Navigation – Plan du site

Du crépuscule à l’aube

L’élaboration de compromis dans l’activité d’infirmières de nuit
From dusk to dawn: Finding compromises in nurses’ night shifts
Cathy Toupin

Résumés

Parmi les caractéristiques du travail susceptibles d’influencer les processus de régulation en lien avec l’âge et l’expérience, les questions d’horaires sont peu abordées. Nous pensons cependant qu’une composante importante, dans la construction et la mobilisation de l’expérience, s’élabore en relation avec le type d’horaire. L’objectif de cette recherche est de caractériser, au travers d’une étude menée auprès d’infirmières d’un service de pneumologie français, les stratégies mises en œuvre par les personnels de nuit ; et de proposer une approche dynamique de l’articulation entre horaires et activité de travail, en repérant comment cette articulation s’est forgée au cours du parcours professionnel avec l’expérience, comment ce processus est « lisible » dans l’activité d’aujourd’hui. Les infirmières se « prescrivent » des buts d’actions, élaborent une acception nocturne de leur tâche compte tenu de l’état des patients (par exemple, but visant à respecter le sommeil des patients, à apaiser leurs angoisses), de l’environnement désert des services (par exemple, but visant à consolider sa connaissance de l’état des patients), et de leur état psychophysiologique (par exemple, but visant à maintenir la vigilance). L’expérience du travail de nuit va leur permettre, d’une part de reconnaître ces buts, et d’identifier les contradictions pouvant en émerger ; d’autre part de compenser les difficultés et perturbations provoquées par ces tensions, via l’élaboration de compromis.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses recherches ont porté, ou portent actuellement, sur les relations entre expérience et activité de travail. Elles reprennent notamment l’idée qu’un sujet n’est pas le spectateur passif de sa propre évolution au fil de l’âge et de son parcours professionnel. Si, dans un contexte professionnel, les jeunes et les anciens assument au même titre leur activité de travail, les plus anciens mettent en œuvre des modes opératoires spécifiques leur permettant de maintenir un niveau de performance élevé alors même qu’un certain nombre de fonctions élémentaires mises en jeu dans leur activité peuvent avoir décliné (Gaudart, 1996 ; Pueyo, 1999 ; Assunçao, 1999). Ce réaménagement tire parti des acquis de l’expérience, pour autant que ceux-ci aient pu s’élaborer et puissent être mobilisés.

2Parmi les caractéristiques du travail susceptibles d’influencer ces processus de régulation au travail, les questions d’horaires sont peu explorées, alors qu’elles sont largement étudiées par ailleurs. L’étude des relations entre âge et horaires est plutôt centrée sur les effets des horaires décalés sur la santé d’une part, la vie familiale et sociale d’autre part, aux divers âges de la vie. Mais elle n’indique pas en quoi l’expérience professionnelle est impliquée dans les régulations qui déterminent l’activité de travail aux divers moments du jour ou de la nuit. Nous pensons cependant qu’une composante importante, dans la construction et la mobilisation de l’expérience, s’élabore en relation avec le type d’horaire. Il est légitime d’envisager que l’on « apprend » à travailler de nuit en adaptant l’activité de travail aux variations circadiennes de ses propres capacités psychophysiologiques, en prévenant une fatigue excessive, en anticipant sur les baisses de vigilance. Ainsi, l’expérience professionnelle, et spécifiquement l’expérience du travail de nuit, favoriseraient la mise en œuvre de stratégies de préservation de la santé, ou d’anticipation dépendantes des horaires. Il est légitime de supposer aussi que l’on « apprend » à élaborer et maîtriser les formes particulières de la tâche réelle en période nocturne. En effet, si une même tâche s’effectue de jour et de nuit, les moyens et les objectifs peuvent différer en période nocturne. Ces objectifs seront hiérarchisés par le travailleur selon un arbitrage différent de celui de la journée.

  • 1  La dimension de l’expérience professionnelle sera prise en compte, dans cet article, au travers de (...)

3L’objectif de notre étude est de caractériser les stratégies spécifiques mises en œuvre par les personnels de nuit ; et de proposer sur cette base une approche dynamique de l’articulation entre horaires et activité de travail, en repérant comment cette articulation s’est forgée au cours du parcours professionnel avec l’expérience1, comment ce processus est « lisible » dans l’activité d’aujourd’hui.

  • 2  Nous utiliserons - tout au long du texte - le genre féminin, étant donné la forte représentation d (...)
  • 3  6.8% des infirmières de moins de 30 ans enquêtées travaillent exclusivement de nuit, 11.9% de cell (...)

4L’enjeu social nous semble important car on assiste, depuis quelques années, à un accroissement simultané de la pratique du travail de nuit (Bué, Rougerie, 1999) d’une part, et de la proportion de quadragénaires et quinquagénaires dans la population active (Blanchet, 2002) d’autre part. Cette double évolution risque de remettre en question la distribution des modalités d’horaires entre les âges, et la place des périodes d’horaires atypiques dans les parcours professionnels. Ainsi, il pourrait devenir fréquent que la pratique du travail de nuit survienne tardivement dans la vie d’un actif et se prolonge jusqu’à un âge assez avancé. C’est notamment ce que l’on commence à observer dans le secteur hospitalier : les données de l’enquête « conditions et organisation du travail dans les établissements de santé » menée par la Drees (2003) montrent que le pourcentage des infirmières2 travaillant de nuit ne diminue pas clairement selon l’âge, et semble même s’accroître à partir de 50 ans3 (Bouffartigue et Bouteiller, ce numéro). Les processus de réaffectation, de mobilité interne, de sélection qui ont longtemps permis à une partie des salariés en horaires de nuit de s’en écarter en milieu de vie active, sont donc remis en cause (ce qui pose le problème d’une exposition plus fréquente des âgés aux horaires atypiques), ou sont maintenus, mais au prix d’une exposition très élevée des jeunes (ce qui soulève des questions de construction de leur expérience, et de composition des collectifs de travail). Une réflexion sur le rôle de l’expérience en ce domaine constituerait donc l’une des approches possibles des nombreux problèmes ainsi soulevés.

5Les résultats que nous présentons ici ont été recueillis dans un hôpital, auprès d’infirmières en poste de nuit fixe. Le choix de ce terrain présente un intérêt particulier dans la mesure où à la fois le vieillissement de la main-d’œuvre et la pratique d’horaires atypiques caractérisent fortement le secteur hospitalier.

Difficultés et régulations dans l’activité de travail en poste de nuit

6Travailler la nuit c’est vivre à contre sens du fonctionnement de l’organisme. Comme tout être vivant, l’homme est soumis à une rythmicité biologique qui s’exprime par des variations temporelles de ses fonctions physiologiques et de ses comportements. Or, le travail de nuit doit être réalisé lorsque l’organisme est le moins apte à le faire, et les travailleurs ne peuvent se reposer que lorsque leur organisme est dans un état d’activité physiologique intense. De plus, « aux rythmicités circadiennes, se surajoute dans une situation de travail de nuit, une privation de sommeil qui renforce une accumulation croissante de fatigue tout au long du poste » (Barthe, 1999, p.16). Ceci va affecter les capacités attentionnelles et compromettre le maintien d’une attention soutenue. Ces difficultés peuvent avoir des répercussions sur les performances (Folkard, 1981).

7Mais les personnes en poste de nuit adaptent leur activité de travail à la variation de leurs capacités psychophysiologiques. Non seulement, l’activité est modifiée au niveau de son volume, mais également au niveau des modes opératoires utilisés. Et cette adaptation se manifeste par une réorganisation de l’activité de travail perceptible à deux échelles : les sujets travaillent différemment de jour et de nuit (de Terssac & Quéinnec, 1987), et à l’intérieur même du poste de nuit, ils travaillent différemment selon l’heure de travail et / ou la durée du poste (Barthe, 1999). Gonon (2001, p.89) utilise à ce propos la notion de régulation, définie comme « un processus visant à trouver un équilibre entre les ressources de l’individu, notamment cognitives, physiques et psychiques (liées à l’âge, aux conditions de travail…), et les caractéristiques de l’environnement de travail. Ainsi, ces régulations du comportement viseraient l’amélioration de l’équilibre entre l’être vivant et son milieu en tant que réponse à une perturbation, c’est-à-dire le maintien de l’activité à un niveau satisfaisant pour soi-même et pour l’organisation». Ces régulations vont se manifester dans l’organisation des tâches, à des niveaux individuels et collectifs (Andorre & Quéinnec, 1996 ; Barthe, 1998), mais également dans l’organisation de la vie hors travail (Quéinnec et al., 1992 ; Ramaciotti et al., 1990).

Le travail de nuit à l’hôpital : un contenu différent et des exigences accrues

8 De nombreuses recherches (Gadbois, 1980, 2001 ; Estryn-Behar & Vanduc, 1983) ont montré, d’une part l’importance du contenu du travail des personnels hospitaliers de nuit et ses exigences sous-jacentes, d’autre part l’hétérogénéité des tâches nocturnes par rapport à celles de la journée.

9L’absence de certains services la nuit, la présence d’un encadrement différent, ou le report de certaines tâches dans la journée, sont autant de facteurs qui plaident en faveur de cette hétérogénéité. Ainsi, la limitation du corps médical à un médecin de garde (bien souvent un interne), commun à l’ensemble de l’hôpital, va rendre plus difficile l’accès de l’infirmière à la compétence du médecin, ce qui contribuera à accroître sa responsabilité, mais également sa charge de travail. La suspension de certains actes de soins la nuit, mais à l’inverse le nombre plus élevé de malades à surveiller, et leur anxiété plus forte la nuit contribueront l’une à réduire, l’autre à accroître le niveau des exigences nocturnes.

10En outre, les exigences physiques du travail hospitalier vont être renforcées du fait de la diminution des effectifs. Le poste de travail d’une infirmière de nuit s’étend souvent à l’ensemble d’un service, ce qui peut accroître la distance des déplacements (Estryn-Behar et Fouillot, 1990) ; et les soignants de nuit bénéficient de moins d’aide pour la manutention des patients. Les exigences psychiques, quant à elles, vont être accentuées, d’une part parce que la mort revêt une dimension plus angoissante lorsqu’elle survient la nuit, d’autre part du fait de l’absence des médecins, ce qui peut créer des problèmes d’application des consignes au personnel soignant (Lert & Marne, 1993). Enfin, les fluctuations circadiennes des fonctions physiologiques et notamment la baisse de la vigilance vont renforcer les exigences cognitives et occasionner des difficultés de traitement de l’information et de concentration (Coffey, Skipper & Jung, 1988).

11Mais comme on l’a dit, les soignants développent, avec l’expérience, un ensemble de compétences, de stratégies de travail leur permettant de faire face à la confrontation de ces exigences nocturnes avec leurs capacités psychophysiologiques. Ces stratégies se manifestent par des « régulations organisationnelles » (en termes de changements d’unités / d’horaires ; cf. Gonon, 2001), et par la mise en œuvre de régulations de l’activité de travail à des niveaux individuels et collectifs.

Une problématique de recherche centrée sur les « conflits de buts »

12Si le travail de nuit et de jour à l’hôpital ont des exigences qui ne sont pas comparables, nous sommes tentée d’ajouter que les régulations concernant la santé des infirmières vont être, la nuit, englobées dans un faisceau de contraintes et de buts différent de celui de la journée. Il est légitime de supposer que, si une même tâche s’effectue de jour et de nuit, les moyens et les buts vont différer compte tenu, d’une part de « l’état » des personnels la nuit (état de fatigue, baisse de la vigilance), d’autre part des caractéristiques de la vie à l’hôpital à cette période du nycthémère (notamment « l’état » particulier des patients la nuit, et l’environnement « désert » des services de soins). Ainsi, les objectifs poursuivis par les infirmières, leurs priorités dans les buts d’action, seraient différents entre le jour et la nuit. Ces buts seraient hiérarchisés par l’infirmière selon un arbitrage différent de celui de la journée, selon une acception nocturne de la tâche.

13Cette question relative à la spécificité des buts d’action en fonction de la période dans le nycthémère peut être reliée à la notion de « tâche pour l’opérateur » développée par de Montmollin (1997) : « Les tâches pour l’opérateur sont celles qu’il se prescrit à lui-même. Elles peuvent ne pas être identiques aux tâches prescrites (constituées par les objectifs, les procédures, les moyens mis à disposition, les caractéristiques de l’environnement physique, et aussi, quoique parfois non inclus dans la description des tâches, les conditions sociales du travail), en particulier en ce qui concerne les objectifs et les procédures. Elles peuvent également être différentes des tâches effectives (celles qui sont effectivement réalisées par l’opérateur, par son activité même) » (p.265, 1997).

14Selon nous, la « tâche pour l’infirmière » aurait un sens en fonction de l’horaire. Et l’expérience du travail de nuit va lui permettre, d’une part d’identifier ces différents buts inhérents à son activité de soins, d’autre de part de percevoir les conflits pouvant exister entre ces buts.

15Nous rejoignons ici une thématique développée par Caroly (2001) dans sa recherche auprès de guichetiers de la Poste. Selon cette auteure, les relations de service dans les bureaux de poste se caractérisent par la possibilité de conflits de buts, qui ont une double origine : d’une part, des contradictions entre évolution des services vers des buts marchands et conception personnelle de la mission de service public des employés ; d’autre part, des contradictions entre régulations structurelles du travail, attentes et diversité de la clientèle. Les guichetiers doivent alors faire face à des aspects commerciaux, contractuels et relationnels des activités de service. De même Cloutier, David et Teiger (2003) ont montré que l’activité d’aides-soignantes à domicile se caractérisait par des injonctions parfois contradictoires provenant de plusieurs pôles : celui de la patiente et de son réseau (empathie, qualité de soin), celui qui la concerne elle-même (être fière de son travail, se protéger, durer) et celui de son organisme employeur (rationalisation de l’usage du temps).

16Ces conflits de buts, ressentis comme une difficulté par le sujet, sont considérés comme des sources de déséquilibre ou des perturbations qui font obstacle à l’assimilation des situations et à l’atteinte des buts. On peut donc s’attendre à ce que ces perturbations fassent l’objet de stratégies de régulation visant à reconstruire l’équilibre du système d’activité (Piaget, 1975). Dans le cadre de notre recherche, nous faisons l’hypothèse que l’expérience du travail de nuit peut fournir aux infirmières des possibilités, d’une part d’identifier ces conflits, et d’autre part de les dépasser.

L’étude dans un service de pneumologie

17Nos données ont été recueillies auprès d’infirmières en poste de nuit fixe (21h00 / 07h00) d’un service de pneumologie, qui accueille principalement des patients pour bilan et/ou traitement de cancers broncho-pulmonaires et de cancers de la plèvre.

18Les équipes de travail des postes de nuit dans ce service sont composées le plus souvent de deux infirmières – chacune étant responsable des patients d’un des deux couloirs du service -, et d’un(e) aide-soignant(e).

19Une phase initiale d’observations globales nous a permis d’identifier les principales tâches réalisées par les infirmières, que nous présentons dans le tableau ci-dessous (les heures présentées dans la colonne de gauche sont indicatives) :

Tableau n°1 : Les grands types de tâches des infirmières de nuit (21h00 / 07h00) du service de pneumologie

21h00 → 21h30

Relève 1 : transmission des informations entre l’équipe de l’après-midi et l’équipe de nuit

21h30 → 22h00

Organisation / Préparation des soins de la nuit

22h00 → 00h00

Tour de service 1 : Prise des constantes & administration de médicaments, de traitements

Soins techniques (pose de perfusion, réglage d’appareil, prise en charge de la douleur…)

Soins de nursing (alimentation, manutention du patient, hygiène, confort, élimination)

Soins relationnels (information, aide, écoute)

00h00 → 05h30

Tours protocolaires (changements de perfusions prescrits, traitements prescrits…)

Réponse aux alarmes, sollicitations des patients

Visites spontanées dans les chambres (pour certaines infirmières)

Autres actions (repos, repas, discussions avec les collègues, activités diverses…)

05h30 → 06h10

Tour de service 2

06h10 → 06h30

 Transmissions écrites (ce qui s’est passé durant la nuit) sur le cahier de chaque patient

Rangement / lavage de la salle des soins / pharmacie

06h30 → 07h00

Relève 2 : transmission des informations entre l’équipe de nuit et l’équipe du matin

  • 4  Nous n’avons pas pu mener d’entretien auprès d’une infirmière, pour des raisons propres aux exigen (...)

20Après ces descriptions initiales, nous avons mené une étude approfondie auprès de 7 des 8 infirmières de nuit du service4 ; les caractéristiques de ces dernières sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 2 – Age et expérience des infirmières ayant participé à l’étude

Infirmières

Age

Expérience dans le travail de jour

(en tant qu’infirmière)

Expérience dans le travail de nuit

(en tant qu’infirmière)

Expérience en pneumologie

(en tant qu’infirmière)

De jour

De nuit

IDE 1

25 ans

-

1 an et demi

-

1 an

IDE 2

26 ans

1 an et demi

10 mois

1 mois

10 mois

IDE 3

28 ans

1 an et deux mois

2 ans et demi

-

2 ans et demi

IDE 4

28 ans

15 jours

3 ans et demi

15 jours

3 ans et demi

IDE 5

38 ans

-

1 an et 4 mois

-

1 an et 4 mois

IDE 6

39 ans

3 ans

15 ans

3 ans

14 ans

IDE 7

45 ans

-

13 ans

-

7 ans

21Nous avons observé, selon les méthodes de l’analyse ergonomique, le travail de chaque infirmière pendant deux nuits, durant la totalité de son poste (21h00 / 07h00). Puis nous avons restitué à chacune d’elles – lors d’une « auto-confrontation » individuelle – une part de nos observations sur son propre travail, en lui proposant de les commenter. Enfin, nous avons mené, auprès de chacune, un entretien approfondi (environ deux heures, mais pas toujours de façon continue, compte tenu des nécessités du service) afin d’aborder :

  1. ses caractéristiques personnelles / socio-démographiques, ainsi que son parcours professionnel ;

  2. sa première nuit en tant que stagiaire, puis en tant qu’infirmière diplômée (ce questionnement devait permettre d’appréhender la construction de l’expérience du travail de nuit, du début du parcours à aujourd’hui) ;

  3. différentes périodes / situations représentatives – selon nous – d’une nuit d’activité à l’hôpital (dans ce service de pneumologie), compte tenu de difficultés, d’enjeux identifiés lors des observations comme propres à chaque période.

22[(1) Les transmissions entre l’équipe de l’après-midi et l’équipe de la nuit ; (2) la 1ère tournée dans les chambres des patients ; (3) la prise en charge psychologique et la surveillance des patients ; (4) le « creux de la nuit » – à savoir la période au cours de laquelle la fatigue est maximale, et la vigilance moindre ; (5) les situations problématiques du fait de l’absence des médecins].

23Des analyses qualitatives thématiques des entretiens ont ensuite été réalisées, en trois étapes. Dans un premier temps, nous avons cherché à identifier les différents buts guidant l’activité de ces infirmières de pneumologie. Puis nous avons cherché à repérer l’existence de situations critiques, de conflits entre ces différents buts. Enfin nous avons repris les entretiens avec le souci de mettre en évidence l’apport de l’expérience professionnelle dans leur façon de gérer ces conflits.

Les principaux buts d’activité identifiés

  • 5  Nous avons sélectionné des extraits d’entretiens illustrant chaque but, mais sans les multiplier p (...)

24Les soignantes vont « se prescrire » des buts qui vont guider leurs actions tout au long de la période nocturne. On peut considérer qu’elles élaborent une acception nocturne de leur tâche, compte tenu des caractéristiques de la vie à l’hôpital et de leur propre état. Nous présentons ci-dessous cinq buts identifiés dans les entretiens5.

Assurer la conformité et la qualité technique des soins

25Ce premier but fait référence à ce qui est exigé par l’organisation du travail, par le système, en termes d’objectifs à atteindre, d’outils de travail à utiliser, de règles et de procédures à appliquer… lors de la réalisation des soins. Il s’agira pour la soignante de respecter l’horaire d’une prescription (administration de médicament, pose d’un aérosol…) décidé par l’équipe médicale, d’administrer et de surveiller des chimiothérapies suivant les protocoles en vigueur dans le service, de réaliser des prélèvements sanguins suivant des protocoles précis et des connaissances des normes biologiques… Cet objectif de qualité des soins, également poursuivi en journée, prend une dimension particulière la nuit car l’infirmière travaille sans médecin « sous la main » – alors que les soignantes de jour travaillent en collaboration avec des médecins, internes, professeurs. Or cet isolement pourra se révéler problématique en cas d’incertitudes quant aux procédures, aux règles à appliquer. Par exemple, cela pourra créer des problèmes d’application de consigne, lorsque l’aggravation de l’état d’un patient nécessitera de lui prescrire un médicament sur ordonnance : « En fait, la nuit c’est toujours le problème du médecin qui n’est pas à côté. Quand tu as le médecin à côté, ça rassure. Parce qu’en fait tu as besoin d’une prescription ; tu as ce qu’il faut, mais tu as besoin de la prescription pour pouvoir agir.(…) Ici, on a tout ce qu’il faut pour calmer la douleur, mais tant que la prescription n’est pas faite, je ne peux absolument rien faire ; alors que je sais ce qu’il faut faire ».

Contenir la fatigue et maintenir la vigilance

26Les infirmières vont chercher à organiser leur activité nocturne et leur vie hors-travail, de façon à faire face à l’accumulation de fatigue au cours de la nuit et au cours des nuits successives, ainsi qu’aux baisses de vigilance au milieu de la nuit : « Les difficultés, c’est vraiment d’ordre physique ; physiquement c’est difficile par rapport au jour. Et puis c’est le changement de rythme en fait. Je reviens toujours au fait que normalement la nuit c’est fait pour dormir. Et en fait, on a par moment des difficultés à être présent ».

Consolider sa connaissance de l’état des patients

27Les infirmières cherchent à connaître en permanence l’état des patients hospitalisés, pour des raisons de responsabilité personnelle, pour se rassurer et « se protéger ». D’une part parce que la situation hospitalière évolue sans cesse (évolution de l’état de santé des patients et des procédures de diagnostic), ce qui conduit le personnel soignant à réajuster en permanence sa représentation mentale de l’état de chacun des malades. D’autre part parce que les soignantes de nuit travaillent en équipe restreinte et de façon isolée, alors même que certains malades ont besoin d’être surveillés attentivement. Les infirmières ont donc besoin de se représenter la situation de chaque malade à tout moment, pour pouvoir agir dans des conditions optimales en cas d’urgence, d’imprévu : « De jour, quelque chose arrive dans une chambre, tu sais qu’il y a quelqu’un qui passera automatiquement. Tandis que quand toi, infirmier, tu es de nuit, au niveau de la responsabilité, t’es obligé d’être aux aguets, d’être hyper vigilant ». Consolider leurs connaissances de l’état des patients conférera aux infirmières la possibilité de réagir, en cas d’urgence, de façon moins coûteuse, moins risquée, et mieux intégrée dans l’éthique professionnelle.

Veiller au bien-être des patients

28La possibilité qu’ont les patients de s’octroyer des phases de sommeil en journée est limitée du fait de la fréquence des soins, des examens, et des visites à leur chevet. Un des objectifs des infirmières de nuit sera donc de respecter, préserver la qualité du sommeil des patients, afin de leur permettre des phases de récupération durant la nuit : « On est axé sur ça : la qualité du sommeil !».

29L’infirmière va également veiller à apaiser les angoisses et douleurs des patients, à une période où celles-ci se « réveillent », prennent plus d’importance, d’une part parce que la maladie revêt une dimension plus angoissante la nuit, d’autre part du fait de l’absence des médecins et de l’entourage du patient. : « La nuit, les gens sont beaucoup plus angoissés que le jour. Parce que la nuit ils ont moins de monde, il n’y a pas beaucoup d’allées et venues, et donc ils se sentent seuls».

30Enfin, l'infirmière de nuit – outre sa participation au diagnostic et la réalisation de soins – doit veiller au confort des malades, qui plus est, compte tenu des effectifs restreints des équipes de nuit. Elle va être assistée dans son activité de soins par l’aide-soignante, et celle-ci, en retour, bénéficiera du soutien de l’infirmière pour réaliser les soins de « nursing » : l’infirmière veillera alors à l’alimentation du patient, à son hygiène, à sa manutention, à son confort ; et veillera à créer autour du patient un environnement confortable, apaisant : « On veille à ce qu’il ait bien, si c’est quelqu’un d’âgé, les barrières, les sonnettes, l’eau… l’environnement du malade déjà. Et puis, au niveau des changes, voir s’il n’est pas souillé ».

Favoriser la construction et la consolidation du collectif de travail

31L’interaction avec un patient est rarement duelle, elle se partage entre plusieurs soignants. Dans notre situation, il s’agit majoritairement des relations que va entretenir l’infirmière avec les membres de son équipe (l’autre infirmière du service, et l’aide-soignante), mais également avec les équipes de nuit des autres services de soins, et les cadres de santé. La construction / consolidation de ce collectif de travail va constituer pour les infirmières de nuit un but en soi, et ce pour diverses raisons. Le collectif va leur permettre de réaliser certaines tâches par l’augmentation des capacités physiques et intellectuelles susceptibles d’être sollicitées: « Nous, en tant qu’infirmière, quand on est surtout toute seule, on est bien obligé de déléguer les soins, parce que sinon on ne s’en sortira jamais. (…) C’est vrai que quand on est tout seul avec les pompes qui sonnent de tous les côtés, et qu’une perf’ se termine en même temps, bah tu peux pas… ». Le collectif de travail permet également aux agents d’exposer, de confronter leurs points de vue, leurs représentations du travail : « Au début j’ai beaucoup travaillé avec des infirmières qui avaient beaucoup d’expérience, qui étaient là depuis très longtemps, et donc qui me donnaient des conseils « tu devrais plutôt faire comme ci », « tu devrais plutôt faire comme-ça ». C’est d’autant plus important la nuit car les soignantes travaillent sans la présence des médecins, et cette possibilité de confrontation des points de vue est essentielle, notamment en cas de situations problématiques. Enfin, le collectif de travail va être un moyen de répondre collectivement à l’évolution des capacités psychophysiologiques des membres de l’équipe en période nocturne (baisse de la vigilance, fatigue) : « Quand je pique comme ça 2/3 fois, et que je n’y arrive pas, je me dis « il est grand temps que je donne la main, parce que peut-être que ma collègue aura plus de chances, et elle sera peut-être plus reposée que moi ». (…) Je suis tellement fatiguée que ce n’est pas la peine que j’insiste, parce que je n’y arriverai pas ».

32Le tableau ci-dessous présente quelques-unes des actions que les infirmières mettent en œuvre pour assurer chacun des buts indiqués :

Tableau n°3 : Stratégies / actions mises en œuvre par les infirmières de nuit du service de pneumologie, afin de répondre aux exigences des buts qui guident leur activité

Buts d’actions

Stratégies/actions mises en œuvre par les infirmières

Assurer la conformité et la qualité technique des soins

→ S’assurer, lors des transmissions avec l’équipe de l’après-midi, qu’elles ont en leur possession une ordonnance pour la prescription (éventuelle) de médicaments…

Contenir la fatigue et maintenir la vigilance

→ Organiser leur activité de travail de façon à éviter que certaines sollicitations n’interviennent au moment de fatigue maximum, de vigilance moindre ;

→ Organiser leur vie hors travail de façon à limiter l’accumulation de fatigue (en faisant des siestes diurnes, en adoptant en permanence un rythme de nuit)…

Consolider sa connaissance de l’état des patients

→ Chercher à voir les patients éveillés en début de nuit, lors du premier tour ;

→ Visiter spontanément certains malades durant la nuit ;

→ Laisser les portes de certaines chambres ouvertes…

Veiller au bien-être des patients

→ Chercher à savoir, dès les transmissions avec l’équipe de l’après-midi, si les prescriptions permettent de favoriser le respect du sommeil des patients, et de prendre en charge leurs angoisses et douleurs ;

→ Chercher à ne pas réveiller les patients lorsqu’elles leur administrent les soins, ou leur prennent leurs constantes (température, tension…) ;

→ Reporter, avancer l’heure d’un soin – voire l’annuler quand cela est possible – pour préserver le sommeil des patients ;

→ Permettre aux patients les plus angoissés de vérifier qu’elles sont là, qu’ils sont surveillés toute la nuit : en signalant leur présence, en passant dans leur chambre spontanément, en laissant les portes de certaines chambres ouvertes ;

→ Laisser la lumière de la chambre éteinte pour réaliser les soins lorsque le patient est éveillé, pour que la lumière ne constitue pas une gêne pour le malade…

Favoriser la construction et la consolidation du collectif de travail

→ Chercher à préserver physiquement (« ménager ») les membres de l’équipe ;

→ Favoriser les échanges (permettant la construction de règles du métier, d’un ensemble de valeurs)…

Quand les buts entrent en conflit

  • 6  Nous pouvons supposer que les infirmières de jour être confrontées à des conflits entre les buts g (...)

33Les infirmières de nuit vont être confrontées à des situations critiques se caractérisant par des conflits entre les différents buts que l’on vient de décrire6. Ces conflits peuvent leur créer des difficultés et des perturbations dans la réalisation de leur activité.

Conflits autour du but visant la conformité et la qualité technique des soins

34La nuit, le but visant à assurer la conformité et la qualité technique des soins va pouvoir entrer en conflit avec le principe de repos du patient. Par exemple, les infirmières devront arbitrer entre l’obligation de respecter les horaires d’un soin et donc se conformer aux prescriptions faites en journée par l’équipe médicale et la nécessité de préserver le sommeil des patients.

« Moi, au début, il y avait des aérosols prescrits à 22h00, il fallait que je le fasse. Et c’est mes collègues après qui m’ont dit : « non, s’il est bien, s’il dort, c’est qu’il n’a besoin de rien (…) lui, s’il dort c’est pas la peine de le réveiller »».

35Les soignantes vont aussi devoir choisir entre respecter et appliquer de façon conforme les prescriptions médicales dictées pour l’ensemble des patients dont elles ont la charge, ou privilégier de rester auprès d’un malade en fin de vie, pour parler, échanger avec lui.

« Est-ce qu’il faut tenir la main à un mourrant, ou est-ce qu’il faut vite se précipiter pour faire des antibiotiques, changer un patient ? Lequel est le plus important ? Pour moi, les deux sont importants ».

36Par ailleurs l’obligation de réaliser correctement un soin peut être contradictoire avec le souci de réaliser ce soin dans l’obscurité, pour le confort du patient encore éveillé.

« J’ai pris l’habitude de travailler, soit dans la pénombre… Pour les drains, c’est plus compliqué, il faut de la lumière.(…) C’est comme un mécanicien : t’as l’habitude de jouer avec tes perfusions, tes robinets, tu sais que ça doit pas toucher ; c’est une dextérité que j’ai vite reprise. (…) J’ai appris à travailler différemment ».

37Enfin, une infirmière nous a fait part d’une situation singulière où elle a dû choisir entre appliquer strictement une prescription d’antidépresseur ou ajuster cette prescription aux habitudes de sa patiente en termes de prise médicamenteuse, afin de lui permettre d’affronter la nuit plus apaisée, sereine.

« Je pense encore à Mme X qui nous demandait son ¼ de lexomil parce qu’elle avait son ½ lexomil ; alors que l’infirmier lui dit « non, c’est prescrit comme ça, c’est prescrit comme ça ». (…) Les patients qui connaissent bien leurs médicaments et qui ont toute leur tête, pourquoi ne pas leur faire confiance ? »

Conflits autour du but visant la connaissance du patient

38Souhaiter voir un patient éveillé au premier tour de service, pour se représenter son état de santé et prévoir comment sa nuit va se passer, peut s’avérer contradictoire avec le but visant à veiller au repos des patients.

« Au début, j’avais tellement peur de passer à côté de quelque chose, donc systématiquement je réveillais (…) j’essayais de voir tout le monde ».

39Le même problème se pose au dernier tour de service : faut-il réveiller les patients pour s’assurer que tout se passe bien, et pour la transmission à l’équipe du matin (ce qui soulève des questions de responsabilité personnelle) ; ou chercher à préserver le sommeil de ce patient, et par conséquent lui permettre de finir sa nuit ?

« Mon dernier tour, je préfère quand même les réveiller pour être sûr que ça va. S’ils ont dormi toute la nuit, c’est que ça va ; mais je préfère quand même leur parler une fois dans la nuit ».

40Des infirmières ont également eu à choisir entre souhaiter voir tous les patients dont elles ont la responsabilité éveillés au 1er tour de service ou collaborer avec l’aide-soignante : lorsqu’il y a deux infirmières dans le service et une seule aide-soignante, fonctionner toutes les trois ensemble permet à l’aide-soignante d’assister les deux infirmières, sans partager son temps et ses déplacements entre ses deux collègues (mais ce qui a comme conséquence de finir le tour de l’ensemble du service plus tardivement, et donc de ne pas voir forcément tous les patients éveillés, notamment ceux qu’elles visitent en fin de tournée).

« Tu commençais d’un côté, le tour était très long ; et quand tu arrivais de l’autre côté, les patients, ils dormaient. (…) Donc moi je me suis dit que si on commence tous les deux au même moment avec deux chariots… C’est vrai que pour l’aide-soignant ça peut être embêtant parce qu’il est obligé de faire la navette entre les deux, mais je pense qu’au niveau de la sécurité c’est beaucoup plus… (…) Moi je pense que, dans un 1er temps, c’est beaucoup plus sécurisant pour le patient ; mais pour moi aussi, de les voir éveillés (…) Comme ça j’ai pris les constantes, je me suis protégé, je les ai protégés, et puis voilà. (…) Sachant que, quand je commence comme ça, je vois 90% de mes patients éveillés, à cette heure-là. Mais si je fais l’autre tour, et que j’arrive il est 23h, sûrement il n’y en a que 50% que je vais voir éveillés».

« On est amené à avoir des changes, donc ce n’est pas évident que l’aide-soignant se partage en deux ; donc on fait le tour du service à trois. (…) Moi j’ai trouvé que ce mode de fonctionnement était mieux par rapport à l’aide-soignant : que lui il aimerait bien voir tous les patients, faire le tour correctement, pas être tiraillé à droite et à gauche ; pour lui c’est plus confortable».

41Aller à l’office prendre un café ou une boisson chaude immédiatement après la fin des transmissions, avec le souci pour l’infirmière de chercher à se stimuler physiquement dès le début de nuit, à se préparer pour affronter les 10 heures de faction peut également poser problème de ce point de vue.

« Dans certains services, il y en a, aussitôt après les transmissions, ils prennent un café. Alors que nous, on ne va pas s’attarder à prendre un café ; on va d’abord voir les patients, et on prendra le café après le tour si il faut. »

« Moi, j’arrive, je commence ; je ne prends pas de café, je ne vais pas manger, je ne vais pas papoter (…). J’arrive, il faut que je commence « dare dare » pour les voir. En plus, tu ne sais jamais ce qui peut t’attendre : une perf, un décès…».

42Enfin, que faire lors des transmissions ? Prendre le temps nécessaire pour recueillir toutes les informations essentielles au bon suivi des patients ? Ou faire en sorte que ces transmissions ne soient pas trop longues, afin de commencer le premier tour de service le plus tôt possible pour voir les patients éveillés ?

« D’être concis, et d’essayer de ne pas oublier les éléments essentiels. (…) Nous, on aime bien voir les patients de bonne heure.»

Conflits internes au bien-être du patient

43Enfin, quelques conflits peuvent être « internes » à un même but, par exemple le bien-être des patients. Par exemple : faut-il éteindre et faire silence pour préserver le sommeil de tous ? ou laisser les portes des chambres ouvertes et ne pas faire noir complet ni silence général, pour assurer aux patients les plus angoissés de vérifier qu’ils sont surveillés ?

« Mais c’est vrai, qu’en général, on laisse ouvert comme ça n’importe qui qui passe devant peut jeter un coup d’œil au passage. Et puis il y en a, ça les rassure de voir la lumière du couloir, ils n’aiment pas être dans le noir. Donc il faut laisser ouvert »

Des différences liées à l’expérience

44Face aux conflits de buts, les infirmières vont réagir de différentes façons, en fonction de leur expérience. Elles élaborent différents compromis pour compenser les difficultés et les perturbations provoquées par ces conflits, à condition que ces derniers aient été identifiés, que des solutions s’élaborent, que les arbitrages puissent s’évaluer et se consolider. L’expérience spécifique du travail de nuit joue ici un rôle.

45En revenant avec les infirmières sur leur pratique quand elles ont abordé le travail de nuit, on remarque que les conflits, voire la distinction, entre divers buts, – ou parfois ces buts eux-mêmes -, ne leur apparaissaient pas clairement. Prenons l’exemple suivant : « Moi au début, il y avait des aérosols prescrits à 22h00, il fallait que je le fasse. (…) Si c’était prescrit à 22h00 l’aérosol, même s’il dormait, il fallait qu’il l’ait ; c’était comme ça et pas autrement. Après les collègues m’ont dit : « lui s’il dort c’est pas la peine de le réveiller » ». Lors de ses toutes premières nuits, l’infirmière applique strictement les prescriptions médicales, et n’a pas conscience de la nécessité de chercher à préserver le sommeil de son patient. Prenons un autre exemple relatif cette fois à la prise en charge des angoisses nocturnes des patients : « Question : La première nuit que tu as faite, tu as laissé les portes ouvertes ? Réponse : Non, je ne pense pas, les premiers jours, avoir eu cette notion-là ». Son idée était simplement que l’on dort mieux avec la porte fermée. Le souci de signaler sa présence aux patients angoissés ne s’était pas fait de jour.  

46À partir de quelques mois d’activité de nuit dans un service de soins, les infirmières sont davantage en mesure de discerner les buts et d’identifier les conflits entre ces derniers. Elles vont chercher à s’extraire de ces tensions, via l’élaboration de compromis. Dans un premier temps, cependant, ces compromis ne prennent pas en compte l’ensemble des paramètres de la situation : l’infirmière réalise des compromis en faveur d’un des deux buts, au détriment de l’autre (mode de régulation partiel du conflit).

47C’est le cas avec cette infirmière, qui pratique le travail de nuit depuis un peu plus d’un an : « Je ne les réveille pas dans la nuit, mais mon dernier tour je préfère quand même les réveiller, pour être sûr que ça va. Si ils ont dormi toute la nuit, c’est que ça va, mais je préfère quand même leur parler une fois dans la nuit ». Elle privilégie ainsi la recherche de connaissances / d’informations sur l’état du patient, au détriment du sommeil.

48De façon générale, dans cette phase (qui peut durer de quelques mois à quelques années) les infirmières privilégieront la conformité des soins et la recherche de connaissances sur l’état de santé des patients, plutôt que le confort ou l’angoisse de ces derniers, et la préservation de leur propre santé physique (fatigue et vigilance).

49À partir de quelques années d’expérience, les infirmières sont en mesure de dépasser totalement les tensions ressenties, en rétablissant l’équilibre entre les buts en contradiction. On observe la mise en œuvre de compromis prenant en compte l’ensemble des paramètres de la situation (mode de régulation total du conflit). Les compromis se consolident, à un niveau individuel et / ou collectif. Analysons l’exemple suivant : « Dans une même chambre, on voit un [patient] à 02h00 pour antibiotiques, l’autre on y va à 04h00 ; sachant que nous on refait le tour à 05h30, le malade dort quand ? Question : Comment tu fais dans ce cas-là ? Réponse : Je groupe ». Dans cette situation, l’infirmière, qui pratique le travail de nuit depuis 15 ans, échappe à la tension : elle applique les prescriptions médicales, mais regroupe les heures d’administration des antibiotiques (après s’être assurée que ce n’est pas préjudiciable pour le patient), ce qui lui permet d’assurer à ses patients des phases de sommeil plus longues. Elle inclut aussi dans ses arbitrages sa connaissance des habitudes d’un patient, par exemple pour choisir le moment d’une prise de constantes si le patient dort au premier tour de service : « Un malade, je sais qu’il n’a pas dormi, qu’il ne dort pas d’habitude ; il dort au moment où je passe, et bien tant pis, il va bien se réveiller à un moment dans la nuit, je lui prendrai les constantes à ce moment-là ».

50Les compromis présentés dans ces exemples (contournement / ajustement des prescriptions médicales, réorganisation temporelle des actions au cours de la nuit) se manifestent à un niveau individuel. Elles témoignent de prises d’autonomie et d’initiatives importantes au fil des ans, et d’une extension du champ temporel au cours des nuits successives.

51Cette extension des stratégies possibles se manifeste aussi au niveau collectif, comme en témoigne ce propos d’une infirmière, ayant 13 ans d’ancienneté de nuit : « Est-ce qu’il faut tenir la main à un mourant, ou est-ce qu’il faut vite se précipiter pour faire des antibiotiques, changer un patient ? Lequel est le plus important ? Pour moi, les deux sont importants. (…) Là, c’est bien parce qu’en ce moment on est en nombre, on est trois. Il y en a une qui peut faire les soins ; et regarde : moi, je suis restée combien de temps à discuter avec la patiente ? Là, ça s’appelle du « bon boulot » parce que tu réponds à la demande du patient ».

52Ce type de régulations, mises en œuvre à un niveau collectif, ne seront toutefois rendues possibles que dans certaines conditions, et notamment en fonction des relations et des partages de connaissances entre les différents métiers de la nuit (infirmière et aide-soignante).

53Ce que nous venons d’exposer correspond à un processus progressif d’adaptation au milieu de travail, qui se construit dans et par l’action pour faire face aux obstacles rencontrés par les infirmières, obstacles nuisant à l’atteinte des buts qu’elles visent. Ce processus se développerait tout au long de la vie professionnelle en fonction de l’expérience et se caractériserait par des changements dans l’organisation de l’action. Cette évolution des modes de régulation au fil des mois, des années, est interprétée comme caractéristique du développement des compétences tout au long du parcours professionnel, et de construction d’expérience.

54Toutefois, dans certaines situations, l’infirmière – même expérimentée – ne sera pas en mesure de dépasser le conflit parce que les marges de manœuvre laissées par le système ne le lui permettront pas. Par exemple, on a remarqué que le faible effectif du service de pneumologie la nuit ne permet pas aux infirmières de réguler le conflit qu’elles ressentent entre la nécessité pour elles de coopérer avec l’aide-soignante du service et la nécessité de voir tous les patients dont elles ont la charge éveillés en début de nuit (cf. conflit présenté précédemment).

55Les buts de travail des infirmières, les contradictions qui en émergent, et les compromis qu’elles élaborent vont donc être déterminés par leur expérience du travail de nuit ; et probablement aussi par un ensemble de facteurs sociaux, tels que le milieu social d’origine, le milieu actuel, les conditions de vie, les orientations morales, sociales, religieuses ou politiques, les valeurs, etc.… Nous ne sommes pas malheureusement en mesure de le montrer.

Conclusion

56Lors de cette étude, les infirmières nous ont souvent fait part du manque de reconnaissance dont elles souffrent la nuit. Elles ont la sensation d’une lacune concernant la prise en compte réelle de leur fonction. Ces soignantes exercent une activité « invisible » en soi car, de nuit, leur travail se situe bien souvent dans l’ombre (la nuit, les lumières tamisées) et le silence (respect du sommeil des malades). Comment alors se sentir vu, reconnu, entendu ? Ainsi, il n’est pas rare – dans ce service de pneumologie – que le chef de service, les médecins, les cadres de jour ne connaissent pas les soignantes qui, dix heures par nuit, contribuent à la continuité des soins, gèrent les urgences, les imprévus, les aggravations, sans médecins « sous la main ». Cette absence de relation, de contact physique, de mise en présence accroît significativement le sentiment d’isolement, la sensation d’être mis à part et surtout « non reconnu ». Il en résulte souvent une démotivation et un désinvestissement du personnel de nuit. Une véritable incompréhension est également fréquemment observée entre les agents de jour et ceux de nuit [certains soignants de jour saluent ceux de nuit en les appelant « les veilleurs »], entraînant une frustration croissante et un sentiment de colère chez ces derniers.

57 La nuit se pose également la question de la formation des soignants. Nous l’avons vu, l’activité hospitalière la nuit est singulière. Les soignants poursuivent des buts spécifiques à cette période du nycthémère, compte tenu des caractéristiques de la vie à l’hôpital à cette période, et de leurs caractéristiques psychophysiologiques. Or, les infirmières nous ont confié ne pas avoir eu de cours spécifiques sur le travail de nuit – ses différences par rapport au travail de jour, ses difficultés, ses enjeux – au cours de leur formation, et ne pas avoir bénéficié de suivi particulier lors de la prise de poste. Ce qui ressort principalement des échanges avec les infirmières est le manque d’encadrement dont elles bénéficient lors de leurs premières nuits – une fois diplômées – dans un service de soins, ce qui a des conséquences non négligeables, tant du point de vue de l’activité de soins, que du point de vue personnel.

58Ces difficultés soulèvent des questions sur le « métier d’infirmière de nuit », notamment celle de la formation spécifique de ces soignantes, et celle – dans un contexte où se mêlent sentiment de mal-être et manque de reconnaisse – de la difficile construction de leur identité socio-professionnelle. Une analyse précise de leurs buts de travail dans cette période, des contradictions qui émergent, et des compromis qu’elles élaborent, nous semble pouvoir contribuer à une meilleure visibilité de leurs compétences, et à une réflexion affinée sur la place de ces années de travail de nuit – quelle qu’en soit la durée – dans leur itinéraire professionnel.

Haut de page

Bibliographie

Andorre V., Quéinnec Y., 1996. « La prise de poste en salle de contrôle de processus continu : approche chronopsychologique ». Le Travail Humain, 59 (4), 335-354.

Assunçao A., 1999. De la déficience à la gestion collective du travail : les troubles musculo-squelettiques dans la restauration collective. Thèse de Doctorat Nouveau Régime en Ergonomie. Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris.

Barthe B., 1999. Gestion collective de l’activité de travail et variation de la vigilance nocturne : le cas d’équipes hospitalières en postes de nuit longs. Thèse de Doctorat Nouveau Régime en Ergonomie. Université Toulouse II.

Barthe B., 1998. « Régulations collectives dans une équipe de travail hospitalière en poste de nuit fixe ». In Temps et travail, Actes du 33ème congrès de la SELF, Paris, septembre, 67-77.

Blanchet D., 2002. « Le vieillissement de la population active : ampleur et incidence ». Économie et Statistiques, n° 355-356.

Bouffartigue P., Bouteiller J., « Jongleuses en blouse blanche. La construction sociale des compétences temporelles chez les infirmières hospitalières », dans ce numéro.

Bué J., Rougerie C., 1999. « L’organisation des horaires : un état des lieux en mars 1998 », Premières Synthèses, Dares, n° 30-1.

Caroly S., 2001. Régulations individuelles et collectives des situations critiques dans un secteur de service : le guichet de la poste. Thèse de Doctorat d’Ergonomie. Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris.

Cloutier E., David H., Teiger C., 2003. « Auxiliaires familiales et sociales expérimentées et patientes âgées : des stratégies d’entraide. » Vie et Vieillissement, vol.2, n° 1-2.

Coffey L.C., Skipper J.K., Jung F.D., 1988. « Nurses and shift work: effects on job performance and job-related stress ». Journal of Advanced Nursing, vol.13, 245-254.

Estryn-Behar M., Fouillot J.P., 1990. “Etude de la charge physique du personnel soignant. Analyse du travail des infirmières et des aides-soignantes dans dix services de soins. » Document pour le médecin du travail, 42 (2), 27-33.

Estryn-Behar M., Vanduc M.P., 1983. « Apport de l’analyse ergonomique détaillée de deux nuits de travail d’infirmière en pneumologie à l’amélioration de la qualité des soins. » Soins.

Folkard S., 1981, « Shiftwork and performances ». In : Johnson L-C., Tepas D., Colquhoun W-P., Colligan M-J. (eds), Biological rythms, sleep and shiftwork, Advances in sleep research, vol.7. M.T.P, Lancaster, 283-305.

Gadbois C., 2001. « Different job demands of nightshifts in hospitals ». Journal of Human Ergology, vol.30 (1-2), 295-300.

Gadbois C., 1980. « Les exigences du travail hospitalier de nuit comme facteurs de la charge de travail ». Le Travail Humain, 43 (1), 17-31.

Gaudart C., 1996. Transformations de l’activité avec l’âge dans des tâches de montage automobile sur chaîne. Thèse de Doctorat Nouveau Régime en Ergonomie. École Pratique des Hautes Études, Paris.

Gonon O., 2001. Les régulations organisationnelles, collectives et individuelles en lien avec l’âge, la santé de salariés et les caractéristiques du travail : le cas d’un Centre Hospitalier Universitaire. Thèse de Doctorat Nouveau Régime en Ergonomie. Université Toulouse II.

Lert F., Marne M.J., 1993. « Les soignants face à la mort des patients atteints du sida ». Sociologie de travail (2/93), 199-214.

Montmollin M. de., 1997. Vocabulaire de l’Ergonomie. Octarès Éditions : Toulouse.

Piaget J., 1975. L’équilibration des structures cognitives : problème central du développement. Études d’épistémologie génétique, vol. 33. PUF : Paris.

Pueyo V., 1999. Régulations de l’efficience en fonction de l’âge et de l’expérience professionnelle dans la gestion du contrôle qualité de la sidérurgie. Thèse de Doctorat Nouveau Régime. École Pratique des Hautes Études, Paris.

Quéinnec Y., Maury P., Miquel M.T., 1992. « Apports de la chronobiologie et de la chronoergonomie à l’aménagement du travail en horaires atypiques ». Cahiers d’Ergonomie, (6), 7-24.

Ramaciotti D., Blaire S., Bousquet A., Conne E., Gonik V., Ollagnier E., Zimmerman C., Zoganas L., 1990. « Processus de régulation des contraintes économiques physiologiques et sociales pour différents groupes de travailleurs en horaires irréguliers et de nuits ». Le TravailHumain,53 (3), 213-226.

Terssac G. de., Quéinnec Y., 1987. « The evolution of process control : consequences for the activities of human operators”. In : Wisner A. (ed.), New Techniques and Ergonomics. Hermes, Paris, 251-261.

Haut de page

Notes

1  La dimension de l’expérience professionnelle sera prise en compte, dans cet article, au travers de récits que font les personnels de nuit de leurs débuts professionnels.

2  Nous utiliserons - tout au long du texte - le genre féminin, étant donné la forte représentation des femmes dans la profession.

3  6.8% des infirmières de moins de 30 ans enquêtées travaillent exclusivement de nuit, 11.9% de celles entre 30 et 39 ans, 11.2% de celles entre 40 et 49 ans, et 14.8% des infirmières de plus de 50 ans.

4  Nous n’avons pas pu mener d’entretien auprès d’une infirmière, pour des raisons propres aux exigences du service.

5  Nous avons sélectionné des extraits d’entretiens illustrant chaque but, mais sans les multiplier pour ne pas allonger le texte.

6  Nous pouvons supposer que les infirmières de jour être confrontées à des conflits entre les buts guidant leur activité, mais nous n’avons pas mené d’investigations vont également en journée permettant de le montrer ; ce n’était pas l’objectif de cette étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cathy Toupin, « Du crépuscule à l’aube », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://temporalites.revues.org/352 ; DOI : 10.4000/temporalites.352

Haut de page

Auteur

Cathy Toupin

Creapt CEE. Doctorante en ergonomie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page