Navigation – Plan du site
Varia

Jouer court et/ou jouer long ?

La fabrication du rapport au temps chez les apprentis footballeurs.
Playing it short and/or playing it long? Creating the sense of time among young football players.
¿Jugar corto y/o largo? La fabricación de la relación al tiempo en el caso de los futbolistas aprendices
Hugo Juskowiak

Résumés

L’article tente de montrer que l’accès au plus haut niveau de la pratique footballistique est lié de manière indissociable à un ensemble de réussites à court terme pendant que, dans le même temps, l’investissement extrêmement exigeant dans un quotidien de sportif de haut niveau ne peut être supporté sans la projection au long cours dans une carrière professionnelle. Mais la compréhension, l’acceptation et l’insertion dans ce chevauchement des temporalités ne se construit que lentement et par étapes chez les apprentis footballeurs. Pour certains, il ne se construira même jamais. Dès lors, le travail de l’encadrement technique, soucieux d’établir la valeur sportive et économique des futurs joueurs, va consister, à partir d’un jeu autour des procédures d’évaluation et des contrats de formation disponibles, à s’approprier les cadres temporels prescrits par la Fédération Française de Football pour sélectionner et former les individus jugés les plus aptes à entrer sur le marché des footballeurs professionnels.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question du rapport au temps a été, de manière prévisible, assez tôt investie par les historiens (Bloch, 1974 ; Loué, 2008). Dans les travaux consacrés au sport et au football en particulier, depuis la fin des années quatre-vingt et du début des années quatre-vingt-dix (Mason, 1980 ; Fischwick, 1989 ; Wahl, 1989, 1990 ; Wahl et Lanfranchi, 1995) jusqu’aux écrits les plus récents (Dietschy, 2010), la question du rapport que les footballeurs entretiennent avec le temps inspire plus ou moins directement les interrogations des chercheurs. Mais que fait l’historien ? Il met le temps en récit, le renseigne, il réfléchit encore à son découpage, aux continuités et aux ruptures (Offenstadt, 2011). On retrouve ainsi dans la littérature historique relative au football toute une série d’oppositions entre le temps de l’entraînement et le temps de la compétition, le temps des soins corporels et le temps de la mise en scène des corps sur le terrain, le temps du jeu et le temps des déplacements. Et même si caractériser le football des années trente à partir du registre de la lenteur, de l’oisiveté, du temps long pour mieux souligner comment le football actuel serait quant à lui placé sous le régime de l’urgence, de l’instantanéité, de l’immédiateté relève en réalité d’une vue de l’esprit, Wahl et Lanfranchi (1995, p. 94), traitant notamment de la condition du footballeur d’avant-guerre, nous rappellent comment, entre deux matchs, les premiers joueurs professionnels s’adonnaient à de longues parties de belote permettant de « tromper l’ennui » et de « passer le temps » lors des interminables déplacements en train.

2Le sociologue, lui, traite le temps différemment et apporte une vision complémentaire à celle de l’historien : il réfléchit aux usages différenciés que les acteurs (f)ont du temps (Pronovost, 1996 ; Sébileau, 2014). Roderick (2006) relève ainsi comment l’effervescence du football contemporain s’accompagne indissociablement de répétitions perpétuelles de gammes techniques, d’accumulations de mises en places tactiques, d’un quotidien flirtant parfois avec l’ennui ; comment la frénésie de certains matchs s’insère en même temps dans une carrière au long cours. Les temporalités vécues par les footballeurs professionnels actuels sont en réalité multiples (Dubar, 2004) et articulent de manière simultanée le court et le long terme. Comme pour d’autres activités professionnelles, loin d’être innée, cette compétence à gérer des temporalités différentes se construit socialement (Bouffartigue et Bouteiller, 2006 ; Longo, 2010), et notamment pendant la période de formation au métier de footballeur. Mais alors que l’ensemble des travaux traitant de la fabrication des futurs joueurs (Slimani, 2000 ; Juskowiak, 2011 ; Bertrand, 2012 ; Rasera, 2012) relèvent combien l’entrée dans un centre de formation correspond à l’insertion dans un « contre-espace » et dans un « contretemps » (Faure et Suaud, 1999) ou plutôt dans un « lieu et dans un temps spécifiques » (Bertrand, 2012) dans lesquels les temporalités sportives, scolaires, amoureuses et familiales s’entrechoquent (Forté, 2006 ; Lefèvre, 2010, Bertrand ; 2014), ils ne permettent pas de saisir comment se construit progressivement cette compétence à articuler les temporalités. D’où les interrogations suivantes : quel(s) rapport(s) au(x) temps les apprentis footballeurs construisent-ils pendant la durée de leur formation ? Qui sont les acteurs ou les groupes d’acteurs à l’origine de la production et de la diffusion de ces structures temporelles ? Selon quelle(s) logique(s) et avec quel(s) outil(s) sont diffusées ces manières d’appréhender le temps ? Selon quelles dynamiques et en fonction de quelles variables les jeunes joueurs intègrent, refusent ou négocient ces modes d’organisation du temps souhaités, proposés ou imposés ? Pour quelles conséquences sur leurs carrières ?

3Pour répondre à cette série de questions et tenter de mieux comprendre comment et pourquoi évolue le rapport au temps des jeunes joueurs en formation, il semble nécessaire de se pencher d’abord sur les catégories d’âges définies par la Fédération Française de Football (FFF) ainsi que sur l’existence des différents types de structures et de contrats de formation qui imposent une première forme d’appréhension du temps pour les acteurs impliqués dans la fabrication des futurs professionnels. Mais cela n’est pas suffisant car l’encadrement technique, soucieux d’établir dans un espace hautement incertain et concurrentiel la valeur sportive et donc économique des apprentis footballeurs, va jouer avec ce premier séquençage de la formation. En utilisant les cadres temporels prévus par la Fédération mais aussi en en produisant de nouveaux, les éducateurs font prendre conscience aux joueurs de l’incontournable alliance du court et du long terme dans l’accession au plus haut niveau. Confrontés à ce décalage entre le temps prescrit par l’institution et celui inscrit par les entraîneurs, les joueurs fabriquent alors progressivement une identité professionnelle dont la compétence à gérer différentes temporalités représente l’une des pierres angulaires.

Premiers outils pour appréhender la question des temporalités dans une carrière d’apprenti footballeur

Mettre en place un cadre méthodologique et conceptuel : quels outils pour appréhender la question des temporalités chez les jeunes footballeurs ?

  • 1 Notamment le Titre II « Centres de formation des clubs professionnels », le Titre III « Les joueurs (...)
  • 2 Notamment le règlement des pôles Espoirs et des sections sportives scolaires Élite.
  • 3 Depuis la saison sportive 2009-2010, dans un objectif de prise en compte des rythmes scolaires mais (...)
  • 4 Trois centres de formation de clubs professionnels de football ainsi qu’un centre fédéral de préfor (...)
  • 5 À différents moments du processus de formation mais également dans des laps de temps différents apr (...)

4Les résultats proposés dans cet article sont issus d’un travail de thèse portant sur les carrières (Becker, 1963 ; Hughes, 1996) des apprentis footballeurs et reposent sur plusieurs méthodologies articulées : l’étude d’un ensemble de textes encadrant l’accès au métier de footballeur professionnel (Charte du Football Professionnel1, Statuts et Règlements de la Fédération Française de Football (FFF)2, règlements intérieurs de clubs), l’analyse de plusieurs biographies commercialisées de sportifs de haut niveau (Juskowiak et Nuytens, 2013), le traitement statistique des cohortes de joueurs en formation de douze (U13) à dix-huit ans (U19)3 pour les saisons 2005-2006 à 2009-2010 dans les différentes structures de formation observées4 (données saisies et traitées, n = 500) et enfin l’analyse qualitative de 90 entretiens menés auprès de formateurs (n = 30), de joueurs en formation (n = 30) et de joueurs ayant quitté les filières d’accès au haut niveau à différents moments (n = 30)5 complétée par l’observation in situ de séances d’entraînement (n = 50) et deux périodes d’immersion en club. Pour falsifier le modèle de socialisation professionnelle proposé dans cet article, une seconde série d’entretiens (n = 9) et d’observations (n = 12), qui pourrait s’apparenter à un suivi de cohorte, a été réalisée sur les cinq années suivant le premier recueil. Pour l’ensemble des acteurs sollicités, les entretiens réalisés s’organisent en deux dimensions – la première plutôt biographique (Demazière et Dubar, 1997) et la seconde davantage compréhensive (Kaufmann, 1996) – qui, en plus de questionner les thématiques de l’entrée dans l’activité, de l’évaluation et de la sélection, de l’activité au quotidien dans et en dehors du football, interrogent également les perspectives de carrières, ce que Hughes nomme « anticipation des carrières » et qui constitue, selon lui, l’un des « quatre éléments de base de l’identité professionnelle » (Dubar, 2000). Ces items, retenus notamment à partir de la littérature sur la socialisation sportive et professionnelle, répondent à la mise en évidence de moments clés qui construisent les carrières des apprentis footballeurs. Ils permettent d’approcher, au travers des discours, les représentations des acteurs, leurs conditions de structuration et de mise en œuvre. Chaque discours, d’abord replacé dans son contexte d’énonciation (carrière antérieure, statut et rôle du locuteur, relations connues avec les autres acteurs de l’enquête, etc.), a ensuite été, dans un souci de certification des données, confronté à ceux des autres joueurs et/ou entraîneurs. Mais se fier uniquement aux discours des différents acteurs impliqués dans le processus de fabrication de cette forme d’excellence corporelle (Defrance, 1987), même en les confrontant les uns aux autres, ferait du chercheur le simple passeur du discours indigène (Demazière, 2007). C’est la raison pour laquelle ils ont été systématiquement renvoyés aux observations effectuées lors des séances d’entraînement ou des périodes d’immersion. Ces observations étaient centrées à la fois sur les techniciens (préparation et organisation des séances, feedback verbaux donnés aux apprentis, bilans de séances, réunions du staff technique, etc.) et les joueurs (attitudes et comportements pendant les séances d’entraînement, les matchs, fréquentation des différents espaces du centre de formation). La spirale de l’analyse (Blanchet et Gotman, 2005) qui s’organise alors par le croisement des points de vue indigènes, des positions objectives des individus, et des pratiques réelles des enquêtés ainsi que par le frottement aux concepts sociologiques issus notamment de l’interactionnisme symbolique, permet alors de mieux comprendre comment se structure et évolue le rapport au temps des jeunes footballeurs.

Renseigner le découpage institutionnel de la formation : appréhender une première forme de séquençage du rapport au temps des apprentis footballeurs

  • 6 Les parcours de l’excellence sportive existent depuis 2009. Ils sont régis par l’instruction 09-028 (...)

5« Les parcours de l’excellence sportive » prennent en charge « le travail d’évaluation, de détection, de préparation et d’entraînement des sportifs de haut niveau [selon] une organisation propre à chaque discipline sportive, rigoureuse et programmée »6. Ces parcours, créés en 2009 et qui ont pour objectif de renforcer encore davantage le suivi individualisé des athlètes, succèdent aux sections sport études (1974-1084), aux Centres Permanents d’Entraînement et de Formation (CPEF ; 1984-1995) et, plus récemment, aux filières d’accès au sport de haut niveau (1995-2008) (Honta, 2002). La fabrication des footballeurs professionnels s’inscrit pleinement dans ce dispositif. La FFF propose ainsi un ensemble de structures de préformation et de formation qui jettent les bases d’une première segmentation temporelle de l’accès au plus haut niveau de la pratique footballistique intégrée par les jeunes joueurs.

Figure 1 : Bilan des structures de formation en football de 11 ans à 21 ans

  • 7 Fiche des sections sportives scolaires consultable sur le site internet de la Fédération Française (...)

6Les enfants de onze à treize ans peuvent, en plus de leur pratique hebdomadaire dans leur club, intégrer une section sportive scolaire. Sur la base d’un recrutement associant résultats scolaires et niveau de pratique sportive, la section propose aux jeunes trois à quatre entraînements hebdomadaires supplémentaires et vise à « préparer le joueur d’excellence à intégrer le haut niveau » tout en favorisant « la construction du triple projet : sportif, scolaire, éducatif »7.

7De treize à quinze ans, les parcours possibles se diversifient. Le jeune joueur peut ainsi conserver une pratique de club amateur uniquement, intégrer une section sportive scolaire « classique » présentée ci-dessus, fréquenter une section sportive « élite » ou encore évoluer au sein d’un centre pôle espoir interrégional FFF. Les discours et les pratiques observées chez les joueurs ainsi que chez les éducateurs laissent à penser que les meilleurs éléments de ces catégories d’âge, d’un point de vue footballistique du moins, se regroupent dans ces deux dernières voies. Rattachée à un club au statut professionnel, la section « élite », sur la base d’un recrutement local, accorde une place centrale aux compétitions du week-end qui structurent les contenus d’apprentissage de la semaine et servent de révélateur des compétences en action du jeune joueur. Le centre fédéral de préformation, au recrutement régional plus élargi, oriente davantage les apprentissages de ses pensionnaires vers le développement de principes de jeu généraux dont l’évaluation est moins directement soumise à « la vérité du terrain » (Juskowiak, 2011). Le choix de l’inscription dans telle ou telle structure de préformation, et donc d’une propédeutique de construction d’un rapport singulier au temps, se négocie entre le jeune joueur, ses parents et les différents éducateurs potentiellement impliqués en fonction des intérêts perçus par chacun.

  • 8 Fiche des sections sportives régionales second cycle consultable sur le site internet de la Fédérat (...)
  • 9 Fiche des centres de formation de clubs professionnels agréés consultable sur le site internet de l (...)

8De quinze à dix-neuf ans, la hiérarchie des instances de formation est plus nette. Les footballeurs jugés les moins aptes à poursuivre une carrière de haut niveau continuent de pratiquer dans leur club amateur. Les pensionnaires des sections sportives régionales second cycle – équivalent des sections scolaires « classiques » de la période collège – suivent, quant à eux, « une formation de footballeur de qualité, dans le temps d’une scolarité adaptée et complète »8. Les jeunes joueurs présentant les potentiels jugés les plus intéressants par la communauté du football sont invités à intégrer un centre de formation de club professionnel agréé dont la finalité première affichée est de « former les garçons de 15 à 19 ans à une carrière professionnelle »9. Voie royale pour le haut niveau, ces centres fournissent plus de 90 % des joueurs en activité sur le marché des footballeurs professionnels (Demazière et Csakvary, 2002).

9Mais la segmentation institutionnelle de l’accès au métier de footballeur se révèle également au travers des différents contrats – dont les modalités sont présentées en annexe – qui peuvent jalonner la carrière d’un jeune footballeur.

Figure 2 : Schéma des différents contrats qui peuvent être proposés aux footballeurs en formation

  • 10 Les définitions, les conditions d’accès, les durées et les conditions d’âge ainsi que les modalités (...)

10Ces engagements, plus ou moins contraignants pour le club ou pour le joueur10, vont remodeler en partie le premier tempo fabriqué par l’architecture fédérale des structures de formation. En effet, même si la plupart du temps les bornes temporelles prévues réglementairement pour les différents contrats recoupent celles des structures de formation, des signatures anticipées – ou retardées – sont toujours possibles : d’une structure à l’autre, d’un club à l’autre, d’un footballeur à l’autre, on ne propose pas les mêmes contrats, pas aux mêmes moments et pas pour les mêmes raisons. Et même si, au final, c’est la direction administrative du club qui entérine la signature d’un contrat, les éducateurs orientent très fortement les choix sportifs.

L’encadrement technique : un rouage fondamental de la construction du rapport au temps chez les apprentis footballeurs

L’utilisation de cadres temporels existants par l’encadrement technique : l’exemple du jeu avec les contrats

  • 11 D’après la règlementation en vigueur, le nombre de joueurs surclassés est limité à trois par équipe (...)
  • 12 Comme les contrats concernent des périodes longues, qu’ils sont enregistrés auprès de la Ligue de F (...)
  • 13 Dans un article du 17 août 2015, le site internet de L’Équipe rapporte ainsi comment « Thiago Motta (...)

11Les catégories d’âges ainsi que les contrats constituent des marqueurs institutionnels de l’évolution des jeunes footballeurs en formation. Mais une marge de manœuvre existe. Les meilleurs joueurs d’une classe d’âge donnée peuvent être autorisés à évoluer le temps des compétitions dans la catégorie supérieure ; on parle alors de « surclassement »11 ou de « double surclassement » si le saut concerne deux catégories. Cet écart possible avec la législation existe également en ce qui concerne les contrats12 : les clubs, sur les indications des éducateurs, vont proposer – ou non – la signature à un joueur, l’anticiper, ou parfois la reculer dans le temps. Bref, il existe un jeu autour du contrat. Alors que celui-ci est parfois présenté dans les médias comme un outil pour mettre la pression sur les clubs13 – ce qui est sans doute vrai pour les meilleurs joueurs, ceux que Bourg et Gouguet nomment les « vedettes » (1998) et qui se situent dans le registre de l’offre – la marge de négociation est beaucoup plus ténue pour les « intermédiaires » ou les « porteurs d’eau » (Bourg et Gouguet, 1998), ces substituables du football qui se situent davantage dans le registre de la demande sur le marché des footballeurs professionnels. Ce sont alors les entraîneurs, en position de domination, qui vont utiliser cet outil fourni par l’institution en proposant ou non des contrats et construire ainsi des manières diversifiées d’envisager l’avenir chez les joueurs.

«  Des fois, tu fais signer des mecs, des talents j’veux dire, hein, pas des brelles quoi, des gars en pleine bourre, et boum, juste après la signature, ils s’endorment, ils se croient arrivés. Plus rien. Et c’est fini. Ou des fois ça les met en confiance, ça leur donne du temps, puis ils explosent. Et d’un autre côté, quand tu fais pas signer, des fois ça leur met un coup de pied au cul, tu vois, ça les réveille, les mecs se disent :  “pu****, j’ai chaud aux fesses, ça se trouve, dans deux mois, ma carrière elle est finie” . Bam, sous pression, les mecs ils se réveillent. Et des fois, quand je dis non, non, celui-là, faut pas le faire signer Président, bah le gars, ça le met en difficulté, il commence à flipper, ça lui met le doute, ça le décourage, et basta. Ça dépend vachement en fait ». (Dominique, Éducateur U17 en centre de formation d’un club professionnel)

12Au-delà de son versant évaluatif (pour le joueur comme pour l’éducateur, le contrat représente un moyen d’évaluation qui discrimine ceux qui sont jugés aptes à poursuivre dans des conditions facilitées des autres postulants), le jeu autour du contrat constitue surtout un outil de fabrication de manières plurielles d’envisager l’avenir d’un joueur à l’autre : dans l’urgence en cas de non-signature ou dans un temps plus élargi en cas de signature.

  • 14 Dans le langage des jeunes footballeurs, le « phénomène » - ou « phéno » - est un joueur reconnu pa (...)

13Mais dans la succession des contrats possibles au cours d’une carrière d’apprenti footballeur, rares sont les « phénomènes »14 qui seront toujours jugés aptes à continuer sans encombre à chaque étape. La plupart des jeunes joueurs se retrouvent à un moment ou à un autre, parfois plusieurs fois dans leur parcours, dans l’urgence, dans un temps raccourci, dans une carrière virtuelle qui peut s’arrêter à tout instant. Au final, le contrat apparaît aussi et peut-être surtout comme un outil de formation à l’incertitude sur l’avenir. Les footballeurs apparaissent ainsi socialisés de manière précoce à cette incertitude (Menger, 2009) principe structurant de leur futur marché du travail renforcé par exemple par la concurrence féroce entre les joueurs et le jeu auquel se livrent leurs agents (Frenkiel, 2014).

« Tu sais jamais où t’en es en fait, c’est ça qui est super chaud tu vois… Regarde, par exemple, on fait signer Jean en tant que stagiaire pro alors qu’il est nul. ‘Fin, nul, j’veux dire, l’an dernier, à l’entretien de fin d’année, les coachs lui ont mis la pression quoi, il était en difficulté, ‘fin. Même cette année, ils le défoncent tout le temps à l’entraînement. On sait très bien qu’il ira pas chez les pros. Et à côté de ça, Williams, un vrai phéno, tu l’as vu toi, le coach, il lui dit tout le temps :  “ouais, tu verras, chez les pros, tu feras ceci, tu feras cela”  et ils lui proposent rien, que dalle, zéro contrat… Ouais, c’est chaud, on sait jamais ce qui peut se passer, mais c’est le jeu ». (Olivier, Joueur U19 en centre de formation d’un club professionnel)

14Mis en danger de manière récurrente par leurs entraîneurs, la plupart des apprentis footballeur intègrent progressivement qu’un contrat professionnel ne se décroche qu’en enchaînant un ensemble d’étapes contractuelles en amont, autrement dit, qu’une perspective de carrière sur le long terme est indissociable d’une succession de réussites sur le court terme et que la clé du succès se trouve dans la combinaison de ces différentes temporalités.

La production de cadres temporels par les éducateurs : le mécanisme de banalisation et de superposition des évaluations

15Mais les entraîneurs ne font pas qu’utiliser les outils fournis par l’institution, ils en construisent également. C’est par exemple le cas avec le mécanisme de banalisation et de superposition des temporalités d’évaluation au fur et à mesure de l’évolution dans la hiérarchie sportive. Plus les apprentis footballeurs progressent dans les catégories, plus les éducateurs attendent d’eux qu’ils soient performants souvent et dans de nombreux domaines :

« Ce qu’ils ont du mal à comprendre, c’est qu’il n’y a jamais rien d’acquis, faut qu’ils comprennent ça, tu vois. Ça marche comme ça dans le haut niveau, et plus vite ils le comprennent, mieux c’est pour eux. Bah ouais, chez les pros, tu fais une mauvaise saison, même pas, deux ou trois mauvais matchs, t’es en difficulté. Bah ici, c’est pareil, c’est tout le temps, tout le temps, en match on te regarde, à l’entraînement on te regarde, même pendant la sieste on te regarde, presque (rires), faut qu’ils comprennent que c’est jamais gagné ». (Éric, Éducateur U17 en centre de formation d’un club professionnel)

  • 15 Par exemple, les capacités cognitives et le comportement des joueurs sont observés pour l’entrée en (...)

16Même si l’ensemble des critères d’évaluation semble être mobilisé dès les plus jeunes catégories15, les entraîneurs n’accordent pas nécessairement la même importance à tous ces indicateurs en début de formation. À l’âge de douze ans, faire la démonstration de certaines qualités techniques et/ou physiques peut suffire à attirer le regard et s’assurer une place dans les filières d’accès au haut niveau. Mais à l’aune de la signature du contrat professionnel, les discours et les pratiques des éducateurs mettent en évidence que les périodes d’observation sont plus étendues et les registres d’évaluation plus élargis. Il s’agit alors, pour le joueur, de faire état de son investissement et de son efficacité dans des domaines et des espaces extrêmement variés : à l’entraînement, en salle de musculation, en salle de soins, en ce qui concerne l’alimentation, en match officiel, dans la succession des matchs, sur les matchs à enjeu, sur l’ensemble de la saison, devant la presse, etc. Et comme les éducateurs ne communiquent pas nécessairement sur les domaines évalués ni sur les critères retenus à l’intérieur de chaque domaine – soit volontairement, soit parce qu’ils n'en sont pas conscients – les apprentis ne comprennent qu’au fur et à mesure de l’avancée dans la carrière que le rendement sur le terrain ne représente pas la totalité de leur évaluation et que d’autres apprentissages ou preuves de compétences sont attendus.

17De la même manière que pour le jeu avec les contrats, ce phénomène de banalisation et de superposition des temporalités de l’évaluation participe d’une socialisation à l’incertitude, même s’il s’agit davantage ici d’une incertitude liée aux critères d’évaluation. Les joueurs en formation sont ainsi confrontés de manière précoce aux règles du jeu de leur futur métier puisque la nature et le contenu des attentes conduisant à la signature ou à la prolongation de contrat d’un joueur ne sont pas toujours dénués d’opacité chez les professionnels (Roderick, 2006).

« Ouais, mais c’est ça qui est super dur, c’est que tu sais jamais trop ce qu’ils regardent. Et ils te le disent pas en plus, quoi. Moi je vois, le mois dernier, je fais des super entraînements et tout, je me déchire sur le terrain, le coach, il me dit  “ouais, c’est bien, vas-y, continue, et tout”, tu vois, j’ai l’impression qu’il me trouve bon quoi, et je suis pas titulaire le week-end. Je comprends pas. Alors je demande au coach et tu sais ce qu’il me dit ?  “Ouais, euh, j’ai vu avec les autres coachs, tout ça, ils te voient pas souvent en salle de muscu ou faire tes étirements…” Là tu te dis : “attends, c’est sur ça qu’ils te jugent en fait ?” C’est dingue, faut être à fond tout le temps quoi… En même temps, comme ils [les entraîneurs] disent, c’est comme ça chez les pros… Maintenant je le sais ». (Ibrahim, Joueur U17 en centre de formation d’un club professionnel)

18En intégrant le principe d’une évaluation permanente et multicritère proposée par leurs éducateurs, les futurs professionnels comprennent que pour être performant et optimiser ainsi la gestion de leur carrière, il existe une nécessaire articulation entre les différentes tâches et qu’une réussite à long terme est nécessairement dépendante d’un investissement multipolaire dans le très court terme.

« Gagner le week-end » ou « former des pros » ? Le travail des formateurs face aux contraintes temporelles de l’univers du football

19Pour quelles raisons les entraîneurs se comportent-ils de cette manière ? Pourquoi ont-ils recours à cette incertitude sur l’avenir et sur les critères d’évaluation dans leurs pratiques professionnelles ? Sans doute parce qu’ils forment de futurs joueurs professionnels de football et que cette incertitude constitue un principe structurant du futur marché professionnel de leurs apprentis (Menger, 2009). Mais nous pouvons également poser comme hypothèse qu’ils agissent de cette manière parce qu’ils souhaitent connaître, anticiper et s’assurer d’une valeur sportive et donc économique de leurs joueurs :

« C’est sûr qu’ils en veulent nos jeunes, attends, tu voudrais pas devenir footballeur pro toi ? Ils sont au taquet, c’est clair, mais nous, notre boulot, c’est de les pousser. Faut les pousser, les pousser, les pousser. Faut toujours trouver des trucs pour les motiver. Alors, ouais, des fois, on s’amuse, on leur fait des trucs, on sait que c’est pas important, mais on joue, on leur fait croire juste pour voir ce qu’ils ont dans le ventre et voir ceux qui en veulent vraiment plus que les autres quoi, ceux qui méritent ». (Nicolas, Éducateur U17 en centre de formation d’un club professionnel)

  • 16 Le contrat de travail de l’éducateur de la catégorie U19 d’une des structures observées précise ain (...)

20La difficulté de la position des éducateurs vient, en réalité, du fait qu’ils sont pris, eux aussi, dans un paradoxe entre le court et le long terme : les éducateurs en centre de formation doivent former de jeunes joueurs amenés à fréquenter la catégorie supérieure ou le monde professionnel16, mais dans le même temps, ils sont également évalués à partir des résultats immédiats de leurs équipes respectives lors des compétitions du week-end.

Échange verbal entre l’éducateur U17 et l’éducateur U19. Lundi matin. 10 h 30. Salle de détente.

« - Alors, t’as encore perdu ce week-end ?

- Ouais, ouais, un but casquette juste avant la pause alors qu’on dominait. Bon, le groupe progresse, c’est le principal. Et puis, hé, je suis formateur moi, pas entraîneur de la première, hein…

- Ouais, ’fin sur le coup, t’es surtout un gros loser… Allez, va former va ! » (Note de terrain du lundi 12 octobre 2009)

21Cette évaluation se fait aussi bien par les collègues – participant à la réputation de l’éducateur (Chauvin, 2011 ; Goffman, 1973) – que par la direction du club qui cherche à maintenir ses équipes dans les plus hautes divisions pour l’ensemble des catégories d’âge permettant ainsi de renforcer le prestige du club et d’attirer de nouvelles recrues potentielles. Pris constamment dans cette tension entre court terme et long terme, il n’est donc pas étonnant que les éducateurs cherchent à la fois à transmettre et à évaluer la capacité de leurs jeunes à maîtriser de plus en plus finement cette dualité temporelle.

La construction de l’identité professionnelle des apprentis footballeurs : une question de temps…

La double dialectique du temps long et du temps court chez les apprentis footballeurs

  • 17 Lors des séances d’entraînements observées, les noms de joueurs précoces mais usés par une sollicit (...)

22À l’image de ce que vivent les éducateurs, les jeunes apprentis footballeurs, formés et évalués de la sorte, sont également pris dans cette double contrainte de réussite dans le temps court et dans le temps long. En ce qui les concerne, le paradoxe pourrait se résumer de la manière suivante : ils se doivent de briller à très court terme lors du match du week-end pour faire état de leurs qualités de compétiteur mais au risque de se blesser ou de se « griller »17 tout en gérant une carrière sur le long terme au risque de trop s’économiser et de ne pas se faire repérer par l’éducateur de la catégorie supérieure ou celui du groupe professionnel.

23Cette tension entre le « ici et maintenant » difficilement opposable au « ailleurs et plus tard » montre bien que les temporalités sont multiples dans la construction des apprentis footballeurs mais surtout qu’elles sont indissociables : le long terme ne peut se construire que sur des réussites à court terme mais la réussite à court terme ne peut faire l’économie d’une projection dans le long terme.

Les étapes de la construction de l’identité professionnelle des footballeurs

24Mais cette articulation entre les différentes temporalités ne se fait pas de manière instantanée. Le travail de socialisation à l’incertitude développé par les différents éducateurs n’est que progressivement intégré par joueurs et de nombreuses étapes jalonnent la compréhension du fait que court terme et long terme sont indissociables dans l’accès au plus haut niveau.

25Avant l’entrée dans les filières de haut niveau et au-delà lors des premiers mois de préformation, les apprentis footballeurs sont intimement persuadés qu’ils deviendront footballeur professionnel et que quelques gestes techniques habilement maîtrisés les amèneront au sommet. Les joueurs se trouvent alors dans ce que Davis (1968) nomme « l’innocence initiale » caractérisée notamment par une prédominance des stéréotypes professionnels et des projections de carrière inconsidérées.

«  C’est génial, l’an dernier je suis dans mon petit club et la, hop, recruté par *** et au centre de préfo. j’ai du mal à me rendre compte que je vais devenir footballeur pro quoi, c’est génial. » (Jacques, Joueur U15 en centre fédéral de préformation)

26Le travail d’inculcation de la vocation (Suaud, 1978) effectué à la fois par les instances familiales et l’institution sportive (Bertrand, 2008) insère ainsi les jeunes joueurs dans un temps long notamment par rapport à ce que Hughes nomme « l’anticipation des carrières » (Dubar, 2000) sans que la nature des tâches à effectuer ni la perception de son rôle en tant que futur joueur professionnel ne soient complètement identifiées. Par la suite, notamment au travers du jeu autour des contrats et des multiples évaluations mises en place par les « coachs », les apprentis footballeurs prennent progressivement conscience que le métier n’est tout à fait, voire pas du tout, ce qu’ils attendaient. Ils basculent alors dans ce que Hughes appelle la « simulation du rôle ». À ce stade, les jeunes joueurs sont capables, par à-coups, de s’investir pleinement dans un travail quotidien pour atteindre l’excellence (Chambliss, 1989) mais basculent de manière plus ou moins fréquente dans leurs anciens modes de comportements avec des discours valorisant l’innéité du talent et des pratiques alimentaires ou récréatives non conformes à cette forme d’ascétisme attendu dans cette filière d’élite (Darmon, 2010) que constitue la fabrication des footballeurs professionnels.

« C’est dur au centre, t’es loin de la famille tout ça… Mais, ’fin, je sais pas, des fois ça va, tu vois, j’y arrive, j’suis bien et tout, j’travaille, tout ça, j’fais gaffe. Et pis des fois, j’en ai marre, j’me laisse engrainer par les potes, j’vais faire le c** sur le city-stade avec les gars, j’pourrais me péter, j’le sais, mais c’est plus fort que moi, j’arrive pas, tu vois…à me contenir ». (Joffrey, Joueur U17 en centre de formation d’un club professionnel)

  • 18 Championnat de France Amateur, antichambre du football professionnel.

27Ce n’est qu’à l’aune de la signature du contrat professionnel que les apprentis footballeurs « traversent le miroir » et font preuve d’une « intériorisation stable » des différentes contraintes professionnelles. Les discours mais aussi les pratiques quotidiennes des meilleurs éléments – en tout cas ceux désignés comme tels par les éducateurs des catégories U19 et CFA18 – laissent à penser qu’ils ont construit une articulation, une juxtaposition de nombreuses temporalités qui se répondent les unes aux autres ainsi qu’une prise de conscience de la nécessité de travailler l’ensemble des domaines pour percer au plus haut niveau.

« Tu sais, j’ai plus beaucoup de potes en dehors du ballon quoi, bah ouais, mais les mecs ils comprennent pas que je peux pas sortir jusque deux heures du mat’ et tout, quoi. Tu vois, genre, je dois faire la sieste et tout, je peux pas jouer à la console l’après-midi… Les mecs, ils vont au Mac’Do, moi je peux pas, je surveille tout ça. Bah ouais… Après ils comprennent pas, ils comprennent pas tant pis… Ils me disent,  “vas-y, tu feras demain et tout”, mais non, moi, c’est tous les jours que je veux être pro, c’est tout le temps, les mecs ils comprennent pas ça… » (Julien, Joueur U19 en centre de formation d’un club professionnel)

Impact du niveau scolaire et du niveau sportif sur la construction professionnelle et la sélection des apprentis footballeurs

28Pour autant, rien n’est linéaire ni systématique dans la trame de socialisation professionnelle présentée ci-dessus qui doit alors davantage être considérée comme un idéal-type (Weber, 1904) avec toutes les limites que le choix de quelques critères particulièrement significatifs et l’accroissement unilatéral des caractéristiques des sujets supposent (Kalberg, 2010). La construction de ce rapport au temps particulier chez les footballeurs professionnels qui articule temps court et temps long ne se fait pas à la même vitesse pour tout le monde, ni selon le même rythme d’une étape à l’autre et ne recoupe que très rarement le découpage institutionnel en catégories d’âges prévu par l’institution fédérale.

  • 19 Certains individus identifiés comme se situant dans une logique d’intégration connaissent des diffi (...)

29La prise en compte de données plus objectivantes comme les résultats sportifs et/ou scolaires permet alors de nuancer le modèle de socialisation professionnelle proposé et de mettre en évidence des logiques spatio-temporelles différentes chez les joueurs à chaque étape de socialisation professionnelle. Attardons-nous, en guise d’illustration, sur l’étape de la « simulation du rôle ». Cette période se caractérise, pour le jeune joueur, par des conflits possibles entre la sphère du football (entraînements sur le terrain, matchs, musculation, étirements), la sphère scolaire (présence et investissement en cours, devoirs, apprentissages des leçons) et la sphère de l’intime (voir ses petit(e)s ami(e)s, passer du temps en famille) qui rendent parfois difficile la conciliation du temps court et du temps long. Par rapport à ces trois domaines, certains joueurs se situent dans une « logique d’intégration » (Carral et al., 2013) : pour ces individus en grande réussite sportive (place de titulaire dans l’équipe, capitanat, sélection nationale, contrat de travail) et souvent en délicatesse sur le plan scolaire (résultats inférieurs à la moyenne de classe, doublement ou triplement), le football envahit toute l’existence. Il structure et intègre les autres activités de la vie sociale, limite les comportements déviants par rapport à l’avancée dans la carrière et favorise une alliance entre l’investissement présent et futur. D’autres joueurs se situent davantage dans une « logique de conciliation ». Généralement issus d’un milieu social plus favorisé que leurs homologues du groupe précédent, ces joueurs accordent plus de crédit à l’École et y obtiennent de meilleurs résultats (résultats supérieurs à la moyenne de classe) tout en maintenant un niveau de performance élevé dans le domaine du football. Ces joueurs vont produire un investissement intensif dans les différentes sphères en développant un travail de synchronisation des temps sociaux, à court et long terme, leur permettant d’optimiser chacune des activités. À ce stade particulier de la socialisation professionnelle, mais sans garantie ultérieure pour autant19, ces deux profils sont ceux qui apparaissent comme les plus à même de concilier les différentes temporalités sur le court et le long terme. D’autres apprentis, enfin, se situent plutôt dans une « logique du conflit », synonyme de tiraillement entre les différentes sphères et temporalités. Pour ces joueurs qui connaissent une rupture plus ou moins brutale dans leur parcours sportif (blessure, rendement sportif en baisse, absence de contrat), scolaire (décrochage scolaire, doublement) ou affectif (séparation amoureuse, problèmes familiaux), le rapport au temps se déstructure. Ce qui est alors donné au football apparaît comme perdu pour la famille et/ou pour l’école et réciproquement. Ils se trouvent dès lors en difficulté pour identifier les attentes – qu’elles soient immédiates ou plus lointaines – et les outils à mobiliser pour les satisfaire.

30Alors que tous ces joueurs retenus pour poursuivre la formation au métier ont pourtant bien dépassé le stade de l’innocence initiale, ils vont appréhender différemment cette nouvelle étape de socialisation professionnelle et envoyer des signaux positifs ou négatifs à leurs éducateurs quant à leur éventuelle capacité à poursuivre une carrière vers le haut niveau. En effet, en fonction des discours des joueurs, de leurs attitudes, de leurs comportements, les éducateurs jugent de la maturité professionnelle du jeune apprenti et estiment si le joueur a atteint les attendus. La délivrance d’un contrat ou d’une année supplémentaire dans le groupe semble alors se faire en fonction de l’état de maturation de l’identité professionnelle de l’aspirant perçue par autrui (Dubar, 2000) – autrui, ici, étant l’éducateur – et du bénéfice, ou maléfice, escompté de la signature d’un contrat ou de sa prolongation. Cet étiquetage (Becker, 1985) par l’entraîneur ne garantit pas que le joueur ait effectivement atteint le stade de maturité professionnelle attendue et soit en bonne voie pour articuler temps court et temps long, mais cela lui ouvre en tout cas les portes de la catégorie supérieure dans laquelle il pourra, le cas échéant, disposer d’un peu plus de temps pour sa construction professionnelle. De manière concomitante, le joueur qui, bien qu’ayant objectivement atteint le niveau « plancher » attendu, ne serait pas reconnu comme tel par l’éducateur de référence, verra sa carrière vers le haut niveau entravée.

Conclusion

31Finalement, faut-il joueur court ou jouer long pour accéder au marché des footballeurs professionnels ? Le travail d’enquête mené auprès de jeunes joueurs et d’éducateurs de quatre structures de préformation et de formation démontre que la réponse ne peut pas être tranchée si aisément. L’accès au plus haut niveau de la pratique footballistique est lié de manière indissociable à un ensemble de réussites à court terme (aussi bien en ce qui concerne les contrats que les divers apprentissages attendus) pendant que, dans le même temps, l’investissement extrêmement exigeant dans un quotidien de sportif de haut niveau ne peut être supporté sans la projection au long cours dans une carrière professionnelle. Le travail de l’encadrement technique, par un jeu autour des perspectives de carrière et des évaluations, construit progressivement chez les joueurs cette compétence à articuler les différentes temporalités.

32En développant cette imbrication du court et du long terme dans leurs problématiques de formation, les éducateurs visent, entre autres la fabrication de joueurs capables de s’investir corps et âme (Wacquant, 2000) dans leur activité. Cela apparaît comme une solution efficace pour faire face aux exigences du football moderne (pression du résultat, utilisation intensive des corps, évaluation constante des performances individuelles et collectives) qui dessinent un marché professionnel très incertain et concurrentiel (Demazière et Csakvary, 2002). Cet engagement à la fois intense et durable, fabriqué au cours des années de formation, conduit progressivement à un effacement des barrières séparant la sphère professionnelle de la sphère de la vie privée chez les joueurs. En ce sens, le footballeur ne semble pas si éloigné de l’infirmière (Bouffartigue et Bouteiller, 2006), de l’employé de commerce (Barbier, 2012), de la conductrice de bus (Scheller, 2009), du travailleur indépendant de l’informatique (Tremblay et Genin, 2009) ou même de l’enseignant-chercheur (Aït Ali et Rouch, 2013) qui connaissent eux aussi une déstabilisation et une précarisation de leurs temps personnels dans un marché du travail soumis à « l’obsession d’une rentabilité à court terme imposée par les marchés financiers et les actionnaires, l’intensification du travail [et] l’organisation flexible de la production » (Cingolani, 2012). Au final, en questionnant la construction du rapport au temps des footballeurs, notre article participe à la réflexion sur la question de la mise en insécurité des parcours professionnels dans le champ sportif mais aussi dans le monde du travail de manière plus générale.

33L’inscription dans ce rapport au temps ne se faisant pas au même rythme pour tous les apprentis footballeurs et ne recoupant pas nécessairement le découpage institutionnel de la formation, toute la difficulté pour les entraîneurs consiste alors à identifier les éléments les plus aptes à la poursuite d’une carrière de haut niveau. Difficulté d’autant plus grande qu’à chaque étape de socialisation professionnelle les compteurs sont, en quelque sorte, remis à zéro et que l’intégration des attentes inhérentes à un moment donné ne garantit en rien la réussite au niveau supérieur. Les joueurs maintenus dans les filières d’accès au haut niveau se répartissent dès lors entre deux profils dessinant des rapports différents à la carrière et à l’outil de travail que représente leur corps. Le premier regroupe les joueurs qui, ayant pourtant été retenus, n’ont pas pris conscience d’avoir atteint le niveau de maturité attendu par les éducateurs de la catégorie. Privés de cette connaissance des critères de sélection et de la compréhension des mécanismes d’élection, ils semblent totalement façonnés, moulés, lissés par le centre auquel ils appartiennent qui apparaît dès lors comme une institution totale (Goffman, 1968). Les autres, semblant avoir davantage intégré les mécanismes et les attentes pour accéder au monde professionnel présentent, dans leurs discours et leurs pratiques quotidiennes, une plus grande conscience de leur rôle (Goffmann, 1973) et des usages plus rationnels de leurs corps (Faure, 2000 ; Sorignet, 2004). Avancer que les joueurs du second profil présentent des caractéristiques leur permettant de décrocher un contrat professionnel et d’entrer sur le marché professionnel alors que les premiers viendraient alimenter l’importante population des laissés pour compte (Juskowiak, 2007) ne peut pas, compte tenu de l’état d’avancement de nos travaux, dépasser le stade de l’hypothèse qui demanderait à être falsifiée.

Haut de page

Bibliographie

Aït Ali N., Rouch J-P., 2013. « Le « je suis débordé » de l’enseignant-chercheur », Temporalités [En ligne], 18.

Barbier P., 2012. « Travailler à contretemps », Temporalités [En ligne], 16.

Becker H. S., [1963] 1985. Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bertrand J., 2012. La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute.

Bertrand J., 2014. « Entrer en formation par la « petite porte » : les conditions sociales de l’apprentissage footballistique dans un club dominé », Sciences sociales et sport, 7, p. 167-188.

Bertrand, J. 2008. La fabrique des footballeurs. Analyse sociologique de la construction de la vocation, des dispositions et des savoir-faire dans une formation au sport professionnel, Thèse de doctorat en sociologie et anthropologie sous la direction de Bernard Lahire, Université Lumière Lyon 2.

Blanchet A., Gotman A., [1992] 2005. L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Armand Colin.

Bloch M., [1941] 1974. Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Bouffartigue P., Bouteiller J., 2006. « Jongleuses en blouse blanche. La construction sociale des compétences temporelles chez les infirmières hospitalières », Temporalités, [En ligne], 4.

Bourdieu P., 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, Vol. 62-63, p. 69-72.

Bourg J.F., Gouguet J.J., 1998. Analyse économique du sport, Paris, Presses Universitaires de France.

Chambliss D. F., 1989. « The Mundanity of Excellence. An Ethnographic Report on Stratification and Olympic Swimmers », Sociological theory, 7, p 70-86.

Chauvin P. M., 2011. « Réputation et division du travail. Ethnographie des vendanges bordelaises », Ethnologie française, 41, p. 131-140.

Cingolani P., 2012. Un travail sans limites ? Toulouse, ERES.

Darmon M., 2010. « Des jeunesses singulières. Sociologie de l’ascétisme juvénile », Agora débats/jeunesses, 56, p. 49-62.

Davis F., 1968. “Professional Socialization as Subjective Experience: the Process of Doctrinal Conversion among Student Nurses”, in Becker H., Geer B., Riesman D., Weiss, R., 1968. Institutions and the Person: Essays in Honor of Everett Hughes. Chicago, Free Press, p. 235-251.

Defrance J., 1987. L’excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes (1770-1914), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Demazière D., 2007. « À qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés », Langage et société (n° 121-122), p. 85-100.

Demazière D., Csakvary B., 2002. « Devenir professionnel » in Demazière D., Nuytens W., Un monde foot, foot, foot ! Panoramiques, 61, p. 85-91.

Demazière D., Dubar C., 1997. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan.

Dietschy P., 2010. Histoire du football, Paris, Perrin.

Dubar C., 2000. La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Dubar C., 2004. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités [En ligne], 1.

Faure J. M., Suaud C., 1999. Le football professionnel à la française, Paris, PUF.

Faure S., 2000. Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse, Paris, La Dispute.

Fischwick N., 1989. English Football and Society 1910-1950, Manchester University Press.

Forté L., 2006. « Fondements sociaux de l’engagement sportif chez les jeunes athlètes de haut niveau », Movement and Sport Sciences, 59, p. 55-67.

Frenkiel S., 2014. Une histoire des agents sportifs en France : Les imprésarios du football (1979-2014), Neuchâtel, Éditions du CIES.

Goffman E., 1968. Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Editions de Minuit.

Goffman E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne : la présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Honta M., 2002. Les territoires de l’excellence sportive, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux.

Hughes E. C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Textes rassemblés et présentés par Chapoulie J-M, Paris, Éditions de l’EHESS, 344 p..

Juskowiak H., 2007. « Chômage et football, approche sociologique d’une énigme », Revue Européenne de Management du Sport, 20.

Juskowiak H., 2011. Un pour mille. Éléments de sociologie de la formation au métier de footballeur professionnel, Thèse de Doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives sous la direction de Didier Demazière et Williams Nuytens, Université d’Artois.

Juskowiak H., Nuytens W., 2013. « Les usages et les valeurs des biographies de sportifs de haut niveau comme matériaux d’enquête », Communication [En ligne], Vol. 32/2.

Kalberg S., 2009. Les valeurs, les idées et les intérêts. Introduction à la sociologie de Max Weber, trad. de l’américain par P. Chanial, Paris, Éd. La Découverte, coll. Textes à l’appui.

Kaufmann J. C., 1996. L’entretien compréhensif, Paris, Nathan.

Lefèvre N., 2010. « Construction sociale du don et de la vocation de cycliste », Sociétés contemporaines, 80, p. 47-71.

Longo M. E., 2010. « Entrer dans la vie professionnelle dans un contexte social incertain. Le cas des jeunes en Argentine », Temporalités [En ligne], 11.

Loué T., 2008. « Du présent au passé : le temps des historiens », Temporalités [En ligne], 8.

Mason T., 1980. Association Football and English Society 1863-1915, Brighton, Harvester.

Menger P. M., 2009. Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard-Seuil.

Offenstadt N., 2011. L’historiographie, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? ».

Pronovost G., 1996. Sociologie du temps, Bruxelles, De Boeck Université, 183 p..

Rasera F., 2012. Le métier de footballeur. Les coulisses d’une excellence sportive, Thèse de Doctorat en sociologie et anthropologie sous la direction de Stéphane Beaud et Sylvia Faure, Université Lumière Lyon 2.

Roderick M., 2006. The work of professional Football. A labour of love ? Londres, Routledge.

Scheller L., 2009. « Le temps des conductrices de bus », Temporalités [En ligne], 9.

Sébileau A., 2014. Rester dans le vent. Sociologie des véliplanchistes et de leurs temporalités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 312 p.

Slimani H., 2000. La professionnalisation du football français : un modèle de dénégation, Thèse de Doctorat en sociologie sous la direction de Jean-Michel Faure, Université de Nantes.

Sorignet P. E., 2004. « Un processus de recrutement sur un marché du travail artistique : le cas de l’audition en danse contemporaine. », Genèses, 57, p. 64-88.

Suaud C., 1978. La Vocation : Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éditions de Minuit.

Tremblay D-G., Genin E., 2009. « Remodelage des temps et des espaces de travail chez les travailleurs indépendants de l’informatique : l’affrontement des effets de marchés et des préférences personnelles », Temporalités [En ligne], 10.

Vigour C., 2005. La comparaison dans les sciences sociales. Pratiques et Méthodes, Paris, La Découverte.

Wacquant L., 2000. Corps et âme : carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Marseille, Agone.

Wahl A., 1989. Les archives du football, Sport et société en France (1880-1980), Paris, Gallimard, collection « Archives ».

Wahl A., 1990. La balle au pied, histoire du football, Paris, Gallimard, collection « Découvertes ».

Wahl A., Lanfranchi P., 1995. Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette.

Weber M., 1904. « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in Weber M., 1992, Essais sur la théorie de la science, Plon Presses Pocket, Coll. « Agora ».

Haut de page

Annexe

Présentation des différents contrats jalonnant la formation au métier de footballeur.

Protocole d’accord
Avant l’âge de 13 ans (au 31 décembre de l’année civile en cours), il n’existe aucun contrat enregistré par la Ligue qui peut lier juridiquement un joueur et un club. Le protocole d’accord représente, en réalité, un engagement moral entre un joueur et un club mais n’offre aucune garantie aux différentes parties.

A. N. S. (Accord de Non-Sollicitation)
Un joueur âgé de 13 au moins et de 17 ans au plus (au 31 décembre de l’année civile en cours) peut signer un accord de non-sollicitation avec un club disposant d’un centre de formation agréé. Une fois un tel accord signé, la Ligue de football professionnel veille à ce qu’aucun autre groupement sportif n’entame de démarche, notamment de recrutement, auprès de ce joueur. Cet ANS oblige, d’une part, le joueur à accepter une offre de contrat (apprenti ou aspirant) proposée par le club dans l’année qui suit la signature et d’autre part, le club à proposer un contrat au joueur dans les deux périodes de mutation suivant la signature. En cas de non-respect de l’accord par le joueur, celui-ci se verra interdit, pendant une période de trois ans, toute présence en équipe première dans une compétition organisée par la Ligue de football professionnel, ou dans les compétitions nationales ou fédérales de sa catégorie d’âge. Si c’est le club qui ne respecte pas l’engagement pris, il devra alors verser au joueur une indemnité correspondant à la rémunération qu’il aurait perçue pendant ses deux premières années de contrat.

Contrat de joueur apprenti
Le contrat du joueur apprenti est défini par l’article 301 de la Charte du football. « Le contrat du joueur apprenti est celui par lequel un club à section professionnel s’engage à assurer une formation professionnelle méthodique et complète à un jeune footballeur qui s’oblige en retour à travailler pour ce club pendant la durée du contrat ». Le jeune doit être âgé de 16 ou 17 ans, une exception est tolérée pour les joueurs de 15 ans qui ont un niveau scolaire au moins équivalent au premier cycle du secondaire. Dans tous les autres cas, il faut avoir satisfait aux obligations scolaires. La formation du joueur apprenti dure deux ans et doit se faire dans un centre de formation agréé, le jeune partage alors son temps entre le centre de formation du football et le centre de formation d’apprenti. L’apprenti se doit de participer aux différents moments de la formation (scolaire et footballistique, comme les cours et les entraînements). En retour, le club a également un certain nombre d’obligations envers le jeune : l’inscrire dans un centre de formation d’apprenti (enseignement et activités pédagogiques), leur assurer une formation pratique dans le centre de formation du football, l’inscrire au Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) des métiers du football.

Contrat de joueur aspirant
Le contrat du joueur aspirant est défini par l’article 351 de la Charte du football. « Le contrat du joueur aspirant est celui par lequel un club à section professionnelle s’oblige à donner ou à faire donner une formation professionnelle méthodique, complète puis continue, en vue de son éventuelle reconversion, à un joueur qui en retour s’oblige à travailler pour lui, le tout à des conditions et pendant un temps convenu ». La différence avec le statut d’apprenti tient essentiellement à l’ajout, dans le contrat aspirant, d’un versant scolaire, universitaire ou professionnel autre que dans le milieu du football. Le jeune doit être âgé de 16 ou 17 ans, avec possibilité d’engagement à 15 ans, comme pour le contrat apprenti, si le jeune a terminé le premier cycle du secondaire. Dans tous les autres cas, les joueurs doivent avoir satisfait aux obligations scolaires. La durée de formation varie en fonction de l’âge : trois ans pour un joueur de plus de 15 ans, deux ans pour un joueur de moins de 17 ans et un an pour un joueur de moins de 18 ans. La formation s’effectue obligatoirement dans un centre de formation agréé. Selon l’article 356, « le joueur aspirant doit se consacrer, sous la direction des responsables du centre de formation, à la préparation de sa carrière de joueur professionnel ainsi qu’à sa formation scolaire, universitaire ou professionnelle »

Contrat de joueur stagiaire
Le contrat stagiaire est défini par l’article 400 de la Charte du football : « Le contrat de joueur stagiaire correspond, soit à la poursuite d’une formation professionnelle commencée par le contrat de joueur apprenti ou aspirant, soit au début d’une telle formation pour accéder au professionnalisme ». Le joueur doit être âgé de 17 ans au moins et de 19 ans au plus. Ainsi, la formation dure trois ans si le joueur est âgé de moins de 18 ans, deux ans pour un joueur de moins de 19 ans et un an pour un joueur qui a moins de 20 ans. Les deux principales obligations du joueur sont les suivantes : répondre aux convocations et suivre les instructions données dans le cadre de son stage. Le contrat stagiaire est normalement la suite logique pour des joueurs apprentis ou aspirants ayant atteint la limite d’âge.

Contrat de joueur « élite »
Le contrat « élite » est défini par l’article 457 de la Charte : « Le contrat élite est celui par lequel un club à section professionnelle s’oblige à achever pendant deux saisons maximum, une formation professionnelle, méthodique et complète, au profit du joueur désireux d’embrasser la carrière professionnelle, puis, de manière indivisible, à l’engager pour une durée de trois saisons correspondant au premier contrat professionnel. En contrepartie, le joueur s’oblige à respecter scrupuleusement son engagement dans les conditions et pendant le temps défini au présent statut ». La condition pour accéder à ce statut élite est d’être en fin de contrat apprenti ou aspirant, d’être stagiaire ou espoir, ou d’être amateur, à condition d’être âgé de plus de 18 ans et de moins de 19 ans. La formation dure 5 saisons si le joueur a moins de 19 ans (2 ans de formation et 3 saisons professionnelles), 4 saisons si le joueur a moins de 20 ans (1 an de formation et 3 saisons professionnelles).

Contrat de joueur professionnel
Le contrat professionnel est défini par l’article 500 de la Charte du football : « Un joueur devient professionnel en faisant du football sa profession. Un joueur ne peut signer un premier contrat professionnel qu’après avoir satisfait aux obligations du joueur stagiaire ou espoir à l’exception du joueur issu directement des rangs amateurs et âgé de 20 ans au moins au 31 décembre de la première saison au cours de laquelle le contrat s’exécute ». Le contrat professionnel dispose de quelques spécificités :

– le premier contrat professionnel dure obligatoirement 3 ans,

– il existe la possibilité de faire signer un contrat professionnel d’un an pour un stagiaire ou un espoir issu du centre de formation (limité à deux joueurs par club et par saison) avec un avenant de deux saisons (c’est une période d’essai),

– la durée du premier contrat professionnel peut être fixée librement si le joueur vient de l’étranger ou des rangs amateurs,

– un club peut signer à tout moment (avec l’aval du joueur) un contrat professionnel d’une durée de trois ans maximum avec un aspirant, un apprenti, un stagiaire ou un espoir (article 502 sur la signature prématurée),

– les contrats suivants le premier contrat professionnel sont fixés pour une saison minimum.

Haut de page

Notes

1 Notamment le Titre II « Centres de formation des clubs professionnels », le Titre III « Les joueurs » et le titre III « Statut des éducateurs du football ».

2 Notamment le règlement des pôles Espoirs et des sections sportives scolaires Élite.

3 Depuis la saison sportive 2009-2010, dans un objectif de prise en compte des rythmes scolaires mais surtout pour une harmonisation des catégories au niveau européen, les catégories en football sont exprimées en U (comme Under). Par exemple, pour la saison 2015-2016, les enfants nés en 2001 seront considérés comme des U15.

4 Trois centres de formation de clubs professionnels de football ainsi qu’un centre fédéral de préformation : l’hypothèse retenue étant que la variété des lieux d’analyse, tout en permettant la comparaison (Vigour, 2005), autorise davantage la montée en généralité que l’étude d’une seule structure au contexte nécessairement singulier.

5 À différents moments du processus de formation mais également dans des laps de temps différents après l’éviction pour tenter de limiter les effets induits par le phénomène d’« illusion biographique » (Bourdieu, 1986), qu’ils soient liés aux états émotionnels des acteurs (si l’entretien est effectué juste après la sortie) ou aux effets de mémoire (si la durée entre l’exclusion et l’entretien est importante).

6 Les parcours de l’excellence sportive existent depuis 2009. Ils sont régis par l’instruction 09-028 JS du 19 février 2009. Pour plus d’informations : http://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/sport-performance/Sport-de-haut-niveau/article/Le-sport-de-haut-niveau-c-est-quoi. Page consultée le 28/09/2015.

7 Fiche des sections sportives scolaires consultable sur le site internet de la Fédération Française de Football : http://www.fff.fr/direction-technique-nationale/jouer/formation-jouer/4812-527539-section-sportive-scolaire-6eme-3eme. Page consultée le 28/09/2015.

8 Fiche des sections sportives régionales second cycle consultable sur le site internet de la Fédération Française de Football : http://www.fff.fr/direction-technique-nationale/jouer/formation-jouer/4811-224875-section-sportive-regionale-second-cycle. Page consultée le 28/09/2015.

9 Fiche des centres de formation de clubs professionnels agréés consultable sur le site internet de la Fédération Française de Football : http://www.fff.fr/direction-technique-nationale/jouer/formation-jouer/4805-224827-centre-de-formation-de-club-professionnel-agree. Page consultée le 28/09/2015.

10 Les définitions, les conditions d’accès, les durées et les conditions d’âge ainsi que les modalités d’exécution des différents contrats sont prévus par les articles 300 à 502 de la Charte du Football Professionnel.

11 D’après la règlementation en vigueur, le nombre de joueurs surclassés est limité à trois par équipe et se fait sous réserve d’obtenir l’autorisation d’un médecin fédéral et de produire une autorisation parentale.

12 Comme les contrats concernent des périodes longues, qu’ils sont enregistrés auprès de la Ligue de Football Professionnel et qu’ils donnent parfois lieu à rémunération, ils engagent le club et le footballeur plus durablement dans le temps et dans l’espace. C’est la raison pour laquelle nous développerons exclusivement cet exemple des contrats dans la suite de l’argumentation plutôt que celui du surclassement.

13 Dans un article du 17 août 2015, le site internet de L’Équipe rapporte ainsi comment « Thiago Motta met la pression » sur son club du Paris-Saint-Germain pour réévaluer son salaire alors qu’il est sous contrat jusque juin 2016. http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Psg-thiago-motta-met-la-pression/582545. Page consultée le 05/10/2015.

14 Dans le langage des jeunes footballeurs, le « phénomène » - ou « phéno » - est un joueur reconnu par l’ensemble du groupe comme un individu à fort potentiel qui possède, a priori mais sans garantie pour autant, toutes les compétences pour accéder rapidement au niveau supérieur voir au marché professionnel.

15 Par exemple, les capacités cognitives et le comportement des joueurs sont observés pour l’entrée en préformation à travers le l’analyse du dossier scolaire. C’est également le cas de l’hygiène de vie puisque nous avons pu observer plusieurs « descentes » d’éducateurs dans les chambres des jeunes joueurs du centre fédéral de préformation pour confisquer des sucreries cachées dans les chambres.

16 Le contrat de travail de l’éducateur de la catégorie U19 d’une des structures observées précise ainsi qu’il doit « former au minimum trois joueurs capables d’évoluer dans l’effectif professionnel ».

17 Lors des séances d’entraînements observées, les noms de joueurs précoces mais usés par une sollicitation corporelle prématurée et intensive comme Laurent Paganelli ou Olivier Roussey ont parfois été utilisés par le staff technique pour mettre en garde les joueurs quant à une mauvaise gestion de leur capital corporel. Plus près des joueurs, en termes d’âge du moins, ce sont plutôt des joueurs comme Anthony Le Tallec ou Abou Diabi qui sont cités par les apprentis footballeurs.

18 Championnat de France Amateur, antichambre du football professionnel.

19 Certains individus identifiés comme se situant dans une logique d’intégration connaissent des difficultés au niveau supérieur pour prendre du recul sur leur investissement et optimiser leurs comportements de manière rationnelle : ils sont alors perçus par le staff technique comme étant en difficulté dans leur trajectoire. De la même manière, certains individus inscrits dans une logique de conciliation envoient, à l’étape suivante, des signaux négatifs à l’encadrement lorsqu’ils valorisent la sphère scolaire au détriment d’un accroissement de l’investissement footballistique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Bilan des structures de formation en football de 11 ans à 21 ans
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3584/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Légende Figure 2 : Schéma des différents contrats qui peuvent être proposés aux footballeurs en formation
URL http://temporalites.revues.org/docannexe/image/3584/img-2.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Juskowiak, « Jouer court et/ou jouer long ?  », Temporalités [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 23 juin 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3584 ; DOI : 10.4000/temporalites.3584

Haut de page

Auteur

Hugo Juskowiak

Faculté des Sports et de l’Éducation Physique de Liévin, Université d’Artois,
Chemin du Marquage
62800 LIÉVINhjohann.juskowiak@univ-artois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page