Skip to navigation – Site map
Séminaires

Temporalités sociales

Compte rendu du séminaire organisé le 21 avril 2016 à Montpellier III
Raphaël Ramos

Full text

1Dans le cadre de ses activités, l’Institut de Recherches Sociologiques et Anthropologiques de l’université Paul-Valéry a organisé un séminaire sur les temporalités sociales qui s’est tenu le 21 avril 2016, à Montpellier.
Voici le compte rendu de cette journée.

2Comme le rappelle Jean-Bruno Renard dans sa présentation, l’IRSA est l’un des laboratoires partenaires de Temporalités. Cette équipe soutient en effet la revue depuis l’origine, poursuivant ainsi ce qu’elle avait déjà fait dans les années quatre-vingt-dix pour le Bulletin des Temporalistes.

3Au programme du séminaire figurent quatre communications sur des thèmes se rapportant diversement aux Time Studies : l’écologie temporelle (Thierry Paquot), le temps de travail (Jens Thoemmes), les représentations temporelles (Jean-Marc Ramos), et le conflit de temporalités (Patrick Tacussel).

  • 1 Barbara Adam. “The Multiplicity of Times : contributions from the Tutzing time ecology Project”, Ti (...)
  • 2 William Grossin. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarè (...)
  • 3 Henri Lefebvre, Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes, Paris, Éditio (...)
  • 4 Thierry Paquot est l’auteur de l’article sur l’écologie temporelle dans le Dictionnaire de la pensé (...)

4Le projet de l’écologie temporelle mérite d’être précisé. La protection des espaces et des rythmes naturels est au centre de cette approche qui s’est développée dans les années 2000, principalement dans les pays anglo-saxons, à partir de la conférence annuelle de Tutzing et des travaux fondateurs de Barbara Adam qui lui sont liés1. En revanche, on connaît moins la tentative de William Grossin pour rallier des chercheurs français à ce programme transdisciplinaire2. Thierry Paquot est l’un de ceux-là. Ce philosophe de l’urbain, « rapsode de L’Esprit des villes » comme il aime à se présenter, s’est forgé une solide réputation de spécialiste du développement raisonné des villes à travers ses nombreuses activités, comprenant des publications (livres et revues dont L’Esprit des villes) mais aussi diverses responsabilités dans les milieux de l’édition (d’abord chez Maspero, puis à La Découverte et chez L’Harmattan, etc.) comme dans la production radiophonique (France Culture). Dans son intervention d’aujourd’hui, il propose de reprendre la question des rythmes sous une forme plus existentielle, en la rapportant à l’humain. Chez T. Paquot, l’intérêt pour les rythmes (ceux que produisent la nature et la civilisation) est en relation avec un parcours personnel riche en rencontres et découvertes intellectuelles. Très proche d’Henri Lefebvre, dont la théorie des rythmes a été exposée dans un livre posthume3, il rappelle que le concept de rythmanalyse trouve son origine chez Gaston Bachelard. Ce néologisme qui donne le titre de son chapitre conclusif dans La dialectique de la durée (Boivin, 1936), marque le point de départ de la réflexion sur le pluralisme temporel, un paradigme qui s’imposera par la suite dans beaucoup d’autres disciplines. Fort de ces références, T. Paquot développe une critique de l’écologie temporelle où il discute de la prédominance des rythmes environnementaux qui sont certes naturels mais exogènes par rapport à l’humain4. Il défend en effet l’idée d’une écologie temporelle plus réceptive aux périodicités existentielles, celles qui se manifestent dans la vie quotidienne à travers les rythmes du corps et les régimes de sociabilité. Ces rythmes-là sont tout aussi fondamentaux que ceux des écosystèmes, de la biodiversité, des saisons et du climat. Ils méritent donc d’être protégés, c’est-à-dire d’être traités écologiquement de la même manière que les rythmes environnementaux, avec le même intérêt pour leurs propriétés et une pareille attention pour leur rôle dans l’existence. Finalement l’écologie existentielle de T. Paquot s’accorde assez bien avec la dialectique des rythmes, telle que Lefebvre la concevait dans sa Rythmanalyse. En considérant les rythmes propres de l’homme (biologiques et relationnels) pour mieux les protéger des rythmes construits par son intelligence (industriels, institutionnels, etc.), l’écologie temporelle devrait pouvoir évoluer vers une conception mieux incarnée, plus proche de l’humain, en corrigeant son tropisme exogène, lié trop souvent aux seuls intérêts environnementaux.

  • 5 Thierry Paquot et Jens Thoemmes sont respectivement les auteurs des notices sur Jean-Marie Guyau et (...)
  • 6 Voir plus haut à propos de La dialectique de la durée.
  • 7 Telle est la formule d’Alfred Fouillée dans l’introduction du livre posthume de Jean-Marie Guyau (L (...)
  • 8 On sait que, Jean-Marie Guyau utilisait le modèle du phonographe récemment inventé pour décrire le (...)

5La communication suivante concerne le livre qui est à l’origine de cette journée, La construction de « l’idée de temps ». Archives françaises (1876-1909), paru en début année aux Éditions Octarès. Jean-Marc Ramos, qui en a dirigé la publication, rappelle que les deux conférenciers invités font partie des contributeurs les plus en vue de ce livre5. L’ouvrage dont l’apport se veut à la fois pédagogique et scientifique, se présente comme une anthologie de textes sur le temps et les temporalités qui ont été rassemblés en vue d’intéresser les sciences humaines et sociales. Ce premier volume est consacré aux archives de la pensée fin de siècle. Il s’ouvre sur une Revue d’arguments qui, après avoir examiné les diverses conceptions de l’idée de temps, s’interroge sur les enjeux et conséquences de ce débat pour hier et aujourd’hui. Dans quelle mesure cette discussion est-elle responsable des clivages disciplinaires qui se manifestent dès la fin du XIXe siècle au moment de la formation des sciences humaines et sociales, particulièrement dans la division entre la philosophie, la psychologie et la sociologie ? La seconde question que pose ce corpus documentaire concerne un autre type de clivage, celui de la conception du temps et des particularités qui discriminent la pensée savante des représentations ordinaires. Quelles conclusions peut-on tirer de la comparaison entre le sens commun et la particularisation du sens ? La communication de J-M. Ramos nous apporte des éléments de réponses à ces deux questions. En premier lieu, le traitement des archives qui repose sur une analyse comparée des 11 textes du corpus documentaire, ne permet pas de dégager une théorie générale du temps. L’idée de temps se présente donc comme une notion générique soumise à un examen particulier, celui que propose chaque auteur, plus ou moins soucieux de l’intégrer dans un projet de reconnaissance disciplinaire. Si cette notion est bien discriminante, elle ne suscite pas pour autant de véritable analyse ou discussion des autres points de vue. Sur le plan épistémologique, la réflexion sur la multiplicité temporelle n’est pas encore à l’ordre du jour même si l’on peut relever, dès cette époque et principalement chez les psychologues, une sensibilité à certains marqueurs d’hétérogénéité temporelle. On voit donc germer l’idée du pluralisme temporel dans certains textes, mais cette proposition est encore trop empirique pour pouvoir dépasser le cadre de l’observation intradisciplinaire et être largement partagée. Bref, le paradigme n’est pas encore théorisé. Il ne le sera que dans les années 1930, sur la base des arguments fournis par Gaston Bachelard6. En revanche le clivage entre la psychologie et la sociologie qui se met en place, dès la fin du XIXe siècle avec le développement de stratégies institutionnelles visant l’autonomie disciplinaire, va profondément marquer la conception savante du temps. Ce clivage est bien scientifique car il oppose les deux approches sur la question des processus intervenant dans la formation des représentations temporelles (psychogenèse vs sociogenèse). Pour les psychologues, l’idée de temps est le résultat de la maturation biologique et du développement intellectuel. Tout se passe dans la boîte crânienne7. Pour les sociologues au contraire, la construction de l’idée de temps n’est l’œuvre d’aucune pensée particulière mais le fruit du travail des générations. Selon les Durkheimiens, cela se traduit par une représentation collective – une forme de connaissance culturellement et historiquement marquée mais socialement construite et partagée – dont la matrice n’est plus la boîte crânienne mais la religion. Quant à la comparaison de la pensée ordinaire et de la pensée savante, elle nous renseigne sur la sémantique de l’idée de temps et nous montre l’existence d’un même opérateur qui semble intervenir comme une nécessité dans les deux modes de représentation. En effet, dans le langage courant comme dans le discours scientifique, il paraît difficile d’exprimer l’idée de temps sans passer par la médiation sémantique de la métaphore. L’évocation par l’image est en effet une condition pour pouvoir parler du temps dans des conditions normales de communication (cas de la conversation). L’élément liquide est alors associé à l’idée de temps comme en témoigne le lexique temporel de la langue française. Il est plus surprenant de voir intervenir la métaphore dans le discours scientifique. C’est pourtant bien sur la base du raisonnement analogique, élevé au rang de méthode par les philosophes de l’entre-deux siècles, que furent élaborés les paradigmes les plus marquants de l’époque pour parler du temps. Qu’il s’agisse de Bergson à propos la pure durée ou de Guyau décrivant le mécanisme de la mémoire8, la référence musicale - mélodique ou simplement sonore - constitue une composante du discours scientifique qui donne à l’idée de temps une sorte définition par l’image de. En somme, le recours à la métaphore serait le moyen le plus usité – mais peut-être aussi la meilleure façon – de faire face à la difficulté de dire et penser le temps.

6Après cet exposé sur les origines de la recherche temporaliste française en sciences humaines et sociales, la parole est donnée à Jens Thoemmes pour une présentation de ses activités scientifiques, à la fois comme directeur de la revue Temporalités et comme responsable d’un programme de recherche sur le temps de travail. Il aborde l’activité éditoriale en rappelant le rôle joué par Claude Dubar, le fondateur de la revue décédé en novembre 2015 à qui il rend hommage pour le travail accompli pendant les onze années où il en fut le directeur. Le lancement de Temporalités date en effet de janvier 2004, cette nouvelle revue scientifique ayant été conçue pour prendre le relais du bulletin des Temporalistes créé vingt ans plus tôt par William Grossin. La collection comprend à ce jour vingt-deux numéros et plus d’une centaine d’articles qui créditent cette revue transdisciplinaire d’une très bonne reconnaissance dans les milieux scientifiques. Elle peut donc désormais rivaliser, en qualité comme en productivité, avec les deux autres revues spécialistes du champ que sont Time & Society fondée en 1992 et KronoScope lancée en 2001. J. Thoemmes entend poursuivre l’activité éditoriale en valorisant la pluridisciplinarité des contenus et en renforçant la visibilité internationale de la publication tout en conservant sa spécificité de revue de langue française. Telles sont les ambitions de Temporalités et les objectifs de son nouveau directeur qui annoncent pour cette revue de nouveaux développements. L’un des thèmes centraux de la recherche sur les temporalités est classiquement le temps de travail. J. Thoemmes qui en est l’un des meilleurs spécialistes nous donne un aperçu de l’histoire de la norme temporelle de travail. Ainsi relève-t-il principalement deux périodes marquantes dans la capitalisation du temps de travail : de 1841 à 1936 et de 1980 à 1990. La première époque se caractérise globalement par un mouvement à la baisse du temps de travail dont les étapes les plus marquantes sont la réduction de la journée de travail qui passe de plus de 13 heures à 8 heures, l’instauration du repos hebdomadaire en 1906 qui atteindra deux jours en 1936, et la même année le vote de la loi sur les congés payés qui va permettre de libérer deux semaines. Ces acquis seront prolongés par de nouvelles avancées après la guerre. Quant à la seconde période qui commence dans les années 1980 pour J. Thoemmes., elle est marquée par un éclatement du temps de travail dont les effets se manifestent en termes d’horaires (perte de centralité), de flexibilité (dépendance vis-à-vis des marchés) et de rythme (intensification du travail). Ces évolutions vont dans le sens d’une individualisation du temps de travail qui peut être vue comme une mise en cause de la norme collective. C’est dans ce contexte que sont nés les comptes épargne temps (CET) auxquels s’intéresse particulièrement J. Thoemmes. Ses recherches en cours tirent profit d’un matériau mixte composé d’accords d’entreprise (896 accords) et d’entretiens réalisés auprès de salariés (50 entretiens semi-directifs) dans le but d’établir une comparaison internationale entre la France et l’Allemagne. À ce jour, l’analyse des données limitée à la France a permis de dégager quatre profils qui témoignent d’attitudes diversifiées dans la manière de gérer les CET. On y remarque l’effet discriminant du genre et du statut professionnel. Les surtravailleurs qui s’investissent beaucoup professionnellement et qui utilisent peu leur CET sont principalement des hommes, comme les planificateurs qui capitalisent du temps en vue de réaliser des projets en dehors de la vie professionnelle, tel un grand voyage. Ces deux groupes plutôt masculins se différencient également de par leur fonction car les premiers sont plutôt des cadres et les seconds des ouvriers. On retrouve également des hommes dans les deux derniers profils attitudinaux mais les femmes y semblent beaucoup mieux représentées. Elles sont reconnues comme des optimisateurs(trices), dont le profil est plus fréquent chez les cadres, quand elles cherchent à convertir leur temps en argent ou comme des sceptiques, mieux représentés chez les ouvrières, quand elles semblent capitaliser du temps malgré elles, sans être en mesure l’utiliser avec profit ou à leur guise. À ce stade de l’étude, avant l’apport des données allemandes, les résultats ne concernent que les effets du CET dans la population française. On constate que ce dispositif, conçu pour permettre une individualisation du temps de travail, ne provoque pas, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, une atomisation des temporalités. En revanche, il crée de nouvelles possibilités de désynchronisation dans les rythmes sociaux. Ainsi se forme une sorte de clivage entre ceux qui peuvent ou savent profiter du dispositif et ceux qui en sont exclus. De telles observations pourraient conduire à une redéfinition des divisions sociales sur la base du rapport aux temps hérités de la société industrielle.

  • 9 Patrick Tacussel. L’attraction sociale. Paris, Librairie des Méridiens, 1984, p. 98.
  • 10 « La régionalisation de la conscience collective commence à prendre forme à partir des Règles de la (...)
  • 11 Georges Gurvitch. La multiplicité des temps sociaux. Paris, Cours de Sorbonne, 1958. Ce texte a été (...)

7Le dernier mot revient au Directeur de l’IRSA, l’hôte de ce séminaire. En tant qu’historien de la sociologie, Patrick Tacussel s’est intéressé aux utopies sociales du XIXe, et plus particulièrement au rôle de l’imaginaire dans les visées programmatiques de la sociologie. Aujourd’hui il s’interroge sur un conflit de temporalités qui affecte les représentations et qu’il désigne sous le nom de conscience dissimultanée. Ce concept qu’il emprunte à Ernst Bloch, définit « un état de la conscience qui n’est pas synchrone avec le temps »9, tel un groupe social dont le mode de pensée ne permettrait pas de comprendre les avancées du monde moderne, et conséquemment d’utiliser à son avantage le développement technologique. Il s’agit par conséquent une conscience accrochée au passé qui correspondrait chez les Durkheimiens à une « régionalisation de la conscience collective »10. Les cas de non-contemporanéité, lorsqu’ils deviennent problématiques comme dans l’exemple précédent où un dysfonctionnement dans le corps social peut devenir une source d’aliénation sociologique, relèvent bien d’un conflit de temporalités, c’est-à-dire ici d’un rapport au temps différent de l’esprit du temps. C’est dans ce cadre théorique que s’inscrit la communication de P. Tacussel puisqu’il nous propose une « typologie provisoire des formes de conscience dissimultanée » organisée selon cinq axes principaux où chaque dimension est illustrée d’une définition par l’exemple : la dissimultanéité pratico-utopique (le volontarisme révolutionnaire qui surprend le cours de l’histoire), la dissimultanéité symbolique-onirique (l’esthétique surréaliste qui rompt brutalement avec les règles de l’art académique), la dissimultanéité technico-scientifique (l’intuition du chercheur qui renverse une théorie bien assise), la dissimultanéité culturelle anticipatrice (quand une fiction préfigure ce qui va advenir) et la dissimultanéité émotionnelle (quand le moment vécu sous la forme du souvenir ou de l’affliction résiste au temps qui passe). Cette modélisation présente plus d’un point commun avec celle de Georges Gurvitch soucieux de définir le rapport au temps à partir de sa notion de « palier ». L’ensemble des « paliers » qui représentent pour ce dernier les niveaux en profondeur de la société, constitue le principe organisateur de son paradigme sur la multiplicité des temps sociaux11. Il distingue ainsi huit « genres de temps sociaux » résultant d’un effet ou d’un défaut synchronisation, tel le temps « trompe-l’œil » ou temps-surprise qui « cache des virtualités de crises brusques », ou encore le temps en retard sur lui-même et le temps en avance sur lui-même qui concernent plus particulièrement les modes de pensée et les idéologies. On remarquera que dans la définition originelle qui nous est rappelée par P. Tacussel, la dissimultanéité correspond à un défaut de conformité, principalement dans l’ordre synchronique, ce que la notion durkheimienne de régionalisation montre peut-être plus clairement : les représentations singulières du groupe comparées à l’ensemble de la population s’inscrivent dans la même unité de temps. Sur un plan formel, cette conception du décalage centrée sur la synchronicité des points de comparaison peut paraître trop restrictive pour contenir toutes les situations où se manifeste un conflit de temporalités. Il existe en effet des cas de variabilité dans l’ordre diachronique qui empêchent des temps représentés de se réaliser. En suivant P. Tacussel sur son terrain de recherche, on pense alors à la conscience utopique qui procède d’un conflit de temporalités quand la conception quasi prophétique du futur est mise à mal par une présentification inattendue. Si la vision procède d’une certaine cohérence, l’harmonie entre l’anticipation et l’actualisation est troublée parce que le cours du temps charrie des événements qui interviennent, souvent de manière imperceptible, pour déjouer les plans les plus assurés, les annonces les plus certaines ou les hypothèses les plus probables. Dès lors, le problème qui se pose pour la conscience dissimultanée comme pour la conscience utopique est bien le même, celui d’un décalage dans les modes de pensées. Mais le conflit de temporalités qui en résulte doit s’expliquer différemment. On parlera plutôt de déphasage quand le conflit s’inscrit dans l’ordre synchronique (comparaison intratemporelle) ; c’est le cas pour la conscience dissimultanée – entendue ici selon la définition princeps – lorsque certaines représentations sont en retard sur l’esprit du temps. En revanche, si le conflit se manifeste dans l’ordre diachronique (comparaison intertemporelle), comme on l’observe pour la conscience utopique lorsque les projections sur l’avenir sont contredites par la réalité du temps présent, il paraît plus juste de parler de discontinuité. En somme, la discussion sur la nature du décalage temporel (synchronie vs diachronie) nous amène à souligner une différence importante entre les notions de temps et de temporalité. Le temps est une variable dynamique qui expose les événements s’inscrivant dans son cours à des décalages entre un avant et un après. Une temporalité est un rapport au temps, plus précisément un état de conscience dans nos exemples qui peut faire l’objet d’une comparaison intratemporelle (il est alors discriminant dans l’ordre synchronique) et d’une comparaison intertemporelle pour montrer les effets du temps qui passe (il n’est donc pas stabilisé dans l’ordre diachronique). Il n’existe qu’un seul temps mais une grande diversité de rapports au temps. C’est pourquoi la « typologie provisoire des formes de conscience dissimultanée » proposée par P. Tacussel peut être considérée comme une proposition intéressante en vue d’une modélisation qui s’attacherait au repérage et l’action des temporalités dans la sphère sociocognitive.

8Finalement, ce séminaire aura permis de montrer, à travers les différents thèmes abordés, la vitalité de la recherche sur les Temporalités sociales mais aussi l’utilité, reconnue par tous les participants, d’une discussion attentive aux échanges transdisciplinaires. Gageons que des manifestations comme celles-ci, alliées au travail en profondeur réalisé au sein de la revue Temporalités, permettront aux études temporalistes de poursuivre leur avancée sur de bonnes voies. C’est sur ces propos de Jean-Bruno Renard que s’achève la journée montpelliéraine.

Top of page

Notes

1 Barbara Adam. “The Multiplicity of Times : contributions from the Tutzing time ecology Project”, Time & Society, 2001 10 (1), 349-350.

2 William Grossin. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarès éditions, 1996.

3 Henri Lefebvre, Éléments de rythmanalyse. Introduction à la connaissance des rythmes, Paris, Éditions Syllepse, 1992.

4 Thierry Paquot est l’auteur de l’article sur l’écologie temporelle dans le Dictionnaire de la pensée écologique publié sous la direction de Dominique Bourg et Alain Papaux (PUF, 2015).

5 Thierry Paquot et Jens Thoemmes sont respectivement les auteurs des notices sur Jean-Marie Guyau et Paul de Rousiers qui figurent dans l’anthologie.

6 Voir plus haut à propos de La dialectique de la durée.

7 Telle est la formule d’Alfred Fouillée dans l’introduction du livre posthume de Jean-Marie Guyau (La genèse de l’idée de temps. Paris, Alcan, 1890).

8 On sait que, Jean-Marie Guyau utilisait le modèle du phonographe récemment inventé pour décrire le fonctionnement de la mémoire : l’évocation des souvenirs est comparable à l’aiguille qui parcourt les sillons pour restituer le son.

9 Patrick Tacussel. L’attraction sociale. Paris, Librairie des Méridiens, 1984, p. 98.

10 « La régionalisation de la conscience collective commence à prendre forme à partir des Règles de la méthode sociologique [Durkheim, 1895] ; à côté de la conscience collective caractérisée par une société politique et non plus par un peuple, apparaissent d’autres consciences propres à ces groupes émetteurs de connaissances que seraient les églises, les corporations, les écoles littéraires, etc. » (Gérard Namer. La sociologie de la connaissance chez Durkheim et les Durkheimiens, L’Année sociologique, 1977, vol. 28, p. 45)

11 Georges Gurvitch. La multiplicité des temps sociaux. Paris, Cours de Sorbonne, 1958. Ce texte a été repris par la suite dans le second tome des différentes éditions de La vocation actuelle de la sociologie (Paris, PUF).

Top of page

List of illustrations

URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3450/img-1.jpg
File image/jpeg, 411k
Top of page

References

Electronic reference

Raphaël Ramos, « Temporalités sociales », Temporalités [Online], 23 | 2016, Online since 13 October 2016, connection on 25 April 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3450

Top of page

About the author

Raphaël Ramos

Secrétaire de séance
ATER en Histoire contemporaine
Université Paul-Valéry – Montpellier III

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page