Navigation – Plan du site
Varia

Dans les pas d’un ministre, dans les rouages d’un ministère

Le temps dédoublé d’un directeur de cabinet sous la Ve République
In a Minister’s footsteps, in the workings of a Ministry. A Cabinet director’s split temporality during the Vth Republic
Tras los pasos de un ministro, en los engranajes de un ministerio. El tiempo desdoblado de un director de gabinete bajo la Quinta República francesa
Sylvain Laurens

Résumés

À partir de l’analyse des agendas du directeur de cabinet d’un ministre en poste dans les années 1970, il s’agit dans cet article d’analyser comment la position de directeur de cabinet est occupée au quotidien et sur le plan des pratiques. Ces agendas seront tout d’abord exploités statistiquement et qualitativement afin de saisir comment l’occupation d’un tel rôle charnière nécessite d’arbitrer entre les différentes temporalités des activités administratives, politiques et médiatiques. Sous la Ve République, le directeur de cabinet occupe, en effet, une place singulière dans la division du travail en cabinet ministériel. Courroie de transmission entre plusieurs scènes sociales, il est le point focal sur lequel se réfractent les tensions propres à plusieurs sphères du travail administratif et politique. À partir d’un comptage du nombre de réunions ou de personnes rencontrées, il sera analysé quelle proportion du temps de travail est effectivement consacrée à chacune des relations de « clientèle » que le directeur de cabinet est obligé de tisser avec ces interlocuteurs très différents. Quel temps le directeur de cabinet passe-t-il dans les pas de son ministre ou dans le ministère (assurant la permanence « administrative » du cabinet) ? Il sera aussi possible d’appréhender si la répartition du temps entre ces différentes attentes est stable ou non sur la durée du mandat d’un ministre et à l’approche des élections.

Haut de page

Texte intégral

1En France, le directeur de cabinet occupe une place toute particulière dans la division du travail en cabinet ministériel (Boussard, Coutrot et al. 1982 ; Sawicki, Mathiot 1999, Hood, Lodge 2006). Son recrutement fait l’objet d’attentions particulières aussi bien de la part du ministre nommé que des équipes du Premier ministre et de l’Élysée. Courroie de transmission entre plusieurs scènes sociales, le directeur de cabinet est le point focal sur lequel se réfractent les tensions propres à plusieurs sphères du travail administratif et politique. En lien avec un ou plusieurs directeurs d’administration centrale, il voit parvenir à lui l’ensemble des dossiers que les sommets des services jugent bon de faire remonter (Eymeri-Douzans 2003, Eymeri-Douzans et Bioy 2015). Censé coordonner le travail des différents conseillers techniques et du chef de cabinet, le directeur de cabinet est aussi supposé être au quotidien un « chef d’équipe » ou « le contremaître » du travail des conseillers. Il est, selon l’usage, censé faciliter l’anticipation par ces derniers des attentes formelles et techniques du ministre.

  • 1 À ce propos, voir le film récent écrit par un ancien haut fonctionnaire L’exercice de L’État (2011) (...)

2Immergé dans la dimension plus proprement politicienne de l’activité de son ministre, il peut également contribuer partiellement à son ancrage politique (dans un fief local mais aussi sur la place parisienne en assurant la mise en contact de « son » ministre avec d’anciens camarades de promotion « passés » en politique). En ce sens, il peut former dans certains cas avec celui-ci un couple aux destins et aux carrières liés1. Et le système d’attentes qui se nouent autour de ce rôle semble, de loin, composé indissociablement de logiques administratives, politiques et médiatiques.

3Cette présentation à grands traits fait du « dircab » un intermédiaire, un personnage charnière. Mais dans les faits, comment ces différentes facettes du rôle du « dircab » s’articulent-elles ? En quoi une approche mettant l’accent sur la dimension temporelle des rapports sociaux permettrait de parfaire ce portrait sociologique ? À partir de l’analyse d’un agenda d’un directeur de cabinet d’un ministre en charge du dossier très médiatisé de l’immigration à la fin des années 1970, nous souhaiterions dans le cadre de cet article analyser comment cette position à l’interface de plusieurs scènes sociales est occupée au quotidien et de façon pratique. Les travaux menés à partir des agendas d’anciens Premier ministre (Dulong 2015) ou de ministres (Crossman 1975) montrent la « domestication du temps » sans cesse nécessaire pour exister sur la scène politique et, de là, la nécessité pour les personnalités politiques de déléguer une grande partie de leurs tâches à des « doublures ». Ces agendas seront exploités statistiquement afin de saisir ce que signifie sur le plan temporel et notamment sur le plan de l’organisation du travail de jouer ce rôle de « doublure » Pour ce faire, notre propos s’articulera en trois temps. À partir d’un comptage du nombre de réunions ou de personnes rencontrées, on pourra dans un premier temps se demander comment le « dircab » arbitre entre les différentes temporalités des activités administratives, politiques et médiatiques. Quelle proportion du temps de travail est effectivement consacrée par le directeur de cabinet à chacune de ses relations de « clientèle » qu’il est obligé de tisser avec des interlocuteurs très différents ? Quel temps le directeur de cabinet passe-t-il dans les pas de son ministre (voyant son propre emploi du temps totalement déterminé par les déplacements de celui-ci) ou dans le ministère (assurant la permanence « administrative » du cabinet) ? (1) Cette première exploration de la structuration du temps d’un directeur de cabinet permettra dans un second temps de rendre compte des différents groupes de travail auquel il a véritablement accès et ce faisant de saisir l’éventuelle existence de plafonds de verre internes au travail de cabinet. À quelles réunions est plus précisément convié le directeur de cabinet et quelles sont les réunions auxquelles il n’accède pas ? Quelles limites statutaires rencontrent ce rôle de « doublure » ? Il sera aussi possible de poser la question de la spécificité du travail du directeur de cabinet comparé à d’autres conseillers techniques (certains conseillers n’accédant pas non plus à tous les entre soi qui se nouent autour du « dircab ») (2). Enfin, dans un troisième temps, cette approche temporelle permettra de rendre compte de la façon dont cette division du travail évolue elle-même selon les séquences considérées. Il sera notamment possible d’appréhender si la répartition du temps entre ces différentes attentes est stable ou non sur la durée du mandat d’un ministre (3). Répond-elle à une logique du « coup par coup » (le directeur de cabinet suivant la mise à l’agenda médiatique ou parlementaire de tel ou tel enjeu) ? Ou bien renvoie-t-elle au contraire à une division normée et stabilisée du travail qu’un directeur de cabinet se doit de consacrer constamment au maintien des liens entre le ministre et les sommets des administrations centrales ? Existe-t-il une hiérarchie évolutive des tâches que doit traiter un directeur de cabinet en fonction de la proximité aux élections ? Pour reprendre les mots de Guillaume Marrel et Renaud Payre, il s’agira dans ce troisième moment de l’analyse de saisir la « tension entre plusieurs temporalités concurrentes, non pas extérieures et prédéfinies, mais portées et vécues par des groupes d’acteurs aux intérêts divergents » et de saisir concrètement sous quelles formes « l’agenda gouvernemental incorpore toujours l’agenda électoral » (Marrel et Payre 2006, p. 71-88). Ces agendas seront, ainsi, utilisés afin d’appréhender la stabilité ou la variabilité des processus de division du travail au sein de l’équipe même du ministre à l’approche d’échéances électorales (dont on sait par ailleurs déjà qu’elles peuvent infléchir l’action publique – Blais 2003).

4Source rare permettant de rendre compte des pratiques concrètes des acteurs politico-administratifs, l’agenda sera donc ici surtout utilisé comme une ressource permettant de mener une sociologie d’un rôle social structuré par les interdépendances entre les sphères administratives, politiques et médiatiques. L’entrée temporelle nous aidera à saisir les contraintes concrètes qui pèsent sur ce rôle administratif et politique jusqu’ici relativement peu étudié. Précisons cependant que le travail proposé ici n’est qu’exploratoire au sens où il prend appui sur des matériaux collectés initialement, non pas pour travailler spécifiquement sur les « directeurs de cabinet d’administration centrale » mais dans le cadre d’une thèse qui avait pour objet la contribution de la haute fonction publique à la construction d’un problème « public » de l’immigration entre 1962 et 1981. Avant de souligner ce que ces agendas peuvent apporter à la compréhension du rôle de directeur de cabinet, sans doute convient-il de donner quelques précisions sur leur origine et sur la possibilité de traiter en général du travail mené en cabinet ministériel à partir de ces sources.

Un agenda représentatif ? La construction d’un cas

5Contrairement à certains agendas exploités précédemment par des universitaires (comme ceux de l’ambassadeur américain à Londres David Bruce, en poste dans les années 1960, publiés par John W. Young et Raj Roy), ces agendas du directeur de cabinet de Lionel Stoléru n’ont toujours pas vocation à devenir publics et à être publiés in extenso par leur propriétaire. Ils nous ont été prêtés dans le cadre d’un travail de collecte d’archives privées qui visait à compenser la faiblesse des archives des cabinets ministériels pour le ministère du Travail dans les années 1970. Celles-ci étaient en effet très faibles pour la période considérée puisque pour les sept ministres du Travail qui se succèdent entre 1969 et 1981, seuls deux conseillers techniques avaient déposé des archives auprès du Centre d’Archives Contemporaines. Ces agendas ont donc été collectés en retrouvant les protagonistes de l’époque via l’annuaire téléphonique. Compte tenu de la difficulté de collecter ce type de données et de l’absence de comparaison possible avec des sources de la même époque, on ne prétendra pas ici que ces agendas tenus sur une année quasi quotidiennement sont des agendas « typiques » d’un directeur de cabinet (comment penser la « représentativité » de ce type d’écrits de toute façon). Pour pouvoir être exploitées à leur juste mesure, ces sources doivent en premier lieu être resituées par rapport à la spécificité de ce qu’est l’action publique en matière d’immigration dans les années 1970. Une fois resitué ce contexte, nous monterons comment ces sources renseignent sur la façon dont le travail peut s’organiser dans un cabinet ministériel sous la Ve République.

« Faire du cabinet à l’immigration » : un bouleversement de l’avancement modal des carrières administratives

  • 2 Auparavant, au sein des cabinets ministériels, les questions d’immigration étaient traitées au nive (...)

6À compter de 1974, la création d’un secrétariat d’État aux Travailleurs immigrés, voit se multiplier le nombre de conseillers techniques spécialisés sur l’immigration2. Ces agents en poste dans les cabinets ministériels ont des parcours et des propriétés sociales proches de leurs confrères d’administration centrale. Ils semblent à la fois « rattraper » un classement de sortie des grandes écoles qui les assignaient de jure à des fonctions modestes et fuir des fonctions trop rébarbatives. « Faire du cabinet » s’inscrit donc pour ces agents dans la continuité d’une stratégie d’ascension sociale parfois ralentie par le classement de l’ENA. Ce n’est pas là une particularité propre à l’immigration. Comme l’évoquent Alain Darbel et Dominique Schnapper, entrer dans un cabinet est dans de nombreux secteurs un moyen pour des agents administratifs de bouleverser l’avancement modal auquel leur éventuel mauvais classement de sortie de l’école les assigne. C’est un moyen d’accroître son « capital d’informations venant du monde politique » :

« Appartenir à un cabinet c’est rompre réellement et symboliquement avec la carrière toute tracée, celle dont le début implique le déroulement entier, comme dans la plupart des carrières de la moyenne et de la petite fonction publique (…) C’est accroître ses chances d’appartenir au milieu des fonctionnaires le plus proche du monde politique (…) C’est aussi affirmer symboliquement que l’on appartient à cette catégorie de hauts fonctionnaires dont la carrière est supérieure à la carrière prévisible, comme celle de ces inspecteurs qui n’inspectent pas, ces administrateurs qui n’administrent pas… » (Darbel et Schnapper 1969, p. 156).

7Ces effets de rattrapage d’un « mauvais » classement par le passage en cabinet sont particulièrement visibles en matière d’immigration. Ces agents ont des profils sociaux sensiblement plus modestes que leurs confrères d’autres cabinets ministériels.

Tableau n° 1 - Essai de comparaison entre membres des cabinets ministériels / conseillers et membres de cabinets spécialisés sur l’immigration

Profession du père

Ensemble des cabinets ministériels

Conseillers et membres de cabinets immigration

Agriculteur

3,4 %

-

Artisan-commerçant

6,3 %

7,4 %

Patron

19,1 %

11,1 %

Profession libérale

12,3 %

7,4 %

Haut fonctionnaire

7,9 %

11,1 %

Cadre supérieur du public

31,8 %

36,2 %

Cadre supérieur du privé

6,4 %

11,1 %

Homme politique

2,3 %

-

Profession int. Public

6,1 %

11,1 %

Employé

2,8 %

-

Ouvrier

0,7 %

3,7 %

Autres

0,9 %

-

Source Base de données sur cabinets ministériels dans les années 1970 composés à partir du JO et de différentes éditions du Who’s Who. La faiblesse des effectifs dans la colonne de droite (de gauche à droite n = 560 et n = 27) invite à considérer ces résultats avec précaution. Toutefois leur relative exhaustivité (l’intégralité des cabinets ministériels ayant été considérées) légitime leur prise en compte.

8Pour ces agents, tout ce qui a pu déjà être évoqué dans les travaux de J-M Eymeri-Douzans sur le cas de ces administrateurs civils « retravaillant » leur trajectoire jusqu’à fonder une identité professionnelle est d’autant plus valable. Le propriétaire de ces agendas, le directeur de cabinet de Lionel Stoléru, énarque, fils d’un plâtrier immigré espagnol, décrit ainsi longuement en entretien un « décalage » avec les normes de la haute fonction publique :

« D’ailleurs cela ne m’intéresse pas de le dire. Mais à l’époque on me disait : “ah vous êtes énarque” et on se disait “mais d’où il vient celui-là, il a gardé les oies”, certainement. Mais “il s’est retrouvé là par hasard ?” Parce que j’avais pas le profil, j’avais pas la gueule, la cravate je ne savais pas la mettre, j’avais la chemise qui sortait un petit peu de traviole, j’avais pas le gilet croisé, je ne savais pas monter dans une DS, je glissais sur les parquets des préfectures avec les petits fours à la main ». (André Burgos, énarque, responsable formation professionnelle puis directeur de cabinet de Lionel Stoléru).

9« Faire du cabinet à l’immigration » apparaît pour ces agents comme une expérience où les dispositions acquises dans les postes antérieurs peuvent enfin trouver à s’exprimer, où les formes d’un contrôle formel des règles du travail administratif semblent plus lâches. Il est notamment possible d’écrire sans être repris, de se « sentir » utile voire influent (Laurens 2009). Intégrer des postes proches du pouvoir politique en matière d’immigration permet de bouleverser l’avancement modal qui était prescrit par le corps. Le statut incertain, fluctuant du tout nouveau secrétariat d’État aux travailleurs immigrés peut laisser espérer, pour ces agents, une redistribution des cartes. Associant dans une certaine mesure leur destin administratif au destin politique de leurs titulaires, ces « conseillers » font un pari qui dépend étroitement d’attendus politiques et non plus explicitement « administratifs ».

Un cabinet proche du secteur de la formation professionnelle

  • 3 A. Burgos reste directeur de cabinet de novembre 1976 jusqu’au printemps 1978. Il est remplacé par (...)
  • 4 Fils du président de la région Poitou-Charentes (ancien ministre), Jean-Pierre Raffarin est alors d (...)
  • 5 Âgée alors d’une vingtaine d’année, Dominique Maire est issue d’une famille de commerçants de Troye (...)
  • 6 Ancien journaliste pour France Soir, Jean-Pierre Pierre Bloch a dirigé un temps un cabinet de relat (...)

10Autre particularité de ces agendas : ils sont issus d’un cabinet dont les conseillers sont très liés au monde du travail et aux organisations syndicales. La plupart de ces membres de cabinet travaillant auprès de Lionel Stoléru à compter de 1976 ont auparavant travaillé avec Jacques Delors sur la formation professionnelle. Cette nébuleuse de conseillers défend depuis 1970-1971 un idéal de valorisation de la formation continue dont la genèse est liée aux propositions de la CFDT et à l’engagement de ces derniers au sein du Commissariat général au Plan tout au long des années 1960. Le directeur de cabinet André Burgos3, l’énarque « fils d’un plâtrier maçon espagnol » précité est un ancien collaborateur de J. Delors. Le cabinet compte également, du fait des tâches que se voit confier Lionel Stoléru en matière de formation professionnelle, un grand nombre d’agents proches de ces réseaux syndicalistes. Ainsi Hubert Maigrat, un des conseillers techniques, est un ancien ouvrier syndiqué à la CFDT croisé lors d’une visite en usine. Ce recrutement, qui suscite un certain écho médiatique, s’accompagne de recrutements similaires mais moins médiatisés : Georges Comte, agent technique d’exploitation à EDF ou encore Jean Loubat, militant CGC ingénieur d’atelier à l’aérospatiale… Au-delà de ces syndicalistes, censés incarner les liens du cabinet avec les syndicats et le monde du travail, Lionel Stoléru recrute également Jean-Pierre Raffarin4, qu’il va charger de mettre en place les différentes campagnes de communication en collaboration avec une jeune attachée de presse nommée Dominique Maire5 et ancienne collaboratrice de Jacques Delors. Pour parfaire la composition de ce cabinet, Lionel Stoléru recrute également Jean-Pierre Pierre-Bloch (fils de Jean Pierre-Bloch président de la LICRA), sans doute en raison des liens que celui-ci entretient avec certains élus de l’UDF et certains journalistes de la presse populaire6. À compter de 1976, ces conseillers techniques vont être chargés de mettre en œuvre à la fois la revalorisation du travail manuel, l’aide au retour en lien avec la DPM, et les projets de retours forcés à compter de 1978.

  • 7 De façon comparable, dans sa thèse récente sur le statut d’auto-entrepreneur, Sarah Abdelnour décri (...)

11Pour toutes ces raisons, si ces agendas peuvent être mobilisés pour rendre compte de la réalité du travail en cabinet ministériel, il faut garder à l’esprit que ce secrétariat d’État rattaché au ministère du Travail n’occupe donc pas une place très haute dans la hiérarchie des rapports interministériels. Mais cette distance hiérarchique est en partie compensée par la forte médiatisation des enjeux traités et par les liens directs dont Lionel Stoléru peut se prévaloir auprès du président de la République7. Lionel Stoléru n’est pas par ailleurs un « élu de terrain » mais il entend se présenter aux élections législatives de 1978. Les agendas du directeur de cabinet conservent la trace de cette singularité : ils laissent transparaître à la fois la part importante dans le temps de travail des relations avec les réseaux syndicaux, les visites en « province » et les relations avec les médias, une réalité qui renvoie mutatis mutandis à la réalité du travail de chaque portefeuille ministériel qui place ses tenanciers en lien privilégié avec des groupes d’intérêts spécifiques mais aussi plus largement à la contrainte positionnelle qui pèse sur le travail de directeur de cabinet.

Mobiliser un agenda pour recomposer le temps d’un directeur de cabinet ministériel

12Les agendas recueillis se présentent sous la forme de cahiers sur lesquels le directeur de cabinet a lui-même inscrit les semaines et pris des notes à chaque réunion. Prenant le temps de garder plusieurs pages blanches pour chaque semaine, l’agenda est ainsi indissociablement un carnet de travail. Ces sources permettent donc de recomposer la succession des réunions, déplacements et rencontres mais aussi leur contenu sur toute l’année 1977. Sources rares, ces agendas permettent également de recomposer l’agenda d’autres membres du cabinet puisque chaque lundi est organisée une réunion de cabinet au cours de laquelle le secrétaire d’État et son cabinet font le point de la semaine passée et informent sur leurs rendez-vous passés et à venir. En gardant à l’esprit que pour ces agendas « tiers » nous sommes dépendants de la qualité de la prise de note du directeur de cabinet, on peut cependant se faire une idée assez précise à partir de ce seul agenda des agendas d’autres membres du cabinet. Pour commencer à exploiter ces sources, nous avons retapé leur contenu sous un traitement de texte puis nous avons recodé sous un tableur tous les rendez-vous (ou prises de contact car parfois on ne sait pas si le nom noté renvoie à un coup de téléphone ou à une rencontre physique). Ainsi pour chaque rendez-vous a été intégré à notre base de données la date, le nom de la personne rencontrée, son statut, l’institution qu’elle représente et l’objet du rendez-vous/contact. Lorsque c’est un conseiller qui rapporte au directeur de cabinet une rencontre nous avons alors codé deux lignes : une pour le contact entre le conseiller et le « dircab » et une autre pour le rendez-vous réalisé par le conseiller.

13Ainsi recodé, l’agenda se présente sous la forme de 620 rencontres/contacts pour l’année 1977. Bien sûr, ces 620 contacts n’épuisent pas toute la réalité des rencontres effectuées dans le cadre professionnel par ces personnes. Certains rendez-vous qui n’auraient pas été notés par le directeur de cabinet échappent à l’analyse. Ont également été mis de côté les Conseils des ministres et les séances de questions au gouvernement pour ce qui est de l’agenda du secrétaire d’État. Au final, le directeur de cabinet a noté ou eu 248 rendez-vous en un an et 126 rendez-vous ou déplacements ont été notés pour Lionel Stoléru. L’agenda est aussi particulièrement bien renseigné pour un des conseillers techniques « Hubert Maigrat » pour lequel on a pu recomposer 63 rendez-vous sur l’année (ce dernier servira de point comparaison dans la plupart des tableaux ci-dessous pour distinguer le travail du « dircab » de celui des autres membres du cabinet).

Tableau n° 2 - Nombre de rendez-vous par membres du cabinet ministériel

entre janvier 1977 et janvier 1978

Effectifs

%

Le secrétaire d’État – Stoléru

126

20,3 %

Le « dircab » – André Burgos

248

40,0 %

Conseiller technique – Maigrat

63

10,2 %

Conseiller technique – Raffarin

48

7,7 %

Conseiller technique – Loubat

47

7,6 %

Maire – attachée de presse

47

7,6 %

Conseiller technique – Schiettecatte

29

4,7 %

Conseiller technique – Comte

10

1,6 %

Conseiller technique – Pierre Bloch

2

0,3 %

Total

620

100,0 %

La réalité du travail du « dircab »

14L’on présente habituellement le directeur de cabinet comme étant une charnière entre le monde administratif et le monde politique. Mais on peine généralement à rendre compte de la part concrète que peut prendre cette dimension « administrative » ou « politique » du travail. Plus encore, il est difficile de définir a priori ce qui relèverait de l’administratif ou du politique dans le travail d’un membre de cabinet ministériel (compiler des notes administratives pour préparer un Conseil des ministres est-il par exemple seulement politique ?). L’entrée par les agendas permet de poser la question sous un angle différent et de rompre avec la métaphore de « l’intermédiaire ». On peut également en partie contourner la difficulté de qualifier ad hoc ce qui relèverait d’un acte administratif ou d’un acte politique. En mobilisant l’agenda, plutôt que de qualifier la pratique, l’on est amené à s’intéresser à la position professionnelle des personnes rencontrées et partant à envisager le sens des relations sociales qui se nouent autour du rôle de « dircab ».

15Codés ainsi ces agendas rendent également possible une appréhension du travail du directeur de cabinet en comparaison avec le travail quotidien de certains de ses interlocuteurs. Le directeur de cabinet apparaît alors endosser des casquettes bien différentes : il est tour à tour le porte-parole de « son ministre » auprès des services, de « son ministère » face à d’autres ministères, ou même le représentant « de l’État » pour une série de groupes d’intérêt extérieurs. Mais ces différentes facettes constituent un seul et même rôle qu’il doit tenir en lien avec la propre temporalité du secrétaire d’État et celle de ses membres de cabinet ministériel. Le temps d’autres institutions et les besoins ou opportunités qui s’offrent ponctuellement au secrétaire d’État semblent ainsi massivement s’imposer au directeur du cabinet. Que Lionel Stoléru croise en Conseil des Ministres le ministre de l’Éducation Haby qui lui propose au fil de la discussion une « anthologie du travail manuel », c’est alors une série de contacts que le « dircab » doit mobiliser pour que ce projet impromptu aboutisse. Si l’OCDE organise une « semaine européenne de l’emploi », alors il s’agit d’y envoyer quelqu’un. Si le président de la République se déplace à « Lyon pour la journée de la qualité de vie », alors il conviendrait que le secrétaire d’État intervienne aussi à cette occasion et lui « préparer un discours ». Autre élément frappant, nombre de rendez-vous sont générés par la dynamique même des mesures de revalorisation du travail industriel qu’entend mener le secrétaire d’État dans différents secteurs. Le cabinet reçoit la plupart des organisations patronales et syndicales qui sont susceptibles de voir l’activité économique de leur secteur touchées par les réformes. Si l’on s’en tenait à une vision au jour le jour, l’agenda du directeur de cabinet se présente comme une succession de rendez-vous liés à une multitude de dossiers différents. Mais si l’on recode les positions/professions des personnes reçues en rendez-vous ou contactées, alors les logiques du travail du « dircab » peuvent déjà être plus faciles à démêler.

Tableau n° 3 - Profession des personnes reçues par le « dircab »

entre janvier 1977 et janvier 1978

  • 8 Le chiffre donné ici inclus les réunions en présence du secrétaire d’État.

Effectifs

%

Un conseiller technique du cabinet8

82

33,1 %

NSP

27

10,9 %

Attachée de presse du cabinet

19

7,7 %

Hauts fonctionnaires Min T

18

7,3 %

Comité restreint ou réu Matignon

13

5,2 %

Rept orga patronale

11

4,4 %

Cadres ou dir de Centrales Syndicales

11

4,4 %

Élus locaux / nationaux

8

3,2 %

Cabinet ministre du Travail

7

2,8 %

Haut fonctionnaire ou Cabinet du MEF

7

2,8 %

Journaliste

6

2,4 %

Patron ou manager d’entreprises

6

2,4 %

Agence formation (AFPA, ANACT...)

5

2,0%

Ht Fonctionnaire d’un autre min

5

2,0 %

Autres membres de cabinets min

5

2,0 %

Conseiller à l’Élysée

5

2,0 %

Représentant d’une ambassade

4

1,6 %

Experts OCDE / Univ étrangers

4

1,6 %

Responsables grandes écoles

2

0,8 %

Un ministre

1

0,4 %

Le Premier Ministre

1

0,4 %

Préfets

1

0,4 %

Total

248

100,0 %

  • 9 Ainsi Pierre Fournier, Directeur de la Population et des Migrations entre 1974 et 1977 raconte tout (...)

16Le directeur de cabinet tient d’abord audience aux membres de son équipe. Sans surprise le rôle de responsable de l’équipe de conseillers prend le pas sur les autres. Mais le codage permet d’avoir une idée plus précise de la part que prennent ces rendez-vous sur les autres. Plus de 40 % des contacts ou rendez-vous notés dans l’agenda ont lieu avec un conseiller technique, ou l’attachée de presse (qui représente à elles seules 7,7 % des contacts notés). Si on peut légitimement penser que le « dircab » ne note pas tous les rendez-vous ou dialogues qu’il peut avoir avec ses collaborateurs directs, on peut sans trop de risque avancer que son expérience quotidienne est d’abord celle d’une gestion d’équipes ou de délégation de tâches au sein de son propre cabinet. Nombre de réunions ont surtout pour enjeu de voir si tel ou tel dossier « avance », si aucun « faux pas » n’est commis par un conseiller. Le « dircab » synthétise et tente d’avoir une position panoptique sur les dossiers suivis par ses conseillers techniques. En dehors du cabinet, les premiers interlocuteurs du « dircab », tels qu’ils transparaissent des agendas sont les hauts fonctionnaires du ministère du Travail, c’est-à-dire les sommets de l’administration centrale liée au secrétariat d’État. Ce « dircab » a notamment un lien régulier avec le directeur d’administration centrale Gabriel Oheix, Directeur général du travail et de l’emploi. Celui-ci relaie les initiatives du cabinet auprès des directions départementales mais souffle aussi sans doute en sens inverse des préconisations politiques ou même des noms de collaborateurs possibles au cabinet ou au sein de son ministère9. Le troisième lieu de contact du « dircab » après son équipe et son administration centrale est Matignon (bien avant l’Élysée). Le « dircab » se rend régulièrement aux comités restreints organisés par le conseiller « emploi » (Raymond Soubie) du Premier ministre de l’époque. Dans ces réunions, il semblerait que le « dircab » soit le plus souvent accompagné du secrétaire d’État même si cela n’est pas toujours très clair à la lecture des notes. Dans ce troisième lieu, aucun autre membre de cabinet ne se déplace comme le laisse transparaître l’agenda comparé du conseiller technique Hubert Maigrat.

Tableau n° 4 - Agenda du conseiller technique Hubert Maigrat (vu depuis l’agenda du « dircab »)

Effectifs

%

directeur de cabinet Stoléru

27

42,9 %

secrétaire d’État

11

17,5 %

NSP

5

7,9 %

Représentant d’une organisation patronale

5

7,9 %

Patron ou manager d’entreprises

4

6,3 %

Hauts fonctionnaires du ministère du Travail

2

3,2 %

Agences spécialisées dans la formation professionnelle

2

3,2%

Élus locaux / nationaux

2

3,2 %

Cadres ou secrétaires généraux de Centrales syndicales

1

1,6 %

Cabinet ministre du Travail

1

1,6 %

Haut fonctionnaire d’un autre ministère

1

1,6 %

Autres membres de cabinets ministériels

1

1,6 %

Haut fonctionnaire ou membre du cabinet du Ministère des Finances

1

1,6 %

Total

63

100,0 %

  • 10 Archives privées d’André Burgos : Réunion du 31 janvier 1977.
  • 11 Décret du 4 août 1977.

17Le temps de ce conseiller technique semble beaucoup plus structuré par la nécessité de rencontres avec les responsables patronaux ou syndicaux des secteurs industriels concernés par les réformes sur le Travail manuel. On note pêle-mêle des rendez-vous avec les responsables du CNPF (Chotard, Neidinger), du secteur du bâtiment (dont M. Lamigeon10 mais aussi les responsables de Saint- Gobain par exemple), du secteur automobile (dont Renault mais aussi l’ensemble des responsables du CNPA), les responsables des houilles, du secteur textile, de l’industrie alimentaire, des chauffeurs routiers, de la restauration, des boulangeries… Sur le plan syndical, les conseillers de Lionel Stoléru sont surtout en contact avec FO (des contacts assez fréquents avec A. Bergeron), et différentes branches de la CFDT ou de la CFTC. La CGT apparaît moins fréquemment (surtout CGT Renault et CGT éboueurs lors des conflits de l’été 1977). Dans ces différents secteurs, ce conseiller négocie avec les responsables patronaux et syndicaux l’adoption de différentes mesures : la retraite à 60 ou à 55 ans, la mise en place d’un livret d’épargne manuelle11, des mesures préventives contre l’alcoolisme dans l’entreprise ou contre le bruit au travail… Sur le plan des salaires, il tente d’encourager des revalorisations très ciblées, uniquement sur certains échelons ou en incitant à l’octroi de primes ponctuelles. L’agenda du conseiller technique est donc beaucoup moins tourné vers la haute fonction publique du ministère du Travail et beaucoup plus orienté vers les groupes d’intérêts (patronaux ou syndicaux) avec lesquels le cabinet est en contact pour le besoin des mesures publiques en cours d’élaboration. Les réunions à Matignon ou à l’Élysée et la relation à la direction du ministère semblent donc dès lors caractériser et différencier le quotidien du « dircab » des autres conseillers. Le conseiller technique a accès ponctuellement à des conseillers techniques d’autres cabinets. Mais seul le « dircab » a accès au monde des très hauts conseillers de Matignon ou de l’Élysée et donc au cœur des relations interministérielles et de l’agenda gouvernemental.

Un plafond de verre interne au cabinet et l’existence de différents plateaux de travail

18Cette comparaison croisée des deux agendas est ici d’autant plus frappante que le conseiller choisi a été spécifiquement recruté pour ses réseaux syndicaux. Mais la comparaison avec l’agenda de Jean-Pierre Raffarin renforce encore cette impression d’un cloisonnement des sphères d’interaction. Le directeur de cabinet est le seul à disposer de l’accès régulier aux directeurs d’administration centrale, à Matignon et à l’Élysée. Cette comparaison laisse entrevoir l’existence d’un plafond de verre interne au cabinet. Les conseillers techniques ordinaires évoluent dans des zones de l’État et de la haute administration qui ne sont pas précisément les mêmes que celles du « dircab ».

Tableau n° 5 - Comparatif emplois du temps en pourcentages

(vu depuis l’agenda du « dircab »)

« Le dircab »

Burgos (n = 248)

Conseiller technique

Maigrat (n = 63)

Membre du Cabinet Stoléru

40,7

60,3

NSP

10,9

7,9

Hauts fonctionnaires

13,3

6,3

Représentants du monde du travail

13,3

19,0

Médias / experts

4,0

Gouvernement / Cabinets

12,9

3,2

Élus locaux / nationaux

3,2

3,2

Représentant d’une ambassade

1,6

Total

100,0

100,0

19À l’appui de cette hypothèse d’un plafond de verre, on pourrait souligner l’énarchisation réelle (bien que discontinue) du rôle de « dircab » tout au long de la décennie 1970. Un « dircab » sur deux est énarque à la fin des années 1970. Mais il s’agit bien souvent d’une génération d’énarques qui a été membre de cabinet ministériel sous Messmer et qui poursuivant une carrière en cabinet parvient aux postes de « dircab » sous le gouvernement Chirac : 40 % des dircab sous Chirac ont, en effet, été membres d’un cabinet ministériel sous Messmer et les deux tiers de ces derniers étaient alors conseillers techniques. Cette arrivée aux manettes d’une génération « d’énarques de cabinet » provoque un effet ciseaux qui ne sera que partiellement rattrapé sous le gouvernement Barre. Sous le gouvernement Chirac 57,1 % des « dircab » sont énarques contre seulement 34,5 % des conseillers techniques.

Tableau n° 6 – Énarchisation comparée du rôle de « dircab » et de conseiller technique dans les années 1970 (source Who’s Who)

dircab

Messmer I

(n = 36)

conseillers

Messmer I

(n = 98)

dircab

Messmer 2

(n = 43)

conseillers

Messmer 2

(n = 124)

dircab

Chirac

(n = 35)

conseillers

Chirac

(n = 84)

dircab

Barre

(n = 48)

conseillers

Barre

(n = 89)

Énarque

41,7 %

49 %

41,9 %

39,5 %

57,1 %

34,5 %

50,0 %

48,3 %

Non énarque

55,6 %

51 %

53,5 %

60,5 %

42,9 %

65,5 %

43,8 %

51,7 %

Non réponse

2,8 %

-

4,7 %

-

-

-

6,3 %

-

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Tableau n° 7 – Origine sociale des « dircab » dans les années 1970

Messmer I (n = 36)

Messmer 2

(n = 43)

Chirac

(n = 35)

Barre

(n = 48)

Cadre supérieur du public

25,0 %

20,9 %

31,4 %

25,0 %

Non réponse

13,9 %

11,6 %

5,7 %

12,5 %

Profession libérale

13,9 %

16,3 %

8,6 %

4,2 %

Agriculteur

8,3 %

4,7 %

-

4,2 %

Patron

8,3 %

11,6 %

22,9 %

18,8 %

Artisan-commerçant

5,6 %

7,0 %

8,6 %

6,3 %

Cadre supérieur du privé

5,6 %

4,7 %

2,9 %

14,6 %

Employé

5,6 %

2,3 %

-

-

Haut fonctionnaire

2,8 %

9,3 %

8,6 %

2,1 %

Enseignant

2,8 %

2,3 %

-

2,1 %

Profession intermédiaire public

2,8 %

7,0 %

5,7 %

6,3 %

Ouvrier

2,8 %

2,3 %

2,9 %

2,1 %

Autres

2,8 %

-

2,9 %

2,1 %

Total

100,0 %

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Source : profession du père mentionnée dans différentes éditions du Who’s Who

20Ces nouveaux « dircab » sont bien souvent des hauts fonctionnaires dont les origines sociales sont situées plus que dans le passé du côté de la grande industrie et de la sphère économique ou bien dont le père occupait des positions hautes dans l’administration publique sans pour autant appartenir à un grand corps (tableau n° 7). Les agendas permettent alors de s’intéresser plus précisément à ces interactions qui constituent la « chasse gardée » du directeur de cabinet. Sur ce plan, on peut distinguer principalement deux types d’interactions.

De quoi est composé la « chasse gardée » du « dircab » ?

La feuille de route du ministre

  • 12 CAC 1984 0040, art. 5. Notes manuscrites de la réunion du 22 août 1977, comité restreint relatif au (...)
  • 13 CAC 1984 0040, art. 5. Réponse du ministre à la lettre de la CGPME : « Le gouvernement ne saurait e (...)

21Tout d’abord, le « dircab » a accès aux réunions où s’opère le rappel à l’ordre du ministre/secrétaire d’État au sein du gouvernement. Le compte rendu du comité restreint du 22 août 1977, consacré aux aspects salariaux de la revalorisation du travail manuel, montre par exemple à quel point le ministre du Travail12 ne voit pas toujours comment encadrer les mesures lancées par son secrétaire d’État et craint parfois ses effets sur l’inflation – d’autant plus que certains employeurs commencent à faire connaître leur mécontentement face à ces nouvelles mesures gouvernementales. Comme l’évoque l’ancien directeur de cabinet de Lionel Stoléru, alarmé par ces courriers, le ministre du Travail commence à craindre13 les conséquences de telles mesures sur les relations du ministère avec le patronat :

« Stoléru déjà avec le travail manuel commençait à les faire suer sérieusement. Le Beullac remonté par des patrons lui disait : “Écoute Lionel tu nous emmerdes, laisse tomber ça, tu vas pas nous foutre le feu”. Il faisait une politique assez remuante sur le plan des ouvriers. Il emmerdait la ville de Paris pour les Noirs qui ramassaient les poubelles… ». Entretien [2004], André Burgos, directeur de cabinet de Lionel Stoléru (1976-1978).

  • 14 Entretien avec Paul Schiettecatte, 2004 : « En fait il y a quelque chose qui sauvait Stoléru c’est (...)

22Pour contourner cette opposition d’une frange du petit patronat et de son ministre du Travail, le secrétaire d’État mobilise régulièrement le soutien du président de la République14. Dans ces réunions, le « dircab » n’intervient pas. Il se voit surtout chargé par le ministre/secrétaire d’État de vérifier « la faisabilité juridique de telle ou telle mesure ». Ce temps passé par le « dircab » sur la « faisabilité juridique » libère alors du temps au secrétaire d’État qui lui seul a accès directement aux rencontres individuelles avec un ministre, le Premier ministre ou le Président (plus rarement), aux rencontres avec le groupe parlementaire de la majorité, etc.

Tableau n° 8 - Personnes rencontrées par Lionel Stoléru

(vu depuis l’agenda du « dircab ») entre janvier 1977 et janvier 1978

Effectifs

%

conseiller technique cabinet

68

54,0 %

attachée de presse

19

15,1 %

Un ministre

8

6,3 %

Cadres ou direction de Centrales Syndicales

6

4,8 %

Hauts fonctionnaires Ministère du travail

4

3,2 %

Journaliste

4

3,2 %

Agence formation (AFPA, ANACT...)

4

3,2%

Représentants organisation patronale

3

2,4 %

Élus locaux / nationaux

3

2,4 %

NSP

2

1,6 %

Le Premier Ministre

2

1,6 %

Conseiller à l’Élysée

1

0,8 %

Experts OCDE / Univ étrangers

1

0,8 %

Préfets

1

0,8 %

Total

126

100,0 %

  • 15 Archives privées d’André Burgos. Notes manuscrites prises pendant la réunion de transition par le d (...)
  • 16 Archives privées d’André Burgos. Notes manuscrites prises dans la semaine suivant la réunion de tra (...)
  • 17 Idem.

23Pour le directeur de cabinet, ces réunions où se redéfinit la place du secrétariat d’État dans le gouvernement, se traduisent surtout par une réflexion sur la nécessaire actualisation de la division du travail au sein de « son » équipe. En avril 1977, quelques jours après le succès de la gauche aux élections municipales, un remaniement ministériel est organisé et le secrétariat d’État de Lionel Stoléru récupère les prérogatives du secrétariat d’État aux travailleurs immigrés. Il est alors décidé de ne conserver de l’équipe précédente qu’un inspecteur du travail (Paul Schiettecatte) et de confier le dossier des immigrés principalement à deux conseillers : « un rabattant sur les services un maximum de choses » et « un autre sur le retour (pour anticiper les difficultés politiques) »15. Suivant les instructions de Lionel Stoléru, le directeur de cabinet anticipe également des « problèmes de communication »16 et confie à l’attachée de presse Dominique Maire le soin de mettre en place une « cellule de rédaction »17 capable de produire des articles sur tous les sujets. Sous cet angle, le « dircab » a accès aux réunions où les fils gouvernementaux, interministériels se rejoignent et où des arbitrages ont lieu. Mais il y a accès au titre de maître d’œuvre juridique ou en tant que dispatcher du travail à venir au sein du cabinet et de l’administration.

Faire réélire le ministre

  • 18 Député-maire communiste d'Aulnay-Sous-Bois.

24L’autre composante de ce temps « chasse gardée » est la dimension plus proprement partisane, politique ou même tactique à l’approche des élections. Le « dircab » participe à toutes les réunions où sont tirés les bilans des élections locales ou nationales. Ainsi après les élections municipales de 1977 et alors même que Lionel Stoléru ne se présentait pas un bilan est tiré de ces élections où « la province aurait voté contre Paris » (selon les notes manuscrites du carnet). En 1978, alors que Lionel Stoléru envisage de se présenter candidat à la députation dans la deuxième circonscription des Vosges, le « dircab » assiste à la réunion de préparation de la campagne (campagne perdue en 1978 et 1981). De même début juin 1977, le directeur de cabinet, tel un « manager » politique conseille à son ministre de s’opposer à R. Ballanger18, président du groupe communiste à l’Assemblée, dans une émission télévisée :

« Il voulait aller à l’émission l’Huile sur le feu de Bouvard – je me souviendrai toute ma vie… vous en parlerez à Dominique Maire, on l’avait chauffé là dessus tous les deux… – Il nous dit “qu’est ce que vous en pensez si je demandais à Rocard ou à Attali de venir faire un débat ? ”. Mais je lui ai dit : “ Mais Monsieur le ministre mais non… vous êtes de la même maison, vous parlez le même langage… Personne ne vous comprendra ! Invitez Ballanger, le mec avec les cheveux blancs, c’est le lion du PC à l’Assemblée Nationale [prenant une voie rocailleuse] le bon Ballanger c’est le communiste local… vous allez voir… [mimant un dialogue entre un coach et son boxeur]. Mais attention il va vous faire le coup du ticket de métro, de la baguette de pain combien ça coûte et tout ça… préparez vos trucs. Combien ça coûte pour vous montrer que vous le ministre vous vous en foutez… mais ça je suis tranquille vous vous le saurez !”… ». Entretien [2004], André Burgos, directeur de cabinet de Lionel Stoléru (1976-1978)

25Cette dernière facette plus « politique » du rôle de « dircab » est-elle stable dans le temps ? On peut notamment se demander si elle est affectée par l’approche d’élections partielles ou locales face auxquelles le gouvernement doit se positionner. En suivant, l’évolution de la division du travail dans le cabinet, on peut essayer de saisir si les pratiques changent à l’approche des élections de mi-mandat.

Une hiérarchie évolutive des tâches ?

26Les cahiers s’arrêtant en janvier 1978 il est impossible d’analyser l’impact des élections législatives de 1978 sur l’activité du cabinet. En revanche, il est possible de poser la question de l’effet des municipales de 1977 sur l’organisation interne du travail. Sans nul doute, les échéances électorales transforment le travail quotidien du cabinet.

Essai d’analyse de l’effet « élection » sur le travail en cabinet : un renvoi des dossiers vers les services

27Si l’on considère les deux mois avant les élections municipales de 1977 et les deux mois après les élections, les carnets du « dircab » témoignent d’une transformation notable du travail au sein du cabinet. Première victoire d’envergure pour la gauche sous la Ve République (qui cumule 50,8 %), ces élections de mars 1977 laissent envisager une défaite possible pour la droite de gouvernement aux législatives de 1978. Le secrétaire d’État n’était pas candidat mais projette de l’être dans quelques mois. Avec prudence (car il est possible que l’usage du carnet par le directeur de cabinet est aussi changé dans le temps tant il contient parfois des trous), il semble que le rythme des rendez-vous et l’activité dans le cabinet semblent alors subitement s’accélérer.

Tableau n° 9 – Qui les membres du cabinet rencontrent « Avant / Après » les élections de 1977 ?

Rendez-vous 2 mois avt

(n = 36)

Rendez-vous 2 mois après

(n = 154)

Cabinet Stoléru

44,4 %

55,8 %

NSP

11,1 %

11,0 %

Hauts fonctionnaires

13,9 %

8,4 %

Représentants monde du travail

16,7 %

10,4 %

Médias / experts

2,8 %

3,9 %

Gvt / cabinets

8,3 %

9,1 %

Élus locaux / nationaux

2,8 %

1,3 %

Total

100,0 %

100,0 %

28Après les élections de 1977 et à l’approche des élections de 1978, le cabinet semble surtout multiplier les réunions internes. Les contacts avec les médias, les autres membres du gouvernement augmentent également. À l’inverse, le nombre de contacts avec les groupes d’intérêt liés aux dispositifs publics (syndicat, patronat) ou les sommets de l’administration centrale diminuent proportionnellement. L’activité purement « administrative » ou de consultation des organisations professionnelles passe au second plan. Ce premier résultat permet d’émettre l’hypothèse que l’approche des échéances électorales renforce symétriquement le pouvoir des services des administrations centrales car le travail de cabinet est plus fortement orienté vers la scène publique. Cette transformation du rythme de travail du cabinet n’est d’ailleurs pas seulement liée aux élections à venir. La transformation s’explique aussi par la montée à l’agenda des questions d’immigration – thème médiatique sur lequel le secrétaire d’État fait le choix d’intervenir – mais aussi objet d’action publique fortement politisé. Recrutés initialement pour contribuer à la revalorisation du travail manuel, les conseillers de Lionel Stoléru se trouvent, en effet, pris dans une polémique publique sans précédent en la matière. La gauche rappelle que le « million de Stoléru » est inférieur à n’importe quelle indemnisation chômage que pourraient toucher les travailleurs immigrés et reproche à l’administration de renvoyer des personnes qui n’auraient pas compris le principe de la mesure. Critiqué au sein de l’État par les agents du Quai d’Orsay, du Conseil d’État pour les tentatives de retours forcés, attaqué par le ministre du Travail qui reproche au cabinet son amateurisme, par l’Élysée qui lui reproche de ne pas aller assez loin, par le journal Le Monde, ou même par l’extrême droite qui reproche au gouvernement de donner de l’argent à des chômeurs étrangers sans disposer de garanties, le secrétariat d’État est à compter de 1977 la cible d’attaques convergentes venues tout autant de l’intérieur de l’État, du champ politique que du champ médiatique. Cette configuration joue immédiatement sur la temporalité du travail en cabinet et ce que ces agendas enregistrent est tout autant l’accélération de l’agenda médiatique sur un enjeu sur lequel le secrétaire d’État a choisi d’intervenir que l’effet « élection ». C’est en fait l’ensemble des tensions du champ politique mais aussi de l’État qui se réfracte alors en interne sur le travail du cabinet.

L’agenda comme clef d’entrée à une sociologie du travail en cabinet : « Ce n’est pas le syndrome de Stockholm mais… »

  • 19 « Stoléru parce que ce n’était pas un mec facile, ce n’était pas un mec facile mais en même temps c (...)

29Il serait intéressant de prolonger ce travail sur les agendas par une analyse des conditions particulières dans lesquelles s’exercent le travail des fonctionnaires-gouvernants lorsqu’ils sont ainsi contraints à devenir solidaires de leur propre ministre tant leur destin administratif ultérieur semble lié au succès ou à l’insuccès d’une « équipe » face à une telle adversité (Eymeri-Douzans, Bioy 2015). La plupart de ces agents sont restés en contact longtemps après cette période qui remonte quand même à près de 30 ans. Certains de ces acteurs se téléphonent toujours régulièrement et sont restés en contact, comme si cette expérience avait constitué un traumatisme difficilement comparable à leurs expériences ultérieures. La façon dont ces conseillers évoquent leur rapport à Lionel Stoléru mériterait sans doute une analyse plus approfondie qui permettrait de s’interroger sur les ressorts de loyauté (Hood et Lodge 2006) qui semblent unir hommes politiques et hauts fonctionnaires dans ces moments particuliers. Tous évoquent en entretien « les menaces de mort », la nécessité pour Lionel Stoléru de faire protéger sa famille par la police et ce même mélange de respect et de compassion vis-à-vis de leur « chef »19. On retrouve la plupart de ces éléments dans les propos de son ancienne attachée de presse, qui évoque le caractère « soudé » de l’équipe technique réunie autour du ministre :

« Il a eu des menaces sur sa vie personnelle. Sa fille allait à l’école avec un flic. Il y avait un vrai problème de risques personnels. (…) Je l’ai vécu un peu comme la victime. C’est pas le syndrome de Stockholm mais quelque part on était là-dedans, on était embarqué dans cette galère, j’ai été du côté des gens qui essayaient de faire. (…) Ce qu’on cherchait tous c’était comment faire avancer le dossier sans faire trop de dégâts ». Entretien [2004], Dominique Maire attachée de presse de Lionel Stoléru, (1976-1981).

30Sous cet angle, ce n’est pas seulement l’effet des échéances électorales qu’invitent à traiter ces sources que les effets généraux de la structure du champ politique sur le travail très concret du travail en cabinet ministériel. En ce sens, l’agenda – ainsi croisé avec d’autres sources – permet de mesurer l’effet de fermeture ou de huis clos que produit l’accélération du temps médiatique et politique. Dans les travaux de J-M Eymeri, le cabinet joue le rôle de gate-keeper : un dossier se politise s’il parvient jusqu’au ministre. Sans invalider cette thèse, l’analyse de ces agendas propose une autre mise en perspective : ici la politisation apparaît d’abord comme le produit d’un renfermement sur lui-même du travail en cabinet. L’entrée temporelle permet de rendre visible un resserrement du nombre d’interlocuteurs à l’approche des élections. Le fait que plus les échéances électorales avancent et plus les « dossiers sont rabattus vers les services » permet aux conseillers de se constituer en équipe de campagne pour le ministre. Sous cet angle la politisation n’est plus seulement question de « tri » mais plutôt le produit d’une plus ou moins forte mobilisation des fonctionnaires-gouvernants autour du destin politique de leur secrétaire d’État. Le travail en cabinet s’orientant de plus en plus vers le niveau de l’Élysée, de Matignon, des autres ministres et des médias, le travail en cabinet s’apparente beaucoup moins à un travail d’intermédiaire qu’à un travail militant : les dossiers sur lesquels le ministre communique devenant à l’approche des élections quasiment les seuls dossiers traités par le cabinet.

Conclusion

31Permettant de sortir de l’ornière de la métaphore de « l’intermédiaire » ou du « maillon » entre échelons politiques et administratifs, l’entrée par ces agendas a permis de rendre compte concrètement des logiques de travail d’un directeur de cabinet. En mobilisant ces sources, il a été notamment possible de rendre compte de la réalité des différentes scènes sociales sur lesquelles le « dircab » doit quotidiennement se projeter. Il a été aussi montré comment un agenda pouvait permettre de recomposer d’autres agendas (et notamment ainsi l’agenda d’un ministre ou de « ses » conseillers techniques). Le codage statistique de l’agenda a également permis de rompre avec la linéarité proposée par la forme même de l’emploi du temps pour recomposer les positions professionnelles des personnes qui sont en interaction avec le producteur de l’agenda. Ce type d’approches peut aider à transformer la vision que l’on a d’un rôle politique ou administratif. Ainsi pour ce qui est du « dircab », la métaphore de l’intermédiaire entre politique et administratif a été quelque peu modifiée par la mobilisation de ces sources : la division interne au cabinet ministériel place d’abord le « dircab » en position d’intermédiaire entre le ministre et son équipe. Autre résultat contre-intuitif, si le temps passé avec le sommet des administrations centrales est important, les interactions qui caractérisent le plus le travail du « dircab » comparées aux autres conseillers sont ces moments où le « dircab » accompagne son ministre dans les comités restreints ou les rencontres avec les très hauts conseillers de Matignon ou de l’Élysée. Ce point constitue la différence principale avec les agendas des conseillers techniques ordinaires et invite à considérer le cabinet comme une équipe où la relation hiérarchique se traduit d’abord par des différences « d’accès » à des niveaux d’interactions politico-administratifs fortement différenciés.

32Si cette méthode d’analyse des agendas devait être transposée à d’autres rôles administratifs, cela permettrait peut-être de considérer le temps de travail non plus comme une succession de tâches mais plutôt comme une succession d’interactions et d’accès à des scènes sociales segmentées, une succession de pratiques différenciées au sein d’une division du travail « fixée par l’usage » (Dreyfus 2015) et relativement peu discutée. La place manquait ici pour creuser cette piste de recherche plus avant mais ces mêmes agendas pourraient alors servir de clef d’entrée à une sociologie des rapports de pouvoir au sein d’un groupement : certains conseillers parvenant progressivement à se glisser dans certains lieux de discussion qui leur étaient jusqu’ici inaccessibles ou inversement se voyant éconduits. L’agenda peut en ce sens être une des meilleures clefs d’entrée qui soit à la sociologie des luttes autour de la division du travail collectif dans le champ politique et administratif. L’approche temporelle permise par l’agenda invite dans tous les cas à rompre avec les visions verticalistes pour rendre compte de l’imbrication à l’échelle des groupes de travail des rapports de pouvoir au sein des sphères politiques, administratives ou médiatiques.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour S., 2012. L’auto-entrepreneur aux marges du salariat. De la genèse aux usages d’un régime dérogatoire de travail indépendant, Thèse pour le doctorat de sociologie, ENS Jourdan.

Blais A., 2003. « Les élections affectent-elles les politiques gouvernementales. Le cas des dépenses publiques », Revue française de science politique, vol. 53, n° 6, décembre.

Boussard I., Coutrot A. et Rémond R., 1982. Quarante ans de cabinets ministériels, Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Crossman R., 1975. The diaries of a cabinet minister (3 vol.), Hamish Hamilton and Jonathan Cape, London.

Darbel A., Schnapper D., 1969. Morphologie de la haute administration française, tome I : Les agents du système administratif, Paris, Cahiers du CSE.

Dreyfus F., 2015. « Une distribution des rôles fixée par l’usage », in J-M. Eymeri-Douzans, X. Bioy, S. Mouton (dir.), Le règne des entourages, Paris, Presses de Sciences Po, p. 269-311.

Dulong D., 2015. « La domestication du pouvoir. Étude comparée des agendas de Michel Debré et Georges Pompidou à Matignon », Working papers du Cessp, n°1, mars.

Eymeri-Douzans J-M., 2003. « Frontières ou marches ? De la contribution de la haute administration à la production du politique », in Lagroye Jacques, La politisation, Belin, p. 47-78.

Eymeri-Douzans J-M., Bioy X., 2015. « Une république de conseillers ? », in J-M. Eymeri-Douzans, X. Bioy, S. Mouton (dir.), Le règne des entourages, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 17-110.

Laurens S., 2009. Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981), Paris, Belin, coll. « Socio-histoire ».

Mathiot P. et Sawicki F., 1999. « Les membres des cabinets ministériels socialistes en France (1981-1993), recrutement et reconversion », Revue Française de Science Politique, n° 1 et 2, avril.

Hood C. et Lodge M., 2006. The Politics of Public Service Bargains: Reward, Competency, Loyalty – and Blame, Oxford, Oxford University Press.

Young J. et Roy R., 2009. Ambassador to sixties london: the diaries of David Bruce (1961-1969), Republic of letters publishing, Dordrecht.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, voir le film récent écrit par un ancien haut fonctionnaire L’exercice de L’État (2011), un des rares essais de mise en scène des relations qui peuvent se tisser entre un ministre et son directeur de cabinet.

2 Auparavant, au sein des cabinets ministériels, les questions d’immigration étaient traitées au niveau de la Présidence de la République ou du Premier ministre par un conseiller technique aux Affaires sociales. Et au niveau du ministère du Travail par un conseiller technique aux questions de main-d’œuvre (Laurens 2009).

3 A. Burgos reste directeur de cabinet de novembre 1976 jusqu’au printemps 1978. Il est remplacé par la suite par Hubert Maigrat, ancien ouvrier CFDT. Né en 1946 à Béziers, André Burgos est fils de maçon. Il tente différents concours du secteur public (dont celui de la SNCF) mais finit par intégrer l’École Normale. Instituteur pendant quelques mois, il fréquente quelques mouvements de gauche (dont le PSU) mais reste plus proche du catholicisme social que du communisme. Il passe l’ENA en interne avec succès et est diplômé de la promotion « sociale » de 1971, André Burgos se voit, automatiquement affecté auprès de Jacques Delors à la formation professionnelle. Alors que Lionel Stoléru fait appel à lui en 1976, André Burgos dirige toujours le Centre national d’information pour le progrès économique (CNIPE), un centre d’informations sur les questions de formation dépendant du Premier ministre. Mais, sans doute dès le départ, une ambiguïté subsiste sur le recrutement : « Stoléru m’a pris parce qu’il croyait que j’avais mon CAP de maçon, alors qu’en fait j’avais aidé mon père mais je n’étais pas diplômé… ».

4 Fils du président de la région Poitou-Charentes (ancien ministre), Jean-Pierre Raffarin est alors diplômé d’une école de commerce et travaille pour Jacques Vabre. Il est surtout président des « Jeunes giscardiens ».

5 Âgée alors d’une vingtaine d’année, Dominique Maire est issue d’une famille de commerçants de Troyes, diplômée du centre de préparation des journalistes.

6 Ancien journaliste pour France Soir, Jean-Pierre Pierre Bloch a dirigé un temps un cabinet de relations publiques.

7 De façon comparable, dans sa thèse récente sur le statut d’auto-entrepreneur, Sarah Abdelnour décrit précisément comment les liens qui unissent Novelli aux conseillers de l’Élysée lui permettent de compenser la faiblesse de position du secrétariat d’État à l’artisanat dans les hiérarchies interministérielles (Abdelnour 2012).

8 Le chiffre donné ici inclus les réunions en présence du secrétaire d’État.

9 Ainsi Pierre Fournier, Directeur de la Population et des Migrations entre 1974 et 1977 raconte tout le rôle qu’a joué Gabriel Oheix dans sa nomination, entretien 2004.

10 Archives privées d’André Burgos : Réunion du 31 janvier 1977.

11 Décret du 4 août 1977.

12 CAC 1984 0040, art. 5. Notes manuscrites de la réunion du 22 août 1977, comité restreint relatif aux aspects salariaux de la revalorisation du travail manuel : « B. Boulin ne voit pas comment distinguer le travailleur manuel du travailleur non manuel ». Le ministre pose aussi la question de comment « arrêter la contagion » qui ne manquera pas de se développer à l’intérieur des branches entre les différentes catégories de salariés et la contagion vers les secteurs publics (mines, SNCF...) : « il faut réduire l’ampleur de l’opération en limitant les branches ».

13 CAC 1984 0040, art. 5. Réponse du ministre à la lettre de la CGPME : « Le gouvernement ne saurait en effet concevoir des mesures qui par leur nature et leurs effets n’iraient pas dans le sens des objectifs qu’il entend atteindre pour mettre fin à la poussée inflationniste actuelle ».

14 Entretien avec Paul Schiettecatte, 2004 : « En fait il y a quelque chose qui sauvait Stoléru c’est qu’il était très proche de Giscard. (...) Cela a calmé beaucoup de choses ».

15 Archives privées d’André Burgos. Notes manuscrites prises pendant la réunion de transition par le directeur de cabinet de Lionel Stoléru.

16 Archives privées d’André Burgos. Notes manuscrites prises dans la semaine suivant la réunion de transition par le directeur de cabinet de Lionel Stoléru.

17 Idem.

18 Député-maire communiste d'Aulnay-Sous-Bois.

19 « Stoléru parce que ce n’était pas un mec facile, ce n’était pas un mec facile mais en même temps c’était un gars qui avait des convictions. (...) Je me souviens d’une manif noire du côté de l’Ardèche où on recevait des paquets de tracts non déficelés (...) Mais il se dégonflait pas au milieu de hurlements il continuait son discours ». Entretien (2004), André Burgos, directeur de cabinet de Lionel Stoléru (1976-1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Laurens, « Dans les pas d’un ministre, dans les rouages d’un ministère », Temporalités [En ligne], 23 | 2016, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3431 ; DOI : 10.4000/temporalites.3431

Haut de page

Auteur

Sylvain Laurens

Maître de conférences à l’EHESS
Chercheur au CSE-CESSP (UMR 8209)
École des Hautes Études en Sciences Sociales
190-198 avenue de France
75 013 Paris
laurens@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page