Navigation – Plan du site

Restructuration de l’appareil productif local, articulations spatio-temporelles, identité et capacité collective d’agir

Restructuring the local system of production, articulating time-and-space, identities and the collective ability to act
Jacques Garnier

Résumés

La restructuration industrielle du Bassin minier de Provence est une transition complexe au cours de laquelle, pendant 25 ans, ont coexisté et interagi deux systèmes spatio-temporels respectivement associés à l’ancien appareil productif minier en déclin et au nouvel appareil productif de micro-électronique en expansion. Depuis longtemps soumise et stabilisée dans la continuité, la durée, les rythmes et les isochronies du temps industriel dominant associé à l’appareil minier, la société locale tend à se segmenter et se désintégrer désormais selon des discordances temporelles et spatiales nombreuses fortement associées aux stratégies et aux formes organisationnelles de l’appareil productif de micro-électronique. En analysant quelques-uns des effets de la coexistence et de la tension entre les deux systèmes spatio-temporels, l’article débouche sur une autre tension : celle qui s’instaure entre l’efficacité économique collective, l’identité sociale locale et la capacité collective à agir localement.

Haut de page

Texte intégral

1Le temps de travail des mineurs de l’ancien bassin minier de Provence – sa durée, ses rythmes – n’est peut-être pas très différent du temps de travail de certains opérateurs des nouvelles activités de micro-électronique aujourd’hui implantées sur les mêmes sites ou sur des sites voisins. Pourtant, ces temps de travail s’insèrent dans des organisations productives, dans des structures spatiales et dans des architectures temporelles qui les différencient fortement l’un de l’autre. C’est que l’approche du temps de travail, à l’image de ce que proposent Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller (2005), ne saurait être dissociée de la structure articulée des temps sociaux multiples associés à la diversité des activités individuelles et collectives.

2Considéré dans son assujettissement au temps linéaire de l’appareil productif (le temps industriel de Wiliam Grossin), le temps de travail a pu être longtemps considéré comme constitutif d’une temporalité dominante (Sue 1995) alors que, en effet, il s’insère dans des configurations temporelles complexes dont les composantes se trouvent, pour partie, étrangères à la sphère du travail proprement dit. Et il revient sans doute aux sciences sociales d’aujourd’hui de saisir ces configurations, plus que cela n’a été fait jusqu’ici, dans la complexité de leurs structures et de l’articulation de leurs échelles.

3En analysant l’évolution des temporalités sociales au cours du processus de restructuration industrielle dans le bassin minier de Provence, on peut à la fois : 1. saisir mieux qu’ailleurs la complexité du rapport du temps de travail aux structures articulées des autres échelles de temps, 2. saisir ces structures et articulations dans leur évolutivité, notamment dans les changements profonds qui les affectent au tournant de ce siècle, 3. mettre en évidence la dimension collective de la construction de ces structures et articulations et restituer ainsi les questions de la liberté d’usage du temps et de la capacité à maîtriser ce temps à leur dimension, en effet, collective.

Les temps sociaux dans la transition du bassin minier de Provence

1.1. Restructuration temporelle et re-territorialisation

  • 1  En France, depuis les travaux de Philippe Aydalot (1976) jusqu’aux récentes synthèses faites par l (...)
  • 2 Récemment, les études réalisées respectivement par : 1. L’équipe Dypmet (J. Garnier, A. Lamanthe, C (...)
  • 3 Cf. les analyses faites dans plusieurs contributions à l’ouvrage coordonné par Nicole May et alii, (...)

4Les restructurations des appareils productifs locaux ont trois dimensions. D’abord une dimension de re-composition économique et sociale dans la mesure où les anciennes activités abandonnées ou réduites cèdent la place à des activités nouvelles, cette dimension étant la plus visible et la plus fréquemment analysée1. Ensuite une dimension de re-territorialisation dans la mesure où les nouvelles activités se déploient sur un territoire généralement décalé ou déformé par rapport à celui sur lequel se déployaient les anciennes activités, cette dimension étant tout aussi visible mais moins fréquemment analysée2. Enfin une dimension de restructuration temporelle dans la mesure où les rythmes, les durées et les horizons temporels des différents acteurs impliqués dans le nouvel appareil productif manifestent des pratiques sociales différentes de celles qui étaient associées aux activités et au territoire de l’ancien, cette dimension étant moins visible que les autres et bien plus rarement analysée3.

5Les observations que nous avons pu faire dans le passé sur les restructurations des appareils productifs locaux nous conduisent à penser que ces trois dimensions sont interdépendantes. L’observation plus récente de la restructuration de l’appareil productif du bassin minier de Provence réalisée en coopération avec Caroline Lanciano-Morandat (2004 I) nous incite à mettre plus précisément en évidence, au sein de cette interdépendance, le statut particulier de la troisième de ces dimensions, celle de restructuration temporelle, dans son rapport à la deuxième de ces dimensions, celle de re-territorialisation.

1.2. Deux mouvements et une transition dans le bassin minier

  • 4 six mille depuis 1945.

6Entre le milieu des années 60 et le début des années 2000, les établissements productifs associés au bassin minier de Provence ont connu un mouvement de profond bouleversement. Ce premier mouvement s'inscrit sur la trajectoire de l'exploitation minière en Provence, depuis deux siècles jusqu'à la fermeture du dernier puits en 2003. Il se déroule sur un ensemble de 17 communes des Bouches du Rhône centrées autour de la ville de Gardanne. Il se manifeste, au cours des 25 dernières années, par la dé-structuration définitive de l’appareil productif minier et par la suppression de quelque 2000 emplois4 : fermeture progressive des puits de lignite par Charbonnages de France, réorganisation et rachat de la centrale thermique d’EDF-CDF, crise ou réorientation des entreprises sous-traitantes liées aux grands donneurs d’ordre du bassin.

7Durant la même période, les incitations financières de l’Etat, des collectivités locales et de Charbonnages de France ont favorisé, dans la même zone, un autre mouvement d’attraction et de consolidation d’activités productives nouvelles. Ce deuxième mouvement s’inscrit sur la trajectoire des activités de micro-électronique implantées localement dès 1978 à l’occasion du deuxième Plan Composants français et se déroule jusqu’à aujourd’hui, à quelque 10 kilomètres de Gardanne, sur le site industriel de Peynier-Rousset. Il se manifeste par la structuration durable d’un appareil productif nouveau spécialisé dans l’amont de la filière, constitué par deux grands établissements industriels, ST Microelectronics et Atmel, par une quinzaine de petites entreprises de fabrication, d’instrumentation et de services technologiques ainsi que par des entreprises sous-traitantes d'un nouveau type. Il génère la création nette d’environ 4000 emplois.

8Les deux mouvements se sont conjugués au cours d'une période de 25 ans allant de 1978 à 2003. Le fait qu’ils aient opéré l’un et l’autre au cours d’une même période et le fait que les pouvoirs publics aient fréquemment affiché leur intention de compenser les destructions d’emplois attribuables à l'un par les créations d’emplois attribuables à l’autre ont souvent conduit les observateurs à employer le terme de « reconversion industrielle » pour qualifier leur conjonction. L’analyse de celle-ci, cependant, n’a révélé que de très faibles continuités et articulations organisées entre les deux mouvements, contrairement à ce qu’un processus de reconversion, au sens où on le conçoit généralement, a pour but de promouvoir.

9Plutôt que d’être reconverti, l’appareil productif nous semble avoir été l’objet d'une superposition inattendue entre deux types de configurations industrielles. Plutôt que d’être l’objet d’une reconversion, le territoire du bassin minier nous paraît avoir connu une transition : non pas une transition linéaire depuis la situation A de l’ancien appareil productif jusqu’à la situation B du nouvel appareil productif mais, bien plutôt, une transition erratique et peu lisible au cours de laquelle se sont superposés, ont coexisté et interagi deux systèmes spatio-temporels respectivement associés, sur le même territoire, aux deux mouvements de l’appareil productif. L’objet du présent article est, précisément, d’analyser cette coexistence et cette interaction et de mettre en évidence une partie des enjeux qui en résultent pour l’avenir de l’appareil productif et de la société locaux.

1.3. Temps sociaux, structures spatiales et dynamiques sociales

10Dans la continuité d’une tradition de la sociologie française, on considérera ici, avec Roger Sue (1995) que « l’histoire des temps sociaux permet d’accéder à une représentation privilégiée de la société », que ces temps qui sont des temps produits sont aussi des « révélateurs de la dynamique sociale » et que « l’observation de la structure temporelle permet de comprendre la dynamique du changement social ». On considérera en outre que l’observation de l’articulation de la structure temporelle et de la structure territoriale permet d’accéder davantage encore à la « compréhension des changements d’une société locale, de ses continuités, de ses mutations, de ses fractures et de ses contradictions » (Sue 1995, Mercure 1995).

11Les deux systèmes spatio-temporels associés aux deux mouvements de restructuration de l’appareil productif du bassin minier correspondent à deux modalités du rapport qu’une société locale peut entretenir au temps. Dans un cas, celui de l’ancienne configuration proprement minière de l’appareil productif, la société locale est à la fois soumise à l’hégémonie d’un « temps industriel » dominant (Grossin, 1986) et intégrée de manière stable par rapport à ce temps auquel s’ordonnent les différents temps de la vie sociale. Dans un deuxième cas, celui de la nouvelle configuration micro-électronique, la société locale se trouve, à l’inverse, traversée par une « pluralité de temps » (Mercure 1995) qui sont entre eux dans des rapports de discordance, qui manifestent sa désintégration et qui génèrent son instabilité.

12Il va de soi que ces deux configurations du rapport au temps de la société locale sont pour nous des objets construits, des modèles idéaux-typiques qui font abstraction d'un certain nombre d'aspects de l'insertion historique et de l'insertion spatiale de la société locale associée au bassin minier. On rappellera cependant que cette modélisation s'est avérée vraisemblable auprès des chercheurs et des acteurs sociaux locaux auxquels elle a été présentée et on s'efforcera de montrer ici qu'elle s'avère efficace dans l'approche de la transition industrielle et sociale de ce bassin.

13La transition observée est-elle de nature à accréditer l'idée d’une mutation dans la temporalité de notre société (Grossin 86, Sue 95) ? Aurons-nous ici l’occasion de vérifier l’hypothèse d’un « éclatement » des temporalités selon laquelle à l’hégémonie et à la stabilité d’un temps dominant succèderait désormais une instabilité de la structure temporelle caractérisée par l’hétérogénéité et l’autonomisation de temporalités multiples (Grossin 1986, 1996, Sue 1995, Mercure 1995) ? Pouvons-nous valider une autre hypothèse, parfois corrélée à la première, selon laquelle les acteurs de la société, jusque-là asservis à la norme unifiante et surplombante du temps dominant, seraient en voie d’acquérir une plus grande liberté dans la gestion de leur temps et dans la construction de leur cadre temporel (Grossin 1962) ? Un desserrement des contraintes temporelles autorise-t-il désormais des marges de manœuvre accrues au profit des acteurs ? Et de quelle manière influence-t-il les capacités de ces acteurs à agir collectivement ?

14La mise en évidence des modalités d’articulation entre la structure temporelle et la structure spatiale dans la transition de l’appareil productif du bassin minier de Provence peut nous aider à apporter à ces questions quelques éléments de réponse et à formuler quelques propositions.

2. Le système spatio-temporel du bassin minier : continuité, stabilité, certitude

2.1. Le bassin minier dans le temps et l’espace industriel minier national

15Le temps du bassin minier est, certes, un temps scandé par des événements techniques et économiques ainsi que par des conjonctures sociales plus ou moins conflictuelles. C’est cependant, principalement, un temps homogène, stabilisé et largement exempt d’incertitude et ceci pour trois raisons.

16D’abord, c’est un temps « industriel » dans l’acception que Wiliam Grossin donne à ce terme et tel qu’il est évoqué par Monique Haicault (1998). Il est consubstantiel de la permanence et de la stabilité de la stratégie énergétique nationale - notamment charbonnière - telle qu’elle a été conçue en France avant et après la seconde guerre mondiale. Et il est associé à la permanence d’un processus de production dont les principes fondamentaux n’ont jamais fait l’objet de mutations profondes.

17Ensuite, c’est un temps « fordien » dans l’acception qu’Antonio Gramsci (1975) donnait à ce terme lorsqu’il évoquait la figure du « travailleur fordien ». Il est associé à un espace social dans lequel les différentes dimensions de la vie des individus se trouvent durablement articulées et unifiées par leur insertion commune dans les mêmes rapports de production et la même culture ouvrière. De telle sorte que les cycles de vie, les rythmes mensuels, hebdomadaires ou quotidiens et les horizons d’anticipation professionnels des mineurs se décalquent dans les cycles de vie, les rythmes mensuels et hebdomadaires et dans les horizons d’anticipation de leurs familles : de leurs enfants pour ce qui concerne le cycle de vie scolaire et professionnel, de leurs épouses pour ce qui concerne, notamment, la gestion budgétaire du ménage (Cornu 1975).

18C’est enfin un temps très « institutionnalisé » c’est-à-dire très équipé en règles, procédures et instances de régulation construites par les différents acteurs parties prenantes à l’espace industriel minier national. Ce temps est associé à la permanence, la continuité et la stabilité institutionnelles de la gestion partagée de l’exploitation minière française, notamment au sein des instances dirigeantes de l’entreprise publique Charbonnages de France, entre l’Etat et les grandes organisations syndicales ouvrières. Il est associé à la permanence, à la continuité et à la stabilité institutionnelles du marché interne du travail de cette entreprise ainsi qu’à celles du très solide « statut du mineur » qui structure ce marché interne (Lanciano-Morandat, 2004 II) en y instituant notamment des règles d’embauche, de déroulement de carrière et de représentation syndicale. Le marché interne du travail est lui-même régulé par la double intervention - très institutionnalisante - des solidarités familiales et des solidarités syndicales, les premières prenant appui sur une vieille tradition de mobilisation des salariés par le truchement des « tribus », des « chefs » et des hiérarchies familiales, les secondes prenant appui sur l’accentuation de la puissance des grandes organisations syndicales de salariés après la deuxième guerre mondiale, notamment, de la CGT et de la CFTC. Il est associé enfin à la permanence, à la continuité et à la stabilité des institutions nationales ou locales de gestion patronale ou corporative de l’habitat (par le développement des cités minières, notamment celle de Biver à quelques kilomètres de Gardanne), de la prévoyance (par l’instauration du régime de protection sociale des mineurs substitué aux caisses de secours mutuel), des soins et des loisirs des mineurs et de leurs familles (Cornu 1975).

19Insérés dans ce temps à la fois « industriel », « fordien » et « institutionnalisé », l’ancien appareil productif minier et la société locale qui lui est associée s’inscrivent ainsi dans la longue durée, dans la continuité et dans la stabilité, c’est-à-dire dans un temps largement exempt d’incertitude. Géographiquement situé dans un espace confiné, l’ancien appareil productif s’inscrit, dès lors, dans un système spatio-temporel cohérent et intégré.

2.2. Continuités temporelles et isochronismes dans la vie économique et sociale locale

20Le processus de production de la grande entreprise et celui des petites entreprises sous-traitantes, l’organisation de la production et celle de la ville, le déroulement de la vie au travail et celui de la vie hors travail sont en effet, les uns et les autres, articulés selon un isochronisme caractéristique de la ville-usine, lui-même renforcé par les particularités industrielles et démographiques locales. Observable dans les rythmes, les durées et les projets des individus et des groupes, cet isochronisme s’articule à l’espace géographique local d’une manière singulière.

21Les rythmes de la vie urbaine ou villageoise locale sont ceux qui scandent le déroulement du processus de travail, qu’il s’agisse des rythmes quotidiens associés à l’activité minière ou qu’il s’agisse des rythmes annuels de succession des fêtes ou manifestations citoyennes locales. L’espace de la vie familiale lui-même est articulé à ces rythmes et à ces repères puisque le mineur, agriculteur à temps partiel, met à profit les heures de liberté que lui laisse l'amplitude des postes pour exploiter son jardin familial. Cette conjugaison des rythmes du travail et du hors travail s’opère d'ailleurs par le truchement du même vecteur social - le mineur masculin et la collectivité virile des mineurs masculins (Haicault 2000, Cornu 1975) - et se déploie sur le même espace géographique investi par ce mineur et sa collectivité. Tout en évoquant avec précision les modalités par lesquelles, à partir des années 50, les mineurs et leurs épouses composent et rusent de plus en plus avec le mode d'existence et le rythme de vie qui leur est imposé, Diana Cooper-Richet (2002) décrit ces continuités et ces isochronismes et conforte ce qu’écrit Roger Cornu (1975) pour ce qui concerne le bassin minier de Provence, notamment lorsqu’il évoque comment la famille participe aux événements de la vie de travail du mineur et comment, réciproquement, l’organisation économique de la famille est gérée par une épouse qui ajuste constamment son horizon financier sur la périodicité de la paye de son mari.

22La durée des engagements contractuels inter-entreprises, celle des engagements dans l’emploi et celle des engagements inter-familiaux s’articulent, elles aussi, selon un isochronisme général dominé par la longue durée. Les relations instaurées entre le grand établissement minier et les quelque vingt entreprises sous-traitantes en sont une illustration. Ces relations s’inscrivent toutes dans ce qu’on pourrait appeler une « convention locale » (Ternaux 98) en vertu de laquelle les mineurs des Houillères, activant les solidarités familiales et les solidarités syndicales locales évoquées plus haut, parrainent, organisent et contrôlent l’embauche et le parcours professionnel de leurs enfants et de leurs proches apparentés soit au sein des entreprises sous-traitantes, soit au sein du grand établissement minier, soit de l’un vers l’autre lorsque l’embauche et l’emploi chez les premiers constituent un sas ou un tremplin en vue d’accéder à l’emploi définitivement stable au sein du second (Garnier 2004). Ainsi voit-on, déployé dans le cadre de la même aire géographique, se constituer un vaste « marché interne élargi du travail » (Ternaux 98) au sein duquel l’articulation stabilisée des engagements et des solidarités industriels, syndicaux, professionnels et familiaux produit un espace de mobilités inter-entreprises et inter-générationnelles dont la temporalité - en particulier celle qui est intériorisée par les individus et les groupes - est indéfinie, quasiment sans limite et comme « éternelle ».

2.3. Construction du cadre spatio-temporel et identité collective du bassin minier

23L’insertion stabilisée du bassin minier de Provence dans l’espace industriel minier national et l’articulation très isochronique qui y prévaut entre les rythmes et les durées de l’appareil productif, du tissu urbain et de la vie sociale locale conduisent à la pérennisation d’un système spatio-temporel fondé, en effet, sur la stabilité, la continuité, la longue durée et intériorisé par une part importante de la population comme un espace de certitude.

  • 5 Implicitement au milieu des années 60, plus explicitement en 1986 et très clairement en 1994.
  • 6 Le nombre des mineurs du bassin passe de 6000 en 1946 à 3000 en 1963, à 2400 en 1970. Dès 1993, des (...)

24Le temps du bassin minier est un temps que les acteurs individuels et collectifs parties prenantes à l’appareil productif intériorisent comme continu et indéfini. Certes, au cours des 25 années du mouvement de restructuration, le constat du déclin de l’exploitation de la mine et l’annonce plus ou moins explicite de sa fermeture ont été sans cesse formulés par les autorités administratives5. Certes plusieurs autres bassins miniers ont déjà cessé leur exploitation sur le territoire national. Certes, plusieurs vagues de départs des salariés en retraite anticipée ont rendu manifeste la finitude du cycle économique du bassin6.

25Il n’empêche que les acteurs locaux se sont généralement situés dans un temps industriel dominant aux limites floues, à la durée illimitée et dans lequel le besoin d’anticiper - notamment le besoin d’anticiper la fin - n’est que très peu ressenti. La vocation minière du bassin est évidente à leurs yeux. Elle est affirmée avec vigueur à l’occasion des multiples conflits sociaux qui scandent les étapes du déclin et de la fermeture des puits, depuis le conflit national de 1963 jusqu’aux escarmouches locales des années 90 visant à empêcher l’importation par mer de charbons étrangers en substitution au charbon local utilisé pour alimenter la centrale électrique thermique de Gardanne. Tout se passe comme si ces acteurs préféraient extrapoler indéfiniment le temps continu, homogène et stabilisé dans lequel l’identité collective dont ils participent sur le territoire du bassin se manifeste et se prolonge indéfiniment plutôt que d’anticiper l’altération ou la disparition de cette identité. Jusqu’aux derniers mois de fonctionnement de la mine et même plusieurs mois après sa fermeture, en janvier 2003, il se trouve encore des individus, des groupes ou des élus locaux pour rappeler cette vocation et le Maire de la ville-centre du bassin, lui-même, solidaire depuis toujours des combats des mineurs, est conduit à assumer, pendant plusieurs années encore, à la fois la démarche entreprenante de l’élu local décidé à revitaliser sa commune sur de nouvelles bases et une démarche de désapprobation et de regret qui n’est pas encore celle du deuil.

26Ce temps dominant continu, homogène, indéfini et quasi "éternel" a été construit, on l’a vu plus haut, dans le cadre industriel, fordien et très institutionnalisé de l’espace minier national. Il a été construit localement dans les cadre spatio-temporel stabilisé de la ville-usine. Et il a été construit, enfin, par des individus et des groupes qui souhaitaient, contre vents et marée, voir pérenniser le cadre spatio-temporel constitutif de l’identité collective de leur territoire.

3. Le cadre spatio-temporel de la micro-électronique

3.1. Le temps de la micro électronique dans l'espace mondial

27Le temps de l’activité de micro-électronique implantée depuis le fin des années 70 sur la zone d’activités de Peynier-Rousset, à 10 kilomètres de l’ancienne cité minière de Gardanne, est un temps nettement moins homogène et stabilisé et beaucoup plus empreint d’incertitude que celui de l’ancien appareil productif minier. Associé à la présence et au développement des deux grands groupes transnationaux que sont STMicroelectronics et Atmel, c’est certes un « temps industriel » au sens où on a employé précédemment cette expression. Ce sont bien, en effet, les durées, les rythmes et les horizons d’anticipation associés au processus de production et à l’espace industriel de la micro-électronique qui structurent l’organisation du travail et celle du temps de travail. Mais ce temps se différencie de celui de l’ancienne activité minière à deux titres principalement.

28Ce temps n’est pas tout à fait « fordien ». L’impératif de flexibilité du processus productif prévalant dans le secteur conduit les entreprises à décentraliser leur organisation en externalisant une partie de leurs opérations et à hiérarchiser l’équipement institutionnel de gestion de l’emploi de leurs salariés d’une manière qui tend à disjoindre les temps et les territoires dans lesquels s’inscrivent respectivement les grands établissements, les entreprises sous-traitantes et les différentes catégories de salariés. Une partie de ces derniers - les cadres et ingénieurs « mondialisés » - se meut avec des contrats à durée indéterminée sur un marché du travail planétaire. Le noyau dur des salariés des deux grands établissements, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui sont régis par un contrat à durée indéterminée - ingénieurs, cadres, techniciens, opérateurs - est stabilisé sur le marché interne de ces établissements. Une autre partie de ces salariés relève pour sa part de contrats à durée déterminée et de contrats d’intérim. Enfin, une part grandissante des emplois impliqués dans le processus de production se trouve affecté dans les entreprises sous-traitantes locales, elles-mêmes liées à leurs deux donneurs d’ordres par des contrats quasiment verbaux, activables et rétractables de manière arbitraire. Hétérogène et évolutif, le temps du travail des salariés, dès lors, n’est plus du tout « fordien ».

29Ce temps n’est que très peu porté par des formes d’institutionnalisation stables et équipées. Les deux entreprises sont certes encore redevables de ce qu’il reste d’une politique industrielle nationale en matière d’électronique. Elles s’inscrivent avant tout, cependant, dans la compétition mondiale en vigueur sur le marché des semi-conducteurs. D’abord, elles s’inscrivent dans le temps court des cycles mondiaux du capital investi dans le secteur et dans le temps court des cycles mondiaux du marché avec pour conséquence la récurrence des crises sectorielles générales. Ces cycles économiques sont eux-mêmes ajustés aux temps également courts des cycles technologiques mondiaux. En vingt ans, les ordres de grandeur caractérisant les paramètres de la performance des « puces » - taille des wafers, degré de résolution des poussières, degré de complexité du masquage des plaques, capacité de mémoire - ont été multipliés pour la plupart par le facteur 20 et ont évolué selon des étapes périodiques, généralement espacées de 18 mois, à l’occasion desquelles l’ensemble des familles de machines a dû être remplacé. Dès lors, les relations que les deux grands établissements entretiennent avec leurs différentes ressources - entreprises sous-traitantes, salariés ou administrations - ne sont plus médiatisées par des formes stabilisées et durables d’institutionnalisation (loi, dispositifs d’ordre public, règles négociées ou conventions) mais bien plutôt par des formes de plus en plus précaires, informelles et imprévisibles de contractualisation.

3.2. Discontinuités temporelles et désynchronisation de la vie économique et sociale

30La dépendance dans laquelle le nouvel appareil productif local de micro-électronique se trouve par rapport à l'espace concurrentiel mondial et aux démarches financières optimisatrices des firmes, la flexibilisation organisationnelle à laquelle ces dernières procèdent afin de s'adapter aux mouvements erratiques du marché, la très faible institutionnalisation des relations entre les grands établissements locaux et les ressources qu'elles mobilisent : tout concourt à disjoindre les temps dans lesquels s'inscrivent les différents acteurs porteurs de ces ressources. Et ceci peut être observé aussi bien pour ce qui concerne les durées et les rythmes de la vie collective que pour ce qui concerne ceux de la vie des individus ou encore ceux des entreprises.

31Entre les lieux de la production et ceux de l'habitat, entre ceux de la vie familiale et ceux de la vie civique, la disjonction s'opère. Il n'y a plus unité de lieu ni unité de temps. Pour les salariés, le temps du travail et le temps de la vie hors travail ne s'articulent pas de manière complémentaire sur un même territoire. Ils sont disjoints en des territoires éloignés les uns des autres par une ou plusieurs dizaines de kilomètres et ne se trouvent articulés l’un à l’autre que par la médiation d'un troisième temps : celui du trajet domicile-travail, c’est-à-dire celui de la mobilité alternante en automobile entre le lieu de travail de la zone d’activités de Rousset-Peynier et les lieux d’habitat que sont les villes et villages du Pays d’Aix-en-Provence distants de 10 à 20 kilomètres (76 % des actifs ayant un emploi dans la zone du bassin minier travaillent et résident dans des communes différentes, contre 45 % pour l’ensemble de la région Provence Alpes Côte d’Azur).

32Les rythmes et les durées de la vie personnelle des salariés de la micro-électronique, qu’elle soit familiale ou civique, ne concordent plus nécessairement eux non plus. Les rythmes de leur vie quotidienne doivent composer avec ceux de leurs conjoints, enfants, amis et concitoyens qui ne s’ordonnent pas à la temporalité dominante d’une ville-usine mais qui, bien plutôt, s’agencent dans les mobilités alternantes, les pérégrinations, les espaces et les temps différenciés de la métropole d’Aix / Marseille. Les rythmes, les durées et les horizons de plan professionnels, familiaux, culturels ou civiques de chacun des salariés ne s’ordonnent pas, eux non plus, à une même temporalité corporative nationale ou locale comparable à celle du monde des mineurs mais, bien plutôt, se combinent de manière aléatoire et désordonnée, dans les espaces et les temps différenciés d’une métropole où les professionnalités ouvrières anciennement ancrées dans la société locale n’ont cessé de décliner (dans la construction et la réparation navale, l’agro-alimentaire et la mécanique) tandis que des cohortes d’ingénieurs et de techniciens aux professionnalités nouvelles (dans la recherche nucléaire, l’informatique et la micro-électronique) faisaient irruption et se déployaient de manière très mobile entre les villes et les villages de cette même métropole (Garnier 2005). Les projets, enfin, qu'ils soient familiaux, civiques ou professionnels, ne s’ordonnent pas au temps continu, stabilisé et indéfini qui peut prévaloir dans l’homogénéité des espaces professionnels et urbains d’une ville-usine spécialisée mais, au contraire, émergent et se développent dans la métropole au gré des systèmes de valeur, des trajectoires ou des affinités différenciées portées par les nouveaux arrivants.

33Pour leur part, les entreprises sous-traitantes des deux grands établissements micro-électroniques de Peynier-Rousset inscrivent leurs stratégies, leurs programmes de production et la mobilisation de leurs ressources dans des temps qui sont souvent différents de ceux de leurs donneurs d'ordres locaux, en particulier parce que ces derniers ne les sollicitent que de manière erratique et imprévisible, au gré du cycle des affaires de leurs clients des Télécommunications, de la Santé, de l’Armée ou de la Banque. Elles les inscrivent dans des temps qui sont souvent différents d'une catégorie d'entreprise à l'autre parce que certaines entreprises sous-traitantes sont mobilisables et révocables « au doigt et à l'œil » tandis que d'autres bénéficient d'une relation contractuelle moins précaire (Garnier 2004). Ainsi peut-on construire une typologie des entreprises sous-traitantes mettant en évidence les espaces économiques et les temps stratégiques différents dans lesquels elles s'insèrent. Cette typologie fait apparaître que : a) certaines entreprises s'insèrent dans un espace économique mondial et dans le temps court imposé par les démarches-client des firmes transnationales dont elles font partie, en particulier des entreprises de maintenance des machines, b) certaines PME d'origine locale s'insèrent dans un espace économique mondial et dans le temps long de la stratégie qu'elles construisent, notamment des entreprises de service associées au traitement du silicium, c) d'autres s'inscrivent dans un espace économique régional et dans le temps long des partenariats durables qu'elles y ont construit, par exemple des entreprises d’instrumentation, d) d'autres enfin s'inscrivent dans un espace économique régional et dans le temps court associé aux exigences de flexibilité qui leurs sont imposées par les donneurs d'ordres, par exemple des entreprises de fabrication de cartes électroniques. Et l’on peut dire, en somme, qu’à chacun de ces types de sous-traitantes correspond un système spatio-temporel particulier.

3.3. Pluralité du cadre spatio-temporel, incertitude et identité collective

34L’insertion du nouvel appareil productif dans l’espace mondial de la micro-électronique et les articulations désynchronisées qui y prévalent entre les rythmes et les durées des différents segments de l’appareil productif, conduisent ainsi à l'instauration d'une pluralité de systèmes spatio-temporels en vertu de laquelle les individus et les groupes locaux tendent à inscrire leurs actions dans des démarches anticipatrices généralement courtes et incertaines.

35Dans le tissu productif et la société locale associés à l'activité micro-électronique, non seulement il n'y a pas concordance des temps mais il n'y a pas non plus concordance entre l'échelle de temporalité et l'échelle de territorialité. On n'a pas affaire, comme c'était le cas dans le bassin minier, à un monde de production particulier générateur d'une isochronie déployée sur l'ensemble du territoire. On a affaire plutôt à un monde de production particulier générateur d'une multi-temporalité inscrite dans une multi-territorialité, c'est-à-dire une pluralité de systèmes spatio-temporels. Cette pluralité, loin de conforter l'identité collective du territoire a plutôt tendance à y disjoindre et y segmenter les trajectoires de mobilité des individus, les réseaux de solidarité collective et les réseaux de coopération entrepreneuriale.

36Cette pluralité ne favorise pas l'inscription des individus et des groupes dans des relations, des engagements et des anticipations stabilisées mais plutôt, leur inscription dans des relations, des engagements et des anticipations réversibles et précaires (Offner, Pumain 1996, Veltz 1996, 1997). A l'image de la temporalité des contrats de travail et des contrats de sous-traitance, l'horizon temporel des actes et des projets des uns et des autres s'inscrit à la fois dans des temps courts et des espaces disjoints voire éloignés, peu propices à la création et à la pérennisation des liens collectifs durables et peu propices, par suite, à l'établissement et à la pérennisation d'une identité collective forte.

4. Les effets de la coexistence des deux systèmes spatio-temporels

37Les deux systèmes spatio-temporels peuvent être considérés comme les révélateurs ou les analyseurs de deux modèles de représentation de l’appareil productif dans son rapport à la société locale. Comme tels, leur comparaison, si on la poursuivait au-delà de l’esquisse qui vient d’être faite, pourrait s'avérer stimulante. Tel n’est pas notre objet. Ainsi qu’on l’a annoncé au début de ce texte, il s’agit plutôt ici d’analyser et de caractériser les effets produits par les recouvrements, les articulations ou les interactions de ces deux systèmes spatio-temporels au cours des 25 dernières années. Ces effets se situent sur trois registres différents : les individus, les entreprises sous-traitantes, le territoire.

4.1. Coexistence des systèmes spatio-temporels et trajectoires des individus

38Les individus sont concernés par cette coexistence, notamment du point de vue de leur vie familiale, de leur participation à la vie civique et de leur trajectoire professionnelle. On peut supposer en particulier que la désynchronisation des pratiques des ménages peut conduire leurs membres à inventer de nouvelles pratiques ou rituels collectifs (Asher 1998). On peut aussi penser que la disjonction entre l’échelle des espaces économiques dans lesquels s’insèrent les entreprises et l’échelle des espace sociaux dans lesquels se meuvent les individus, est susceptible de diminuer fortement la maîtrise que ces derniers ont sur les conditions de leur vie au travail (de Coninck 1998). On peut également envisager de valider les propositions qui sont faites aujourd’hui au sujet des tensions subies par les individus du fait de leur insertion plurielle dans l’espace et la temporalité éclatés des grandes villes (May et alii 1998). Nous devons reconnaître ici, cependant, que nos investigations dans le bassin minier nous ont trop peu conduits vers la connaissance des trajectoires, des pratiques et des représentations individuelles pour pouvoir apporter, sur ce registre, des informations suffisamment validées. Il en va autrement si l’on se place sur le registre du segment sous-traitance de l’appareil productif ou sur celui, plus large du territoire.

4.2. Coexistence des systèmes spatio-temporels et hiérarchisation de la sous-traitance

39Pour ce qui concerne le segment sous-traitance de l’appareil productif, la coexistence des deux systèmes spatio-temporels a eu des effets de déstabilisation, de sélection et de hiérarchisation.

40Celles des entreprises sous-traitantes qui, jusque-là, avaient opéré quasi exclusivement en contrat avec le grand établissement minier exerçaient des activités et possédaient des compétences qui ne relevaient pas des technologies de pointe sollicitées par les deux grands donneurs d’ordres de la micro-électronique et ne pouvaient espérer les exercer un jour que moyennant diverses démarches de réorientation technologique, commerciale ou gestionnaire. Lorsque le déclin de l’exploitation minière fut accéléré, tous les dirigeants de ces entreprises en furent avertis et furent invités à s’émanciper de leur principal donneur d’ordres et à s’orienter vers de nouveaux clients. Bien que la plupart d’entre elles fussent éligibles aux aides destinées aux réorientations techniques, commerciales et gestionnaires, leurs trajectoires respectives divergèrent alors très fortement. Trois types de trajectoires furent observées.

41Une première catégorie de sous-traitantes de la mine, petites entreprises locales à capitaux personnels, ne réussirent pas à faire évoluer leurs métiers et durent soit disparaître, soit subsister de manière précaire. Ces entreprises - opérant dans l’hydraulique / pneumatique, la mécanique / tuyauterie, l’électricité, le moulage - étaient celles qui avaient été le plus profondément insérées dans le système minier de sous-traitance, qui étaient liées de manière quasi organique à leur donneur d’ordres, qui constituaient ce qu’on a appelé plus haut des prolongements du marché interne de celui-ci et dont le dirigeant, les cadres et le personnel étaient complètement partie prenante au système spatio-temporel stabilisé de l’appareil productif minier. Ces entreprises étaient en quelque sorte portées par une trajectoire qui ne leur laissait, dans l’espace industriel local comme dans leur horizon stratégique, quasiment aucune marge de manœuvre.

42Une deuxième catégorie de sous-traitantes de la mine, elles aussi petites entreprises locales à capitaux personnels, réussirent à faire évoluer leurs métier de telle sorte qu’elles parvinrent à diversifier leur clientèle auprès des industriels de la région provençale sans pour autant pénétrer dans le cercle privilégié des sous-traitantes de la micro-électronique. Cette réorientation limitée mais réussie avait été le fait d’entreprises dont le dirigeant avait été jusque-là complètement ou largement extérieur au système de sous-traitance instauré dans le bassin minier et largement extérieurs au système spatio-temporel qui y prévalait. Ce dirigeant était soit par un homme dont la trajectoire professionnelle avait commencé en dehors du bassin, soit un homme dont la trajectoire avait eu l’occasion de s’émanciper plus ou moins durablement de l’emprise de ses structures, de ses normes et de ses temps. Ne dépendant que partiellement de la trajectoire de l’appareil productif minier, elles disposaient dès lors, dans l’espace industriel local et régional comme dans leur horizon stratégique, de marges de manœuvre substantielles.

43Une troisième catégorie de sous-traitants de la mine, insérés dans des groupes industriels d’envergure nationale ou internationale et opérant pour de nombreux donneurs d’ordres régionaux, nationaux ou étrangers, réussirent à obtenir des contrats auprès des deux grands établissements donneurs d’ordres de la micro-électronique. La diversité des ressources mobilisables à l’intérieur de leur groupe, le caractère multi-technique et multifonction de ces groupes - opérant dans la maintenance en métallurgie / mécanique / électricité / instrumentation - leur flexibilité organisationnelle ainsi que leur faculté anticipatrice avaient beaucoup contribué à cette réorientation. Partiellement associées à la trajectoire de l’appareil productif minier local mais peu intégrées dans le système spatio-temporel qui lui était associé, ces entreprises disposaient, dans l’espace industriel régional, national et international comme dans leur horizon temporel stratégique, de marge de manœuvre maximales.

44Ainsi, durant la période de transition de l’appareil productif du bassin minier, le degré de réussite des anciennes entreprises sous-traitantes de la mine dans leurs démarches de réorientation productive, en particulier leur plus ou moins grande réussite à approcher les nouveaux clients potentiels de la micro-électonique, ont été inversement associés à leur niveau d’intégration dans l’ancien système productif minier et plus particulièrement à leur plus ou moins grande insertion dans son système spatio-temporel. La transition a été pour elles, un processus de sélection et de hiérarchisation.

4.3. Coexistence des systèmes spatio-temporels et statut du territoire

45Les deux systèmes spatio-temporels ayant coexisté jusqu’à aujourd’hui dans le bassin minier manifestent des rapports au territoire très différents l’un de l’autre. L’exploitation minière a produit un système spatio-temporel fortement intégré, ancré dans un territoire dont il a conforté l’identité collective. Le tissu d’activités micro-électroniques, de son côté, a produit un système spatio-temporel de plus en plus émancipé du territoire et dans lequel les acteurs parties prenantes se sont trouvés impliqués dans des espaces et des temps disjoints les uns des autres. Les deux systèmes relèvent de modèles que les observateurs ont parfois tendance, aujourd’hui, à considérer comme concurrents l’un de l’autre et sur lesquels ils ont tendance à porter des jugements contrastés selon qu’ils se placent plutôt au point de vue de la performance économique ou plutôt au point de vue de la vie citoyenne.

4.3.1. Le point de vue de la performance économique : les réseaux ouverts préférés au territoire

46Le système spatio-temporel en vigueur dans l’activité minière renforce le territoire local en tant qu’instance d’identité collective, de mémoire et d’apprentissage. Il est associé à la pérennisation du tissu productif au cours du temps. Mais, en contrepartie, il crée localement des cohérences durables tellement poussées, tellement peu ouvertes aux changements d’organisation, de règles et de frontières qu’elles peuvent se transformer en rigidités et en irréversibilités susceptibles d’entraver les projets de reconversion ou de recomposition du tissu productif. Facteur de stabilité et de pérennité, il risque d’être en même temps facteur de blocage (Garnier 2003)

47De son côté, le système spatio-temporel en vigueur dans l’activité de micro-électronique s’émancipe du territoire en créant des instances contractuelles ou relationnelles de type réticulaire et flexibles. Il est propice à l’émergence de réseaux sociaux à liens plutôt faibles (Granovetter 1983, Grabher G. 1993) et crée ainsi des espaces généralement ouverts aux changements d’organisation, de règles et de frontières, aux coopérations multiples, courtes et réversibles susceptibles de déboucher sur des combinatoires productives innovantes (Dupuy et Burmeister 2003, Veltz 1997). La plupart des économistes industriels considèrent ce deuxième type de système spatio-temporel comme souhaitable parce que davantage propice à la performance économique que le précédent.

4.3.2. Le point de vue de la vie citoyenne : les proximités préférées aux éclatements en réseau

48Frédéric de Conninck (1998) n’évoque pas de manière directe les systèmes spatio-temporels associés à des tissu productifs locaux. Il évoque cependant la question de la multiplicité des modalités d’insertion territoriale de l’individu et met cette question en rapport avec celle de l’affaiblissement du lien social.

49Constatant que « nos sociétés sont parvenues à s’affranchir peu à peu de l’horizon étriqué des relations d’autrefois en créant des réseaux protéiformes à vaste portée », il regrette de voir « émerger une multitude d’isolats éclatés : cellules familiales qui tentent, tant bien que mal, de faire face à la crise; sociétés locales traversées par des logiques qui leur sont étrangères; nœuds de réseau victimes d’une rupture de liaison ». Il propose dès lors que « alors qu’il a paru possible et émancipateur de s’affranchir de liens exclusifs de proximité, il semble que nos sociétés butent, à l’heure actuelle, sur la question du temps long. Tandis que les horizons spatiaux s’élargissent, les horizons temporels se raccourcissent. Les figures du projet commun et de la promesse mutuelle s’évanouissent peu à peu, alors qu’elles demeurent au cœur des rapports potentiels de citoyenneté ».

4.3.3. Territoire, temps, projet économique et projet social

50Ainsi, alors qu’un ancrage territorial trop poussé du tissu productif est stigmatisé par certains économistes comme préjudiciable à l’émergence des coopérations et des projets jugés indispensables aux démarches productives innovantes, à l’inverse quasiment, certains sociologues stigmatisent l’émancipation de ce territoire à laquelle les hommes sont conduits et qu’ils considèrent, pour leur part, comme préjudiciable au projet collectif citoyen.

51Doit-on, dans cette perspective, en écho aux préoccupations de Pierre Veltz (1996), rechercher un équilibre entre d’une part, les réseaux volatils des villes d’aujourd’hui qui « accélèrent les flux du marché » d’une manière débridée et socialement déstabilisante et, d’autre part, l’ancrage dans le territoire propre à stabiliser de la mémoire et de l’apprentissage collectif et qui fonctionne de manière bénéfique selon lui, au plan social et au plan économique, comme un « ralentisseur d’horloge » ?

5. Conclusion

52Les deux systèmes spatio-temporels dont nous avons tenté de modéliser ici les spécificités n’ont jamais cessé, depuis 25 ans, de coexister en tension d’une manière qui générait plutôt des tendances à l’éclatement, à la désintégration et à la dilution du territoire local et nous avons souligné comment les conditions de cette coexistence et de cette tension justifiaient diverses interrogations et inquiétudes sur la capacité de la société locale à conjuguer la préoccupation de la performance économique avec celle du projet citoyen.

53Il nous paraît important, en conclusion de ce texte, de rappeler que ce type de coexistence et ce type de tension sont essentiellement instables et dynamiques. La meilleure illustration peut en être trouvée dans la portée de deux développements institutionnels et politiques récents advenus dans l’aire métropolitaine : d’une part la montée opérationnelle des nouvelles institutions inter-communales, notamment de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aix, déployée sur une large part de l’ancien bassin minier, très active dans la mise en œuvre de ses compétences en matière économique et, d’autre part, la gestation du Pôle de compétitivité à vocation mondiale - le pôle « solutions communicantes sécurisées » - largement fondé sur l’existence du nouvel appareil productif de micro-électronique implanté dans l’ancien bassin minier. Ces deux développements, générateurs de nouvelles institutions, de nouvelles frontières et de nouveaux horizons temporels, peuvent contribuer à dépasser la tension entre les deux systèmes spatio-temporels et à inaugurer des tendances à l’intégration, à la polarisation et à l’anticipation collective. Il revient aux acteurs d’en faire des opportunités pour conjuguer de manière nouvelle la préoccupation de performance économique et celle de projet citoyen.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 1998, Les institutions des villes face à trois dynamiques urbaines : la vitesse, la spécialisation et l’autonomie. In : May N. et alii. (ed), La ville éclatée. L’aube, 81-91.

Aydalot P., 1976. Dynamiques spatiales et développement inégal, Economica. Paris.

Bouffartigue P., Bouteiller J., 2005, Mesure et dé-mesure du temps de travail, Les enquêtes de 1995 à 2001 sur la durée du temps de travail, Note de synthèse, LEST-UMR 6123.

Conninck (de) F., 1998. Nouveaux espaces de la production et trajectoires biographiques. Des figures plurielles de l’éclatement. In : May N. et alii (eds), La ville éclatée. L’aube, 229-238.

Cooper-Richet D., 2002. Temps de la mine, temps des mineurs. Contraintes et accomodements. In : Quelle temporalité. Bulletin Temporalis, 44.

Cornu R. (collab. de Picon B.), 1975. Les mineurs cévenols et provençaux face à la crise des charbonnages, analyse contextuelle de la mobilité, Rapport LEST-CNRS, convention CORDES.

Dupuy C, Burmeister A., 2003. Entreprises et territoires. Les nouveaux enjeux de la proximité. La documentation française, Paris.

Garnier J., 2003. Globalisation et construction territoriale : comment débloquer la trajectoire d'un complexe d'industrie lourde ?. Revue d’Economie Régionale et Urbaine 5, 695-711.

Garnier J., 2004. La question de la sous-traitance sur la zone de l’ancien bassin minier de Provence. De l’assujettissement à l’émancipation, de la dépendance au positionnement stratégique (en collaboration avec Caroline Lanciano-Morandat). Note complémentaire au rapport Garnier J. et alii, op cit.

Garnier J, Lanciano-Morandat C., 2004. Temporalités et acteurs dans la transition du bassin minier de Provence. Actes du colloque : Un bassin minier en Europe : Gardanne. UMR TELEMME, 21-23 octobre.

Garnier J., Lamanthe A. Lanciano-Morandat C., Mendez A., Mercier D., Rychen F., 2004. Les modes de transition du tissu régional en Provence-Alpes Côte d’Azur. Etude comparative de quatre sites. Rapport au Conseil régional de PACA, à la DRTEFP de PACA et au Conseil régional des Bouches du Rhône.

Godard F., 1999. Temporalités plurielles : principes. In Alain Obadia (ed), Entreprendre la ville, nouvelles temporalités, nouveaux services. Colloque de Cerizy. L’aube, 35-39.

Gramsci A., 1975. Gramsci dans le texte. Editions Sociales, Paris.

Granovetter M.S., 1983. The strength of weak ties. A network theory revisited. Sociological theory 1, 203-233.

Grossin W., 1986. Le temps industriel : une représentation du temps désormais contestée, Sociétés 9.

Grossin W., 1996. Pour une science des temps. Introduction à l'écologie temporelle, Ed Octarès, Toulouse.

Grabher G., 1993. The weakness of strong ties. The lock-in of regional development in the Ruhr area. In Grabher G. (Ed), The embedded firm. On the socio-economics of industrial networks, Routledge, Londres.

Haicault M., 2000. Du temps de travail industriel à la pluralité des temps sociaux. Quels acquis en sociologie du travail ?. In : Tersac (de) G., Tremblay D.-G. (eds), Où va le temps de travail ?. Octarès, Toulouse.

Haicault M., 2003. Temps sociaux et temporalités urbaines dans la politique de la ville. In : Interventions 31, Québec.

Institut de Recherches Economiques et Sociales, 2005. Restructurations, nouveaux enjeux. La Revue de l'IRES 45.

Lanciano-Morandat C., 2004 (I). Le bassin minier de Gardanne, territoire incertain, transition inachevée. In Garnier J. et alii, op cit, 186-261.

Lanciano-Morandat C., 2004 (II), Les mutations de l'organisation productive du bassin minier de Provence : prestation de service et marchés du travail. Congrès de l'Association Française de Sociologie, Réseau thématique « Travail, Organisation, Emploi », Villetaneuse.

Lepetit B., Pumain D., 1993. Le temps des villes. Economica.

May N., Veltz P., Landrieu J., Spector T. (eds), 1998. La ville éclatée. L’aube.

Mercure D., 1995. Les temporalités sociales. L’Harmattan, Paris.

Offner J.M., Pumain D., 1996. Réseaux et territoires. L’aube.

Pumain D., (1993), L’espace, le temps et la matérialité des villes. In : Lepetit B., Pumain D. (eds), Temporalités urbaines. Anthropos, Paris,135-157.

Querrien A., 1999. Accélérer le temps en travaillant l’espace. In : Alain Obadia (ed), Entreprendre la ville, nouvelles temporalités, nouveaux services. Colloque de Cerizy. L’aube, 56-61.

Raveyre M., 2005. Introduction. In : Restructurations, nouveaux enjeux. Revue de l’IRES 47, 7-17.

Sabran J., 1973. Non ! aux villes tentaculaires. Etude sociologique de jeunes citadins. Gardanne : la petite patrie retrouvée. PUG, Grenoble.

Sue R., 1995. Temps et ordre social, PUF, Paris.

Ternaux P., 1998. Marchés locaux et marchés internes du travail : une approche par le territoire. In : Bruno Lamotte (ed), Les régulations de l’emploi. Les stratégies des acteurs. L’Harmattan, Paris, 249-266.

Veltz P., 1996. Territoires et relations non marchandes : la face cachée de l'économie, Annales des ponts et chaussées. Mars.

Veltz P., 1997. Mondialisation, villes et territoires. PUF, Paris.

Zimmermann J.B. (ed), 1998. Construction territoriale et dynamiques productives. Participation de Gilly J.P., Leroux I., Perrat J., Pecqueur B., Rychen F. Rapport final. Convention d'étude du Commissariat Général au Plan.

Haut de page

Notes

1  En France, depuis les travaux de Philippe Aydalot (1976) jusqu’aux récentes synthèses faites par l’Institut de Recherche Economique et Sociale (2005)

2 Récemment, les études réalisées respectivement par : 1. L’équipe Dypmet (J. Garnier, A. Lamanthe, C. Lanciano-Morandat, A. Mendez, D. Mercier, F. Rychen) du LEST d’Aix-en-Provence sur « Les modes de transition du tissu productif régional en Provence Alpes Côte d’Azur » en 2004 et, 2. L’équipe constituée autour de J.B. Zimmermann sur « Construction territoriale et dynamiques productives » en 1998.

3 Cf. les analyses faites dans plusieurs contributions à l’ouvrage coordonné par Nicole May et alii, La ville éclatée en 1998

4 six mille depuis 1945.

5 Implicitement au milieu des années 60, plus explicitement en 1986 et très clairement en 1994.

6 Le nombre des mineurs du bassin passe de 6000 en 1946 à 3000 en 1963, à 2400 en 1970. Dès 1993, des dispositifs de retraite anticipée sont instaurés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Garnier, « Restructuration de l’appareil productif local, articulations spatio-temporelles, identité et capacité collective d’agir », Temporalités [En ligne], 4 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/375 ; DOI : 10.4000/temporalites.375

Haut de page

Auteur

Jacques Garnier

LEST-UMR 1623

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page