Skip to navigation – Site map
Lire

Reconnaissance et temporalités

Une approche info-communicationnelle
Juan Carlos Pita Castro
Bibliographical reference

Jean-Claude Domenguet, Valérie Larroche et Marie-France Peyrelong (dir.) Reconnaissance et temporalités. Une approche info-communicationnelle, « Communication et Civilisation », Paris, L’Harmattan, 2015.

Full text

« Que désirons-nous faire reconnaître lorsque nous luttons pour une reconnaissance ? Une identité, un statut, une qualité ? Ou bien un savoir, une histoire, une mémoire ? Entre ces deux séries, la différence, apparemment infime, est sans doute considérable : de l’une à l’autre s’est ajoutée une épaisseur temporelle » (Préface, p. 9).

1Les actes de reconnaissance, comme ceux de mépris, que ce soit par l’intermédiaire de dispositifs téléologiques ou d’interactions intersubjectives, sont des actes de communication. Ils sont un objet d’étude qui intéresse au premier chef les Sciences de la Communication et de l’Information (SIC).

2La réhabilitation du motif de la reconnaissance comme moteur de la dynamique des sociétés et processus constitutif des sujets doit beaucoup aux travaux de Honneth (2000). La reconnaissance est depuis appréhendée comme un processus se réalisant dans les sphères de l’amour, du droit et de la solidarité. Mais serait-il temps d’ajouter une entrée qui considère le temps, ou pour le moins de réinterroger le processus de reconnaissance en prenant pleinement en compte l’épaisseur temporelle ? Le déni de reconnaissance ne peut-il en effet pas prendre la forme d’un « écrasement sur une durée non pas tant accélérée que factice, où la complexité des cheminements, des relations et des ajustements est oblitérée au profit des schémas simplistes [et] d’une gestion automatisées des traces et des individus » (Préface, p. 10) ? Le mépris ne peut-il pas relever d’une vidange de l’histoire des personnes ?

3Cet ouvrage propose un geste épistémologique et pragmatique nécessaire dans un monde où le temps se fragmente (Urry, 2000) et où la temporalité de l’urgence (Laïdi, 1999) se généralise à mesure que le rythme s’accélère (Rosa, 2010). Un monde qui parfois semble oublier les « temps intersubjectifs propres à des collectifs ou à des personnes » (Introduction, p. 17). Un monde qui pourrait – qui sait ? - remplaçer l’épaisseur temporelle de l’anamnèse ou du récit de vie par l’opacité des couches de ressources informationelles.

4Cet ouvrage rassemble douze contributions auxquels il faut ajouter une préface et une introduction. Il a pour origine les réflexions faites au sein du laboratoire Elico, à Lyon, entre 2007-2008, ainsi qu’une journée d’études organisée par ce même laboratoire en 2012. L’ouvrage reprend à son compte les théories de la reconnaissance initiées par Honneth (2000), « tout en souhaitant porter un intérêt particulier à une dimension oubliée des ces approches, celles des temporalités en jeu » (Introduction, p. 30). Il se propose de considérer la reconnaissance comme un processus qui se déroule sur le « moyen, long terme » (ibid.) et dont l’analyse gagne à prendre en compte l’«  épaisseur temporelle de l’individu comme des collectifs » (ibid.).

5L’ouvrage a pour prétention de mieux ancrer et articuler les concepts de reconnaissance et de temporalités en SIC, dans un champ où les « théories […] se déploient trop souvent sur le terrain artificiel d’un présent qui ne passe pas, laissant à penser que communiquer supposserait d’évacuer tout autre durée que le temps court des news, de l’événement ou de l’innovation » (Préface, p. 9). Il aborde les liens entre reconnaissance et temporalités sur la base « des concepts phares développés en SIC, comme les dispositifs d’information et de communicatin et les identités » (Introduction, p. 15).

6Cette appartenance, incontestable, n’est toutefois pas à appréhender comme son lit de Procuste. Certaines de ces contributions sont en effet susceptibles d’intéresser des chercheurs se réclamant d’autres champs des sciences humaines et sociales. Car s’il s’agit bien dans cet ouvrage d’intégrer les concepts de reconnaissance et de temporalités dans le champ des SIC, il s’attarde également sur les relations, trop peu pensées, entre reconnaissance et temporalités. « L’intérêt d’aborder le concept de reconnaissance par le prisme des temporalités permet [en effet] d’interroger un problème majeur des sciences sociales, celui de l’analyse sur le temps long du processus de reconnaissance entre les acteurs » (Introduction, p. 15). Inscription évidente, mais ouverture tout de même.

7Cet ouvrage invite à introduire l’épaisseur temporelle au cœur du processus de reconnaissance, et ainsi à intégrer les formes de reconnaissance développées par Honneth « dans une vision temporaliste, plus dynamique, articulant présent, passé et futur mais aussi dans des approches centrées sur les modalités d’articulation des temporalités dans le présent » (p. 19). Geste nécessaire pour qui s’est déjà essayé à l’analyse des processus de reconnaissance en considérant les trajectoires biographiques et professionnelles mais aussi organisationnelles et sociétales, pour qui s’est intéressé à l’analyse des processus de reconnaissance en étant attentif aux champs d’expérience et aux horizons d’attentes (Koselleck, 1990) des acteurs.

8Trois parties composent l’ouvrage. La première est de facture plus théorique. Elle explore les concepts de reconnaissance et de temporalités en faisant appel à des chercheurs de diverses disciplines (sociologie, philosophie et SIC). Les contributions qu’elle rassemble sont remarquables d’érudition, et parfois excitantes par l’envergure des questions posées et les déplacements qu’elles proposent. Deux d’entre sont stratégiques pour la lecture de l’ouvrage. Elles fournissent le cadre général de problématisation à l’intérieur duquel se déploient nombre de ses contributions. La première - Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales -, rédigée par Claude Dubar, longtemps animateur de la revue Temporalités, retrace le passage d’une conception du temps au singulier aux temporalités aux plurielles. Passage indissociable d’un autre, celui de la philosophie aux sciences sociales. Claude Dubar pointe dans sa contribution les apories attachée au temps philosophique, c’est-à-dire les contradictions inhérentes aux tentatives de formuler une conception unitaire du temps. Il montre que ce n’est qu’une fois ces apories reconnues qu’a pu se réaliser la transition vers les temporalités sociales qu’il définit « soit abstraitement comme formes diverses d’agencement du passé, du présent et de l’avenir, soit concrètement comme mode d’organisation temporelle des champs sociaux (travail, famille, politique, loisir…) » (p. 52). Ces temporalités sont des objets de connaissance mais aussi des cadres cognitifs structurant des phénomènes sociaux. C’est l’acception principale du concept de temporalités dont se réclame cet ouvrage qui, avec la contribution de Claude Dubar, est formulée. Sa contribution s’attarde également sur le concept de régime d’historicité, insistant sur le fait que « les temporalités « historiques » se croisent avec les temporalités « sociopsychologiques » (p. 49), que s’il existe plusieurs temporalités historiques et plusieurs temporalités sociopsychologiques au sein des sciences sociales, « c’est parce que le temps des humains est marqué par une double complexité : celle des « périodes » historiques et celles des « cultures » sociales et psychiques, celle des repères et cadres de références « objectifs » et celle des types d’expériences vécues et « subjectives » » (ibid.). Cette entrée définit l’être-dans-le-temps comme façonné par des éléments structurels et culturels, mais aussi, pour reprendre les mots de Rosa (2010), par la réfaction de ceux-ci « dans la perspective des sujets engagés dans l’action » (p. 24). La seconde contribution – Reconnaissance et accélération. Réflexions sur la temporalité de la reconnaissance à partir de la critique sociale du temps de Hartmut Rosa -, de Haud Guéguen, traite de l’hypothèse d’une fragilisation et d’une distorsion structurelle de la reconnaissance en modernité « avancée ». Sa contribution a pour fil conducteur « la façon dont les rapports de reconnaissance sont, ou non, rendus possibles par les structures temporelles de la société » (p. 57). L’auteur rappelle que la reconnaissance, « étant au principe de la socialisation et de l’individuation, se trouve au « cœur du social » » (p. 58). Elle est « la condition de possibilité de l’autonomie entendue comme rapport positif à soi » (ibid.) d’un sujet « intersubjectivement constitué » (p. 59). L’accélération caractéristique de la modernité « avancée » saperait profondément « les conditions de communication et de reconnaissance » (p. 62). En passant d’un modèle positionnel à un modèle performatif et en intégrant un horizon de contingence et d’incertitude, la reconnaissance deviendrait fragile et précaire. La reconnaissance, et par conséquent les individus, aujourd’hui exposés à une « déstabilisation permanente des repères » (p.64), contraints de dépenser leur capital d’énergie afin de « rester compétitifs » (ibid.). Une transformation majeure des identités serait alors à l’œuvre. L’impossibilité, ou du moins la difficulté, « d’élaborer un « soi » doté d’une continuité permettant, par-delà les changements et les contingences, de donner une cohérence narrative à sa vie » (p. 65) donnerait forme à un nouveau modèle d’identité, l’identité situative. La contribution s’achève sur une hypothèse forte : « les conditions qui président aujourd’hui à la reconnaissance […] la privent de sa puissance émancipatrice » (p. 69). Elle participerait d’une aliénation. Cette contribution, tout comme celle de Claude Dubar, pose une balise importante pour la lecture de l’ouvrage. Mentionnons encore, brièvement, une autre contribution, elle aussi située à l’intérieur de cette partie : Du pouvoir reconnaissant. Reconnaissance et temporalité à l’aune du concept d’assujettissement, de Thomas Heller. La temporalité y est définie comme une « norme déterminante dans l’activité de travail » (p. 73), comme une « dimension fondamentale de la discipliniarisation des corps » (p. 77) devenant avec le temps « le signe d’une professionnalité incorporée » (p. 78). Quant à l’assujettissement, il renvoie à « cette idée que le sujet procède d’une soumission à de l’autre ramené à soi, fait soi…, à de l’autre logé dans la trame des désirs, des représentations, des perceptions et des actions » (p. 76). Il désigne le processus qui nous subordonne à un pouvoir et le processus qui nous fait devenir sujet. Pour l’auteur, l’on « a peut-être eu tendance un peu trop à considérer que la dimension contraignante du travail était principalement associée à l’espace plutôt qu’au temps » (p. 81), alors que « la séquestration » (ibid.) est « aussi temporelle » (ibid.). La technologie participe d’une accélération dans le monde du travail. Dans une société de disponibilité, elle contribue à l’accroissement du rythme, mais aussi à une multiplication des activités. La rapidité et la multiplication des expériences sont aujourd’hui perçues positivement dans le monde du travail et elles participent d’une identité professionnelle valorisée. Pour l’auteur, la reconnaissance s’impose comme un appui externe au « déni du pouvoir qui assujettit » (p. 87) faisant en sorte que les destinataires s’identifient à des qualités qu’ils considèrent comme étant les leurs et non celles du système. L’auteur pointe ainsi la possibilité de conflits autour des normes de temporalité ainsi que l’émergence d’un sentiment d’aliénation attaché aux normes de temporalité.

9Les deux autres parties de l’ouvrage s’inscrivent plus clairement dans le champ de l’Information-Communication. Elles confrontent les concepts de reconnaissance et de temporalités à divers objets et terrains d’étude. La seconde – Formes de temporalités et reconnaissances juridiques et sociales – comprend trois contributions. Elle traite de l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles revendications « confrontées aux lents processus de reconnaissances juridiques et sociales » (Introduction, p. 26). Les processus de médiations et de reconnaissance entre acteurs et les tensions entre différentes formes de temporalités sont au cœur de cette partie. On peut ici mentionner la contribution de Valérie Colomb, qui traite de la prise de parole des habitants des projets urbains complexes considérée comme une forme de reconnaissance se déroulant sur un temps long et intégrant plus ou moins l’épaisseur temporelle des personnes. « Dans quelles mesures [en effet] les récits de vie des habitants participent-ils à la mise en récit du projet collectif » (p. 108) ? L’auteur déploie son propos à partir du lien, étroit et fort, entre habitat, identité et récit. Il fait l’hypothèse que « l’épaisseur temporelle de l’habitant serait une entrée pour élucider un certain niveau de reconnaissance des usagers dans ce type de projet complexe » (ibid.). Sa contribution montre que « l’intégration de l’habitant tout au long du processus de projet reconnaît une valeur à ses divers statuts et savoirs constitués par son expérience passée » (p.122), que la reconnaissance de son « épaisseur temporelle […] peut lui permettre de participer à la construction discursive, iconique et morphologique de l’espace » (ibid.) mais aussi que « la précocité de son intervention est un critère de sa reconnaissance dans le processus » (ibid.) d’élaboration du projet. Reconnaître l’épaisseur temporelle de l’habitant, c’est réinjecter le destinataire final dans un projet. C’est aussi une voie afin d’éviter les échecs « de l’approche technophile de l’habitat écologique » (p.123). Cette reconnaissance est cependant chronophage. Contre l’accélération et l’urgence, elle suppose un temps « d’une incompressible épaisseur » (Préface, p.9).

10Dans la troisième et dernière partie – Reconfigurations des temporalités et des identités – cinq contributions mettent la problématique des identités au centre de leurs réflexions. C’est en effet à partir de problématiques identitaires qu’elles articulent reconnaissance et temporalités. S’y donnent à voir des attentes et des demandes de reconnaissance d’une épaisseur temporelle que l’organisation ou les dispositifs semblent peu ou pas enclins à accueillir. La contribution d’Olivier Dupont est particulièrement intéressante. Elle argumente, « à l’encontre de la naturalisation de la vitesse » (p.176), l’existence d’une demande de reconnaissance d’une épaisseur spatio-temporelle des identités, sorte de quatrième degré de la lutte pour la reconnaissance que l’auteur nomme « espérance de soi ». Dans cette sphère temporelle, le fait que « l’individu a « fait bien » dans le passé et possède un potentiel de « faire bien » dans l’avenir » (p.179) est l’enjeu de la reconnaissance. Cette contribution va à l’encontre de « l’hypothèse de la généralisation d’une lutte pour la reconnaissance qui se centrerait sur la performance » (p.195). Hypothèse formulée dans la contribution de Haud Guéguen. C’est en procédant au repérage de demandes de reconnaissance d’une épaisseur temporelle dans des récits de vie professionnelles ou de phases de vie professionnelle de jeunes adultes que l’auteur donne consistance à son propos. Cette demande de quatrième degré est posée comme la conséquence d’une dissociation entre expérience et caractère dans le régime temporel du néo-capitalisme. Ce sont des individus flottants, menacés dans l’aptitude à donner forme à un caractère au travers de récits professionnels cohérents, et affrontant un déni de reconnaissance de leur épaisseur temporelle, qui formulent cette demande. Pour l’auteur, l’urgence peut-être considérée come un instrument du pouvoir. « La traduction de cette attitude en matière de reconnaissance pourrait s’énoncer ainsi : « peu importe ce que tu as fait avant, c’est maintenant que c’est vital !» Elle repousserait donc toute reconnaissance d’une épaisseur temporelle dans un futur indéfini » (p.195). C’est notamment cette instrumentalisation de l’urgence qui rendrait le passage de la demande de reconnaissance d’une épaisseur spatio-temporelle à la lutte sociale difficile. Mentionnons également la contribution de Valérie Larroche, qui montre que les réseaux socio numériques professionnels ne sont pas des plateformes permettant de se construire une identité professionnelle pourvue d’une véritable épaisseur temporelle. L’identité dans ces réseaux répond en effet à une logique situative. « A chaque changement dans sa vie professionnelle et notamment dans ces phases de changement, l’individu [y] modifie son profil et ses actions » (p.234). C’est en fonction d’un temps t et d’une sphère sociale donnée que le passé, le présent et le futur y sont réinterprétés.

11L’ouvrage est stimulant. Il enrichit la perspective sur la reconnaissance en proposant développements théoriques et analyses empiriques. Une fois sa lecture achevée, plusieurs interrogations nous accompagnent. Cet ouvrage ouvre plus qu’il n’enferme, et c’est tant mieux. Quel écart existe-t-il entre l’être dans le temps des individus et des collectifs et les temporalités que contribuent à diffuser les outils et dispositifs techniques ? Certaines des contributions de cet ouvrage semblent dire qu’il est impossible de réduire l’un à l’autre et que les tensions nouvelles aujourd’hui à l’œuvre se cristallisent en la demande de reconnaissance d’une épaisseur temporelle malmenée.

Top of page

Bibliography

Honneth A., 2000. La lutte pour la reconnaissance. Paris, le Cerf.

Laïdi Z., 1999. La tyrannie de l’urgence. Montréal, Fides.

Rosa H., 2010. Accélération. Pour une critique sociale du temps. Paris, La Découverte.

Urry J., 2000. Sociologie Beyond Societies: Mobility fot The Twenty First Century. London : Routledge.

Top of page

References

Electronic reference

Juan Carlos Pita Castro, « Reconnaissance et temporalités », Temporalités [Online], 24 | 2016, Online since 29 March 2017, connection on 21 July 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3599

Top of page

About the author

Juan Carlos Pita Castro

Université de Genève
Juan-Carlos.Pita@unige.ch

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page