Navigation – Plan du site

« Réseaux sociaux et temporalités » (2018/1). Appel à articles pour Temporalités n° 27

Dossier coordonné par Claire Bidart (LEST UMR 7317, CNRS, AMU) et Michel Grossetti (LISST UMR 5193, CNRS, UT2J)

Comment évoluent des systèmes relationnels ? Comment rendre compte des dynamiques complexes qui les animent ? Un réseau, en effet, est composé d’entités et de relations entre ces entités, et il forme un système d’ensemble qui lui aussi évolue dans sa composition et sa structure. Entités, relations et structure sont engagées dans des mouvements différents. S’agissant de réseaux sociaux, connectant ici des entités sociales – individus, organisations, activités, produits… (Degenne et Forsé, 2004) –, quelles temporalités, sociales elles aussi, sont à l’œuvre sur leurs mouvements et leurs évolutions ?

Diverses disciplines des sciences sociales ont travaillé sur ces questions : la sociologie, l’histoire, l’économie, la géographie, la science politique, la science de gestion… La physique et l’informatique contribuent elles aussi à l’identification de dynamiques au sein de systèmes sociaux, le plus souvent à partir de « big data ».

En restant focalisé ici sur les réseaux sociaux, ce numéro de Temporalités entend rassembler des travaux s’appliquant à examiner les temporalités impliquées dans les évolutions des systèmes relationnels.

Les réseaux sociaux sont entendus ici comme des systèmes de relations « dyadiques » (qui lient deux entités), que ces relations soient supportées ou non par des dispositifs numériques, dans la tradition de l’« analyse des réseaux sociaux ». Cette tradition de recherche a développé des méthodes pour construire et analyser des données relationnelles qui permettent de prendre en compte la forme sociale particulière que constituent les réseaux, forme qui coexiste et interagit avec diverses formes collectives (organisations, collectifs, cercles, instruments, textes…). Les réseaux sont impliqués dans l’ensemble des processus d’émergence des formes sociales (White, 2011). Il est donc important de mieux rendre compte de ces dynamiques des relations entre entités (Emirbayer, 1997). Les analyses de réseaux incluent elles-mêmes, de plus en plus, l’approche temporelle (Social Networks, 1997). L’objectif de ce numéro de Temporalités est de mettre en lumière la diversité et l’apport des perspectives temporelles dans l’analyse des réseaux.

On peut distinguer au moins trois grands types d’approches des réseaux sociaux.

Les réseaux dits « complets » sont constitués à partir de la délimitation d’un ensemble de personnes ou de collectifs selon un critère déterminé (par exemple l’appartenance à une organisation ou l’exercice d’une même activité), ensemble au sein duquel on cherche, à partir d’une problématique donnée, à caractériser le plus exhaustivement possible les relations. On produit alors des réseaux, pouvant éventuellement faire l’objet de représentations sous forme de graphes. Si les données le permettent, on peut étudier le même ensemble à différentes périodes et analyser l’évolution des réseaux. Cette approche s’associe bien à l’analyse des évolutions au sein des organisations ou de champs politiques ou professionnels délimités. Un exemple classique est l’article de John Padgett et Christopher Ansell sur les familles dominantes de Florence au XVe siècle (Padgett et Ansell, 1993).

Les réseaux dits « personnels » sont construits à partir des relations d’une même personne. Le plus souvent, cette approche consiste à sélectionner des personnes indépendamment les unes des autres, puis à identifier autour de chacune d’entre elles un « entourage relationnel » constitué des relations que cette personne entretient avec d’autres personnes (limité selon les cas à quelques proches ou à quelques dizaines de liens). On caractérise également les liens entre les membres de cet entourage, ce qui forme le réseau personnel. Le temps peut être pris en compte en construisant des réseaux pour différentes périodes et en explorant leurs évolutions. Cette approche s’associe bien aux études en termes de « parcours de vie », l’évolution des réseaux traduisant les changements biographiques et y contribuant.

Les « chaînes relationnelles » sont une approche qui présente l’intérêt d’être plus directement centrée sur la temporalité puisqu’elle consiste à documenter des processus d’activation des relations dans l’accès à des ressources. Cette approche permet d’étudier les séquences composant des processus d’accès aux ressources selon des contextes qui peuvent être distribués dans le temps. L’enquête de Mark Granovetter (1995) sur l’obtention des emplois en constitue un exemple.

La question des temporalités concerne donc à la fois l’évolution des réseaux comme structures sociales, l’évolution des entités qui les composent, et celle des relations (moments d’émergence, de renforcement ou d’affaiblissement, d’interconnexions, et éventuellement de rupture des liens). Tels qu’ils sont couramment représentés, les réseaux donnent l’illusion de l’instantanéité. Or, ils sont toujours le résultat de stratifications temporelles : ils se sont constitués progressivement, par ajouts successifs, tous les liens ne sont pas synchrones et leur structure est toujours mouvante. Les réseaux se renouvellent partiellement à des rythmes divers et hétérogènes. Certains liens, certaines composantes persistent lorsque d’autres changent, la structure d’ensemble persiste alors que les entités ont changé, ou encore elle évolue avec les mêmes entités… La pérennité des liens et de certains éléments structurés (triades, clusters) est diversifiée, certains sont assurés de mieux persister alors que d’autres resteront éphémères. La structure d’ensemble du réseau a elle-même en retour des effets sur la persistance de ces éléments. L’ancienneté de certains liens conforte leur pérennité. Plus largement, les contextes sociaux et historiques interviennent également sur ces « tempos » des réseaux. Les réseaux articulent ainsi effets passés, présents et futurs.

Les propositions d’articles pour ce dossier devront donc porter sur les relations ou les réseaux sociaux, au sens où ces notions viennent d’être présentées, dans leurs liens avec les questions relatives aux temporalités.

Parmi les thèmes qui pourront être abordés figurent notamment :

  • Les temporalités des relations interpersonnelles : comment les relations naissent, évoluent et éventuellement prennent fin ? En quoi les rythmes des relations d’une même personne sont-ils accordés ou dissociés ? Peut-on repérer des interférences ?

  • Fréquence des interactions et évolution des liens : y a-t-il un lien entre la fréquence des échanges et la force des liens ? Quelles sont les habitudes des personnes dans la « gestion » des rythmes et de la forme des échanges dans les relations ?

  • Les réseaux dans les parcours de vie : comment les réseaux évoluent au cours des parcours, en lien avec des changements biographiques, que ceux-ci soient liés aux cycles de vie ou soient plus spécifiques, liés à des événements moins prévisibles ? (Temporalités, 2010, n° 11)

  • L’évolution des réseaux au sein des collectifs : peut-on saisir, au moyen d’études longitudinales ou rétrospectives, des transformations de réseaux progressives ou plus bifurcatives ?

  • Le temps de l’activation des chaînes relationnelles. Comment joue la durée dans l’activation de ces chaînes ? En particulier, comment interviennent les délais de réponse de certaines personnes ? ou la synchronisation/désynchronisation de chaînes activées dans une même séquence (par exemple une personne qui recherche un emploi peut avoir sollicité plusieurs relations qui s’inscrivent dans des chaînes plus ou moins liées entre elles) ?

  • Existe-t-il des régimes temporels qui influent sur les relations, leur maintien ou leur activation ? Par exemple, des situations de « crise » ou d’urgence, individuelles ou collectives, ont-elles une traduction dans les attitudes vis-à-vis des relations et dans leur mobilisation ?

  • Peut-on identifier des dynamiques relationnelles ou réticulaires typiques ? Effets de cascade, percolation, attachement préférentiel, fermeture des triades, sont par exemple des dynamiques souvent identifiées. Peut-on repérer de telles dynamiques dans des réseaux sociaux et préciser leurs conditions de réalisation ? Celles-ci sont-elles liées à des attributs des entités, à des qualités des relations, à la configuration du réseau dans son ensemble, ou aux contextes englobants ? Sont-elles dépendantes de temporalités plus larges (séquences, rythmes, cycles, événements, processus combinatoires…) ?

  • Les relations interpersonnelles et les réseaux ont une histoire en tant que formes sociales. Si des notions comme l’amitié sont très anciennes, les conceptions des relations interpersonnelles et des réseaux ont connu des émergences et des évolutions au cours des siècles. Des recherches historiques peuvent aussi mettre à jour des évolutions de moins long terme dans des réseaux de familles, de notables, d’activités, d’organisations, d’actes enregistrés, etc. Des travaux d’historiens sur ces questions seraient bienvenus.

Ce dossier entend éclairer les liens entre temporalités et réseaux, à ces divers niveaux. Il privilégiera les approches longitudinales ou rétrospectives, historiques, biographiques ou organisationnelles, qui pourront dégager et comparer des évolutions, des moments différents dans les relations ou dans la composition et la structure des réseaux sociaux, des rythmes, des dynamiques à diverses échelles, des séquences, des événements, des transformations.

Envoi des projets d’articles

Les auteurs devront envoyer leur proposition d’article aux coordinateurs du numéro Claire Bidart (claire.bidart@univ-amu.fr) et Michel Grossetti (rgros@univ-tlse2.fr) — avec copie au secrétariat de rédaction de la revue (temporalites@revues.org).

Cette proposition, composée d’un titre et d’un résumé d’une page du projet d’article (5 000 signes maximum), ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, pourra être envoyée jusqu’au 15 septembre 2017.

Calendrier

Réception des propositions jusqu’au : 15 septembre 2017
Réponse des coordinateurs : 15 octobre 2017
Réception des articles : 15 décembre 2017
Retour des expertises des évaluateurs : 1er février 2018
Version révisée : 2 avril 2018
Sortie du numéro : 15 juin 2018

Bibliographie

Degenne A., Forsé M., 2004. Les réseaux sociaux, A. Colin, Paris.

Emirbayer M., 1997. « Manifesto for a Relational Sociology », The American Journal of Sociology, 103-2, p. 281-317

Granovetter M., 1995. Getting a job. A Study of Contacts and Careers, Chicago University Press

Padgett J., Ansell C.,. 1993. “Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434”, American Journal of Sociology, Vol. 98, No. 6, May, pp. 1259-1319

Social Networks, 1997. “Change in Networks”, Vol. 19, n° 1.

Temporalités 11, 2010. « Les parcours individuels dans leurs contextes », dossier coordonné par Didier Demazière et Olivia Samuel. http://temporalites.revues.org/1166

White H., 2011. Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales. Traduit et présenté par Frédéric Godart et Michel Grossetti, Éditions de L’EHESS.

Haut de page