – et de loin (3 259 occurrences) –, ou, dans une moindre mesure, Mouammar Kadhafi décédé en 2011 (104). Cette fois-ci, c’est une forme de fascination qui peut en partie expliquer une focalisation médiatique. Leur célébrité relève alors plutôt d’une « notoriété » dans la typologie suggérée par Chris Rojek, qui désigne ainsi une reconnaissance négative par le public, raccordée à la « transgression, la déviance et l’immoralité » (Rojek, op. cit., p. 31).

  • Des personnages ambigus, prêtant le flanc à des controverses – en sorte qu’ils sont tout autant adorés par les uns que détestés par les autres (Hugo Chavez décédé en 2013, 973 ; Richard Descoings, 644 ; Thierry Roland, 453 ; Maurice Herzog, 273) ou dont la vie, au regard de la morale commune, n’a pas toujours été exemplaire (Whitney Houston, 947 ; Jean-Luc Delarue, 901 ; à nouveau Richard Descoings).

18Cette typologie, qui s’appuie ici sur le nombre d’occurrences, se traduit dans la durée de la couverture journalistique. Elle rend compte de la valeur informative spontanément allouée à une personnalité et/ou à la forme de son décès. Elle permet en outre de remarquer que certains décès, en tête de tableau, font l’objet d’une forte médiatisation, sans commune mesure avec la célébrité de la personnalité de son vivant (Richard Descoings) ou son actualité de longue date (Whitney Houston). Nous allons ainsi voir dans la partie suivante la manière par laquelle cette valeur est nourrie par l’activité d’écriture journalistique, susceptible d’amplifier et d’étendre sur le long cours la couverture médiatique d’une personne décédée, et interroger les possibles effets de décrochage entre la célébrité et l’intensité de la couverture journalistique après le décès. Aussi l’intérêt premier, loin de s’épuiser dès sa première exploitation, peut-il être retravaillé, voire réactivé par une valorisation de la nouvelle, suivant plusieurs séquences-types qu’il convient de répertorier.

Séquençage de l’événement : la valorisation de la nouvelle

19Un séquençage-type permet de saisir certaines routines du travail journalistique ainsi que les logiques internes qui gouvernent la médiatisation des décès de célébrités. Grâce à la base OTMedia, il est possible d’accéder aux dimensions temporelles de la circulation de l’annonce, dimensions qui permettent par comparaison entre différents médias, de désigner les caractéristiques de la temporalité journalistique propre à chaque support, concomitante de la représentation de la mort (Rabatel, Florea, 2011, p. 11). Chaque décès étant singulier, ce séquençage propose avant tout une schématisation de la trajectoire de l’information, de l’annonce du décès aux critiques et interrogations. Il s’attarde sur trois phases, chacune correspondant à différentes étapes de la médiatisation et différents temps de l’activité journalistique sous-jacente.

Le temps de l’annonce

Une temporalité différenciée selon le média

20La première phase de la médiatisation d’un décès est le temps de l’annonce, qui correspond au déclenchement de la couverture journalistique. Sur ce terrain, l’analyse de la circulation de l’annonce heure par heure en fonction des sources montre à la fois la place centrale que continue à occuper l’AFP – elle est la première à annoncer les décès de Whitney Houston, Jean-Luc Delarue, Maurice Herzog, Chris Marker, etc. Ce primat de l’AFP repose sur l’accès aux sources : seule agence à avoir des bureaux à travers le monde, elle profite d’une occupation large du territoire national et international. Aussi est-elle la première à relayer l’information sur le décès de Richard Descoings à New York le 4 avril 2012 à 1 h 30 du matin. Les sites Web des chaînes et des journaux de presse qui reprennent pendant les heures qui suivent l’information, dépendent entièrement de la présence des journalistes de l’AFP sur place. Mais on note également une concurrence accrue de la part du Web, notamment la presse en ligne. On peut à titre citer le cas d’Édouard Leclerc (graphique 4), dont le décès se trouve annoncé à 14 h 26 le 18 septembre 2012 sur le site de Nord Éclair et à 15 h 54 par le site de l’Est Républicain, tandis que l’AFP publie sa dépêche à 15 h 55. À la différence des deux autres sites, la dépêche AFP précise la source (dans ce cas, la mairie), ce qui laisse supposer que le temps de décalage relève du délai nécessaire à la vérification de l’information. Deux remarques s’imposent néanmoins. D’abord, le rôle déclencheur des sites de presse en ligne varie en fonction de la valeur octroyée par les journalistes à la personnalité décédée. Dans le cas d’Édouard Leclerc, l’aura locale du chef d’entreprise, fondateur des supermarchés Leclerc, donne lieu à une forte mobilisation de la presse régionale et une moindre mobilisation des médias nationaux, ce qui confère une plus-value d’autant plus importante au scoop pour les journalistes de presse locale. Un ancrage local peut en outre avoir des conséquences sur l’activité journalistique elle-même. Le Dauphiné Libéré annonce sur son site le décès du skieur français Émile Allais (18/10/12) près d’une heure quinze avant l’AFP. Le décès étant intervenu à l’hôpital de Sallanches en Haute Savoie, on peut supposer que les journalistes du Dauphiné ont été les premiers informés du fait de leur proximité, et donc les premiers à relayer l’information. L’AFP se trouve alors devancée sur ce qui assoit par ailleurs son autorité, l’accès aux sources. Il convient toutefois de saisir avec précaution la rapidité de la presse en ligne lors de l’annonce des décès. En effet, de nombreuses annonces récoltées sont antidatées par les sites eux-mêmes, de telle sorte que les données archivées peuvent parfois être tronquées, notamment lorsque le décalage n’est que de quelques secondes.

Graphique 4 – Médiatisation du décès d’Édouard Leclerc : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant la semaine suivant l’annonce de décès.

21Si, en termes de durée, cette toute première phase de circulation de l’annonce varie en fonction du type de personnalité et de décès, elle est le plus souvent concentrée. Dans notre corpus, lorsqu’elle « prend » – au sens où elle circule entre différents médias –, l’annonce du décès dessine une courbe ascendante durant le premier jour de médiatisation qui dénote une couverture de très forte intensité. Lors du décès de Raymond Aubrac le 11 avril 2012 (graphique 5), l’AFP lance 27 dépêches en une seule journée, les journaux radio proposent 67 mentions, les journaux télévisés 26, la presse en ligne lui consacre une cinquantaine d’articles. Le lendemain, on ne compte plus que 3 dépêches AFP, 16 reportages radio, 1 reportage télévisé, et 8 papiers dans la presse en ligne. Cette concentration de l’annonce tend néanmoins à s’intensifier ou s’affaiblir selon le décès considéré. L’activité journalistique s’accorde dans ce cas avec le temps de la mort et le temps de l’enquête, que nous avons évoqués plus haut. La part d’inattendu a des effets de concentration, comme nous l’avons déjà vu avec le cas d’Olivier Ferrand. À l’inverse, la part de trouble a des effets d’étalement. La mort du journaliste de France 2 Gilles Jacquier en Syrie donne lieu à une médiatisation de près de trois jours (graphique 6) : l’AFP lance 14 dépêches le 11 janvier 2012, 9 le 12 janvier, 12 le 13 janvier, tandis que la radio et la télévision font entre 25 et 45 reportages par jour entre le 11 et le 13 janvier. Si l’on peut y voir les effets d’une proximité et d’une identification des journalistes avec le défunt, notamment sensible dans l’omniprésence de la radio et de la télévision dans la couverture de l’événement, ce sont également les incertitudes qui entourent la mort qui expliquent cette étendue. Ainsi, dès la fin du premier jour, une commission est chargée d’enquêter sur les circonstances de la mort. À côté des hommages rendus, les journalistes font alors part de leurs interrogations et des soupçons de « manipulation » : pour RMC, la mort de Jacquier devient « l’affaire Gilles Jacquier » (12/01/12), tandis qu’Arte Info s’interroge « Qui a tué Gilles Jacquier ? » (12/01/12) et lepoint.fr : « Syrie : Gilles Jacquier a-t-il été assassiné ? » (13/01/12). Ce trouble concorde avec le rapatriement du corps en France, qui fait l’objet d’une couverture quasiment en direct. Ce sont finalement les obsèques qui mettent fin ponctuellement à la polémique.

Graphique 5 – Médiatisation du décès de Raymond Aubrac : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant les deux semaines suivant l’annonce de décès.

Graphique 6 – Médiatisation du décès de Gilles Jacquier : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant les deux semaines suivant l’annonce de décès.

22Le rythme de circulation de l’annonce diffère selon que l’on s’attache au Web, aux journaux télévisés ou à la presse en ligne. Une fois l’annonce lancée, elle circule tout d’abord sur les sites Web qui constituent dans plusieurs des cas analysés une grosse part de la médiatisation. Si l’on détaille la médiatisation heure par heure du décès de Raymond Aubrac, on note que les premiers à reprendre l’annonce à la suite de l’AFP sont les sites de presse en ligne : sur les 141 annonces Web du jour de sa mort, 29 viennent de la presse quotidienne (dont 20 dans les 4 heures qui suivent l’annonce) et 23 pour la presse magazine (dont 10 dans les 4 heures qui suivent l’annonce). Mais la réactivité du Web ne se limite par aux sites de presse en ligne. Elle relève également de la proportion dans la médiatisation de la personnalité de sites plateformes du type Portail Orange ou Yahoo actualité, qui se font la plupart du temps le simple relais des dépêches AFP. Elle concerne enfin les sites institutionnels, les sites de partis politiques ou les blogs. Si la plupart du temps, ces derniers réagissent avec un temps de décalage, ils peuvent aussi se mobiliser rapidement lorsqu’il s’agit de figures légitimes, incarnant des valeurs prisées par le monde politique – Raymond Aubrac en étant une nouvelle fois un exemple-type, puisque les deux jours suivant l’annonce de son décès, 70 posts sont publiés sur les blogs, sites institutionnels et de partis.

23À l’opposé de la presse en ligne qui se caractérise par une réactivité très forte, les journaux télévisés et radiophoniques présentent une circulation plus oscillante. Il faut y voir la périodicité propre à ces médias « traditionnels ». La programmation à heures fixes – matinale, midi, soir – des journaux radio et plus encore TV s’accompagne d’un délai dans le relais de l’information, délai qui peut aller jusqu’à plusieurs heures lorsque l’annonce ne tombe pas pendant ou juste avant l’un des créneaux d’information. L’annonce du décès de Thierry Roland le 16 juin 2012, qui intervient à 9 heures, est par exemple relayée dans les journaux qui concluent les matinales de radio, mais n’apparaît dans les JT qu’à partir de 13 heures. Ce décalage traduit un temps de fabrication nécessaire au reportage TV et un rythme propre à la programmation télévisuelle, confirmant le constat de Boczkowski (2009) sur le décalage dans les pratiques journalistiques induit par le développement de la presse en ligne et l’accélération de l’information. Mais l’analyse de la présence entrecoupée de la radio et de la télévision dans la circulation heure par heure de l’annonce doit aussi prendre en considération l’archivage ciblé de ces journaux. Seules les tranches du matin, du midi et du soir ont en effet été indexées dans le cadre d’OTMedia, passant sous silence les pratiques des chaînes d’information en continu, dont on peut supposer qu’elles proposent un fil plus régulier que les chaînes hertziennes. Il n’en reste pas moins qu’une temporalité propre à la télévision et à la radio est bien identifiable : moins concentrée que le Web, elle se caractérise par une élasticité plus forte. Les journaux télévisés et radio relaient en effet l’information le lendemain et parfois le surlendemain de l’annonce du décès, là où la presse quotidienne en ligne est déjà beaucoup moins présente.

La recherche de l’accroche

24Cette première phase se caractérise pour les journalistes par une mise en forme de l’information, afin que cette dernière fasse sens pour les publics et suscite une réaction. L’encodage (Hall, 1994) des lanceurs d’alerte telle l’AFP joue un rôle essentiel dans la circulation de l’annonce. On peut ainsi supposer qu’une nouvelle ne passant pas la barrière de la première annonce, au-delà du contexte informationnel potentiellement défavorable, pâtit d’une formulation journalistique peu attractive. La première dépêche AFP, malgré un style souvent lapidaire et une apparence informative, contient les premiers éléments de catégorisation et d’identification de la personnalité : « Richard Descoings, le directeur de Sciences Po est mort » (04/04/12), « Décès de Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie (officiel) » (11/04/12), « Décès du journaliste, écrivain, critique Michel Polac à l’âge de 82 ans (famille) » (07/08/12), « Sylvia Kristel, l’actrice néerlandaise d’“Emmanuelle”, victime d’un AVC » (18/10/12). Chaque dépêche, par ses propriétés formelles – brièveté et sources – et les choix opérés sur les termes pour qualifier la personnalité, permet aux journalistes d’apprécier l’importance de l’annonce et de s’en saisir pour la faire circuler rapidement (Kingston, 1996). Elle rend ainsi compte avec concision du statut, de la fonction, des accomplissements, bref des titres de noblesse de la personnalité, ainsi que de l’âge ou des causes du décès, chacun de ces éléments permettant aux journalistes d’accéder facilement à l’information et d’en mesurer l’importance (Lagneau, 2003, 2010). Par la suite, une annonce est tantôt reprise telle quelle, tantôt soumise à une série de reformulations de la part des journalistes. Dans les deux cas, les mots peuvent laisser indifférents ou au contraire produire des échos, jusqu’à réactiver des souvenirs et des émotions passées chez les lecteurs, spectateurs et auditeurs (Fourquet-Courbet & Courbet, 2012). L’objectif est d’attirer les publics avec une bonne accroche, c’est-à-dire une formulation à la fois informative et attractive.

25Dans notre corpus, on peut repérer plusieurs techniques d’accroche, chacune correspondant à des types de célébrités différents, dont plusieurs ne sont pas sans faire écho à la typologie du langage émotionnel développée par Friedrich Ungerer (1997).

  • La première technique consiste à associer la personnalité décédée à toute une série de records, de chiffres et de succès inédits (Ungerer, 1997, p. 312). Elle concerne généralement les célébrités par accomplissement (Rojek, 2001). C’est notamment le cas des sportifs de haut niveau dont les annonces énumèrent le nombre de médailles ou de trophées : « Le boxeur cubain Teofilo Stevenson, triple champion olympique, est mort d’une crise cardiaque à l’âge de soixante ans, rapportent lundi les médias cubains » (TF1news.fr, 12/06/2012), « Rashidi Yekini, meilleur joueur africain en 1993, meilleur buteur des Coupes d’Afrique 92 et 94 » (AFP, 05/05/2012). Mais cette surenchère peut aussi concerner des réalisations : « Tout au long de sa vie d’artiste, Francesco Marino Di Teana […] a notamment réalisé plus de cinquante sculptures monumentales dont plusieurs mesurent autour de 20 mètres de hauteur (Fontenay-sous-Bois, Mulhouse, Nancy, Reims, Montpellier…). La sculpture ‘‘Liberté’’ à Fontenay-sous-Bois est l’une des plus grandes sculptures en acier d’Europe (21 mètres) » (Europe1.fr, 03/01/12). Au-delà, l’âge du défunt peut lui-même constituer un record notable, le décès des doyens ou des doyennes étant systématiquement médiatisé et souvent le seul fait d’armes mis en avant par les journalistes. Outre qu’elles produisent des effets d’importance, ces énumérations s’accompagnent d’une série de superlatifs – « champion », « recordman », « légendaire » « premier homme », « le plus gros » – qui favorisent une évaluation positive de la personnalité concernée.

  • La deuxième technique de valorisation très présente dans notre corpus consiste à associer la personnalité à une œuvre ou une réalisation. Elle concerne les personnalités dont la célébrité repose sur une carrière durable ou une œuvre ponctuelle. La présentation de la célébrité s’appuie sur une formule métonymique – Robin Gibb, « chanteur anglais Robin Gibb, voix éthérée des Bee Gees et de Stayin’ Alive » (lavoixdunord.fr, 21/05/12) ; Ray Bradbury, « auteur de Farenheit 451 » (Huffington Post, 06/06/12) ; Roland Moreno, « autodidacte et inventeur génial de la carte à puce en 1974 » (iTELE, 29/04/12). Ces formules succinctes rappellent non seulement les titres de gloire de la personnalité, mais entendent également produire un sentiment de proximité à travers la mention d’œuvres et de réalisations renvoyant à une culture grand public ou un univers familier (Ungerer, op. cit.). À défaut de réalisations marquantes, cette technique peut consister à rapprocher la personnalité d’autres personnalités plus connues – « Edith Piaf : Mort de Danielle Bonel, confidente et intime de La Môme » (leparisien.fr, 06/04/12), « Le réalisateur américain Tony Scott, frère de Ridley Scott, s’est suicidé. » (lexpress.fr, 20/08/12).

  • Enfin, outre le rappel des titres de noblesse – « Le prince héritier d’Arabie saoudite Nayef Ben Abdel Aziz », « l’empereur du Japon » –, la référence à la nation ou une entité extra-nationale installe la légitimité voire le poids de la personnalité (Ibid..). Ahmed Ben Bella outre d’être le « premier président de l’Algérie indépendante en 1963 » devient « l’incarnation du Tiers-Monde… » (Orange Actualité, 11/04/12), tandis que Brigitte Engerer se voit célébrée en tant que « célèbre pianiste française formée à l’école russe » (ladepeche.fr, 23/06/12). Pour les journalistes, au-delà de participer par ces dénominations à la construction d’un imaginaire national ou d’une certaine conception des équilibres mondiaux, il s’agit d’activer des univers de signification supposés propices à des formes d’engagement émotionnel.

Le temps des hommages et des interrogations

Tirer le portrait de la personnalité décédée

26La seconde phase du processus de médiatisation coïncide avec le temps des hommages. Elle nourrit le pic de médiatisation qui suit l’annonce de la mort de la célébrité. Elle se caractérise par la publication dans la presse et la diffusion dans les journaux télévisés et radios de portraits plus ou moins longs et de rétrospectives de la vie ou de l’œuvre de la personnalité décédée. Sur ce terrain, l’anticipation journalistique est sensible dans la promptitude à publier un portrait. Elle concerne les morts les plus prévisibles. Dans ce cas, le temps des hommages se confond avec l’annonce du décès, les portraits commençant à circuler – parfois par le biais de l’AFP – alors même que l’annonce est en train de se diffuser. Le décès de Maurice Herzog, le 14 décembre 2012 à midi, en est un parfait exemple. Il est annoncé à 11 h 58 par la presse régionale en ligne (ladauphine.fr), et repris par quelques sites de la presse nationale et surtout régionale (leparisien.fr, sudouest.fr, ladepeche.fr, France 3 Alpes, lejdd.fr, Europe1.fr) sous une forme concise – « légende de l’alpinisme, Maurice Herzog est mort à 93 ans », « Mort de Maurice Herzog, âgé de 93 ans ». Il faut néanmoins attendre la confirmation du décès par l’AFP à 12 h 57 pour que les médias nationaux se mobilisent pleinement. Parmi les articles et les reportages alors proposés, certains relèvent du portrait, à l’instar de l’Express qui publie à 13 h 21 « Maurice Herzog, la mort d’un “détestable héros” » ou de Libération qui titre à 21 h 30 « Maurice Herzog, la fin d’un mythe ». Le portrait de l’AFP « Maurice Herzog, un héros à l’image ternie » circule quant à lui dès 13 h 25 et est largement repris dans les trois heures qui suivent par les sites de la presse régionale (Laprovence.fr, le jdc.fr (Journal du Centre), leberry.fr, lamontagne.fr, lecourrierpicard.fr). On note ici un télescopage pendant l’après-midi du 14 décembre entre l’annonce de la mort et les portraits consacrés. Celui-ci résulte principalement de la succession des dépêches AFP et de leur fort taux de reprise, ainsi que d’une temporalité décalée entre la presse régionale et la presse, les journaux radio et TV nationaux.

27Le séquençage entre le temps de l’annonce et le temps des hommages est néanmoins parfois plus marqué, notamment lorsqu’il s’agit de morts dont la brutalité constitue en soi la valeur informative de l’annonce. L’annonce du décès prématuré d’Olivier Ferrand le 30 juin 2012 donne ainsi lieu à deux moments bien distincts. Le premier jour est consacré à la diffusion de l’annonce de la mort. Sobres, les journalistes s’en tiennent aux informations les plus basiques : « Le député PS Olivier Ferrand est décédé » (lefigaro.fr), « Le député socialiste et président de Terra Nova Olivier Ferrand est décédé (fédération PS-13) » (AFP, leparisien.fr), « Olivier Ferrand, député PS et fondateur de Terra Nova, est mort ce matin » (France Inter). C’est le lendemain matin de sa mort qu’apparaissent les premiers portraits au titre évocateur – « Olivier Ferrand, bâtisseur de la victoire de la gauche » (Portail Orange), « Olivier Ferrand, l’agitateur d’idées au destin brisé » (France 24) – qui sortent cette fois-ci de la seule voie tracée par l’AFP, dont le portrait « Olivier Ferrand, de conseiller de l’ombre à la lumière de l’action politique » n’est que très peu repris par les autres organes de presse en ligne et les journaux radio et TV. Comme pour Maurice Herzog – pourtant personnalité à la forte aura locale –, les médias nationaux semblent plus prompts à proposer des portraits personnalisés, sans doute du fait de moyens plus importants que la presse régionale en ligne. Dans ce cas, le laps de temps entre l’annonce et le temps des hommages correspond au temps nécessaire pour l’élaboration des portraits et de rétrospectives.

  • 3 Sur la place de l’arène numérique dans les débats publics, voir notamment les travaux de Valérie De (...)

28Dans le cas des personnalités les plus légitimes aux yeux des journalistes et des institutions, l’annonce de la mort et les premiers portraits esquissés par les différents médias s’entremêlent avec les réactions d’entités extérieures. Le vocabulaire journalistique rencontre alors les propos rapportés des personnalités officielles. À son décès, Raymond Aubrac se trouve ainsi célébré par la presse : « héros de la résistance » (AFP), « l’un des derniers cadres de la Résistance » (ladepeche.fr), « le grand résistant » (AFP, lexpress.fr, Francesoir.fr), « cofondateur du mouvement Libération Sud » (lefigaro.fr), « double de Lucie, un des ultimes symboles de la Résistance » (AFP), « grand officier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 39-45, rosette de la Résistance » (RFI. fr), « créateur du service français de déminage » (lepoint.fr), « dernier survivant de “l’affaire de Caluire” » (Europe 1), autant de termes élogieux qui érigent Raymond Aubrac au rang de héros national. Au-delà même du statut, il s’agit par ailleurs d’honorer une posture, à l’instar de Libération qui titre : « Résister. Raymond Aubrac 1914-2012 ». Cette célébration se trouve en outre très vite confortée par les hommages officiels du Président de la République François Hollande, de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, ou encore de personnalités politiques diverses – Jean-Pierre Chevènement, Ségolène Royal, Jean-Pierre Raffarin – qui postent un hommage sur leur site. Chacun rivalise d’éloges : « un “homme de courage” » (F. Hollande), « “une extraordinaire figure” » (F. Bayrou), « une figure héroïque de la résistance » (N. Sarkozy), « la dernière grande figure d’une Résistance héroïque » (J-P. Chevènement), « “flambeau de la justice et de l’espérance” » (hommage républicain aux Invalides). Lorsqu’ils sont rapportés par la presse en ligne ou les journaux TV et radios, ces propos contribuent à authentifier et asseoir l’hommage rendu par les journalistes eux-mêmes. S’ils ne circulent pas, ils n’en participent pas moins à l’élaboration de l’image de la personnalité à l’échelle de l’arène numérique3.

Des hommages aux critiques

29Comme nous pouvons l’observer avec Raymond Aubrac, le temps des hommages peut s’apparenter à un temps de célébration lorsque la personnalité satisfait à des valeurs « consensuelles ». Il se traduit alors par une diversification des qualificatifs usités pour dépeindre la personnalité, grâce à des opérations de singularisation du discours journalistique et aux multiples hommages officiels. Mais le temps des hommages peut également donner lieu à une célébration a minima et à l’explicitation des « déviances » de la personnalité. Il peut alors se traduire par une pauvreté sémantique relative. Les termes de l’image médiatique de Whitney Houston sont par exemple repris à l’AFP. L’expression « diva de la pop » circule à grande échelle – on la retrouve sur les sites du Monde, de Télérama, 20 minutes, Métro France, l’Express –, et rares sont les médias à proposer des expressions ou titres de noblesse alternatifs. Seul Leparisien.fr reprend le surnom « La Voix » donné à la chanteuse lors de ses années fastes. Les portraits de la star reprennent quant à eux mot pour mot la dépêche de l’AFP : « Whitney Houston, une voix et un destin en or ternis par la drogue ». La relative retenue des journalistes pour qualifier la chanteuse relève ici de son domaine d’exercice, celui d’une musique populaire peu valorisée en France, d’un certain éloignement géographique et d’une mort qui vient redoubler le trouble de la trajectoire de l’artiste.

30Le temps des hommages est en outre le temps des critiques. Certains décès se traduisent par une véritable controverse portant sur la personnalité. Le cas de Maurice Herzog est particulièrement emblématique dans la mesure où le dissensus est au centre de plusieurs des reportages qui lui sont consacrés : « 4 controverses sur un héros moderne » (L’Internaute, 14/12/2012), « (…) Sa vie était aussi un sujet de controverses (…) » (vidéo de Free Actualités, 14/12/2012). On retrouve ces ambivalences clairement explicitées dans les titres des dépêches et des articles sur le présentateur de football Thierry Roland, connu pour ses propos parfois racistes : « Thierry Roland, entre institution et caricature » titre l’AFP, tandis que liberation.fr rappelle « les petites phrases et dérapages de Thierry Roland » et lepoint.fr « une légende controversée ». La controverse intensifie et prolonge dans ce cas la médiatisation dans la mesure où elle permet de diversifier les angles journalistiques proposés, et de renouveler le traitement par rapport au concert d’hommages qui ne manque pas d’avoir lieu à la disparition de toute personnalité populaire : à la suite de sa révélation le 16 juin 2012 par Nord Éclair à 6 h 59, le décès de Thierry Roland fait ainsi l’objet d’une centaine d’annonces neutres ou laudatives – Europe 1 saluant ce « fidèle compagnon du foot français », Var Matin « la voix du football » – avant qu’il ne soit fait allusion, dans la soirée (19 h 07, BFM TV), aux « controverses qui ont accompagné (sa) carrière ». Les portraits critiques font le pendant des discours célébratoires et sont une façon de prendre position en affichant une ligne éditoriale à rebours des hommages les plus conciliants. La temporalité de ces critiques se mêle ici à celle des hommages, ce qui redouble l’intensité de la médiatisation. Dans les cas de Thierry Roland et de Maurice Herzog, la médiatisation des obsèques, généralement présentées comme le « dernier hommage », respectivement, à « la voix du foot » ou « à la légende de l’alpinisme » fait taire les critiques, comme s’il s’agissait là d’un dernier moment consacré.

31Néanmoins, le temps de la critique ne recoupe pas toujours le temps des hommages. Dans le cas des personnalités au parcours et à la mort trouble, la médiatisation ne s’arrête pas toujours, en effet, aux obsèques. Elle connaît des rebonds en fonction des différents résultats de l’enquête. Les morts de Whitney Houston, Jean-Luc Delarue et Richard Descoings suscitent ainsi une couverture médiatique ponctuée de pics d’intensité. La courbe de médiatisation du décès de Descoings (graphique 3, plus haut) montre ainsi deux pics : le 4 avril 2012 lors de l’annonce du décès et le 20 mai 2015, lorsque sont rendus publics les résultats de l’autopsie. Les détails troublants entourant sa mort expliquent l’intensité du rebond de mai : retrouvé seul, nu sur son lit dans une chambre d’hôtel de Manhattan, son ordinateur portable sur le balcon d’un étage inférieur, la « mort mystérieuse » (lemonde.fr) de l’ancien directeur de Sciences Po suscite incertitudes et interrogations. Si les hommages de personnalités officielles se multiplient, insistant sur le rôle dans le monde éducatif de l’ancien directeur de Science Po, ils alternent avec une série d’articles faisant le récit de l’autopsie et de l’enquête autour de cette « mort suspecte ». L’association de ces deux types de récits tend à produire un effet ambivalent : la carrière de Descoings pourrait justifier son héroïsation, mais les circonstances de sa mort posent un voile trouble sur sa personnalité. Les titres de la presse en ligne rendent parfaitement compte de cette contradiction : ils insistent sur la personnalité « iconoclaste » de l’ancien directeur de Sciences Po et sur son caractère d’« anti-conformiste affirmé » (nouvelobs.fr). Si les interrogations sont nombreuses, il faut attendre le renouvellement de la direction de Sciences Po à la fin de l’année 2012 pour qu’apparaisse une critique plus frontale du bilan de Richard Descoings : « tout n’est pas à jeter dans le legs de Richard Descoings » titre lemonde.fr (27/12/12). Prudence des journalistes, retenue des proches, le décalage entre les hommages et les critiques semble bien relever, dans ce cas, des circonstances de la mort, qui freinent l’énoncé d’une parole critique au moment de l’annonce.

  • 4 Cette notion est empruntée à Dennis F. Thompson (2010), qui désigne ainsi la reprise par certains j (...)

32Notons pour finir une étape ultime de la médiatisation : le métareporting4, qui intervient lorsque la médiatisation a été forte et intense. Il s’agit ici d’un moment de réflexivité journalistique qui se traduit par une discussion autour du « buzz » produit par une annonce : « Mort de Jean-Luc Delarue : le monde de la télé en fait-il trop ? » (Post sur le blog de Renaud Revel, repris par Portail Orange, 27/08/12), « Mort de Tony Scott : l’art délicat de la nécrologie » (Slate.fr, 22/08/12, publié à la suite de la polémique suscitée par un article particulièrement critique de Télérama sur les films du réalisateur). Rares, ces titres invoquent une mise à distance de la couverture journalistique du décès, en une stratégie de re-légitimation d’un média qui interpelle les autres médias sur des pratiques qui sont aussi les siennes. Il est intéressant pour conclure de noter combien ce metareporting intervient comme le souffle ultime de la couverture journalistique dans deux cas de controverses. La controverse d’abord qui s’enracine dans les causes d’un décès. Ainsi, on ne peut guère soutenir par exemple que le cinéaste Tony Scott ait été particulièrement connu en France de son vivant, bien que frère de Ridley Scott et auteur de films à succès tels que Top Gun ou True Romance. C’est donc aussi et peut-être surtout l’origine de sa mort – un suicide en sautant d’un pont en Californie – qui provoque une couverture massive de sa disparition (431 occurrences). Puis, la controverse sur la vie qui se conjugue à la controverse sur la mort : on comprendra aisément que les individus réunissant sur leur personne ces deux caractéristiques sont ceux qui pourront le mieux donner prise à une médiatisation à la fois intense et persistante : Whitney Houston (11 mois), Jean-Luc Delarue (5 mois) et Richard Descoings (9 mois). Dans ces trois cas, on peut remarquer à rebours de ce qu’on nous avons déjà pu montrer, que si les circonstances de la mort jette un trouble sur l’existence de la personnalité, l’hétérodoxie de l’existence jette elle aussi le trouble sur les circonstances de la mort : la toxicomanie de la chanteuse américaine crée d’emblée l’horizon d’attente d’un décès par overdose, celle de l’animateur français ainsi que son mariage avec une beurette alimente des rumeurs post-mortem tour à tour sur une mort non naturelle, sa conversion supposée à l’islam et son inhumation dans un carré musulman (sudouest.fr, 19/09/2012) ; dans le cas du directeur de Sciences Po, ce sont les ragots ayant circulé de son vivant sur son homosexualité qui éveillent les soupçons sur les raisons de son décès brutal, d’autant que les circonstances de sa mort se prêtent à toutes les spéculations. Mieux : en sens inverse, l’enquête sur la mort de Richard Descoings, va entraîner des révélations, officielles cette fois-ci, sur sa vie et sa sexualité. La médiatisation de ces trois figures ambivalentes montre à chaque fois qu’en tant que faits médiatiques, la mort d’un personnage public et les événements de son existence s’éclairent et se renforcent mutuellement, ce qui corrobore la proposition théorique de Harvey Molotch et Marilyn Lester, énoncée plus haut : « chaque fait nouveau réinforme tous les précédents » (1996, p. 26).

Conclusion

33Nous avons ici souhaité montrer combien la temporalité de la couverture journalistique d’un décès dépendait des routines professionnelles qui la sous-tendent. Régulée par une série de normes, de positions sur le marché des médias, mais aussi de conceptions de la valeur de l’information, se réalisant dans l’intensité de la couverture d’un décès et le type de vocabulaire usité, la pratique journalistique attribue un potentiel symbolique plus ou fort au décès relaté. Ce potentiel se mesure à la longévité de la couverture d’un décès et à l’enchaînement de différentes séquences de la médiatisation. Les décès passant avec succès toutes les étapes – de l’annonce aux hommages – sont investis d’une valeur à laquelle ne peuvent prétendre les décès faisant l’objet d’une simple annonce. Ces différentes temporalités de la couverture journalistique sont donc essentielles pour comprendre les processus de valorisation ou disqualification des personnalités juste après leur décès. En termes de représentations médiatiques, elle permet de saisir les ressorts de l’événementialisation d’un décès : sans nécessaire relation avec les faits relatés, la première image post-mortem d’une personnalité porte bien davantage les stigmates des angoisses sociales autour de la vie et la mort. La temporalité journalistique rencontre alors une autre temporalité, celle des représentations médiatiques, traversées par toute une série de déplacements, de discontinuités, que l’on retrouve lorsque l’image du vivant ne correspond pas à l’importance médiatique de la couverture du décès. Or dans ce processus, les morts dont le traitement médiatique respecte tous les temps de médiatisation répertoriés, sont systématiquement sous-tendus par des controverses sur la vie et sur la mort – controverses que la médiatisation participe à produire, dans une logique d’emballement dont les effets performatifs dépassent le seul contrôle des professionnels du journalisme.

Haut de page

Bibliographie

Boczkowski P. J., 2009, « Rethinking Hard and Soft News Production : From Common Ground to Divergent Paths », Journal of Communication 59/1, p. 98-116.

Dalibert M., Quemener N., à paraître 2016, « Femen, la reconnaissance médiatique d’un féminisme aux seins nus », Mots. Les langages de politique 110.

Devillard V., Le Saulnier G., 2015. « Le problème public de la prostitution aux marges des arènes publiques numériques. Luttes interprétatives et mobilisations pro-droits contre l’offensive abolitionniste sur le Web », Le Journal des Anthropologues, n° 142-143.

Dyer R., 2004. Le star-system hollywoodien, trad. N. Burch, Paris, L’Harmattan.

Fourquet-Courbet M.-P., Courbet D., 2012. « Comment les fans réagissent-ils lors du décès de la célébrité ? Usages des communications et des médias sociaux dans le deuil de Michael Jackson », Communication 30/2 [en ligne], URL : http://communication.revues.org/3530, consulté le 21 janvier 2015.

Fraser N., 2001, « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu'elle existe réellement », trad. M. Valenta, Hermès, La Revue 31, p. 125-156.

Hall S., 1994. « Codage/décodage » (1973), trad. M. Alberet et M.-C. Gamberini, Réseaux 12/68, p. 27-39.

Kingston M., 1996. « Réduire à l’événement : la couverture de sujets irlandais par l’agence France Presse », Réseaux 14/75, p. 67-86.

Lagneau É., 2003. « Agencier à l’AFP : l’éthique du métier menacée », Hermès 35, p. 109-118.

Lagneau É., 2010. L’objectivité sur le fil. La production des faits journalistiques à l’Agence France-Presse, Thèse de doctorat en science politique à l’IEP de Paris, soutenue le 25 janvier 2010.

Molotch H., Lester M., 1996. « Informer : une conduite délibérée : de l’usage stratégique des événements » (1974), trad. M.-C. Gamberini, Réseaux 14/75, p. 23-41.

Neveu É., 2013. Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 4e éd.

Rabatel A., Florea M.-L., 2011. « Représentations de la mort dans les médias d’information », Questions de communication 19, p. 7-28.

Rojek C., 2001.‬‬‬‬ Celebrity, Londres, ‪Reaktion Books.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Ruellan D., 1997. Les « pro » du journalisme, de l’état au statut. La construction d’un espace professionnel, Presses Universitaires de Rennes.

Thompson D.F., « The Private Life of Politicians », www.raisonpublique.fr, Saturday 6 February 2010, URL : http://www.raison-publique.fr/article206.html, consulté le 21/12/15.

Tuchman G., 1973, “Making News by Doing Work: Routinizing the Unexpected”, American Journal of Sociology 79/1, p. 110-131.

Ungerer F., 1997. “Emotions and emotional language in English and German news stories”, in Nemeyer S., Druen R. (dir.), The language of emotions. Conceptualisation, Expression and Theoretical Fondations, Amsterdam, Philadelphia, Éditions Benjamins, p. 307-338.

Viaud M.-L., Saulnier A., Teyssou D., Hervé N., Renoust B., et al., 2014. « Fouille au Corps des Media Français : Un exemple concret de Fouille Multimodale Transmedia », RNTI, Cépaduès, URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01002715, consulté le 14 mai 2015.

Haut de page

Notes

1 « La compétence professionnelle des journalistes consiste aussi dans des savoir-faire qui permettent une anticipation au moins partielle jusque sur l’imprévisible. La plupart des rédactions (…) disposent d’une réserve d’articles nécrologiques – nommés ‘’morgues’’ – qui permettent de réagir sans délai à un décès soudain. » (Neveu, 2013, p. 53).

2 N’ont été retenues que les cinquante personnalités les plus médiatisées.

3 Sur la place de l’arène numérique dans les débats publics, voir notamment les travaux de Valérie Devillard et Guillaume Le Saulnier (2015).

4 Cette notion est empruntée à Dennis F. Thompson (2010), qui désigne ainsi la reprise par certains journaux « sérieux » d’informations jugées illégitimes, sous le seul prétexte d’informer le public sur la façon dont d’autres médias les ont révélées. Pour nous, il s’agit de montrer comment, dans la production journalistique, une approche métadiscursive peut être mobilisée, le plus souvent en fin de course d’un événement médiatique, en vue de réactiver l’intérêt du public.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Médiatisation du décès de Whitney Houston : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Légende Graphique 2 – Médiatisation du décès d’Olivier Ferrand : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Légende Graphique 3 – Médiatisation du décès de Richard Descoings : évolution journalière du nombre d’occurrences sur l’année 2012, tous médias confondus.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Légende Graphique 4 – Médiatisation du décès d’Édouard Leclerc : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant la semaine suivant l’annonce de décès.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-4.png
Fichier image/png, 32k
Légende Graphique 5 – Médiatisation du décès de Raymond Aubrac : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant les deux semaines suivant l’annonce de décès.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-5.png
Fichier image/png, 50k
Légende Graphique 6 – Médiatisation du décès de Gilles Jacquier : évolution heure par heure du nombre d’occurrences par sources durant les deux semaines suivant l’annonce de décès.
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3368/img-6.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dakhlia Jamil, Quemener Nelly et Castex Lucien, « Rythmes de mort », Temporalités [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 22 février 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3368 ; DOI : 10.4000/temporalites.3368

Haut de page

Auteurs

Dakhlia Jamil

Institut de la Communication et des Médias, UFR Arts & Médias
Université Paris 3 Sorbonne nouvelle
Laboratoire CIM, équipe MCPN, chercheur associé au LCP-IRISSO (UMR7170)
jamil.dakhlia@univ-paris3.fr

Quemener Nelly

Institut de la Communication et des Médias, UFR Arts & Médias
Université Paris 3 Sorbonne nouvelle
Laboratoire CIM, équipe MCPN
nellyquemener@gmail.com

Castex Lucien

Université Sorbonne Nouvelle
Laboratoire CIM, équipe MCPN
lucien.castex@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page