Navigation – Plan du site

Réflexions à propos de “Routinizing the Unexpected”

Gaye Tuchman

Texte intégral

1Lorsqu’on m’a demandé de commenter mon article « Making news by doing work », je ne l’avais pas relu depuis plusieurs dizaines d’années. Cependant, j’avais l’intuition que mon analyse sur ce qu’on appelle aujourd’hui les « legacy media », les médias traditionnels, s’appliquerait de façon pertinente aux pratiques en pleine évolution des personnes travaillant dans les médias digitaux.

2Il y a plus de quarante ans, je postulai que les employés des médias traditionnels avaient élaboré des manières de typifier les événements (qui surviennent dans le monde) afin de les transformer en événements d’actualité, au sujet desquels les médias diffuseraient des informations. Les critères spécifiques auxquels je m’intéressai alors étaient les suivants : la manière dont un événement était programmé, si les employés des médias estimaient ou non qu’il fût urgent de diffuser l’information à son sujet, si la technologie utilisée affectait cette perception, enfin si la typification facilitait la couverture de futurs événements et de là, la conception future de sujets potentiels. En 1973, un collègue spécialisé en ethnométhodologie observa que ma synthèse, sous forme de tableau, des différentes typifications des catégories d’informations équivalait à graver dans le marbre ces typifications ; j’avais selon lui détruit leur existence en tant que processus (phénoménologiques) et les avais transformées en catégories tout à fait prosaïques. À l’époque, j’étais en désaccord avec cette manière de considérer mon travail, car je ne voyais pas comment j’aurais pu présenter autrement les activités des employés des médias tout en appliquant les protocoles habituels de la sociologie académique. Cependant, voilà moins de dix ans, assistant à une conférence sur les médias, j’entendis une discussion au cours de laquelle les typifications de l’information étaient évoquées en tant que phénomènes statiques : « Tuchman a défini les « soft news » et les « hard news » de telle ou telle façon… » Il n’est pas impossible que ces intervenants fussent des étudiants s’efforçant d’impressionner leurs professeurs (comme il n’est pas facile d’écouter une traduction au casque, je ne suis pas sûre de savoir qui parlait). Cela dit, cet échange prolongé servit à me rappeler que les membres des professions et métiers dont le rôle est de diffuser des connaissances tendent à graver dans le marbre les définitions, les typifications et fondamentalement, les significations, afin de rendre plus aisées les routines de travail. Il est évident que les universitaires font exactement la même chose.

3Autant que je sache, personne, lors de cette conférence, ne mentionna mon argument selon lequel la technologie n’affectait pas la manière dont les reporters de la presse papier ou de la télévision typifiaient les événements. Mais dans mon article de 1973, je me trompais : lorsque je fis des observations participantes dans les années 1960, la télévision, tout comme les journaux papier, avaient des « deadlines » rigoureuses et, lorsque c’était possible, les spécialistes en relations publiques au service des entreprises ou des hommes politiques, en tant que sources d’information, programmaient leurs activités afin de répondre aux besoins de ces médias-là. C’est banal à dire mais les temps ont changé. Il y a de vraies différences entre la manière dont les médias traditionnels et les médias digitaux traitent les informations. Cependant, ce sont tout aussi bien les médias digitaux que la télévision câblée qui ont créé et fait perpétuer cet univers de l’information en continu.

4Cette temporalité modifiée de l’information a nécessairement changé les exigences auxquelles font face les employés des médias. Par exemple, à l’époque où c’étaient principalement des hommes qui couvraient les « hard news », on considérait un reporter comme « productif » s’il arrivait à écrire deux sujets par jour. Aujourd’hui, un reporter Internet devra mettre à jour à de nombreuses reprises ces deux sujets, tout en vérifiant comment ils ont été traités par les autres médias digitaux. Il – car il s’agit fort probablement toujours d’un « il » – doit aussi s’intéresser à la manière dont d’autres médias digitaux ont traité plusieurs autres événements qu’il est lui-même susceptible de rapporter. Du point de vue des journalistes, les routines temporelles employées pour traiter les « hard news » sont devenues plus exigeantes, voire franchement pénibles.

5Il est potentiellement plus difficile de routiniser l’actualité en continu, que celle qui commence à 8 heures du matin pour s’arrêter à 21 heures et dont le traitement est subdivisé en segments (les différentes éditions) délimités par de strictes « deadlines ». Les journaux du vingtième siècle avaient déterminé ces limites en fonction du rythme de la vie urbaine : une édition pour le moment de la journée où les gens prennent les transports pour aller travailler, une autre pour leur retour, un journal télévisé pour coïncider avec l’heure du dîner, commune à des personnes de différentes classes sociales, suivie du coucher. De nos jours, les employés des médias digitaux ont dû avoir recours à de nouveaux tours de passe-passe afin de routiniser leur travail – ou plutôt, les nouveaux médias ont dû transformer les préoccupations des médias traditionnels selon des schémas adaptés à leurs besoins.

6Aux États-Unis, tous les médias sont censés rencontrer les préoccupations d’un public de lecteurs, spectateurs ou auditeurs, afin de générer des bénéfices ou de recevoir un financement public. Bien sûr, la plupart des journalistes rejettent l’idée selon laquelle leur travail est façonné par la recherche du profit. Nombreux sont ceux qui estiment représenter la seule et unique autorité sur ce dont leur public se doit d’être informé. Or, de nos jours, la plupart des Américains suivent l’actualité sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ou, en ce qui concerne les jeunes, s’informent grâce aux émissions de télé-spectacle de deuxième partie de soirée. La plupart des téléspectateurs allument le câble en cas d’urgence nationale tandis que les chaînes de télévision classiques perdent leur audience, enfin, l’échec financier de la presse écrite est patent. Du coup, il n’est guère surprenant que les propriétaires, les directeurs, les rédacteurs en chef des médias aussi bien digitaux que traditionnels demandent à leur public ce qu’ils veulent savoir, et quand.

7Comme autrefois les médias traditionnels, le digital tente de s’adapter aux modèles temporels de leur public. Ils font des enquêtes, par eux-mêmes ou par l’intermédiaire d’entreprises spécialisées. À quel moment de la journée le travailleur moyen va-t-il jeter un œil aux nouvelles sur son ordinateur ? Pourrait-on programmer des sujets et leurs mises à jour éventuelles de façon à coïncider avec ces modèles ? Les consommateurs s’intéresseront-ils plutôt à un meurtre qu’à la politique ? À une guerre plutôt qu’à un séisme ? À certains sports plutôt qu’à d’autres ? Ce genre de question est essentiel, car en allant sur un site internet, en y passant du temps et en étant ainsi exposé à davantage de publicité ciblée, personnalisée, chaque consommateur accroît potentiellement les bénéfices du média qu’il ou elle a choisi (les journaux traditionnels font eux aussi des enquêtes pour connaître les préférences de leurs lecteurs et augmenter ainsi leur diffusion).

8Je pense que « Making news by doing work » décrivait très bien la manière dont les typifications sont temporellement modelées sur les activités ordinaires de diverses institutions médiatiques. Mais là où j’ai échoué, c’est à situer ces typifications dans un moment historique spécifique. J’ai omis le fait que les actualités et les institutions qui s’en occupent façonnent et sont façonnées par les cheminements de l’histoire, et notamment par les transformations technologiques agissant sur les rythmes de travail. Comme tout ce qui est destiné au consommateur, les médias d’actualité sont censés faire du profit. Dans une société où le steak tartare, le divertissement, le papier toilette ou les voitures sont indistinctement considérés comme des produits, l’actualité n’est jamais qu’une marchandise, qui certes, emporte avec elle un lourd bagage philosophique, social et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaye Tuchman, « Réflexions à propos de “Routinizing the Unexpected” », Temporalités [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3411

Haut de page

Auteur

Gaye Tuchman

Université du Connecticut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page