Skip to navigation – Site map

Dynamiques temporelles et sérendipité dans les recherches contemporaines

Temporal Dynamics and Serendipity in Contemporary Research
Dinámicas temporales y serendipia en las investigaciones contemporáneas
Ghislaine Gallenga and Gilles Raveneau

Full text

1Sérendipité et temporalité. Voilà deux termes faits a priori pour s’entendre, mais dont l’association reste pourtant obscure au novice. Sérendipité en particulier, malgré un succès d’estime ces dernières années, n’est pas encore un terme très usité. Il évoque le hasard, bien sûr, mais aussi la sagacité, l’esprit de curiosité, l’agilité, la disponibilité mentale, bref tout ce qui permet de rester à l’affût du neuf et du surprenant. De quoi s’agit-il à l’origine et d’où provient ce terme étrange ?

2L’origine du terme vient d’un vieux conte persan qui a circulé sous différentes versions entre l’Inde et le Moyen-Orient et d’un livre d’Amir Khosrow Dehlavi, poète persan du XIVe siècle (Voyages et aventures des Trois princes de Sérendip), où trois frères du royaume de Serendip – l’île de Ceylan de l’époque – partent sur les routes pour consulter un devin afin de régler un problème d’héritage et émerveillent leurs hôtes par leur capacité à dénicher des indices pour résoudre les énigmes les plus ardues. Finalement, les trois frères se révèlent plus savants que le devin et lui font découvrir sa propre origine. Lorsqu’il arrive en Europe au XVIe siècle dans un recueil de nouvelles persanes, le conte rencontre un succès et fait l’objet de traductions et de réécritures. C’est ainsi qu’Horace Walpole forgea le néologisme serendipity en 1754, à partir de la version que donne le Chevalier de Mailly (2011 [1719]) du conte persan, comme « la faculté de découvrir par hasard et sagacité des choses que l’on ne cherchait pas » (Catellin, 2014, p. 25). Mais le motif du conte ne retient pas seulement l’attention de Walpole, mais également celle de Voltaire au XVIIIe siècle. Ce dernier en tire une adaptation bien connue dans son conte philosophique Zadig ou la destinée (2015 [1748]). Le philosophe transforme l’art de l’interprétation en méthode d’enquête rationnelle et démontre la capacité heuristique du raisonnement indiciaire (Catellin, 2016, p. 81) car, pour Voltaire, rien n’est dû au hasard et il n’existe pas. « Le hasard n’est rien ; il n’est point de hasard. Nous avons nommé ainsi l’effet que nous voyons d’une cause que nous ne voyons pas. », écrit-il en 1771 (Voltaire, 1994).

3C’est une autre perspective qui guide Horace Walpole lorsqu’il invente le mot. Fondateur du roman gothique, il est critique vis-à-vis du rationalisme des Lumières et promeut l’imagination comme facteur essentiel à toute forme d’invention et de création. La serendipity cristallise pour lui la manière dont il découvre et invente les histoires et les phénomènes par association d’idées, par analogie et imagination. Là où Voltaire analyse, mesure et relie les données d’observation, Walpole propose un raisonnement inductif et imaginatif et se laisse guider par son intuition. Alors que Voltaire rationalise le processus de découverte, Walpole souligne son caractère inattendu (Catellin, 2016, p. 82). Les deux auteurs du XVIIIe siècle synthétisent à eux seuls la double polarité du concept de sérendipité qui retiendra l’attention par la suite des chercheurs au XXe siècle et qui nous intéresse dans ce numéro : la sagacité et le hasard. La sagacité et la curiosité sont du côté de la raison et de la conscience alors que le hasard et l’accident sont du côté des idées incidentes et du non conscient.

La sérendipité, une théorie de moyenne portée ?

4La sérendipité se trouve donc au cœur d’une tension entre la raison et l’imagination et son pouvoir heuristique découle de cette interférence. Le concept synthétise donc les découvertes faites par accident et sagacité et en vient à signifier « la faculté de découvrir par hasard et sagacité des choses que l’on ne cherchait pas » (Catellin, 2014, p. 25) ou encore comme « la découverte par chance ou sagacité de résultats valides que l’on ne recherchait pas » (Merton, 1997, p. 43).

5Cette originalité joua un rôle important dans l’histoire de la notion et dans sa réception. Après une longue période de sommeil, la sérendipité voyagea progressivement de la littérature vers le champ savant où il entra dans le vocabulaire scientifique à partir des années 1930 aux États-Unis, avec toutefois au départ un accent mis sur le hasard au détriment de la sagacité. Dans les milieux scientifiques, c’est Walter B. Cannon, physiologiste, qui popularisa la notion en l’associant à l’intuition scientifique (1965 [1945]). Son ouvrage The Way of an Investigator, dans lequel est reprise sa conférence “Gains from Serendipity” (1932), paraît en 1945, la même année où le sociologue américain Robert K. Merton commence à s’intéresser véritablement à la notion. Les deux savants se sont d’ailleurs rencontrés sur le campus de Harvard à la fin des années 1930. C’est donc au milieu du XXe siècle que le terme retrouve un second souffle et qu’il va prendre son essor dans le champ scientifique et épistémologique d’abord, pour s’inscrire ensuite dans les processus d’institutionnalisation de divers savoirs et pratiques en mettant en œuvre l’interprétation d’indices, de la paléontologie à la médecine, en passant par la sémiotique et la psychanalyse (Catellin, 2014, p. 67), et pour enfin se diffuser dans différentes sphères de la société à partir des années 1970-1980 au point qu’il est devenu difficile aujourd’hui d’en circonscrire les usages et les espaces d’appropriation.

6Le concept va prendre une place particulière dans les sciences sociales grâce à l’intérêt précoce qu’il rencontre chez Robert K. Merton. Arnaud Saint-Martin, dans l’article qu’il consacre dans ce numéro à l’histoire du concept dans l’œuvre de Merton, indique que le sociologue découvre le mot en 1933 dans l’Oxford English Dictionary (OED), alors qu’il prépare sa thèse de doctorat à l’université de Harvard. C’est dire que la question suscite l’intérêt et la curiosité du sociologue très tôt. Il faut cependant attendre 1945 pour que Merton publie un premier article, mentionnant le concept, intitulé “Sociological Theory” dans l’American Journal of Sociology. Il reprend sa thèse sur la sérendipité et la développe dans l’article “The Bearing of Empirical Research upon the Development of Social Theory”, toujours publié dans l’American Journal of Sociology (1948). Ce texte est repris partiellement ensuite dans son ouvrage Social Theory and Social Structure sous le titre The Serendipity Pattern. C’est sous cette forme qu’il devient accessible aux lecteurs francophones en 1953 lorsqu’Henri Mendras, adepte de la « théorie de moyenne portée », propose une traduction du livre en français, intitulé Éléments de théorie et de méthode sociologique (1953). Mais le texte consacré à la sérendipité est amputé d’une partie de la pensée de l’auteur et n’intègre pas la longue note de l’édition anglaise. C’est la raison pour laquelle il nous a paru intéressant de retraduire l’article de manière à permettre aux lecteurs francophones d’accéder de manière plus complète et renouvelée à la pensée d’un auteur majeur du XXe siècle.

7Keda Black a bien voulu s’en charger, et Arnaud Saint-Martin, bon connaisseur de la pensée du sociologue américain, en a révisé la traduction. Qu’ils en soient ici de nouveau remerciés. Mais Arnaud Saint-Martin fait plus. Dans son article Les ironies de (la) serendipity dans l’œuvre de Robert K. Merton, Arnaud Saint-Martin propose de reconstituer par le menu l’histoire de cette rencontre, elle-même « sérendipienne », qui ouvrit à Merton des pistes de recherche de nature à transformer et à renouveler la théorie sociologique. En retraçant la genèse de la recherche qu’il mena avec Elinor Barber sur l’histoire du mot et de ses significations (Merton, Barber [1958] 2002), Saint-Martin montre bien pourquoi ce thème est un révélateur épistémologique et biographique de la dynamique de recherche de Merton, à la fois sinueuse, réflexive, itérative et ironique. Cette perspective ironique de la sociologie mertonienne de (la) serendipity (Schneider, 1975) se déploie d’abord par l’attention qu’il porte aux paradoxes des actions humaines et par la sagacité nécessaire au chercheur en sciences sociales pour débusquer et comprendre les soubresauts de la société. Arnaud Saint-Martin nous conduit ainsi à saisir pourquoi (la) serendipity revêt pour Merton un intérêt à la fois épistémologique et autobiographique. Les connaisseurs de l’œuvre de Merton se régaleront de ce texte savant qui suit pas à pas la gymnastique sérendipienne du grand sociologue américain, les autres découvriront avec passion un pan de l’œuvre et de l’homme qu’ils ne connaissaient guère et qui leur permettra d’en faire une lecture renouvelée.

Sérendipité, régimes de temporalités et concordance des temps

8Après la lecture de Merton et l’analyse qu’en fait Arnaud Saint-Martin on comprend que les découvertes usant de sérendipité sont « le fruit d’une combinaison heureuse entre la créativité intellectuelle et la rigueur méthodologique » (Maniscalo, 1998, p. 279). Depuis quelques années, en France en particulier, la littérature scientifique consacrée à la sérendipité met majoritairement l’accent sur son enjeu stratégique, celui du moment sérendipien, qui incite le chercheur à changer d’orientation au cours d’une recherche. L’ouvrage paru en 2008 et dirigé par Pek Van Andel et Danièle Bourcier (2013) De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit. Leçons de l’inattendu a contribué à populariser ce concept en France. Il y sera même consacré « mot de l’année 2009 » par la revue Sciences Humaines (Lemieux, 2010). Dans cet ouvrage, les auteurs dressent des typologies complexes, entièrement consacrées à décliner la notion (sérendipité positive, négative, pseudo-sérendipité, etc.). Ils publient ensuite les actes d’un colloque, organisé à Cerisy, sur le processus de création à travers des contributions de chercheurs, d’artistes, de philosophes, de juristes et de mathématiciens (Bourcier, Van Andel, 2011). L’anthropologie, science inductive, ne pouvait que s’intéresser également à la sérendipité. En 2012, Haim Hazan et Esther Hertzog analysent la sérendipité comme un « nomadic turn » dans la recherche anthropologique, aussi bien dans la pratique du terrain que dans l’écriture. Ils en parlent comme d’un concept « mythologique » qui viserait à transcender l’opposition subjectivité et objectivité pour y substituer une logique intuitive en constante reformulation (2012, p. 2). Un an plus tard, les revues Social anthropology et SociologieS consacrent chacune un numéro thématique à la sérendipité. La première centre sa problématique sur la construction du terrain ethnographique tandis que la seconde axe son propos sur la logique de la découverte scientifique en sciences sociales qu’elle désigne comme un serendipity turn (Namian, Grimard, 2013, p. 6). Si le concept de sérendipité a bénéficié d’un certain engouement et a été récemment travaillé en sciences sociales, force est de reconnaître qu’il reste nombre d’aspects non traités. Parmi eux, la question de la temporalité fait figure d’objet central.

9L’objectif de ce numéro de Temporalités est justement de décaler la focale de ce moment sérendipien de la création en la faisant porter sur les rapports qu’entretiennent la sérendipité et les régimes de temporalités (Dubar, 2004). La sérendipité suggère, en effet, de porter au temps un regard différent. C’est ce que fait avec pertinence et originalité Julie Patarin-Jossec dans son article La concordance des temps. La découverte scientifique comme terrain de luttes entre champs. L’auteur montre, à partir de l’étude de cas du vol spatial habité, que la sérendipité peut être le produit d’une coïncidence structurale, si l’on porte attention aux temporalités propres aux champs engagés dans la recherche en vol habité (bureaucratique, industriel et scientifique). Pour cela, l’auteur prend appui sur le cadre théorique de Pierre Bourdieu pour mener à bien sa démonstration. Pour Bourdieu (1980, 1994), en effet, la structure préexiste aux pratiques. Cela a pour conséquence que la temporalité structure l’organisation des luttes. Patarin-Jossec montre alors que le temps constitue une ressource et un outil pour cumuler les capitaux (partie 2), et que c’est au cours du processus d’institutionnalisation que pourront se définir les enjeux de lutte communs aux différents champs (partie 3). Enjeux sur la base desquels les temporalités de champs (temps d’habitus, temps de pratique et temps d’institutions) ordonneront des concordances structurales entre les champs. Ce faisant, Julie Patarin-Jossec montre que la sérendipité, pensée comme point de convergence des luttes, constitue un temps de redistribution : obtention de financements (capital économique), coopération internationale (capital social), organisation des procédures et intervention de l’État (capital symbolique). La lutte entre les champs scientifique et bureaucratique crée ainsi les conditions d’une concordance des temps entre ces champs parce que, structurés par une temporalité qui leur est propre, ils sont conduits à le réagencer et à coopérer de manière à aboutir aux objectifs qu’ils se sont fixés. Finalement, Julie Patarin-Jossec montre bien que la sérendipité, loin de n’être que « l’art de la trouvaille inconsciente » (Van Andel, 1994, p. 631), s’apparente davantage au résultat d’une « coïncidence » structurale (Bourdieu, 2012, p. 181) qui souligne l’importance centrale de la temporalité dans la structure des champs, point aveugle de la littérature sociologique. L’auteur propose ainsi une analyse structuraliste du processus de découverte scientifique par sérendipité qui permet de l’inscrire comme une pratique propre aux enjeux institutionnels du champ scientifique. La sérendipité s’avère ainsi être un temps où l’intervention de l’État dans le processus expérimental est essentiel parce qu’elle crée les conditions favorables aux découvertes scientifiques.

Savoir implicite, réflexivité et trouvaille heureuse

10On aura bien compris alors que la sérendipité ne peut se réduire à une simple lecture du réel car, comme l’ont souligné Bourdieu, Chamboredon, et Passeron (1983 [1968], p. 29) : « À trop insister sur le rôle du hasard dans la découverte scientifique […], on s’expose à réveiller les représentations les plus naïves de l’invention que résume le paradigme de la pomme de Newton ». Rentre alors en compte ce que Michael Polanyi appelle le savoir implicite (2009 [1966]) qui remet en question l’idéal positiviste de l’objectivité pure dans la production du savoir scientifique. Car « la découverte a lieu lorsque le fait inattendu ou l’anomalie non anticipée sont interprétés correctement » (2014, p. 133), note justement Sylvie Catellin. L’interprétation juste repose en conséquence sur ce savoir implicite. La sérendipité conjugue alors la réflexivité et la prise de conscience de cette réflexivité. De même, elle intègre la disponibilité nécessaire à la prise en compte de l’imprévu dans le plan de recherche pour réorienter les observations et modifier l’interprétation.

11La sérendipité́ s’offre ainsi comme une combinaison de hasard et de perspicacité́ où la chance ne se présente qu’à celui qui possède déjà̀ une certaine capacité́ à la percevoir et à la saisir. De ce point de vue, la ́sérendipité trouve pleinement à s’épanouir dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. C’est ce que montre l’article de Yosef Solomon dans ce numéro, même si l’auteur pense que l’étude de l’interaction temporalités/sérendipité de l’information n’en est encore qu’à ses débuts. L’article s’interroge sur ce que Solomon appelle « info-serendipity » et présente la manière dont la découverte fortuite ou inattendue d’informations s’articule avec ses expressions temporelles. Il détaille en particulier quatre aspects temporels principaux de la sérendipité : 1) la continuité temporelle et la bi-directionnalité de la sérendipité de l’information ; 2) des intérêts partagés fondamentaux qui établissent les bases des découvertes fortuites d’informations ; 3) une typologie des individus dans la découverte fortuite d’informations (non-rencontre d’informations inattendues, rencontre occasionnelle, rencontre, rencontre intensive), à quoi l’auteur ajoute une classification temporelle supplémentaire en fonction de la profondeur temporelle atteinte dans l’épisode info-sérendipité ; et enfin 4) les aspects temporels des avantages découlant de la découverte des informations fortuites.

12Dans une certaine mesure, les usages des TIC sont déterminés par la ́sérendipité́. Du zapping à̀ la fonction shuffle des lecteurs audio qui diffuse des morceaux de musique de façon aléatoire, en passant par les liens hypertextes du Web qui permettent de naviguer d’une page à̀ l’autre, ou encore le Web sémantique, la consommation des contenus numériques comporte une part d’inattendu et de hasard heureux. Les moteurs de recherche sur Internet apportent bien souvent aux internautes davantage d’éléments inconnus que de réponses attendues à la requête formulée. Naviguer sur le Web, c’est le plus souvent découvrir à la faveur d’un clic une information qu’on ne cherchait pas mais qui se révélera peut-être utile. L’article de Yosef Solomon permet ainsi de mieux comprendre les aspects temporels significatifs de l’acquisition d’informations inattendues et ouvre une réflexion sur l’utilisation de la sérendipité dans ce champ.

13Le développement d’Internet et des nouvelles technologies d’information et de communication ont conduit les chercheurs à travailler sur la possible programmation de la sérendipité. Mais nous avons vu que la sérendipité ne peut s’organiser totalement ni se réduire à un simple programme parce que la signification ou la découverte a lieu lorsque l’inattendu non anticipé est saisi et interprété correctement. La bonne fortune, la découverte ou la solution apportée à un problème peuvent certes survenir de façon inattendue mais elles n’apparaissent que dans un esprit préparé à les recevoir, préparé par une sensibilité, par une temporalité, une expérience préexistante ou par un intérêt. C’est à sa manière ce que l’article de Claire Labastie suggère dans son exploration suggestive du travail artistique de certains créateurs, de Léonard de Vinci à l’artiste surréaliste Max Ernst. L’auteur fait l’hypothèse que des temps vacants et vides de diverses natures permettent à certains artistes de se saisir des sollicitations imprévues qui en émergent pour les intégrer à leur démarche artistique ou pour y trouver la solution à un problème de réalisation. Bref, qu’un moment imprévu, un retard, en un lieu inattendu peut être la source d’une sérendipité artistique accomplie. L’auteur cite à ce propos Gaston Bachelard qui souligne le fait que « le repos augmente la probabilité de l’action, il ne prépare pas réellement l’action. La durée n’agit pas à la manière d’une cause, elle agit à la manière d’une chance. » (Bachelard, 1932, p. 46).

14Le jeu du hasard et de la nécessité dans la vie met en jeu la figure de l’aléa et la capacité des individus à s’en saisir ou pas. L’œuvre de Mozart est par exemple typique d’une œuvre qui « laisse des portes ouvertes à l’inconnu et à la surprise, à l’affirmation de la vie plus que de l’ordre » (Massin, 1990). Le surréalisme défini par André Breton dans son Manifeste (1924) accorde une importance capitale au hasard dans la « surréalité » comme au phénomène du « déjà-vu ». Man Ray intitule ainsi une de ses photos en 1933 d’une expression de Lautréamont, tirée des Chants de Maldoror (1869) : « Beau comme la rencontre fortuite d’une machine à coudre et d’un parapluie sur une table de dissection » et rend hommage au poète en 1935 dans son Hommage à Lautréamont. L’enthousiasme des surréalistes pour l’œuvre d’Isidore Ducasse, dit comte de Lautréamont, est dû à sa pratique d’une esthétique de la surprise qui privilégie l’insolite ou le bizarre propre à générer du merveilleux. La sérendipité chez les surréalistes est un jeu avec le hasard, impliquant l’inconscient dans des activités créatives dont le matériau est fourni par des éléments inattendus et en partie non contrôlés.

Quand on ne cherche pas on trouve

15On peut y voir ici la version réactualisée du principe qui veut que quand on ne cherche pas on trouve. Il ne s’agit là en aucune façon de se laisser dominer par l’aléa, mais au contraire d’un état d’esprit et de disponibilité propre à faire des trouvailles et à s’accommoder de l’incertain. Force est de constater l’importance des « rencontres bénéfiques dues à la chance d’un hasard heureux » affirme la psychologue et universitaire Anne Ancelin-Schützenberger dans son ouvrage Le plaisir de vivre (2009) où elle consacre son premier chapitre à la question. La créatrice de la psychogénéalogie fait référence à Jung (1988) qui parlait de synchronicité pour désigner la coïncidence temporelle de deux ou plusieurs événements sans lien causal entre eux, mais dont l’association prend un sens pour le sujet qui les perçoit (Catellin 2014, p. 153). Comment la sérendipité se comprend-elle à la lumière du concept de synchronicité et qu’est-ce qui distingue la sérendipité de la pseudo-sérendipité ? C’est à ces questions que se livre l’article d’Olivier Lamoureux-Lafleur consacré à la temporalité, à la pseudo-sérendipité et à la contre-sérendipité chez Rosa Luxemburg et Karl Kautsky. En se penchant sur un moment de l’histoire de la pensée et du mouvement révolutionnaire, l’auteur vise à comprendre les divergences entre Kautsky et Luxemburg sur la question de la grève de masse. Les nombreux débats conflictuels entourant l’application du principe de grève de masse au sein du Parti social-démocrate allemand (SPD) témoignent de la lente agonie des idéaux marxistes au sein de ce parti. Le conflit intellectuel entre Rosa Luxemburg et Karl Kautsky, qui éclate publiquement en 1910, permet de comprendre les raisons qui conduisirent le SPD à ne pas appliquer la grève de masse. Les visions temporelles des deux théoriciens jouent dans cette divergence en ce sens que pour Luxemburg l’agitation populaire était mûre pour déclencher la grève de masse alors que pour Kautsky le mouvement était trop faible, le « temps révolutionnaire » étant donc encore loin. Olivier Lamoureux-Lafleur met ainsi en lumière l’opposition entre temporalité linéaire électoraliste et temporalité « disruptive » et révolutionnaire, pseudo-sérendipienne, pour Luxembourg. L’article montre à quoi s’affronte la conception pseudo-sérendipienne du temps en mettant en avant un conflit de conception des temporalités révolutionnaires, à l’œuvre dans le cas de la grève de masse.

16Ce n’est donc pas le hasard qui compte mais la surprise qu’il cause. La sérendipité est en ce sens « l’art de prêter attention à ce qui surprend et d’en imaginer une interprétation pertinente » (Catellin, 2016, p. 87). Cette aptitude circule aussi bien de la politique à la science en passant par les arts, comme de la littérature à la médecine, de la psychanalyse aux sciences sociales. La sérendipité est de ce point de vue un concept qui traverse les frontières disciplinaires. La découverte a lieu lorsque l’inattendu est interprété justement, avons-nous souligné précédemment. Or, la découverte est un processus qui s’inscrit dans une temporalité et un contexte spécifiques. Dans une recherche, on considère généralement trois dimensions de la durée (sans compter que la temporalité qui régit chacune de ces dimensions est elle-même complexe) : le temps de l’objet soumis à la recherche, le temps de l’étude, les temporalités qui régissent les relations entre l’objet étudié et les procédures de recherche. La temporalité varie selon chacune de ces dimensions et aucune relation mécanique n’existe entre elles.

17Le terrain de la recherche, en anthropologie par exemple, intègre la dimension temporelle avec celle de multi-temporality (Dalsgaard, 2013). Or, une des critiques formulée par Johannes Fabian (2006) à l’anthropologie porte justement sur son discours allochronique et le déni de co-temporalité que l’auteur attribue à la démarche anthropologique. La notion de multi-temporality de la recherche permet de rejoindre la critique de Claude Dubar (2006) sur la prise en compte et l’articulation de temporalités différentes et hétérogènes. Par le biais de la sérendipité, l’articulation des différentes temporalités serait facilitée. À l’heure de la globalisation et de la mondialisation, le rétrécissement de l’espace s’accompagne d’une compression originale du temps. Le temps global du marché économique entre en conflit avec le temps politique des démocraties comme avec celui de la recherche (Delmas, 1992, p. 27 ; Zawadzki, 2002, p. 26-27). L’accent mis par certains chercheurs sur la composante du hasard dans la sérendipité au détriment de la sagacité a un motif politique : lutter pour la liberté des chercheurs et contre la recherche fondamentale programmée et soumise aux seules exigences de la rentabilité. On peut y voir un lien avec la flânerie et la volonté de prendre la recherche à contre-pied, avec le mouvement de la slow science et le manifeste pour un ralentissement des sciences (Stengers, 2013). En effet, il semble fondamental de préserver la liberté et l’autonomie des chercheurs et de développer des espaces institutionnels capables d’accueillir l’inattendu et de le faire fructifier. Pierre Joliot, Professeur honoraire au Collège de France et membre de l’Académie des sciences, insistait dans un article sur la nécessité de laisser une liberté totale aux savants dans la recherche, la pire des choses étant « une recherche fondamentale programmée, comme celle que se pratique actuellement (…) », car « le chercheur doit être prêt à exploiter tout résultat inattendu en infléchissant à tout moment le programme qu’il s’était fixé » (Joliot, 2011). Créer des conditions de recherche favorables à la créativité passe par des modes d’organisation ouverts propres à susciter la sérendipité tels que les préconisait Merton en son temps (Cattelin, 2014, p. 209).

18Si le temps du savoir est le passé en ce sens que tout savoir est rétrospectif, celui du faire est le futur et le temps du voir est le présent (Debray, 1992). Dans cette perspective, est-ce qu’appréhender le temps de la recherche comme « ce que l’activité pratique produit dans l’acte même par lequel elle se produit elle-même » (Bourdieu, 1992 : 112) ne débouche pas sur une réduction du sujet au présent de son action, en affinité avec le présentisme de nos sociétés contemporaines (Zawadzki, 2002, p. 14) ? Le point aveugle résiderait ici dans la faiblesse du regard porté sur le présent de la recherche et sur son inventivité à renouveler les perspectives. Mais même désorientée, la recherche continue son avancée. La sérendipité s’offre alors comme une tentative de la penser à nouveaux frais, comme le montrent les différents articles qui composent ce numéro.

Top of page

Bibliography

Ancelin-Schützenberger Anne, 2009. Le plaisir de vivre, Paris, Payot.

Bachelard G., 1932. L’intuition de l’instant, Paris, Gonthier.

Bourcier Danièle, Van Andel Pek, 2011, La sérendipité, le hasard heureux, Paris, Hermann, 412 p.

Bourcier Danièle, van Andel Pek, 2013 [2008], De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit. Leçons de l’inattendu, Préface de François Ascher, Paris, Hermann Éditeurs, 327 p.

Bourdieu Pierre, 1980. Le Sens pratique, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude, Passeron Jean-Claude, 1983, [1968], Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris, Mouton, 359 p.

Bourdieu Pierre, 1992, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre, 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil.

Catellin Sylvie, 2014, Sérendipité. Du concept au conte, Préface de Laurent Loty, Paris, Éditions du Seuil, 270 p.

Catellin Sylvie, 2016, « Faire l’histoire du mot sérendipité : enquête sur l’enquête », in Françoise Bort et Martine Clouzot (dir.), Modèle et contre-modèle. Approches pluridisciplinaires, Dijon, Editions universitaires de Dijon.

Cannon B. Walter, 1965 [1945], The Way of an Investigator. A Scientist’s Experiences in Medical Research, New York and London, Hafner.

Dalsgaard Steffen, 2013, The field as a temporal entity and the challenges of the contemporary, Social Anthropology/Anthropologie Sociale, 21, 2, p. 213-225.

Debray Régis, 1992, Vie et mort de l’image. Une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard.

Delmas Philippe, 1992, Le maître des horloges. Modernité de l’action publique, Paris, Odile Jacob.

Dubar Claude, 2004. « Régimes de temporalités et mutations des temps sociaux », Temporalités, 1, p. 118-129.

Dubar Claude, 2009, « Johannes Fabian, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet », Temporalités [En ligne], 5 | 2006, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 10 septembre 2015. URL : http://temporalites.revues.org/319

Fabian Johannes, 2006, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, Toulouse, Anacharsis, 2006, 313 p.

Hazan Haim, Hertzog Esther, 2012, Serendipity in Anthropological Research : The Nomadic Turn, Ashgate Publishing Limited, 320 p.

Joliot Pierre, 2011. « Recherche fondamentale et recherche appliquée », in Gérard Fussman (dir.), La mondialisation de la recherche. Compétition, coopérations, restructurations, Paris, Collège de France. http://books.openedition.org/cdf/1526

Jung G. Carl, 1988. Synchronicité et Paracelsica, Paris, Albin Michel, 352 p.

Lautréamont, 2001 [1869]. Les Chants de Maldoror et autres œuvres, Paris, LGF –Poche.

Lemieux Emmanuel, 2010. « Sérendipité, mot de l’année », Sciences Humaines, Le clash des idées. 20 livres qui ont changé notre vision du monde, n°211 – janvier.

Mailly (de) Louis, 2011 [1719], Les Aventures des trois princes de Serendip, suivi de Voyage en Sérendipité, Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse, 247 p.

Maniscalco M. L., 1998. “Serendipity in the Work of Robert K. Merton”, in Mongardini C., Tabboni S. (eds.), Robert K. Merton and Contemporary Sociology, New Brunswick, Transaction Publishers p. 273-284.

Merton K. Robert, 1945. “The Serendipity Pattern”, American Journal of Sociology, 50, 462-473.

Merton K. Robert, 1997 [1953]. Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin, 384 p.

Merton K. Robert, Barber Elinor, 2004 [1958]. The Travels and Adventures of Serendipity. A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science, Princeton, Princeton University Press, 313 p.

Namian Dahlia, Grimard Carolyne, 2013. « Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Conditions sociologiques et portée heuristique d’un néologisme “barbare”», SociologieS [En ligne], Dossier, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 23 novembre 2013. URL : http://sociologies.revues.org/4490.

Polanyi Michael, 2009 [1966]. The Tacit Dimension, Chigaco, University Of Chigaco Press.

Rivoal Isabelle, Salazar B. Noel, 2013. “Contemporary ethnographic practice and the value of serendipity”, Social Anthropology/Anthropologie Sociale, 21, 2, 178-185.

Saint Augustin, 1998. Les Confessions, Livre XI, Paris, Nathan.

Schneider L., 1975. “Ironic Perspectives and Sociological Thought”, in Coser L. (ed.), The Idea of Social Structure: Papers in Honor of Robert K. Merton, New York, Harcourt Brace Jo-vanovich, p. 323-337.

Stengers Isabelle, 2013. Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, suivi de William James, Le poulpe du doctorat, présenté par Thierry Drumm, Paris, La Découverte, 215 p.

Van Andel P., 1994. “Anatomy of the unsought finding. Serendipity: origin, history, domains, traditions, appearances, patterns and programmability”, The British Journal for the Philosophy of Science 45 (2), p. 631-648.

Voltaire, 2015 [1748]. Zadig ou La Destinée, Paris, Folio classique.

Voltaire, 1994 [1771]. « Lettre de Memmius à Cicéron », in Gerhardt Stenger (éd.), Lettres philosophiques, Paris, Flammarion.

Zawadzki Paul, 2002. Malaise dans la temporalité, Paris, Publications de la Sorbonne.

Top of page

References

Electronic reference

Ghislaine Gallenga and Gilles Raveneau, « Dynamiques temporelles et sérendipité dans les recherches contemporaines », Temporalités [Online], 24 | 2016, Online since 29 March 2017, connection on 27 May 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3474

Top of page

About the authors

Ghislaine Gallenga

Aix Marseille Université, CNRS, IDEMEC UMR 7307
ghislaine.gallenga@univ-amu.fr

By this author

Gilles Raveneau

Université de Paris Nanterre, LESC UMR CNRS 7186
gilles.raveneau@mae.u-paris10.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page