Skip to navigation – Site map
Lire

Cécile van de Velde, Sociologie des âges de la vie

Paris, Armand Colin (128 Tout le savoir), 2015
Beate Collet
Bibliographical reference

Cécile van de Velde, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin (128 Tout le savoir), 2015

Full text

1La temporalité est bien au cœur de la réflexion de cet ouvrage, mais elle est presque invisible, tant les autres termes temporels (vie, parcours, étape, trajectoire etc.) sont omniprésents. Très vite, s’impose la question de savoir si cette Sociologie des âges de la vie qui, selon l’auteur, veut « penser l’organisation sociale du temps et l’évolution des existences humaines » (p. 6), est un champ thématique ou bien une sociologie générale. L’ouvrage en présente les enjeux, à la fois son renouveau théorique et les résultats empiriques majeurs, quantitatifs et qualitatifs. Conformément à l’intention de cette collection, il fournit un outil précieux aux chercheurs et aux étudiants.

2Le livre est structuré en trois grandes parties. La première, essentielle, est théorique, les deux suivantes reviennent sur les travaux de référence de l’espace francophone et aussi anglophone, dont les grandes enquêtes internationales.

3Dans la première partie, Cécile van de Velde fait dialoguer trois paradigmes distincts : celui qui pense les âges, celui qui analyse les parcours et celui qui aborde la vie par le biais des générations. Ce faisant, elle dégage leurs présupposés théoriques, leurs choix méthodologiques, voire même les conceptions normatives sous-jacentes. Le prisme des âges a dominé la sociologie jusqu’à la fin des années 1980, les travaux qui ont suivi privilégient, quant à eux, des analyses plus dynamiques et plus individualisés (parcours) ou font plus explicitement le lien avec des périodes historiques et sociales (génération).

4Les âges projettent un ordre prédéfini d’étapes, les mêmes pour tous, qui se succèdent « comme des segments sur la ligne droite du temps » (p. 9) : la jeunesse, l’âge adulte et la vieillesse. Ces âges s’agencent en cycles de vie et connaissent des seuils qui marquent les passages : la décohabitation parentale, le mariage, l’arrivée du premier enfant, la fin de l’activité professionnelle. L’analyse des travaux révèle que ces étapes prennent sens en référence exclusive à la vie professionnelle comme un avant (jeunesse) et un après (retraite). Méthodologiquement, ce sont des classes d’âge qui ont été établies en combinant l’âge biologique et des critères de statut, l’appartenance à des groupes prédéfinis : les jeunes, les seniors… sans toujours expliciter la cohérence interne d’une tranche d’âge. Bien que les études constatent progressivement l’arasement des seuils ou l’apparition d’un nouvel âge, le schème directeur reste le cours de la vie.

5Le prisme des parcours est radicalement différent : le cours de la vie n’est pas une succession d’âges à traverser, mais un parcours individuel à construire. L’analyse fait une place plus grande aux mobilités familiales, professionnelles et spatiales et à la perception subjective des étapes traversées. Ce nouveau paradigme opère aussi un glissement de vocabulaire : au lieu d’âges, on parlera de biographies, aux cycles sont substitués les parcours, les seuils cèdent leur place aux processus avec ses crises et ses bifurcations. Les frontières sociales des grandes étapes sont remises en cause, remplacées par une lecture moins collective, plus fluide et plus diversifiée. La méthodologie est nouvelle, rétrospective ou longitudinale, consistant « à suivre les individus tout au long de leurs parcours » (p. 21). Les enquêtes sont qualitatives, par entretiens biographiques, mais aussi quantitatives, notamment sous forme de panels. Les approches « parcours de vie » (life course) qui se développent depuis les années 1990 analysent, notamment en sociologie, l’inscription dans des univers sociaux, normatifs et politiques. Les âges deviennent des temporalités qui peuvent se superposer, s’interrompre ou se cumuler qui peuvent donner lieu à des conversions identitaires ou à des bifurcations (turning points) à n’importe quel moment de la vie. Des parcours deviennent réversibles, qu’ils soient provoqués ou subis par l’individu, et articulent les différentes sphères d’activités – intime, familiale et professionnelle (p. 25). Les âges de la vie sont désormais interrogés comme des identités à construire pour lesquelles l’autonomie, la mobilité et la réalisation de soi deviennent des prismes de lecture indispensables. Des analyses plus précises permettent de différencier les expériences sociales en fonction de l’appartenance sociale, du genre ou du contexte politique et national.

6Le concept de génération, quant à lui, permet d’analyser les vies individuelles dans leur dimension sociohistorique afin de mieux penser l’évolution de nos sociétés. Toutefois, et l’auteure le souligne à juste titre, ce concept reste à géométrie variable. D’abord il désigne une cohorte, c’est-à-dire un groupe de personnes ayant le même âge à une même période ou lors d’un même événement. Les analyses se font ensuite à l’intérieur d’une même ou entre différentes cohortes. On parlera d’un effet de cohorte quand « une caractéristique distinctive d’une cohorte se maintient au fil du temps » (p. 31) comme l’on a pu le constater pour les comportements culturels en lien avec les innovations technologiques. L’approche de Karl Mannheim permet d’introduire une dimension plus subjective, la conscience de participer à un destin commun susceptible de provoquer le changement social. Une troisième définition s’intéresse aux générations familiales, ayant pour objet d’étude la transmission ou les solidarités entre parents et enfants. Les études qui s’intéressent aux générations relèvent généralement les inégalités intra- ou intergénérationnelles et font le lien avec les modes de régulation politiques à certaines périodes historiques et dans certains contextes nationaux.

7La discussion théorique très féconde de cette première partie pose résolument les jalons pour une meilleure compréhension de la portée des travaux empiriques exposés dans les deux autres parties du livre. Il est néanmoins regrettable qu’elle n’intègre pas davantage les débats qui ont été menés sur ces questions dans différents numéros de la revue Temporalités depuis ses débuts (n° 2 « Générations », n° 6/7 « Transmettre », n° 11 « Les parcours individuels dans leurs contextes », n° 20 « Varia »).

8En gardant l’idée d’une existence humaine en trois grandes phases, la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, l'accent est mis dans la deuxième partie sur la diversité des parcours individuels en fonction des différents déterminants sociaux. Cependant, la jeunesse est globalement caractérisée par la quête de l’autonomie bien qu’elle s’acquiert différemment selon le niveau d’études ou le milieu social. En revanche, les études concernant l’âge adulte font état de multiples changements désormais possibles à cette période de la vie qu’ils soient conjugaux, familiaux ou professionnels. Cependant, les bifurcations ont un prix et ne sont pas également accessibles à tous. Les enquêtes révèlent que « la période du milieu de la vie frappe effectivement par l’intensité et la pression temporelle » (p. 69), précisément en raison du croisement des calendriers professionnels et familiaux, bien distincts selon qu’on soit femme ou homme. L’âge de la retraite, quant à lui, est d’abord marqué par un regain d’activités et ce le plus longtemps possible : voyages, loisirs, recompositions conjugales, intensification des rôles familiaux en tant que grands-parents. Avec la dépendance s’accentuent ensuite les fragilités et les inégalités pour les moins entourés et les plus démunis.

9La lecture des âges de la vie au prisme des travaux empiriques des vingt dernières années révèle certes la diversification des expériences individuelles et l’élargissement des possibles, mais elle montre aussi que l’existence dans les sociétés occidentales est pensée comme une ligne ascendante d’abord et déclinante ensuite car la fin de vie rime avec dépendance et dévalorisation sociale (p. 89).

10La troisième partie est originale dans la mesure où elle complète le panorama des études empiriques par des comparaisons internationales. Le temps des contextes historiques et politiques est une temporalité nettement plus longue et surtout collective. Elle révèle la part d’inertie des parcours individuels et leur lien avec les politiques publiques et les normes sociales et culturelles qui s’imposent au-delà du désir d’autonomie ou de la construction identitaire. Les régimes d’État-providence proposés par Gosta Esping-Andersen (1999 pour la traduction française) sont judicieux pour expliquer les différences nationales des parcours.

11Ainsi dans le modèle social-démocrate, dit « scandinave », l’État par ses mesures et son soutien financier contribue à individualiser la population à tous les âges de la vie. Il la soutient dans son indépendance par rapport à la famille, au moment de la décohabitation ou pour soutenir l’activité professionnelle des femmes, par le maintien en emploi (« flexisécurité »), la prise en charge de la dépendance au moment du grand âge. Le modèle comporte toutefois aussi ses limites et ses inégalités qui se sont révélées tout particulièrement au moment de la crise, entendons celle des années 2000, pour laquelle l’auteure n’apporte pas plus de précisions ; mais les taux de pauvreté et de chômage restent parmi les plus faibles de l’Europe.

12Le modèle plus libéral, qui a cours sur le continent américain, en Australie et dans une moindre mesure au Royaume Uni promeut « la figure de l’individu indépendant, émancipé non pas par l’État, mais plutôt par le marché de l’emploi » (p. 100). Les politiques valorisent l’autofinancement des parcours, soutenus par une forte idéologie de l’indépendance individuelle. La centralité de l’emploi crée des fragilités particulières aux périodes inactives de la vie. Les taux d’endettement des ménages sont parmi les plus fort au monde. L’État ou la famille n’interviennent qu’en dernier recours.

13Le modèle conservateur ou bismarckien de l’Europe continentale mise sur la préservation des statuts professionnels et familiaux avec une protection forte de l’emploi tout en s’appuyant sur les solidarités familiales. L’État intervient pour consolider l’intégration dans le groupe, qu’il soit familial ou socioprofessionnel, c’est dans ce sens qu’il est corporatiste. Ce modèle marqué par « une tension entre autonomie individuelle et interdépendances effectives » a révélé sa fragilité au moment de la crise. Par son fonctionnement segmenté en statuts, il crée des poches de vulnérabilité à certaines périodes de la vie, notamment si l’acteur attendu – la famille – n’est pas au rendez-vous. Des différences notables caractérisent toutefois la France et l’Allemagne qui au-delà du même modèle de protection sociale, s’appuient sur des rôles sexués et des conceptions familiales fort différentes.

14Le recours aux solidarités familiales est exacerbé dans les pays de l’Europe du Sud. Le modèle de protection sociale qui donnait déjà un rôle privilégié et prioritaire à la famille se mue en familialisme incontournable en temps de crise. Signes infaillibles : peu de structures de garde pour la petite enfance, cohabitation intergénérationnelle des jeunes et des personnes âgées dépendantes, faible indemnisation du chômage. À la faiblesse des ressources et structures de l’État s’ajoute la limitation relative des ressources issues de l’emploi, notamment pour les jeunes adultes et les femmes. Les mouvements sociaux de ces dernières années ont particulièrement mis en exergue la tension des jeunes générations entre un désir d’autonomie et cette dépendance vis-à-vis de la famille.

15Cette dernière partie montre bien comment les parcours individuels sont influencés par les contextes historiques, les politiques sociales et les normes et habitudes. Elle souligne dans ces temps de crise à quel point les politiques sociales et les ressources mobilisées pour les réaliser infléchissent les possibilités individuelles de faire des choix de vie à tout âge.

16Nous suivons l’auteure sur le credo exprimé en conclusion : la sociologie des âges de la vie est une sociologie politique car la marge de manœuvre de l’individu est cernée par son cadre de vie. Nous regrettons toutefois que l’idée de la crise, qu’elle soit personnelle, économique ou politique, ne soit pas plus amplement développée et que l’auteure ne revienne pas plus explicitement sur les temporalités. Cette sociologie des âges de la vie proposée par Cécile van de Velde révèle non seulement les enjeux contemporains de l’existence aux différents âges de la vie, mais articule également différentes temporalités, celles liées au parcours individuel, celles inscrivant les individus dans des groupes et celles plus historiques et politiques sur fond de la trame que la vie biologique impose par le développement de l’enfant et le vieillissement.

17C’est une sociologie générale, non pas centrée sur des thématiques précises, mais sur le déroulement de l’existence. Elle relève d’un courant individualiste qui laisse la place à l’initiative personnelle, mais donne de l’importance aux structures sans pour autant déterminer l’existence des individus tout entière.

Top of page

References

Electronic reference

Beate Collet, « Cécile van de Velde, Sociologie des âges de la vie », Temporalités [Online], 23 | 2016, Online since 10 October 2016, connection on 28 March 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3449

Top of page

About the author

Beate Collet

Université Paris-Sorbonne, GEMASS
Beate.Collet@paris-sorbonne.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page