Navigation – Plan du site

Le déploiement temporel des inégalités de genre dans le monde du journalisme

Une analyse longitudinale
The temporal distribution of gender inequalities in the world of journalism: a longitudinal analysis
El despliegue temporal de las desigualdades de género en el mundo periodístico. Un análisis longitudinal
Vincent Cardon et Ionela Roharik

Résumés

L’analyse quantitative, à partir des données de la CCIJP, des inégalités de genre dans le journalisme, suppose d’orchestrer un jeu d’échelles temporelles complexe. Nous proposons de coupler la description des évolutions du marché du travail journalistique à une analyse longitudinale des carrières. La focale est ensuite placée sur les cheminements professionnels des membres d’une cohorte, celle des nouveaux entrants sur le marché du travail journalistique en 2000, et sur la manière dont ces derniers traversent les évolutions de la profession. La féminisation du journalisme s’opère dans un contexte de précarisation croissante. Les femmes renforcent leur place sur le marché de l’emploi journalistique mais elles présentent des carrières moins longues, plus discontinues, bénéficient d’un accès limité aux positions professionnelles d’encadrement et sont plus exposées à l’emploi flexible que les hommes. On constate toutefois une relative fissuration du plafond de verre. Mais la réussite des femmes est plus étroitement associée à la détention d’un diplôme prestigieux que celle des hommes, et la valorisation des parcours discontinus s’exprime différemment selon le sexe.

Haut de page

Texte intégral

Ce texte est issu d’une étude sur les inégalités de genre dans l’audiovisuel commandée par la CPNEF-Audiovisuel. Nous tenons à remercier chaleureusement Janine Rannou, qui a fait partie de l’équipe l’ayant réalisée. Ce texte doit beaucoup aux échanges que nous avons eus à cette occasion. Merci également à l’Observatoire des Métiers de la Presse pour la mise à disposition des données CCIJP, et à Olivier Pilmis, à Nicolas Robette, ainsi qu’aux évaluateurs anonymes pour leurs commentaires et suggestions.

Introduction

1La professionnalisation du journalisme, fruit d’une lutte juridictionnelle séculaire, a débouché sur la définition d’une frontière entre les auteurs occasionnels d’articles de presse, et plus généralement les journalistes « amateurs », et les journalistes professionnels (Pilmis, 2013). La régulation du marché du travail qui en découle ne repose pas sur un numerus clausus, sur la réussite à un concours ou ne conditionne pas, comme dans d’autres professions réglementées, l’exercice du métier à la détention d’un diplôme, mais prend la forme de l’attribution d’une carte d’identité professionnelle par une Commission (de la Carte d’Identité de Journaliste Professionnel) (CCIJP). Les aspects socio-historiques de la formation du groupe professionnel sont bien documentés, tout comme les transformations de l’emploi et des organisations journalistiques (Accardo et Abou, 2007 ; Mathien, 2007 ; Neveu, 2009 ; Ruffin, 2003), ou encore certains traits du rapport des journalistes au pouvoir, à l’éthique professionnelle (Lemieux, 2000, 2010), ou aux nouvelles technologies (Delorme et Raul, 2008 ; Parasie et Dagiral, 2013). La féminisation de la profession, ses modalités et ses effets ambivalents sur le journalisme (Neveu, 2000) et sur la place des femmes dans les rédactions (Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2009), ont également fait l’objet de travaux, pour l’essentiel qualitatifs.

  • 1 Auxquelles on peut ajouter les publications régulières de l’Institut français de presse et de l’Obs (...)

2Les études quantitatives, en revanche, restent rares et constituent pour l’essentiel des descriptions en termes de statique comparative de la démographie du métier1 (Devillard et al., 2001 ; Leteinturier, 2013 ; Leteinturier et Frisque, 2015 ; Marchetti et Ruellan, 2001). La temporalité envisagée y est donc celle du marché, non celle des carrières individuelles, en particulier dans ce qu’elles engagent en termes de durée, d’installation dans un statut ou d’atteinte de telle ou telle position professionnelle. Comme le relève G. Bastin (Bastin, 2012), les mécanismes des carrières journalistiques sont peu connus, faute notamment de sources d’information statistique appropriées. Lui-même propose d’aborder les parcours à partir d’une analyse longitudinale sur les données LinkedIn. L’approche retenue dans cet article s’inscrit dans une perspective similaire mais s’appuie sur des sources professionnelles mises en série chronologique : les données de la CCIJP, sur la période 2000-2013. Ces fichiers permettent de mesurer l’évolution du marché du travail journalistique dont les effectifs, malgré un reflux à partir de 2009 (-2,0 % entre 2009 et 2013), ont fortement crû sur la période d’observation (croissance de 11,8 % des effectifs entre 2000 et 2013). En 2013, 46 % de journalistes présents sur le marché étaient des femmes. Il s’agit donc d’une profession mixte, dont la féminisation s’est accélérée dans les années 2000. En treize ans, le sureffectif masculin a été divisé par deux, passant de 33,5 % à 15 %.

3La forte augmentation des effectifs de journalistes au cours des vingt dernières années a accompagné de profonds bouleversements du secteur de la production d’information, notamment l’essor de la presse magazine, de la radio et de la télévision, d’Internet, et l’érosion de la presse papier. Ces évolutions ont encouragé de nouveaux modes de mobilisation de la main-d’œuvre (Aubert-Tarby et Ranaivoson, 2011), et notamment le recours accru à des formes particulières d’emploi (Aubert, 2011). Les mutations structurelles contemporaines du marché du travail journalistique impliquent une individualisation accrue des parcours : si les carrières menées en rédaction, sur des marchés internes, n’ont pas disparu, on constate l’explosion du volume de carrières menées hors organisation, fragmentées, avec des employeurs nombreux, et dans des statuts étrangers au salariat classique (pige, auto-entrepreneuriat etc.). De ce point de vue, le cas français n’est pas exceptionnel (Chambers, Steiner et Fleming, 2004 ; Rieffel et Watine, 2002 ; Walters, Warren et Dobbie, 2006). Cette flexibilisation de l’emploi est concomitante d’une féminisation continue et d’une spécialisation accélérée. Constate-t-on, à la faveur de ces transformations, une convergence progressive de la forme des parcours masculins et féminins ? L’examen de la dynamique des trajectoires professionnelles révèle que la croissance récente du marché du travail journalistique a quelque peu ébranlé sans la mettre totalement à bas une ségrégation sexuelle des carrières et des positions hiérarchiques encore tenace. Plus précisément, la dualisation croissante du marché du travail modifie la mécanique des inégalités de genre. L’analyse de la dynamique des parcours féminins met au jour une réduction des inégalités de genre chez les permanents mais leur persistance chez les pigistes.

  • 2 On renvoie plus largement au numéro spécial (51) que la revue Sociologie du Travail a consacré à ce (...)

4Nous proposons de coupler l’analyse des évolutions du marché du travail journalistique à des indicateurs de durée (stabilité de la présence dans les données, installation dans un statut, fidélité à un secteur etc.) pour saisir l’incidence des évolutions contemporaines du marché de l’emploi sur la forme des carrières et sur les temporalités individuelles (Bidart, 2013). L’objectif est, notamment, d’appréhender la situation particulière des femmes dans ce processus de précarisation et d’étudier dans quelle mesure, à l’instar ou à l’encontre d’autres secteurs et professions, la féminisation du journalisme est associée ou non à une détérioration du prestige, des salaires et des conditions de travail dans ce métier. De nombreux travaux consacrés à la féminisation de métiers masculins soulignent la fréquente précarisation du métier qui l’accompagne, et la persistance de formes de discrimination sexuelle (Appay, 2005 ; Cacouault-Bitaud, 2001 ; Malochet, 2007). Mais nombre d’études sur ces questions soulignent aussi la complexité et l’ambivalence du phénomène (Buscatto et Marry, 2009 ; Schweitzer, 2009)2.

5Prenant appui sur ces travaux, la démarche retenue dans cet article consiste à proposer dans un premier temps une analyse de la capacité des hommes et des femmes à conserver le statut de journaliste professionnel. Partant de l’hypothèse que les mécanismes de production des inégalités s’expriment à l’échelle des parcours individuels, et au premier chef sur l’aptitude à obtenir régulièrement la carte de presse, nous proposons une modélisation testant l’effet propre du sexe sur le risque de la perdre. L’analyse du cheminement professionnel des membres de la cohorte des nouveaux entrants sur le marché du travail journalistique en 2000 révèle la dimension genrée des parcours professionnels. Leur plus ou moins grande linéarité dépend du sexe, et l’on peut faire l’hypothèse que c’est dans le nombre et dans la variété de leurs points d’inflexion, au sens de bifurcations (turning points), définis par Abbott comme des « changements courts entraînant des conséquences, qui opèrent la réorientation d’un processus » (Abbott, 2009, p. 207), que se logent les différences genrée des parcours de journalistes.

Une stabilité différentielle des hommes et des femmes dans un contexte d’expansion et de féminisation

  • 3 Pour une description plus détaillée de la CCIJP, nous renvoyons à (Dupuy, 2012).

6Créée par décret en 1936, et composée de seize membres – huit représentants des employeurs (7 pour la presse écrite et les agences et un pour l’audiovisuel public) et huit représentants des journalistes professionnels –, la Commission de la Carte d’Identité de Journaliste Professionnel attribue de façon souveraine et indépendante une carte de journaliste professionnel, couramment appelée « carte de presse ». La qualité de professionnel est reconnue à « toute personne qui a pour activité principale, régulière et rétribuée, l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, publications quotidiennes et périodiques, ou agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources3 » (loi L 7111-3). Les fichiers de la CCIJP enregistrent chaque année les demandes effectuées auprès de la commission. Étant à caractère administratif, ces données sont peu détaillées sur certains aspects, comme les origines sociales ou la situation familiale.

Féminisation et continuité de l’obtention de la carte de presse

7G. Bastin relevait un biais élitiste associé à l’utilisation de données professionnelles pour étudier les parcours. En effet, s’appuyer sur de telles sources conduit à exclure des analyses les nombreux individus qui s’identifient eux-mêmes comme des journalistes, mais qui n’ont pas besoin ou n’ont pas accès aux moyens d’accréditation professionnelle (Bastin, 2012, p. 20). Ce biais peut cependant être inversé en ressource analytique. Travailler sur la stabilité dans le statut de journaliste professionnel accrédité permet précisément de tirer un profit analytique de l’existence d’une frontière de la professionnnalité. Ainsi, la perte de la carte de presse ne signifie pas nécessairement l’abandon du journalisme ou d’activités journalistiques mais la sortie de la frange reconnue comme « professionnelle » par la profession, l’exclusion d’une certaine élite, en somme. Qu’une catégorie de la population soit moins stable, i. e. que ses membres aient une plus forte tendance à perdre la carte de presse peut signifier tant que ladite catégorie est plus exposée à des évictions pures et simples du marché du travail journalistique qu’une moins grande aptitude de ses membres à se maintenir dans ce que la profession définit comme le cœur du métier. En d’autres termes, une « instabilité » accrue s’interprète au premier chef comme une plus forte propension à être renvoyé aux marges de cet univers professionnel.

  • 4 La continuité de l’obtention de la carte de presse est définie comme la capacité à conserver la car (...)

8Parvenir à obtenir régulièrement la carte de presse est donc un premier descripteur de la réussite professionnelle. La construction de deux indicateurs temporels de la capacité des individus à stabiliser leur trajectoire professionnelle et à construire leur carrière – la continuité de l’obtention de la carte de presse, et la durée de présence dans le statut de journaliste professionnel4 –, permet de saisir l’évolution des situations individuelles et des inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail journalistique. Parmi les 64 004 personnes présentes à un moment ou un autre dans les données, 47 634, soit près de 75 %, ont obtenu continûment leur carte de presse durant la période observée (2000-2013). Les femmes représentent 45,5 % (21 691) de cette population des journalistes « stables », et les hommes 54,5 % (25 943). Cette distribution sexuelle de la population des stables est proche de celle de l’ensemble de la population inscrite dans les fichiers, ce qui indique que les femmes ne sont ni « sous- », ni « sur- » représentés dans les carrières continues. Mais la continuité de présence ne préjuge en rien de la durée des carrières. Au contraire, plus les durées de présence sont courtes, plus la probabilité que cette présence soit continue est importante.

9La durée de présence des hommes est plus longue d’un an en moyenne que celle des femmes (8 ans contre 7 ans). Cette différence s’exprime tant parmi les journalistes les moins durablement insérés que parmi ceux dont les performances en termes de longévité sont les plus importantes. Dans le quartile inférieur en termes de durée de présence des carrières continues, les femmes réussissent à se maintenir 2 ans sur le marché contre 3 pour les hommes. Dans le quartile supérieur, les femmes sont présentes 13 années contre 14 ans pour les hommes. Les écarts restent, somme toute, modestes aux deux extrémités de l’éventail des situations (premier et dernier quartiles), ce qui signifie que les femmes les moins stables sur le marché ne sont guère plus fragiles que les plus fragiles de leurs collègues masculins mais aussi que celles qui réussissent à se stabiliser durablement sur le marché rivalisent avec les hommes sur cet indicateur. En revanche les disparités de stabilité sur le marché du travail s’accentuent nettement sur la valeur médiane. Si, sur la période observée, la moitié de la population masculine est présente au moins 9 ans, la moitié des femmes atteint, elle, au maximum 6 années de présence. La fragilité des femmes se mesure donc moins aux extrémités du spectre des situations que dans les positions intermédiaires. Par ailleurs, plus la durée de présence augmente, plus la proportion des femmes diminue au sein des carrières continues : à longévité semblable les chances de continuité sont inégales.

Tableau 1 : Proportion des femmes aux carrières continues au sein des carrières longues

Carrières longues…

Femmes

effectifs

% femmes

Hommes-effectifs

% hommes

Total de carrières longues et continues

… de 10 ans

774

45,0%

947

55,0%

1 721

… de 11 ans

691

42,0%

945

58,0%

1 636

… de 12 ans

666

41,5%

940

58,5%

1 606

… de 13 ans

797

42,0%

1 088

58,0%

1 885

… de 14 ans

5 176

39,0%

8 248

61,0%

13424

Source – CCIJP et CESPRA

10Ces temporalités différentielles des parcours d’hommes et des femmes sur le marché du travail journalistiques traduisent le fait qu’une différence majeure entre parcours masculins et féminins est une inégale capacité à se stabiliser dans le statut de journaliste professionnel.

Stabilité professionnelle et montée du « pigisme »

11La modélisation de la survie professionnelle des journalistes hommes et femmes par des courbes de survie permet de mesurer cet écart de stabilité entre les trajectoires masculines et féminines. Issues de la démographie, les courbes de survie, autrement appelées fonctions de séjour, sont un instrument d’étude de la dynamique d’une population. Considérant une population à une date t0 on calcule l’évolution de son taux de survie (« survival rate ») au cours du temps, c’est-à-dire la proportion des individus initialement observés au sein de la population toujours vivants à une date donnée. L’entrée sur le marché des journalistes est ici assimilée à une « naissance professionnelle » et la sortie définitive à une « mort professionnelle ».

Graphique 1 : Courbes de survie professionnelle des journalistes selon le sexe

Graphique 1 : Courbes de survie professionnelle des journalistes selon le sexe

Source – CCIJP et CESPRA

Lecture : 5 ans après leur entrée sur le marché, 20 % de femmes risquent une sortie définitive, contre 14 % pour les hommes.

12Les résultats des modèles de survie montrent que les femmes sont en effet plus vulnérables que les hommes. La décroissance plus accusée de leur courbe de survie signale une exposition accrue au risque d’éviction du statut de journaliste professionnel, et ce pour toutes les étapes de la carrière.

  • 5 De plus, ce statut d’emploi, de transitionnel, est devenu un mode d’exercice du métier dans lequel (...)

13Cette vulnérabilité accrue est, tout d’abord, imputable à certaines propriétés de la main-d’œuvre féminine. Hommes et femmes entrent de plus en plus jeunes sur le marché. Mais la précocité à l’entrée des femmes surpasse constamment celle des hommes, et elle est associée à une longévité inférieure et à des accidents de parcours (en termes de continuité de l’obtention du statut de journaliste professionnel) plus fréquents. En d’autres termes, la précocité professionnelle des femmes ne réduit pas leur risque d’éviction du marché du travail. L’instabilité des parcours féminins est liée, par ailleurs, à la position des femmes dans le système des emplois journalistiques, et plus particulièrement à leur surreprésentation dans le statut de pigiste5. En 2000, 17 % des journalistes présents sur le marché sont des pigistes. En 2013 ils représentent près du quart de la population. En 2000, presque un tiers des nouveaux entrants sur le marché du travail étaient des pigistes, contre les deux tiers en 2013. L’insertion professionnelle sur le marché avec un contrat de pigiste est devenue une norme professionnelle. Or cette montée spectaculaire du statut de pigiste touche principalement les femmes. En 2000, 47% des pigistes titulaires de la carte de presse sont des femmes. En 2013 elles représentent plus de la moitié des pigistes. Elles sont également plus nombreuses que les hommes à faire leurs premiers pas sur le marché avec un contrat de pigiste. En 2000, 50% des nouveaux entrants comme pigistes sont des femmes. En 2013 cette proportion s’élève à 56%.

14Les femmes sont donc plus fréquemment que les hommes dans des situations professionnelles périphériques aux organisations. De ce fait, elles doivent trouver régulièrement des engagements, si bien que la dynamique de leurs carrières est directement modelée par les modalités du recrutement. Or, les femmes menant des carrières par projet dans les métiers créatifs et les industries culturelles, qui représentent un lieu privilégié d’observation des dynamiques de genre, font souvent les frais de la structure genrée des réseaux de recrutement (« closure penalty ») (Lutter, 2013). Comme l’a montré M. Lutter dans le cas de l’industrie cinématographique américaine par exemple (Lutter, 2015), on constate régulièrement une tendance à l’homophilie masculine dans les réseaux d’embauches, qui éloigne les femmes des positions les plus avantageuses. La forte féminisation du marché de la pige renforce donc ces mécanismes de discrimination. Alors que les femmes travaillant en organisation se voient de plus en plus fréquemment offrir, dans de nombreux secteurs et entreprises, des possibilités de promotion proches de celles des hommes, elles sont plus souvent exposées, en cas de recrutement externe, à des processus de recrutement discriminants, ce que Fernandez et Abraham proposent d’appeler la « porte en verre » (« glass-door ») (Fernandez et Abraham, 2011).

L’effet spécifique du sexe sur le risque de perte de la carte de presse

  • 6 Les fichiers de la CCIJP ne comportent aucune information sur l’origine sociale ou la situation fam (...)

15Quel est, finalement, l’effet propre du sexe sur la survie professionnelle des femmes ? De deux choses l’une : ou bien les différences entre hommes et femmes sont attribuables à des propriétés différentes6 des candidats et candidates à la carrière ou bien, toutes choses égales par ailleurs, à leur sexe, et donc à des mécanismes de discrimination. Mesurer l’effet spécifique du sexe sur le risque de sortie du marché du travail grâce à une série de modèles de durées permet de montrer la permanence de mécanismes de discrimination sexuelle sur le marché du travail. L’analyse semi-paramétrique par modèle de Cox consiste à modéliser la transition d’un état à un autre – ici, la perte de la carte de presse – sous la forme d’équations de régression dans lesquelles cette transition constitue la variable à expliquer. Plus précisément, on modélise un risque h(t), c’est-à-dire la probabilité, au moment t, pour un individu de connaître un événement (ici de ne pas obtenir la carte de presse) au moment t+n. Faire tendre la durée n vers zéro permet de définir le quotient instantané au moment t. L’estimation du modèle porte sur les quotients instantanés sous-jacents et sur l’effet des caractéristiques introduites en variables indépendantes selon la méthode du maximum de vraisemblance.

  • 7 Les données de la commission d’attribution de la carte de presse ne fournissent aucune information (...)

16Deux modèles sont testés. Dans le premier, seul le sexe (prenant la valeur 1 pour les femmes et 0 pour les hommes) est introduit comme variable indicatrice. On cherche à identifier ainsi si le fait d’être une femme affecte ou non le risque instantané de perte définitive de la carte de journaliste, en dehors de tout autre paramètre de contrôle. Une série de variables est ajoutée dans un deuxième modèle7 :

  1. la formation, sous la forme d’une variable dichotomique : être diplômé d’une des quatorze écoles de journalisme reconnues par la CCIJP, ou non ;

    • 8 Cette variable est problématique car elle peut ne pas avoir pas la même signification pour les jour (...)

    la continuité de présence sur la période observée 2000-2013. Les deux modalités sont d’avoir obtenu la carte de presse chaque année, ou pas8 ;

  2. la précocité de l’entrée sur le marché : avant ou après l’âge moyen de première demande satisfaite de carte, toutes cohortes confondues, soit 31 ans ;

  3. le statut du premier contrat de journaliste : pigiste ou permanent ;

  4. la branche d’activité dominante mesurée par le nombre d’années durant lesquelles les individus y ont travaillé. C’est une variable nominale qui a été gardée à un niveau détaillé (cf. tableau 2.) ;

  5. la stabilité de la relation d’emploi. Cette variable indicatrice distingue les journalistes ayant travaillé, sur la période 2000-2013, avec un seul employeur, et les autres ;

  6. la période d’entrée sur le marché, une variable comporte trois modalités : être entré avant 2000, entre 2000 et 2006, et après 2007.

17Le premier modèle, dans lequel la seule variable introduite est le genre, met au jour un effet spécifique du sexe sur le risque de perte de la carte de presse : être une femme augmente significativement ce risque, le coefficient est positif et le hazard ratio supérieur à un. Ce résultat est congruent avec la forme des courbes de survie présentées précédemment : les taux de survie professionnelle des femmes sont systématiquement inférieurs à ceux des hommes.

18Dans le deuxième modèle, l’effet du sexe reste significatif, y compris lorsqu’il est contrôlé par les autres variables introduites, qui sont cependant toutes significatives. Ainsi, l’absence d’accidents de parcours préserve contre la perte sans retour de la carte de presse, tout comme le fait d’être diplômé d’une des 14 écoles reconnues par la commission d’attribution de la carte de presse. Le hazard ratio associé à cette variable est inférieur à 1 (0,566). Se spécialiser dans un seul secteur préserve également contre le risque de sortie du marché du travail. La diversification intersectorielle n’est donc pas protectrice dans le monde du journalisme, à l’inverse de ce que l’on peut observer dans d’autres univers de production culturelle, les spectacles, par exemple (Menger, 2009). Certains secteurs sont plus protecteurs que d’autres, cependant : se spécialiser dans la radio de service public (hazard ratio de 0,241), et la télévision généraliste (0,250) constitue un investissement professionnel moins risqué que de construire une fidélité à l’information Web (0,590), à la presse associative (0,603), et aux « autres » secteurs de production d’information (0,830). La presse quotidienne nationale (0,341) et régionale (0,374), proches sous ce rapport de l’audiovisuel (0,368), sont quant à elles plus protectrices contre le risque d’éviction que la presse spécialisée (0,533) ou la presse magazine (0,490), plus employeuses de main-d’œuvre aux statuts d’emploi flexibles. Ces différentiels sont plus généralement explicables par les modes de mobilisation de la main-d’œuvre spécifiques à chaque type de média.

19Cinq variables augmentent la probabilité de sortie anticipée du marché : débuter avec un contrat précaire, travailler avec un seul employeur durant la période observée, obtenir sa carte de presse à un âge plus bas que la moyenne, effectuer son entrée sur le marché après 2000. Le coefficient relatif au statut du premier contrat, même s’il est négatif et associé à un hazard ratio inférieur à 1, laisse supposer que la précarité transitionnelle initiale est susceptible, comme pour d’autres catégories professionnelles (Rannou et Roharik, 2006 ; Rousset, Giret et Grelet, 2011), de se répercuter sur l’ensemble de la carrière observée : les premières expériences d’emploi, i. e. la séquence d’insertion (Longo, 2014), influent significativement sur la forme ultérieure des parcours professionnels. De même la relation d’emploi exclusive avec un seul employeur s’avère pénalisante du point de vue de la pérennité de l’obtention de la carte de presse. Dans un contexte de forte montée du pigisme, elle crée une relation de dépendance accrue à un employeur unique, particulièrement périllleuse. Comme dans le cas des intermittents du spectacle (Pilmis, 2007), ce lien étroit expose le salarié à l’aléa marchand auquel est soumis son employeur. Il implique également, dans tous les cas, des formes de spécialisation et d’étiquetage professionnel potentiellement nuisibles à l’embauche par d’autres entreprises en cas de rupture du lien contractuel. Entrer à un âge plus jeune que la moyenne expose aussi à un risque d’éviction précoce. Cette variable laisse entrevoir la fragilité, courante sur le marché du travail, des jeunes commençant leurs carrières dans des statuts d’emploi précaires (Fondeur et Minni, 2004 ; Givord, 2005 ; Sulzer, 2010). Mais ce résultat permet de saisir également la valorisation possible par les journalistes de l’expérience acquise hors formation initiale ou avant l’entrée sur le marché. Enfin, entrer sur le marché après 2000 fait croître le risque d’éviction définitive, par rapport au risque encouru par les journalistes entrés sur le marché en 2000 et avant. L’expansion du marché, entamée dans les années quatre-vingt-dix, s’est nourrie dans les années 2000 d’un essor de l’emploi flexible affectant la survie professionnelle des nouvelles cohortes de journalistes, qu’il s’agisse des cohortes d’entrants durant une période de forte croissance des effectifs des journalistes (2000-2006) ou durant une période de croissance ralentie sur fond de crise économique (2007-2013).

Tableau 2 : Analyse semi-paramétrique par modèle de Cox du risque de perte de la carte de presse.

coeff.

p

hazard ratio

coeff.

p

hazard ratio

Variable

Femmes

,102

,000

1,107

,036

,005

1,036

diplômé d’une école reconnue

-,569

,566

Branche dominante

(réf. plusieurs branches dominantes)

,000

Radio service public

-1,421

,000

,241

Autres radios

-,793

,000

,453

TV généraliste

-1,387

,000

,250

Autres TV

-,822

,000

,439

Audiovisuel

-1,000

,000

,368

PQN

-1,076

,000

,341

PQR

-,984

,000

,374

Presse spécialisée

-,628

,000

,533

Presse magazine

-,714

,000

,490

Autres types de presse

-1,192

,000

,304

Information WEB

-,528

,000

,590

Agences

-,790

,000

,454

Associations

-,505

,000

,603

Autres secteurs

-,186

,000

,830

Premier contrat de pigiste

-,156

,000

,856

Présence continue sur la période observée

-,156

,000

,856

Un seul employeur sur la période observée

,876

,000

2,401

Période d’entrée sur le marché

(réf. entrés avant 2000)

Entrés entre 2000 et 2006

,351

,000

1,420

Entrés après 2006

,209

,000

1,232

Entrée à moins de 31 ans

,041

,012

1,041

-2 LOG L

ddl

Variation ddl

Différence des log vraisemblances des modèles

548 616,389

1

541 391,536

22

21

7 224,853

p

,000

,000

Source : CCIJP et CESPRA

Lecture : Un hazard ratio supérieur à 1 signale un risque accru d’éviction. Lorsqu’il est inférieur à 1, le coefficient désigne un risque inférieur d’éviction définitive du marché du travail.

20Mais en tout état de cause l’effet du sexe persiste, même s’il est réduit par les autres variables introduites dans le deuxième modèle, qui renvoient à la formation, à la spécialisation, au portefeuille d’emploi et aux caractéristiques des individus. Le marché du travail journalistique est donc toujours traversé par des processus de discrimination sexuelle, mais ce résultat suggère qu’ils se logent dans la dynamique fine des parcours.

Les inégalités de genre dans la dynamique des parcours

21Dans sa dimension objective, une carrière est définie classiquement comme se composant « d’une série de statuts et d’emplois clairement définis, de suites typiques de positions, de réalisations, de responsabilités et même d’aventures » (Hughes, 1937, p. 409). L’analyse s’est focalisée dans un premier temps sur la continuité de l’obtention de la carte de presse. Pour raffiner la description des parcours professionnels des journalistes, sont également pris en compte, dans la suite du texte, le niveau de salaire atteint, le type de statut (permanent ou pigiste) obtenu, et le fait d’avoir occupé ou non des fonctions de direction et d’encadrement. Au préalable, il convient de décrire l’évolution de ces différents éléments, pour qualifier le contexte dans lequel se déploient ces cheminements professionnels.

Féminisation et fissuration limitée du plafond de verre

22La féminisation de la profession ne s’est pas traduite par l’annulation de l’avantage salarial favorable aux hommes : les salaires des femmes restent globalement inférieurs à ceux des hommes. On relève toutefois des évolutions différentes selon les statuts d’exercice du métier. Pour les journalistes permanents les différences salariales tendent à régresser. Le salaire moyen des journalistes hommes (toutes positions professionnelles confondues) était supérieur de 14 % à celui des femmes en 2000. Cette différence est pratiquement nulle en 2013. Si l’on considère, non le salaire moyen mais le salaire médian, l’écart est stable et avoisine les 9 % en faveur des hommes. À l’inverse, pour les pigistes, ces écarts se creusent malgré une croissance globale du niveau des piges plus importante que celle des salaires des permanents. En 2000, le niveau médian des piges des hommes était de 8 % supérieur à celui des femmes, 13 ans plus tard cet écart gagne quelques points et atteint 10 %. L’écart des salaires moyens des pigistes hommes et femmes s’est davantage creusé (de 11 % à 16 %), suggérant que les pigistes les plus couronnés de succès, et tirant la moyenne à la hausse, sont davantage des hommes que des femmes. Le maintien des différences salariales hommes/femmes à l’échelle de la profession est donc liée à la croissance des pigistes, entamée dès les années 1990 (Marchetti et Ruellan, 2001). Les journalistes permanentes ont des opportunités salariales qui tendent à se rapprocher de celles de leurs confrères masculins. Ce sont elles, également, qui peuvent briguer des postes d’encadrement ou de direction.

23Les disparités d’accès aux positions professionnelles hiérarchiquement supérieures se maintiennent, malgré une tendance à l’ouverture (Tableau 3). En 2000, 18% des directeurs de publication ou de rédaction étaient des femmes. À la fin de la période d’observation, en 2013, cette proportion est d’un quart. De même, la proportion de femmes parmi les chefs d’agence, de service ou de rubrique passe d’un tiers environ en 2000 à un peu moins de la moitié en 2013. Quelques fissures parcourent le plafond de verre mais les femmes restent minoritaires dans ces positions supérieures. Il faut noter de plus que, parallèlement, elles ont renforcé leur présence dans des positions professionnelles les plus féminisées : secrétaire de rédaction, dessinatrice, graphiste, tous métiers, qui constituent, par ailleurs, des fonctions d’appui à la production d’information elle-même.

Tableau 3 : Féminisation des positions professionnelles (titulaires de la carte de presse en 2000 et 2013)

Position professionnelle

%

Femmes

2000

%

Femmes

2013

Directeur de publication ou de rédaction

18

25

Chef d’agence, de service, de rubrique

31

42

Secrétaire général de rédaction, chef d’édition

36.5

47

Rédacteur en chef

28

36

Reporter rédacteur

44

49

Journaliste reporter d’images

18

32

Reporter photographe

13

20

Secrétaire de rédaction

57

65

Dessinateur, graphiste

51

54

Autres

46

56

Source – CCIJP et CESPRA

24Dans un contexte de segmentation et de dualisation croissante du marché du travail, déjà relevée par O. Pilmis (Pilmis, 2013), et caractérisé par le développement rapide d’un segment secondaire, le statut de journaliste en rédaction est doublement protecteur pour les femmes journalistes : les inégalités salariales par rapport aux hommes s’y réduisent, et elles ont des opportunités d’accès à des fonctions supérieures au sein des organisations de presse, même si demeurent des processus de ségrégation, notamment horizontale, au sein des rédactions (Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2009).

Précocité et stabilité dans les fonctions d’encadrement

25Les dessins de carrière dépendent non seulement de l’évolution de l’offre et de la demande d’emploi, de celle de l’espace d’opportunités statutaires, mais également de caractéristiques personnelles, et au premier chef de l’âge, qui marque l’entrée, plus ou moins précoce sur le marché, la sortie, plus ou moins anticipée, mais aussi les moments auxquels sont atteintes les différentes positions hiérarchiques offertes par une profession, où ont lieu les accidents de parcours, ou encore des événements de la vie personnelle qui peuvent avoir des conséquences sur la vie professionnelle (la présence des enfants notamment), etc. Si l’on regarde le déroulement des parcours professionnels des journalistes hommes et femmes dans la perspective de l’âge, un certain nombre de disparités apparaissent.

26L’âge moyen des journalistes a augmenté entre 2000 et 2013, particulièrement pour les fonctions hiérarchiques, et l’écart d’âge entre hommes et femmes diminue à la faveur de cette évolution. Les femmes journalistes, plus jeunes en moyenne que les hommes, sont également plus jeunes en moyenne à occuper des fonctions d’encadrement. Néanmoins, cette précocité dans les positions hiérarchiques supérieures cache, de fait, une fragilité. Ainsi, la durée pendant laquelle les femmes occupent la position de directeur de publication ou de rédaction est plus réduite : 4,5 ans contre 6,1 pour les hommes.

Tableau 4 : Âge et position professionnelle (titulaires de la carte de presse en 2000 et 2013)

Position professionnelle

2000

2013

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Directeur de publication ou de rédaction

48.5

46.5

52

51

Chef d’agence, de service, de rubrique

45

43

48

46

Secrétaire général de rédaction, chef d’édition

44

43

46

44

Rédacteur en chef

46

45

49

47

Reporter rédacteur

39

37

42

39

Journaliste reporter d’images

37

32

38

33

Reporter photographe

42

38

47

44

Secrétaire de rédaction

43

40

47

46

Dessinateur, graphiste

40

38

46

45

Autres

43

40

36

32

Source – CCIJP et CESPRA

27Cette moindre stabilité des femmes atteignant des fonctions hiérarchiques supérieures est symptomatique de formes de parcours différenciées entre hommes et femmes, ce que confirme l’analyse de la cohorte d’entrants 2000.

Le devenir de la cohorte de journalistes ayant obtenu leur carte de presse en 2000 pour la première fois

28Considérons l’ensemble des journalistes nouvellement entrés sur le marché en 2000. Cette cohorte est celle pour laquelle la période d’observation est la plus longue. Elle a traversé les évolutions du marché du travail des années 2000. Il s’agit de synthétiser le devenir de ses membres en construisant un arbre de cheminement permettant de suivre les individus depuis leur première obtention de la carte de presse jusqu’à la fin de la période observée. Sont distingués les hommes et les femmes, d’une part, mais aussi, d’autre part, les journalistes issus d’une formation reconnue par la CCIJP, et ceux dont la formation n’est pas renseignée dans les données. Nous tentons ainsi d’identifier de manière descriptive les transitions jalonnant les trajectoires professionnelles des primo entrants, pour identifier l’origine des mécanismes de formation des inégalités entre sexes. Il s’agit notamment d’apprécier l’incidence de la formation sur le devenir professionnel des femmes sur un marché du travail en voie de dualisation. En d’autres termes, dans ce contexte, le sexe a-t-il plus d’influence que le diplôme sur les parcours ? La comparaison des arbres de cheminement de la cohorte 2000 fait apparaître clairement que le premier déterminant des inégalités est la formation : les diplômés des écoles reconnues « réussissent » (en termes de salaires, de pérennisation dans le métier et d’atteinte des positions d’encadrement) mieux que les non diplômés. De plus, les différences hommes/femmes sont moindres chez les diplômés que chez les non diplômés d’écoles reconnues.

Tableau 5 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école non reconnue

Tableau 5 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école non reconnue

Tableau 6 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école reconnue

Tableau 6 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école reconnue

29Le diplôme protège du risque d’éviction. Ceci est vrai pour les hommes comme pour les femmes, mais les effets du diplôme sont plus accusés pour les femmes, qui sont par ailleurs surreprésentées dans les formations reconnues (57 %). 71 % des femmes issues d’une filière reconnue sont encore présentes en 2013 contre 47 % de celles qui n’ont pas renseigné leur formation. La proportion des hommes diplômés d’une formation reconnue encore présents treize ans après leur première obtention de carte est légèrement plus élevée : 75 %. 53 % des hommes n’ayant pas renseigné leur formation sont encore présents en 2013. Les femmes entrent plus souvent dans le métier comme pigiste, le différentiel avec les hommes étant plus important pour les diplômés d’écoles reconnues (62 % contre 55 %). Les diplômées d’écoles de journalisme restent pigistes moins longtemps que les autres, hommes et femmes à formation équivalente se distinguant peu sous ce rapport. D’une manière générale, les salaires des hommes de la cohorte 2000 sont supérieurs à ceux des femmes. Disposer d’un diplôme reconnu favorise l’obtention de hauts niveaux de revenus (quartile supérieur, Q3), particulièrement pour les hommes travaillant comme permanents en rédaction : 56 % des diplômés a un salaire supérieur à Q3 contre 41,5 % de leurs homologues féminines. La proportion de journalistes à hauts revenus chute à 36 % des hommes non diplômés (30 % pour les femmes). La continuité d’obtention de la carte joue positivement sur les salaires, pour les diplômés comme pour les non diplômés : les parcours continus sont associés à des salaires moyens supérieurs à ceux des professionnels au parcours discontinu.

30Le type de formation influe peu en revanche sur la continuité de l’obtention de la carte : 69,5 % des diplômées de formations prestigieuses ont obtenu continûment leur carte de presse contre 66 % pour les non diplômées. Les hommes ont des parcours plus continus que les femmes dans les deux cas : 76 % de présence continue pour les diplômés et 73 % pour les autres. Hommes et femmes issus des formations prestigieuses et ayant atteint une position de journaliste en rédaction sans discontinuité de parcours ont des profils similaires, même si les hommes ont occupé plus fréquemment et plus longuement un poste d’encadrement que les femmes.

31Fait contre-intuitif, néanmoins : on observe une forme de prime à la discontinuité, mais qui s’exprime différemment selon le sexe et le diplôme. Ainsi, les femmes diplômées ayant connu une discontinuité de parcours occupent plus fréquemment une position de direction (59 %) que leurs consœurs au parcours continu (43 %). Elles l’ont même occupée plus longtemps que les hommes diplômés au parcours discontinu (4,9 ans contre 2,5 ans). Un phénomène similaire s’observe également chez les hommes diplômés, avec une ampleur moindre, cependant (10 points de pourcentage) : 56 % des hommes permanents diplômés au parcours discontinu ont eu un poste de direction contre 46 % de ceux ayant un parcours continu. Ces femmes au parcours discontinu ayant bénéficié de sorties temporaires du statut de journaliste professionnel et ayant fait fructifier des expériences extérieures au strict monde du journalisme ont des salaires très proches de ceux de leurs homologues masculins. Cette prime à la discontinuité du parcours que l’on observe chez les diplômées se réduit fortement pour les non diplômées. Les nouveaux entrants sans indication sur la formation suivie sont en moyenne plus âgés que ceux sortis des écoles reconnues, ce qui laisse supposer qu’ils ont acquis, avant leur première obtention de la carte de presse, une expérience valorisée différemment par les hommes et les femmes. 58 % des hommes non diplômés au parcours discontinu ont occupé un poste de direction contre 43 % des hommes au parcours continu, soit un écart de quinze points de pourcentage. L’écart pour les femmes est, lui, de trois points de pourcentage. De surcroît, l’écart de salaire moyen entre hommes et femmes non diplômés ayant occupé un poste de direction dans le cadre d’un parcours discontinu est plus important que chez les diplômés. De même, les hommes non diplômés pigistes en 2013 ont des indicateurs de réussite plus élevés que les femmes non diplômées. La valorisation de parcours atypiques ou à tout le moins discontinus est donc plus étroitement associée à la détention d’un diplôme chez les femmes que chez les hommes. De même, l’installation durable dans le statut de pigiste, mesurée par le fait d’être encore pigiste en 2013 est davantage le fait des femmes, particulièrement de celles qui, non diplômées d’une école reconnue, ont connu des discontinuités d’obtention de la carte de presse. Ce sont ces femmes qui constituent le flux principal alimentant le segment secondaire du marché du travail journalistique.

Conclusion

32L’analyse des carrières journalistiques à partir de l’exploitation longitudinale des données de la CCIJP révèle d’importantes inégalités de genre qui entremêlent des effets temporels complexes. La féminisation du métier de journaliste s’opère dans un contexte de dualisation du marché du travail. Les femmes sont plus exposées que leurs homologues masculins à l’instabilité croissante du marché. Elles présentent des carrières moins longues, plus discontinues, bénéficient d’un accès limité aux positions professionnelles les plus prestigieuses et occupent de manière persistante des catégories professionnelles et statuts d’emploi fragiles. On constate néanmoins des infléchissements notables : sur la période 2000-2013, les positions professionnelles supérieures s’ouvrent aux femmes. Arrivées à un certain niveau hiérarchique, certaines femmes occupent des positions équivalentes aux hommes car elles peuvent bénéficier d’une longévité accrue au sein des positions les plus masculines. L’hypothèse d’une féminisation par le bas doit donc être nuancée.

33Il reste que c’est le développement de secteurs traditionnellement « féminins » (médias ou rubriques immédiatement construits comme féminins tels que la presse « féminine », ou celle dédiée à la vie pratique et familiale) qui porte la féminisation de la profession. Ces logiques de production journalistique offrent aux femmes des opportunités leur permettant d’inverser, au sein des rédactions, les rapports de force traditionnellement dominés par les hommes (Neveu, 2009 ; Van Zoonen, 1998). Par ailleurs, comme le rappellent B. Damian-Gaillard, C. Frisque et E. Saitta (Damian-Gaillard, Frisque et Saitta, 2009), mobilisant les travaux de N. Delorme et P. Raul sur la presse sportive notamment (Delorme et Raul, 2008, 2010), certains types de presse peuvent être masculins et faiblement prestigieux et protecteurs. Et parce qu’elles possèdent un capital culturel et scolaire élevé, elles accèdent à des secteurs ou rubriques dominants dans le journalisme et les rédactions et investissent des espaces prestigieux – comme le service politique du Monde au début des années 2000 (Damian-Gaillard et Saitta, 2011) – mais y sont également souvent plus instables. La réussite des femmes reste cependant indissociable de certaines formes de vulnérabilité professionnelles plus accusées que pour les hommes. L’exemple de Nathalie Nougayrède, qui accède à la tête du Monde, mais pour un an seulement, est à ce titre remarquable. Plus généralement, si des politiques d’égalité professionnelle menées par certaines grandes entreprises employeuses de journalistes favorisent l’accession de certaines femmes à des postes importants, certaines études de cas ont pu montrer leurs effets ambivalents : certes les journalistes femmes y sont effectivement représentées dans les fonctions de direction, mais elles sont également très surreprésentées parmi les pigistes employées par le groupe (Cardon, Rannou et Roharik, 2015). La population des journalistes femmes est donc ainsi probablement plus fortement hiérarchisée et segmentée que celle des hommes.

  • 9 En employant par exemple l’optimal matching analysis (Abbott, 1995 ; Lesnard et de Saint Pol, 2006) (...)

34À partir de données différentes, cette étude des inégalités de genre dans le monde du journalisme au prisme des dynamiques de parcours débouche sur des résultats concordants avec ceux de l’analyse longitudinale de profils LinkdIn des journalistes menée par G. Bastin : hommes et femmes ne bâtissent pas le même type de carrières ni ne quittent la profession selon le même rythme et les mêmes modalités. En matière d’analyse temporelle des carrières journalistique, il reste encore fort à faire et une juste appréhension quantitative des cheminements professionnels des journalistes impose de croiser les données (par exemple celles issues de réseaux professionnels comme LinkdIn (cf. Bastin, 2015), et coupler l’analyse longitudinale avec des éléments fins sur les modes de recrutement des différents secteurs des médias, sur les profils recherchés en termes de niveaux et de types d’études et d’expérience acquise, sur les procédures concrètes de sélection, les réseaux de recrutement, les attentes des employeurs, les modes d’intégration au sein des rédactions. Prendre en compte les équilibres entre vie personnelle et professionnelle et l’articulation entre carrière objective et subjective, pour reprendre une distinction classique (Dubar, 1991), permettrait également de saisir avec plus de détail les logiques genrées à l’œuvre sur le marché et leurs évolutions éventuelles. L’analyse des mobilités sectorielles, professionnelles, et plus généralement l’appréhension des déroulements professionnels en tant que séquences justiciables d’une analyse statistique9 permettrait d’approfondir encore la compréhension des écarts observés entre les carrières féminines et masculines. Ces éléments permettraient une analyse intégrée des quatre dimensions – séquence, contexte, éléments moteurs (driving forces) et bifurcations (turning points) – qui caractérisent l’étude des processus sociaux (Bidart, Longo et Mendez, 2013). Il serait particulièrement fécond d’insister sur la dimension genrée de la position et des conséquences des moments de bifurcations et des chocs biographiques sur les parcours professionnels. Notre hypothèse est que la forme des parcours, appréhendée sous l’angle de leur plus ou moins grande linéarité, dépend du sexe, et que c’est dans le nombre et dans la variété des cheminements professionnels possibles que se loge la dynamique des inégalités de genre sur ce marché du travail en mutation.

Haut de page

Notes

1 Auxquelles on peut ajouter les publications régulières de l’Institut français de presse et de l’Observatoire des métiers de la presse.

2 On renvoie plus largement au numéro spécial (51) que la revue Sociologie du Travail a consacré à cette question en 2009, notamment aux articles de J. Acker (Acker, 2009) et de I. Backouche, O. Godechot et D. Naudier (Backouche, Godechot et Naudier, 2009).

3 Pour une description plus détaillée de la CCIJP, nous renvoyons à (Dupuy, 2012).

4 La continuité de l’obtention de la carte de presse est définie comme la capacité à conserver la carte de presse sans interruption sur la période observée. La durée de présence dans le statut de journaliste professionnel est définie comme le nombre total d’années d’obtention de la carte de presse, entre le moment de la première obtention de la carte et la dernière année d’observation.

5 De plus, ce statut d’emploi, de transitionnel, est devenu un mode d’exercice du métier dans lequel certains individus s’installent durablement. Du point de vue de la stabilisation dans le pigisme, homme et femmes se distinguent peu, cependant. La durée de présence en tant que pigiste pour les individus durablement stabilisés dans ce statut est comparable (4,5 ans pour les femmes et 5 ans pour les hommes).

6 Les fichiers de la CCIJP ne comportent aucune information sur l’origine sociale ou la situation familiale, éléments qui permettraient d’enrichir l’analyse des inégalités. En revanche, l’âge est présent. Les femmes journalistes sont plus jeunes (30 ans en moyenne en 2013, 30 en 2000) que leurs homologues masculins (31 ans en 2013 pour 30,5 en 2000). Elles sont également mieux formées, même si ce constat doit être pris avec des précautions, eu égard à la qualité des données CCIJP sur la variable « diplômes » : 17 % d’entre elles sont diplômées d’une école de journalisme reconnue en 2013 contre 15 % des hommes (ces proportions étant respectivement de 14 % et 11,5 % en 2000).

7 Les données de la commission d’attribution de la carte de presse ne fournissent aucune information sur la charge familiale et son évolution. Aucun indicateur en ce sens n’a donc pas pu être introduit dans l’analyse.

8 Cette variable est problématique car elle peut ne pas avoir pas la même signification pour les journalistes entrés sur le marché à partir de 2000 que pour ceux entrés avant cette date. Pour ces derniers il est impossible d’identifier avec ce jeu de données les éventuels accidents de parcours antérieurs à 2000. La continuité de leur présence est donc uniquement celle sur la période d’observation, qu’ils aient eu ou non des épisodes de perte de la carte de presse avant. Malgré son imperfection, cette variable constitue cependant une mesure du lien entre expérience et capacité à se maintenir sur le marché.

9 En employant par exemple l’optimal matching analysis (Abbott, 1995 ; Lesnard et de Saint Pol, 2006) ou l’analyse harmonique qualitative (Robette et Thibault, 2008))

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Courbes de survie professionnelle des journalistes selon le sexe
Crédits Source – CCIJP et CESPRA
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3386/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 5 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école non reconnue
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Tableau 6 : Arbre de cheminements cohorte nouveaux entrants 2000, école reconnue
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Cardon et Ionela Roharik, « Le déploiement temporel des inégalités de genre dans le monde du journalisme », Temporalités [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3386 ; DOI : 10.4000/temporalites.3386

Haut de page

Auteurs

Vincent Cardon

CURAPP-ESS (UPJV-CNRS), CESPRA (EHESS-CNRS) et Lisis (UMLV, CNRS, Inra, Esie)
cardon@ehess.fr

Ionela Roharik

CESPRA (EHESS-CNRS)
roharik@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page