Navigation – Plan du site

Le modèle de la sérendipité

Ou comment une donnée imprévue, anormale et décisive pèse sur la formation d’une théorie
Robert K. Merton
Traduction de Keda Black et Arnaud Saint-Martin

Notes de la rédaction

Traduction du chapitre “The Serendipity Pattern” in Merton R. K., [1949] 1968. Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press, p. 157-162.

Nous avons choisi de traduire de nouveau ce fragment extrait de la troisième édition de Social Theory and Social Structure, que Robert K. Merton – indécrottable perfectionniste – considérait comme l’édition la plus achevée. Le résultat varie sensiblement de la première traduction qu’en a proposée Henri Mendras en 1953 chez Plon, dans Éléments de méthode sociologique (le volume fut augmenté en 1957 sous le titre Éléments de théorie et de méthode sociologique et constitue depuis los et par défaut la version en circulation dans l’espace francophone). La différence tient principalement à la stratégie qui fut la nôtre de traduire au plus près le texte source, quand Mendras opéra çà et là des coupes plus ou moins conséquentes et, pour reprendre ses propres mots, s’efforça de « suivre les méandres progressifs de Merton [pour] les adapter dans un schéma ordonné » intelligible pour le lecteur français cartésien et a priori peu au fait des raisonnements et de la rhétorique américaines (Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 294). Loin d’affirmer que l’interprétation « francisante » de Mendras sonne faux (elle ne manque pas de précision ni d’élégance), il nous est apparu de bonne méthode d’en proposer une nouvelle, plus en phase avec les exigences de la traduction scientifique contemporaine. C’est d’autant plus opportun que l’on a affaire à un grand texte, comme le soulignait d’ailleurs Mendras : « une bonne traduction est nécessairement une adaptation, ou plutôt, comme dit excellemment Christine Nyssen, une interprétation : le traducteur est un interprète, comme le violoncelliste qui joue du Bach ; c’est pourquoi on peut traduire plusieurs fois un grand texte. » Dont acte.
(Arnaud Saint-Martin)

Texte intégral

  • 1 R. K. Merton “Sociological Theory”, American Journal of Sociology, 1945, 50, 469n. Il est intéressa (...)

1Lorsque certaines conditions sont réunies, une théorie sociale peut naître à partir d’un résultat obtenu lors d’un travail de recherche. Cette idée fut exposée bien trop rapidement dans un précédent article dans les termes qui suivent : « une recherche empirique fructueuse ne se contente pas de vérifier des hypothèses issues (derived) d’une théorie, elle est également à l’origine de nouvelles hypothèses. On peut nommer cette composante du travail de recherche la “sérendipité”, c’est-à-dire la découverte, par hasard ou par le fruit d’une certaine sagacité, de résultats valides que l’on ne recherchait pas. »1

  • 2 Depuis la rédaction de la note ci-dessus en 1946, le mot « sérendipité », en dépit de sa bizarrerie (...)

2Le modèle de la sérendipité2 renvoie à l’expérience plutôt courante qui consiste à observer une donnée (datum) imprévue, aberrante (anomalous) et stratégique qui se transforme en une occasion d’élaborer une nouvelle théorie ou d’en développer une déjà existante. Chacun des éléments de ce modèle peut aisément être décrit. La donnée en question est, premièrement, imprévue. Une recherche orientée vers la vérification d’une hypothèse produit un résultat collatéral fortuit, une observation inattendue qui engage des théories dont il n’était pas question lorsque la recherche fut initiée.

  • 3 Charles Sanders Peirce avait depuis longtemps noté le rôle décisif du « fait surprenant » dans sa d (...)

3Deuxièmement, l’observation est aberrante, surprenante3, parce qu’elle ne semble pas s’accorder soit avec la théorie qui prévaut, soit avec d’autres faits établis. Dans les deux cas, cette apparente contradiction suscite la curiosité, elle encourage l’enquêteur à y trouver du sens, à la faire entrer dans un cadre plus large de savoirs. Il va plus loin. Il fait de nouvelles observations. Il tire des inférences de ses observations, ces inférences dépendant en large partie, évidemment, de son orientation théorique générale. Plus il s’imprègne des données collectées, plus grande est la probabilité qu’il tombe sur une piste de recherche fructueuse. Si par chance son intuition se révèle juste, la donnée aberrante aboutit à une nouvelle théorie ou du moins au développement d’une théorie existante. La curiosité avivée par la donnée aberrante est temporairement atténuée.

4Troisièmement, en insistant sur le caractère nécessairement stratégique du fait imprévu, à savoir qu’il engendre des conséquences pesant sur une théorie généralisée, nous faisons bien sûr davantage référence à ce que l’enquêteur voit dans la donnée marquante qu’à la donnée en elle-même. Car il faut de toute évidence un observateur sensibilisé à la théorie pour détecter l’universel dans le particulier. Après tout, les hommes ont pendant des siècles classé sans suite les lapsus linguae, les coquilles, les erreurs typographiques et les trous de mémoire : il fallut attendre la sensibilité théorique d’un Freud pour les considérer comme des données stratégiques à travers lesquelles il put développer sa théorie sur le refoulement et les symptômes.

  • 4 Tiré des études sur la sociologie et la psychologie sociale du logement social, dans le cadre d’une (...)

5Ainsi, le modèle de la sérendipité implique le caractère imprévu, aberrant et stratégique d’une donnée, qui pèse sur l’ouverture par l’enquêteur d’une nouvelle piste de recherche susceptible d’élargir la théorie. Des exemples de sérendipité sont survenus dans bien des domaines, mais je souhaiterais me baser sur la recherche sociologique récente pour illustrer ce phénomène. Au cours de notre enquête sur l’organisation sociale de Craftown4, un ensemble de logements sociaux de banlieue abritant près de 700 familles issues en grande majorité de la classe ouvrière, nous observâmes qu’une vaste proportion des habitants était davantage affiliée à des organisations citoyennes, politiques ou bénévoles, que lorsqu’ils occupaient leur précédents lieux de résidence. Un peu par hasard, nous remarquâmes en outre que cette augmentation de l’engagement collectif concernait aussi les parents de nourrissons et de jeunes enfants, contrairement à ce que le bon sens aurait pu laisser penser. Car l’on sait bien que les enfants, en particulier dans les classes les plus défavorisées économiquement, constituent une forte contrainte pour les parents qui se trouvent du coup facilement exclus des activités collectives prenant place en dehors du foyer. Mais les parents de Craftown expliquèrent spontanément leur engagement. « Oh, à vrai dire, ce n’est pas tellement difficile de sortir le soir », reconnut une mère qui faisait partie de plusieurs associations. « C’est très facile de trouver des adolescents capables de s’occuper des petits. Il y a beaucoup plus d’adolescents ici que là où j’habitais avant ».

  • 5 Les mêmes différences de répartition des âges entre Craftown et les quartiers d’origine se retrouve (...)

6L’explication semble tout à fait plausible et aurait pu calmer la curiosité de l’enquêteur. Sauf que, fait troublant, comme dans la plupart des ensembles de logements sociaux, la proportion d’adolescents à Craftown est en réalité très limitée : le groupe des 15-19 ans ne représente que 3,7 pour cent de la population. En outre, 63 pour cent des adultes ont moins de 34 ans, ce qui signifie que leurs enfants sont pour une large part encore très jeunes. Ainsi, les adolescents susceptibles de garder les plus jeunes ne sont pas nombreux à Craftown, bien au contraire : le ratio est d’un adolescent pour dix enfants tandis que dans les quartiers d’origine des habitants, il tournait autour de 1 pour 1,55.

7Nous fûmes dès lors confrontés à une donnée aberrante qui ne faisait en aucun cas partie de notre programme d’observation initial. De toute évidence, il n’y avait aucune raison pour que nous pénétrions le terrain de Craftown avec l’hypothèse, basée sur une croyance illusoire, qu’il y régnait une affluence de jeunes baby-sitters. Il s’agissait donc bien d’une observation à la fois imprévue et anormale. Était-elle également stratégique ? Nous n’avons pas préjugé de son importance « intrinsèque ». Elle ne semblait ni plus ni moins triviale que l’observation de Freud durant la dernière guerre (deux de ses fils étaient au front), qui en « Une » d’un journal avait lu, au lieu de « Die Feinde vor Görz » (l’ennemi devant Görz), « Der Friede von Görz » (la paix de Görz). Freud s’empara de cet incident trivial et le convertit en un fait révélateur. À moins de pouvoir transformer de cette manière la discordance entre l’impression subjective des habitants de Craftown et les données objectives, il valait mieux l’ignorer puisqu’elle ne revêtait qu’une « signification sociale » dérisoire.

  • 6 Certes, il arrive souvent que de la fausse propagande soit faite pour défendre des intérêts particu (...)

8Cette illusion éveilla pourtant notre curiosité en tant que problème théorique général, tant il semblait difficile de l’expliquer par des manœuvres délibérées de certains visant en cachette à répandre de fausses vérités dans leur propre intérêt. En général, lorsqu’un sociologue armé d’un schéma conceptuel provenant d’une théorie utilitaire rencontre une croyance sociale manifestement fausse, il recherche quels sont les groupes particuliers dont c’est l’intérêt d’inventer et de répandre cette croyance. On confond souvent l’alerte à la « propagande ! » avec une analyse théoriquement solide6. Dans le cas qui nous intéresse, c’est exclu : il n’y a tout simplement aucun groupe ayant intérêt à faire adopter une représentation erronée de la répartition par classe d’âge à Craftown. Quelle est donc la source de cette illusion sociale ?

  • 7 Nous reprenons ici la formulation de Durkheim page 597 des Formes élémentaires de la vie religieuse(...)
  • 8 Pour les différences entre théorie et orientations générales, voir le chapitre IV.

9D’autres pistes s’offraient à nous, suivant différentes théories. Marx postule que c’est « l’existence sociale » des hommes « qui détermine leur conscience ». Le théorème de Durkheim consiste à dire que les images sociales (les « représentations collectives ») reflètent d’une certaine manière la réalité sociale même « s’il ne suit aucunement que la réalité qui la fonde soit objectivement conforme à l’idée que s’en font les croyants »7. Selon Sherif, les « facteurs sociaux » procurent un cadre pour des perceptions sélectives et des jugements dans les situations relativement peu structurées. La conception dominante dans la sociologie de la connaissance veut que la situation sociale détermine les perspectives au fondement de la perception, des croyances et des idées. Mais si suggestives qu’elles soient, ces orientations générales8 n’indiquaient pas quels aspects de l’existence sociale, quels facteurs sociaux, quelle situation sociale auraient bien pu déterminer cette croyance apparemment erronée.

10De nouveaux entretiens avec les habitants fournirent l’indice décisif. Ainsi, une mère de deux enfants de moins de six ans, une figure de la vie collective à Craftown, nous expliqua :

« Mon mari et moi sortons ensemble beaucoup plus souvent. Voyez-vous, il y a plus de monde autour de nous pour s’occuper des enfants. Comme tout le monde se connaît, on a moins de mal à laisser un jeune de treize-quatorze ans venir chez nous. Dans une grande ville, on n’est jamais trop à l’aise de faire entrer chez soi quelqu’un que l’on connaît à peine. »

  • 9 Les données d’emploi du temps recueillies lors de l’étude corroborent ce résultat. Étant donnée la (...)

11Ces mots suggèrent clairement que les racines sociologiques de l’« illusion » sont à rechercher dans la structure des relations communautaires qui lient les habitants de Craftown. Leur croyance reflète de manière involontaire non pas la réalité statistique, mais la cohésion de la communauté. Il n’y a objectivement pas plus d’adolescents à Craftown, c’est juste qu’il y en a davantage qui sont familiers et qui, par conséquent, existent socialement aux yeux des parents qui ont besoin d’aide pour garder leurs enfants. La plupart des habitants de Craftown étant originaires d’environnements urbains, ils se retrouvent dans une communauté au sein de laquelle la proximité donne lieu à une familiarité réciproque. L’illusion exprime le point de vue de personnes pour qui les adolescents en tant que gardes d’enfants potentiels n’existent que s’ils sont bien connus et donc, dignes de confiance. En bref, la perception était fonction de la confiance et de là, la confiance était fonction de la cohésion sociale9.

  • 10 L’ouvrage de Muzafer Sherif portant ce titre doit être cité comme une référence en ce domaine, même (...)

12Du point de vue sociologique, ce résultat imprévu appuie et étend la théorie selon laquelle la perception sociale est le produit d’un cadre social. Il permet d’aller plus loin dans la « psychologie des normes sociales »10 vu qu’il ne s’agit pas seulement d’individus ayant assimilé certaines normes, jugements, standards de la part d’autres membres de la communauté. La perception sociale est ici plutôt un produit collatéral, dérivé de la structure des relations humaines.

13Ceci suffit probablement à illustrer la manière dont opère le modèle de la sérendipité : un résultat imprévu et aberrant éveille la curiosité du chercheur et le conduit hors des sentiers battus et prévisibles vers une hypothèse neuve.

Haut de page

Notes

1 R. K. Merton “Sociological Theory”, American Journal of Sociology, 1945, 50, 469n. Il est intéressant de noter que « sérendipité », terme quelque peu farfelu dont on ne relève que peu d’occurrences depuis son introduction par Horace Walpole en 1754, a également été utilisé pour désigner cette facette du travail de recherche par le physiologiste Walter B. Cannon. Voir son The Way of an Investigator (New York: W. W. Norton, 1945), chapitre VI, dans lequel il met en lumière de multiples occurrences du phénomène de sérendipité dans plusieurs domaines scientifiques.

2 Depuis la rédaction de la note ci-dessus en 1946, le mot « sérendipité », en dépit de sa bizarrerie étymologique, s’est diffusé bien au-delà des limites de la communauté universitaire (academic). La remarquable rapidité de cette diffusion s’illustre notamment par une récente entrée dans les pages du New York Times. Le 22 mai 1949, Waldemar Kaempffert, rédacteur en chef de la rubrique scientifique du Times, eut l’occasion d’utiliser ce mot dans la synthèse de l’article d’une chercheuse, Ellice McDonald – ceci au sein d’une page intérieure dédiée aux plus récents progrès de la recherche scientifique. Quelques semaines plus tard, le 14 juin, Orville Prescott, critique littéraire du Times, est lui aussi tombé sous le charme de notre fameux vocable puisque dans sa critique d’un roman dont le héros possède un penchant pour les mots farfelus, il se demande si ce dernier en a connaissance. Le 4 juillet 1949, jour de la fête de l’Indépendance, la sérendipité gagne une entière reconnaissance sociale. Dénué de guillemets, se passant de l’habituelle petite phrase de définition, le mot apparaît, sans précaution ou fioriture, à la « Une » du Times. Ce statut nouvellement acquis est parachevé par une dépêche en provenance d’Oklahoma City, rapportant le discours de Sir Alexander Fleming, le découvreur de la pénicilline, prononcé lors de l’inauguration de la fondation pour la recherche médicale de l’État d’Oklahoma (« les expériences de Sir Alexander ayant conduit à l’élaboration de médicaments modernes destinés à lutter contre les maladies », peut-on lire dans la dépêche sous la signature de Robert K. Plumb, « sont souvent citées comme des exemples exceptionnels de l’importance de la sérendipité dans la recherche scientifique. C’est par hasard qu’il découvrit la pénicilline, mais il avait été habitué à chercher du sens dans les hasards scientifiques »). La sérendipité, à travers un parcours entamé dans une page ésotérique dédiée aux sciences, pour se poursuivre au sein des critiques littéraires (moins pointues), et atterrir en « Une » du journal, a connu une forme de naturalisation. Peut-être trouvera-t-elle bientôt le chemin des dictionnaires abrégés américains.
Voici donc une nouvelle occurrence d’un mot, longtemps absent du langage courant, qui se trouve repêché et remis en ordre d’usage relativement fréquent (à comparer avec la note 6 du chapitre VI [de Social Theory and Social Structure] au sujet du terme d’« anomie » ayant connu un destin similaire). Là encore, on pourrait se demander : comment expliquer la résonance culturelle, ces dernières années, de ce mot à consonance bizarre, qui vient peu naturellement à l’esprit tout en étant bien utile ?
Des questions de cet ordre sont en cours d’exploration dans une monographie d’Elinor G. Barber et moi-même, sur la sémantique sociologique impliquée dans la diffusion culturelle du mot sérendipité. Cette étude s’intéresse au contexte social et culturel de l’invention du mot au dix-huitième siècle, au climat dans l’opinion concernée par sa première apparition imprimée au dix-neuvième siècle, aux configurations de réactions (patterned reactions) à ce néologisme lorsqu’il a été rencontré pour la première fois, aux divers cercles sociaux de littérateurs, de physiciens, de sociologues, d’ingénieurs, de lexicographes et d’historiens dans lesquels il s’est diffusé, aux changements de signification qu’il a connus au cours de sa diffusion et aux usages idéologiques qui ont pu lui être assignés.

3 Charles Sanders Peirce avait depuis longtemps noté le rôle décisif du « fait surprenant » dans sa description de ce qu’il nommait « abduction », à savoir, le fait d’initier et d’envisager une hypothèse, en tant qu’étape dans la déduction. Voir ses Collected Papers, VI, 522-528. => trouver la référence exacte dans les traductions françaises de Peirce ?

4 Tiré des études sur la sociologie et la psychologie sociale du logement social, dans le cadre d’une bourse accordée par la Fondation Lavanburg.

5 Les mêmes différences de répartition des âges entre Craftown et les quartiers d’origine se retrouvent lorsque l’on fait la comparaison des proportions d’enfants de moins de 10 ans et d’enfants entre 10 et 19 ans. Lorsque l’on prend comme base de comparaison les moins de cinq ans, la disproportion est encore plus marquée.

6 Certes, il arrive souvent que de la fausse propagande soit faite pour défendre des intérêts particuliers, ce qui renforce les illusions de masse. Mais les théories de l’intérêt particulier ou du mensonge sacerdotal pour expliquer de fausses croyances populaires ne sont pas toujours le meilleur point de départ et ne vont pas jusqu’à expliquer les bases de l’acceptation ou du rejet de ces croyances. Le cas présent, bien que trivial d’un point de vue pratique, est théoriquement significatif au sens où il révèle à nouveau les limites d’un schéma d’analyse utilitariste.

7 Nous reprenons ici la formulation de Durkheim page 597 des Formes élémentaires de la vie religieuse [NdT]

8 Pour les différences entre théorie et orientations générales, voir le chapitre IV.

9 Les données d’emploi du temps recueillies lors de l’étude corroborent ce résultat. Étant donnée la proportion exceptionnellement élevée de jeunes enfants, il est frappant de constater que 54 pour cent de leurs parents affirment qu’il est « plus facile à Craftown de trouver du monde pour garder nos enfants quand nous avons envie de sortir » qu’ailleurs où ils ont vécu ; seuls 21 pour cent disent que c’est plus difficile et les 25 pour cent restants ne voient pas de différence. Ceux qui arrivent de communautés urbaines plus importantes sont davantage susceptibles de témoigner d’une plus grande facilité à obtenir de l’aide à Craftown. De plus, comme cette hypothèse pouvait le laisser penser, les habitants les mieux intégrés à Craftown, ceux qui s’identifient le plus avec leur communauté, sont les plus à même de penser qu’il y est plus facile de se faire aider : 61 pour cent d’entre eux le confirment, contre 50 pour cent de ceux qui s’identifient à d’autres communautés, tandis que seulement 12 pour cent trouvent que c’est plus difficile, contre 26 pour cent du groupe précédemment mentionné.

10 L’ouvrage de Muzafer Sherif portant ce titre doit être cité comme une référence en ce domaine, même si la conception des « facteurs sociaux » y est quelque peu limitée : The Psychology of Social Norms (New York, 1936).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert K. Merton, « Le modèle de la sérendipité », Temporalités [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3476 ; DOI : 10.4000/temporalites.3476

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page