Skip to navigation – Site map

Pseudo-sérendipité et contre-sérendipité dans les conceptions temporelles révolutionnaires

Le cas de la grève de masse chez Rosa Luxemburg et Karl Kautsky
Pseudo-serendipity and counter-serendipity in revolutionary conceptions of time. The case of mass strikes according to Rosa Luxemburg and Karl Kautsky
Pseudo-serendipia y contra-serendipia en las concepciones temporales revolucionarias. El caso de la huelga de masas en Rosa Luxemburgo y Karl Kautsky
Olivier Lamoureux-Lafleur

Abstracts

Many conflicting debates on the application of the principle of mass strike (Massenstreik) in the German Social Democratic Party (SPD) bear witness to the slow agony of Marxist ideals within the mass party. From the fragile victory of the ideals advocated by the radical faction of the party against those of the reformers, between 1900 and 1906, the return of the pendulum after the first Russian revolution was merciless. Between 1906 and 1910, in the eyes of the leaders of the party, legal-parliamentary logics progressively became the only legitimate way to go. This change in tactics and strategy to gain power, was fiercely challenged by several influential party activists. The intellectual conflict between Rosa Luxemburg and Karl Kautsky, that broke out publicly in 1910 while the protest movements in Germany were very strong, allows us to understand, through a discourse analysis of these Marxist thinkers, the reasons that led the SPD to not apply the mass strike, even though the principle had been voted in during the 1905 Jena Congress. Based on her pseudo-serendipity outlook, Luxemburg firmly believed that the time was favorable for implementing the mass strike. Kautsky’s temporal and electioneering interpretation led him instead to criticize the pseudo-serendipity effects, not controlled by the SPD, that surrounded this type of political action.

Top of page

Full text

  • 1 « Generalstreik [grève générale] désigne presque toujours une grève limitée (à une branche de l’ind (...)
  • 2 La popularité envers la théorie révisionniste développée par Eduard Bernstein ne cessa de croitre a (...)
  • 3 Nous pensons notamment à Vladimir Ilitch Oulianov (Lénine), Georges Sorel ainsi que Jean Jaurès.

1C’est dans un contexte sociopolitique bien précis, celui d’une Europe où le développement des alliances politiques visait davantage à propulser l’économie capitaliste libérale et la mise en place d’un système démocratique parlementaire, plutôt qu’à réaliser les thèses de Marx et à propager le principe de grève de masse1, que l’œuvre de Rosa Luxemburg et celle de Karl Kautsky s’inscrivent. Dans le cas de Luxemburg, son travail de recherche, traduisant son rapport à la révolution, au marxisme et à la démocratie, sera fortement critiqué, tant par les révisionnistes allemands2 que par certains représentants de la gauche radicale européenne3. D’entrée de jeu, elle se positionnera, dans Réforme sociale ou révolution (1898), en critique de l’avenue parlementariste prônée par l’aristocratie ouvrière, pour reprendre le terme de Weber, laquelle rejetait majoritairement la voie révolutionnaire. Puis, avec son œuvre fondamentale Grève de masse, parti et syndicats (1906), Luxemburg, enthousiasmée par la révolution russe de 1905, fera l’éloge des potentialités révolutionnaires de la grève de masse.

  • 4 L’acronyme SPD désigne en langue allemande Sozialdemokratische Partei Deutschlands.

2Elle alimentera tout au long de son parcours politique ses critiques adressées au parlementarisme, à l’électoralisme, à la bureaucratie, à la conciliation et à l’opportunisme. De son épineux passage au Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD)4, en passant par la ligue spartakiste et le Parti communiste allemand, Luxemburg n’aura jamais été conciliatrice ni opportuniste. Réprimée violemment, la révolution allemande de 1919 conduira à l’assassinat de Luxemburg.

  • 5 Fondée en 1881 avec son comparse Heinrich Braun, la revue sera publiée jusqu’en 1917.

3La vie politique de Karl Kautsky, le fondateur de la revue très influente Die Neue Zeit5 (Le Temps nouveau) et théoricien officiel du Parti, s’est elle déployée en deux temps. De 1898 à 1910, il mena, aux côtés de Luxemburg, une lutte acharnée contre les révisionnistes du SPD. Alliés au sein de la faction radicale du Parti, Kautsky et Luxemburg tenteront de faire la promotion des tactiques et stratégies révolutionnaires comme moyens permettant à la social-démocratie de renverser la domination capitaliste en Allemagne. Or, l’alliance secrète entre les syndicats allemands et le SPD lors du Congrès de Mannheim en 1906 allait mettre un frein à la radicalisation du Parti. La révolution russe de 1905 n’avait pas abouti à une réelle transformation majeure de la société russe, le SPD perdra les élections de 1907 et Kautsky sera rabroué en 1909 par le comité directeur du Parti pour avoir fait la propagande de la grève de masse dans son livre Le chemin du pouvoir. C’est en 1910, alors que les mouvements contestataires en Allemagne sont très forts, que le radical Kautsky se résignera à s’aligner sur les positions du centre orthodoxe, majoritaires à ce moment au SPD.

  • 6 La grève de masse sera adoptée à 287 voix contre 14 lors du Congrès annuel du Parti à Iéna (Henri W (...)

4Ce repli stratégique allait grandement ébranler son ancienne collègue et c’est le contexte de l’an 1910 qui consolidera la rupture entre les deux penseurs. La confrontation entre ces deux théoriciens allait s’exprimer dans les pages de la Neue Zeit, autour du thème de la grève de masse. Comme l’agitation populaire de l’an 1910 était très forte, plusieurs militants se demandaient si le moment était favorable à l’application du principe de grève de masse tel qu’adopté lors du Congrès d’Iéna en 19056. Loin d’être anodin, ce débat aura poussé les sympathisants radicaux et révisionnistes de la social-démocratie allemande à une ultime confrontation idéologique. Comme l’écrit Salvadori : « La poursuite de la polémique entre ces deux chefs de file mit définitivement fin à l’existence du vieux courant radical » (Salvadori, 1976, p. 145).

5Dans le but d’éclairer ce débat qui fait appel aux conceptions temporelles relatives à l’application de la grève de masse, auxquelles nous reviendrons tout au long de cet article, il faut synthétiser les arguments présentés par Luxemburg et Kautsky dans leurs textes, respectivement Usure ou combat et Une nouvelle stratégie. Ces textes de circonstance ont été choisis parce qu’ils rendent compte de l’agitation qui avait cours en 1910 autour de la question de la grève de masse. Sur la base d’une base militante déjà très agitée, le temps était-il venu ou non pour le SPD d’appliquer la grève de masse en Allemagne ?

  • 7 Notre herméneutique philosophico-critique vise à comprendre et à interpréter un débat intellectuel, (...)

6Les thèses respectives de nos deux protagonistes ont le mérite d’être claires. Pour Luxemburg, l’agitation populaire était suffisamment grande pour déclencher la grève de masse alors que Kautsky jugeait que le mouvement était trop faible pour risquer un tel pari. L’intérêt sociologique et la méthode herméneutique7 visent à cerner les arguments présentés par nos auteurs tout en les liant à la position politique, au statut de ces derniers ainsi qu’à leur prise de position autour du thème de la temporalité révolutionnaire. Nous faisons trois hypothèses complémentaires :

71) La faction radicale du Parti s’étant grandement effritée après le Congrès de Mannheim en 1906 et le centre orthodoxe étant devenu la faction la plus puissante au sein du SPD en 1910, les responsabilités politiques de Kautsky – à titre de théoricien officiel du Parti et de directeur de la Neue Zeit – ne lui permettaient plus de défendre des moyens d’action extralégaux comme la grève de masse. Luxemburg, quant à elle, n’avait pas de fonctions capitales au SPD en dehors de son rôle d’enseignante à l’école du Parti, ce qui lui laissait assurément plus de marges pour vanter les vertus de la grève de masse et d’en appeler à sa mise en pratique.

82) L’instauration progressive d’une structure bureaucratique et oligarchique propre à ce parti de masse contraignait ses membres à adopter la voie du pluralisme.

93) Les divergentes conceptions de la temporalité révolutionnaire ont, dans un camp comme dans l’autre, joué un rôle capital dans l’élaboration d’un plan visant à promouvoir des actions politiques dans un espace-temps favorable au déploiement victorieux de celles-ci. Dans le cas de nos protagonistes, la considération de cette temporalité porte en elle-même une philosophie respectivement pseudo-sérendipienne et contre-sérendipienne en suivant la définition de Royston Roberts :

Accidental discoveries of ways to achieve an end sought for, in contrast to the meaning of (true) serendipity, which describes accidental discoveries of things not sought for. (Roberts, 1989, p. 10).

10Il est clair en effet que ni Luxemburg, ni Kautksy, ne travaillaient à mettre au point des tactiques visant à trouver autre chose que ce qu’ils recherchaient, c’est-à-dire le renversement de l’idéologie dominante en place à ce moment. C’est plutôt dans la réflexion entourant les moyens d’arriver à leur but que nous retrouvons des logiques s’apparentant d’une part à la pseudo-sérendipité et d’autre part au rejet total de toutes formes de sérendipité. Le positionnement politique, la conception différentielle des temporalités et l’ouverture ou la fermeture vis-à-vis la propagation d’activités révolutionnaires spontanées permettant de faire des gains non attendus, mais recherchés, représentent donc des éléments centraux.

Contexte de publication

  • 8 Kautsky tenta de remettre à l’avant plan le principe de grève de masse dans son œuvre Le chemin du (...)

11Ayant lâché prise sur le sujet depuis le Congrès de Mannheim, Luxemburg reviendra à la charge, en 1910, en propageant une fois de plus l’appel à la grève de masse. Si la temporalité révolutionnaire russe avait ouvert une brèche dans la temporalité dominée par le tsar, cette fois-ci, c’est la puissance et la motivation des protestataires allemands qui la convaincra que le temps était venu d’appliquer le principe de grève de masse dans le but de transformer le système électoral prussien. Pour sa part, Kautsky, ayant déjà amorcé un tournant tactique/stratégique aligné sur les positions centristes du SPD, proposera une tout autre lecture des événements. Dans une série d’articles qu’il fera publier, à titre de directeur, dans la Neue Zeit (la revue théorique du SPD), on voit comment la confrontation entre le nouveau discours de centre orthodoxe de Kautsky et celui de Luxemburg évoque l’impossibilité pour un parti de masse de déléguer aux masses l’orientation de la lutte. Dans les faits, force est de constater que la motion d’Iéna, favorable à la grève de masse comme un moyen de lutte défensif, était un leurre, une logique conciliatrice destinée à plaire à l’aile radicale du Parti qui était très forte à ce moment. Qui plus est, cette polémique entre ces deux penseurs évoque aussi la faible liberté de penser au sein du SPD, puisque Kautsky dut transformer son discours révolutionnaire après Le chemin du pouvoir8 pour lui donner une teinte s’accordant mieux à la pratique modérée et légalo-parlementaire du Parti social-démocrate allemand. Faute de quoi, il aurait pu perdre son poste. Ici apparaît le troisième point capital qui éclaire ce débat : la différence entre le statut de Luxemburg et celui de Kautsky. La première étant plus que jamais isolée au sein du Parti, quoique grandement respectée à l’école du Parti où elle enseigne à ce moment et dans la sphère intellectuelle marxiste européenne. De plus, elle n’avait aucune responsabilité politique majeure au sein du SPD. Le second est non seulement directeur de la Neue Zeit, mais il a le statut de théoricien officiel du Parti. Le rapport à la conciliation, aux compromis n’était donc pas le même. Comme l’exprime Henri Weber : « On a là, d’une certaine façon, l’opposition classique entre intellectuels de pouvoir – conseillers du prince ou grands vicaires de l’Église – et intellectuels d’opposition – confidents de la Providence et porte-parole des sans voix » (Henri Weber, 1985, p. 45). En fonction de leur position sur l’échiquier politique, nous avançons que les risques associés à une tactique de lutte pseudo-sérendipienne pouvaient donc être assumés plus facilement par Luxemburg que par Kautsky.

12La polémique à laquelle nous nous intéressons a pris son envol lorsque Luxemburg tenta de faire publier son article Was Weiter ? (Et après ?), dans lequel son analyse de la situation allemande visait à faire comprendre au SPD que la temporalité était favorable à l’application de la motion d’Iéna. Cet article sera refusé par le quotidien officiel du Parti, le Vorwärts, ainsi qu’à la Neue Zeit où Kautsky lui avait proposé de le publier, mais en censurant les sections jugées trop agitatrices. Elle réussira cependant à faire publier la première partie de l’article dans l’Arbeiter-Zeitung, et la seconde dans la Volkswacht. Le débat entre les deux penseurs se cristallisera dans les deux textes que nous avons choisis : Usure ou combat de Luxemburg et Une nouvelle stratégie de Kautsky, tous deux publiés en 1910. De la série de textes publiés entre 1910 et 1912, où ils s’affrontent sur le pouvoir d’action des masses, l’interprétation des enseignements de Marx et les tactiques à privilégier, nous avons arrêté notre choix sur ces deux textes puisqu’ils témoignent d’une lecture campée et diversifiée des potentialités politiques qu’offrait l’an 1910. Avec l’ampleur des mouvements de masse allemands en cette même année, les plus importants depuis le Congrès d’Iéna, il est pertinent de comprendre pourquoi Kautsky rejettera l’idée d’appliquer le principe de grève de masse, alors qu’il en faisait la promotion entre 1905 et 1909.

De la pertinence d’en débattre

  • 9 Comme l’indique Schorske, lors du Congrès de Magdeburg en 1910 : “The left radicals were not to be (...)

13Choquée que son article Was Weiter ait été censuré par le Vorwärts et la Neue Zeit, Luxemburg ouvre son texte en critiquant le blocus concernant le débat sur la grève de masse. Ce qui alerte la militante polonaise sur ce point, ce sont les tentatives répétées du SPD et des syndicats affiliés à étouffer le débat. Ceci, alors que celui-ci était en vogue dans la base militante du Parti9. À partir de cette critique générale, elle poursuit en remettant en cause la pertinence de l’argument défendu par Kautsky, à savoir que ce débat théorique devrait se faire en privé. La confrontation prend dès lors un tournant stratégique, éclairant au passage leurs positions respectives. Pour Kautsky, l’idée de débattre publiquement de la grève de masse aurait eu des effets contre-productifs puisque cette discussion ouverte aurait révélé à l’ennemi, en temps réel, les tactiques envisagées. Pour Luxemburg, ce débat ne concernait pas seulement une certaine élite regroupée autour d’une table dans un lieu clos, il devait se construire et se propager dans les masses. Qui plus est, en ironisant quelque peu sur la technique guerrière de Kautsky, il lui paraissait évident que le régime politique en place connaissait très bien les conséquences d’un tel mouvement et qu’il était déjà apte à réagir fortement. Tel était le prix à payer.

14Publiés en 1910, les textes que nous analysons contribuèrent, malgré les fortes réticences de Kautsky, à forger ce débat dans la sphère publique. Aussi étrange que cela puisse paraître, la confrontation sur la pertinence de mener un débat public autour du sujet se faisait ouvertement, sans censure et publiquement, dans les pages de la Neue Zeit.

15Face à cet appel à débattre publiquement de la grève de masse, Kautsky n’adopta pas le même regard politico-temporel. De prime à bord, à ses yeux, l’agitation populaire n’était pas suffisamment élevée pour appliquer la résolution d’Iéna. L’heure n’était pas à la révolution, c’est pourquoi il se défendra d’avoir proposé à Luxemburg de censurer certaines parties trop agitatrices de Was Weiter : « Ce que j’ai déclaré inopportun en mars, c’est la chose suivante : une discussion sur l’éventualité de déclencher une grève de masse maintenant. Ce n’est pas mon interdiction, mais bien la situation qui a fait tourner court cette discussion. » (Kautsky, [1910] 1983, p. 131) Puis, Kautsky en rajoute en affirmant que ce débat ne contribue qu’à un déchirement entre marxistes. En somme, ce qu’il lui reproche, c’est son ardent désir de faire advenir la révolution le plus rapidement possible : « Lorsqu’elle partit en campagne, elle s’écriait : nous sommes perdus si la grève de masse n’est pas immédiatement mise en œuvre. » (Kautsky, [1910] 1983, p. 131) Entre l’impatience aventuriste et passionnée de Luxemburg et la patience tactique de Kautsky, nous voyons que la confrontation fait écho aux fondements de la conception marxiste du processus révolutionnaire. Sans trop entrer en profondeur ici, nous pourrions dire que Luxemburg comprenait la révolution comme une série d’actes pouvant s’échelonner sur une longue période, alors que Kautsky était défenseur de la révolution comme acte glorieux, d’où l’importance de planifier stratégiquement et patiemment ce grand jour. Ces deux conceptualisations de la temporalité révolutionnaire sont donc hautement divergentes. Ainsi, le statut politique de nos protagonistes évoque la question des coûts et bénéfices entourant l’application de la grève de masse et c’est ce même statut qui altère la compréhension de la temporalité révolutionnaire en ce sens qu’il porte en lui une ascension politique individuelle dans un cas, puis dans l’autre, il vise davantage l’émancipation collective.

16Nous ne qualifions pas la philosophie politique de Luxemburg comme étant sérendipienne, puisque pour cette militante polonaise, le but de toute action politique doit porter progressivement ou subitement vers la révolution, vers le socialisme. Luxemburg savait très bien ce qu’elle cherchait, ce qu’elle espérait. En ce sens, ses analyses théoriques n’ouvraient pas la porte à des découvertes accidentelles qui auraient pu freiner voir anéantir un mouvement révolutionnaire. Selon Luxemburg, une pluralité d’actes politiques, pilotés ou non par le SPD et étalés sur plusieurs années dans le but d’affaiblir progressivement la bourgeoisie capitaliste, pourrait surprendre par ses frappes répétées autant l’ennemi que le SPD. C’est là que réside le noyau de la philosophie pseudo-sérendipienne de Luxemburg : la multiplication des actes spontanés, intuitifs et inattendus, peut mener le mouvement prolétaire à faire des gains inattendus. C’est pourquoi Luxemburg tenta pendant de nombreuses années de vanter les mérites, autant auprès de la base militante que de la haute direction du SPD, de ces effets de surprise.

17De la même façon, on ne peut prétendre que sa conception de la grève de masse était sérendipienne. En prolongeant une fois de plus la théorie de Royston Roberts, la grève de masse arborait un caractère pseudo-sérendipien, dans la mesure où l’application de ce principe politique aurait pu ouvrir de nouvelles voies en favorisant l’émergence de nouvelles stratégies apportées par la base militante et l’ensemble du prolétariat. La vision prométhéenne des mouvements spontanés de masse chez Luxemburg l’amène à concevoir que les actions politiques non contrôlées et donc non anticipées par les partis politiques sont hautement éducatives pour celles et ceux qui y participent. S’attaquant à des tentacules du système politico-économique capitaliste et bourgeois, ces actions spontanées contribuent à consolider une force émergente tout en conscientisant les sujets/acteurs à la meilleure des écoles selon Luxemburg : celle de la grève de masse. C’est en ce sens que nous décelons un principe temporel pseudo-sérendipien révolutionnaire, parce que les initiatives, ou les actes spontanés, peuvent conduire leurs auteurs, tout comme les dirigeants d’organismes centraux, à être surpris eux-mêmes de la portée et de la force sociosymbolique de telles actions commises spontanément.

Grève de masse ou révolution ?

  • 10 Notons ici que les conjonctures sociales, politiques et économiques participent toujours directemen (...)

18Pour Kautsky, au-delà des bienfaits potentiels liés à la construction des sujets révolutionnaires en temps de grève de masse, il faut d’abord s’entendre sur ce que nous entendons par « grève de masse ». La définition abstraite de ce principe politique chez Luxemburg menaçait-elle réellement sa mise en application ? Au fondement même de la polémique, selon Kautsky, un des problèmes centraux chez Luxemburg réside en effet dans ses définitions vagues de la grève de masse. Luxemburg parle-t-elle de grève démonstrative, coercitive, économique, ou politique ? Luxemburg n’avait aucun intérêt à définir une pluralité de types de grèves, car pour elle, si un mouvement de masse se déclenche par lui-même10, comme ce fut le cas en Russie en 1905 selon son interprétation, la masse est encline à trouver spontanément ses propres moyens pour lutter dans l’espace et le temps contre un système de domination. C’est pourquoi elle écrit :

Il se peut que de telles classifications strictes et autres schématisations de la grève de masse en groupes et sous-groupes aient bonne allure sur le papier et suffisent pour l’ordinaire de la vie parlementaire. Pourtant, dès que commencent de grandes actions de masse et des périodes de tempête politique, ces rubriques se trouvent jetées pêle-mêle par la vie elle-même (Luxemburg, [1910] 1983, p. 97).

19Malgré l’importance des mots d’ordre du Parti, devant baliser les mouvements de masse sans imposer des directions contre-intuitives pour celles-ci, ce qui compte au final, c’est d’écouter les intentions des masses. Reste que pour Luxemburg la grève de masse est une phase de la révolution alors que chez Kautsky, les grèves peuvent porter des fruits indépendemment du processus révolutionnaire.

  • 11 À travers son œuvre Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire, Daniel Guérin critique fortem (...)

20Au-delà de l’importance pour Kautsky de définir les types de grèves dans le but de s’entendre sur des modèles d’action concertée, celui-ci s’attaque plus directement à la stratégie luxemburgiste reliée au cheminement de la grève de masse. Loin d’être le seul à avoir ciblé cette zone grise11, il résume ainsi cette contradiction :

D’un côté, donc, la grève de masse ne peut être décrétée : elle surgit d’elle-même ; de l’autre côté, c’est le mot d’ordre du Parti qui la rend possible. D’abord c’est la masse qui est l’origine et le support de toute action. Puis ensuite, la masse est totalement impuissante si on ne lui fournit pas le mot d’ordre qui s’impose (Kautsky, [1910] 1983, p. 143).

21Ainsi présenté, il est clair que cela peut sembler fortement problématique. Luxemburg étant partagée entre ses espoirs, ses désirs, sa compréhension prométhéenne de la grève de masse et une stratégie rationnelle, cela peut sembler porter atteinte à la valeur même de sa théorie sur le sujet. Mais en y regardant de plus près, son idéalisme des masses ne porte pas réellement préjudice à sa conceptualisation de la grève de masse. Comme le résume bien Muhlmann :

En somme, le Parti se doit de fonctionner comme une instance d’élaboration de la stratégie, de totalisation des luttes et de coordination, et qui ne préjuge ni ne prétend déterminer a priori les initiatives tactiques locales des groupes ouvriers révolutionnaires […] le rapprochement des militants du Parti avec l’action des masses se conçoit sur le mode d’une dialectisation de leur rapport : les communistes apprennent des masses, et leur offrent en retour une « éducation » (Muhlmann, 2010, p. 73).

22C’est ainsi qu’il apparaît caduc, pour Luxemburg, de discuter des formes des grèves ou de leurs mécanismes puisque la dialectique parti/masses se constitue dynamiquement en fonction de la situation sociohistorique. En empruntant à Leibovici, Luxemburg

« […] aurait su penser la praxis comme lien dialectique entre les possibilités concrètes ouvertes par le processus historique, d’une part, et leur accomplissement, d’autre part » (Leibovici, 1991, p. 60).

23La puissance du mouvement dépend incidemment de la « maturité politique » des masses. Dans ce cas, comment faut-il définir le mot d’ordre provenant du Parti, se demande Kautsky ? Il écrit :

[…] la remarque indiquant que des grèves démonstratives et des grèves coercitives peuvent se suivre est incontestablement juste, mais elle n’éclaire pas beaucoup la lanterne de ceux qui doivent formuler le « mot d’ordre » de la prochaine grève de masse, définir le caractère de ce mot d’ordre (Kautsky, [1910] 1983, p. 140).

24Sur ce point, Kautsky cible adéquatement une faille dans le discours de Luxemburg. Le mot d’ordre ne doit certainement pas être « préformulé », nous dira la militante polonaise ; il doit être le produit de la dialectique parti/masses. La question se transpose alors dans le cercle fermé de ceux qui sont en position de rédiger ces mots d’ordre. Si, dans plusieurs de ses ouvrages, Luxemburg appelle à la formation de comités ouvriers dans le but de décentraliser le pouvoir décisionnel-opérationnel, dans le texte Usure ou combat, elle aurait sans doute pu évoquer la possibilité que ces mots d’ordre soient rédigés en conciliation SPD/comités ouvriers. Or, elle ne traite aucunement de cette possibilité, ni Kautsky d’ailleurs. Cela donne l’impression que Luxemburg, ne voulant pas investir cette question technique, a idéalisé le processus conduisant à la formulation des mots d’ordre. À notre avis, le problème se situe en amont de la formulation. Plusieurs questions restent sans réponse : qui participera à la rédaction du mot d’ordre ? Quel est le statut de ces stratèges ? Quels sont leurs réels intérêts à orienter la lutte dans une direction plutôt qu’une autre ? Quelle position occupent-ils au sein du Parti ?

25En somme, Luxemburg passe rapidement sur certains points techniques entourant les tenants et aboutissants de la grève de masse, et c’est pourquoi Kautsky lui demande de nombreuses clarifications à propos de ses intuitions interprétatives. À titre de théoricien du Parti, nous avançons que Kautsky tenait à délégitimer les arguments agitateurs de Luxemburg, comme ces quelques points d’ordre technique, dans le but que ceux-ci ne parviennent pas à persuader les masses. Ce n’est qu’après plusieurs demandes répétées de Luxemburg qu’il accepta de polémiquer sur le sujet en se confrontant à elle publiquement. Or, à ce moment, le SPD était sur le point de préparer la campagne électorale de 1912, où il a supplanté tous les autres partis en termes de votes récoltés. Pour Kautsky, il fallait miser sur les élections, et la machine sociale-démocrate était sur le point de s’activer en ce sens. C’est pourquoi le théoricien radical se rangea derrière le centre orthodoxe, délaissant le principe de grève de masse, qui ne lui paraissait pas le moyen de lutte le plus efficace.

La logique électoraliste/parlementariste

26Tel que mentionné précédemment, Luxemburg ne se positionnait pas contre l’action parlementaire, tout comme elle comprenait l’importance d’une victoire électorale écrasante. Ce qu’elle critiqua vivement chez Kautsky, c’est qu’il se soit conformé à la logique électoraliste du SPD. Le combat électoral représente un objectif louable, mais il ne doit pas orienter l’ensemble de la « vie du Parti ». En ce sens, elle écrit :

[…] déclarer qu’il est dangereux de discuter de la grève de masse, chercher à canaliser tout le mouvement pour la réforme du système électoral vers les prochaines élections au Reichstag, en faire le seul objectif, cela revient purement et simplement à ramener sur les sentiers battus du parlementarisme pur un mouvement animé par le Parti qui s’engageait, de manière encourageante sur de nouvelles voies (Luxemburg, [1910] 1983, p. 121).

27Il est frappant ici de constater à nouveau, par le biais de sa critique, comment l’esprit pseudo-sérendipien de Luxemburg s’articule, révélant au passage son intérêt pour ces « nouvelles voies ». En bref, à la lecture enthousiaste des nombreux mouvements protestataires éparpillés dans l’Allemagne, Luxemburg considère que l’esprit contestataire ambiant méritait une plus grande attention de la part du Parti et des syndicats. Que le SPD, et son théoricien Kautsky, aient opté pour la joute électorale illustre bien comment l’appareil social-démocrate cultivait l’inertie des masses, nous dira Luxemburg. Plus encore, comme le membre du SPD Robert Michels l’écrivait en 1911 : « L’organisation est la source d’où naît la domination des élus sur les électeurs, des mandataires sur les mandants, des délégués sur ceux qui délèguent. Qui dit organisation dit oligarchie » (Michels, [1911] 1971, p. 296). Châtelet bouclera la boucle ainsi : « Inertie des masses et spécialisation des chefs se renforcent l’une l’autre » (Châtelet, 1981, p. 176).

28Désignant la tactique de Luxemburg comme une opération-suicide, Kautsky lui rappelle que la croissance et la fortification des organisations prolétariennes, en branle depuis cinquante ans, marchent avec celles des organisations capitalistes. Ces dernières sont au reste et selon lui beaucoup mieux organisées et possèdent une force de frappe qui pourrait être très dommageable, en cas de grève de masse, pour la social-démocratie allemande, ses syndicats et ultimement le prolétariat allemand. Que l’on évoque une grève démonstrative ou coercitive, pour ce théoricien du Parti, la victoire électorale produira toujours une impression plus forte aux yeux de la population allemande dans son ensemble. C’est pourquoi il écrit :

Dans les conditions existantes, il est difficile d’imaginer un facteur qui puisse exercer un effet moral aussi puissant qu’une grande victoire électorale, à l’exception d’une grève de masse (Kautsky, [1910] 1983, p. 171).

29Or, Kautsky ne sentait pas cet enthousiasme pour la grève de masse dans la population. Ceci étant, contrairement à Luxemburg, les prérequis de Kautsky menant à la reconnaissance d’une situation clairement favorable à l’émergence d’une grève de masse semblent être pratiquement inatteignables. Fidèle à sa conception de la révolution en un acte, il considère que la grève de masse peut être victorieuse seulement si la masse du prolétariat tout entière se lève spontanément et forme un front commun contre le système répressif et capitaliste en place. Il n’y avait donc pas de place dans la théorie de Kautsky pour une quelconque forme de pseudo-sérendipité révolutionnaire. Sur un ton très épique, il écrit :

Si l’ensemble du prolétariat n’est pas organisé, un tel soulèvement n’est possible, mobilisant tous les travailleurs comme un seul homme, dans l’Empire tout entier, du nord au sud, dans les villes et les campagnes […] et pose pour lui [l’ensemble du prolétariat] la question du renversement du régime en place en termes de vie et de mort (Kautsky, [1910] 1983, p. 167).

30En 1910, Kautsky considérait, malgré le nombre très élevé de grèves en Allemagne, que celles-ci ne portaient pas le germe d’une révolution en devenir. C’est pourquoi la lutte électorale lui semblait être un bien meilleur moyen stratégique pour faire croître la portée du discours social-démocrate au sein même de la plus grande institution allemande : le Reichstag.

La portée du débat

31De ces deux penseurs radicaux, qui furent des alliés pendant la première décennie du XXe siècle, seule Luxemburg ne surprend pas le lecteur averti avec son texte Usure ou combat. Dans le cas de Kautsky, nous voyons poindre, par le fait qu’il a repoussé aux calendes grecques la grève de masse, un repli stratégique. Ce revirement est bien sûr dû à sa fonction de théoricien officiel du Parti et de directeur de la Neue Zeit. Même si Kautsky avait sensiblement les mêmes tâches politiques, les mêmes responsabilités lorsqu’il défendait le principe de grève de masse, notamment entre 1905 et 1909, nous comprenons que la situation politique intra-SPD était favorable à la défense de ce moyen de lutte. Ceci, puisque l’aile radicale était forte à ce moment. De son déclin vers 1906, Kautsky n’aura que suivi, par opportunisme nous dirait Luxemburg, le mouvement du balancier inverse en s’accordant progressivement aux thèses révisionnistes (Henri Weber, 1983, p. 46). Son intégration plus profonde dans l’appareil du Parti l’amena à désubstantialiser ses thèses marxistes révolutionnaires au profit de l’électoralisme et du parlementarisme. La fonction d’intégration et le statut de Kautsky ont ainsi influencé le nouveau regard politique de l’ex-marxiste radical. À titre de membre de l’opposition, Luxemburg pouvait critiquer vivement la tendance oligarchique du Parti puisqu’elle n’avait pas le statut de haut dignitaire au sein du SPD. Est-ce un hasard ? En aucun cas. Il aurait été incompréhensible que cette militante accepte un poste hiérarchisé, une quelconque fonction qui l’aurait éloignée davantage de la base du Parti et encore plus des masses. À la lumière de leurs positions respectives, nous avons vu comment ces deux théoriciens proposèrent une lecture différente de la situation allemande. La question n’est pas de savoir si le SPD aurait réellement pu profiter du déclenchement d’une grève de masse, mais plutôt de s’attarder à la dialectique réflexivité/statut de ses deux intellectuels. Nous avons ainsi tenté de démontrer pourquoi le moment semblait propice à la grève de masse pour Luxemburg et pourquoi il ne l’était pas pour Kautsky. En filigrane, nous avons aussi vu comment la pseudo-sérendipité révolutionnaire de Luxemburg rencontra les calculs stratégiques de Kautsky. En lien avec ce concept clé, il fut aussi question de saisir cette projection temporelle ouverte et dynamique que suppose l’application de la grève de masse. Kautsky semble plutôt nous conduire vers une temporalité qui serait dominée et maîtrisée par l’appareil social-démocrate allemand. La logique de contrôle des hautes instances du Parti sur sa base, chère à Kautsky, ne permettait donc pas une réflexion ouverte sur la possibilité d’entrevoir les bienfaits pseudo-sérendipiens des actions politiques briguées et initiées par les prolétaires puisqu’il s’opposait à ce type d’actions.

32Des craintes affirmées par plusieurs penseurs membres du SPD, nous pensons notamment à Weber et Michels, à propos de l’instauration progressive d’une distance entre les dirigeants du SPD et les masses, de la structuration d’un parti de masse hautement bureaucratisé et oligarchique, du rejet de ses fondements marxistes, de l’instrumentalisation des masses à des fins électorales, le débat entre Luxemburg et Kautsky permet d’éclairer certaines raisons qui conduisirent le SPD à évacuer toute perspective révolutionnaire. De l’adoption du Programme marxiste d’Erfut, en 1891, à celui de Bad Godesberg, en 1959, où tous les termes, concepts et idées marxistes furent définitivement rejetés du programme, le débat sur la grève de masse est capital pour comprendre comment la logique pluraliste, électoraliste, parlementariste aura eu raison de l’essence révolutionnaire du SPD (Badia, 1975 ; Châtelet, 1981 ; Michels, 1971 ; Muhlmann, 2010 ; Schorske, 1965 ; Henri Weber, 1985 ; Weber, 1907).

33Pour revenir à notre problème stratégique, nous devons comprendre que celui de Kautsky s’articule autour de son « attentisme » alors que chez Luxemburg il rencontre son désir « aventuriste ». De plus, le caractère aventuriste de Luxemburg aura permis à cette dernière de concevoir une stratégie qui ouvrait la porte à des actions pseudo-sérendipiennes alors que l’attentisme de Kautsky l’enferma dans un paradigme où les découvertes accidentelles n’étaient tout simplement pas envisageables. Ceci, puisque l’inattendu n’était pas tactiquement concevable pour ce théoricien marxiste.

  • 12 Cette citation provient de l’entrevue qu’il a donnée à David Muhlmann à propos de l’actualité de la (...)

34Ce débat fait émerger la confrontation entre deux stratégies, deux théories temporelles, peu développées techniquement puisqu’elles s’appuient respectivement sur un espoir qui est porté par une temporalité idéalisée. Daniel Bensaïd éclaire bien cette divergence conceptuelle en matière de conceptualisation d’une temporalité réformiste versus luxemburgiste12 :

[…] le débat sur la grève de masse […] est fondateur, parce qu’évidemment c’est faire la part de l’événement, ce qui revient à poser […] l’idée d’une autre temporalité politique : ce n’est pas l’accumulation graduelle des conquêtes électorales des positions qui fait l’histoire ; il reste la part de l’imprévu, de l’impromptu. On peut appeler cela « spontanéité » ou pas, mais il y a en tout cas l’événement, un événement qui constitue une irruption d’en bas, avec les formes d’organisation générale qui sont les siennes (Bensaïd, 2010, p. 195).

35La conception d’une stratégie révolutionnaire est donc intrinsèquement liée à celle de la temporalité qu’elle implique. De l’alliance entre ces deux éléments, émerge une philosophie politique pseudo-sérendipienne ou contre sérendipienne. L’orientation du discours politique qui incorpore ces trois éléments est, en amont, grandement influencée par la structure politique dans laquelle il se construit. Comme nous l’avons abordé en filigrane, la question des tendances oligarchiques reliées à l’organisation politique représente un problème de taille. Citons à nouveau Michels à cet effet :

Le mécanisme de l’organisation, en même temps qu’il donne à celle-ci une structure solide, provoque dans la masse organisée de graves changements. Il intervertit complètement les positions respectives des chefs et des masses (Michels, [1911] 1971, p. 17).

36Puis, lorsque l’organisation prend de l’ampleur, qu’elle voit ses comités se multiplier, ses organes, ses factions, ses caisses se remplir, la mise sur pied d’un système de démocratie directe en son sein devient impossible, nous dira Michels. Porté par la logique parlementariste, le parti politique devient ainsi confronté à des règles qui le pousseraient non pas à agiter les masses, mais à les rendre « inertes », tout en fermant la porte à des actions pseudo-sérendipiennes. Si tant est que ces réflexions aient structuré fortement le débat autour de l’application de la grève de masse en Allemagne, les critiques de Luxemburg et de Michels demeurent d’actualité.

Top of page

Bibliography

Badia, G., 1975. Rosa Luxemburg : journaliste, polémiste, révolutionnaire, Paris, Éditions sociales.

Bensaïd, D., 2010. « Regards internationaux sur l’actualité de Rosa Luxemburg : Daniel Bensaïd », dans David Muhlmann, Réconcilier marxisme et démocratie, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Non conforme, p. 193-209.

Châtelet, F., Pisier-Kouchner É., 1981. Les conceptions politiques du XXe siècle : histoire de la pensée politique, Paris, PUF, Coll. Thémis.

Guérin, D., 1971. Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire, Paris, Flammarion, Coll. Questions d’histoire 27.

Kautsky, K., [1910] 1983. Une nouvelle stratégie, dans Henri Weber, Socialisme : la voie occidentale, Paris, Presses Universitaires de France, p. 129-175.

Leibovici, M., 1991. “Révolution et démocratie : Rosa Luxemburg« , dans Revue française de science politique, 41e année, n°1, p. 59-80.

Luxemburg, R., [1910] 1983.  »Usure ou combat ?" dans Henri Weber, Socialisme : la voie occidentale, Paris, Presses Universitaires de France, p. 87-127.

Michels, R., [1911] 2009. Les partis politiques : essai sur les tendances oligarchiques des démocraties, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Muhlmann, D., 2010. Réconcilier marxisme et démocratie, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Non conforme.

Petit, I., [1898 et 1906] 1969. Œuvres I : Réformes ou révolution ? Grève de masse, parti et syndicats, Paris, Maspero, Coll. Petite collection Maspero.

Roberts, Royston  R., 1989. Serendipity : Accidental Discoveries in Science, New York, Wiley.

Rovan, J., 1978. Histoire de la social-démocratie allemande, Paris, Éditions du Seuil.

Salvadori, M. L., 1976. « La conception du processus révolutionnaire chez Karl Kautsky de 1891 à 1922 », dans Dominique Grisoni (dir.), Histoire du marxisme contemporain, Paris, Union générale d’éditions, Coll. 10/18.

Schorske, C., 1965. German social democracy 1905-1917 : the development of the great schism, New-York, New York Science Editions.

Weber, H., 1983. Socialisme : La voie occidentale, Paris, Presses Universitaires de France.

Weber, M., 1924. Intervention « Verband für Sozial-politik » [1907], dans Aufsätze zur Sociologie und Sozialpolitik, Tübingen, J.C.B.

Top of page

Notes

1 « Generalstreik [grève générale] désigne presque toujours une grève limitée (à une branche de l’industrie, à une ville), tandis que Massenstreik [grève de masse] englobe l’ensemble du mouvement : c’est le phénomène général dont les grèves dites « générales » peuvent être des composantes. « Massenstreik » est opposé d’une part à « anarchistische Theorie des Generalstreiks », d’autre part à « Generalstreik » au sens de mouvement partiel » (Badia, 1975, p. 115).

2 La popularité envers la théorie révisionniste développée par Eduard Bernstein ne cessa de croitre au courant des années 1900-1920. Ce courant théorique, produit par ce penseur et membre du SPD, séduira plusieurs factions du Parti.

3 Nous pensons notamment à Vladimir Ilitch Oulianov (Lénine), Georges Sorel ainsi que Jean Jaurès.

4 L’acronyme SPD désigne en langue allemande Sozialdemokratische Partei Deutschlands.

5 Fondée en 1881 avec son comparse Heinrich Braun, la revue sera publiée jusqu’en 1917.

6 La grève de masse sera adoptée à 287 voix contre 14 lors du Congrès annuel du Parti à Iéna (Henri Weber, 1983, p. 15). August Bebel, alors dirigeant du Parti, accepta de reconnaître la motion à des fins défensives seulement.

7 Notre herméneutique philosophico-critique vise à comprendre et à interpréter un débat intellectuel, ancré dans une période historique précise, dans le but d’y présenter les arguments de nos protagonistes tout en s’accordant à une analyse dialectique et dynamique de ceux-ci. Nous reconnaissons d’emblée l’individualité des textes que nous présentons, mais il nous apparaît impossible de les dissocier de leur contexte de production. La pensée des auteurs que nous abordons porte une histoire sociale et la transpose à l’écrit par le biais de réflexions politiques.

8 Kautsky tenta de remettre à l’avant plan le principe de grève de masse dans son œuvre Le chemin du pouvoir en 1909. Même si ce texte fut salué par la gauche internationale, le Comité directeur du SPD n’accepta pas l’œuvre dans son ensemble et lui imposa une refonte importante en censurant plusieurs parties de celle-ci.

9 Comme l’indique Schorske, lors du Congrès de Magdeburg en 1910 : “The left radicals were not to be put off. Sixty-two delegates headed by Rosa Luxemburg submitted a resolution which declared […] that the fight for the suffrage in Prussia can be waged to victory only through great, determined mass actions in wich all means must be employed, including the political general strike if necessary” (Schorske, 1965, p. 192).

10 Notons ici que les conjonctures sociales, politiques et économiques participent toujours directement au déclenchement des grèves et mouvements de masse. Luxemburg revient abondamment sur cette dialectique en critiquant au passage la théorie du matérialisme historique de Marx. Sa conception dynamique de l’histoire s’oppose aux stratégies marxistes mécaniques préconisées notamment par Lénine, Trotski et Kautsky.

11 À travers son œuvre Rosa Luxemburg et la spontanéité révolutionnaire, Daniel Guérin critique fortement Luxemburg sur ce point en avançant que son argumentation théorique est chaotique (Guérin, 1971, p. 39-42).

12 Cette citation provient de l’entrevue qu’il a donnée à David Muhlmann à propos de l’actualité de la pensée de Luxemburg.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Lamoureux-Lafleur, « Pseudo-sérendipité et contre-sérendipité dans les conceptions temporelles révolutionnaires  », Temporalités [Online], 24 | 2016, Online since 29 March 2017, connection on 27 May 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3547 ; DOI : 10.4000/temporalites.3547

Top of page

About the author

Olivier Lamoureux-Lafleur

Université du Québec à Montréal (UQAM)
405, Rue Sainte-Catherine Est, Montréal, QC, H2L 2C4
olivier.lamoureux.lafleur@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page