Navigation – Plan du site

Les ironies de (la) serendipity dans l’œuvre de Robert K. Merton

The irony of serendipity in Robert K. Merton’s work
Ironías de la serendipity en la obra de Robert K. Merton
Arnaud Saint-Martin

Résumés

Dans quelles circonstances et pourquoi Robert K. Merton a-t-il rencontré l’idée de serendipity ? Quelle place occupe-t-elle dans son œuvre ? Cet article propose de reconstituer pas à pas l’histoire de cette rencontre, qui ne manque pas d’ironie ni de piquant. En elle-même « sérendipienne », la découverte accidentelle mais tellement féconde du mot serendipity ouvrit à Merton nombre de pistes de recherche au cours des années 1940. Le concept intrigant de la découverte fortuite qui – entre autres vertus – engendre des résultats de nature à transformer la théorie promettait d’enrichir et de renouveler la connaissance objective. Mais la serendipity était plus qu’une recette heuristique à appliquer en science. Chez Merton, c’était aussi l’objet privilégié et « auto-exemplifiant » d’une sémantique sociologique des concepts, dont l’ambition est d’étudier les itinéraires des terminologies dans la culture. En retraçant la genèse de la recherche qu’il mena avec Elinor Barber sur l’histoire du mot et des significations parfois volatiles de la serendipity (recherche plus ou moins terminée en 1958, mais publiée seulement en 2002), on parviendra à saisir pourquoi ce thème revêtait pour Merton un double intérêt stratégique, à la fois épistémologique et autobiographique. On comprendra aussi pourquoi une nouvelle traduction en français du premier fragment d’article dans lequel le sociologue conceptualise la serendipity en 1948 est de bonne méthode sérendipienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par convention, je maintiendrai serendipity en anglais, parce que le signe compte et les traduction (...)

1Robert K. Merton (1910-2003) et la serendipity, c’est l’histoire d’un long compagnonnage intellectuel amorcé au hasard d’une recherche en elle-même « sérendipienne ». C’est l’histoire d’un apprenti sociologue qui, un jour de 1933, alors qu’il préparait sa thèse de doctorat à l’université de Harvard, découvrit un mot étrange au cours d’une recherche « péripatétique » (Merton, 1979, p. 123), dans le neuvième volume de l’Oxford English Dictionary (OED). Serendipity, ˌsɛr(ə)nˈdɪpɪti : la graphie comme la sonorité « mélodieuse » du mot le surprirent à première vue, comme il le confiera bien des décennies plus tard (Merton, 2004, in Merton, Barber, 2004 [1958], p. 234 ; Merton, 1998, p. 314). Par-delà l’exotisme du signifiant, serendipity attisa sa curiosité par cela même que le mot suggère, à savoir – selon la définition elliptique de l’OED – la faculté de découvrir des choses nouvelles que l’on n’avait pas même imaginées au départ, en se fiant au hasard et à quelque perspicacité personnelle. Si cette disposition de l’esprit paraît transcender les cultures et commence à résonner en ce début de XXe siècle parmi les curieux et les érudits, le mot, lui, est le fruit de l’imagination débordante d’un écrivain du siècle des Lumières, Horace Walpole. Dans une lettre adressée à Horace Mann, le 28 janvier 1754, Walpole improvisa une caractérisation lapidaire du phénomène de la serendipity, en souvenir du conte Travels and Adventures of Three Princes of Serendip (1722) (traduction anglaise de Peregrinaggio di tre giovani, figliuoli del re di Serendippo, tradatto dalla lingua persiana in lingua italiana de M. Christoforo Armeno, paru en 1557), dans lequel les trois héros « ne cessaient pas de faire des découvertes par accident et sagacité, de choses qu’ils ne cherchaient pas du tout ». Issu d’un échange épistolaire privé, le mot végéta longtemps puis, après l’édition des correspondances de Walpole en 1833, sa diffusion s’amorça peu à peu. Intrigué puis conquis par ces contenus de sens, Merton fit siens le mot et l’étude du phénomène1, jusqu’à s’affirmer comme l’un de leurs propagateurs les plus enthousiastes (Chazel, 2006 ; Maniscalo, 1998 ; Namian et Grimard, 2013).

  • 2 Une précision néanmoins, pour éviter tout malentendu : si Merton met l’accent sur la dynamique et l (...)

2L’histoire de la découverte de (la) serendipity a été tellement racontée, par Merton et tant d’autres après lui, qu’elle en est devenue une sorte de légende, sur laquelle il n’est sans doute plus besoin de revenir (voir, entre autres, Catellin, 2014). Elle est désormais riche de milliers de références, qui débordent le périmètre de la sociologie de la connaissance, de l’histoire des sciences ou de l’épistémologie. La banalisation du thème sérendipien s’amorce dès les années 1960. Aujourd’hui les mises au point, les guides de bonnes pratiques et les traités normatifs sur l’art de la serendipity abondent, à tel point qu’il est vain d’en faire l’inventaire complet – même si, j’y reviendrai, les archives numériques laissent entrevoir la possibilité d’un tel projet. La serendipity a été reconditionnée en bien symbolique de consommation courante ; elle inspire des usages et des transports de sens prévisiblement inattendus sur les tables des librairies, du développement personnel au livre de recettes de cuisine, jusqu’au roman sentimental. C’est pourquoi, à l’impossible revue de la littérature sérendipienne (ou vaguement sérendipienne, lorsque le mot est choisi pour sa graphie ou sa consonance), j’ai choisi de situer le thème sérendipien dans l’œuvre de Merton, c’est-à-dire rendre compte de ce qu’il fait de (la) serendipity, qui le transforme(nt) en retour – et jusqu’au bout. (La) serendipity est en ce sens une trame que l’exégète peut suivre afin de s’orienter dans l’œuvre de Merton. Sans éventer les termes de la conclusion, je soulignerai que (la) serendipity, telle(/tels) que Merton la(/les) conceptualise, est(/sont) un révélateur épistémologique et biographique de sa dynamique de recherche : non linéaire, sinueuse, réflexive, itérative, erratique, par moments contre-intuitive, autant dire ironique. Cette dernière propriété est fondamentale de ce style de pensée, comme l’a finement analysé Louis Schneider dans son analyse de la « perspective ironique » de la sociologie de Merton (Schneider, 1975). Cette dynamique est ironique en un double sens : premièrement, par l’attention portée sur les paradoxes, les incongruités et les décalages de l’action humaine ; deuxièmement, la « perspective ironique » de Merton renvoie à la sagacité – possiblement sérendipienne – de l’observateur qui, parce qu’il connaît les rouages et les dysfonctionnements de la machinerie sociale, perçoit combien les « choses-ne-sont-pas-ce-qu’elles-sont-supposées-être » (Schneider, 1975, p. 324 ; voir aussi Bruyn, 1966, p. 150-157). Inhérente à la réalité sociale et, sous certaines conditions, à leur observation sociologique2, l’ironie est structurante de la sociologie mertonienne de (la) serendipity (et de la sociologie mertonienne tout court). C’est le propos de cet article d’étayer cette perspective sur la perspective de Merton, en se plaçant à l’intersection de l’histoire de la sociologie et de la théorie sociologique, c’est-à-dire de l’historicisation des déplacements sérendipiens de Merton et de l’appréciation « présentiste » – pour la sociologie, ici et maintenant – de leur portée et de leur intérêt cognitifs (Camic, 1998).

  • 3 Là encore, une convention : lorsque je réfèrerai au manuscrit non publié repris dans l’ouvrage de 2 (...)
  • 4 Il Mulino avait déjà fait traduire en 1991 On the Shoulders of Giants (1965) sous le titre Sulle sp (...)
  • 5 Dans un courriel adressé à Piotr Sztompka en 1997 (circa juin, Robert K. Merton papers, Butler Libr (...)

3Je baserai mon analyse sur les premières notes, d’autres mentions ponctuelles à (la) serendipity et le manuscrit de 1958 augmenté d’une passionnante postface de 70 pages achevée au début de l’année 20023. Ces textes trouvent leur place dans une œuvre désormais finie, qui se déploie dans une bibliographie officielle (Poros, Needham, 2004) et les Robert K. Merton papers conservés à la Butler Library de l’University Columbia, lesquels incluent quantité de correspondances, de brouillons, de notes, de fiches et des manuscrits non publiés. Merton a façonné ses propositions sur (la) serendipity au gré des rééditions, des révisions et des reprises. De la première mention de la serendipity en 1945 à la version consolidée de 1948 (écrite en 1946 en vue d’une conférence à l’American Sociological Society [Merton, Barber, 1958, p. 141]) puis à celle, intégrée dans Social Theory and Social Structure (STSS) (qui comporte une longue note de bas de page ajoutée dans la première édition de 1949, où affleure l’intérêt pour le début de diffusion du mot depuis 1946), le sociologue a remanié très légèrement ses premières intuitions sur le phénomène de la serendipity, jusqu’à la rédaction d’un long manuscrit en 1957-1958, avec l’historienne et sociologue Elinor Barber. Merton et Barber s’y employaient à retracer l’histoire de la diffusion de (la) serendipity depuis la fulgurance de Walpole. À peu près achevé en 1958, le manuscrit est néanmoins resté sur les étagères de sa bibliothèque durant des décennies. Il paraît pour la première fois en italien en 2002 sous le titre Viaggi e avventure della Serendipity. Il aura fallu la diplomatie de la maison d’édition italienne Il Mulino4 pour que Merton se remettre à l’ouvrage5. Le manuscrit sera repris tel quel par les presses de Princeton University en 2004, sous le titre The Travels and Adventures of Serendipity. Ni Barber (décédée en 1999) ni Merton (disparu en 2003 à l’âge de 92 ans) n’assisteront à cet accouchement aux forceps.

4Ainsi donc, trois actes scandent cette histoire dont le protagoniste principal ne connaissait certes ni le scénario ni l’issue : 1) une heureuse rencontre de Merton avec (la) serendipity ; 2) une longue période durant laquelle le manuscrit « fantomatique » de 1958 est présent « en puissance » dans l’œuvre de Merton ; 3) une résurection tardive et par à-coups à partir du début des années 1990. Je me référerai à ces actes dans trois sections, qui aborderont successivement l’histoire de la rencontre de Merton avec (la) serendipity, la « gymnastique » sérendipienne et enfin l’incorporation du mot et du phénomène dans la culture. La présentation des trois actes ne suivra pas une trame strictement chronologique, elle alternera les va-et-vient dans le temps dans le but de faire ressortir les tours et détours nécessaires à la compréhension de la dynamique de la serendipity chez Merton.

L’heureuse rencontre de serendipity

  • 6 Merton fait un usage intensif de l’acronyme pour résumer de façon sténographique ses concepts. Il a (...)
  • 7 C’est ce qu’il note dans la rubrique « hobbies » du formulaire du Who’s Who in America, ca. 1980, R (...)

5Acte III : les « réflexions autobiographiques » consignées dans la postface de 2002 sont une tentative d’objectiver les conditions (sérendipiennes) de la découverte sérendipienne de (la) serendipity. Le style d’exposition comme la méthode d’analyse sont typiquement mertoniens. Au seuil d’une « vie de savoir » (Merton, 1996 [1994]), le sociologue nonagénaire continue de se complaire dans l’érudition, il n’oublie aucun détail de cette histoire qui le dépasse et l’amuse, et il prend soin de divertir son lecteur idéal dans des digressions parfois sans queue ni tête. Quiconque a été formé par les manuels d’histoire de la pensée sociologique au préjugé selon lequel Merton est un austère théoricien « fonctionnaliste » risque d’être dépaysé par cette prose à la fois malicieuse, jubilatoire et néanmoins toujours rigoureusement documentée. Merton avait trouvé le ton, et le bon, dans son inclassable livre-lettre On the Shoulders of Giants (OTSOG6) paru en 1965, dans lequel il se proposait de redécouvrir les sources et les usages de l’aphorisme « If I have seen farther, it is by standing on the shoulders of giants » (Merton, 1993 [1965]). Dans OTSOG (le livre dans lequel il se reconnaît le plus, son « œuvre prodigue ») et dans la postface de 2004, Merton compose (et se recompose) à la façon du roman Tristram Shandy de Lawrence Sterne (1759-1767). Rien que le titre, qui rappelle le conte sérendipien, est « shandéen » dans l’esprit : The Travels and Adventures of Serendipity, comme pour transporter le lecteur dans un espace-temps désuet, celui de la culture de l’Enlightenment, fort éloigné de l’univers cognitif résumé par le sous-titre plus « académiquement correct » de l’ouvrage posthume de 2004 (A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science). Le clin d’œil est appuyé, car le sociologue est un admirateur inconditionnel de Tristram Shandy. C’est son livre de chevet depuis toujours, un « hobby »7 qui sied à l’image qu’il veut renvoyer de lui-même, un concentré de vertus intellectuelles précieuses (curiosité, ironie, humour, autodérision, modestie, « art digressif », etc.), un « livre piégé » ou « à pièges » (Soupel, 1983), mais aussi emblématique des sens d’une démarche de connaissance qui résiste à la linéarité d’une existence programmée d’avance.

6De même que le roman irrévérencieux de Sterne commence (ou ne parvient pas à commencer) par le récit des circonstances improbables de la naissance de Shandy, Merton tente de décrire par le menu où, quand, comment et pourquoi il s’est attaché au mot et au phénomène qu’il désigne. Sa mémoire lui joue des tours, et c’est pourquoi il se fie à des documents et à ses archives personnelles. L’idée suggérée par la définition de l’OED de découvertes non attendues entre directement en résonance avec ses premiers articles de théorie sociologique du milieu des années 1930, dans lesquels il esquissait l’analyse de la logique sociale des conséquences non anticipées et non linéaires de l’action (Merton, 1936). La serendipity renvoie bien à une découverte accidentelle (Merton, 2004, p. 234), et c’est précisément ainsi que Merton l’a entrevue pour la première fois.

  • 8 Le physiologiste Walter Cannon (1871-1945) est le premier à introduire la serendipity dans le regis (...)

7Acte I, première scène : une note de bas de page mentionne en passant la serendipity en 1945 : c’en est la première occurrence dans la sociologie (Merton, 1945)8. Le développement le plus conséquent se trouve dans l’article de 1948, révisé dans STSS. Récemment recruté à Columbia University, Merton est en position de faire valoir ses options programmatiques. Non seulement il offre une alternative à l’ultra-théoricisme de Talcott Parsons (son ancien « tuteur » à Harvard) et le travail empiriste de la monographie, mais en plus il propose de définir une stratégie de développement rassurante et « pas à pas » pour la sociologie, à l’aide de « théories à portée moyenne » (middle-range theories), stratégie qui convainc de plus en plus dans la discipline. En même temps qu’il défend des perspectives théoriques sur tel ou tel segment de la réalité sociale (science, communication de masse, etc.), Merton entend « codifier » en amont la logique de la découverte scientifique. Passionné par le fait social de l’invention, il détaille des protocoles et des voies heuristiques et les illustre sur des études de cas (Saint-Martin, 2013, p. 53-75). Si les résultats n’ont pas toujours été à la hauteur, Merton était plein d’espoir au moment où il énonça ces guides de travail.

8L’esquisse de caractérisation de la serendipity dans l’article de 1948 exprime ce souci méthodologique et théorique. Merton met l’accent sur l’imprévisibilité et le caractère aberrant des données sources de serendipity ; ces anomalies ne sont pas « données » mais retraduites intellectuellement par un observateur entraîné à les percevoir, et qui a le bon goût de les réinvestir dans sa recherche théorique parce qu’il s’avère qu’elles revêtent in fine un intérêt « stratégique » pour cette même recherche, qui peut dès lors emprunter un autre chemin ou une nouvelle piste. Ces résultats non prévus ne s’improvisent pas, leur collection suppose une maîtrise cognitive de la curiosité, une « recherche disciplinée » : autant dire que dans ces conditions, cela s’apprend d’être surpris. « Les découvertes sérendipiennes, comme le souligne Maria Luisa Maniscalco, sont le fruit d’une combinaison heureuse entre la créativité intellectuelle et la rigueur méthodologique » (Maniscalo, 1998, p. 279). La serendipity désigne ce phénomène ordinaire, qui n’est pas le seul fait de la recherche sociologique, et vis-à-vis duquel les attitudes sont contrastées. Il faut qu’infuse une dose de libido sciendi dans l’esprit de l’observateur pour qu’il se défasse d’un programme d’observation initial et s’ouvre aux promesses de théories nouvelles occasionnées par la serendipity.

9Le phénomène redécouvert, il n’est plus qu’à le mettre en concept. Merton tire ce qu’il peut de la notion de serendipity. Paul Lazarsfeld, son collègue de Columbia University, a fort bien résumé cette pratique de recadrage par l’expression de « ramification conceptuelle », qui consiste à « examiner une notion, [à] en tester des variations et des implications, [à] voir comment cette notion est liée à des idées développées dans d’autres contextes, et s’appuyer sur des données empiriques qui pourraient illustrer la notion originale » (Lazarsfeld, 1975, p. 60). Les théories et les réseaux de concepts dont elles procèdent ne sont pas apposés ex post sur des « données » empiriques : au contraire, celles-ci sont reconstruites par les théories et les concepts, lesquels n’ont de sens que chargés d’empirie (voir Campa, 2001, p. 114 sq.). De même, à mesure que le « pattern » de la serendipity est spécifié dans les recherches bibliographiques et les esquisses d’application dans les sphères de la vie sociale, serendipity est affiné en tant que « concept évocateur (i.e. une idée générale avec des implications dûment énoncées) » (Merton, 2004, p. 236) : « compact », transportable et transposable (voir Zuckerman, 2010).

  • 9 P. 241, il fait la conversion : en 2000, cela équivalait à 1188 dollars, soit une somme considérabl (...)

10Retour à l’acte III : dans son explication ad hoc des circonstances dans lesquelles il en vint à codifier la serendipity, Merton ne se satisfait pas de l’explication par la résonance cognitive ou sensible. Parce que l’on ne touche qu’à la surface. C’est pourquoi il tire d’autres fils, qui l’amènent à documenter la protohistoire de cette rencontre. Pas de découverte sérendipienne de la serendipity sans achat… sérendipien de l’OED. Merton se remémore le bon temps où il fit l’acquisition de ces treize volumes qui, pour le self-made-man Yankee qu’il s’efforçait d’incarner, renfermaient les trésors de la langue anglaise (qui n’était pas sa langue maternelle) (Merton, 2004, p. 238 sq.). C’était en 1933. Merton a 23 ans, il dispose d’une bourse et de ses émoluments d’assistant de recherche à Harvard. Le prix de l’édition 1928 de l’OED est prohibitif, mais la bibliophilie du jeune graduate student est assez prononcée pour qu’il se rende à sa banque négocier son projet d’achat – comme on négocie un virage sans visibilité sans savoir où il conduit. Après discussion, le libraire de Cambridge où il repéra l’OED lui fait une offre irrésistible : en plus d’accepter les dollars à peine garantis par la banque (nous sommes en pleine Dépression), le libraire propose à Merton d’acquérir l’édition de 1933 de l’OED qui devait alors paraître, et qui devait inclure un volume inédit riche de nouveaux mots et de sources bibliographiques. Le deal est aussitôt conclu. Certes, il ne gagne alors que 1 300 dollars par an, en dépense 440 en frais d’inscription et d’hébergement sur le campus de Harvard, l’OED représente une somme conséquente de 90 dollars9, mais cet « énorme investissement » (Merton, 2004, p. 241) est la promesse d’innombrables heures d’enquêtes dans les volumes de l’OED.

  • 10 L’attention portée par Merton à la circulation des mots est une conséquence attendue d’une socialis (...)

11Ce n’est pas tout. Revenons un peu en arrière. Pourquoi cette passion pour les dictionnaires ? Dans une note de bas de page (Merton, 2004, p. 242), Merton rappelle que durant son enfance dans les quartiers pauvres de South Philadelphia, il avait élu domicile dans la bibliothèque Carnegie proche du domicile familial (Hunt, 1961 ; Simonson, 2010, p. 127-134). Pour ce fils de la classe ouvrière défavorisée, converti à la grandeur du rêve américain par ses parents russo-ukrainiens tout juste débarqués à Philadelphie (Merton, 1996 [1994]), la bibliothèque était un lieu d’évasion et d’aventures10. Dès 5-6 ans, il y passait des heures à compulser les dictionnaires entreposés. Il était dès lors largement « disposé à réagir avec empressement » (Merton, 2004, p. 242) à la publication des plus récentes éditions de l’OED en 1928 puis 1933. Sa connivence avec les groupes des collectionneurs et des libraires, les plus enclins à se saisir du mot serendipity au début du XXe siècle, n’en est que plus vive – sans évoquer le commerce intellectuel avec les érudits bibliophages, comme Umberto Eco.

  • 11 Lettre de Robert K. Merton à George E. Simpson, qui fut son premier professeur à Temple University, (...)

12Des années plus tard, Merton se mettra en tête de réaliser l’histoire des déambulations de serendipity avec Elinor Barber. Les auteurs s’efforcent de n’oublier aucune mention ni aucune personne. De fait ils incluent le sociologue Robert K. Merton dans leur reconstruction (Merton, Barber, 1958, p. 140-144), mais aussi Bernard Barber, qui insiste sur l’« imagination créatrice individuelle » (idem, p. 196-197) dans plusieurs pages de Science and the Social Order (1953). Le manuscrit de Merton et Barber est « terminé » en 1958, mais aucun point final n’y a été mis. Merton n’en est pas satisfait, il décide donc d’en ajourner la publication. Tant et si bien qu’il laissera le manuscrit dactylographié prendre la poussière, l’évoquant en passant dans des notes de bas de page au titre de « manuscrit non publié ». Il a d’autres priorités dans sa to-do list, en particulier la rédaction d’OTSOG, dont le manuscrit sérendipien a fait office de trépied – c’est, à tout le moins, la justification qu’il donnera plus tard. C’est ainsi que s’enclenche l’acte II. La reprise du texte en italien n’a rien de sérendipien, puisque la recherche était en quelque sorte « pétrifiée » et que Merton fut sollicité de l’extérieur pour publier enfin cette sorte de machine à remonter le temps11. On perçoit dans la postface de 2004 la conscience de l’inachèvement et aussi quelques regrets. Au détour d’une « pensée contrefactuelle » (Merton, 2004, p. 244), Merton finit par se demander ce qu’il serait advenu de l’histoire sémantique de serendipity si le manuscrit de 1958 avait été publié. Nul doute selon lui que la connaissance en aurait été bien plus étendue, et peut-être aussi l’approche sociologique et épistémologique qu’il défendait l’aurait-elle emporté contre l’illusio individualiste du serendipist qui ne doit ses découvertes qu’à sa seule sagacité.

Gymnastique de la serendipity

13Voici donc comment Merton s’approprie la serendipity. Mais pourquoi le phénomène et le mot le travaillent-il autant ? La postface du livre de 2002 comprend quelques clés, d’autres écrits plus confidentiels aussi – sans même mentionner les correspondances de l’auteur, aujourd’hui accessibles. Si Merton y adhère, c’est d’abord parce que la serendipity telle qu’il la conçoit est un processus « auto-exemplifiant », en ce sens qu’il s’applique autant à son contenu (les sens qu’il véhicule) qu’à son histoire. Il se l’approprie, l’approfondit et le consolide aussi parce que c’est une petite mécanique sociocognitive qu’il a à cœur d’encourager dès l’acte I de l’histoire mertonienne de la serendipity. Car il est profitable de laisser cours au hasard ou à l’aventure, dans la mesure où il peut en résulter des « gains » (Cannon) de connaissance. De ce point de vue, Merton « serendipitise » en fonction d’un agenda épistémologique s’appuyant sur une certaine morale du travail intellectuel. Normatif, il l’est volontiers : il est bon de se prendre au jeu et de sortir des sentiers battus. Mais que l’on ne se méprenne pas. Merton ne prône pas une espèce de mystique spontanéiste de la connaissance, selon laquelle les découvertes nous tomberaient dessus sans que l’on ne consente à un quelconque effort, de l’ordre du miracle ou du « syndrome Eurêka » (Merton, 1973 [1963], p. 402-403). Ce n’est pas parce qu’il accorde une certaine importance au hasard dans « son analyse de la serendipity [qu’il] s’expose à réveiller les représentations les plus naïves de l’invention que résume le paradigme de la pomme de Newton » (Bourdieu, Chamboredon, Passeron, 1968, p. 29), pas plus qu’il ne succombe au « mystère de l’émergence des idées » (Dahrendorf, 1980, p. 16). Non seulement son approche est inséparablement sociologique et épistémologique – donc éloignée du fantasme romantique du « génie créateur » incréé –, mais en plus elle refuse le « réductionnisme psychologique » (Merton, 2004, p. 294) qui confine la serendipity à la seule « faculté » individuelle, un don inné et naturel (Merton, 2004, p. 257-260). La « sagacité » sérendipienne ne tombe pas du ciel.

  • 12 Si attentif à la priorité dans les découvertes scientifiques, Merton n’oublie certes pas de soulign (...)

14De son propre aveu rétrospectif (nous sommes à l’acte III), ce n’est qu’après les années 1970 que Merton a véritablement intégré cette dimension sociologique de la connaissance sérendipienne (Merton, 2004, p. 294). Jusque-là, il mettait l’accent sur la sagacité de l’observateur, son équation personnelle. L’étude qu’il propose de la carrière intellectuelle de Thomas S. Kuhn illustre ce souci nouveau d’intelligibilité sociologique (Merton, 1979, p. 81-109, reprise en intégralité dans la postface de 2004, p. 262-269). L’idée développée par Merton est que les bifurcations cognitives sérendipiennes de l’auteur de La structure des révolutions scientifiques (1962) n’intervinrent par hasard que sous certaines conditions : celles d’une trajectoire cognitive façonnée par la culture savante de Harvard, en particulier la Harvard Society of Fellows, qui autorisait et même encourageait une mobilité intellectuelle et des interactions disciplinaires (de la physique à l’histoire et la philosophie des sciences, dans le cas de Kuhn). Dans ce milieu propice à l’émulation et aux hasards féconds, comme le raconte Merton à partir de rétrospections de Kuhn, il découvrit un livre qui modifia durablement sa compréhension de la dynamique des (r)évolutions scientifiques. Ce livre de Ludwik Fleck, Entstehung und Entwicklung einer wissenschaftlichen Tatsache (première parution 1935, traduit en anglais avec le concours de Merton près de 50 ans plus tard, sous le titre The Genesis and Development of a Scientific Fact, 1979, avec un avant-propos de Kuhn), apportait une conception neuve et puissante des structures sociales et cognitives de la pratique scientifique, loin des abstractions de la philosophie des sciences. Merton n’est pas peu fier de rappeler que Kuhn rencontra Fleck dans une note de bas de page sérendipienne de l’ouvrage Science, Technology, and Society in Seventeenth-Century England (1938) d’un certain… Robert K. Merton (Merton, 2004, p. 264). Ce dernier évoque aussi l’importance du Center of Advanced Study in the Behavioral Sciences, situé à Palo Alto, où Kuhn séjourna entre 1958 et 1959. Élitiste et sélectif, c’est la « serendipity faite institution » (Merton, 2004, p. 265). Le Center crée les conditions « environnementales » d’une recherche novatrice, en provoquant l’interaction entre pensionnaires issus de formations différentes et animés d’intérêts de connaissance parfois très éloignés. Les esprits y sont « préparés » (Merton, 2004, p. 265) à repérer les anomalies et les solutions possibles pour faire progresser les savoirs (« Le hasard ne favorise que les esprits préparés », disait Pasteur). C’est sous le soleil californien que les concepts « kuhnisés » de « paradigme » et de « changement de paradigme » furent peu à peu intégrés à ce qui était en passe de devenir La structure des révolutions scientifiques12 : il remarqua sur place que le dissensus intellectuel était bien plus marqué dans les sciences humaines et sociales que dans les sciences de la nature, lesquelles étaient guidées par les principes de ce qu’il appellera la « science normale ». Ce n’était pas prévu au départ, le jeune chercheur ne savait pas qu’il aboutirait à cette solution « révolutionnaire » (la science normale est sous l’emprise d’un paradigme), et il n’en finira pas de revenir plus tard sur la logique insoupçonnée de cette découverte scientifique majeure. Dans ce cas, la recherche empirique sérendipienne a entraîné une transformation théorique d’ampleur. La sociologisation de la serendipity comme configuration (pattern) et plus généralement de l’histoire des idées (Camic, 2010) attire donc l’attention sur « la question spécifique de comment certains types de micro-environnements sociocognitifs engendrent plus fréquemment la “composante accidentelle” des découvertes scientifiques sérendipiennes » (Merton, 2004, p. 261). Sans pour autant réduire le phénomène de la serendipity et la formation des idées à la seule action des structures environnementales (voir Camic, 2010, p. 287), Merton – à la suite de John Ziman (2000) – met l’accent sur la possibilité que ces espaces intellectuels – sérendipiens par construction – placent opportunément le chercheur dans la situation de percevoir des anomalies inattendues : c’est propice à la réalisation de découvertes sérendipiennes (à différencier des moments de serendipity qui peuvent perturber pour le meilleur le cours d’une recherche) (Merton, 2004, p. 297). Mais ces dernières n’interviennent pas sans que le chercheur ne soit disposé à conférer du sens à ces anomalies et à exploiter les potentialités des « opportunités sérendipiennes » (Ziman, 2000, p. 217).

15Mais alors, si la serendipity mertonienne véhicule une conception tour à tour descriptive et normative des chemins qui mènent vers la connaissance, qu’est-ce qui la différencie d’autres approches issues du knowledge management et de l’entrepreneuriat scientifique, si promptes à valoriser l’idée (voir Dew, 2009) ? Durant les années 1990, Merton observait avec quelque perplexité la montée en puissance dans les discours des modèles de « l’économie de la connaissance » et de la science « postnormale », souvent issus d’ailleurs de la sociologie des sciences. Le « pilotage » de la science par l’action bureaucratique sur des processus sérendipiens aussi énigmatiques qu’attractifs est à des lieues des aventures désintéressées et érudites du tandem Barber-Merton. Le sociologue est trop attaché au schème conceptuel des « conséquences inattendues » : la créativité-sur-de-bons rails n’a de sens qu’unique et univoque, elle est l’attirail contre-sérendipien des « créatifs ».

  • 13 Lettre de Robert K. Merton à Irving Louis Horowitz, 15 décembre 1993, RKM papers. Merton évoque un (...)

16Merton observe la « gymnastique » de la serendipity chez les autres, mais aussi il en cherche après-coup la présence dans ses propres recherches. Le sociologue projette beaucoup de lui-même dans sa reconstruction conceptuelle de (la) serendipity. Il réfléchit sur autant qu’il se réfléchit dans ses concepts, les spéculations sont lestées d’une dimension spéculaire sur la formation inchoative et le devenir des créations conceptuelles (et récréations, s’agissant des « otsogismes » !) de Merton. La serendipity, surtout à la fin de sa vie, est ainsi un outil d’auto-compréhension et d’auto-exemplification (Saint-Martin, 2016). Elle ravive la tentation de faire de sa vie scientifique une « œuvre-travail » tout aussi scientifique (Collinot, 2012), ce que confirment les biographies intellectuelles de l’auteur (Kalleberg, 2007 ; Schultz, 1995 ; Sztompka, 1986). À ceci près qu’il n’est pas question de laisser la sociologie « disciplinée » dépérir sous l’effet d’un subjectivisme radical doublé d’une forme également radicale de relativisme cognitif13. Les procédures et les protocoles de l’investigation contrôlée sont précisément définis pour censurer la mégalomanie qui guette les architectes de cathédrales théoriques.

Oblitération par incorporation : la serendipity dans le corpus de la connaissance humaine

  • 14 Sur la base de l’Institut National de la Propriété Industrielle, on compte 27 marques « serendipity(...)

17Le mot serendipity circulait avant que Merton le rencontrât, il a continué de traverser les cultures et les langues après la mise au placard du manuscrit original de 1958. Le mot s’est accroché à diverses choses, et surtout parfois à n’importe quoi. La diffusion en est diffuse, le succès certain. Selon les usages, le mot est converti en marque14 ou en tag, il signifie par lui-même une sorte de philosophie de la vie, de l’ouverture au monde, un « esprit d’aventure » ; c’est le mantra des entrepreneurs de la « nouvelle économie de la connaissance », du numérique et du big data, de l’« inventologie » clés en main (dans l’océan de références, voir entre autres Kennedy, 2016). La serendipity est chargée d’attendus et de stéréotypes sur la temporalité de la découverte : orientée vers l’avenir et l’émergent, le neuf et l’innovant.

  • 15 Ce qui ne veut pas dire que ces termes et les conceptions qui les sous-tendent sont compris comme i (...)

18Ces circulations en tous sens sont du pain béni pour le programme d’une « sémantique sociologique » que Merton a peu à peu défini sur la base notamment de l’enquête sur serendipity (voir Zuckerman, 2010). Dans les Merton papers, des dossiers entiers contiennent les archives de ses recherches sur la diffusion de notions et de concepts made by Merton (role-model, Matthew effect, opportunity structure, self-fulfilling prophecy, etc.). Le constat qu’ils échappent à leur « créateur » n’est pas original (Cohen, 1998), il n’est pas non plus à regretter. Merton a forgé le concept de l’« oblitération par incorporation » pour rendre compte de ces discontinuités (« OBI », pour obliteration by incorporation) : « l’oblitération de la source d’idées, de méthodes et de découvertes par leur incorporation dans le savoir communément admis » (Merton, 1993 [1965], p. 312-313). Le processus est courant : des usagers de ces trouvailles désormais répertoriées dans le corpus des savoirs certifiés les mobilisent dans leurs écrits, ils considèrent de bonne foi que leurs lecteurs connaissent la source originale – le leur rappeler, ce serait mettre en doute voire « insulter » leur culture générale –, et à force de diffusion sans référence la source se perd dans les limbes de l’histoire anonyme de la culture. La source originale a été oubliée et supprimée ; il arrive même que tel intermédiaire « innocent » instruit par les premières citations « oblitérantes » remplace cette source première par une source postérieure, ce que Merton appelle le « syndrome palimpsestique » ou « anatopique » (Merton, 1993 [1965], p. 218-219). Ainsi des terminologies sociologiques sont-elles culturellement assimilées en dehors de leur sphère d’application initiale (Merton, Wolfe, 1995), et participent du sens commun des réalités sociales15. En outre, l’OBI s’accompagne de processus tout aussi curieux mais répandus, par exemple la « cryptomnésie » (cryptomnesia), trop rapidement résumée – et moralement dépréciée, à tort – par l’expression de « plagiat inconscient » : parce qu’il est enthousiaste et fier à l’idée d’avoir trouvé quelque chose qui semble neuf et original, tel chercheur oublie qu’en réalité il l’avait lu ou entendu auparavant – ce quelque chose s’était sédimenté dans les structures de sa mémoire faillible et finit par surgir de nouveau sous la forme d’une découverte inattendue (Merton, 1973 [1963], p. 403). Ces choses-là surviennent dans le cours de la recherche, elles sont le lot des artisans de toutes les disciplines.

19C’est la raison pour laquelle Merton tient les comptes des citations et non-citations de son œuvre, et s’investit à partir des années 1980 dans la compilation du « noyau historique » des citations qui contiennent les « idées mémorables mémorablement exprimées » des sciences sociales et de la pensée sociale (social thought) (Sils, Merton, 1991, p. xv, souligné par les auteurs). Il y a quelque chose du collectionneur et de l’encyclopédiste dans ces recherches de « pépites » de l’histoire intellectuelle, peut-être aussi une forme de nostalgie dans le pressentiment des pertes fatales et des béances qui trouent l’histoire de la pensée humaine. Cela ne concerne pas seulement les mots ou les proverbes inoubliables. Les méthodes des sciences humaines et sociales et des humanités peuvent aussi être incorporées en dehors de leur sphère d’application initiale, et circulé au gré des intérêts et des besoins de connaissance. C’est le cas par exemple de la méthode de la focused interview, dont Merton, en collaboration avec ses collègues du Bureau of Applied Social Research de Columbia, revendique la paternité après l’avoir développée dans les années 1940 pour expliquer les ressorts de la communication de masse et de la propagande militaire. Associée par la suite à la méthode d’analyse qualitative des focus groups dans le marketing ou les sondages d’opinion, le succès de la focused interview illustre les « continuités entre le monde académique et le marché », quand bien même elles ne furent ni voulues ni anticipées (Merton in Merton, Fiske, Kendall, 1990 [1956], p. xxvii). Un autre exemple est celui de la prosopographie (ou biographie collective), dont Merton improvisa le protocole dans sa thèse de doctorat sur la science et la technique dans l’Angleterre du XVIIe siècle soutenue en 1935, à partir des milliers de notices du Dictionary of National Biography (Merton, 1979, p. 27-36).

20L’OBI et la serendipity donnent corps à la pensée mertonienne des temporalités de la recherche. La traversée des « océans » du savoir (la métaphore revient souvent sous son clavier) est intranquille. Elle est cernée par la méconnaissance et la non-connaissance. C’est une trame de la sociologie de Merton, qui s’affirme toujours plus dans l’après-OTSOG. Dans sa puissante interprétation de l’œuvre de Merton, Piotr Sztompka (1986) accorde une importance stratégique au concept mertonien de l’« ignorance spécifiée » (specified ignorance), c’est-à-dire « la reconnaissance formelle de ce qui n’est pas encore connu mais doit l’être afin de poser les fondations de la connaissance à venir « new knowledge » (Merton, 1976, p. 112). Comme l’écrit Sztompka, « plus nous savons, plus nous prenons conscience du peu que nous savons. La solution d’un problème particulier repousse les frontières de la curiosité rationalisée ou des besoins pratiques, et ouvre de nouveaux champs d’expérience problématiques » (Sztompka, 1986, p. 98). C’est de cette manière que Merton s’est projeté dans le flux des problèmes à traiter, parmi lesquels des problèmes inconnus qui pouvaient surgir « par accident ». Mais, et c’est ce que révèlent la sémantique sociologique du mot serendipity ainsi que les rétrospections de la postface de 2002, cette projection dans l’inconnu ne concerne pas seulement les mondes futurs de la connaissance. Parce que les conditions intellectuelles selon lesquelles les ignorances d’hier furent « déspécifiées » et les problèmes résolus ont été le plus souvent oblitérés, l’enquêteur se trouve dans la position de les retrouver ici et maintenant, dans les profondeurs possiblement insondables de l’histoire des savoirs oubliés, qui se tiennent devant lui. Et ces futurs antérieurs de la connaissance passée de regagner en puissance une vitalité au présent, parmi le corpus des savoirs admis aujourd’hui, pourvu qu’un serendipist prenne le temps de se mettre à leur recherche.

Conclusion : la serendipity mertonienne à l’ère de l’abondance

21Lorsque Merton rédige la postface de Serendipity, sa santé est alors chancelante depuis qu’il subit des opérations lourdes et les traitements contre plusieurs cancers. New Yorkais depuis son arrivée à Columbia University en 1941, il est affligé par les attentats du 11 septembre 2001. Le manuscrit de 1958 n’était pas terminé, cet ultime témoignage ne le sera pas non plus : « Venant tout juste d’être informé qu’un nouveau combat chirurgical m’attend – le cinquième ces derniers mois – et assailli par une variété d’autres maux, je dois vraiment conclure de façon prématurée et abrupte ce brouillon incomplet et non édité d’une avant-dernière section que je prévoyais [dans cette postface] » (Merton, 2004, p. 298). C’est sur une prévisible impression d’inachevé que s’interrompt le texte. Si les voyages et les aventures de la serendipity traversent les âges, à condition que l’on en garde trace, les voyageurs et les aventuriers, quant à eux, sont mortels.

  • 16 Mais là encore, l’accouchement n’a pas été sans difficultés. Rédigé en trois semaines seulement dur (...)
  • 17 Lettre de Robert K. Merton à I. Bernard Cohen, 15 février 1992, RKM papers.

22Ces dernières digressions révèlent un aspect méconnu mais pourtant essentiel de l’œuvre de Merton : sa portée morale, celle d’une morale de la science et du travail intellectuel. Pour Steven Shapin, l’ouvrage de Merton et Barber livre une « vision humaine [humane vision], et cette biographie de la serendipity est humaine, érudite et pleine de sagesse » ; à tel point que, suggère l’historien des sciences, il est plausible que Merton ait préféré l’enterrer tandis que les sciences sociales légitimaient une vision froide et rationnelle de l’action humaine (Shapin, 2004, p. 275). L’hypothèse d’une sorte d’autocensure du sociologue Merton débordé par un humanisme de coulisses est fragile, parce que non seulement Merton n’adhérait pas au dogme d’une science sociale amputée de ses sources humanistes, mais en plus la parution d’OTSOG en 1965 atteste qu’il tenait à transformer en essais cette disposition16. Peut-être après tout la non publication illustre-t-elle un « cas rare de serendipity (inconsciemment motivée) »17. Quoi qu’il en soit de ces spéculations mertonologiques sur le devenir contrarié du manuscrit tiré de sa « fantomatique existence dans les limbes de l’histoire » des manuscrits non publiés (Merton, 2004, p. 285), il en subsiste une vision généreuse de l’histoire universelle de la connaissance humaine (Wolfe, 1997, p. 35).

23Comme les recherches sérendipiennes de Merton dans les dictionnaires – il en possédait une centaine (Zuckerman, 2010, p. 255) – et les fonds des bibliothèques – ceux de la Widener Library de Harvard, où il exploita d’immenses fonds durant les années 1930 – paraissent « old-school » à l’heure de la numérisation universelle et des humanités « numériques ». Les mots sont désormais à portée de clic, au gré des navigations et des liens hypertexte, ce que commençait d’entrevoir avec appétit Merton au cours des années 1990. « Novice » (Merton, 2004, p. 290) mais pragmatique, il usait des bases de données (JSTOR) et des moteurs de recherche (Google) pour tenir la comptabilité des occurrences du mot serendipity. Surfer sur ces déferlantes présentait un intérêt certain : cela donne un aperçu « automatique » des transports browniens du mot dans les milliards de documents accessibles du Web. Les centaines de milliers d’occurrences excèdent sans commune mesure les quelques dizaines qu’il avait repérées avec Barber depuis la fin du XIXe siècle. Mais cette surabondance donne le vertige et demande en conséquence un minimum de maîtrise et de canalisation des flux. La sémantique sociologique selon Merton fait plus que constater la prolifération d’un mot, elle vise à caractériser des itinéraires de sens. L’enquêteur ne disposant que de trop peu de temps pour ce travail, il cherche au hasard et se fie à l’algorithme de Google (ce n’est pas un hasard si la page d’accueil du service de recherche de contenus « Google Scholar » affiche l’aphorisme-slogan « Sur les épaules d’un géant »). L’art du tri sélectif dans les contenus les plus sûrs de la science s’apprend, il exige du tact et l’exercice d’un « scepticisme organisé » dans les limites d’une « communauté de scientifiques » (Merton, 2004, p. 290, souligné par l’auteur). Ce contrôle interne s’exprime par l’évaluation par les pairs, dont Merton souligne qu’il n’est sans doute pas parfait mais demeure le système le plus optimal (Merton, 2004, p. 291). Le Web, lui, se développe massivement sans ces contrôles, il paraît même hors de tout contrôle pour le serendipist mertonien.

24Le style de pensée de Merton est également éloigné de ce qui est attendu d’un chercheur à l’ère de l’abondance des données et des contraintes court-termistes de la fast science. University Professor d’un établissement de la Ivy League, le sociologue avait tout loisir de s’adonner à ces recherches impubliables et non publiées, exposées à la procrastination de leur auteur, tandis que piaillaient les chercheurs atteints de « l’insanabile scribendi cacoethes (la démangeaison atroce qui touche quiconque veut publier, affection que seul le griffonnage de mots sur le papier peut guérir) » (Merton, 1993 [1965], p. xxiii). Vu ce décalage, était-il bien nécessaire de traduire à nouveau en français le fragment de 1948 augmenté d’une note dans STSS ? Oui, sans aucun doute. Parce que c’était l’occasion de réviser la traduction originale « arrangée » d’Henri Mendras (1995, p. 294) ; parce que c’était aussi l’occasion de remettre au travail un faisceau d’idées résumé dans ce mot étrange, dont on n’aura pas fini d’épuiser la sémantique sociologique et l’épistémologie. Qui sait, cette serendipity mertonienne pourrait-elle stimuler la curiosité et plus encore encourager de nouvelles appropriations de la notion et de l’œuvre de Merton. Le cas échéant, cela ne manquerait pas d’ironie(s).

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., [1968] 2005. Le métier de sociologue : préalables épistémologiques, Berlin & New York, Mouton de Gruyter.

Bruyn S., 1966. The Human Perspective in Sociology: The Methodology of Participant Observation, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, Inc.

Camic C., 1998 [1997]. “Classical Sociological Theory as a Field of Research”, in id. (eds.), Reclaiming the Sociological Classics: The State of the Scholarship, Malden (Mass.), Blackwell, p. 1-10

Camic C., 2010. “How Merton Sociologizes the History of Ideas”, in Calhoun C. (ed.), Robert K. Merton: Sociology of Science and Sociology as Science, New York, Columbia University Press, p. 273-296.

Campa R., 2001. Epistemological Dimensions of Robert Merton’s Sociology, Torún, Wydawnictwo Uniwersytetu Mikołaja Kopernika.

Catellin S., 2014. Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Le Seuil.

Chazel F., 2006. « Merton et la serendipity : à propos d’une publication récente », Revue d’Histoire des sciences humaines 14, p. 209-217.

Cohen P., 1998. “Patriarch of Sociology Sees His Insights Become Just What Everyone Knows”, The New York Times, 31 octobre.

Collinot A., 2012. « Entre vie et œuvre scientifiques : le chaînon manquant », Critique 781-782, p. 576-587.

Dew N., 2009. “Serendipity in Entrepreneurship”, Organization Studies 30 (7), p. 735-753.

Dahrendorf R., 1980. “On Representative Activities”, in Gieryn T. (eds.), Science and Social Structure: A Festschrift for Robert K. Merton, New York, Transactions of the New York Academy of Sciences, Series II, vol. 39, p. 15-27.

Hunt M., 1961. “How Does it Come to Be So?“, The New Yorker, 28 janvier, p. 39-63.

Kalleberg R., 2007. “Robert K. Merton: A Modern Sociological Classic”, Journal of Classical Sociology 7 (2), p. 131-136.

Kennedy P., 2016. Inventology: How We Dream Up Things That Change the World, Boston, Houghton Mifflin Harcourt.

Lazarsfeld P., 1975. “Working with Merton”, in Coser L. (ed.), The Idea of Social Structure: Papers in Honor of Robert K. Merton, New York, Harcourt Brace Jovanovich, p. 35-66.

Maniscalco M. L., 1998. “Serendipity in the Work of Robert K. Merton”, in Mongardini C., Tabboni S. (eds.), Robert K. Merton and Contemporary Sociology, New Brunswick, Transaction Publishers p. 273-284.

Mendras, H., 1995. Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud.

Merton R. K., 1936. “The Unanticipated Consequences of Purposive Social Action”, American Sociological Review 1 (6), p. 894-904.

Merton R. K., 1945. “Sociological Theory”, American Journal of Sociology 50 (6), p. 462-473.

Merton R. K., 1948. “The Bearing of Empirical Research upon the Development of Sociological Theory”, American Sociological Review 13, p. 505-515.

Merton R. K., 1961. “Now the Case for Sociology: The Canons of the Anti-Sociologist”, New York Times Magazine, 16 juillet.

Merton R. K., [1963] 1973. “The Ambivalence of Scientists”, in The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, University of Chicago Press, p. 382-412.

Merton R. K., [1965] 1993. On the Shoulder of Giants: A Shandean Postscript. The Post-Italianate Edition, Chicago, University of Chicago Press.

Merton R. K., [1949] 1968. Social Theory and Social Structure, New York, The Free Press.

Merton R. K., 1976. “Structural Analysis in Sociology”, in Sociological Ambivalence and Other Essays, New York, The Free Press, p. 109-144.

Merton R. K., [1977] 1979. The Sociology of Science: An Episodic Memoir, Carbondale, University of Southern Illinois Press.

Merton R. K., [1994] 1996. “A Life of Learning”, in Sztompka P. (ed.), Robert K. Merton. On Social Structure and Science, Chicago, University of Chicago Press, p. 339-359.

Merton R. K., 1995. “De-Gendering ‘Man of Science’: The Genesis and Epicene Character of the Word Scientist”, in Erikson K. (ed.), Sociological Visions, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 225-253.

Merton R. K., 1998. “Unanticipated Consequences and Kindred Sociological Ideas: A Personal Gloss”, in Mongardini C., Tabboni S. (eds.), Robert K. Merton and Contemporary Sociology, New Brunswick, Transaction Publishers, p. 295-318.

Merton R. K., Fiske M., Kendall P., [1956] 1990. The Focused Interview: A Manual of Problems and Procedures, New York, The Free Press.

Merton R. K., Barber E., 2004. The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton, Princeton University Press.

Merton R. K., Wolfe A., 1995. “The Cultural and Social Incorporation of Sociological Knowledge”, The American Sociologist 26 (3), p. 15-38.

Namian D., Grimard C., 2013. « Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Conditions sociologiques et portée heuristique d’un néologisme « barbare » », SociologieS [En ligne], Dossier « Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? », mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 22 décembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4490.

Poros M.V., Needham E., 2004. “Writings of Robert K. Merton”, Social Studies of Science 34 (6), p. 863-878.

Saint-Martin A., 2013. La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte.

Saint-Martin A., 2016. « Robert K. Merton, au nom de la science », in Adell N., Lamy J. (dir.), Ce que la science fait à la vie, Paris, Éd. CTHS, p. 201-231.

Schneider L., 1975. “Ironic Perspectives and Sociological Thought”, in Coser L. (ed.), The Idea of Social Structure: Papers in Honor of Robert K. Merton, New York, Harcourt Brace Jovanovich, p. 323-337.

Schultz R., 1995. “The improbable adventures of an American scholar: Robert K. Merton”, The American Sociologist 26 (3), p 68-77.

Shapin S., 2004. “The Accidental Scientist”, The American Scientist 92, p. 374-375.

Sils D., Merton R. K., [1991] 2000. Social Science Quotations: Who Said What, When, and Where, New Brunswick, Transaction Publishers.

Simonson P., 2010. Refiguring Mass Communication: A History, Urbana, University of Illinois Press.

Soupel S., 1983. « Tristram Shandy, roman piégé », Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles 17 (1), p. 129-138.

Sztompka P., 1986. Robert K. Merton: An Intellectual Profile, New York, St. Martin’s Press.

Wolfe A., 1997. “The Two Faces of Social Science”, in Erikson K. (ed.), Sociological Visions, Lanham, Rowman & Littlefield, p. 31-56.

Ziman J., 2000. Real Science: What It Is and What It Means, New York, Cambridge University Press.

Zuckerman H., 2010. “On Sociological Semantics as an Evolving Research Program”, in Calhoun C. (ed.), Robert K. Merton: Sociology of Science and Sociology as Science, New York, Columbia University Press, p. 253-272.

Haut de page

Notes

1 Par convention, je maintiendrai serendipity en anglais, parce que le signe compte et les traductions dont il a été l’objet (« sérendipité », en français) ne sont pas tout à fait interchangeables, le mot évoquant diverses choses selon les domaines, les cultures et les langues qu’elle traverse – ce sur quoi Merton et Barber insistait déjà dans les années 1950. L’instabilité sémantique accompagne la circulation du mot. Ainsi, Henri Mendras laissera « serendipity » en anglais et sans l’italique dans la traduction française partielle du recueil Social Theory and Social Structure de Merton en 1953. Ce choix ne fait pas consensus : dans un compte rendu paru dans L’Année sociologique en 1955, Robert Pagès lui substitue le terme de « sérendipidité », supposé plus élégant [Merton, Barber, 1958, p. 143]. J’y réfèrerai dans l’article pour qualifier le mot, avec l’article pour dénoter le phénomène (« la serendipity »), en usant des parenthèses (« [la] serendipity ») pour signifier l’un et l’autre.

2 Une précision néanmoins, pour éviter tout malentendu : si Merton met l’accent sur la dynamique et les effets contre-intuitifs ou non prévus de l’ironie dans le contexte de la découverte scientifique, il n’en justifie et promeut pas moins le programme d’une accumulation critique et sélective des connaissances, facteur de progrès et vecteur de régulation des communautés scientifiques.

3 Là encore, une convention : lorsque je réfèrerai au manuscrit non publié repris dans l’ouvrage de 2004, cosigné avec Barber, j’indiquerai « (Merton, Barber, 1958) », tandis que les mentions faites à la postface rédigée en 2002 seront abrégées sous la forme « (Merton, 2004, p. x) ».

4 Il Mulino avait déjà fait traduire en 1991 On the Shoulders of Giants (1965) sous le titre Sulle spalle dei giganti, avec une préface d’Umberto Eco, reprise dans la réédition « post-italienne » du livre en 1993.

5 Dans un courriel adressé à Piotr Sztompka en 1997 (circa juin, Robert K. Merton papers, Butler Library, Columbia University (notés RKM papers dans la suite de l’article), Merton évoque une proposition de l’éditeur W.W. Norton « 8 ou 10 ans auparavant ». Il dit ne pas se rappeler pourquoi il l’a refusée à l’époque.

6 Merton fait un usage intensif de l’acronyme pour résumer de façon sténographique ses concepts. Il arrive aussi qu’il les transforme en néologismes. C’est le cas d’« OTSOG », qui sert à qualifier (entre autres !) l’« exhibition de la précision démonstrative », les péripéties, la formation ingénieuse de mots, les « débris de l’histoire oubliée », etc. Le sociologue shandéen a tenté de changer en nom (« otsog, n. » : type de récit érudit), en adjectif (« otsogal, a. » : qualifiant les entités « otsogables »), en adverbe (« otsogally, adv. » : d’une façon otsogienne) (Merton, 1993 [1965], p. 273-277) ou en verbe (« otsogerize, -ise-, v. » : convertir en otsog). On ne sera pas surpris que ces innovations terminologiques ne circulent pas en dehors des cercles de lecture initiés à l’otsogophilie.

7 C’est ce qu’il note dans la rubrique « hobbies » du formulaire du Who’s Who in America, ca. 1980, RKM papers.

8 Le physiologiste Walter Cannon (1871-1945) est le premier à introduire la serendipity dans le registre de l’heuristique de la science. Son ouvrage The Way of an Investigator, dans lequel est repris sa conférence « Gains from Serendipity » (1932), paraît en 1945. Merton tente d’historiciser sa découverte de Cannon dans une note de bas de page digressive de sa postface de 2004. L’article où il mentionne de façon elliptique la serendipity est publié en mai 1945. Bernard Barber (le mari d’Elinor Barber) lui offre The Way of an Investigator pour son anniversaire le 4 juillet 1945. C’est suffisant pour dater une découverte quasi simultanée et indépendante. Merton a connu Cannon sur le campus de Harvard en 1939, mais n’a jamais évoqué le sujet. Chacun sa serendipity, néanmoins inspirée par la définition lapidaire mais tellement évocatrice de Walpole.

9 P. 241, il fait la conversion : en 2000, cela équivalait à 1188 dollars, soit une somme considérable.

10 L’attention portée par Merton à la circulation des mots est une conséquence attendue d’une socialisation précoce et assidue à la culture de l’écrit. Les mots comptent pour lui. Ils peuvent avoir des effets dans la réalité dès lors qu’ils sont repris ou brandis pour agir. Comme le souligne Harriet Zuckerman (2010, p. 255-256), Merton n’a pas fait le lien de lui-même entre ses « aventures » de sémantique sociologique et le linguistic turn et toutes les percées théoriques autour de la performativité, de John Austin à Judith Butler, mais il a identifié des processus et des mécanismes par lesquels les mots – comme véhicules de croyances, de représentations, d’idées… – transforment le monde. La prophétie auto-réalisatrice, qui contient un élément discursif, en est l’exemple le plus net, tout comme la serendipity, qui constitue un « mot culturellement stratégique » (Merton, 1995, p. 225).

11 Lettre de Robert K. Merton à George E. Simpson, qui fut son premier professeur à Temple University, 6 décembre 1998, Robert K. Merton papers.

12 Si attentif à la priorité dans les découvertes scientifiques, Merton n’oublie certes pas de souligner au passage qu’il tenta d’installer l’usage du mot « paradigme » en sociologie dans les années 1940 (Merton, 2004, p. 266-269) : Kuhn, conjecture Merton, n’en avait probablement pas connaissance et l’usage qu’il en a fait dans La structure des révolutions scientifiques divergeait de celui proposé dans Social Theory and Social Structure. Il n’en reste pas moins que chacun s’est forgé une conception particulière du concept, sur des voies qui furent sérendipiennes sans pour autant entrer en intersection, pour des raisons que ni l’un ni l’autre n’est parvenu à expliquer par la suite malgré leur grande proximité intellectuelle. Cela n’a pas perturbé Merton, car il estimait que le progrès dans les sciences n’est pas un processus linéaire : les recherches et les résultats ne convergent pas toujours, les piétinements et les apories n’ont de cesse d’obstruer la bonne marche de la science. C’est pourquoi le sociologue insistait sur la nécessité de dresser un tableau réaliste de cette activité, qui recèle d’heureuses surprises. Ce tableau suggestif inclurait les serendipities scientifiques de la logique de la découverte ou de la science en cours de développement (d’autres diraient « en train de se faire »), serendipities hélas « oblitérées » (Merton, 2004, p. 269-278) dans les comptes rendus ad hoc et lissés ainsi que dans les manuels de science.

13 Lettre de Robert K. Merton à Irving Louis Horowitz, 15 décembre 1993, RKM papers. Merton évoque un tel « bruit » dans la sociologie des sciences, et cite en guise d’illustration les écrits de Bruno Latour.

14 Sur la base de l’Institut National de la Propriété Industrielle, on compte 27 marques « serendipity » et 7 « sérendipité » françaises et/ou de l’Union européenne (voir https://bases-marques.inpi.fr, consulté le 18 janvier 2017). 353 marques sont enregistrées sur la base de la World Intellectual Property Organization (http://www.wipo.int/branddb/en/, consulté le 18 janvier 2017).

15 Ce qui ne veut pas dire que ces termes et les conceptions qui les sous-tendent sont compris comme ils le devraient. Car, comme l’a regretté Merton, les préjugés et les idées fausses de l’« anti-sociologie » ont la vie dure (Merton, 1961).

16 Mais là encore, l’accouchement n’a pas été sans difficultés. Rédigé en trois semaines seulement durant l’année 1959, OTSOG n’a été publié qu’en 1965. Merton a considéré longtemps le manuscrit comme « privé et intime ». Lettre de Robert K. Merton à Steven Dedijer, 12 octobre 1978, RKM papers.

17 Lettre de Robert K. Merton à I. Bernard Cohen, 15 février 1992, RKM papers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Saint-Martin, « Les ironies de (la) serendipity dans l’œuvre de Robert K. Merton », Temporalités [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3480 ; DOI : 10.4000/temporalites.3480

Haut de page

Auteur

Arnaud Saint-Martin

Laboratoire Printemps, UMR 8085 (CNRS-UVSQ)
47, Bd Vauban, 78047 Guyancourt
arnaud.saint-martin@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page